Oxumorôs

Après la guerre, la paix nouvelle reste précaire et menacée...
 
AccueilPortailFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Poudlard n'a pas changé... [LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Judith Montgomery
Concierge de Poudlard
avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 05/05/2011
Age : 26

MessageSujet: Poudlard n'a pas changé... [LIBRE]   Jeu 26 Mai - 15:25:26

  • Judith se frotta les mains en regardant le bureau qu'elle venait d'aménager tout spécialement pour elle. En effet à son arrivée, le bureau qu'avait occupé Rusard sentait le renfermé et jamais encore elle n'avait vue autant de poussière de crasse dans une pièce ! Sans compter tous les objets inutiles qui trainaient dans tous les coins. Voilà pourquoi la nouvelle Concierge de l'école décida de se mettre au travail. Elle n'utilisa pas beaucoup la magie pour cela, ce n'était pas une sorcière feignante, bien au contraire. Elle commença par remplir à la main quelques cartons avec les objets qui ne lui appartenaient pas. Une fois que la pièce fut vidée, elle sortit sa baguette pour donner un grand coup de propre. Elle esquissa alors un sourire satisfait. Cela était tout de même bien plus présentable. Pour terminer, elle l'aménagea à sa guise. Son bureau en ressemblait à rien à une pièce de grand-mère avec des dentelles et autres sornettes. Elle accrocha un tableau où trois enfants potelés regardaient avec curiosité la nouvelle pièce où on les avaient apporté. Elle ajouta un abat-jour à une vieille lampe, un fauteuil confortable avec un coussin, une malle, une étagère pour ranger quelques dossiers, puis remplit son bureau de parchemins, de plumes, d'encriers, et autres babioles. Elle ajouta une autre lampe pour y voir plus clair et put enfin admirer la pièce avec un tout autre visage. Un magnifique chat blanc au poil long pénétra alors dans les lieux, poussant un miaulement et reniflant l'espace qui l'entourait. Judith avait presque oublié Mister White dans tout ça ! Et oui après Miss Teigne pourquoi pas Mister White ? Leur caractère était bien différent. En revanche, l'animal aimait lui aussi mettre son nez partout et surveiller les élèves pour aller ensuite faire son rapport à sa maîtresse.
    La sorcière ajoute alors un panier confortable pour son chat qui alla immédiatement s'y rouler en boule en ronronnant. Voilà. Maintenant c'était parfait. Judith fit face à un miroir une petite minute pour se recoiffer un peu puis plissa le pan de sa robe avant de lancer :


    - Allons, Mister White. Il est temps de se mettre au travail je crois.

    Le chat se leva, s'étira longuement, puis suivit sa maîtresse hors de la pièce. La sorcière verrouilla son bureau d'un coup de baguette et partit faire sa promenade dans le château. Après tout... cela faisait des années qu'elle n'avait plus mis les pieds ici et il fallait bien avouer qu'elle avait quelque peu oublier où menaient tous ces interminables couloirs.
    Son retour à Poudlard était pour elle un enchantement. Cet endroit lui rappelait de magnifiques souvenirs, et des moins bons évidemment. Mais il y régnait un esprit de pure magie et de puissance où elle aimait voir tous ces jeunes sorciers se construire un avenir dans le monde de la magie.
    Elle emprunta les escaliers magiques, son chat toujours sur ses talons, et s'arrêta au premier étage. Son regard fut attiré par l'un des tableaux. Il représentait un grand homme avec une longue barbe sombre et un habit des temps anciens. Judith s'arrêta et salua respectueusement l'individu.


    - Bien le bonjour, Messire Renoir.
    - Bonté divine ! Mes yeux me tromperaient-il ? Mlle Montgomery ici-même !
    - Et oui mon cher, avec quelques années de plus cela va sans dire. Vous ne m'avez donc pas oubliée.
    - Elles se voient à peine, Madame. Qui oublierai un aussi beau regard ?

    Judith sourit, touchée tout de même par les propos de l'ancien Duc. Ils se connaissaient depuis longtemps et pour cause, étant élève à Poudlard, la sorcière avait passé des heures, assise dans ce couloir à réviser auprès de Renoir et ils avaient finit par se lier d'amitié. La meilleure amie de Judith de l'époque lui riait souvent au nez en lui disant que c'était un peu stupide de lier une amitié avec un tableau.
    Judith se croyait seule dans le couloir mais elle entendit des bruits de pas qui s'approchaient. Mister White dressa les oreilles et observa l'ombre d'une silhouette avec curiosité.
Revenir en haut Aller en bas
Samuel Pinsker
Serpentard, 4 ème Année
Serpentard, 4 ème Année
avatar

Messages : 167
Date d'inscription : 20/01/2010
Age : 36

MessageSujet: Re: Poudlard n'a pas changé... [LIBRE]   Dim 29 Mai - 21:47:21

-Lucrèce ! Tiens-toi tranquille, saleté ! J'vais te stupéfixer, ça va pas faire un pli !

Le chinchilla continua sa sarabande sous le T-shirt de Samuel, comme pour indiquer qu'il avait bien compris que c'était une menace en l'air. Jamais encore le cadet Pinsker n'avait stupéfixé quoi que ce soit, et, vu son niveau en magie, il n'était pas près de commencer.
Par chance, Lenny ne se trouvait pas dans la salle commune, et le voleur de chinchilla put quitter le dortoir de Serpentard sans avoir rencontré d'embûche majeure. Lucrèce le griffait furieusement, offensé de se retrouver caché sous un T-shirt ; de guerre lasse, le gamin le fit passer dans la poche koala de son sweat-shirt, en lui glissant au passage, en désespoir de cause, une pincée de friandises spécial chinchilla. La bestiole se mit docilement à grignoter, et cessa de se débattre.


-C'est ça, prends des forces, Lulu, tu vas en avoir besoin...

Car le sale gosse avait des projets bien précis pour le chinchilla de son cher frère – des projets que ledit cher frère risquait fort de réprouver hautement, s'il venait à en avoir connaissance – car Lenny, grâce aux bons offices de son cadet, allait devenir grand-père. Samuel avait en effet estimé qu'il était temps pour Lucrèce de faire la connaissance du sexe opposé, en la personne d'un charmant chinchilla brun résidant lui aussi à Poudlard, et il se hâtait vers le rendez-vous. L'autre élève – un Gryffondor de cinquième année, à peu près aussi évaporé que Sam, nommé Mike – avait accepté de sortir Lucrèce du célibat forcé où la maintenait son maître ; il avait réservé par avance l'un des fruits des amours des deux chinchillas, et ne demandait rien d'autre.

Au petit déjeuner, Mike était venu informer son comparse qu'il avait malencontreusement écopé d'une retenue, et qu'il le retrouverait après ; il avait précisé qu'il vaudrait mieux ne pas trop traîner, car il était sous surveillance pour de multiples méfaits dans les couloirs, et les adultes du château semblaient bien décidés à le traquer. Cela ne posait pas de problème ; en quelques minutes, les ébats des chinchillas devraient être terminés, et Lucrèce regagnerait le dortoir de Serpentard. Il suffirait, quelques mois plus tard, de jouer les innocents, et Lenny ne saurait jamais ce qui s'était passé... Le plan était sans accroc.

Dans la poche du sweat de Samuel, Lucrèce avait englouti sa nourriture en un temps record, et elle semblait désormais décidée à dormir, comme toujours lorsqu'elle était au chaud. Profitant de ne plus avoir à transporter un monstre déchaîné en train de se débattre, le blondinet accéléra, et gravit les escaliers d'un pas souple. Le rendez-vous était fixé au premier étage, près de la salle de métamorphose ; à cette heure, il ne devrait pas y avoir grand monde dans les parages.

Samuel s'engagea dans le couloir du premier, en caressant du bout des doigts la bestiole pelotonnée dans la poche de son sweat. Mike avait eu raison de choisir ce secteur pour le rendez-vous : il n'y avait vraiment pas grand-monde. Personne dans le tout premier couloir, une seule personne dans le deuxième – mais accompagnée d'un chat. Un magnifique chat blanc, dont la seule présence suffit à réveiller Lucrèce. Samuel sentit le chinchilla se dresser, son poil se hérisser, à mesure qu'il s'approchait du chat ; le félin, de son côté, fixait avec attention le nouveau venu – tous les ingrédients d'un drame animalier étaient réunis. Il suffirait d'un rien pour que Lucrèce non seulement ne connaisse jamais l'amour, mais encore ne revienne jamais dans le dortoir de Serpentard... Lenny ne pardonnerait pas un tel malheur à son cadet. Samuel passa son autre main dans la poche de son sweat pour empêcher Lucrèce de s'échapper, mais lorsqu'il passa devant la femme au chat – une personne qu'il n'avait encore jamais vue – la sale bestiole se mit à se débattre frénétiquement dans sa poche... et, à l'instant où le gamin disait bonjour à la femme (à l'école, on doit toujours dire bonjour à un adulte, leçon n°1 de maman), cette saleté de Lucrèce eut l'excellente idée de planter ses dents pointues dans l'un de ses doigts.


-Bonj... AÏE !

Furieux contre l'animal, il pila net, sortit sa main de sa poche, et essuya sur son sweat le sang qui coulait abondamment de la morsure. De l'autre main, il serrait Lucrèce un peu plus fort que nécessaire, en se jurant de lui faire payer cette incartade. La bête continuait de se débattre, et si elle continuait comme ça, elle allait tomber tout droit dans la gueule du chat qui semblait très intéressé.

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
 
Poudlard n'a pas changé... [LIBRE]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Oxumorôs :: Poudlard :: Premier étage :: Couloirs et Escaliers-
Sauter vers: