Oxumorôs

Après la guerre, la paix nouvelle reste précaire et menacée...
 
AccueilPortailFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [FINI] Quand la malchance nous poursuit.

Aller en bas 
AuteurMessage
Darla Steadworthy
Serpentard, 6 ème Année
Serpentard, 6 ème Année
avatar

Messages : 55
Date d'inscription : 03/02/2011
Age : 25

MessageSujet: [FINI] Quand la malchance nous poursuit.   Mer 9 Fév - 23:34:50

{ Dimanche, Novembre 1998


    {Un peu plus tôt | Allée des Embrumes, dans un magasin suspect
    Darla inspecta la table poussiéreuse sans un mot. Cela faisait un moment que Slazarus s'était éclipsé, et elle commençait à s'impatienter. Elle lâcha enfin un soupir exaspéré, et contempla d'un oeil vigilant les diverses antiquités qui l'entouraient. Elles n'avaient qu'une chose en commun: la quantité de poussière qu'elles avaient accumulé au fil des années. Rien ne semblait les unir à part cette épaisse poussière qui marquait le temps qu'elles avaient passé là, solidement plantées dans le sol dallé. Elle pouvait apercevoir divers meubles garnis, chinois, indous et un meuble rococo dont la présence dans ce lieu était décalée et grotesque. Il y avait aussi divers bibelots sur lesquels elle ne s'attarda pas: les bibelots intéressants n'étaient jamais mis en vitrine car il fallait être fou pour attirer l'attention des autorités avec des objets douteux qui se révèlerait très probablement être des objets de magie noire. Son attention se porta cependant sur une petite statue en porcelaine qu'elle attrapa entre ces deux doigts.

    Elle l'inspecta un long moment, fascinée par les courbes gracieuses et discontinues de ce qui semblait être un serpent. Elle grata un peu la poussière de ses écailles, mais la porcelaine était vieille et ne retrouvait pas son éclat blanc et pur d'origine. On devinait à sa couleur, et malgré la poussière, qu'elle avait vécu longtemps et connue de nombreuses époques - Darla s'étonnait même de la retrouver dans un si bon état. Elle continua sa contemplation, toucha ses dents blanches du bout des doigts, souffla encore un peu sur ses yeux profonds et caressa d'un air absent la tête de l'animal. Elle ne parvint pas, malgré tous ses efforts, à reposer cette porcelaine.

    « Melle Steadworthy?»

    Elle releva la tête et, voyant Slazarus à quelques pas d'elle, elle lui fit face.

    « Oui Slazarus?»

    Alors qu'il s'approchait, la faible lumière d'une lampe éclaira les plis de son visage. L'homme était surpris, et cet étonnement ne se dissipait que difficilement: il semblait partagé, comme s'il ne pouvait prendre une décision.

    « Pardon Melle, j'ai trouvé ce que vous cherchiez... il s'arrêta une seconde, les yeux posés sur le bibelot, mais je vois que vous avez trouvé Oreste. »

    Il regardait le bibelot avec insistance, et elle en déduisit qu'il s'agissait d'Oreste. Elle le contempla encore une seconde: Oreste le serpent ne faisait que quelques centimètres de hauteur, cinq tout au plus, et elle songea que c'était ridicule comme taille pour un serpent. Quand elle regarda Slazarus, elle constata qu'il s'était rapproché et que sa surprise s'était muée en quelque chose d'autre, de plus vil et sournois. Elle le vit à son sourire inquisiteur, à son approche discrète et à ses regards incessants.

    « Oreste n'avait jamais... »

    Il s'arrêta et son sourire disparut une seconde. Il resta figé ainsi pendant quelques secondes, les lèvres pendantes, puis se ravisa. Il releva sa lèvre inférieur, détourna le regard mais ne parvint pas à effacer le sourire en coin qui relevait encore ses rides.

    « Slazarus?»

    Il passa derrière son comptoir poussiéreux et se tourna vers elle, l'air de rien.

    « Oui, j'ai donc votre colis Melle Steadworthy.»

    Mais elle n'en démordait pas. Elle hocha subtilement la tête et se rapprocha du comptoir.

    « Bien. »

    Elle chercha du regard ledit colis, sans l'apercevoir. Slazarus finit par le sortir d'une de ses poches. Elle baissa les cils et tendit une main ferme. Slazarus tira sur le fil fin qui maintenait l'emballage de papier et déposa le petit colis ouvert dans la main de Darla. Elle fixa les yeux noirs, les soupesa dans son esprit, et les tourna encore un peu dans sa main avant de conclure avec certitude qu'il s'agissait bien des yeux de Trolls que son père avait commandé. Elle referma alors la main et les glissa dans la poche extérieure de son sac.

    « - Le payement se fera comme d'habitude.
    - Bien entendu, susurra Slazarus, en toute discrétion Melle.»

    Elle acquiesça et commença à songer à rentrer... Mais le regard de Slazarus l'intrigua, elle suivit celui-ci: sa main. Elle fronça les sourcils et constata qu'elle avait toujours le bibelot dans la main - ne l'avait-elle donc pas reposé? Cela ne lui ressemblait pas. Légèrement surprise, et une pointe honteuse, elle se détourna vers l'étagère pour le reposer.

    « Gardez le Miss Steadworthy. Cadeau de la Maison.»

    Elle s'arrêta et ne put s'empêcher de lui lancer un regard surpris. Ce n'était pas le genre de la maison de faire des cadeaux, surtout que Slazarus était réputé pour son avarie. Les étranges détails s'accumulaient dans son esprit et une étrange méfiance s'empara d'elle alors qu'elle se retournait vers lui.

    « De quoi s'agit-il Slazarus? Qu'est-ce que ce bibelot...?»

    Un étrange sourire vint rompre son visage distordu. Contrairement au précédent, il ne tentait pas de cacher celui-ci. Sa méfiance s'accrut encore.

    « Slazarus?»

    Il y eut un bref silence, mais il parvint à lui répondre, la voix haute et les yeux pétillants:

    « Oreste, Melle. Personne n'en a jamais voulu...»

    Son sourire s'élargit à ses mots et sa voix baissa, devenant un murmure quasi inaudible.

    « ... ou plutôt, il n'a jamais voulu de personne.»

    Quel étrange vieillard. Elle ne l'avait jamais compris. Que voulait-il dire par là? Que cette chose avait une conscience? Absurde. Seuls quelques rares et puissants magiciens étaient capables de greffer une âme, ou même de créer une conscience à un objet. N'avaient-ils pas répertoriés ces derniers? D'ailleurs, Slazarus ne mettrait jamais quelque chose de pareil à l'oeil de visiteurs curieux. Alors, qu'est ce que c'était? Si ce n'était pas une âme, comment expliquer sa dernière phrase? De l'agacement vint s'ajouter à sa méfiance tandis qu'elle lançait, hautaine.

    « Ce n'est pas le genre de la maison de faire des cadeaux...»

    Le visage de l'homme devint grave, il se racla la gorge et baissa la tête humblement.

    « Les temps sont durs.»

    Elle acquiesça.

    « Pour tout le monde, en effet. Mais alors pourquoi m'offrir ce bibelot?»

    Il osa lever les yeux, et son regard sans orgueil et plein de malice répondit pour lui.

    « J'espérais que vous pourriez me faire un peu de publicité... mais il s'empressa de rajouter : personne n'en voudrait de toute façon. »

    C'était suspect, et Darla n'y croyait pas du tout. Elle était passée maîtresse dans l'art du mensonge et son instinct lui dictait de ne pas croire ce type. Mais elle ne parvenait pas à lâcher cette statue, c'était un mystère. C'était comme si elle avait perdu le contrôle de cette main, et que dès qu'il s'agissait de lâcher ce bibelot, sa main refusait de recevoir ses ordres. Elle accepta donc l'offre, à la fois contrainte et heureuse du cadeau.

    « J'ai entendu dire que le ministère avait fait des malheurs à votre père. Oser l'accuser d'être un Sang-mêlé! Un Steadworthy! Mais où va-t-on?»

    Il susurrait ainsi, prenait un air outré, et Darla acquiesçait sans rien ajouter. Il surenchérit alors:

    « Il a bien entendu prouver que c'était une erreur, mais qu'ils aient même pensé à accuser les Steadworthy qui, depuis des décennies, sont...»

    « Cela suffit, Slazarus.»

    Nouveau silence.
    « Le monde des sorciers n'est plus ce qu'il était.»

    L'homme se tut, et se contenta d'acquiescer avec gravité. Elle le toisa du regard, impatiente d'en finir avec cette affaire mais bien obligée de rester courtoise avec les associés de son père... Elle s'esquissa donc discrètement vers la porte, lui lançant d'un air solennel:

    « Les Steadworthy n'oublieront jamais la fidélité que tu leur témoignes et saurons la récompenser.»

    Sur ce, elle s'inclina doucement en signe d'adieu, Slazarus y répondit en abaissant la tête, et elle s'éclipsa par la porte. Une fois dehors, elle ne perdit pas de temps. Elle tourna à droite et longea les murs sur plusieurs mètres. Elle avait mis sa cape et remonté sa capuche sombre, plongeant ainsi son visage dans l'obscurité et gardant son identité secrète. Elle ne voulait pas être vue ici: il ne fallait pas de preuves supplémentaires contre les Steadworthy!

    Elle hâta le pas, surveillant la foule du regard. Toujours les mêmes maquereaux, quelques nouveaux qui s'essayaient à la magie noire et la tenancière de la boutique des poudres hallucinogènes... Rien d'alarmant. Elle mesura la distance qu'il lui restait à parcourir, et calcula qu'il ne lui restait que quelques minutes de marches avant de sortir de la ruelle. Une fois dehors, elle n'aurait plus à se presser.

    Elle accéléra encore. Elle marchait désormais à grands pas, courant presque. Elle sentait la porcelaine froide dans sa main droite, et une vive inquiétude s'empara d'elle. Elle ne put en déterminer l'origine, et l'attribua au fait qu'elle ne soit pas encore sortie de cette maudite ruelle. Mais alors qu'elle commençait à entrevoir le bout de la rue, elle se stoppa net: une tenue de Poudlard. Devant elle, à quelques mètres, quelqu'un avec la cape de l'école se dirigeait de son côté.

    Elle recula de quelques mètres et s'engouffra entre deux maisons. Elle se tapit dans l'obscurité et se plaça de façon à étudier la silhouette qui se rapprochait. Elle reconnut immédiatement le blason vert de serpentard et jura intérieurement: Est ce que cet idiot voulait leur attirer des ennuis? A venir ici en tenue scolaire en affichant clairement sa maison! Elle fulminait. Il passait devant elle à présent, elle reconnut immédiatement la peau satinée de son partenaire de potions et leva aussitôt les yeux au ciel. Il ne manquait plus que ça. Ce lunatique solitaire ici dans l'Allée des Embrumes? Quel sort avait-on bien pu lui lançer pour qu'elle ait aussi peu de chance. Elle l'observa d'un oeil distant: il scrutait la foule et semblait chercher quelque chose.

    Son coeur battait la chamade et elle mourrait d'envie de le suivre... Où est ce qu'un type pareil pouvait bien aller? Elle l'observa pendant un moment, jusqu'à ce qu'il disparaisse derrière un immeuble et qu'elle ne décide de repartir. Tant pis, songea-t-elle, elle ne le suivrait pas: elle ne pouvait pas se permettre ce genre de luxe dans sa situation. Elle reprit donc sa course jusqu'à la rue adjacente. Sauvée.

    { Le Chemin de Traverse
    Elle glissa le long des murs et se redirigea vers le chemin de traverse. Elle l'atteignit au bout de quelques minutes mais ne baissa sa capuche qu'une fois arrivée dans un bar. Là, elle s'effondra sur une chaise, retira et rangea sa cape dans son sac, et attendit le serveur. Elle reprit son souffle et essuya les quelques gouttes de sueurs qui dégoulinaient de son front. Elle sentait son coeur battre la chamade et la peur laissait petit à petit place à de la fatigue...

    Elle s'était mise dans un coin de la tarverne, à l'obscurité, et regardait - en attendant qu'on la serve- le bibelot-serpent qu'on venait de lui offrir: elle le faisait tourner sous la table, l'étudiant entre ses doigts fins et blancs. Quelle journée.


Dernière édition par Darla Steadworthy le Sam 19 Fév - 10:21:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Line Cast
Serdaigle, 3 ème Année
Serdaigle, 3 ème Année
avatar

Messages : 179
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 20

MessageSujet: Re: [FINI] Quand la malchance nous poursuit.   Sam 12 Fév - 20:09:07

Line se trouvait chez Glacier Florian Fantarôme. Il y avait une longue queue, peuplé de gamin excité à l'idée d'avoir une glace. Line poussa un soupir exaspéré est regarda d'un œil noir un petit gamin, de six ans, qui commandait sa glace. De toute façon, maintenant qu'elle avait commencé à faire la queue, autant allez jusqu'au bout. De nombreux gens observaient les cheveux bleus de Line ce qui l'agaçait. Un gamin la regarda, pour finir par lui parler avec une petite voix agaçante :
-Oh ! T'es bizarroïde avec tes cheveux bleus !
Là, le seul rêve de Line aurait été de le faire lévitait avec le sortilège « Wingardium Levoisa » et de l'envoyait dans la poubelle la plus proche.
- Tu as quel âge pour me parler sur ce ton ? Hein ? Quand on n'a pas encore de baguette, vaut mieux la fermait !
Le garçon la regarda et ses yeux s'emplirent de larmes. Il commença à déversait un flot de larme en se dirigeant vers sa mère et lui raconta tout.
La mère observa Line et s'approcha d'elle.

« Tu n'as pas honte de t'attaquait à un petit ? Tu oses...
-Moi ? Honte ? Vous devriez mieux éduquer votre fils. C'est un petit insolant, en tout cas ! »
Le teint de la mère devînt rouge et elle tourna les talons, sans adressait un regard à Line.
Line n'attendit, par la suite que 10 minutes avant d'arrivait à la caisse où elle commanda une glace qu'elle mangea en un rien de temps. Elle se dirigea vers Tissard et Brodette, pour achetait une robe pour le bal de Poudlard. Le magasin était rempli de filles, qui essayaient des habits.
Au bout de 25 minutes, elle trouva une magnifique robe verte, longues, avec des plis au bout. En haut de la robe, il y avait un magnifique noeud. Elle acheta la robe ainsi que de petites ballerines vertes.
Elle sortit du magasin et se promena dans le chemin de traverses. Elle rencontra en route, Aren, son amoureux. Celui-ci lui sourit et engagea la conversation.

-Salut Line ! Tu vas bien ? Qu'est ce qui t'amène sur le Chemin de Traverse ?
-S...a...lut ... Aren. »
Elle rougit et prit son courage à deux mains et répondit d'un ton assuré :
- Oui, oui je vais très bien. Je viens juste pour m'achetait certaines affaires. Et toi ?
-Moi ? Oh, tout simplement, pour aller voir les nouveaux balais.
-Ah... bon, on se voit à Poudlard .Salut !
-Ouais. Salut !
Line fut prise de surprise qu'en celui-ci, se pencha légèrement pour l'embrassait sur la bouche. Elle se raidit, mais se laïcat faire. Ce fut un baiser rapide mais magnifique. Aren tourna les talons et partit.

Line restait, là, debout au même endroit. Elle était rouge comme une pivoine. Elle n'en revenait pas ! Aren éprouvait t-il donc un sentiment vis-à-vis de Line ?
Elle revint à la réalité quand un homme la percuta de pleins fouets. Elle se retrouva propulsée dans l'air, pour finir sur le sol. L'homme en question lui tendit une main secourable. Elle se releva péniblement et fixa d'un oeil noir l'homme. Celui-ci parla d'une voix rauque, en se grattant l'arrière du crâne.

-Désolée, petite.
Il ne rajouta rien. Et il partit au pas de course. Personne n'avait remarqué l'incident.
Line décida de bougeait du milieu du Chemin de Traverse, pour aller s'asseoir sur un banc.

Elle regardait les gens passer en songeant plus à l'homme qu'au baiser d'Aren. C'est alors, qu'elle aperçut une jeune fille encapuchonné, qui s'hâtait. Elle voyait des mèches qui sortaient de la capuche et en avait déduit que c'était une fille.

Intrigué, Line se leva et suivit discrètement la jeune fille. Elle la mena jusqu'au Chaudron Baveur.


Le bar était rempli de sorcier et de sorcière âgés, qui ne faisait pas attention à Line, ni à la jeune fille encapuchonné, qui ce dirigeai vers une table, où régnait l'obscurité. Elle venait de retirer sa capuche et Line distingua les traits de... Darla Steadworthy ! Une élève de 6ème année, qui bien entendu était à Serpentard. Une pointe de haine envahie Line, qui n'appréciait guère Darla.

Line s'installa près de la table de Darla sans la quittait des yeux. Elle ne connaissait guère Darla, mais tous ceux qui lui avaient parlé (hormis les Serpentard peut être) en avaient gardé un mauvais souvenir.

Elle observa Darla discrètement et remarqua que la Serpentard observai un objet sous la table que Line ne pouvait distinguer. Une voix fit sursauter Line, qui se retourna brusquement.

« Oh, je vous dérange, peut-être ? »
Line contempla le barman d'un mauvais oeil avant d'afficher un mince sourire.
« Non, non... Un café s'il vous plait.
-Tout de suite. »
Le barman tourna les talons, en griffonnant sur son bloc-notes. Line reporta son attention sur Darla, essayant de distinguait l'objet qu'elle observait.

Encore une fois, une voix fit sursauter Line qui se retourna, cette fois ci calmement.

« Salut Line ! Tu fais quoi au Chaudron Baveur ? »
C'était Sarah, sa meilleure amie qui lui parlait.
« Oh, salut Sarah. Eh bien... pour tout dire... heu... j'observe cette fille. »
Line lui raconta toute l'histoire, en surveillant Darla du coin de l'oeil.
« Donc, tu considères que Darla est suspecte ?
-Oui, c'est un peu ça.
-Et tu essayes d'apercevoir l'objet qu'elle observe.
-Oui... je crois bien.
-Hum, hum.
Sarah et Line pivotèrent pour faire face en barman qui tenait deux cafés dans la main.
- Désolée de vous interrompre. Voici ton café jeune fille. Et toi tu veux quelque chose ?
-Oui, pourquoi pas le deuxième café que vous tenez dans votre main ?
A contre- coeur le barman tendit le café en question à Sarah, qui lui jeta quelques gallions dans sa main et il partit.
-J'ai toujours, beaucoup aimé le café.
-Oui, moi aussi. Bon revenons à notre précèdent sujet.
-Tu es casse pied Line. Si cette fille cache quelque chose, c'est son problème.
-Mais...
-Et il faut toujours éviter à se frotter à plus grand que soit.
-Mais...
-Et si tu y tiens, je te signale que je vois très bien l'objet qu'elle observe. »
Line se retourna précipitamment et distingua une sorte de bibelot-serpent.
- Où a-t-elle put se procurait cet objet ?
-Tu n'a qu'à allait le lui demander ! Je suis sûr, qu'elle sera ravie de te répondre.
-Très drôle. C'est surement un objet de magie noir. J'en suis certaine.
-Ouais, bon c'est vrai que cet objet ne me rassure guère. Peut-être qu'elle la trouvait dans l'allée des Embrumes ?
-Oui, peut être...
Line poussa un soupir exaspérée, qui s'adressait à Sarah, qui ne l'aidait pas beaucoup. Elle remarqua une petite table, encore plus proche, de Darla que celle-ci. Elle le fit remarquait à Sarah, qui se leva, pour se précipitait en courant comme une gamine de 8 ans, vers la table en question. Sarah attirait trop l'attention, ce ne sera surement jamais elle qui irait cambriolait la banque de Gringots.
Line se leva péniblement pour faire tout le tour du bar, avant d'arrivait à la table où Sarah l'attendait.
Line observa fixement Darla, en attendant que celle-ci bouge ou lève son regard du bibelot-serpent. Elle la fixé tellement, qu'elle était certaine que Darla pouvait sentir le picotement de son regard sur sa peau...


Revenir en haut Aller en bas
Darla Steadworthy
Serpentard, 6 ème Année
Serpentard, 6 ème Année
avatar

Messages : 55
Date d'inscription : 03/02/2011
Age : 25

MessageSujet: Re: [FINI] Quand la malchance nous poursuit.   Dim 13 Fév - 10:35:59

    Cette chose n'était pas bien grande, vraiment. Oui, quelques centimètres à peine... Elle pouvait se briser si facilement. Darla la serra doucement dans sa main froide. Tellement facilement. Elle ravala sa salive, et la regarda encore. Quel genre de serpent était-ce? Il était fin, gracieux et digne. Elle grattait avec acharnement un peu son cou, descendait le long de son corps sinueux, qui s'enroulait sur lui-même à la fin. Elle au alors un étrange sentiment: alors qu'elle retirait un peu de poussière de sa queue verte, elle fut persuadée que cet objet avait une paire. Elle resta quelques secondes abasourdie, les yeux légèrement écarquillés. Comment n'avait-elle pas pu y penser? Elle serra encore un peu Oreste de sa main gauche pendant que la droite caressait désormais sa tête. S'il avait effectivement une paire, alors l'autre bibelot complèterait parfaitement la posture sinueuse du serpent, et la rendrait probablement moins étrange songea-t-elle avec un sourire.

    « Mademoiselle?»

    Elle sursauta légèrement, ses épaules se haussants et ses yeux s'écarquillants sous l'effet de la surprise. Elle réalisa alors que le serveur se trouvait à ses côtés et la dévisageait avec amusement...

    « Pardon, mademoiselle. Vous désirez quelque chose à boire?»

    Il lui souriait gentillement, et elle se sentait mal à l'aise - voire un peu ridicule. Combien de temps avait-elle passé prostrée ainsi à regarder ce ridicule bibelot? Elle se racla la gorge et se redressa légèrement sur sa chaise.

    « Quelque chose de sucré, s'il vous plait.»

    Il retira immédiatement le crayon qu'il avait coincé derrière son oreille et le bloc note qu'il avait coincé dans sa ceinture. Il se plongea dans celui-ci et repris en souriant.

    « J'utilisais une plume à papote avant, mais elle n'écrivait que la moitié des commandes correctement, et vous voyez c'était quand même un peu galère pour s'y retrouver après... entre la Bièrraubeurre et la Bièrrasucre il n'y a grande' différence et...»

    Il parlait ainsi, ricanant nerveusement, et incapable de tenir son stylo sans trembler un peu. Elle comprit alors qu'elle le mettait mal à l'aise. Elle soupira et détourna le regard. Le malaise devint plus grand alors qu'il se raclait la gorge à son tour.

    « Hum... pardon, je radotes. Je... hum...»

    Il rit nerveusement et se gratta un peu la joue. Elle soupira encore une fois sans daigner relever les yeux. Un court silence s'installa, où la tension devint presque palpable.

    « Nous avons une nouveauté si vous voulez, élu meilleure boisson de l'année par Le Choix du Choixpeau. Ca s'appelle l'Archade des Sens, bon je sais que le nom est un peu ... mais c'est très sucré et euh... bref, ça devrait vous plaire.»

    Elle le regarda enfin: son visage s'était joliment empourpré et il ne parvenait plus à la regarder dans les yeux.

    « Très bien, je prendrais ça alors.»

    Sa voix sembla le surprendre, car ses traits se détendirent alors qu'il se tournait vers elle avec un sourire radieux.

    « Parfait! Je vous apportes ça tout de suite!»

    Il partit alors vers le bar où son collègue l'accueillit avec un air amusé. Elle passa sa main gauche dans la poche de sa robe et posa son coude droit sur la table, accueillant sa lourde tête dans sa main droite. Elle le fixait ainsi la tête penchée en soupirant. Etait-elle tombé sur un nouveau? Elle ne l'avait jamais vu ici auparavant... Comble de la chance, un nouveau qui se révélait être un incompétent. Darla fit preuve de néglicence et ne fit aucune remarque lorsqu'il vint déposer son cocktail coloré en face d'elle.

    « Voilà, si vous avez une demande à faire vous n'avez qu'à m'appeler - Je suis Jeremy, votre serveur.»

    Comme elle se contentait de le regarder sans répondre, il acquiesca nerveusement et se détourna vers le bar, penaud. Elle lâcha un profond soupir et fit un peu tourner la paille dans son cocktail. Vraiment, quelle journée. Elle commençait à croire qu'on lui avait vraiment lançer un sortilège, ou sinon le destin s'acharnait contre elle avec une obstination dont elle ne l'aurait jamais cru capable. C'était triste. Elle porta la paille à sa bouche et avala un peu de la nouvelle boisson. C'était pas mal, ça pétillait et on sentait plusieurs saveurs défiler sur sa langue: de l'orange on passait à l'ananas, puis au kiwi, ensuite à la fraise... et ça continuait ainsi pendant quelques secondes. Non c'était vraiment excellent, elle n'avait rien à redire.

    Pendant qu'elle buvait sa boisson, elle entendit de petites voix aiguës au loin. Son regard fit rapidement le tour de la salle et elle repéra rapidement deux filles qui l'épiaient. Elle avait ressorti son bibelot sans s'en rendre compte, et ne le réalisa pas tout de suite. Les filles étaient proches, et la seule raison pour laquelle Darla s'attardait sur celles-ci était que leurs visages étaient familiers. Ils lui disaient vaguement quelque chose... des petites poudlariennes. Qu'est ce qu'il avaient tous à venir ici? Décidément. Elle se détourna et pris encore quelque gorgées de son "Archade des sens". Hips. Parfait, elle avait maintenant le hoquet. Son agaçement ne faisait qu'accroitre alors qu'elle s'efforcait d'ignorer les petites voix aiguës et les regards persistants des filles. Cela suffisait! Elle tira son sac à elle et en sortit sa baguette magique. Hips. Elle glissa la porcelaine dans sa poche, qu'elle referma soigneusement cette fois-ci, et porta sa baguette à sa gorge. Hips.

    Elle ferma les yeux et murmura alors une formule. Rien ne se produisit: pas une lumière, pas un son. Elle ranga sa baguette et caressa son cou gracile. Plus de hoquet, c'était déjà ça. Elle pris une dernière gorgée et déposa sur la table un gallion avant de se lever.

    Levée, le sac en main, elle s'apprêtait à partir. Mais quelque chose la força -pour la deuxième fois de la journée- à s'arrêter: Ryan. Encore lui. Etrangement, elle ne fut pas aussi surprise qu'elle aurait pensé l'être - et aurait dû être. Elle observa sa silhouette musclée se frayer un chemin entre les tables... jusqu'à elle. Elle ne savait trop quoi dire ou quoi penser. Elle avait la certitude qu'il allait s'arrêter devant elle et silencieusement l'inviter à se rassoir. Et c'est ce qu'il fit.

    Ses yeux bleus ne la quittaient pas, et son geste franc et doux l'invitait effectivement à se rassoir. Darla planta ses yeux dans les siens. En temps normal, elle l'aurait surement ignoré et serait partie sans le regarder. Mais Ryan avait quelque chose qui la fascinait: son attitude, ses gestes et sa voix grave. Sa carrure, son teint et ses yeux profonds. Mais surtout, il avait quelque chose à dire. Et si ce loup solitaire était là en face d'elle, s'il était venue jusqu'à elle pour dire quelque chose, c'est que cette chose avait de l'importance.

    Elle reprit donc contenance et se rassit. Il baissa la tête et s'assit à son tour: il se mouvait facilement malgré l'encombrante cape de l'école. Elle redéposa son sac à ses côtés, et s'accouda à nouveau sur la table. Il ne disait toujours rien. Elle le dévisageait - incapable de le quitter des yeux. Mais il se contentait de parcourir le menu qu'il avait pris sur la table à côté.

    Elle retint un soupir et sortit encore son bibelot en attendant qu'il se décide à parler. Elle passa d'abord ses mains sous la table, mais se souvenant du ridicule de la scène précédente, elle les posa sur la table cette fois-ci. Toujours rien, Ryan se contentait de parcourir le menu avec une attention feinte. Darla se contentait quand à elle de détailler le bibelot du regard, préférant ça à dévisager Ryan. Elle le grata encore.

    « Tu es ridicule d'être venu dans cette tenue » murmura-t-elle.

    Il ne lui répondit pas, ignorant la remarque, et appela un serveur. Ce fut toujours Jeremy qui arriva.

    « Oui? »
    « Un bièrraubeurre et une autre "Archade des sens". »
    « Tout de suite. »

    Une autre? Elle regarda le fond de son verre: ce fond avait-il suffit à ... ? Ryan était un habitué peut être? Le produit était nouveau après tout alors comment à part ça...? Humph. Elle rebaissa les yeux sur Oreste, elle ne savait exactement comment se comporter et attendait la suite...

    « C'est une jolie vipère que tu tiens là... »

    Elle le regarda sans broncher. Et alors? Il n'était quand même pas venu lui parler de ça, si? Elle regarda Oreste: c'était donc une vipère. Une main sombre entra dans son champ de vision: comprenant qu'il désirait voir l'objet, elle déposa Oreste dans sa paume ouverte et le laissa le contempler.

    « Vos boissons. »

    Le serveur tremblait légèrement en les posant, surement à cause du stress ou de la présence du serpentard. Darla et Ryan semblaient l'intimider, et Darla ne comprenait pas pourquoi. Elle poussa sa précédente boisson, désormais vide, contre le mur et fit place à la nouvelle. Elle rangea aussi son galion et la sirota un peu pendant que Ryan contemplait Oreste. Le serveur était déjà parti depuis un bon moment quand ce dernier prit enfin la parole.

    « C'est un bel objet. »

    Il lui tendit et elle le récupéra sans rien dire. Elle le fit tourner une dernière fois dans sa main avant de le ranger encore une fois dans sa poche. Décidément, elle faisait beaucoup d'allers-retours cette vipère. Le nom du serpentard lui revint alors à l'esprit: Calligan. Ryan Callingan - ou quelque chose qui rimait avec ça?

    « Tu es venu pour me dire ça, Callingan?»

    Elle prit une gorgée de l'Archade. Cette boisson commençait à lui monter à la tête...

    « Je t'ai vu tout à l'heure.»

    Sa voix aiguë sonnait comme une menace: elle avait perdu patience, et était sur le point de laisser tomber ce pauvre type -malheur de leur maison- pour aller faire des choses qui seraient certainement plus intéressantes...
Revenir en haut Aller en bas
Line Cast
Serdaigle, 3 ème Année
Serdaigle, 3 ème Année
avatar

Messages : 179
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 20

MessageSujet: Re: [FINI] Quand la malchance nous poursuit.   Mar 15 Fév - 19:09:46

[Désolée pour le retard... je suis surchargée de travail et je n'ai pas eu un seul instant pour venir sur le forum...]

Sarah commençait à raconter à Line ses vacances de long, en larges. Elle l'agaçait et elle faisait son possible pour ne pas prêter attention à Sarah, mais plutôt de se concentrer sur Darla.

Le barman arriva à la table de Darla qui sursauta quand celui-ci lui parla.
Line était entièrement concentré sur elle et le Barman et elle essayait d'entendre ce qu'ils disaient, mais Sarah parlait si fort qu'elle ne distinguait aucune de leurs paroles.

- Sarah, tes vacances sont super passionnante, mais j'essaye d'entendre la conversation de Darla et du barman. Alors, merci de la fermer !

Elle m'a regardé avec des yeux ronds et a croisé les bras contre sa poitrine, comme une gamine. Elle boudait. Line poussa un soupir exaspérée ,mais ne lui prêta plus attention et se tourna vers la table de Darla.
-Pardon, mademoiselle. Vous désirez quelque chose à boire ?
En attendant, ils ne parlaient que de boissons... rien de préoccupant.
Le barman lui souriait gentiment et Darla se racla la gorge en se redressant légèrement sur sa chaise. Elle parla et pour la première fois, Line entendit sa voix.

-Quelque chose de sucré, s'il v....
Line ne put pas en entendre davantage, car une main la saisit pour la retournait brusquement. Instinctivement, Line avait sorti sa baguette et la pointé sur Sarah qui lui faisait face, faisant la moue.
-Ce n'est que moi... Tu es encore captivé par Darla. Laisse là donc tranquille ! Elle a le droit d'avoir son intimité !
Line la regarda haineusement avant de parler d'une voix contrariée.
-Et moi aussi, j'ai le droit d'avoir mon intimité !
-C'est- à-dire ?
- Laisse-moi tranquille.
Sarah sut que Line n'en dirait pas davantage et la regarda ce retournait vers Darla.
-Hum... pardon, je radotes. Je... hum..
Line savait qu'elle devait avoir raté une grande partie de la discussion, et maudit Sarah de toute son âme.
Le barman rit nerveusement et se gratta la joue. Darla devait surement le mettre mal à l'aise et Line le comprenait. Elle distingua le soupir de Darla et remarqua qu'elle avait détourné le regard.

-Nous avons une nouveauté si vous voulez, élu meilleure boisson de l'année par Le Choix du Choixpeau. Ca s'appelle l'Archade des Sens, bon je sais que le nom est un peu ... mais c'est très sucré et euh... bref, ça devrait vous plaire.
En attendant, ce n'était pas vraiment un sujet intéressant... et Line s'ennuyait à mourir, mais bon...
Le barman n'arrivait plus à regarder Darla dans les yeux et observait tantôt le plafond, tantôt le sol ou d'autres endroits.
-Très bien, je prendrais ça alors.
Line sursauta quand Sarah vint s'installer à son côté et se mit à les observaient comme elle. Le barman sembla se détendre.
-Parfait! Je vous apportes ça tout de suite!
-J'ai raté quoi ? Rien d'important j'espère, genre Darla se met à assassiner tout le chaudron Baveur avec son bibelot ?chuchota Sarah.
-Non, simple discussion banale.
Elle n'a plus adressé la parole à Line et celle-ci en était bien contente.
Le barman tourna les talons laissant Darla, seul. Celle-ci passa sa main gauche dans sa robe et posa son coude droit sur la table, en posant sa tête dessus.
Le barman revînt quelques minutes plus tard et posa un cocktail sur la table de Darla.

-Voilà, si vous avez une demande à faire vous n'avez qu'à m'appeler - Je suis Jeremy, votre serveur.
Jeremy, drôle de nom, pensa Line juste au moment où Sarah parla de nouveau :
-Passionnante la conversation ! C'est surement suspect de commander une boisson. Tu devrais appeler le ministère de la Magie. C'est grave ce qu'elle fait là.
-Ne te pleins pas si tu devras vraiment l'appeler ton ministère quand tu te seras retrouvé au plafond.
Sarah ne répliqua pas, se contentant de sourire.
Le barman était déjà partit pendant leur petit échange et Darla buvait tranquillement son cocktail. Line eut un haut le coeur quand le regard de Darla parcourra la salle pour s'arrêtait sur Sarah et elle. Mais cela ne dura pas et elle détourna rapidement le regard.

-Son regard fait vraiment peur ! fit remarquait Sarah.
-Oui...
Line n'ajouta rien. Darla avait maintenant le hoquet et on entendait des petits « hic » agaçants.
Quand Darla sortit sa baguette de sa poche, Line crut d'abord qu'elle contait leur jeter un sort, mais elle ne fit rien de tout cela et on ne distinguait plus ces petits « hic ».

-J'ai vraiment cru qu'elle allait nous tuait !souffla Sarah, qui visiblement avait eu la même peur bleue que Line.
-Moi aussi.
Darla se leva, le sac en main. Line se leva à son tour suivit de Sarah mais d'un coup Darla stoppa quand la silhouette d'un garçon musclé arriva, se faufilant entre les tables jusqu'à Darla.

Le garçon invita celle-ci à se rasseoir et Line et Sarah se rassirent précipitamment. Elle remarqua que Darla et le garçon se fixait intensément. Il portait, bizarrement la robe de Poudlard et visiblement, il était à Serpentard. Darla et le Serpentard s'assirent en silence. Le garçon parcourait le menu des yeux sans accorder un regard pour Darla. Celle-ci avait ressorti le bibelot et le détailler du regard. Quand elle parla, Line dut pencher son oreille pour entendre.

-Tu es ridicule d'être venu dans cette tenue
C'est vrai que c'était assez ridicule de porter sa robe de Poudlard en un tel lieu !
Le garçon ne répondit pas et appela le barman, qui arriva.

-Oui ?
-Un bièrraubeurre et une autre "Archade des sens"
La voix du garçon semblait familière à Line, qui connaissait presque tous les prénoms de tout Poudlard. Il s'appelait... Rytan... Rioti...non, Ryan, se souvint telle.
-Tout de suite.
-Le garçon, il s'appelle Ryan. informa Line
-Miss « Je sais tout » en action... marmonna Sarah, l'air de s'ennuyait.
Le garçon parla.
-C'est une jolie vipère que tu tiens là...
Line se redressa, le sujet qu'elle attendait depuis tout à l'heure venait d'être abordait... elle bénit de toute son âme Ryan et sentit Sarah qui elle aussi se redressait. Darla posa délicatement le bibelot-serpent dans la main de Ryan et au même moment le barman arriva tremblant légèrement.
-Vos boissons.
Le barman partit laissant le garçon observait le bibelot-serpent. Line ne prêtait plus attention à Darla, mais à Ryan.
-C'est un bel objet.
-Dangereux, sans aucun doute... marmonna Line.
-C'est un beau gosse ce Ryan.murmura Sarah.
-Tu pense vraiment qu'à sa toi !
-C'est dans ma nature !
Line n’ajouta rien et Sarah non plus.

C’était maintenant Darla qui tenait le bibelot-serpent dans sa main, puis elle le rangea dans sa poche. Darla parla au bout d’une demi-minute.
-Tu es venu pour me dire ça, Callingan?
Calligan était-ce son nom ou son prénom ? Elle ne savait pas, mais elle s’en fichait. Darla but une gorgée de son cocktail, avant de reprendre la parole d’une voix aiguë.
-Je t'ai vu tout à l'heure.
- Surement dans l’allée des Embrumes. m’informa Sarah.
-Et après on dit que je suis une Miss « Je sais tout » !
Darla semblait perdre patience et Line aussi d’ailleurs. Elle était sur le point d’aller lui poser les questions elle-même sur ce fameux bibelot-serpent et non en écoutant des conversations qui ne menaient à rien. Line chuchota à l’oreille de Sarah :
-Si elle part du Chaudron Baveur, et c’est ce qu’elle va faire, j’en suis certaine. Je la suivrais. Toi, la suivrais-tu ou resterais-tu tranquillement ici à boire un cocktail ?
-J’avoue que la deuxième option est bien tentante, mais la première c’est « L’aventure », alors je te suivrais ou que tu ailles.
-Très bien. Mais attention tu dois être discrète !
-Bien sur ! Je suis championne de la discrétion.
-Tu parles…
-Pardon ?
-Non rien…
-Oh, tu sais que j’ai vu Aren ? Au magasin de Quiddich. Il était de très bonne humeur et m’a informé que c’était le plus beau jour de sa vie.
Line s’est tournée brusquement vers Sarah.
-C’est vrai ?
-Bien sûr. Et je suppose que tu sais pourquoi, il est de si bonne humeur ?
-Ou..oui.
Line a rougit, mais s’étant toujours confiée à sa meilleure amie, elle lui révéla tout.
-Je l’ai rencontré sur le chemin de traverse. Nous avons discuté et quand il m’a dit « Ouais. Salut ! »Il m’a… embrassée.
-Ouah ! La chance…C’était comment ?
-Personnel. Et je te signale qu’on ne regarde même plus Darla.
Sarah n’a rien ajouté, mais quand elle sait tourné pour observer Darla, elle a glissé de sa chaise et est tombée sous la table avec un grand « BOUM ! ». Tous les visages se sont tournés vers Line qui levait les yeux au ciel, en poussant des soupirs exaspérés.

Sarah s’est relevé péniblement et peu à peu, les gens n’ont plus fait attention et sont retournés à leur occupation comme si de rien n’était.
Sarah grimaçait de douleur.

-Tu aurais pu faire attention Sarah !
-C’est pas de ma faute, si ces chaises glissent !
Line n’a rien ajouté et s’est tournée précipitamment vers Darla pour savoir si celle-ci avait prêté attention à Sarah….




Revenir en haut Aller en bas
Darla Steadworthy
Serpentard, 6 ème Année
Serpentard, 6 ème Année
avatar

Messages : 55
Date d'inscription : 03/02/2011
Age : 25

MessageSujet: Re: [FINI] Quand la malchance nous poursuit.   Mer 16 Fév - 20:31:03

    Darla et Ryan eurent le même réflexe: tous deux se turent et observèrent la jeune fille se relever avec difficulté. Le petite poudlarienne de tout à l'heure... elle s'était déplaçée. Comment s'étaient elles retrouvées derrière eux? Darla observa la scène quelques instants... L'autre petite poudlarienne, qui semblait ELLE mieux tenir sur sa chaise, la fixait. Mais leurs regards ne s'échangèrent qu'un très court instant, la vivacité d'esprit de Darla la forçant à se retourner.

    Elle fixa donc Ryan qui, bien qu'observateur, mis un peu plus de temps qu'elle à comprendre. Il ravala sa salive et la regarda d'un air entendu. Ils n'eurent pas besoin d'échanger de vaines paroles: tous deux avaient compris qu'ils étaient écoutés. Une entente tacite s'installa et elle se levait, son sac à la main. Elle quittait son Archade des Sens un peu à regret, mais se promis de revenir un jour y regoûter. Le tintement des gallions retentit sur la table, et elle s'éclipsa avec Ryan.

    Ils se faufilèrent tous deux harmonieusement entre les tables, comme des serpents dans les filets d'un ruisseau. Le Chaudron n'était pas assez sûr pour avoir ce genre de conversation, on y trouvait toujours des oreilles indiscrètes traîner. La porte claqua et ils disparurent dans la foule piétonne.


________________________________________________________________________________
Hors Jeu:
 


Dernière édition par Darla Steadworthy le Sam 19 Fév - 10:22:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Line Cast
Serdaigle, 3 ème Année
Serdaigle, 3 ème Année
avatar

Messages : 179
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 20

MessageSujet: Re: [FINI] Quand la malchance nous poursuit.   Ven 18 Fév - 19:13:00

[Je fais donc, un nouveau topic dans le Chemin de Traverse qui sera la suite de ce rp.]

Line croisa le regard de Darla un très court instant, mais celle-ci le détourna bien vite pour fixer Ryan. Elle eut le pressentiment que Darla avait compris qu'elle écoutait leur conversation et que Ryan lui n'avait encore rien pigée. Elle poussa un profond soupir et observa Darla et Ryan se faufilait entre les tables pour enfin claquer la porte du Chaudron Baveur.

Line se tourna vers Sarah, qui se remettait difficilement de sa chute et saisit le premier livre qu'elle trouva dans son sac et commença à la taper avec doucement, pour ne pas lui faire mal, mais si elle avait eu le droit d'utiliser la magie, elle aurait bien aimé lui lancait le sortilège « avis ».

Sarah l'observait, interloquée, en se frottant la tête où Line venait de la taper avec le livre.

-Tu es folle, ma vieille ! Ça fait un mal de chien quand on te tape sur la tête avec un livre et en plus un GROS !

-Imbécile. Darla a compris qu'elle était écoutée ! Tu disais être discrète tout à l'heure ! Tu parles ! Je te maudis. Il ne me reste plus qu'à la suivre et SANS toi ce serait mieux !

-Mince... Moi, je maudis ton livre...
-elle jeta un regard au livre posée sur la table avant de lever la tête.- de Métamorphose ! Et ne compte pas sur moi pour rester sagement ici à attendre que tu reviennes !

Line n'avait écouté, que la moitié de ce que Sarah venait de lui révéler et se faufilait déjà entre les tables. Sarah couru à sa suite.

-Eh, attend moi !


Line lui claqua la porte au nez et Sarah commença à lâcher des jurons, non à Line, mais à la porte. Elle l'ouvrit brutalement et la porte se referma, laissant les gens ahuris à l'intérieur du Chaudron Baveur...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [FINI] Quand la malchance nous poursuit.   

Revenir en haut Aller en bas
 
[FINI] Quand la malchance nous poursuit.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tristesse, quand tu nous guettes [Deino Silcen] [Fini]
» [RP ouvert] Insomnie quand tu nous tiens!
» 07. Jalousie, quand tu nous tiens...
» Quand aurons- nous de vrais dirigeants a la tete du pays?
» Guitare, quand tu nous tiens ! {PV Evan}[Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Oxumorôs :: London City :: Le Chemin de Traverse :: Le Chaudron Baveur-
Sauter vers: