Oxumorôs

Après la guerre, la paix nouvelle reste précaire et menacée...
 
AccueilPortailFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Détente à la volière.(libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Line Cast
Serdaigle, 3 ème Année
Serdaigle, 3 ème Année
avatar

Messages : 179
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 19

MessageSujet: Détente à la volière.(libre)   Sam 22 Jan - 19:27:15

Line grimpa les marches qui menaient à la volière. Faisant de grands bonds à chaque marche démolie.
Dans ses bras, elle tenait un parchemin vierge et une plume ainsi que de l'encre. Elle profita du beau temps pour se détendre, puisque qu'elle avait deux heures de libre et ensuite elle irait en cours de Botanique.
Elle repoussa une mèche rebelle qui l'aveuglait de sa main. Elle s'arrêta sur un palier et contempla le paysage. La nature après la guerre essayait tant bien que mal de repousser à son rythme. Le soleil se reflétait sur le lac qui brillait faiblement. Une légère brise soufflait, détendant Line. Bref, tout était parfaitement normal.
Line reprit sa route d'un pas moins pressé. Enjambant un trou, sa plume glissa de ses mains et roula jusqu'au palier le plus proche. Line poussa un soupir exaspéré et descendit sur le palier. Elle agrippa sa plume qui à sa plus grande chance ne c'était pas envolée. En se relevant, elle distingua au loin des sombrals qui volaient dans le ciel. Elle sourit, les sombrals étaient des créatures si extraordinaires. Line avait perdu son père, assassiné par un mangemort qui voulait la tuer. Elle se reprochait la mort de son père, car celui-ci, voulant protéger Line, c'était interposé entre elle et le mangemort alors qu'il n'était qu'un moldu. Line s’en souvenait comme si ça s'était passé hier. Le mangemort lui avait gentiment demandé de dégager et son père avait gentiment signé son arrêt de mort. Le mangemort avait levé sa baguette et l'avait fait mourir lentement, en lui lançant un endoloris. Line prise de panique, avait lancé un expeliarmus, très réussi pour une élève de deuxième année, mais le mal était fait, il était mort sous ses yeux.
Line n’aimait pas se remémorer ce moment. Elle remonta pour enfin arriver à la porte de la volière. Elle profita une dernière fois de l’air frais pour ensuite entrer dans la Volière, où on ne risquait pas d’avoir froid. Line enleva son blouson bleu et le posa près de la porte. Elle monta tout en haut de la volière, ou l’air était meilleur. Là, elle s’assit sur le rebord d’une fenêtre et commença la lettre pour sa famille.
Line leur expliqua le début de sa troisième année dans les moindres détails. A la moitié du parchemin, Line contempla le ciel d’un air songeur comme à son habitude. De gros nuage gris enveloppèrent les alentours à une vitesse hallucinante. La pluie commença à tomber petit à petit. Line passa sa main hors de la Volière. Elle étala sa main humide sur son visage en poussant un soupir de bonheur. Elle reporta toute son attention sur son parchemin. Quand elle eut enfin terminé sa lettre, qu’elle plaça dans une jolie enveloppe, 10 minutes s’étaient écoulées. Il ne restait plus qu’à attendre son hibou, Plume grise, qui devait arriver d’un moment à l’autre.
Line tournant son doigt dans ses cheveux, attendait impatiemment Plume Grise qui arriva sous la pluie, complètement désorienté. Line siffla. Plume Grise tourna la tête et se dirigea vers elle. Il se posa sur le rebord de la fenêtre. Line l’agrippa fermement avec ses deux mains et le berça en le collant sur son corps qui débordait de chaleur. Ses plumes étaient trempaient et Plume grise tremblait. Line s’installa dans un coin chaud de la volière. Elle lui parla d’une voix douce.

« Ici tu es au chaud. Repose-toi contre moi, Plume Grise. »
Plume Grise cessa de trembler et se cala sur le corps de Line. Ce hibou était très jeune, 2 ans. Line l’avait acheté, pour sa première année. Il venait à peine de naître. Il était trop chou, quand il l’a regardé avec ses petits yeux noirs, en l’implorant pour avoir à manger.
Le hibou avait lentement fermé les yeux pour ronfler paisiblement sur Line, qui le serrait d’avantage en le berçant….

Revenir en haut Aller en bas
Lenny Pinsker
Préfet de Serpentard, 5e année
Préfet de Serpentard, 5e année
avatar

Messages : 489
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 28

MessageSujet: Re: Détente à la volière.(libre)   Ven 28 Jan - 11:53:53

[J'ai un peu de temps pour te faire une réponse, si ça te va ^^]

Sa mère s’était plainte du retard de ses réponses. « Que se passe-t-il mon Lennychou, un jour sans lettre, c’est quelque chose, mais trois… Aurais-tu des soucis ? Sammy te causerait-il du chagrin ? ». Il dérogeait à ses devoirs de petit garçon modèle, mais sa vie d’étudiant ne laissait pas toujours la place à la rédaction de longues missives où chaque heure de sa journée était détaillée. Sa mère était habituée à connaître jusqu’à la composition de son petit-déjeuner. Les lettres de plus en plus abstraites que son fils lui envoyait commençaient à la contrarier. Elle ne voyait pas les devoirs de cinquième année qui s’accumulaient, les deadlines de la Gazette, les discussions en salle commune et ses loisirs personnels. Parfois, il était fatigué. Il n’avait tout simplement pas envie de recomposer tous les souvenirs de la journée, il préférait s’évader dans ses lectures ou travailler la suite de son roman. Oui, un roman, une nouvelle lubie qui l’avait saisi un soir d’ennui. Sa trame n’était pas très précise mais, curieusement, son personnage principal était féminin. Il n’avait pas très bien compris ce choix. Parmi toutes les rêveries possibles son imagination avait décidé de s’exprimer à travers une jeune fille, Athénaïs, une héroïne sensible de la noblesse sorcière française, déchirée entre la guerre et les querelles de cour. La trame encore hésitante laissait soupirer quelques intrigues amoureuses. Lenny ne pensait pas écrire une grande histoire, il l’abandonnerait sans doute après quelques feuillets, comme la plupart des adolescents que le sentiment de différence piquait d’une courte vocation artistique. Mais, depuis une semaine, les aventures d’Athénaïs occupaient assez son esprit pour lui faire oublier sa famille. Raconter sa journée devenait ennuyeux, elle n’avait plus rien à lui révéler tandis que, derrière le point de son dernier jet, tout était blanc, à compléter, à découvrir au fil de la plume. Il avait songé à envoyer le premier chapitre à sa mère. Tout ce qu’il faisait la rendait très fière. Cependant, il sentit cette fois que ce texte n’était pas à confier au regard de ses parents. Il préférait tout garder pour lui, et inventer une excuse idiote pour justifier son retard. Samuel avait moins de soucis à se faire, il n’écrivait jamais, ou très peu, sous le coup d’une inspiration soudaine.

La lettre pliée dans une enveloppe épaisse faisait trois parchemins. Lenny n’avait pas suffisamment de volonté pour se rebeller. Il avait renoncé à son roman pour aujourd’hui afin de raconter ses trois jours de silence. Qu’avait-il fait ? Absolument rien. Il s’était contenté de décrire le programme de chaque cours et de donner quelques informations à propos de son frère. Samuel allait bien, mais son refus de l’autorité était de plus en plus préoccupant. Bref, le refrain habituel. S’il relisait toutes ses lettres depuis sa première année à Poudlard il était à peu près sûr d’y retrouver les même formules une centaine de fois. Sa mère avait tout gardé. Elles occupaient un pan complet du grenier. Effrayant n’est-ce pas ?
Le Serpentard avait profité d’une heure entre deux cours pour terminer la rédaction de sa lettre. Il s’était ensuite dirigé vers la volière pour que sa mère reçoive le courrier en début de soirée. D’habitude, il envoyait ses nouvelles en début de matinée, avant les premiers cours. Ce décalage n’avait rien de très sérieux. Il ne voulait surtout pas inquiéter sa mère et lui laisser à penser qu’il s’éloignait d’elle. C’était juste que… Il ne pensait plus aussi souvent à sa famille qu’avant. Il grandissait, et ses parents ne pouvaient pas lutter contre ce changement.

Le hibou des frères Pinsker dormait paresseusement sur son perchoir. L’espacement des réponses n’était pas pour lui déplaire. Ce pauvre rapace passait ses journées à jouer les coursiers. Il n’avait pas vraiment de nuit à lui et il prenait goût à cette liberté nouvelle. L’arrivée du blondinet lui arracha un regard presque contrarié. Ses yeux orangés se refermèrent aussitôt pour signifier qu’il dormait. Lenny soupira. L’envoi de cette fichue lettre s’annonçait plus compliqué que prévu. Allons, il n’avait pas de temps à perdre dans cet endroit malpropre !


- Je t’en prie Byron ne me complique pas la tâche, je sais que traverser la Grande-Bretagne tous les jours n’a rien de très amusant mais j’ai un cours dans moins d’une heure, alors voudrais-tu bien me tendre cette…


Il s’interrompit lorsque ses yeux gris échouèrent sur une veste abandonnée dans un coin. Y avait-il quelqu’un ? Personne à terre en tout cas, mais, en levant les yeux, il crut reconnaître une silhouette humaine, celle d’une jeune fille qui passait difficilement inaperçue à cause de ses cheveux bleus. Un peu gênés d’être surpris alors qu’il avait quelques problèmes de communication avec son hibou, Lenny feignit de ne rien avoir remarqué et pressa un peu plus le sale volatile :

- S’il te plait Byron… -
Supplier un hibou, c’était vraiment ridicule, encore plus que ce nom qu’il avait choisi à onze ans avec le sentiment d’avoir une idée intelligente – Tu auras tout ce que tu veux à ton retour, c’est promis, mais là, il faut partir, et puis je suis sûr que maman sera très contente de te voir, tu es très attendu à la maison…

Mais rien n’y faisait, il avait l’air de plus en plus idiot et les rapaces semblaient s’être mis d’accord pour cesser d’hululer afin qu’aucun de ses murmures ne passent inaperçus. Et il n’avait même pas pensé à prendre un peu de nourriture pour lui faire du chantage.

_________________________________
Cliiique sur Chantale !

Estiamsi omnes, ego non
Revenir en haut Aller en bas
http://oxumoros.forumactif.org
Line Cast
Serdaigle, 3 ème Année
Serdaigle, 3 ème Année
avatar

Messages : 179
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 19

MessageSujet: Re: Détente à la volière.(libre)   Ven 28 Jan - 18:59:39

[D'accord... Very Happy]

Line serrait d’avantage Plume Grise contre elle. Elle pouvait sentir son cœur qui tambourinait régulièrement… Elle relâcha Plume Grise qui se réveilla en sursautant. Affolé, le jeune hibou regardait autour de lui. Line planta, alors, son regard vert dans celui, noir de Plume Grise. Le hibou arrêta de tourner la tête dans tout les sens et Line et Plume Grise se fixèrent. Les petits yeux noirs de Plume Grise clignèrent, en même temps que les yeux verts de Line.
Elle entendit des pas, puis une voix :

- Je t’en prie Byron ne me complique pas la tâche, je sais que traverser la Grande-Bretagne tous les jours n’a rien de très amusant mais j’ai un cours dans moins d’une heure, alors voudrais-tu bien me tendre cette…
Elle détourna son regard de Plume Grise pour regardait d’où provenait la voix. Juste à côté de sa veste abandonnée, Lenny Pinsker, le préfet de Serpentard, parlait à un hibou, percher sur son perchoir. Le hibou en question avait les yeux clos, mais Line savait qu’il n’était pas réellement endormi. Ce que les hiboux pouvaient être fainéants, mais c’est sur que qu’en tu passes tes journées à voler dans tout les sens, tu en a vite marre... Lenny n’avait pas vraiment l’air de s’en sortir… et il n’avait sans doute pas remarqué la présence de Line d’en la volière. Elle regarda de nouveau Plume Grise qui mâchouillait sa robe de sorcier. Elle rigola silencieusement et posa Plume grise qui ne broncha pas, sur le perchoir le plus proche. Lenny reprit la parole :
- S’il te plait Byron…
Au moins, maintenant Line savait qu’elle n’était pas la seule à discuter avec les hiboux…
-Tu auras tout ce que tu veux à ton retour, c’est promis, mais là, il faut partir, et puis je suis sûr que maman sera très contente de te voir, tu es très attendu à la maison…
Line attacha la lettre à la minuscule patte de Plume Grise et le posa sur le rebord de la fenêtre. Elle lui caressa sa petite tête couverte de plume, et celui-ci hulula de bonheur. Line sourit et lui murmura :
-Ne te perd pas en route Plume grise… embrasse toute ma famille…. Même si je sais que tu ne le peux pas vraiment…
Line lui sourit tendrement et Plume grise frotta gentiment sa tête sur elle. Elle le prit dans ses mains et le jeta dans le vide.
Plume Grise volait à présent dans le ciel qui c’était éclaircis. Il disparut alors de la vue de Line. Celle-ci, regarda Lenny, qui ne s’en sortait pas…
Elle descendit les escaliers lentement, sans faire de bruit. Au passage, les hiboux la regardaient avec des yeux ronds, certains s’envolaient avec de grand battement d’ailes pour allait se poser ailleurs.
Line ramassa silencieusement et discrètement sa veste, qu’elle enfila malgré la chaleur suffocante.
Elle fixa Lenny et lui proposa de l’aider :

«-Bonjour Lenny…. Tu as peut être besoin d’aide ?… Ton hibou n’a pas l’air de vouloir bouger de son perchoir… »
Line avait prononcé ces paroles timidement, en pensant qu’elle aurait mieux fait de ce taire…
Revenir en haut Aller en bas
Lenny Pinsker
Préfet de Serpentard, 5e année
Préfet de Serpentard, 5e année
avatar

Messages : 489
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 28

MessageSujet: Re: Détente à la volière.(libre)   Mar 1 Fév - 0:05:50

Il était vraiment temps que les sorciers installent internet à Poudlard, songea Lenny exaspéré. Cette invention moldue commençait à faire beaucoup de bruit dans l’autre monde, et il avait pu observer ce phénomène de loin. C’était plutôt impressionnant. Les courriers étaient envoyés à l’autre bout du monde en quelques instants pendant que les sorciers continuaient à exploiter ces pauvres messagers ailés. En même temps, Mrs Pinsker ne pouvait pas le contacter aussi souvent qu’elle le souhaitait à cause de ce retard technologique, et ce n’était finalement pas si mal. Le Serpentard n’était pas certain d’avoir très envie de recevoir des lettres virtuelles toutes les heures. Comment faisaient les moldus dont les parents étaient aussi protecteurs que les siens ? C’était terrifiant. Ils ne devaient pas avoir un seul instant à eux ! Lenny s’abandonnait à ces réflexions futiles en suppliant Byron du regard. Les hiboux magiques avaient un caractère plus affirmé que les autres. Ils étaient plus ou moins capables de comprendre le langage humain et, malheureusement, prendre un ton autoritaire n’était d’aucun secours lorsqu’ils refusaient d’obéir. Porsmouth se trouvait au sud de la péninsule, le voyage était éprouvant pour un oiseau de nuit. Lenny avait déjà proposé à ses parents d’utiliser deux hiboux pour assurer leur correspondance mais sa mère avait refusé en estimant que ces bêtes là demandaient trop d’entretien, et puis ils avaient déjà un chien… à l’utilité très relative d’ailleurs.

La Serdaigle bougea derrière lui. Elle allait sans doute le prendre pour un imbécile, ce serait encore une occasion de se moquer de lui en classe. Le préfet de Serpentard supplie un hibou de lui obéir, un titre choc ! Après ce parfum qui l’avait fait délirer à propos de cannetons, il pouvait s’attendre à un nouveau mois de quolibets. Les élèves adoraient se moquer de lui. Ce n’était pas méchant, prétendaient-ils, de simples taquineries. Mais ils ne se rendaient pas compte du poids que toutes ses plaisanteries représentaient lorsqu’elles s’accumulaient. Heureusement, Samuel dissuadait les camarades les plus pénibles de l’approcher. Et puis il trouvait toujours un moyen de leur faire regretter leurs affronts, son titre avait ses avantages après tout. Il suffisait de les suivre de près pour les coincer au mauvais moment.

Byron gonfla paresseusement ses plumes et claqua du bec. Saleté de hibou ! Ils s’entendaient bien d’habitude. Lenny ne comprenait pas cette bouderie. Elle l’ennuyait, et la Serdaigle l’observait avec curiosité. Il la regarda approcher avec un embarra manifeste. Mais la jeune fille ne l’abordait pas pour tourner sa situation en dérision, elle lui proposa simplement son aide, en le saluant par son prénom comme s’ils étaient de vieux amis. Pris au dépourvu, le Serpentard la fixa un instant et bredouilla :


- Bonjour heu… Désolé, je ne connais pas ton prénom…
, avoua-t-il avec un sourire gêné. Je crois que mon hibou n’a pas très envie de travailler aujourd’hui en effet… Tu as bien de la chance que le tient ne fasse pas tant d’histoires… Si tu as une solution pour le faire décoller, je veux bien te laisser essayer… Je n’ai jamais été très doué pour ça.

Que pouvait-il dire de plus ? Refuser de l’aide serait idiot, Byron ne se déciderait pas à lui obéir pour l’empêcher de se ridiculiser. Et puis, si cette troisième année était assez aimable pour ramener son coursier à la raison, il serait idiot de l’envoyer se faire voir. Lenny n’était jamais désagréable avec des élèves qui se signalaient par leurs bonnes intentions. Le civisme était si rare de nos jours !


_________________________________
Cliiique sur Chantale !

Estiamsi omnes, ego non
Revenir en haut Aller en bas
http://oxumoros.forumactif.org
Line Cast
Serdaigle, 3 ème Année
Serdaigle, 3 ème Année
avatar

Messages : 179
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 19

MessageSujet: Re: Détente à la volière.(libre)   Mer 2 Fév - 11:56:45

Lenny avait l'air embarrassé quand Line lui avait proposé son aide. Elle se sentit si ridicule que ses joues devinrent rouges et elle élargit son sourire en espérant qu'il n'est pas remarqué qu'elle était gênée.

Le préfet de Serpentard la fixa, ce qui fit frissonner Line et elle détourna les yeux pour regarder ses chaussures. Quelques instants plus tard, il bredouilla :

- Bonjour heu... désolé, je ne connais pas ton prénom... Je crois que mon hibou n'a pas très envie de travailler aujourd'hui en effet... Tu as bien de la chance que le tien ne fasse pas tant d'histoires... Si tu as une solution pour le faire décoller, je veux bien te laisser essayer... Je n'ai jamais été très doué pour ça.
Line détourna le regard de ses chaussures à contre cœur pour écouter ce que disait Lenny. Quand elle eut étudié les paroles de Lenny, elle se rendit compte que le préfet de Serpentard ne savait pas qui elle était. Pour elle, c'était normal de connaître le prénom de chaque préfet des quatre maisons. Et quand elle ne rêvait pas, elle en profitait pour lier l'amitié avec des personnes qu'elle ne connaissait pas encore.

Son hibou avait à demi les yeux fermé et regardé tour à tour Lenny puis Line. Quand Line jeta un coup d'œil au hibou « endormi », il ferma les yeux immédiatement. Elle n'avait jamais rencontré ce genre de problème avec Plume Grise, qui acceptait toujours de bon cœur d'apporter une lettre à l'endroit où Line lui disait de la porter. Peut-être que c'était parce que Plume Grise était encore un bébé et qu'il avait de l'énergie à revendre... peut être... bref, Lenny n'avait pas repoussé son aide ce qui avait soulagé Line... le problème c'était qu'elle ne connaissait pas ce hibou et ne pouvait savoir si ses tactiques marchaient sur le hibou. Le caresser pendant toute une heure lui semblait du suicide et Lenny avait l'air pressé de partir de la volière. Le caresser pendant 10 minutes n'aurait surement aucun effet sur le hibou qui montrait bien qu'il ne voulait pas bouger une seule de ses ailes. Line poussa un profond soupir et continua à réfléchir à la façon dont faire bouger ce mau... ce hibou. S'il ne lui restait pas encore 1 h 00, elle aurait bien pris le hibou et l'aurait jeté par la fenêtre à coups de pied... non, cette pensée la répugné même si ça la tentait énormément. Elle se résigna à commencer par se présenter et ensuite une idée lumineuse lui passerait par la tête... enfin, elle verrait bien. Elle parla timidement :

« Ah... désolée... je m'appelle Line Cast et je suis en troisième année à Serdaigle. Ton hibou à l'air résigner à rester sur son perchoir... –peut-être que de la nourriture marcherait, ainsi qu'une petite caresse et le tour serait joué- heu... tu lui donnes quel genre de nourriture d'habitude ? »

Elle posa la question d'une voix intéressée. Dans la volière, elle avait caché un stock de nourriture pour les hiboux. Il était soigneusement caché dans un coin ténébreux et humide où personne ne viendrait le prendre. Elle tourna la tête vers le hibou et lui caressa gentiment la tête. Celui-ci hulula de bonheur, mais il ne bougea pas une seule de ses plumes. Ce hibou était vraiment paresseux !

Line joua avec une mèche de ses cheveux bleus qui faisaient toujours jaser les élèves. Avant ses cheveux était tout simplement blond, d'ailleurs elle ne sait même pas pourquoi elle avait voulu ce les teintés. Peut-être parce que son père avait les yeux bleus. Ce qui est assez bête... ou alors pour représenter la maison de Serdaigle ? Elle ne savait pas, mais la couleur de ses cheveux lui plaisait bien.
Elle se tourna vers Lenny en attendant une réponse à sa question...
Revenir en haut Aller en bas
Lenny Pinsker
Préfet de Serpentard, 5e année
Préfet de Serpentard, 5e année
avatar

Messages : 489
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 28

MessageSujet: Re: Détente à la volière.(libre)   Ven 4 Fév - 17:26:36

Cette fille était étrange. Elle l’abordait mais semblait trop intimidée pour lui répondre. Malgré les propos aimables qu’il venait de lui tourner, la Serdaigle s’obstinait à garder les yeux baissés. Il était vrai que Lenny n’avait pas une très belle réputation sous l’étendard des bleu et bronze. Alix Craft, le préfet de la maison, avait failli perdre son titre à cause de ses articles diffamants dans la Gazette de l’école. Personne n’avait oublié la petite altercation qui les avait opposés et qui avait finalement conduit son collègue dépressif à l’infirmerie. Cependant, l’ainé Pinsker n’était pas une vipère agressive. Tant qu’on ne s’attaquait pas à son frère, on ne risquait pas grand-chose avec lui.

La gêne de la jeune fille le mettait vraiment très mal à l’aise. Ses mots restaient en suspens et il se sentait complètement idiot. Enfin, quel était le problème ? Il ne lui avait pas demandé de venir à lui, elle pouvait disposer si elle n’avait pas assez de courage pour venir en aide à un Serpentard. Une pointe d’agacement s’empara de lui avant que la Serdaigle ne lui présente ses excuses maladroites. Elle s’appelait Line, un prénom assez proche du sien, même s’il lui faisait plutôt penser à une « ligne ». Pourquoi pas. Et son hibou n’était pas très décidé à quitter son perchoir en effet. Miser sur la nourriture était peut-être une bonne solution mais il n’avait pas pensé à emporter quelque chose. D’habitude, il offrait quelque chose à Byron sur la table du petit-déjeuner, lorsqu’il arrivait avant les cours pour lui porter le courrier de ses parents. Or, ce petit rituel s’était interrompu depuis trois jours. Le hibou était resté seul à la volière, il ne lui avait pas rendu la moindre visite et avait même oublié de lui apporter un petit quelque chose avant d’exiger son départ. Finalement, Byron n’était peut être pas aussi fainéant qu’il l’avait craint. L’explication était toute bête. Le pauvre oiseau s’était senti délaissé.


- Enchanté Line…
, dit-il en souriant avant de froncer doucement les sourcils. D’habitude je laisse Byron… enfin, mon hibou, chasser tout seul. Comme mes parents m’écrivent tous les jours je lui donne aussi quelque chose au petit-déjeuner, des bouts de bacon le plus souvent…

Ce n’était pas parce qu’il refusait de manger cette nourriture impie que son hibou n’y avait pas droit. Byron raffolait de cette viande séchée et salée, c’était son petit plaisir de la journée. Il laissa la fillette s’approcher de son oiseau pour le caresser. Byron hulula de plaisir et Lenny soupira. Ce stupide volatile le narguait, c’était évident. Et s’il retournait aux cuisines pour lui approcher un repas de roi ? Diable, il n’aurait jamais le temps, ce chemin s’annonçait épuisant ! Et puis il n’allait pas se soumettre aux exigences d’un rapace comme un vulgaire elfe de maison ! Un peu embarrassé, il posa ses yeux gris sur la Serdaigle aux cheveux bleus et demanda :

- En fait, je crois qu’il m’en veut un peu de ne rien lui avoir donné ces derniers jours… Disons que je n’écris plus aussi souvent à mes parents, et il avait pris l’habitude de recevoir quelque chose tous les matins… Je ne sais pas si ça va m’avancer à quelque chose mais, au cas ou, si tu as été plus prévoyante que moi pour ton hibou et que tu as un peu de nourriture… Enfin, je ne voudrais pas abuser bien sûr mais…


Rah la honte. Il détestait demander ce genre de service aux autres. Qui irait se mettre à genoux pour une barre de miamhibou ? Il se trouvait vraiment déplacé de demander ce genre de nourriture à une cadette comme le dernier des malheureux. Pourvu qu’elle ne le prenne pas mal. Même si Line lui avait proposé son aide, le blond avait trop de principe pour considérer cette offre avec naturel.

_________________________________
Cliiique sur Chantale !

Estiamsi omnes, ego non
Revenir en haut Aller en bas
http://oxumoros.forumactif.org
Line Cast
Serdaigle, 3 ème Année
Serdaigle, 3 ème Année
avatar

Messages : 179
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 19

MessageSujet: Re: Détente à la volière.(libre)   Ven 4 Fév - 19:26:37

Line suffoquait avec cette chaleur, plus sa veste. Elle aurait très bien pu se jeter dans un lac gelé, où rester dehors toute la nuit, mais tout ce qu'elle pouvait faire c'était enlevé sa veste qui l'étranglait. Elle leva timidement ses deux mains et enleva les boutons en argent un par un. Elle mit sa veste sous son bras et dévisagea le préfet de Serpentard d'un air songeur.
Elle sursauta quand Lenny parla et l'écouta attentivement.

-Enchanté Line... D'habitude je laisse Byron... enfin, mon hibou, chasser tout seul. Comme mes parents m'écrivent tous les jours je lui donne aussi quelque chose au petit-déjeuner, des bouts de bacon le plus souvent...
Line vit passer un sourire sur le visage de Lenny puis ses sourcils se froncèrent légèrement. Son hibou s'appelait donc Byron... elle se souvenait qu'il avait prononcé le nom du hibou un peu plus tôt.
Byron c'était... assez mignon et ... enfantin, mais bon c'était déjà mieux que Plume Grise... elle avait baptisé Plume Grise seulement parce qu'il avait les plumes grises... en matière d'invention, il fallait toujours pour Line, que ça soit logique ou qu'on ait des preuves sur l'existence de cette espèce ou de celle-ci.

Lenny venait de l'informer qu'il donnait à Byron des bouts de bacon au petit déjeuner... elle était certaine d'en avoir dans son stock de nourriture pour les hiboux. A moins qu'elle ait tout donné à Plume Grise qui en raffolait...

Elle adressa un sourire à Lenny. Elle n'était plus intimidée par le préfet Serpentard. Au début, elle avait eu un peu peur de tomber sur un des Serpentard qui se moque du premier individu appartenant à une autre maison, mais Lenny avait l'air plus gentil que ses condisciples.
Line sentit les yeux gris de Lenny se posaient sur elle et à son plus grand étonnement elle ne s'affola pas, mais tout au contraire élargit son sourire.

- En fait, je crois qu'il m'en veut un peu de ne rien lui avoir donné ces derniers jours... Disons que je n'écris plus aussi souvent à mes parents et il avait pris l'habitude de recevoir quelque chose tous les matins... Je ne sais pas si ça va m'avancer à quelque chose mais, au cas ou où tu as été plus prévoyante que moi pour ton hibou et que tu as un peu de nourriture... Enfin, je ne voudrais pas abuser bien sûr mais...
Il ne lui avait donc rien donné depuis quelques jours? Elle comprenait maintenant pourquoi Byron voulait tant ne pas avancer une de ces ailes d'un millimètre : il était en colère contre Lenny. Mais de toute façon, un hibou pouvait très bien se passait de leur maître pendant quelques jours et se débrouiller comme des grands.

Lenny lui avait demandé si elle avait de la nourriture sur elle, bien sûr qu'elle en avait, pas sur elle, mais dans le coin. Elle parla d'une voix assurée :

-J'ai caché un stock de nourriture pour les hiboux dans la volière. Je vais le chercher et je reviens. Tu me diras ensuite ce qui pourrait faire plaisir à Byron. Si tu veux, tu peux même m'accompagner le chercher, au moins, en cas de détresse il te suffira d'aller chercher le stock et de te servir.
Elle lui adressa un sourire et marcha en direction des escaliers de la volière. Elle se retourna pour ajouter un mot :
-Bien sûr, si tu n'as pas envie de me suivre, tu peux très bien rester ici et je t'indiquerai où se trouve le stock.
Elle lui tourna le dos, s'en prendre le temps de regarder s'il l'a suivait ou s'il préférait l'attendre.

Elle gravit les escaliers un à un en rêvant de tout et de rien. Elle s'arrêta au premier étage et regarda si Lenny la suivait.

Revenir en haut Aller en bas
Lenny Pinsker
Préfet de Serpentard, 5e année
Préfet de Serpentard, 5e année
avatar

Messages : 489
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 28

MessageSujet: Re: Détente à la volière.(libre)   Lun 7 Fév - 13:57:04

La fille se déshabilla comme si elle avait l’intention de rester plus longtemps en sa compagnie. Avait-il dit quelque chose de particulièrement engageant ? Il n’en avait pas l’impression, d’autant plus que Line sursauta lorsqu’il lui adressa à nouveau la parole. Au fond, il n’était pas désagréable d’être aussi intimidant. Il avait toujours eu le sentiment d’être au-dessus des autres, de dégager une aura exceptionnelle, quelque chose qui ne s’oubliait pas après une première rencontre. N’était-il pas plus qu’un blondinet insipide ? Il aimait le croire. A côté de lui, la Serdaigle faisait pâle figure malgré ses cheveux bleus. Il se demandait d’ailleurs pourquoi une enfant aussi timide éprouvait le besoin de se faire remarquer par sa couleur capillaire. En général, les adolescentes qui arboraient ce genre de teintures avaient des airs effrontés, une allure marginale, une manière à elles de vivre en dehors du monde et des regards. Mais Line n’entrait pas vraiment dans cette catégorie. Elle était trop discrète, trop effacer pour désirer la célébrité. Cette originalité l’intriguait un peu. Sans précipiter son jugement, il l’étudia avec attention en l’enveloppant d’un discours insipide. Qu’avait-il besoin de lui raconter sa vie ? Une inconnue se fichait bien de savoir que son hibou portait le nom d’un poète anglais et que ses chers parents entretenaient une correspondance quotidienne avec lui. Les mots avaient devancé sa pensée. La bleu et bronze ne lui inspirait pas assez de méfiance pour qu’il surveillât son langage. Du plus, il pensait qu’une bonne entrée en contact passait pas la banalité. Si tous ses interlocuteurs n’étaient pas passionnants, il devait au moins se montrer disponible, c’était la meilleure façon d’éviter les ennemis et de brouiller les pistes. « Quoi, Lenny Pinsker t’a fait des menaces ? Mais non, arrête, il est cool Lenny ! », enfin, inutile de vous faire un dessin, vous saisissez l’idée.

La simplicité de sa tirade fut récompensée par un grand sourire. Line ne le craignait plus. Elle lui proposa aussitôt de lui apporter un peu de nourriture pour son hibou. Enfin… Son stock comportait vraisemblablement des aliments variés et il serait ennuyé qu’elle délogeât une dizaine de paquets pour lui. Même s’il ne tenait pas spécialement à la suivre pour repérer sa cachette, il marcha sur ses pas. La Serdaigle semblait enchanté de lui céder une part de ses « richesses », comme si lui demander service était un honneur. Lenny ne saisissait pas très bien la logique de cette affaire. Toujours gêné par tant de générosité il déclara en montant les escaliers derrière elle :

- Mais tu sais, je penserais à amener quelque chose les prochaines fois, je ne voudrais pas abuser de tes réserves, et mon hibou ne m’aura pas deux fois…


Cependant, avoir une réserve sur place n’était pas une mauvaise idée. Il pourrait peut être s’inspirer de la cachette de Line pour créer son propre garde-manger et éviter ainsi de se promener avec des bouts de lard séché dans son sac toute la journée…


- C’est une bonne idée d’avoir un stock sur place
, dit-il lorsque Line s’arrêta. Je crois que je vais m’inspirer de toi pour éviter ce genre de désagréments à l’avenir.

Il sourit doucement et examina les environs pour essayer de repérer la cachette ou une cavité idéale pour y dissimuler quelques aliments sans craindre les pilleurs.

_________________________________
Cliiique sur Chantale !

Estiamsi omnes, ego non
Revenir en haut Aller en bas
http://oxumoros.forumactif.org
Line Cast
Serdaigle, 3 ème Année
Serdaigle, 3 ème Année
avatar

Messages : 179
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 19

MessageSujet: Re: Détente à la volière.(libre)   Mer 9 Fév - 11:17:24

Lenny avait décidé de suivre Line qui l'attendait en haut de l'escalier, un grand sourire aux lèvres.
Les hiboux volaient dans tous les sens et une multitude de plumes tombaient sur Line qui les enlevait précipitamment de sa main libre. Les bruits de battements d'ailes couvrirent les paroles de Lenny et Line dut descendre de quelque marche pour entendre :

- Mais tu sais, je penserais à amener quelque chose les prochaines fois, je ne voudrais pas abuser de tes réserves et mon hibou ne m'aura pas deux fois...
Au contraire, Line aimait beaucoup rendre service! Elle tenait surement ça de son père si généreux... ou de sa mère si chaleureuse... ou des deux...

Elle sortit de sa rêverie et fronça légèrement les sourcils. C'était bien beau d'avoir une réserve, mais, si on ne se souvient pas ou elle se trouve, c'est... gênant. Line ne savait pas vraiment si sa réserve se trouvait au 1er étage ou au dernier...

Elle chassa les hiboux en bafouillant des jurons comme :« Nom de nom ! Si vous ne voulez pas finir sans plume, allez voir ailleurs si j'y suis ! ».

Un souvenir lui revint en mémoire, c'était quand elle avait dissimulé la réserve dans la volière. Elle voyait un petit sac noir, dans un recoin sombre, surement aux derniers étages.
Elle revint à la réalité et reforma son sourire habituel sur ses lèvres. Cela lui arrivait souvent d'avoir des « souvenirs ». Elle parla à Lenny d'un ton rêveur :

-Mais non, ça me fait plaisir de rendre service. Tu pourras te servir dans mes réserves autant que ça te plaira. Et on ne sait jamais, peut-être que, ton hibou sera assez malin et inventera un nouveau plan pour ne pas bouger de son perchoir. Ma réserve se trouve aux derniers étages, c'est assez haut,mais peu de personnes y vont.
Elle détourna le regard de Lenny et commença à gravir les marches d'un pas léger. En passant devant une fenêtre, elle jeta un coup d'œil à l'extérieur, le ciel était clair, seul quelque nuage perdu se promenait dans le ciel. Lenny prit la parole et Line s'arrêta net pour le regarder.
- C’est une bonne idée d’avoir un stock sur place. Je crois que je vais m’inspirer de toi pour éviter ce genre de désagréments à l’avenir.
Line afficha un sourire réjoui. Elle avait eu l'idée d'avoir sa réserve sur place, lors de sa première année où elle devait revenir dans Poudlard pour aller chercher de la nourriture pour Plume Grise qui en réclamait. Elle observa le ciel tout en répondant à Lenny.
-Je suis contente de t'avoir aidé alors. Mais tu pourras toujours te servir dans ma réserve si tu manques de nourriture pour ton hibou.
Line tourna les talons et recommença à gravir les escaliers.
Les hiboux se faisaient de plus en plus nombreux à volaient dans tous les sens, ce qui agaçait Line. Elle montait de plus en plus vite les escaliers, ne prenant pas la peine de vérifier si Lenny la suivait.
Les hiboux devinrent rare aux files des étages. Quand elle arriva enfin aux derniers étages, elle s'arrêta pour reprendre son souffle. Elle voyait bien le petit coin sombre qu'elle avait aperçu dans son souvenir. Elle se tourna vers Lenny pour lui parler, d'une voix saccadée :

-Désolée d'avoir marché aussi vite, les hiboux m'énervaient. Ma réserve se trouve dans ce petit coin sombre !
Elle le montra du doigt et se dirigea, ensuite vers la réserve, où elle saisit le petit sac noir et se tourna vers Lenny, en affichant un sourire...
Revenir en haut Aller en bas
Lenny Pinsker
Préfet de Serpentard, 5e année
Préfet de Serpentard, 5e année
avatar

Messages : 489
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 28

MessageSujet: Re: Détente à la volière.(libre)   Sam 12 Fév - 16:35:01

Lenny détestait s’attarder à la volière. Les hiboux étaient sales, bruyants, envahissants. Il dût se baisser à plusieurs reprises pour éviter un rapace au vol pesant. Les battements d’aile lui envoyaient des courants d’air, ses cheveux blonds s’emmêlaient et se parsemaient de plumes. Dans quel état allait-il retourner en cours ? Line ne l’aidait pas beaucoup en délogeant les hiboux de leur perchoir. Il regrettait d’avoir suivie la Serdaigle dans cette folle ascension. Visiblement, la fameuse réservé était beaucoup plus loin qu’il ne l’avait pensé. C’était ridicule ! Pourquoi aller cacher de la nourriture si haut ? En jetant un coup d’œil vers le sol, le Serpentard fut prit de vertige. Il avait été bien stupide de suivre cette gamine. De plus, la bleu et bronze ne mesurait absolument pas le danger. Son regard était devenu plus distant, un peu comme celui qu’arborait en permanence cette cinglée de Luna Lovegood. Lenny se méfiait des Serdaigle. Ceux qui n’étaient pas brillants comme Adam Audley étaient souvent piégés dans une sorte d’irréalité terrifiante. Or, ces cheveux bleus n’étaient-ils pas la preuve d’un égarement perpétuel ? Mal à l’aise avec tout ce qui touchait de trop près à l’irrationnel, le préfet n’était plus très sûr de lui. Line s’était arrêtée pour contempler le ciel glacé. Elle lui répondit sans le voir en insistant encore une fois sur le fait qu’il pouvait se servir librement dans sa réserve. Lenny soupira, ce n’était pas la peine d’insister. Il se sentit défaillir la seconde suivante lorsqu’elle lui annonça que sa cachette se trouvait au dernier étage. Sa bouche s’ouvrit bêtement lorsqu’il leva les yeux vers le plafond. Sérieusement ? Non, il refusait d’aller plus haut ! Mais la jeune fille avait continué sa progression sans lui et il se sentit obligé de la rattraper. De quoi aurait-il eu l’air s’il élevait soudain la voix pour dire qu’il avait peur et qu’il était complètement épuisé ? D’un imbécile. Il aurait dû y penser avant.

Ah oui, s’il se faisait une réserve à la volière il ne s’amuserait jamais à la placer si haut. Que lui avait-il pris de s’aventurer aussi loin pour cacher trois bouts de lards ? Etait-elle inconsciente ou complètement parano ? Evidemment que personne ne s’aventurait à cet étage ! Une personne saine d’esprit n’avait pas ce genre d’idées saugrenues ! Il arriva au bout de l’escalier complètement épuisées, la gorge rêche et les joues rougies par l’effort. Lenny n’avait rien d’un grand sportif. La maigreur de ses jambes frôlait même l’anorexie. Mais Line ne semblait pas dans un meilleur état que lui. A bout de souffle elle s’excusa d’avoir marché trop vite pour lui. Certes, les hiboux étaient agaçants. Cependant, si elle n’aimait pas les affronter, elle aurait pu trouver une solution pour dissimuler sa réserve au premier étage, là où aucun volatile ne pourrait lui frôler le crâne. Il suffisait de faire preuve d’esprit pratique. Lenny songea un instant à s’asseoir pour se reposer un peu mais les dalles étaient trop sales. Il s’appuya donc contre un mur et attendit le retour de la fillette qui lui présenta fièrement sa trouvaille, un petit sac noir d’une banalité affligeante.

- Heu… merci
, dit-il en le prenant d’une main mal assurée pour retirer le premier bout de viande séchée qui se présenta à lui. Tu fais souvent ce chemin ? C’est se donner beaucoup de mal pour cacher quelques morceaux de viande tu ne crois pas ? Enfin, je veux dire, même si personne ne pense à aller si haut, il y a bien d’autres cavités avant qu’une simple protection magique pourrait suffire à dissimuler… Je doute que des élèves s’amuser à déloger des trésors ici…

Un vague sourire orna ses lèvres. Les rougeurs de ses joues laissaient place à une pâleur livide mais son cœur battait encore à un rythme irrégulier. Il se donnait un peu de temps avant d’entamer la descente pour rejoindre Byron.


_________________________________
Cliiique sur Chantale !

Estiamsi omnes, ego non


Dernière édition par Lenny Pinsker le Ven 18 Fév - 15:15:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://oxumoros.forumactif.org
Line Cast
Serdaigle, 3 ème Année
Serdaigle, 3 ème Année
avatar

Messages : 179
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 19

MessageSujet: Re: Détente à la volière.(libre)   Sam 12 Fév - 18:41:59

Line n'en pouvait plus. Cette montée l'avait épuisée et puis, tous ces hiboux l'embêtaient.
Elle montrait fièrement sa réserve sans savoir pourquoi elle était fière.

- Heu... merci. Tu fais souvent ce chemin ? C'est se donner beaucoup de mal pour cacher quelques morceaux de viande tu ne crois pas ? Enfin, je veux dire, même si personne ne pense à aller si haut, il y a bien d'autres cavités avant qu'une simple protection magique pourrait suffire à dissimuler... Je doute que des élèves s'amuser à déloger des trésors ici...

Il saisit un morceau de viande séchée, d'une main mal assurée. Si elle faisait souvent ce chemin ? Bien sûr que non ! Plume Grise lui obéissait toujours au doigt et à l'œil, mais quelques fois, pour lui faire plaisir, elle allait lui prendre un morceau de bacon ou autres. Et c'est vrai qu'elle se donnait beaucoup de mal pour cacher des morceaux de viande, mais bon, elle aimait bien monté en haut de la volière pour faire ses devoirs, lire ou même rêver. C'est sûr que personne n'aurait l'idée de monter au derniers étages. Mais, elle n'avait jamais pensé à une protection magique, c'était une excellente idée qui lui était passé sous le nez. Elle parla d'une voix haletante :

-Non, non. Je ne fais pas souvent ce chemin, mon hibou ne m'a jamais causé beaucoup de problèmes. De toute façon, je vais changer la cachette de la réserve, pour la faire passer au 1er étage et je vais simplement installer une protection magique. Merci du conseil... Tu n'as plus qu'à rapportait la nourriture à ton hibou paresseux.

Line afficha un mince sourire, avant de tourner les talons en se dirigeant vers l'escalier. Elle observa d'un oeil noir les hiboux qui volaient dans tous les sens. Une idée lui passa par la tête. Une idée efficace. Elle pointa sa baguette vers un hibou noir.

« Immobilus ! »
Le hibou noir s'arrêta net de volait dans tous les sens et comme plus rien ne le retenait dans les airs tomba. Mais Line avait prévu ça.
« Aresto momentum »

Le hibou noir tomba paisiblement sur le sol, un peu comme une plume. Elle fit de même avec quelques hiboux qui continuaient de voler dans tous les sens mais, plus de la moitié des hiboux, ne bougeaient plus de peur que Line leur jette un sortilège.

Line parut satisfaite d'elle et descendit calmement et à son rythmes les escaliers, observant quelques fois le ciel qu'en elle passait devant une fenêtre. Arrivée en bas de la volière, Line se dirigea calmement vers Byron, qui à son approche avait fermé les yeux. Elle entendit des battements d'ailes des hiboux immobilisaient, qui s'hâtait d'aller sur leur perchoir et de ne plus faire un seul bruit.

Elle caressa gentiment le hibou, tout en parlant à Lenny d'une voix paisible.

-Je pense que quand tu lui auras donné à manger, il acceptera volontiers de t'obéir.
Elle fit deux pas en arrière pour laisser passait Lenny...
Revenir en haut Aller en bas
Lenny Pinsker
Préfet de Serpentard, 5e année
Préfet de Serpentard, 5e année
avatar

Messages : 489
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 28

MessageSujet: Re: Détente à la volière.(libre)   Ven 18 Fév - 16:07:50

[Toutes mes excuses pour le délai ^^]

Il posa une main sur sa poitrine, son coeur résonnait sous ses doigts. Un jour, il deviendrait plus athlétique, promis, dans une autre vie. La Serdaigle réfuta très vite sa question. Elle ne s'amusait pas à monter si haut tous les jours, voilà qui était rassurant. Cependant, le Serpentard se renfrogna un peu lorsqu'elle précisa que son hibou ne lui causait jamais d'ennuis. Il ne supportait pas d'être enfoncé dans une position de faiblesse. Ne pas maîtriser tous les éléments de son existence le frustrait énormément. Il n'aimait pas être surpris au milieu d'une difficulté, ça le rendait honteux, nerveux, et, la plupart du temps, la présence d'un intrus anéantissait toutes les chances de réussite. C'était comme essayer d'ouvrir une porte à la serrure rouillée avec quelqu'un qui attend derrière vous pour entrer. A ce moment précis, le souhait le plus cher est de réussir d'un coup pour avoir la classe. Mais les mains tremblent, on se presse et rien ne se produit avant trois essais désespérés. Du moins, c'était ce qui se passait lorsque Lenny se trouvait dans ce genre de position. Son tempérament asocial réduisait à néant sa belle assurance. Line reprit cependant l'idée qu'il venait de lui suggérer en se l'appropriant comme si elle y avait déjà songé. Cherchait-elle à protéger sa fierté ? Il avait de plus en plus de mal à la cerner. La jeune fille serviable ne lui semblait plus aussi adorable qu'au début de la rencontre. Elle lui lança un dernier sourire et entama la descente en pointant soudain sa baguette sur les hiboux pour les immobiliser en plein vol. Woh, qu'est ce qui lui prenait ?

Il regarda la Serdaigle faire tomber quelques oiseaux d'un air vaguement choqué. Lenny trouvait les hiboux agaçant mais il ne se serait jamais permis de les attaquer alors qu'il se trouvait sur leur territoire finalement. Il aimait bien les animaux, et l'attitude de Line le laissait sur la réserve. Néanmoins, les sortilèges avaient l'avantage de lui offrir un retour tranquille. Il retourna vers Byron sans aspirer la moindre plume – sensation diablement désagréable – et posa une main sur l'animal capricieux en essayant de le forcer à se réveiller. Line l'incita à lui donner à manger et il opina non sans lui lancer un regard méfiant. Après tout, quelqu'un qui n'hésitait pas à lancer des sorts sur des rapaces faisait peut être un redoutable adversaire et bien qu'elle ne fût qu'en troisième année, Lenny avait les duel en horreur.

Le fumet de la charcuterie agita très vite son hibou qui essaya d'attraper ce qu'il tenait entre ses doigts d'un claquement de bec. Mais Lenny l'éloigna au dernier moment en posant un regard sévère sur le hibou. Byron gonfla ses plumes d'un air boudeur. Il savait très bien qu'il était coupable et que son jeune maître n'était pas du tout satisfait de son comportement. Sans un mot, il fixa l'oiseau un instant. Très sensible à son expression glaciale et mauvaise, Byron recula légèrement sur son perchoir. C'était suffisant. Lenny lui donna un premier bout de viande et en agita un second.


- La lettre d'abord.


L'oiseau lui tendit sa patte, il accrocha la lettre, lui jeta le second bout de viande et lui indiqua d'un signe de la main qu'il était temps de partir. Byron prit enfin son envol. Soulagé, Lenny se retourna vers Line en lui adressant un timide sourire.


- Je te remercie, les hiboux sorcier se montrent parfois terriblement butés. Heureusement, ils sont trop liés à leurs maîtres pour prendre le risque d'être mis à la retraite...
- Il consulta une montra d'argent accrochée à son gilet. Il lui restait encore vingt minutes pour aller en cours, ce qui était largement suffisant.- Si tu n'avais pas été là je pense que j'aurais pu renoncer à l'idée d'envoyer cette lettre aujourd'hui... Alors si tu as besoin de quoique ce soit à l'avenir, je pense que je saurais t'être redevable en ma qualité de préfet de Serpentard.

Ne dit-on pas que les bonnes affaires font les bons amis ? Tant que Line lui demandait un service simple, il ne lui coûterait pas grand chose de l'aider. Il pouvait même en tirer un bon bénéfice. Tant qu'il se montrait disponible, il entretenait son image de préfet compétent, et pouvait agir plus librement sans perdre son crédit.

_________________________________
Cliiique sur Chantale !

Estiamsi omnes, ego non
Revenir en haut Aller en bas
http://oxumoros.forumactif.org
Line Cast
Serdaigle, 3 ème Année
Serdaigle, 3 ème Année
avatar

Messages : 179
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 19

MessageSujet: Re: Détente à la volière.(libre)   Ven 18 Fév - 18:48:31

[Pas grave! Smile ]

Lenny passa devant Line pour s'approcher de son hibou capricieux qui faisait semblant de dormir et il posa une main sur ses plumes lisses pour l'inciter à se réveiller. Lenny opina quand Line l'incita à lui donner à manger.

Le hibou ouvrit brusquement les yeux quand il sentit l'odeur de la charcuterie emplir son nez et il s'agita en essayant d'attraper d'un claquement de bec la charcuterie que Lenny tenait entre ses doigts ,mais celui-ci l'éloigna en posant sur le hibou un regard sévère et Line observa Lenny d'un air songeur, en s'étonnant de voir de la sévérité dans son regard. Et de toute façon, elle connaissait le connaissait à peine et tout ce qu'elle savait sur son compte, c'était qu'il était le préfet des Serpentard, qu'il était en 5ème année et que si on ne l'embêtait pas il était sympathique, contrairement à ses condisciples Serpentard.

Byron gonfla ses plumes d'un air boudeur, ce qui laissa échapper de la bouche de Line un petit rire silencieux et presque inaudible. Lenny le fixer impassible, une expression glaciale et mauvaise ce qui effraya Line, qui sentit un frisson parcourir son échine. Elle n'était pas habituée à ce genre d'expression, puisque qu'elle les affichait que très rarement sur son visage souriant. Elle savait maintenant, qu'il valait mieux, ne pas se frotter à Lenny, sous peine de se prendre un vilain sort dans la tête, enfin c'est ce qu'elle déchiffrait sur son visage glacial et heureusement pour elle, elle n'avait jamais eu l'idée de se frotter à Lenny. Mais elle était pourtant certaine, qu'il n'avait pas aimé sa technique pour descendre tranquillement l'escalier sans avoir des hiboux qui volent autour de vous. De toute façon, Line avait toujours été très radicale et ces hiboux l'avaient tellement énervé qu'elle n'avait pas pu résister à l'envie de descendre tranquillement les escaliers et puis, ils n'étaient pas mort. Elle leur avait juste appris les bonnes manières.


Byron avait reculé sur son perchoir et Lenny avait l'air satisfait de lui et lui donna un premier bout de viande, tout en agitant un second bout de viande.

- La lettre d'abord.

Le hibou tendit sa patte où Lenny accrocha sa lettre et lui jeta le second bout de viande et lui indiqua d'un signe de main qu'il était temps de partir. Le hibou prit son envol et Line sentit un fardeau en moins sur ses épaules. Mais, elle restait tout de même pétrifier par l'expression de Lenny, sans qu'elle ne sache pourquoi. En tout cas, elle espérait de tout son coeur, que celui-ci n'avait rien remarqué. Il lui adressa un timide sourire qui l'apaisa un tout petit peu.

- Je te remercie, les hiboux sorcier se montrent parfois terriblement butés. Heureusement, ils sont trop liés à leurs maîtres pour prendre le risque d'être mis à la retraite.... Si tu n'avais pas été là je pense que j'aurais pu renoncer à l'idée d'envoyer cette lettre aujourd'hui... Alors si tu as besoin de quoique ce soit à l'avenir, je pense que je saurais t'être redevable en ma qualité de préfet de Serpentard.

Elle se ressaisit et lui adressa un long sourire qui en disait long. Elle ne pensait pas vraiment avoir besoin de Lenny à l'avenir, mais si un jour elle avait besoin de quelqu'un, peut être pourrais t- elle- demander de l'aide à Lenny. Après tout, c'était un préfet.Elle parla d'une voix timide.

-De rien... J'ai été ravie de t'aider et si tu as encore besoin de mon aide, je suis là.

Elle n'avait pas beaucoup parlé, mais elle avait comme une boule, qui lui bloquait la gorge. Il lui restait 15 bonnes minutes avant la Botanique avec Neville Londubat, qui était un professeur très gentil et remarquable.

-Tu as qu'elle cours ? Et dans combien de temps ? On pourrait y aller ensemble si on va au même endroit ? Mais si tu dois rejoindre tes amis ou si on ne va pas au même endroit, eh bien... je...bref, tu avais quelques choses de planifier ou pas ?

Elle avait difficilement prononcé ces paroles et lui avait proposé de l'accompagner par simple politesse. Elle se tourna vers Lenny, en affichant une mine décontractée, ce qui était assez faux...
Revenir en haut Aller en bas
Lenny Pinsker
Préfet de Serpentard, 5e année
Préfet de Serpentard, 5e année
avatar

Messages : 489
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 28

MessageSujet: Re: Détente à la volière.(libre)   Mer 23 Fév - 17:44:43

Plusieurs élèves lui avaient déjà fait remarquer qu'il pouvait avoir un regard incroyablement mauvais. Son expression était la seule chose qui arrivait à les tenir à peu près en respect. Mais, derrière cette façade d'airain, le Serpentard n'avait rien de très imposant. Un fond de méchanceté ne donnait pas plus de force, mais il savait se montrer constant dans sa haine. Alix pouvait en témoigner. Lenny s'étonnait toujours un peu de voir les autres reculer lorsqu'il les fixait avec trop d'intensité. Il n'inspirait pas confiance disait-on. L'adorable petit blond était doté d'une personnalité glaçante. Malheureusement, Line n'était pas restée indifférente face à cet élan de noirceur. Elle l'observait d'un drôle d'air depuis que Byron avait pris son envol, comme s'il allait reporter sa colère sur elle. C'était à la fois troublant et satisfaisant. Le préfet préférait la crainte à la sympathie, il avait le sentiment de gagner en respectabilité lorsque les autres se courbaient. Pourtant, cette méthode le privait d'un grand nombre d'amitiés. Mais l'étrange Serdaigle ne se laissa pas démonter. Elle lui assura une fois de plus qu'elle serait disponible et dévouée en cas de problèmes. N'avait-elle pas d'amis ? Ils ne se connaissaient même pas. Rien ne l'attachait à lui, rien ne lui disait qu'elle aurait envie de l'aider à l'avenir. C'était absurde. Lenny opina sans répondre. Il ne voyait pas tout à fait les choses de cette façon. A la sortie de la volière, leurs chemins se sépareraient et n'auraient plus aucune raison de se rejoindre. Et puis, Line n'était qu'une fille, ça ne pouvait être une personne véritablement intéressante. Cependant, sa gentillesse gratuite le troublait un peu. Malgré un côté serviable, la Serdaigle s'était néanmoins montrée très réservée. En fait, elle n'avait pas réussi à éveiller son mépris. Il n'avait rien à lui reprocher. Comment pouvait-il se montrer désagréable ? Cette rencontre n'était finalement pas si terrible, elle l'éloignait un peu de ses rapports tendus avec les Serpentard et de l'orgueil parfois insupportable de son groupe d'amis, ceux qui se donnaient un air intelligent en alignant chaque jour des connaissances plus inutiles les une que les autres. Tiens, pendant un instant il avait même oublié ses nombreux problèmes !

Line ne semblait pas décidée à le lâcher. Que faire ? Il n'était pas vraiment contre poursuivre la discussion, pour aujourd'hui du moins, mais son temps était limité et il se voyait mal inviter la demoiselle à le retrouver après les cours. Ce serait étrange non ? Il n'était pas à ce point désespéré ! Malheureusement, il n'avait pas d'amis à retrouver. Ses rapports avec les cinquièmes années étaient plutôt tendus et il n'avait pas fait beaucoup d'efforts pour les améliorer. Bien sûr, il retrouverait quelques bonnes connaissances en début de cours, parlerait de choses et d'autres avant la sonnerie, mais ce rituel n'avait pas beaucoup d'importance. Il descendit doucement les derniers escaliers pour quitter la volière.


- Je vais en métamorphose... c'est un peu plus bas
, dit-il en poussant la porte et en laissant Line le devancer par politesse. Et toi ? Tu n'as pas d'amis à retrouver dans ta classe ?

Il avait posé cette question sur un ton assez détaché. Line lui parlait comme si elle avait enfin trouvé un élève auquel s'accrocher, ce n'était pas très rassurant mais assez flatteur, tant que la personne ne devenait pas trop collante. En revanche, il éludait la question qui le concernait, puisque la réponse dépendrait de la sienne. Lenny fondait souvent son opinion sur celle des autres. Inutile de critiquer les rapports humains avec quelqu'un qui avait en réalité un énorme cercle d'amis, c'était le meilleur moyen de passer pour un imbécile asocial, ou un individu désespérément condescendant. Ce n'était pas toujours un mal évidemment, mais il n'avait pas de raison d'utiliser ce registre avec Line.

_________________________________
Cliiique sur Chantale !

Estiamsi omnes, ego non
Revenir en haut Aller en bas
http://oxumoros.forumactif.org
Line Cast
Serdaigle, 3 ème Année
Serdaigle, 3 ème Année
avatar

Messages : 179
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 19

MessageSujet: Re: Détente à la volière.(libre)   Mer 23 Fév - 21:14:57

Lenny descendait doucement les dernières marches de la volière, suivit de près par Line qui ne savait que rajouter après ses questions quelque peu ridicule. Elle se souvenait très bien que son père disait toujours « Ne rien trouvait ridicule est le signe de l'intelligence complet. ». Mais, elle trouvait toujours tous ridicule, ce qui signifiait donc qu'elle n'était pas intelligente ? De toute manière, elle se fichait complètement d'être intelligente ou pas. Et puis ce n'était qu'une banale citation des moldus.

Elle sursauta légèrement quand Lenny prit la parole, mais l'écouta attentivement puisqu'elle n'avait rien d'autre à faire.

- Je vais en métamorphose... c'est un peu plus bas. Et toi ? Tu n'as pas d'amis à retrouver dans ta classe ?

Il poussa la porte de la volière, qui produisit un grincement rauque, désagréable. Il la laissa passer devant, certainement par politesse. Line le remercia en un chuchotement à peine audible et s'arrêta en attendant que Lenny sorte de la volière. Il y avait un vent paisible, qui fouettait la peau de Line doucement, timidement. Elle poussa un profond soupir de plaisir, avant d'étudier la question gênante de Lenny. Elle n'avait pas spécialement des amis à retrouver, Sarah et Akuru étaient surement en cours de défense contre les forces du mal. Par contre, Aren avait le même cours qu'elle... et à la même heure... mais depuis le baiser au chemin de traverse, elle n'osait plus lui parlait et lui non plus.

Et il serait certainement avec une bande de Gryffondor, ou de Serdaigle. Il avait tellement d'amis, qu'il ne savait plus leur prénom... et à part ces trois là, elle n'avait pas vraiment d'autres amis, sauf quelque connaissance, comme Luna Lovegood une élève de 7ème année à Serdaigle, Harry Potter, le survivant, élève de 7ème année à Gryffondor, Lorlie Brenk une élève de 2ème année à Serdaigle... etc...


La botanique se trouvait sur le chemin de la métamorphose, il pourrait rester ensemble jusqu'à la salle de botanique... elle répondit à Lenny d'une voix douce et légère.

-Non, je n'ai pas spécialement des amis à rejoindre... ils ont d'autres cours. Je vais en Botanique... c'est sur le chemin du cours de Métamorphose.

Elle ne rajouta rien, mais lui adressa un sourire amical. Elle observa le parc, pour finir par apercevoir des sombrals qui volaient dans le ciel. Comme pour elle-même, elle posa une question à Lenny :

- Vois-tu les sombrals ? Juste comme ça...

Elle descendait lentement les escaliers, observant ces magnifiques chevaux squelettique ailées volaient dans le ciel. Elle se tourna alors vers Lenny, en lui affichant un immense sourire...
Revenir en haut Aller en bas
Lenny Pinsker
Préfet de Serpentard, 5e année
Préfet de Serpentard, 5e année
avatar

Messages : 489
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 28

MessageSujet: Re: Détente à la volière.(libre)   Mar 1 Mar - 23:25:41

Il faisait tout de même meilleur dans le couloir. Lenny épousseta inutilement sa chemise et prit la direction de sa salle de cours. Sa question avait laissé Line méditative un instant. Il espérait ne pas l’avoir heurté en sous-entendant qu’il pouvait tout aussi bien se passer de sa présence. Pour une fois, le préfet n’avait pas voulu se montrer indélicat. La Serdaigle ne le dérangeait pas, même s’il se voyait mal entamer une conversation réellement intéressante avec elle.
Alors qu’ils s’approchaient d’une fenêtre, ralentit le pas pour observer son reflet à travers la vitre et essayer de remettre de l’ordre dans sa coiffure. Mais finalement, l’anarchie de ses mèches n’était pas si laide. Cette réflexion l’étonnait et, il hésita à sortir un peigne de son sac. Samuel avait peut-être raison quand il lui suggérait de se lâcher au lieu de s’énerver sur toutes les petites vétilles qui parsemaient son existence. Cependant, son cadet n’avait jamais donné le bon exemple. Où irait-il s’il commençait à se laisser influencer par ses idées de débauché ? Ce n’était pas de cette manière qu’il l’aiderait à réussir sa vie.
Il soupira et lissa ses cheveux blonds du bout des doigts. Les grands changements ne seraient pas pour aujourd’hui. Ce qui s’était passé au concert, cette plongée dans la fosse, n’était qu’un égarement ridicule, mais pas tout à fait désagréable puisqu’il lui avait permis de rester contre un très beau garçon. L’événement lui laissait encore une drôle d’impression. Tout était redevenu tellement normal depuis. Les jours étaient incroyablement fades et son frère l’ignorait de plus en plus, sans parler de Lorelei qui était insupportable. Sa vie était pitoyable.
Absorbé par ses pensées contraires et contrariées, il avait oublié un bout de sa discussion avec la Serdaigle. Line lui disait simplement qu’elle n’avait pas d’amis à rejoindre en particulier et que son prochain cours était la Botanique, une matière qui, étrangement, lui plaisait. Les plantes étaient tranquilles au moins… Et Londubat ne se débrouillait pas si mal en apprenti auprès de Chourave.
Ainsi, la jeune fille ne courait pas après les amitiés. Il éprouvait un élan de sympathie soudain pour elle. Pour une fois, il rencontrait quelqu’un qui n’était ni prise de tête, ni entouré d’une bande surchargée. C’était désagréable, ça changeait des Serpentard. Mais qui disait Serdaigle disait aussi questions étranges. Line lui demanda soudain s’il pouvait voir les sombrals et il pâlit instantanément. Elle avait parlé en observant un point particulier dans le ciel et Lenny s’exclama avec effroi :


- Mon Dieu, non !

Et il détourna son regard de la vitre comme s’il cherchait à fuir une vision d’horreur. L’idée de la mort le terrifiait. Il frissonna en imaginant qu’un affreux cheval squelettique avait peut être recouvert son reflet. Voir des sombrals était tellement funeste. Il supposait que ce n’était pas grave dans le cas où on assistait une très vieille personne sur un lit de mort, mais dans l’autre cas, il n’osait le concevoir. Il espérait ne jamais se retrouver confronté à ces créatures. Cependant, si Line lui avait posé la question, cela signifiait qu’elle n’avait pas sa chance… Assez embarrassé par son indélicatesse machinale il reprit plus timidement :

- Excuse-moi… Je ne m’attendais pas du tout à ce que tu me poses une telle question… Tu peux les voir depuis longtemps ? Je suis désolé.

La question lui avait échappé malgré tout mais il la regretta presque aussitôt. Même s’il ne pouvait retenir une certaine curiosité , il fit un geste de la main à la jeune fille pour lui signifier qu’elle n’était pas obligée de donner plus de détails là-dessus si le souvenir était trop pénible. Mais, en même temps, c’était elle qui avait lancé le sujet ! Comme si ce genre de question était tout à fait banale quand on s’adresser à une personne pour la première fois.


_________________________________
Cliiique sur Chantale !

Estiamsi omnes, ego non
Revenir en haut Aller en bas
http://oxumoros.forumactif.org
Line Cast
Serdaigle, 3 ème Année
Serdaigle, 3 ème Année
avatar

Messages : 179
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 19

MessageSujet: Re: Détente à la volière.(libre)   Jeu 3 Mar - 18:51:16

Lenny venait de pâlir quand Line avait dangereusement posée une question dont la réponse était inutile… Elle s’en voulut et détourna le regard de ces chevaux squelettiques qui volaient tranquillement dans le ciel en direction de la forêt interdite. Lenny s’exclama soudain :

- Mon Dieu, non !

Elle sursauta malgré tout et se maudit de s’être aventuré dans un sujet délicat… Il avait certainement peur de voir les sombrals et il avait parfaitement raison ! Elle aimerait beaucoup ne pas les voir, mais le destin avait décidé le contraire… Lenny venait détourner le regard et Line limita en se retournant et laissa couler quelques larmes avant de se retourner vers Lenny et de baisser la tête en espèrent ne pas l’avoir blessé…

Lenny reprit d’un ton timide :


- Excuse-moi… Je ne m’attendais pas du tout à ce que tu me poses une telle question… Tu peux les voir depuis longtemps ? Je suis désolé.

La question que venait de lui poser Lenny était délicate et elle se retourna pour réfléchir à sa réponse… Quelle idiote elle faisait, elle et ses questions ridicules… qui menaient sur un sujet délicat… Elle observa un moment les sombrals avant de fermer les yeux et de se laisser porter dans ses pensée… Le vent fouettait son visage et le soleil picotait la peau de Line… Elle aimait bien cette sensation… si mystérieuse et excitante… Elle se souvenait très bien que quand elle se marrait pour quelque chose de ridicule il lui murmurait en lui caressant ses cheveux « La vie est un mystère et non pas un délire… »… Elle n’avait jamais su pourquoi il disait cela…

Elle rouvrit les yeux et se rendit compte que Lenny attendait. Elle se retourna vers lui et lui lança un sourire timide avant de murmurer :

-Depuis que mon père est mort… tué par un sale mangemort, avec le sortilège Endoloris… l’année dernière, quand Tu-sais-qui était au pouvoir… Il voulait tout simplement me protéger, alors que ce n’était qu’un moldu…

Elle détourna la tête et poussa un soupir… ni exaspérée, ni de soulagement, tout simplement un soupir… Elle n’osait pas verser quelques larmes en présence de Lenny qui devait certainement l’observer et c’était elle qui avait abordé le sujet… donc c’était SA faute à elle.

Elle regardait ses chaussures qui n’étaient pas très passionnante et parla d’une voix timide :

-Désolée d’avoir abordée ce sujet délicat… Je ne sais pas ce qui m’a pris… J’étais simplement curieuse comme à mon habitude…

Elle jouait avec une mèche de ses cheveux et afficher un demi sourire avant de jeter un coup d’œil à sa montre : il lui restait pas mal de temps avant le cours de Botanique avec Monsieur Londubat.

Elle sortit de sa poche un chouchou violet et natta ses cheveux en queue de cheval avant de faire face à Lenny en affichant un sourire amical….


Revenir en haut Aller en bas
Lenny Pinsker
Préfet de Serpentard, 5e année
Préfet de Serpentard, 5e année
avatar

Messages : 489
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 28

MessageSujet: Re: Détente à la volière.(libre)   Dim 20 Mar - 12:30:30

Pourquoi… Pourquoi avait-il poursuivi cette conversation inutile ? A présent, ils étaient tous deux gênés, et ils ne se connaissaient pas assez pour endiguer le malaise qui affluait. Lenny préférait encore fuir lâchement. Il pouvait le faire. Il suffisait de dire qu’il préférait entrer dans la salle de classe en avance. Mais il s’en voulait d’abandonner Line dans cet état, après avoir lancé une réflexion complètement déplacée pour quelqu’un qui venait sans doute de perdre un proche. S’il n’avait pas de respect pour les autres, il en avait au moins pour la famille.
Les yeux de la Serdaigle se veinaient de rouge. Il dissimula un regard embarrassé. Il savait consoler Samuel, sa mère, sa petite sœur, mais il était incapable d’apporter du réconfort aux autres, aux inconnus. La peine de Line sortait de son cadre habituel. Il ne savait plus quoi dire et frissonnait devant les souvenirs de mort impudiques qu’elle lui tendait. De toute manière, il n’avait pas à s’occuper de ses problèmes, ce n’était pas son rôle ! La compassion n’était pas dans tous les cœurs. Il avait suffisamment à faire avec sa vie pour supporter le poids d’une existence secondaire. Pourquoi les gens lâchaient-ils leurs malheurs hors du cercle d’amis ? Personne ne voulait la douleur des autres, elle rompait l’égocentrisme pur, elle rappelait qu’on n’était pas seul à avoir mal, que certains subissaient pire, et qu’il était toujours dérisoire de se plaindre.
Pourtant, il avait posé une question fatale. La curiosité dépassait la raison. Il souhaita un instant le silence de Line. Mais la jeune fille parla, son père était mort. Quelque chose s’effondra en lui, comme si elle venait de lui annoncer la mort de son propre père. Ce serait terrible. Il n’arrivait pas à l’imaginer. Cet homme qu’il avait toujours vu ne pouvait pas disparaître. Le plus terrible, était que la Serdaigle l’avait vu mourir, en proie aux sortilèges répétés de l’endoloris. Cette vision d’horreur le ramenait à ses propres hantises. Il se répétait aussi l’histoire de sa grand-mère, qui avait perdu en même temps son père, sa mère, son frère, sa sœur… C’était une catastrophe, un véritable désastre, auquel sa famille avait échappé cette fois. Ils étaient restés très prudents vis-à-vis des mangemorts. Ils avaient fait profil bas. Ce n’était pas très glorieux, mais, au moins, ils avaient tous survécu. Même s’ils étaient sorciers, le statut né-moldu de leur grand-mère maternelle représentait un énorme danger s’ils commençaient à s’agiter.


- Je ne sais pas si tu sais ce qui s’est passé dans les années 1943…
, dit-il avec le plus grand sérieux. Ma grand-mère a vu ses parents mourir de la même façon, mais des sorciers l’ont aidée à survivre. J’espère que tu n’es pas seule et que des gens bien sont là pour veiller sur toi maintenant. Il est inutile de s’excuser. Je comprends que tu aies besoin d’en parler, même si je ne sais pas vraiment quoi dire pour t’aider. Enfin… ça a été une période terrible. Je prie pour que les temps ne se dégradent plus avant longtemps.

Il était toujours plus facile de dire les choses avec des exemples similaires. Ce n’était pas forcément le plus subtile à faire mais Lenny pratiquait souvent cet échange de malheurs équitables. Après tout, la plupart des gens privilégiaient d’abord leurs petites histoires et appréciaient ceux qui leur donnaient l’occasion de les développer. Cependant, il n’avait pas très envie de jouer ce rôle auprès de Line. Son ton était sincère mais il était facile de se montrer sensible à ce genre de malheurs. La perte d’un proche était assez terrible pour affecter n’importe qui. Il n’endosserait pas la responsabilité de son rétablissement mais sa conscience était tranquille.
Cette conversation le minait à nouveau. Il semblait que rien en ce monde ne pût le mettre de bonne humeur. Son visage assombrit ne rendit pas le moindre sourire à la jeune fille. Il n’avait pas du tout envie de feindre la joie, de sourire bêtement, comme si tout allait bien, alors que c’était faux. Il jeta un regard à sa montre et commença à avancer lentement. S’ils restaient bloqués devant cette fenêtre ils finiraient vraiment par arriver en retard à leurs cours.


_________________________________
Cliiique sur Chantale !

Estiamsi omnes, ego non
Revenir en haut Aller en bas
http://oxumoros.forumactif.org
Line Cast
Serdaigle, 3 ème Année
Serdaigle, 3 ème Année
avatar

Messages : 179
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 19

MessageSujet: Re: Détente à la volière.(libre)   Dim 20 Mar - 19:33:27

Lenny semblait mal à l'aise et Line le comprenait. Quelle idiote elle faisait ! Pourquoi avait -t-il fallu qu'elle aborde ce sujet ? De toute façon, ce qui était fait était fait et elle avait parlé de son père pour la première fois à une simple connaissance.

Ses yeux la piquaient tellement qu'elle aurait bien aimé déverser un flot de larme, mais cela n'aurait servit à rien et son père n'aurait pas ressuscité le lendemain. Elle poussa un soupir exaspéré avant d'afficher un sourire forcé qui montrait bien toute sa peine, mais elle ne pouvait le remarquer. Que la vie était compliquée ! Elle souffla rageusement sur une mèche de ses cheveux qui lui cachait la vu. Bizarrement, elle commençait à s'énerver sans qu'elle ne sache pourquoi, mais elle se calma rapidement en respirant de grande goulées d'air et le vent léger l'apaisa. Quand Lenny parla elle sursauta vu que c'était la première fois qu'elle entendait son ton avec autant de sérieux.


- Je ne sais pas si tu sais ce qui s’est passé dans les années 1943…Ma grand-mère a vu ses parents mourir de la même façon, mais des sorciers l’ont aidée à survivre. J’espère que tu n’es pas seule et que des gens bien sont là pour veiller sur toi maintenant. Il est inutile de s’excuser. Je comprends que tu aies besoin d’en parler, même si je ne sais pas vraiment quoi dire pour t’aider. Enfin… ça a été une période terrible. Je prie pour que les temps ne se dégradent plus avant longtemps.
Elle déglutit à l'écoute de ce récit qui ressemblait tant au sien, mains tint bon et continua à observer Lenny . Il n'y avait pas vraiment des gens qui veillaient sur Line, vu qu'elle s'aidait mutuellement avec sa soeur, son frère et sa mère en se soutenant. Mais, le problème c'était qu'aucun membre de sa famille ne pouvait la soutenir quand elle se trouvait à Poudlard vu que sa famille était moldus hormis sa soeur qui malheureusement ne rentrait que dans deux ans à Poudlard.

Elle n'avait pas non plus envie de parler de la mort de son père, mais elle ne pouvait rien lui reproché, puisque c'était elle qui avait abordé le sujet. Le visage de Lenny était sinistre et il donna même des frissons à Line qui n'aimait pas ce genre d'expression et depuis la mort de son père d'ailleurs, elle passait son temps à sourire pour ne pas se rappeler que son père était...mort. Elle afficha un visage sans expression glacée d'horreur qui ne reflétait que la crainte et parla d'une voix légèrement tremblante :


-Désolée pour tes arrières grands parents. Et je ne peux pas dire que je suis seule, vu que je n'ai qu'un membre de ma famille qui est... décédé. Mais, n'en parlons plus. Sinon, nous allons arriver en retard à notre cours.

Elle se tut et Lenny et elle commencèrent à avancer lentement. Elle jeta un dernier regard aux chevaux squelettiques en murmurant des paroles que Lenny ne pouvait entendre :

-Je t'aime Papa. Tu me manques.

Elle tourna le dos au sombrals et descendit lentement les escaliers saisit par des tremblements...
Revenir en haut Aller en bas
Lenny Pinsker
Préfet de Serpentard, 5e année
Préfet de Serpentard, 5e année
avatar

Messages : 489
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 28

MessageSujet: Re: Détente à la volière.(libre)   Lun 25 Avr - 15:18:29

[Voilà, je suis désolée pour cette longue attente et cette réponse un peu brouillon, j'essaye de m'y remettre ^^]

Non, ces larmes ne devaient pas couler. Il ne savait pas consoler les autres, il n’avait pas envie de s’enfoncer dans une situation embarrassante avec cette troisième année. Lenny regrettait son exclamation spontanée. Elle était blessante, stupide… Mais la jeune fille l’avait cherché. Sa question l’avait surpris. Il était troublé. Il n’osait pas imaginer la mort d’un proche… Et les accidents arrivaient tous les jours après tout. Parfois, le cœur s’arrêtait même de battre sans la moindre raison. C’était terrifiant. Il y pensait souvent. Il voyait sa mort, celle de son frère, de sa mère, de son père, de sa petite sœur… Et même les grands-parents… L’âge n’y faisait rien. Ils avaient toute leur tête. Il n’imaginait pas qu’ils pussent disparaître du jour au lendemain. Pourtant, sa grand-mère avait vu ses parents mourir, et l’année qui venait de s’écouler avait eu son lot de trépassés. Ecrire le bilan de la guerre dans la Gazette de septembre avait été très difficile. Il avait buté plusieurs fois sur le portrait des défunts. L’hommage qu’il avait dû rendre à Hicham Zahraoui, ce garçon qu’il ne connaissait même pas, avait gonflé son cœur de sanglots. Comment ne pas songer à la famille déchirée ? A cette vie à peine commencée ? Il avait contemplé la photographie animée du jeune homme jusqu’à l’épuisement. Savait-il, à ce moment, qu’il ne lui restait plus que six mois à vivre ? Qu’il était possible que la vie s’achevât à dix-sept ans ? Et lui ? Lenny réprima un frisson et Line ravala ses larmes pour lui avouer l’affreuse vérité. Elle aurait pu assister à l’assassinat d’un anonyme, comme beaucoup d’élèves dans cette école. Or, il s’agissait de son père, torturé puis tué. Son visage se figea. Il ne savait plus quelle expression adopter. Aucune réaction ne semblait bonne face à un drame aussi grand. Le Serpentard ne comprenait même pas la facilité avec laquelle la jeune fille s’était livrée à lui. Elle avait même les idées assez claires pour s’excuser. Lenny acquiesça doucement. Il aurait pu lui dire qu’en effet, il n’avait vraiment pas besoin de connaître les détails sordides de sa vie, mais ça ne se faisait pas, c’était cruel. Il fallait tenir son rôle social, se montrer bon et compréhensif.

- Ce n’est rien… Après tout, beaucoup d’élèves ont perdu des membres de leur famille l’année dernière, et même si on essaye de nous faire croire que la page est tournée, il faudra du temps pour recouvrir une partie de ces drames. Mais tant qu’on est bien entouré, on s’en sort. J’ai une grand-mère né-moldue qui a vu toute sa famille mourir devant ses yeux. J’ai toujours eu beaucoup d’admiration pour elle, et elle me soutient cependant qu’elle n’est pas plus forte qu’un autre… Je ne sais pas si c’est vrai. En tout cas, j’espère que tu as des proches qui sont là pour veiller sur toi.


Il passa une main nerveuse dans ses cheveux et avança d’un pas lent vers les escaliers. Lorsque sa main blanche se posa sur le pommeau sculpté de la rampe il songea que Line le suivait toujours et qu’il n’avait aucune idée de la manière de relancer la conversation avant de pouvoir la quitter. Toutes ces histoires morbides le mettaient très mal à l’aise. Il n’était pas certain d’avoir trouvé les mots juste pour clore le sujet, mais, au fond, il s’en fichait assez. Sans la regarder, il demanda pour essayer d’alléger les dernières minutes en sa compagnie :


- Et tu fais quelque chose en dehors des cours ? De la lecture, de la musique, ou autre activité sans grand rapport avec les devoirs ?


En voilà une question intéressante. C’était le moment de jauger sérieusement la jeune fille et d’évaluer son niveau de culture. Il ne s’éterniserait pas avec elle si elle s’avérait dénuée de toute conversation.


_________________________________
Cliiique sur Chantale !

Estiamsi omnes, ego non
Revenir en haut Aller en bas
http://oxumoros.forumactif.org
Line Cast
Serdaigle, 3 ème Année
Serdaigle, 3 ème Année
avatar

Messages : 179
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 19

MessageSujet: Re: Détente à la volière.(libre)   Lun 25 Avr - 20:19:14

[ Oh, c'est pas grave Lenny!^^]

Line suivit lentement Lenny se demandant si elle ne devait pas partir en inventant une quel qu’on que histoire pour prendre congé de lui. Mais, c’était assez lâche si elle faisait ça. Le laisser en plan avec ce stupide sujet de mort et compagnie. Lenny se retourna pour parler et Line s’arrêta à contre- cœur en regardant de tous les côtés de peur de regarder dans les yeux le Serpentard.

-Ce n’est rien… Après tout, beaucoup d’élèves ont perdu des membres de leur famille l’année dernière, et même si on essaye de nous faire croire que la page est tournée, il faudra du temps pour recouvrir une partie de ces drames. Mais tant qu’on est bien entouré, on s’en sort. J’ai une grand-mère né-moldue qui a vu toute sa famille mourir devant ses yeux. J’ai toujours eu beaucoup d’admiration pour elle, et elle me soutient cependant qu’elle n’est pas plus forte qu’un autre… Je ne sais pas si c’est vrai. En tout cas, j’espère que tu as des proches qui sont là pour veiller sur toi.


Il avait raison, beaucoup d'élèves avaient perdu des membres de leur famille à cause de cet imbécile mage noir ! Et pour elle, la page ne serait jamais tournée enfin... pas complètement en tout cas. Le problème, c'est que chaque membre de sa famille a le coeur brisé et c'est assez difficile de se soutenir sans craquer avant l'autre. Elle ne put s'empêcher de plaignait sa grand-mère qui elle, avait vu toute sa famille mourir et non un seul membre. Parfois, elle se trouvait égoïste, mais la vie était ainsi et personne ne pouvait changer le cours de la vie... malheureusement... Elle parla d'une voix naturelle et ne put s'empêcher de se demander comment elle faisait pour toujours dégénérer des situations avec ses questions idiotes.

-On peut dire que je suis bien entouré et j'espère vraiment que ta grand-mère va mieux maintenant que le temps s'écoule... Et je pense que la page n'est jamais tournée complètement, enfin ne parlons plus de ça.

Elle recommença à avancer et remarqua que Lenny n'était toujours pas mieux. Elle venait de lui gâcher sa journée ! Elle suivit Lenny qui avançait et se demanda très franchement pourquoi il n'était pas encore parti avec des rires moqueurs spéciaux Serpentard , finalement les Serpentard ne sont pas tous diaboliques et sans coeur...il ne faut jamais juger sans connaître. C'est comme ci elle disait qu'elle n'aimait pas les champignons alors qu'elle n'a jamais gouté. Lenny parla sans se retourner et elle inspira à fond espérant que le sujet soit clos.

-Et tu fais quelque chose en dehors des cours ? De la lecture, de la musique, ou autre activité sans grand rapport avec les devoirs ?

Elle soupira de soulagement. Elle n'avait pas eu à relancer un sujet... ce n'était pas son fort. Elle pensa pour la première fois de sa vie à ce qu'elle aimait à part Poudlard... Elle aimait lire de gros livres et quand elle était petite, elle savait jouer du piano, cet instrument qui la réconfortait... d'ailleurs, si un jour elle avait le temps elle devrait si remettre. Sinon, pendant les vacances d'été, elle faisait du... Judo. Personne ne la voyait faire ce loisir, elle qui souriait nuit et jour, mais elle aimait tellement le Judo. Elle ne saurait jamais pourquoi elle avait un jour demandé à sa mère de faire du Judo... elle se sentait en sécurité, mais dans ce monde, le Judo n'était pas d'une grande utilité... Et elle avait un talent pour le dessin, et personne n'avait vu et ne savait ce talent, il restait caché au fond d'elle...

Elle parla d'une voix pensive :


-J'aime beaucoup lire... bon je fais quasiment que ça qu'en j'ai du temps. Quand j'étais petite, je jouais du piano... Et je ne sais pas si tu connais ce sport, mais, l'été, je pratique le Judo... un sport de... combat.


Elle ne révéla pas son talent de dessin et se dit qu'il ne connaissait certainement pas le Judo et qu'elle allait devoir le lui expliquer, enfin... autant connaître mieux Lenny.

-Et toi ?


Elle se passa la main dans ses cheveux et afficha un véritable sourire...
Revenir en haut Aller en bas
Lenny Pinsker
Préfet de Serpentard, 5e année
Préfet de Serpentard, 5e année
avatar

Messages : 489
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 28

MessageSujet: Re: Détente à la volière.(libre)   Ven 6 Mai - 20:48:17

Ah la mort… Vaste et triste sujet que celui-ci. Il lui était arrivé d’avoir de longues discussions à ce sujet mais il ne se sentait vraiment pas de s’éprendre avec une jeune fille de troisième année qui avait vu son père se faire assassiner. La réalité mettait très vite à mal ses passions philosophiques. Il ne lui restait plus que le désarroi, et l’invocation à sa grand-mère afin de donner un peu plus de valeurs à ses propos. Line s’inquiéta pour cette vieille femme, mais en réalité, elle interrogeait davantage son avenir. Irait-elle mieux avec le temps ? Sans doute. Il ne pouvait que le lui souhaiter, et lui présenter l’histoire de sa famille en signe d’espoir.

- Elle va bien… Elle s’est fait recueillir par une famille sorcière, parmi les siens et elle a finalement épousé leur fils. Puis ma mère est arrivée, et mon frère et moi ensuite. Son futur lui a rendu un peu de ce que le passé lui a pris
, acheva-t-il dans un sourire.

Mais, bien qu’il n’en laissât rien paraître, cette conclusion ne lui plaisait pas. Elle était logique, évidente, et pourtant, elle faisait de la propagation une solution au malheur et à la solitude. Sa grand-mère avait réussi à mener une vie correcte grâce au mariage et à l’enfantement. De loin, son destin semblait parfait, complet. Pourtant, il ne voulait pas de ce futur. Ce bel avenir n’était pas pour lui, il le savait sans se l’avouer. Il le savait, et ça le contrariait. Parce qu’il n’était pas normal. Il n’était pas l’enfant modèle qu’il aurait dû être. Son rejet des femmes faisait de lui un raté. Quelqu’un qui serait incapable d’avoir une Vraie vie, une existence qu’on puisse envier. Mais Oscar Wilde ? Mais Wilde s’était marié. Il avait eu des enfants. Ce n’était qu’une fausse icône, comme Verlaine, comme Rimbaud. Lui, il sentait qu’il serait incapable de faire semblant, s’il arrivait seulement à s’accepter un jour. A quelle figure s’accrocher ? A Louis de Bavière ? Il était fou, mal dans sa peau, névrosé. Alors qui ? Proust ? Moui, peut-être. Cependant, la vie de cet homme n’avait jamais fait rêver personne. Ses recherches étaient désespérantes. Il avait l’impression douloureuse de n’entrer dans aucune catégorie, pas même celle des marginaux. Line avait raison de l’inciter à changer de sujet. Il s’enfonçait dans des questions existentielles qu’il valait mieux ne pas soulever, comme toujours.

L’entrée dans une conversation classique était plus sûre, et la Serdaigle sembla enchantée de changer de sujet. Elle disait passer son temps libre à lire ce qui était un excellent point. Elle jouait du piano, ce qui leur faisait un autre sujet commun, et elle pratiquait du judo. Vraiment ? Lenny lui lança un regard légèrement étonné. Il ne connaissait pas très bien cette discipline mais il n’avait pas imaginé un seul instant que cette gamine toute mignonne pût pratiquer un sport de combat. Elle était peut-être même plus forte que lui ! Ce qui n’était pas difficile en même temps, il était plus maigre que les filles de son âge.


- Ah oui vraiment ?
s’étonna-t-il. Je me demande ce qui peut pousser une petite fille à choisir un sport de combat… - Peut-être la même chose que ce qui le fascinait tant dans la danse classique, mais il évita de l’exprimer à haute voix. Ça faisait trop… gay. Oui, c’était ça. – Je ne connais pas très bien ce sport, c’est asiatique, n’est ce pas ? Si je devais pratiquer un sport moldu, je me suis toujours dit que je m’essayerai à l’escrime… Mais en attendant, je n’en ai pas le courage, alors je me contente de la musique. J’ai appris à jouer du piano dans mon enfance aussi, et je continue. C’est un instrument très reposant lorsqu’on arrive à le maîtriser.

Il lui lança un dernier sourire en descendant lentement les marches. Finalement, il était dommage que cette conversation ne puisse durer très longtemps, elle commençait juste à lui plaire maintenant que les sujets tendus étaient évincés.


_________________________________
Cliiique sur Chantale !

Estiamsi omnes, ego non
Revenir en haut Aller en bas
http://oxumoros.forumactif.org
Line Cast
Serdaigle, 3 ème Année
Serdaigle, 3 ème Année
avatar

Messages : 179
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 19

MessageSujet: Re: Détente à la volière.(libre)   Sam 7 Mai - 17:08:31

Line réfléchissait à ses cours de judo qu'elle pratiquait tous les étés... C'est un sport qui lui permettait de défouler toute sa rage sur quelqu'un (en faisant attention à ne pas le blesser au passage...). Et, avec ce sport, elle apprenait à se défendre, même si dans ce monde, dans le monde où elle vit, ce sport ne l'aide pas beaucoup. Seule la magie peut terrasser la magie. Rien d'autre. Seule la magie peut nous défendre de la magie. Et ce ne sera jamais autrement... Elle secoua la tête pour reprendre ses esprits. Tient dont, elle commençait à se créer des délires maintenant... Elle ne pouvait pas dire qu'elle devenait paranoïaque, mais elle n'était pas loin.

Elle tourna la tête vers Lenny pour voir s'il réagissait... Il lui lança un regard légèrement étonné et elle lui répondit par un sourire. Bien sûr, Lenny ne l'imaginait certainement pas avec une tenue de Judoka en train de se battre contre un moldu. Personne ne l'imaginait faire du judo. Elle, la petite Serdaigle qui passe ses journées à sourire (qui passe quasiment ses journées à sourire...). Elle comprenait parfaitement qu'il soit étonné. Si elle disait à sa meilleure amie, Sarah, qu'elle pratiquait le judo tous les étés, celle-ci s'esclafferait certainement. Non, elle serait carrément tordue de rire. Elle lui lancerait certainement un truc du genre « Tu plaisantes ?! Toi, faire du judo ? J'aimerais bien te voir à l'œuvre combattante Line ! » Sarah était du genre à plaisanter, à parler et surtout à se dépenser. Elle ne pouvait pas rester une seule petite minute sans bouger. C'était impossible. En cours, elle gesticulait dans tous les sens. Elle allait même jusqu'à envoyer son stylo au fond de la classe pour bouger un peu. Bref, personne ne l'imaginait faire du judo.

- Ah oui vraiment ? Je me demande ce qui peut pousser une petite fille à choisir un sport de combat…Je ne connais pas très bien ce sport, c’est asiatique, n’est ce pas ? Si je devais pratiquer un sport moldu, je me suis toujours dit que je m’essayerai à l’escrime… Mais en attendant, je n’en ai pas le courage, alors je me contente de la musique. J’ai appris à jouer du piano dans mon enfance aussi, et je continue. C’est un instrument très reposant lorsqu’on arrive à le maîtriser.

Ce qui l'avait poussé à choisir un sport de combat ? Les mangemorts. Simplement les mangemorts. Pour pouvoir se défendre si elle perdait sa baguette face à un de ces imbéciles à capuches. Bon, si elle perdait sa baguette dans un moment aussi critique, ce n'était pas le judo qui allait la sortir de ce pétrin.
Lenny avait parfaitement raison. Le judo était belle et bien asiatique. Il était vraiment cultivé. Elle connaissait bien l'escrime, mais n'avait jamais osé en faire... Tout comme Lenny elle n'avait pas eu le courage. Le piano était vraiment un instrument magique à écouter... et savoir en jouer était tout simplement merveilleux... Extraordinaire... Bref, le piano était un instrument reposant à écouter lorsqu'on arrive à le maîtriser comme l'avait si bien fait remarquer Lenny.

Lenny lança à Line un dernier sourire avant de descendre lentement les marches... C'était dommage que cette conversation ne puisse durer longtemps... Elle avait épuisé son temps avec un sujet morbide, effrayant... Elle lui rendit son sourire et lui emboîta le pas.


-Oui, c'est asiatique... L'escrime m'a toujours tenté, mais comme toi je n'ai pas eu le courage pour le pratiquer. Mais, moi je me contente du judo. C'est un moyen de distraire mon esprit et de me défouler un peu... ça fait assez longtemps que je n'ai pas joué du piano, mais je suis d'accord avec toi, c'est un instrument où l'on prend plaisir à en jouer et à l'écouter.

Elle sourit de nouveau à Lenny enchanté d'avoir changé de sujet... La conversation pouvait basculer si vite et se redresser par la suite aussi vite qu'elle avait basculé...
Revenir en haut Aller en bas
Lenny Pinsker
Préfet de Serpentard, 5e année
Préfet de Serpentard, 5e année
avatar

Messages : 489
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 28

MessageSujet: Re: Détente à la volière.(libre)   Jeu 19 Mai - 16:24:13

L’escrime était un sport moldu plein de noblesse. Il avait regardé avec fascination des films moldus où se jouaient ces duels en plein XVIIe siècle. Les œuvres de Dumas, qu’il avait intégralement dévorées l’été de ses douze ans en étaient également très riches. Il trouvait la magie moins spectaculaire, trop banale pour plaire à sa fantaisie. D’ailleurs, dans son histoire, Athénais s’était éprise d’un épéiste de renom, un brigand vagabond qui l’avait séduite en ridiculisant d’une estocade bien placée Monsieur de Clairevoy, son odieux fiancé. Mais le jeune homme n’était pas de sang sorcier. Il s’agissait par conséquent d’un amour impossible qu’Athénais devait garder secret en se résignant à épouser comme une fille de bonne naissance le parti qu’on lui avait désigné. Lenny s’abandonnait à ses histoires tandis que la Serdaigle lui répondait. Il n’avait toujours pas trouvé comment réunir les deux amants. Cette union était-elle seulement souhaitable pour le bon déroulement du scénario ? Elle ne devait surtout pas intervenir trop tôt. Au mieux, elle pouvait même constituer un faux espoir, un leurre avant que la jeune femme ne rencontre le véritable élu de son cœur… Oui, il y aurait ainsi plus de mystère ! Un sourire lointain apparut sur ses lèvres alors que Line lui expliquait que le judo était un bon défouloir. C’était une solution en effet, à condition d’aimer frapper. Son frère aussi avait tendance à se défouler de cette façon. Peut-être que les deux adolescents pourraient s’entendre… Tant qu’à fréquenter une fille, Lenny préférait voir son cadet avec Line plutôt qu’avec Loreleï. Une demoiselle aux cheveux bleus restait moins extravagante qu’une demi-vélane.

- C’est une manière comme une autre de se détendre oui… Je pense que mon frère aimerait beaucoup ce genre de sport. Moi je préfère l’écriture ou la musique. Et…
- Il hésita le temps d’arriver au bas des marches et ajouta : - Si tu veux reprendre le piano n’hésite pas à venir faire un tour du côté de l’aile nord du quatrième étage. On y trouve une salle avec un superbe piano à queue, j’y suis souvent, ainsi que d’autres amateurs de très bon goût.

Il adressa un sourire aimable à Line sans vraiment savoir ce qui le poussait à inviter la Serdaigle dans son cercle privé. Une envie soudaine et spontanée. Voilà trois ans que son groupe d’ami n’avait pas intégré de nouvelles personnes, bien au contraire, il avait commencé à s’étioler. Composé de deux Serpentard, d’un Serdaigle et d’un Poufsouffle plus pédant que la moyenne, toléré parce qu’il se montrait diablement méprisant vis-à-vis de ses semblables jaune et noir, le petit club s’était formé au cours de la première année au sein de Serpentard. Il avait par la suite intégré des élèves d’autres maisons et les étudiants plus jeunes arrivés l’année suivante. Son principal lieu de recrutement se situait à la bibliothèque. Par définition, un élève qui passait sa journée le nez posé sur les grimoires était quelqu’un d’intéressant. En troisième année, cette petite société avait été au sommet de sa gloire. Ils avaient même dû mettre à la pièce où ils avaient établi leur QG un code secret afin de ne pas se faire envahir par tous les pseudo-intello de Poudlard. Puis, le succès était monté à la tête du groupe principal et il avait été décidé de dégager tous les esprits grossiers qui envahissaient le cercle. Au milieu de la quatrième année, le groupe était passé de douze à cinq et il était exclu, sauf grande exception, d’accepter un nouveau « membre ». Lenny savait qu’il faisait une entorse à ce règlement sacré – qu’il avait pourtant voté – mais le snobisme de ses condisciples l’épuisait. Il se sentait, lui aussi, prêt à tout plaquer si les choses continuaient ainsi.
Comme l’heure approchait et qu’il détestait arriver en retard en classe il fit signe à la jeune fille qu’il était temps de se séparer.

- Enfin… Ce fut un plaisir de discuter avec toi,
dit-il poliment. Je te souhaite bonne chance pour tes cours, et à la prochaine sans doute !

Il ne pensait pas arriver à s’entendre de manière aussi tranquille avec une fille. Evidemment, il n’avait pas rencontré un prix Goncourt, mais son jeune âge laissait à penser qu’elle avait les moyens d’évoluer de manière intéressante. En tout cas, elle était gentille et généreuse, et ces qualités le touchaient depuis qu’il sentait peser sur lui les affres de l’abandon fraternel.


[Je pense qu'il est temps de conclure pour ce sujet. Je te laisse poster le dernier message si tu veux ^^]

_________________________________
Cliiique sur Chantale !

Estiamsi omnes, ego non
Revenir en haut Aller en bas
http://oxumoros.forumactif.org
Line Cast
Serdaigle, 3 ème Année
Serdaigle, 3 ème Année
avatar

Messages : 179
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 19

MessageSujet: Re: Détente à la volière.(libre)   Mar 24 Mai - 18:01:46

Line avait une sérieuse envie de courir à son cours. Elle n'était jamais arrivée en retard à un seul de ses cours depuis sa première année, mais elle ne pouvait pas laisser en plan Lenny qu'elle trouvait très gentil. Et puis, lui aussi avait un cours, il allait certainement lui fausser compagnie dans quelques minutes. Dans tous les cas, elle était contente que le sujet est changé, elle n'aurait pas supporté de continuer de parler de la mort... Certaines personnes auraient pratiquement tous fait pour en savoir plus sur la mort de son père et sur le sentiment qui envahissait son coeur quand elle en parlait, mais Lenny -heureusement- n'était pas comme ça. Ce dernier a continué à descendre les marches tous en parlant :

-C’est une manière comme une autre de se détendre oui… Je pense que mon frère aimerait beaucoup ce genre de sport. Moi je préfère l’écriture ou la musique. Et… si tu veux reprendre le piano n’hésite pas à venir faire un tour du côté de l’aile nord du quatrième étage. On y trouve une salle avec un superbe piano à queue, j’y suis souvent, ainsi que d’autres amateurs de très bon goût.

Il adressa un sourire à Line qui le lui rendit poliment. Elle ne connaissait son frère que de vu, il lui ressemblait beaucoup, même si quelques détails frappants venaient rendre leur apparence différente. Elle savait qu'il s'appelait Samuel Pinsker, mais rien d'autre.

Lenny avait l'air de ne pas vraiment aimer les sports de combat. Il lui avait offert une possibilité de reprendre le piano, ce qui était une chance. De plus, elle pourrait de nouveau croiser Lenny et le connaître mieux. La simple pensée de reprendre le piano la réjouissait. Dès qu'elle aurait du temps libre, elle irait jeter un coup d'oeil à la tour du côté de l'aile nord du quatrième étage. Elle pourrait peut-être connaître de nouvelles personnes et partager une passion avec eux. Elle aimait beaucoup se faire des amis, même si elle était la plupart du temps solitaire ou avec ses trois amis. Elle a répondu à Lenny tout en souriant :


-Je serai ravie de rencontrer ton frère et tout aussi ravi de reprendre le piano !

Elle était sincère. Elle a jeté un rapide coup d'oeil à sa montre, il ne restait que 4 minutes avant le début du cours, elle savait que Mr Londubat ne dirait rien, mais la seule idée d'arriver pour la première fois en retard en cours la répugnait. Comme s'il lisait dans ses pensées il a déclaré :


- Enfin… Ce fut un plaisir de discuter avec toi. Je te souhaite bonne chance pour tes cours, et à la prochaine sans doute !

Il commença à dévaler de plus en plus vite les marches si bien qu'elle dut presque crier pour qu'il l'entende.

-Ce fut tout aussi un plaisir de discuter avec toi et je te souhaite à toi aussi bonne chance pour tes cours !

Lenny était vraiment quelqu'un de très gentil et qui avait l'air intelligent. D'habitude, les élèves de son âge étaient bêtes comme des balais. Elle a ajouté :

-A bientôt !

Puis, elle a vu disparaitre Lenny sur le pont suspendu. Elle a vérifié si elle avait toutes ses affaires et elle a descendu les dernières marches avant de disparaitre à son tour dans le pont suspendu...

FIN
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Détente à la volière.(libre)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Détente à la volière.(libre)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un petit tour à la volière [libre]
» Qui ne tente rien n'a rien! [Libre]
» Petit moment de détente || Libre
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Oxumorôs :: Poudlard :: Tours :: Volière-
Sauter vers: