Oxumorôs

Après la guerre, la paix nouvelle reste précaire et menacée...
 
AccueilPortailFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'acharnement du Serpent - Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Liliana Vanloock
Serpentard, 6 ème Année
Serpentard, 6 ème Année
avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 22/01/2010
Age : 35

MessageSujet: L'acharnement du Serpent - Terminé   Ven 5 Nov - 9:52:24

"Liliana, tu demandais des nouvelles de l'équipe. Je te propose de nous retrouver vendredi soir avant diner, au terrain de Quidditch car j'ai des infos qui pourraient nourrir un article de la Gazette.
Sois là vers 18h, je t'attendrais sans faute.
Clyde."

La jeune fille replia méticuleusement le bout de papier qu'elle tenait en main et le rangea dans sa poche. Elle l'avait trouvé la veille, dans le casier réservé à la Gazette du Sorcier. Cette invitation était inhabituelle de la part de Clyde et ne lui inspirait aucune sorte d'enthousiasme, au contraire. Elle se fichait bien de l'équipe de Quidditch de Serpentard, pour le moment. De plus, elle ressentait comme une sorte d'appréhension. Le septième année oserait-il l'inviter dans un endroit dépeuplé pour un tout autre but que la discussion ? Il cherchait peut-être, d'une manière ou d'une autre, à se venger de la gifle qui lui avait envoyé Liliana, peu avant les cours de Défense contre les Forces du Mal. Ou alors, il n'avait pas perdu espoir quant à une possible liaison avec la Serpentard, et profiterait de leur solitude pour tenter quelques élans romantiques. Plus que la vengeance, c'était l'acharnement du jeune homme qui l'ennuyait le plus. Elle n'avait aucune envie de flirter, ni avec lui, ni avec personne d'autre. Sans sentiment, c'était une activité inepte qui se terminait toujours mal. C'était le meilleur moyen d'ouvrir sa porte aux rumeurs dégradantes, et elle en avait déjà quelques fois fait les frais, assez pour ne plus avoir envie de tenter de nouveau l'expérience.
Aussi se fit-elle la réflexion qu'elle ne pouvait se rendre seule au terrain de Quidditch. Prétextant de lui apprendre davantage de choses sur la façon de construire un article, elle embarqua avec elle une pigiste qui rendait plus ou moins régulièrement des articles pour la Gazette, Eve Dobson. C'était une Poufsouffle de cinquième année, autrefois souriante et chaleureuse mais qui avait perdu de sa joie de vivre depuis le décès prématuré de ses parents moldus, lors de la guerre. Cette jeune fille, Liliana l'avait prise en pitié. Elles avaient toutes deux le deuil en commun, ainsi que l'acharnement des autres contre elles. Sauf qu'Eve, elle, n'avait su éviter autant les ennuis que Liliana, plus forte de caractère. Aujourd'hui, elle n'était considérée ni comme une héroïne, ni comme une battante. Seulement comme une des nombreuses victimes de la guerre intestine qui avait eu lieu à Poudlard. Elle tentait de refaire surface dans l'indifférence générale. C'était une injustice, et c'était ce qui touchait le plus Liliana.
- C'est vraiment gentil de me proposer de t'accompagner dans ton travail, Liliana. Tu n'étais pas obligée, tu sais.
- Je le sais oui, arrêtes un peu de te rabaisser de la sorte. Tu ne manques pas de talent et de style au niveau de l'écriture, mais je trouve que tu manques de recul et d'esprit critique sur ce que tu entends. Je fais ça autant pour ton bien que pour le bien des articles que tu me rends, soit pour mon bien.

La jeune Vanloock adressa un sourire à la Poufsouffle et la pressa d'avancer plus vite. Il faisait doux à l'extérieur du château, une simple veste mi-saison suffisait largement pour couper la légère brise qui soufflait mais Liliana n'avait aucune envie de s'attarder.
Lorsqu'elle arriva au stade, Eve sur ses talons et peinant, essoufflée, à suivre son pas vif, il n'y avait personne à l'horizon. Classique et minable. Purement Serpentard. Clyde avait certainement voulu jouer un tour à la Rédactrice en Chef et sa pauvre imagination n'avait rien trouvé de mieux. Ce garçon n'était décidément pas une flèche lorsqu'il n'était pas sur son Nimbus 2001, une batte à la main.

- Il est peut-être en retard...
Proposa Eve tout en se frottant machinalement les mains. Liliana n'en était pas convaincue le moins du monde. Elle se tourna vers la Poufsouffle afin de rétorquer, mais un cri la paralysa sur place, tandis qu'un puissant coup de vent souffla sa joue, si fort qu'elle en détourna le visage.
- LIGATURE !
De lourdes chaînes s'emparèrent d'Eve, giflant au passage le bras de Liliana qui s'écria de douleur au moment où l'autre jeune fille s'écroulait lourdement sur les fesses, ligotée des pieds jusqu'à la gorge. La manche de sa veste était lourdement éraflée et elle n'osait, inquiète, imaginer la puissance avec laquelle les chaînes du sortilège enserrait la pauvre Dobson tandis qu'elle sortait difficilement sa baguette magique de sa poche. Elle n'avait pas reconnu la voix qui avait prononcé le sort, mais son coeur battait la chamade, tandis que le pire lui traversait l'esprit. Il n'y avait personne aux alentours, où qu'elle pointe son arme. Ce fut un rire aigu qui localisa l'assaillant. Il était derrière elle, mais elle n'eut que le temps de se retourner. Un violent coup lui fut envoyé dans le poignet et elle lâcha sa baguette sur le coup. Une main lui agrippa la gorge, et le sortilège de désillusion s'estompa, faisant apparaître un visage pâle cerclé d'une longue chevelure brune et lisse. Clyde n'avait jamais envoyé ce mot. C'était un piège de Darla et elle était bêtement tombée dedans.

- Tu ne vas jamais me foutre la paix ?
Grogna-t-elle d'une voix chevrotante, qui eut pour seule utilité de faire rire davantage l'hystérique Serpentard.
- Mais tu n'es pas venue toute seule à ce que je vois... Aurais-tu peur des garçons, Liliana ? Qu'est-ce que je vais faire de ta copine sang-de-bourbe, dis-moi ? Je pourrais lui jeter un endoloris, histoire qu'elle soit définitivement hors d'état de nuire, tu sais comme je les maîtrise bien.
Darla avait une capacité extraordinaire pour insuffler la peur. Résignée, Liliana n'avait plus de crainte pour elle, mais pour Eve qu'elle avait entraîné avec elle dans le guet-apens. Cette pauvre fille en avait déjà assez subi, et gémissait d'effroi à l'idée de vivre encore des violences auxquelles elle pensait ne plus jamais avoir affaire.
- Laisses-là partir, elle n'a rien avoir dans tout cela.
Murmura-t-elle, tout en sachant que cela était cause perdue.
- La relâcher ? Pour qu'elle court chercher une autorité capable de me renvoyer de Poudlard, ou pire ? Allons, tu n'es pas sérieuse j'espère. T'aurais-je privé de tes capacités mentales à force de te prendre pour ma poupée vaudou ? C'est bien connu, les coups violents détruisent les neurones. Non, je me targue d'avoir un brin de folie, mais pas autant que cela.
- Laisses-moi partir, je ne dirais rien à personne !

D'un mouvement, Darla força Eve au silence. Les chaînes grimpèrent jusqu'à sa bouche et étirèrent les commissures de ses lèvres comme un mors dans la bouche d'un cheval. À ceci près que la peau fine d'Eve se craquela en libérant un mince filet de sang rouge vif. Mais la baguette de Steadworthy n'était plus braquée sur le visage de Liliana. Cette dernière en profita pour retourner le bras de l'autre et lui asséner un coup de pied monumental derrière le tibia. La riposte fut immédiate. La blonde n'eut pas le temps de prendre la baguette de la brune que cette dernière s'extirpa de sa poigne avec le ressort d'un chat furieux. Si Liliana avait bien oublié une chose, c'était la puissance brute qui se dégageait du corps pourtant frêle de son ennemie. Libérée de la prise de Vanloock, Darla lança un sort qui projeta la blonde en arrière, et se laissa tomber à califourchon sur elle, avant de lui saisir de nouveau la gorge d'une main, la pointe de sa baguette pointée sur la tempe. Son visage hautain s'approcha de celui de Liliana, un rictus narquois sur le bord des lèvres. Il ne s'y lisait aucune peur, ni aucune sorte de satisfaction. Elle n'avait aucune expression visible, comme si l'opportunité de la revanche, finalement, l'indifférait. Darla avait tout d'un robot formaté, d'un corps vide, que seul l'endoctrinement parental faisait vivre. C'était certainement cela, le plus effrayant chez elle. Même sa hargne ne la faisait pas sortir hors d'elle. Elle demeurait contenue, enfermée dans la froide cage de verre qu'était son coeur. S'en devenait pathétique.
La main de Darla se resserra sur la carotide de Liliana, qui suffoqua. La douleur, enfin, sembla éveiller un soupçon de satisfaction chez Steadworthy, mais elle fut de courte durée, car alors qu'elle s'apprêtait à prononcer un sort, une puissante décharge magique s'extirpa du corps de sa victime, la projetant brutalement en arrière. Sans prendre gare à la gêne qui assaillait sa trachée, Liliana s'élança en direction de sa baguette. Les deux jeunes femmes braquèrent leurs armes l'une sur l'autre dans un seul geste.

- Tu sais ce que tu fais, Darla ? Tu cherches à te détruire toi-même. Si tu avais un soupçon de bon sens, tu ferais profil bas en espérant qu'aucune de tes victimes ne te tombe dessus. Au lieu de quoi, tu continues ta petite guerre inepte. Tu es suicidaire.
- Expulso !
- Protego.
Le sortilège de Steadworthy explosa contre le bouclier de Liliana, qui se résorba sous l'impact. Toutes deux tentèrent de se relever, mais la menace que représentait l'autre les empêchèrent de terminer leur geste, craignant l'une comme l'autre d'être surprise par une sortilège envoyé traitreusement.
- Tu n'as pas idée de ce que tu m'as fait. Tu as déshonoré ma famille avec tes mensonges. Je te hais.
- Ce ne sont pas des mensonges. Maintenant laisses partir Dobson, où je me décide réellement à passer à l'offensive. Elle n'a rien à voir dans cette histoire.
- Je me fiche de cette sale sang-de-bourbe !
Aussitôt, la brune envoya un stupéfix à l'encontre d'Eve, que Liliana ne pu ni ralentir et encore moins arrêter. La Poufsouffle s'effondra comme une masse, yeux clos, le visage que la peur avait rendu d'une pâleur cadavérique. On aurait cru qu'elle était tout simplement morte. La colère submergea Liliana. Bondissant sur ses pieds, elle envoya un incendio sur Darla, qui para au dernier moment avec un retour de flammes. Les deux Serpentard étaient aussi puissante l'une que l'autre, et d'un coup de baguette, la première extermina le sort avant qu'il ne la touche. Le statut quo ne dura qu'une courte seconde, avant qu'elles ne se jettent dans un duel acharnée où Liliana pris le dessus.
Profitant de leur proximité, cette dernière parvint à désarçonner Steadworthy en lui envoyant un coup de poing traître dans la gorge. Elle s'écroula lourdement, rouge, le souffle coupée, tandis que Liliana s'accroupissait au dessus d'elle pour lui tordre le poignet jusqu'à ce qu'elle lâche son arme. Elle ne lâcha pas malgré ses cris de douleur et envoya même, de rage, ses ongles s'enfoncer profondément dans la joue de Liliana. Souffrant l'une et l'autre, elle demeurèrent ainsi sur ce rapport de force, Liliana luttant pour empêcher Steadworthy de braquer à nouveau son arme sur elle, l'autre frappant et griffant dans l'espoir que répandre le sang face céder l'autre. Mais lorsque Darla n'était pas accompagnée de son groupe de suivants, Liliana ne cédait pas une parcelle de terrain.
Un geste décida du reste. Liliana pointa sa baguette sur le torse de son ennemie, qui parvint dans un dernier effort à éjecter le bras qui la retenait. Avant que la blonde n'ai eu le temps de jeter un stupéfix, la brune l'avait propulsée deux mètres en arrière. De loin, Vanloock n'entendit qu'un seul mot.

- Endoloris.

_________________________________


Dernière édition par Liliana Vanloock le Mer 8 Déc - 14:39:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Harry Potter
Gryffondor, 7 ème Année
Gryffondor, 7 ème Année
avatar

Messages : 167
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 29

MessageSujet: Re: L'acharnement du Serpent - Terminé   Dim 7 Nov - 13:55:30

Il y avait si longtemps que le jeune homme n'était pas venu ici. Une boule d'inquiétude au coeur, le sorcier se demanda pourquoi il se sentait mal en se rendant sur le terrain de Quidditch au lieu d'être transporté de joie. Tous ces moments passés à cheval sur un balai à se rire de la gravité... Pour attraper une minuscule balle jaune et ailée, lui filer le train comme si sa vie en dépendait! Le sorcier pourtant, se sentait malheureux en pensant à tout cela. Peut-être était-il trop pessimiste de nature? Prompt à regarder les beaux moments perdus plutôt que ceux qui avaient été vécus? Où redoutait-il que le terrain ne soit plus là? Comme si tout ce qu'il avait vécu après la guerre n'était que le rêve ultime d'un sommeil d'agonie, et qu'il allait s'éteindre! Des fois, le Survivant avait l'impression que Voldemort le tenait encore sous son joug et que l'Avada Kedavra faisait son office mais avec une lenteur exacerbée, lui laissant le temps de voir tout ce qu'il aurait souhaité vivre aussi nettement que si ce futur avait été possible mais en l'espace d'une seconde seulement.

Harry se morfondait dans ce monde trop calme qu'il ne connaissait pas, cette vie sans guerre, sans épée de Damoclès au dessus de sa tête. Pour trouver des émotions fortes, le jeune homme était devenu Animagus dans le plus grand des secrets mais cela le rendait plus instable qu'autre chose; ça ne l'aidait pas à mieux se connaître. En avait-il seulement envie? Même gamin sa vie avait été gâché par la maltraitance, le manque d'amour, la faim, la peur et la colère. Comment faisait-on pour apprendre à vivre sans menace qui vous force à vous lever le matin, à combattre, à tenir bon? Comment vivait-on juste pour soi?

Ses sombres idées s'évanouirent finalement lorsqu'il aperçut le terrain de Quidditch. Le sorcier respira le bon air frais et ferma les yeux, marchant en aveugle pour sentir tout ce qui se tramait autour de lui. L'herbe lui apportait une odeur fraîche, la brise ébouriffait ses cheveux, lui faisant prendre conscience des proportions de son corps en l'enveloppant dans un châle invisible. Brise calme toutefois assez agité pour hurler comme le vent d'hiver... Des mots puissants, incompréhensibles ressemblant presque au hurlement du loup lorsqu'il s'infiltrait entre les branches des arbres. Ses yeux se rouvrirent, la brise était-elle enrouée? Le cri était différent de celui de dame nature... Il était bien plus effrayant car plus humain. En fait il y avait même plusieurs cris, pourrait-on même dire des voix? L'adolescent aperçut en plissant les yeux du mouvement dans le fond du terrain. Il s'approcha en courant souplement, agile comme un chat, retrouvant au fond de lui ses réflexes de jeune guerrier.

Le Survivant vit ce qu'il se passait... C'était horrible et le pire c'était que ça l'émouvait bien peu... Le Gryffondor arrivait encore à réfléchir, à se retenir-avant il aurait fait l'erreur de se jeter dans la bagarre- pour trouver la meilleure solution. Il se faisait l'effet d'un jeune loup attendant le moment opportun pour sauter entre le prédateur et la proie, puis achever le chasseur déjà blessé par son repas vif et combattif avant de se retourner vers la proie, d'un air alléché... Harry s'effraya un instant de ce manque de spontanéité, de réaction à chaud que provoquait toujours l'injustice en lui.

Il avait grandi.

C'était ce qui ferait de lui un bon Auror disait-on.
Et il n'aimait pas du tout ça.

Le sujet de la bagarre saisit, le sorcier pensait réfléchir encore un peu à un plan pour cerner un peu plus le but de la bataille, chopper la Serpentarde en pleine hérésie et l'envoyer aux autorités -il écoutait, regrettant que les sorciers ne puissent pas enregistrer- mais la fille lança un Doloris. Ce sort, lui-même l'avait tant subi qu'il en frémit de rage et de peur même. Le jeune sorcier avait toujours cette crainte comme lors de son premier combat, ne dit-on pas que la peur donne des ailes, ou que sans la peur, le courage n'est que folie? Cet acte lui rendit sa force d'action d'autrefois, sa spontanéité soudaine de gamin déchiré devant l'injustice; Le combat le ravivait, il vivait pour aider Liliana maintenant, vivre pour survivre... Seule optique que le brun connaissait mais qu'il maîtrisait particulièrement bien. Poussant un grognement sourd, le sorcier jaillit de nulle part-mais peut-être avait-il été repéré depuis un moment? être doué dans le domaine ne signifiait pas être invincible.- le Survivant atterrit lestement sur la pelouse pour bousculer Liliana.

Le jeune homme ne savait pas vraiment comment la Serpentarde s'en était sortie, lui-même fut envoyé en roulé boulé dans un tourbillon vert et bleu, respectivement l'herbe et les cieux qu'il voyait de travers emporté dans son élan. Se redressant finalement, le Gryffondor fit jaillir sa baguette vers Darla, ne sachant pas si hélas il n'avait pas été assez rapide pour "sauver" Liliana du Doloris ni même viser l'hérétique. Avec une rage jusque là bien connue de lui mais poussé à bout-ce qui l'étonna et l'effraya- Harry s'entendit menacer Darla-notant du coin de l'oeil la présence de la Poufsouffle, la croyant morte pendant un instant!-

-Ton monde est fini, jette ta baguette ou j'en finis avec toi comme je l'ai fais avec ton seigneur.

Le sorcier se trouvait brutal, jugeant l'adolescente alors que c'était aux autorités de le faire! Seulement Harry n'y croyait pas vraiment en la justice! Beaucoup de mangemorts étaient juste mis en quarantaine dans leur maison luxueuse pour avoir donné des noms de serviteurs plus importants, ils avaient l'immunité politique, chose que le Survivant ne supportait pas. Cette fille avait 17 ans, elle était assez grande pour faire ses choix! Harry était parfois manichéen et ne comprenait pas toujours que l'on puisse être manipulé par sa famille dès le berceau. Lui-même avait été maltraité, enfermé dans un placard etc et pourtant il n'aurait jamais cédé aux Dursley, à leur mode de vie. Etait-ce le fait d'une plus grande vaillance? D'une force pareille à la mauvaise herbe qui s'obstine à survivre? Ou tout simplement un hasard? Le fait aussi que la situation soit différente? L'Animagus ne se posait pas ces questions, il n'était plus de ce genre à avoir des scrupules après en avoir tant vu! Cette fille devait payer ses crimes et même si la tuer lui paraissait bien sûr impossible ni correspondant à sa manière de pensées, le sorcier ne lui pardonnerait jamais d'avoir elle et les siens brisés sa vie, mais surtout et encore pire, celles de milliers d'autres familles, parce qu'au fond, lui même importait peu. Elle avait 17 ans et aurait du faire un choix! Quitter ses parents, en parler mais elle avait préféré être mangemort et continuait ses conneries. Tout le monde avait souffert dans cette guerre, personne n'avait gagné au fond, rien n'excusait son comportement d'aigrie. Se tournant vers Liliana, s'apprêtant à faire équipe avec cette dernière si elle l'aidait, le sorcier espéra qu'elle prendrait soin de la Poufsouffle voir dans le pire des cas... De son corps! -pourvu que ce ne soit qu'un stupéfix !!!! Mais tout était possible avec une folle comme Darla.-

Les secondes s'égrainaient.
Le loup attendait son combat avec avidité.
Faut bien que des griffes et des crocs ça serve à quelque chose dans la vie...

_________________________________
Animagus Loup non déclaré - et probablement mal peigné-

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Liliana Vanloock
Serpentard, 6 ème Année
Serpentard, 6 ème Année
avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 22/01/2010
Age : 35

MessageSujet: Re: L'acharnement du Serpent - Terminé   Dim 7 Nov - 15:23:55

Liliana l'avait déjà subi une fois. La deuxième fois était certainement pire : on savait à quoi s'attendre, mais on se doutait que le souvenir n'était pas à la hauteur de la réalité. On ne pouvait imaginer le paroxysme de la souffrance même lorsqu'on l'avait déjà vécu. Le cerveau ne le pouvait pas. Il devait se contenter, tout au plus, d'écraser au mieux l'évènement traumatisant pour permettre à l'esprit de vivre le plus normalement possible. Un choc renversa la Serpentard et l'envoya valser sur le côté. Sans douleur. Le souffle du sortilège, pourtant, l'avait effleuré de peu. Elle l'avait sentit comme on sent un coup de tonnerre frapper à quelques mètres de sa position.
Incrédule, elle se redressa sans mal. Seul son visage la brûlait violemment et le sang dans son bras battait douloureusement. Sa gorge était marquée par les doigts de Steadworthy, aussi, mais ces maux n'étaient rien comparées à ce qu'elle venait d'éviter.
Elle n'avait cependant pas le temps de s'en occuper. Darla, elle, était toujours bien debout, prête à attaquer de nouveau, tandis qu'elle, déboussolée, cherchait du regard le miracle qui l'avait sauvé. Le dos d'un jeune homme et des cheveux bruns en bataille étaient tout ce qu'apercevait Liliana, cependant, elle reconnu parfaitement la voix grondante qui s'adressait à Darla. La menace claqua si sèchement que même Liliana se figea de stupeur. Steadworthy quant à elle, avait pris une teinte macabre. La Serpentard craignait qu'un mouvement d'elle ne fasse réagir la brune. Lentement, elle tourna sa baguette en direction de cette dernière, prenant soin de rester dans l'angle de Potter pour se relever doucement, et s'approcher de l'inoffensive Poufsouffle, plus exposée que les deux autres au danger. Elle ne pouvait pas la réveiller immédiatement, elle préférait s'être débarrassée de Darla avant. Cependant, elle se devait au moins de faire rempart entre Eve et le reptile.

- Voyez-ça... Toujours là pour sauver ceux qui ne le méritent pas. Tu penses vraiment que je vais jeter ma baguette devant toi ? Plutôt mourir.
Finit par lâcher Steadworthy, avant de cracher devant elle, la mine dédaigneuse. Cependant, sa sûreté apparente était factice. L'expression de son regard trahissait son angoisse de se trouver face à la personne qui avait tué une figure qu'elle idolâtrait. Elle avait été présente, pendant la dernière bataille, elle avait vu son Maître tomber.
- Deux Sang-Mêlés pour le prix d'un, et pas des moindres, c'est mon jour de chance, Potter, je ne vais pas me laisser faire comme ç...
- Diffindo !
C'était le premier sort qui était passé à l'esprit de Liliana, mais il fit mouche. Une profonde lacération apparu sur la joue de Darla jusqu'à la tempe. Tandis que cette dernière se prenait la tête dans les mains, Liliana s'empressa de se mettre à la hauteur de Harry et de tendre sa baguette de nouveau vers elle. Auprès du Gryffondor, la jeune fille se sentait plus forte. La peur avait disparu. Ses yeux noirs de haine demeuraient braquées sur la vipère dont les mains se gorgeaient de sang, insensible au spectacle qu'offrait sa souffrance.
- Tu parles trop.

Un cri de rage retentit aussitôt que Liliana avait ouvert la bouche. Darla se jeta sur eux, informulant un Oppugno qui libéra une foule d'oiseaux aux yeux sanguinaires qui fusèrent vers leurs bras et leur visage en poussant de grands cris stridents.
Liliana s'élança en avant. Les oiseaux se concentrèrent sur elle et formèrent en un instant une sphère noire, infranchissable. Entre leurs ailes, seul un vague rayon bleu transparaissait. Il émanait de la baguette de Liliana. Elle maintint le bouclier le plus longtemps possible, espérant laisser le temps à Harry de riposter, mais quelques secondes plus tard, le sortilège de protection céda.

- Flipendo !
Une onde de magie fit vibrer l'air et les oiseaux reculèrent comme un même corps, avant de se disperser et de se rassembler de nouveau. Avant qu'ils n'aient pu s'attaquer une seconde fois à elle, Liliana les retourna d'un coup de baguette contre leur propriétaire et profita du désordre pour courir jusqu'à Eve. Elle s'occupa rapidement de ses liens qui s'évaporèrent sous sa baguette magique et constata les dégâts.
Les manches et une partie de la cape de Dobson étaient déchirées, faisant apparaître une peau rouge et éraflée. Les extrémités de ses lèvres étaient entaillées et du sang coagulé formait une masse brune sur sa peau ankylosée.
Comptant sur Harry pour maintenir Darla à distance, Liliana souleva la tête d'Eve et s'employa à soigner ses blessures à l'aide de sortilèges.

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Harry Potter
Gryffondor, 7 ème Année
Gryffondor, 7 ème Année
avatar

Messages : 167
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 29

MessageSujet: Re: L'acharnement du Serpent - Terminé   Dim 7 Nov - 16:22:11

-Voldemort disait exactement la même chose. Son arrogance et sa gourmandise-il se réjouissait lui aussi d'avoir toujours plus d'adversaires à combattre.- l'a perdu...

Qui était-elle pour juger qui méritait ou non d'être aidé? Le jeune homme était dur, incisif, devant une telle criminelle, la pitié n'existait point. Si elle avait été intelligente elle aurait attendu d'être hors Poudlard pour attaquer Liliana! C'était peut-être un moyen implicite pour en finir? Ou alors se croyait-elle immunisée contre tout revers? Harry n'en savait rien et décida de ne pas réfléchir plus à cela, il devait se concentrer sur l'attaque, se sachant capable de le faire, le sorcier chassa ces interrogations de sa tête, il n'avait pas remarqué que l'assurance de Darla était fausse! Si le Gryffondor était doué en duel, il devait l'être doublement pour les réflexes car il était très mauvais dans l'anticipation ou plus exactement la psychologie des gens. C'était l'un de ses principaux défauts malheureusement. Le jeune homme aurait pu jouer sur ça pour déstabiliser Darla si seulement il avait su détecter son masque. Pendant ce temps Liliana lui lança une phrase percutante et vrai. Harry le prit aussi pour lui, la Serpentarde par extension disait qu'on ne devait pas parler dans un combat, c'était une perte d'énergie et de concentration! Prenant cette remarque comme un excellent conseil, l'adolescent profita du sort de la demoiselle verte et argent pour s'apprêter à riposter.

Liliana était douée en duel, elle était rapide et imaginative, le principal pour faire de quelqu'un un bon guerrier. Le mot n'était pas trop fort car ce combat était bien une guerre! Darla semblait prête à tuer, si elle agissait dans le parc de Poudlard c'était qu'elle n'avait plus rien à perdre et que la colère la submergeait au point de l'aveugler et donc d'annihiler sa peur. Harry jeta un coup d'oeil à sa camarade qui était allée près de la Poufsouffle, elle ne devait donc pas être morte si on s'en occupait ainsi. Triste à dire mais les corps dans un duel n'avaient que peu d'importance, on les pleurait après, mais on n'allait pas se recueillir en plein combat; cet éloignement avait donc une utilité, celle d'aider la fille qui devait être stupéfiée et pas morte.

Le sorcier ne pensait pas aux conséquences d'un tel combat, il estimait qu'ils se défendaient contre une forcenée, et donc qu'on ne pourrait pas les punir pour cela. Et puis qu'allait-on leur faire? Les mettre en prison? Avec son nom à l'appui Harry en doutait. Il n'aimait toujours pas sa célébrité mais savait qu'en dernier recours cela pouvait lui être utile contre des esprits obtus n'admettant pas qu'ils étaient dans leurs bons droits; de plus le garçon avait tellement souffert que les promesses de punition ne le retenaient que peu maintenant. Les retenues? Il s'en riait allègrement après avoir écrit "je ne dois pas mentir" avec son propre sang des soirées entières, être enfermé dans une salle? Après avoir passé 11 ans dans un placard cela avait peu d'importance! Récurer des chaudrons plein de bave ou d'organes de crapauds restés collés au fond? Il avait pataugé dans la boue sur le champ de bataille et cavalé comme un hors la loi pendant un an entier... Des mots insultants? Il avait entendu toutes les accusations... Le seul moyen de vraiment le faire flancher était de déclencher sa peur pour que son instinct de survie le pousse à penser que sa vie était quelque chose de suffisamment lourd à perdre pour céder ou chantage ou encore menacer ses amis... Mais la loi l'interdisait, l'école ne pouvait rien contre lui, même si on l'accusait encore à tort comme en seconde ou en cinquième année.

Le temps s'était arrêté semblait-il, toutes ces furtives pensées sur les conséquences éventuelles n'avaient duré qu'une seconde, les oiseaux s'étant dispersés, le sorcier jeta un sort sur la fille: "Sectusempra"... Un sort violent à la limite du sortilège de magie noire, mais il n'avait pas dans l'optique de faire dans la dentelle non plus. Face à un tel adversaire, mieux valait en finir rapidement! Jetant son fameux Experlliarmus Harry ragea en voyant que le second sort n'avait pas atteint Darla. Celle-ci tailladée par Liliana puis plus profondément par l'Animagus s'était repris, elle avait une sacrée foi en ses croyances, c'était impressionnant de voir autant d'abnégation et le Survivant se sentit admiratif pour elle quelques secondes. Le combat était rapide, rude et presque cruel, elle cédait du terrain petit à petit face à la dextérité devenue légendaire du Survivant mais le Gryffondor n'était pas non plus invincible, et par un mauvais coup de circonstances accompagnée d'une maladresse, l'adolescent se prit un sort en pleine figure: "ligature" un maléfice dont il avait particulièrement horreur et qu'il trouvait lâche lancé en plein combat.

Des cordes s'enroulèrent autour du corps de Harry, saucissonné, les bras collés au ventre, une corde passant au-dessus de sa tête et l'autre sur ses épaules minces. Tombant à terre, sa baguette au loin, le sorcier la regarda furieux. Il n'imaginait pas un seul instant que Darla se sentant mal à l'aise face à Liliana et lui en même temps cherchait à se défiler. Ils n'avaient échangé que trois coups mais la jeune fille perdait son sang froid. Elle ne le regagna qu'en voyant le Survivant ainsi attaché. Lorsque la baguette de la gagnante prévisible se leva, tout changea en l'espace d'un instant... Elle aurait du apprendre qu'avec Harry Potter, le mot prévisible n'existait pas. En bien comme en mal, la situation se modifiait toujours même dans le plus improbable des cas.

De longues dents blanches et effilées jaillirent de la bouche de Harry et deux oreilles entre les cordes jaillirent de ses cheveux noirs, lesquels changèrent d'aspect à peu de chose près pour devenir des poils. Ses mains devinrent des pattes serties de griffes tranchantes labourant déjà les cordes; lorsque la transformation s'acheva, le loup noir baissa la tête et attrapa la corde entourant ses épaules, relevant la tête d'un geste brusque, la corde céda rapidement sous les crocs de l'animal qui sauta pour se débarrasser des autres, à s'en meurtrir une patte pendant quelques instants, coupant le passage du sang. Le canidé d'ébène bondit comme un diable sur Darla, faisant claquer ses mâchoires près de son cou mais le les refermant pas, se contentant de la bousculer de l'épaule et de ré atterrir plus loin en roulé boulé, en porte à faux à cause se son poids léger. Se redressant tout en se retransformant après avoir reprit sa baguette, essoufflé mais vaillant le jeune homme pointa son arme sur Darla

-Rends-toi...

Il ne savait pas très bien quoi faire maintenant, furieux d'avoir du révéler son don mais surtout égaré pour la suite des événements. Recourir aux autorités était ce qu'il convenait de faire mais Harry était en décalage avec ça, il manquait de discipline et soutenu bien peu de fois il n'avait pas ce réflexe. Après un combat il redevenait le garçon un peu maladroit et égaré qu'il était parfois comme tout à chacun... Regardant alternativement les deux personnes en espérant que Liliana aille bien malgré les coups reçus -lui même avait un poignet meurtri à cause de la corde et quelques blessures.- que Darla se rende et que la Poufsouffle aille aussi bien... N'était-ce pas un peu trop demandé? on verrait bien. En attendant, malgré la fatigue il était prêt à reprendre, vif et aux aguets. Quant à son secret, il verrait après.

_________________________________
Animagus Loup non déclaré - et probablement mal peigné-

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Liliana Vanloock
Serpentard, 6 ème Année
Serpentard, 6 ème Année
avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 22/01/2010
Age : 35

MessageSujet: Re: L'acharnement du Serpent - Terminé   Dim 7 Nov - 17:21:17

- Episkey.
Les blessures d'Eve disparurent tour à tour, et Liliana la déposa dans l'herbe, toujours inconsciente, avant de se tourner vers un combat qu'elle se sentait lâche d'avoir abandonné. Se soucier de son prochain avait plus été une tentative d'échappatoire, la recherche d'un moment de répit, plutôt qu'un réel dévouement à la blessée exposée comme jamais à un sortilège perdu.
La blonde sauta sur ses jambes et pris une posture défensive, prête à faire barrage au cas où le combat s'approchait du corps. Cependant, Potter se débrouillait très bien pour repousser Steadworthy. Évidemment. Si Darla et Liliana étaient de force égales, le Survivant avait bien plus d'expérience que les deux réunies, en matière de guerre. Son arrivée était un véritable soulagement, bien qu'elle doutait encore de l'issue de ce duel. Entre le sang qui coulait sur le visage de Darla et les éclats des sortilèges, Liliana lisait la peur sur son visage. Elle reculait petit à petit, n'osant porter son regard ailleurs que sur Potter, s'acharnant dans l'espoir, certainement, de trouver le moment opportun pour fuir sans plus de dégâts.
Mais ce qu'elle obtenu fut une occasion de prendre le dessus. Son sortilège de ligature atteignit Harry qui s'écroula sur le sol, paralysé. Déjà, Darla relevait son arme au dessus de sa tête, mais Liliana fut plus rapide.

- Expelliarmus !

Le sortilège la propulsa en arrière, mais elle ne chuta pas tandis qu'elle voyait sa baguette s'envoler de ses mains et faire un arc de cercle dans les airs pour atterrir dans la main de son ennemie jurée. La jeune Vanloock eut un sourire triomphant. Darla désarmée, il n'y avait plus rien à craindre d'elle. Et ce fait éveilla chez la Serpentard une envie qui naquit dans son ventre jusqu'à la submerger toute entière. Une envie de faire le plus mal possible à Steadworthy. Une envie de la briser comme elle l'avait brisé. Lentement, elle pointa sa baguette vers le torse de la vipère. Son sourire s'évanouit, et ses yeux, vides, demeurèrent fixés dans ceux de l'autre Serpentard. Elle n'eut pas même le temps d'ouvrir la bouche pour prononcer, à son tour, le sortilège qui lui aurait valu le renvoie définitif de Poudlard pour un allé sans retour à Azkaban. Un grand loup noir jaillit des cordes où se trouvait ligoté Harry Potter et se jeta sur Darla, qui hurla de stupeur alors que les crocs manquèrent de se fermer sur sa gorge. Stupéfaite et aussi effrayée que son adversaire, elle observa incrédule Harry reprendre forme humaine.
Darla, sans arme, était cernée. Elle s'était retournée vers Harry, les mains ouvertes dans sa direction et sifflant d'une voix stridente.

- Tu n'as pas le droit de me toucher sans arme, Potter. Toi qui as tellement le sens de l'honneur, tu ne le feras pas !

- Stupéfix !
Le jet de lumière rouge frappa Darla en plein dans le dos, qui s'écroula à plat ventre, son visage ensanglanté planté dans l'herbe.
- Lui, peut-être pas. Moi si.
Son arme demeurait braquée sur sa victime inconsciente. L'extrémité tremblait au rythme de sa main, qu'elle peina à abaisser. L'adrénaline emplissait son corps. Alliée à son inimitié, cette excitation lui donnait envie de continuer à frapper l'ennemi à terre. Un tique nerveux fit se mouvoir ses lèvres, et elle lança un faible coup de pied dans les côtés de Darla, qui ballota mollement à la manière d'une poupée de chiffon.

La jeune femme releva son visage couvert de griffures et de sang sur Harry, à qui elle adressa un regard soupçonneux. Ce qui venait de se produire, sa transformation, l'avait déboussolée. Potter, un animagus ? Le Survivant avait définitivement bien des secrets.
Elle jeta la baguette de Darla dans l'herbe avant de pousser un soupir de soulagement et détourner le regard en s'essuyant le cou, n'osant toucher ses joues enflammées par les plaies.

- C'était mesquin, mais elle le mérite.

Le calme avait une atmosphère pesant après la bataille, les éclats de voix et les vives lumières qu'avait projeté les sorts. Lentement, Liliana se tourna en direction d'Eve, incertaine sur ce qu'elle devait à présent faire. Finalement, elle se tourna de nouveau vers le jeune homme.
- ...Merci, Harry. Qu'est-ce qu'on va faire d'elle ?

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Harry Potter
Gryffondor, 7 ème Année
Gryffondor, 7 ème Année
avatar

Messages : 167
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 29

MessageSujet: Re: L'acharnement du Serpent - Terminé   Dim 7 Nov - 18:24:52

Harry parut réfléchir deux secondes, c'est vrai que de faire du mal à quelqu'un à terre n'était pas dans son apanage mais il avait tellement changé depuis la guerre... Devenant plus radical face à ceux qui comme Darla n'avaient pas hésité à frapper des êtres sans défense. Le jeune sorcier n'eut heureusement pas à tergiverser plus, Liliana très efficace jeta un sort de Stupefix et le Survivant regretta de ne pas y avoir songé, et d'avoir donné du crédit à Darla. Le Stupéfix était utilisé par les Aurors eux même lors d'une arrestation musclée, comme quoi il était encore trop tendre... Faudrait songer à s'endurcir encore. L'adolescent était gêné vis à vis de Liliana, il devinait son malaise, étant lui-même épris d'un fort dérangement...

-ça dépend. Tu ferais mieux de me raconter votre histoire, si on la livre elle pourrait avoir des paroles malheureuses sur toi.

* Et sur moi *

Songea l'Animagus qui était non déclaré. Bien sûr, son nom, une explication du genre " je devais me préparer au cas où si quelqu'un me voulait encore du mal" ou "je voulais tellement suivre le chemin du père que je n'ai jamais eu" devrait suffire à émouvoir le jury, la loi il s'en fichait comme des règles de Poudlard-enfin dans la mesure du raisonnable.- mais aurait aimé conserver son secret. Liliana était la troisième personne au courant après Messenger- qui avait disparu d'ailleurs, la belle affaire- et la femme au serpents, Circée la prof qui ignorait toutefois quel animal était le sien, le pressentant simplement. Darla aussi était au courant, ça commençait à faire beaucoup! Observant Eve, le sorcier poussa un petit soupir de soulagement, celle-ci avait les yeux fermés, elle ne risquait pas d'entendre. Se dirigeant vers Darla qui avait les yeux ouverts, se rappelant de l'expérience bizarre d'un Stupéfié qui pouvait tout voir et entendre il jeta un sort pour la rendre sourde et la laissa ainsi, la tête piquée dans l'herbe.-elle pouvait respirer, tout allait bien donc- Il ne dit rien pour le coup de pied dans le corps mou même s'il tiqua légèrement avant de se tourner vers la Serpentarde qui abordait de jolies griffures et coups, lui même en portait aussi. La Poufsouffle était guérie cependant. Ainsi les verts et argents pouvaient s'inquiéter des autres?! Fut un temps Harry aurait soupçonné un intérêt mais la guerre avait fait grandir tout le monde et cette histoire de maison lui paraissait ridicule maintenant; cela servait juste à émoustiller des gamins comme lui auparavant.

-De rien... On s'est aidé tous les deux...-Car oui, sans Liliana il n'en serait pas venu à bout! Et arrêter une pro mangemorte malgré les ennuis promis n'était pas pour lui déplaire. Le Survivant s'approcha d'elle et regarda ses griffures.-Un travail de pro, elle t'a fait ça avec les mains? Elles concurrencent les miennes...

Fit le Gryffondor en souriant et en laissant apparaître un début de transformation sur ses dents qui s'allongèrent légèrement avant de revenir à leur place habituelle.

-Inutile de dire que c'est un secret; si tu le révèles je saurai que c'est toi.

C'était désagréable à dire mais son ton restait courtois pour faire passer l'information avec un minimum de respect. C'était de toutes manières utile et ça lui permettait d'enchainer sur la suite de la conversation.

-Pour elle je ne sais pas. Pourquoi t'en voulait-elle? Aurais-tu des problèmes à ce qu'elle parle? Je vais t'avouer directement que j'en aurais... Mais j'en aurais aussi si elle oublie grâce à un simple sortilège, réversible qui plus est et s'en sorte ainsi. ça n'enlèvera rien à sa méchanceté donc on reviendra au point 0 et elle t'attaquera dès que c'est possible. En revanche... La prof de potions possède des objets bien plus méticuleux qui effaceraient seulement des souvenirs choisis par celui qui fait boire la potion. Je suis certain que c'est possible et définitif. On pourrait ainsi effacer seulement une petite partie, celle de ma transformation, au pire des informations à ton sujet mais laisser le reste et l'arrêter pour son agression envers toi et cette pauvre fille. Au fait, de qui s'agit-il?

L'adolescent revint près de la stupéfiée puis se mouva de nouveau vers Liliana, ils étaient assez loin pour ne pas être entendu par Eve, tant mieux car lui jeter un sort n'était pas son envie principale. Le sorcier fixa Liliana de ses émeraudes pures, la situation était quand même assez critique quelque part... Même si elle n'était pas encore catastrophique puisqu'ils géraient encore la partie. Mais pour combien de temps? Il fallait faire attention à ne pas se laisser déborder et travailler en équipe.

-Bouge pas, je vais soigner tes blessures si tu veux bien...

Même si le principe des maisons était un concept dissolu dans l'esprit du Survivant, il faisait encore attention inconsciemment et préférait attendre l'autorisation de Liliana avant d'avoir le droit à une crise folle furieuse de la reptile.Harry avait mal aux siennes également, l'une d'elle fendait son arcade sourcilière droite, en dessous de sa cicatrice en forme d'éclair, il avait le cou bien éraflé et une épaule fortement secouée encore d'avoir ainsi bousculé la fille sous forme de loup, sans compter son poignet meurtri par la corde mordante... Mais on s'occupait d'abord des autres, surtout des demoiselles! Logique imparable, il en allait de son honneur.

_________________________________
Animagus Loup non déclaré - et probablement mal peigné-

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Liliana Vanloock
Serpentard, 6 ème Année
Serpentard, 6 ème Année
avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 22/01/2010
Age : 35

MessageSujet: Re: L'acharnement du Serpent - Terminé   Lun 8 Nov - 12:33:49

Que faire de Darla ? Liliana n'en avait pas la moindre idée. S'ils la laissaient partir dans cet état, si tenté qu'elle se montre raisonnable et s'en aille sans demander son reste, elle devrait aller à l'infirmerie, et ce serait le début des ennuis autant pour Potter que pour elle. Darla pouvait être assez perfide pour faire de la délation si elle sentait qu'elle n'avait physiquement plus le dessus sur la personne haie. Les lacérations sur son visage seraient les preuves d'une violence sanglante à son encontre, qu'elle pourrait très bien faire passer pour de la persécution. L'angoisse noua son ventre à cette idée. Certes, il y avait du plaisir et du soulagement à rendre la monnaie de sa pièce à une personne qui toute une année durant, avait pris un malin plaisir à abuser de son immunité pour lui faire du mal, mais les conséquences pouvaient être catastrophiques. Être renvoyée de Poudlard serait une défaite ultime face à Steadworthy. Elle qui, au début de l'année, ne voulait pas retourner à Poudlard s'était finalement réhabituée à l'atmosphère unique du château et n'avait pas envie d'en être privée prématurément.
La livrer, comme venait de le suggérer le Gryffondor, semblait être la solution la plus raisonnable. Ils avaient un témoin de l'attaque, Eve. Mais cette dernière était demeurée inconsciente tout au long du combat et si les Steadworthy avaient perdu de leur influence sur le monde sorcier, il demeurait que l'argent pourraient leur payer de bons avocats. Bien sûr, Liliana aussi avait de quoi se défendre très convenablement, mais la partie serait risquée malgré tout. Poussant un soupir de lassitude, la Serpentard éleva légèrement les mains en signe d'abandon.

- La différence, c'est que toi, tu n'étais pas obligé de te mêler au duel. Moi je n'ai pas eu le choix si je voulais sauver ma peau. Elle doit en avoir beaucoup après toi, mais moins personnellement qu'après moi. Elle n'a jamais supporté ni ma présence, ni ma réussite autant scolaire que sociale. J'ignore pourquoi, il y a bien d'autres sang-mêlés à Serpentard, mais moi...

Liliana s'interrompit, pensive. Elle ne s'était jamais posé la question, jusqu'alors. Depuis sa première année, alors que Darla venait de redoubler pour une raison qu'elle ignorait, elle avait immédiatement ressentit son antipathie. Mais à l'époque, elle s'en souciait bien peu. Aujourd'hui, c'était problématique. L'inimitié s'était transformée en colère, la colère en haine qui gangréna aussi le coeur de Liliana. Darla était tout ce que détestait la blonde. La réciproque expliquerait l'acharnement de la brune, mais peut-être y avait-il une raison plus profonde que cela. Elle aurait tout le temps d'y réfléchir à tête reposée. Pour le moment, Harry s'approchait tout en s'adressant à elle, oubliant un moment le corps gisant pour se préoccuper des griffures de son alliée d'un soir. C'était une attention qui aurait fait sourire Liliana, si le Survivant n'avait pas pris la peine d'accompagner son sourire d'une transformation partielle qui lui donna un air de vampire. Rebuté, la Serpentard recula d'un pas en fronçant le sourcil.
- Arrêtes ça, c'est bon, je ne dévoilerais pas ton petit secret. Répondit-elle plus sèchement. Si tu ne veux pas que cela se sache, préoccupes toi plus tôt de ce qu'elle dira elle.

Elle fit un signe du menton en direction de Steadworthy tout en réprimant un frisson. Autant Liliana était fascinée par la métamorphose et les animagus, autant elle trouvait les transformations partielles dérangeantes. Elle avait l'impression que le sorcier n'était plus complètement humain, comme appartenant à une espèce intermédiaire où l'animalité prépondérait à l'humanité. Elle ignorait si Potter avait perçu sa peur mais à son soulagement, il ne semblait pas l'avoir relevé et lui expliquait ses craintes et ses points de vue vis-à-vis de la situation. Elle ne releva d'abord pas l'idée radicale du Survivant, réfléchissant à la manière de lui expliquer le plus brièvement possible qui était cette fille étalée au beau milieu du terrain de Quidditch.

- Cette fille est Darla Steadworthy. Ça m'étonnerait que tu n'en ai pas entendu parlé malgré votre année de différence. Avant de redoubler sa première année, elle traînait souvent derrière le sillon de Crabbe et Goyle.
Pour faire court, disons que le grand problème entre nous deux est le fait que moi, contrairement à ces autres victimes, me suis défendue et ai même riposté à ses attaques avec le peu de moyens dont je disposais à ce moment. Cela ne lui a pas plu. Je vais te rappeler de mauvais souvenirs, mais te souviens-tu de la façon dont te traitait Malefoy ? Et bien, c'est le même genre mais en pire. Elle est certainement plus vive et plus intelligente que lui, et n'hésite pas à employer les pires stratagèmes pour parvenir à ses fins.
En tout cas, je ne sais pas si la livrer serait raisonnable. Je pourrais sembler avantagée à cause de ce qu'il s'est passé entre elle et moi, mais cette année un retournement de force s'opère, et ce combat pourrait être interprété comme une pure vengeance personnelle, voir de la discrimination et de la persécution si elle arrive à manipuler ses interlocuteurs. Si cette affaire devait aller plus loin, son père saurait lui trouver les meilleurs avocats.
Quant à la fille là-bas, c'est Eve Dobson, une Poufsouffle. Je l'ai amené avec moi ici car je pensais avoir rendez-vous avec un de nos joueurs de Quidditch qui devait me donner des nouvelles sur la formation de l'équipe. Je n'étais pas sûre de ses intentions, alors j'ai amené Eve avec moi pour qu'il reste sérieux et aussi pour apprendre à Eve les méthodes que j'emploie pour interviewer.


Liliana se sentait dans une impasse. Elle était fatiguée aussi, et son esprit ne parvenait pas à trouver une solution cohérente. Elle se laissa tomber sur ses jambes et retira sa veste noire pour réparer le trou que les chaines, au début du combat, avaient fait dans sa manche en frappant son bras. Le résultat fut très approximatif. Autant Liliana était douée pour briser les choses à l'aide de sa magie, que pour les réparer, cela était une toute autre affaire.
- Je suis désolée, je ne tiens plus sur mes jambes.
Précisa-t-elle pour justifier ce relâchement soudain. Ce devait être son premier véritable combat. Si Liliana s'était déjà battu et avait déjà lancé des sorts à l'encontre d'autrui, cela avait toujours été plus court et lui avait demandé bien moins de réflexes et de force que ce duel. Elle était vidée et l'adrénaline retombée, elle avait l'impression que le sortilège le plus basique n'était plus à sa portée. Et la pénombre doucement s'installait, accentuant davantage son état de fatigue physique et morale.
Le Survivant lui proposa de s'occuper de ses blessures et Liliana le considéra avec étonnement. Elle n'avait plus l'habitude qu'on se préoccupe d'elle, habituée à se soigner elle-même, comme elle le pouvait quand une telle chose se produisait. Elle hésita un instant et acquiesça finalement, non sans une certaine appréhension. Ce ne serait qu'un simple sortilège et on ne parlerait plus de ces satanées griffures. Cependant, l'aide qu'on lui apportait rompait avec ses habitudes. Certes, certaines personnes qui n'avaient pas été corrompues l'avaient soutenu et Mme Pomfresh avait été l'alliée des élèves qui avaient subit des maltraitances. Mais fondamentalement, Liliana s'était toujours sentie profondément seule.
Elle laissa Harry s'approcher, sans bouger ni relever les yeux sur lui.

- Je savais que cette année ne se passerait pas aussi bien que le promettait le Ministère.
Murmura-t-elle avec hésitation. Se confier non plus, n'entrait pas dans ses habitudes, mais la situation l'y poussait. Elle ressentait l'envie, plus que jamais, de se libérer un peu du poids qu'elle portait sur les épaules. Après tout, ce n'était pas n'importe qui qu'elle avait en face d'elle. C'était Harry Potter, le Survivant, celui qui avait sauvé le monde sorcier de l'emprise de Celui dont on ne devait pas prononcer le nom. Elle n'avait pas vécu le tiers de ce que lui avait du vivre, mais au moins, il pourrait comprendre ces mots prononcés gravement, comme un tabou dont on s'émancipe.
- Je n'arrivais pas à me faire à l'idée de retourner à Poudlard. Je savais qu'elle serait toujours là et je craignais qu'elle ne me lâche pas. À l'évidence, j'avais raison de le penser. Je n'aurais pas du amener Eve avec moi, elle a beaucoup souffert, plus que moi, et à cause de moi elle s'est encore trouvée dans la position de victime. J'aurais du m'en douter.
Tout en se laissant soigner, elle écarta ces pensées néfastes pour réfléchir à la façon dont se débarrasser de Darla tout en lui faisant oublier la transformation de Harry. Ce fut seulement à ce moment qu'elle réalisait ce que lui avait proposé le Survivant.
- ...Attends, tu veux qu'on aille voler Hawthorne ? Tu es fou, si elle nous découvre, on risque d'aggraver notre cas ! Je ne suis pas sûre qu'elle fasse preuve de la moindre tolérance. D'accord, je suis douée en potions, mais de là à aller voler dans la réserve d'Hawtorne pour préparer une potion des plus compliquées...

Si Liliana avait parfois des idées extravagantes, Potter semblait en avoir aussi en réserve, assez pour faire passer la jeune Vanloock pour une petite main, niveau violation du règlement.
- Tu es sûr qu'un sortilège d'oubliettes ne pourrait pas faire l'affaire ? Je ne sais pas le lancer, c'est vrai, mais c'est tout de même plus prudent que de se faufiler dans le stock d'ingrédients de la Maîtresse des Potions pendant le diner...

Et pendant le diner, que faisaient les enseignants ? Ils mangeaient. C'était donc faisable, mais rien n'assurait que Liliana puisse préparer une potion telle que l'avait décrite Harry. Il y avait bien la potion d'amnésie, mais elle ignorait si cette dernière pouvait supprimer un élément précis de la mémoire de celui qui la buvait.

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Harry Potter
Gryffondor, 7 ème Année
Gryffondor, 7 ème Année
avatar

Messages : 167
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 29

MessageSujet: Re: L'acharnement du Serpent - Terminé   Lun 8 Nov - 13:20:40

-Être plus intelligent que Malefoy n'est pas si difficile. Néanmoins son acharnement compensait le manque de jugeote et j'ai eu du mal à m'en débarrasser... Si Darla a un cerveau en plus, je comprends que tu aies eu des soucis.

Harry n'était pas objectif, Drago était pourvu d'une intelligence rare mais il n'avait aucune finesse, ce que semblait posséder Darla. Le jeune homme regardait Liliana dans les yeux, il n'avait pas vraiment perçu son coup de frayeur suite à sa prévention et transformation partielle. Quand c'était trop subtil, le Survivant captait mal les émotions des gens, l'un de ses principaux défauts. Pareillement que Malefoy, plus encore peut-être, Harry manquait de finesse... Il était très direct et impulsif. Son physique léger ne lui permettait pas de foncer comme un bulldozer non plus mais c'est vrai que la subtilité lui faisait parfois défaut. Le Gryffondor ne faisait pas dans le détail, pas dans un combat ou dans un plan pour protéger ses alliés. Inconsciemment il avait prit Liliana sous son aile et ferait son possible pour l'aider, et ce jusqu'à ce que l'histoire se termine, ainsi était sa ligne de conduite! Le sorcier comprenait de plus toute la souffrance que pouvait endurer la Serpentarde, il était très exigent avec lui et n'autorisait pas l'expression de cette douleur. En revanche le garçon était bien plus tolérant à l'égard des autres, limite reconnaissant quand ils se confiaient, comme si cela lui permettait d'évacuer à travers eux, et de régler ses propres problèmes en s'attaquant de front aux leurs.

-Si j'étais obligé, laisser Steadworthy faire aurait été criminel, même si tu t'en sortait superbement bien...

Et c'était rare qu'il fasse ce compliment, cela se sentait dans sa voix, ainsi que dans son regard, il considérait véritablement Liliana comme une égale. De toutes manières Harry était quelqu'un de très modeste, ce qui n'en faisait pas un admirateur forcené de n'importe qui non plus... Il avait son idée sur les lignes de conduite à apprécier ou pas, et s'il ne savait pas distinguer les émotions latentes; le Survivant savait très bien remarquer chez telle ou telle personnes les qualités propres au combat, et Liliana était à son avis, très douée et courageuse. Elle avait protégé Eve et cela en faisait une fille bien; presque automatiquement. Ses regrets évoqués par la suite, concernant la souffrance de la Poufsouffle ne faisait qu'appuyer l'idée qu'il se faisait de Liliana.

-Et je ne regrette rien. Quant à Eve, ce n'est pas de ta faute.- Comme rendu plus hardi par cette impression de déjà vu et de déjà vécu, le Survivant saisit doucement le menton de la Serpentarde pour la forcer à le regarder dans les yeux. Ses perles d'émeraudes pures en général laissait passer beaucoup de choses... Tant la colère parfois que la douceur... Cette fois elles essayaient de rassurer Liliana. Sa voix également était amicale mais très ferme. La verte et argent ne devait pas commettre cette erreur.- Si tu commences à croire ça, alors que c'est faux, la spirale sera infernale, crois-moi... Alors je te répèterai autant de fois qu'il le faudra qu'il s'agit de simples circonstances et non d'une erreur de ta part... Bien au contraire, tout partait d'une bonne intention. Dois-je encore le répéter?

L'adolescent la laissa tranquille un moment pour mâcher et remâcher ses mots, cette étape était très importante! Harry était nul en psychologie mais il se basait sur son expérience pour s'en sortir plus ou moins et tenter d'aider celle qu'il avait décider d'accompagner, non pas parce que Darla savait qu'il était animagus ou encore Liliana elle-même... Non ça c'était plutôt une excuse pour ne pas faire ressentir à son allié un quelconque sentiment de reconnaissance ou de dette, mais parce que quand le Survivant commençait une chose, il allait jusqu'au bout; rien ne pouvait l'empêcher de chercher à atteindre son but... Et laisser là Eve et la Verte et Argent l'empêcherait de dormir pendant très longtemps! Le sorcier soupira ensuite, lui aussi était fatigué et il se laissa glisser aux côtés de la jeune fille dans l'herbe...

-Il va falloir songer à réveiller Eve et peut-être lui raconter les choses de manière un petit peu différente pour ne pas la brusquer plus qu'elle ne l'est vraiment et éviter qu'elle ne devienne malgré elle un obstacle. Je pense que l'on pourrait s'en sortir face à la justice mais je n'en suis pas certain... Je les ai déjà vu m'accuser de pratiquer de la magie sans autorisation et vouloir casser ma baguette alors que je m'étais défendu contre un détraqueur... Ou me traiter de menteur pendant plus d'un an, voir m'accuser d'être l'héritier de Salazar, c'est trop lourd à porter pour prendre le risque. Et voler ce genre de tarée-Il parlait de la prof de potions- à serpents ne me causera aucun remords... Tu te rappelles du Poufsouffle, jack Field qui a dit que s'il souhaitait inventer une potion ce serait un breuvage pour pisser bleu? C'était très bête mais pas méchant; et la prof lui a fait boire une potion en nous disant qu'on pouvait aller lui demander ce qui s'était produit dans la soirée... Je lui ai demandé... Toutes les heures il avait envie d'aller aux toilettes et pissait du sang, la potion creusant ses entrailles pour le faire se tordre de douleur.

Le sorcier se tu, il n'était pas habitué à communiquer autant... Mais il essayait de rester concis et de ne pas blablater pour rien, de toutes manières ce n'était pas son caractère de bavarder inutilement! Après peut-être s'éparpillait-il un peu mais la fatigue d'un combat était là pour l'excuser non?

-Et de toutes manières on n'a pas le choix mais qui te parle de voler des ingrédients pour faire la potion? La potion en elle-même sera le mieux, je ne pense pas qu'elle soit légilimens, Fourchelang j'en ai la quasi certitude, en fait non je suis totalement sûr... Mais moi aussi je parle aux serpents [HJ: dans ce fofo il a gardé le don^^ mais il est un peu altéré par celui d'animagus, ce qui lui cause de sacrés ennuis^^], cette piste est à explorer. Ou sinon, reste l'allée des embrumes...


Ils devaient d'abord savoir que faire avant de s'occuper de Eve ou de Darla, de toutes manières le Stupéfix n'abîmait pas le corps quelque soit sa durée du moment que c'était moins de 48 h... Enfin s'il se rappelait bien de ses cours! L'adolescent soupira ensuite, il ne savait pas quoi dire pour réconforter Liliana. Lui aussi avait un instant espéré que l'école soit aussi calme que ce qu'auraient prédis le ministère mais cela n'avait été qu'un bref moment; ayant apprit à ne pas faire confiance au ministère et n'ayant jamais rien connu d'autres que des ennuis à tout va. Liliana ne soupçonnait même pas la moitié de son vécu car personne ne savait, à part Ron et Hermione qu'il était maltraité pendant toute son enfance, chose dont Harry ne se vantait jamais, son histoire était une mauvaise exagération d'Oliver Twist et il ne voulait pas que l'on verse des larmes pour sa triste vie de Cosette version Masculine et anglaise.

-Ne t'excuse pas, je suis essoufflé moi aussi... Le repos est important, ce n'est pas une preuve de faiblesse, c'est ce que disait le professeur Lupin, un des meilleurs résistants, tu l'as eu aussi comme prof non?

Il ne savait pas quoi dire, vraiment... Pour tout le reste, aussi se contenta-t-il d'un regard sincère et douloureux, évoquant la compréhension, la compassion mais pas la pitié qu'il avait en horreur. Peut-être ne savait-il pas quoi dire parce qu'il n'y avait rien à dire! Le sorcier imaginait toute la souffrance d'une sang mêlée jetée dans une maison aussi élitiste que Serpentard. Encore cette histoire débile de maisons. Décidément, à croire que Poudlard formait de futurs criminels en forçant à la compétition et à l'intolérance des caractères différents. Tout allait mieux pourtant, en mêlant des personnes diverses... Quant à toute l'horreur subie par Liliana, car oui ce harcèlement n'était pas à prendre à la légère, Harry la saisissait, lui-même avait décidé d'oublier mais ce n'était sûrement pas la méthode, elle avait parlé, pas lui, elle était si courageuse de trouver les mots.

-Epiksey

Il soigna la jeune fille mais ne regarda pas si ça avait fonctionné, se tournant déjà vers Darla.

-On devrait la soigner aussi même si elle ne le mérite pas, ça évitera de donner l'impression que c'est elle la Martyre, qu'en penses-tu?Si tu as une autre idée pour la potion d'amnésie mais je suis toute ouïe. Moi non plus je ne maîtrise pas bien "Oubliettes" et c'est plus criminel de s'y essayer, tant l'équilibre humain-même celui des tarés- est fragile que de voler une potion sûre qui ne détruiras pas son cerveau. D'une part ce serait nous qui serions punis pour l'avoir transformé en légume, d'autre part il n'y aurait plus de raison ni possibilité de lui faire payer ses crimes, ce serait dommage d'être contraint de lui "pardonner" pour folie... Et puis éthiquement parlant, ça me parais pire... Personnellement, malgré tous mes regrets, je ne voudrais pas perdre mes souvenirs, les souffrances qu'on a vécu sont notre vie, je souffrirait plus que tout d'être dépossédé de tout... Effacer ce dernier combat de sa tête uniquement est un moindre mal. Enfin c'est mon avis...

Il était ouvert à toute proposition et remarque, c'était surtout cela que l'on appréciait dans l'Ordre du Phénix, sa capacité d'écoute -sauf quand la vie de l'un de ses amis était en danger, là il était borné et n'en faisait qu'à sa tête - sa modestie et son habitude à ne jamais abandonner, quelque soit les chances de perdre ou de gagner.

_________________________________
Animagus Loup non déclaré - et probablement mal peigné-

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Liliana Vanloock
Serpentard, 6 ème Année
Serpentard, 6 ème Année
avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 22/01/2010
Age : 35

MessageSujet: Re: L'acharnement du Serpent - Terminé   Lun 8 Nov - 16:57:21

Liliana eut un sourire lorsque le jeune homme lui adressa un compliment. Elle tourna un regard amusé vers lui, incapable de se départir de son esprit piquant malgré la gravité de la situation et sa fatigue.
- C'est vrai... Je m'en sortais à merveille, j'aurais pu en finir sans toi.
L'ironie était palpable. Elle ne se rabaissait pourtant pas mais admettait que sans l'arrivée de Potter à la rescousse, elle aurait subit des souffrances bien plus marquantes que de simple griffures et un bras endolori. C'était aussi un compliment, voilé chez Liliana qui faisait montre d'une réserve trop importante pour parler simplement et franchement. Même lorsqu'elle parla de l'inimitié entre Darla et elle, même lorsqu'elle confessait sa peur de revenir à Poudlard, elle n'allait pas au fond des choses et se contentait de demeurer à la surface sans entrer dans le détail. Elle ne voulait ni sembler faible aux yeux de Harry, ni évoquer des sujets trop récents pour être réellement racontés sans douleur ni émoi. Elle parlait en tâtonnant, cherchant les mots les plus sobres et assez clairs pour exprimer un sentiment plus profond qu'il n'y paraissait. Le Survivant semblait avoir saisit ce que révélaient les paroles de la Serpentard et eu un geste qui acheva de mettre mal à l'aise la jeune femme. Elle concéda à relever les yeux dans ceux du Gryffondor. Ces derniers relevaient malgré elle une certaine froideur. Avare de contacts physiques, Liliana se laissait rarement toucher de la sorte, plus rarement encore par un membre de la gente masculine cependant, par égard pour Potter, elle se retint de repousser sa main. Faire preuve de sa rigidité habituelle, à cette occasion, serait une insulte à l'aide que le jeune homme lui avait apporté. Cependant, là où une autre fille se serait écriée au miracle, Liliana s'était focalisée sur le contact dérangeant des doigts d'Harry sur son menton et finît par prendre sa main pour l'éloigner doucement mais fermement de son visage.
- Non, ça va, tu n'as pas besoin de te répéter. Je sais bien que je ne pouvais pas prévoir le guet-apens de Steadworthy, cependant j'avais eu un mauvais pressentiment et j'aurais mieux fait de m'écouter et de ne pas venir ici, d'autant plus que je me fichais bien de Clyde et de ses informations. J'ai relâché ma méfiance alors que Darla m'avait adressé une lettre de menaces quelques jours plus tôt. C'est là mon erreur. Enfin, on ne peut pas revenir sur le passé, l'important est de faire en sorte de s'en sortir au mieux, maintenant.

Le silence les enveloppa tandis que Potter se laissait choir auprès d'elle. Au loin, Eve était toujours inerte. Il faudrait la réveiller et en douceur, de préférence. Liliana espérait que les évènements ne l'avaient pas traumatisé davantage.
Harry pensait manifestement à la même chose. Il proposa de lui apporter une version différente de l'histoire, dans l'espoir qu'elle ne révèle pas des choses compromettantes sans le vouloir. Liliana était de l'avis de ne rien lui raconter du tout et de lui expliquer simplement que Steadworthy avait été vaincue grâce à l'association de leur force. Elle laissa Harry parler cependant, tout en continuant de contempler la masse informe du corps de Dobson.
Elle n'eut aucune réaction apparente lorsqu'il lui parla des accusations qui lui avaient été portées, ni lorsqu'il lui raconta ce qu'Hawtorne avait fait à Jack Field par l'intermédiaire d'une de ses potions.

- Jack Field est un sauvage doublé d'un imbécile, mais il est vrai qu'il ne mérite pas un tel traitement pour une pauvre blague vaseuse.
Commenta-t-elle sobrement, non sans repenser à l'unique fois où le Poufsouffle et elle s'étaient retrouvé seul à seul. Ils en étaient venus aux mains avant même de passer par les mots. Aussi n'éprouvait-elle pas autant de compassion envers le Jaune et Noir que Harry, mais elle était d'accord avec lui. Hawtorne était certainement une personnalité plus sournoise que Rogue au vu de ce qu'elle avait fait, plus mauvaise. D'ailleurs, cette femme la mettait particulièrement mal à l'aise et c'était surtout la peur qui lui faisait considérer l'idée d'Harry comme de la pure folie. Elle était cependant trop fière pour l'avouer, et se contenta d'hausser légèrement les épaules en signe d'accord. Elle préférait encore s'aventurer dans la réserve que de faire le mur pour traîner dans l'allée des embrumes, idée qui lui semblait, elle, véritablement fantasque. Si sortir de Poudlard était aussi facile, cela se serait su depuis des années, d'ailleurs.
- J'ai eu Lupin lors de ma première année, oui. Il avait l'air sympathique malgré son allure étrange... Mais dis moi, tes méthodes sont radicales, je me demande pourquoi tu n'as pas atterrit à Serpentard avec de telles idées.
S'amusa-t-elle en adressant un regard goguenard à Harry.
- L'allée des embrumes, c'est loin. Et si toi tu sais transplaner, cela ne nous serait d'aucune utilité ici, avec toutes ces protections. Impossible n'est pas français, comme le dit l'apanage, mais malheureusement je ne suis qu'à demi française.
Elle laissa s'échapper un vague gloussement puis repris son sérieux.
- Non vraiment, il faudrait utiliser la force pour me décider à quitter Poudlard en pleine nuit pour visiter l'allée des embrumes.

À ce moment, le jeune Potter la soulagea de ses blessures avec le sortilège qu'elle avait elle-même employé, un peu plus tôt, sur Dobson. Elle ferma les yeux pour ne pas être éblouie par la lumière pourtant douce du sort, tandis qu'une agréable tiédeur lui couvrait le visage. Elle sentit ses plaies se refermer instantanément et soupira de soulagement. La brûlure avait disparue. Avant que Liliana n'ai eu le temps de le remercier, le sorcier avait repris la parole.
- Je suis d'accord avec toi, pour les soins à lui apporter comme pour l'usage d'oubliette. J'ai entendu dire que ce sortilège peut être dévastateur s'il n'est pas complètement maîtrisé par le lanceur, et si toi non plus tu ne le maîtrise pas autant l'oublier. Je ne sais pas si j'aurais beaucoup de remords à transformer Steadworthy en légume, comme tu le dis, mais ce serait se montrer aussi cruel qu'elle et je la déteste assez pour ne pas vouloir lui ressembler.

Autrefois, Liliana n'aurait peut-être écouté que son impulsivité, quitte à courir à la catastrophe. Mais les évènements qui s'étaient produit dans sa vie lui avait appris la méfiance et la pondération. Elle demeura silencieuse un moment, les bras croisés sur ses genoux relevés et réfléchissait à la meilleure solution, le regard lointain.
- Je n'ai pas de solution, je m'en réfère à toi. Cependant, rien n'assure qu'il y aura une potion d'amnésie dans les locaux de Miss Hawtorne. En revanche, je saurais la doser pour ne lui faire oublier que les dernières minutes du duel.
Cette idée ne lui plaisait pas, mais elle n'avait rien d'autre à proposer. La fatigue l'empêchait de penser correctement. Elle se tourna finalement vers Harry en poussant un léger soupir et considéra les blessures qu'il avait au visage. Elle devait lui rendre la pareille, au risque de conduire les autres élèves, le lendemain matin, à se poser des questions quant à ses activités. Si cela n'était plus son affaire, elle ne pouvait pourtant pas le laisser avec l'arcade déchirée alors qu'il avait pris le temps de la soigner.
La jeune fille pointa sa baguette, qu'elle tenait toujours en main, vers le visage du Gryffondor et murmura à son tour le sortilège de soin. Le résultat ne fut pas aussi propre que celui qu'elle avait obtenu sur Eve, mais il avait réparé le gros des dégâts.

- Bon... Tu pourras toujours dire qu'une porte a eu raison de ton arcade.
Elle sourît en considérant toute l'ironie de sa phrase mais se tut pourtant, considérant qu'il serait peu délicat de blaguer sur le fait qu'Harry Potter, celui qui avait tué le Mage Noir le plus puissant de l'Histoire, se serait fait battre par une pauvre porte en bois.
- Je vais réveiller Eve. Si tu pouvais t'occuper de Darla, car personnellement je n'ai pas le coeur à la soigner.

Liliana se redressa lestement sur ses jambes pour aller s'accroupir auprès d'Eve et rassembla une dernière fois ses forces.
- Enervatum.
Le premier essai ne donna aucun résultat mais au second, la jeune fille ouvrit enfin les yeux. Elle avait l'air hébétée alors qu'elle considérait Liliana et semblait plus se réveiller d'une soirée trop arrosée que d'une attaque. Il y avait eu plus de peur que de mal, et cette constatation soulagea la Serpentard, qui n'avait aucune envie d'être contrainte à emmener Eve chez Mme Pomfresh.
- Liliana ? Qu'est-ce qu'il s'est passé...?
- Rien, ça va, Darla est hors d'état de nuire. Comment te sens-tu ?
- Darla ?

La pigiste sembla se remémorer tout à coup les évènements. Un éclat d'effroi traversa ses iris si soudainement que Liliana eu un mouvement de recul. L'autre se redressa d'un coup, semblant céder à l'hystérie. Liliana n'avait définitivement aucune finesse lorsque cette dernière se révélait indispensable. Le geste de réconfort qu'elle engagea envers la Poufsouffle fut violemment arrêté.
- C'était un piège, n'est-ce pas ?
- Oui mais...
- Tu porte malheur, Vanloock. Tu crois que je n'ai pas assez vécu de conneries du genre l'année dernière ? Tu l'as fait exprès, ou quoi ? Tu le savais ? Si tu voulais une personne pour te protéger, il fallait choisir quelqu'un d'autre ! À moins que vous vous soyez amusé à me jouer un tour ?

Liliana avait tout imaginé, sauf la colère que libérerait le petit corps fragile de Dobson. Elle la considéra avec étonnement puis, à son tour, avec ressentiment.
- Tu peux me dire en quoi je l'aurais fait exprès, tu as bien vu qu'elle s'en est pris à moi ! Tout le monde sait que Darla n'est pas mon amie, alors je t'en prie, cesse de jouer la carte de la paranoïa.
- Je ne veux plus parler à quiconque m'entraînant dans ses ennuis.
Coupa Eve en se relevant sèchement.
- Sois déjà heureuse que j'ai protégé ton corps et que je t'ai soignée alors que tu suppliais lâchement Darla de te laisser partir en échange de ton silence.
Répliqua froidement Liliana en se levant à son tour. La Serpentard comprenait à présent pourquoi Eve n'avait été considéré que comme une victime et pas comme une personne dotée de courage. Du courage, elle n'en avait pas. Les seules forces dont elle parvenait encore à faire preuve étaient puisées dans la peur et la colère, transformant ce qui aurait put devenir de la bravoure en simple crise de panique. C'était cela qui formait la large frontière entre ceux qui s'étaient battus et ceux qui avait subi. Son estime pour la Poufsouffle s'effondra comme un château de carte, tandis que cette dernière lui tournait déjà le dos, prête à s'enfuir. Au dernier moment, Liliana la retint par la manche.
- Si je peux te donner un conseil, tais-toi. Ne dis rien à personne de ce qu'il s'est passé, car si les choses s'aggravaient entre moi et Darla, tu serais considérée comme un témoin et tu pourrais avoir des ennuis.
- Ne t'inquiètes pas va, je ne dirais rien, je ne t'approcherais surtout pas. Je comprend pourquoi ma mère me disait toujours de me tenir à l'écart des personnalités trop influentes, elles nous entraînent irrémédiablement dans le cercle de leurs ennuis avant qu'on ait eu le temps de dire "ouf".

Sur ces mots, Dobson s'arracha à la poigne de la Serpentard et s'éclipsa en courant, sans avoir adressé un regard pour le corps de Darla et sans même avoir aperçu Harry. Ce n'était peut-être pas plus mal, mais Liliana ne pouvait s'empêcher de se sentir en colère, contre elle-même autant que contre Eve Dobson.
Elle revint d'un pas furieux à la hauteur d'Harry et jeta sa baguette qui crama une petite portion d'herbe à coup d'étincelles pourpres.

- Quelle ingrate, soit j'ai un don pour créer la colère chez les Poufsouffle, soit on ne peut définitivement pas compter sur un peu de bon-sens de leur part ! Enfin, l'avantage c'est qu'elle n'a pas posé la moindre question. Espérons qu'elle tienne sa promesse et se tienne à l'écart de tout cela, sinon je risque de lui montrer ce que j'entends, moi, par colère.

Elle ramassa sa baguette magique en soufflant et la rangea dans sa poche avant de se tourner rapidement dans la direction où était partie Eve. Elle trottait au loin, dos à eux, en direction de la sortie du stade. Liliana se prit à espérer qu'elle se rende au diner comme les autres élèves et oublie cette mauvaise expérience en compagnie de ses camarades de Maison. Cependant, elle imaginait plus facilement la jeune fille céder à la morosité, compte tenu de son extrême sensibilité.
- Désolée, mais elle m'a énervée.
Finit par lâcher sèchement Vanloock en braquant un regard mauvais sur le seul corps qu'il leur restait sur les bras.

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Harry Potter
Gryffondor, 7 ème Année
Gryffondor, 7 ème Année
avatar

Messages : 167
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 29

MessageSujet: Re: L'acharnement du Serpent - Terminé   Lun 8 Nov - 23:07:36

-L'acceptation de ce genre d'erreur fait avancer, j'ai mis du temps à faire la différence entre les deux...

Reprit l'adolescent surpris par le changement radical de Liliana. Elle était forte, elle s'en sortirait! Mais pour l'instant il fallait s'appliquer à tout faire pour préparer la guérison. Le jeune homme lui sourit d'un air rassurant. Il se savait totalement fou parfois mais sa témérité apportait souvent ses fruits et lorsqu'elle ne payait pas, le Gryffondor s'arrangeait pour être le seul à prendre les mauvaises conséquences dans la figure, c'était ce qui faisait que beaucoup de gens l'avaient suivi. Malgré lui le sorcier avait du charisme, sa timidité exacerbée peu commune pour une célébrité de son acabit faisait son charme, le rendant plus accessible. Mais lui-même n'avait aucune conscience de cela, il se contentait de suivre son code d'honneur, à l'instar de Don Quijote de la Mancha qui rêvait d'être un caballero dans une Esoagne qui ayant évolué depuis longtemps les avait vu disparaître. C'était sa façon de voir les choses, très rigide qui l'avait toujours maintenu à flots, heureusement il savait concéder aux autres ce que lui-même ne se pardonnerait jamais. Mieux, Harry pouvait comprendre qu'une personne ait peur de sortir la nuit hors de Poudlard ou de voler la professeur aux serpents, mais il n'accepterait jamais ce qu'il verrait chez lui comme de la couardise. Ses yeux verts étaient remplis de patience et d'une réflexion profonde qui le poussait à chercher une autre solution pour Liliana. Ce n'était pas de la pitié encore une fois, après tant de vécu, impossible d'en éprouver... Disons la compassion qu'un général peut ressentir pour ses soldats, estimant que c'était son devoir de se sacrifier même si l'image n'était pas tout à fait juste puisqu'il voyait la Reptile comme son égale.

-Je comprends, ne t'en fais pas. J'irai alors, et tu prépareras la potion si tu veux bien, enfin si je ne trouve pas la fiole directement parce que je suis nul dans cette matière. Je ne sais pas encore comment j'ai fait pour ne pas me tuer avec la potion qu'il faut préparer pour être animagus... Bref j'irai soit dans l'allée des Embrumes, soit dans le bureau de la folle écailleuse... Mais il faut faire vite Darla pourrait être découverte. Au fond c'est peut-être mieux si quelqu'un reste à proximité pour la surveiller.

Le sorcier eut un petit sourire suite aux paroles de Liliana, jamais avant il ne se serait confié sur ça, mais maintenant le jeune homme se fichait de la signification des maisons, et puis l'anecdote était rafraichissante.

-Je vais t'avouer l'un de mes autres secrets, lors de ma répartition, le choixpeau voulait m'envoyer à Serpentard, je l'ai supplié de ne pas le faire parce que je pensais que tous les "méchants" allaient là-bas, après tout je ne connaissais rien au monde sorcier, car oui j'ai été élevé par des Moldus, je ne savais rien sur mon passé, ni ce qui s'était produit vers mes 1 ans... Bref, on m'avait parlé des maisons dans le train et j'étais terrifié à l'idée d'aller chez les super vilains. A 11 ans c'est compréhensible. J'ai toujours été fier d'être à Gryffondor, maintenant je pense que ce système de répartition est dangereux. Si tu parles de ce secret, je te dévore toute crue.

Mais cette fois le sorcier lui offrit un sourire aimable, ce n'était pas bien grave si elle parlait, le jeune homme regrettait un peu d'avoir dévoilé le fait qu'il ne savait rien étant jeune sur sa condition, cela laissait place à des suppositions douteuses sur les moldus l'ayant élevés mais là encore ce n'était pas une confession trop lourde. Liliana n'en aurait plus cependant, elle comprendrait très vite, vu son esprit vif que c'était un privilège inutile mais un privilège quand même qu'il lui offrait car Harry ne parlait jamais de lui... Il laissait comprendre qu'il saisissait sa souffrance mais ne comparait jamais la sienne à haute voix, tirant seul des conclusions bonnes ou mauvaises des siennes mais sans l'expliquer ni l'exprimer. Même cette anecdote lui avait couté beaucoup. Un secret vivait éternellement, l'homme mourrait bêtement. Par ce biais, Harry comptait-il inconsciemment vivre éternellement? Avait-il si peur de la mort ou de la révélation? Ou plutôt de lui-même? Car certains de ses secrets étaient si bien gardés qu'il avait apprit lui-même à les désapprendre. Et ça valait mieux pour lui d'ailleurs.

-Si tu savais le nombre de portes que je me suis pris... Faut pas croire, mais c'est sournois une porte...

Il roula des yeux en soupirant contre lui même. Harry pouvait être très maladroit à ses heures et mieux valait en rire songeait-il, tirant une certaine honte de cela sur le coup mais comprenant bien vite que c'était l'apanage de tout à chacun. Jamais il n'aurait pensé qu'étant "héros" il aurait du trouver cette blague offensante. Même si le résultat, au toucher avait l'air un peu moins bon que sur Eve le sorcier s'en fichait, il oublia bien vite son bobo, ça guérirait de toutes façons...

Liliana réveilla ensuite la Poufsouffle, Harry aurait espéré qu'elle attende un peu mais il ne dit rien. Au final la Serpentarde avait répondu précisément à tous les points importants, c'était peut-être mieux de lever le maléfice maintenant pour ne pas se trouver avec deux "corps" inertes sur les bras. Lui-même s'occupa de soigner les blessures de Darla et de la retourner-sans douceur mais sans trop de brutalité non plus.- pour qu'elle soit sur le dos et non le nez dans l'herbe pour que sa respiration ne soit pas obstruée. On ne pouvait pas trop savoir ce qui se passait avec le Stupéfix. L'adolescent vérifia qu'elle avait les yeux bien fermés et qu'elle était toujours sourde, tout allait bien, parfait... Enfin façon de voir les choses, rien n'était parfait en fait! Mais la situation se dénouerait, Harry ne s'inquiétait plus tellement même si aller dans un endroit mal famé la nuit, loin de Poudlard était peu rassurant, et ce malgré toutes les expériences atroces vécues, on ne pouvait jamais guérir de cette inquiétude et tant mieux! Sans peur, le courage n'était que folie...

On disait que la crainte donnait des ailes mais empêchait aussi de réfléchir avant d'agir, pourtant ce n'était pas tout à fait vrai. Parfois ce sentiment désagréable donnait la capacité de se surpasser en ingéniosité et permettait aussi de se réfréner, il fallait savoir doser tout simplement... Et ça c'était très difficile mais le Survivant avait la tête froide, il n'était pas orgueilleux en pensant pouvoir s'en sortir, même si il aurait préféré que Liliana l'accompagne pour le seconder car il était loin d'être un surhomme. Le Gryffondor n'avait pas prit en compte les dommages qu'il pourrait subir lors de l'une de ses expéditions-dehors ou dans les cachots- et mieux valait ne pas le faire pour ne pas voir une trop grande peur arriver au galop et tout gâcher! L'adolescent voulait d'abord réfléchir sur comment procéder, car attendre trop longtemps était impossible à cause de Darla.

Pendant ce temps de réflexion, le sorcier n'avait pas vraiment entendu la conversation, à part des éclats de voix, il ne voulait pas écouter de toutes manières, jugeant que c'était privé. Au loin l'Animagus vit la silhouette de la Poufsouffle disparaître alors que Liliana revenait, soufflant comme un boeuf, elle paraissait furieuse. Cette dernière l'avoua d'ailleurs sans peine et le Survivant, si terre à terre eut cependant tout le loisir d'imaginer ce qui s'était produit, même si imaginer n'était pas vraiment utile selon lui, c'était une perte de temps dangereuse; il l'acceptait chez Luna parce qu'elle était productive et pouvait donner des idées si on savait traduire son charabia... Il haussa les épaules lorsque son alliée lui raconta l'affaire, non pas qu'il s'en fichât, loin de là mais... A vrai dire que répondre quand on ne comprend rien aux relations humaines?

-Je comprends, mais elle a aussi vécu de sacrés événements pour la journée, elle reviendra te voir plus tard pour en discuter je pense, ou essaie toi-même après quelques temps, mais ce genre de blessures se garde à l'intérieur, en parler fait mal pour la plupart des gens. Enfin c'est ce que Hermione dit... Je ne sais pas quel est le caractère de ton amie mais si elle est du genre timide par exemple, ou discrète, elle le gardera pour elle, très certainement! Même dans les autres cas. Hermione dit que ça change les gens de tels événements et qu'il faut une sacré force de caractère et d'idiotie pour aller répéter ça au premier venu. Le plus à craindre serait qu'elle en parle dans un mois voir deux, mais tout ça sera arrangé à ce moment et tu auras le temps de lui reparler avant.

Et il resta là, assis bêtement à regarder le ciel, puis l'herbe, puis Liliana. Discourir n'était pas son fort, c'était un garçon très intelligent mais sans aucun don oratoire, on le suivait parce qu'il avait un caractère fort et ne se préoccupait pas de ce que les autres disaient dans son dos, sans failles pour ses amis et doué au combat ou pour redresser les gens, mais quand il fallait leur parler pour les consoler, c'était très difficile pour lui; mais ce soir c'était important, Liliana l'était à ses yeux... Alors il s'appliquait. Puis la discussion étrangement arrivait à l'intéresser, il avait envie d'émettre des "si", de tergiverser sur la vie, de refaire un peu le monde.

_________________________________
Animagus Loup non déclaré - et probablement mal peigné-

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Liliana Vanloock
Serpentard, 6 ème Année
Serpentard, 6 ème Année
avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 22/01/2010
Age : 35

MessageSujet: Re: L'acharnement du Serpent - Terminé   Mar 9 Nov - 13:06:12

Liliana et Harry s'étaient vraisemblablement mal compris. Le Survivant décida d'aller seul dans l'allée des embrumes et de laisser la Serpentard en arrière. En prenant cette décision, il avait fait deux erreurs de taille. Plus sensée que le jeune homme, apparemment, Liliana imaginait fort bien l'horrible situation dans laquelle il risquait de se mettre pour elle, si jamais il parvenait à aller dans ce quartier glauque et malfamé en solitaire. Le second point était que Liliana, malgré le fait qu'elle soit moins courageuse que Potter, n'accepterait jamais de rester en arrière à faire le guet. Habituellement, c'était elle qui prenait les décisions, et si elle acceptait de se référer à Harry pour cette fois, elle ne pouvait décemment pas se résigner à un rôle de subordonnée pour autant. La jeune fille tiqua, tout en gardant le silence, pesant le pour et le contre. Il serait effectivement plus prudent que quelqu'un garde le corps pour éviter qu'un enseignant passant par là ne le découvre. C'était un fait. Mais dans le monde sorcier, il y avait bien d'autres solutions pour cacher un corps que de rester à veiller sur lui. Si Liliana était retrouvée seule auprès de Darla, elle était bonne pour le renvoi.
Une idée émergea dans son esprit. Mais avant qu'elle n'ai pu l'expliquer au jeune Potter, ce dernier l'avait distraite de ses pensées avec une anecdote. La Serpentard eut un sourire franchement amusé.

- Ma mère traitait les Gryffondor de gros imbéciles sans cervelle. J'ai prié durant tout le trajet pour ne pas me retrouver sous leur blason. Même les sorciers élevés dans la plus stricte tradition regorgent de questions et de préjugés sur Poudlard, tant qu'il n'y ont pas mis les pieds.
Elle lui adressa un clin d'oeil, sans ajouter de commentaire sur l'ignorance première d'Harry sur sa propre histoire. C'était très étonnant, pour une sorcière qui connaissait cette histoire de nourrisson survivant au sortilège le plus puissant existant, que le principal concerné n'ai été au courant que tardivement. Mais si ses moldus ignoraient toute la gravité de cette histoire, cela pouvait s'expliquer. Ils étaient si stupidement naïfs, parfois. Il suffisait de regarder sa famille maternelle, qui, exception faite de sa grand-mère, n'avait pas la moindre idée de ce qu'était la magie. Ne parlons même pas de son cousin, qui l'avait toujours prise pour une allumée. L'envie de lui jeter un sort pour lui faire réaliser son erreur l'avait démangé des années durant.
- J'ai l'impression que tu as définitivement envie de me dévorer toute crue, Potter. Attention, je suis une proie moins facile qu'il n'y paraît.

Finit-elle par ajouter, taquine, à l'adresse du Gryffondor. Elle se releva finalement pour sortir Eve de son inconscience. Les choses ne se passèrent pas comme elle l'espérait et lorsqu'elle revint, c'était furieuse qu'elle s'adressa au Survivant. Elle écouta d'une oreille distraite les paroles qui se voulaient réconfortantes de Harry pour acquiescer vaguement, le yeux toujours figés sur le corps de Steadworthy.
- Certes. Il n'empêche que j'exècre l'ingratitude ainsi que la faiblesse.
Rétorqua-t-elle pour conclure le sujet. Liliana, de son côté, n'avait pas envie de tergiverser sur le pourquoi du comment de la réaction d'Eve. Elle estimait ne pas avoir le temps d'user de psychologie. Respirant profondément, elle tourna finalement la tête vers Harry et l'observa regarder ses pieds, le ciel et elle-même par intermittence, sans comprendre ce qu'il pouvait bien chercher. Au bout de quelques secondes, le comportement incertain du jeune homme eut raison de son sérieux et elle d'un rire court mais franc, dans lequel se lisait l'amusement.
- Serais-tu rouillé, Harry ? J'ai l'impression que tu as tout à coup perdu ton sens de l'action. Je sais que les étoiles sont belles ce soir, mais je crois qu'on ferait mieux de se dépêcher si on ne veut pas finir par être surpris à se lorgner bêtement devant ce qui ressemble à un cadavre.

Son rire résonna à nouveau, aussi court que le premier. Lorsqu'elle s'avança face à lui, elle affichait cependant un air plus grave, bien que l'écho de sa petite moquerie brillait encore dans ses yeux bleus.
- Écoutes, je ne peux pas te laisser quitter le château tout seul. À Serpentard, on t'as toujours traité comme un fonceur qui ne réfléchissait pas à ses actions. Cela est vrai en partie à ce que je vois. Imagines ce qu'il pourrait t'arriver dans un endroit tel que l'allée des embrumes, sans escorte. Je parie que les trois quarts des sorciers et autres créatures qui traînent dans cet endroit veulent ta peau. Je m'en voudrais si tu avais des ennuis pour m'aider. J'ai une meilleure idée. Nous allons aller tous les deux chercher cette fameuse potion dans les cachots. Je saurais la reconnaître avec ses ingrédients si jamais les flacons ne sont pas étiquetés. On va mettre Darla dans les tribunes, à un endroit reconnaissable afin de ne pas perdre son corps, puis nous allons lui jeter un sortilège de désillusion. Tu saurais lancer un tel sort ?

Sans attendre la réponse du Rouge et Or, Vanloock sortit de nouveau sa baguette et lança un locomotor mortis sur le corps de Steadworthy, qui s'éleva mollement dans les airs. Suivit par le pantin désarticulé qu'était Darla, elle s'élança vers les tribunes à la recherche d'un endroit où cacher le corps. Une chaise taguée et défoncée lui servit de repère, à la troisième rangée, et elle y déposa là sans douceur son ennemie. Elle la considéra un moment, songeuse. C'était fou ce qu'un corps endormi, même celui de la plus agressive des créatures, pouvait sembler paisible et dépourvu de la moindre menace. S'en avait quelque chose de troublant. Elle avait sous son emprise l'une des filles les plus haies de Poudlard et s'apprêtait à lui retirer une parcelle de mémoire. Cela avait quelque chose d'excitant. Non, elle ne pouvait définitivement pas laisser Potter faire tout le travail.
La jeune Vanloock releva la tête en direction de Harry pour lui faire signe de s'approcher et attendit qu'il s'occupe de la seconde partie de son plan.

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Harry Potter
Gryffondor, 7 ème Année
Gryffondor, 7 ème Année
avatar

Messages : 167
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 29

MessageSujet: Re: L'acharnement du Serpent - Terminé   Jeu 11 Nov - 15:55:54

-La traque rend la proie meilleure quand on parvient à l'attraper

L'adolescent jeta un coup d'oeil faussement gourmand à Liliana, il ne pensait bien évidemment pas à l'autre signification, séductrice, bien trop droit pour ça, terre à terre et manquant singulièrement d'imagination à ce niveau. Non lui, il parlait d'un duel, de la joie d'avoir vaincu un adversaire plus coriace que soit. Malgré sa grande modestie, le Survivant était habité par une certaine ambition qui avait failli l'envoyer à Serpentard lui aussi. Il adorait relever des défis et en sortir gagnant, non pas pour se vanter mais se prouver à lui-même qu'il valait quelque chose et n'était pas un simple gosse de un an pourri par la chance qui avait survécu par hasard. C'était chose faite avec la fin de Voldemort, précipité par le même petit garçon 17 ans plus tard, en toute connaissance de cause cette fois. Harry reconnaissait que ses amis l'avaient immensément aidés, qu'il leur devait 95% de la réussite de cette "opération". A eux mais aussi à tous les anonymes qui avaient aidé la résistance en permettant à un membre de se cacher chez eux ou juste en leur disant "courage" avec le regard avant de refermer leur porte, effrayés et désolés de ne pas pouvoir faire plus. Depuis qu'il était animagus, les émotions fortes étaient encore plus ressenties et il adorait ça, les combats le galvanisait bien souvent, et de longues courses en forêt agrémentaient ses longues journées et parfois nuits. Cependant il savait aussi se canaliser un minimum bien que manquant de stabilité parfois. Se tournant vers Liliana, tranquille, ayant presque oublié la situation cette fois, le Survivant se leva promptement lorsque la Serpentarde lui rappela leur petit problème.

Il ne pouvait pas se permettre de la refuser, aussi hocha-t-il la tête lorsqu'elle dit vouloir venir. Intérieurement tout ça le rassurait grandement car même en fonçant tête baissée comme lui, on ne pouvait pas s'empêcher de songer aux conséquences parfois et en avoir peur. Le jeune homme se redressa; suivant la Serpentarde qui cacha le corps à un endroit stratégique. L'odeur de Darla monta aux narines de l'Animagus, il avait moins de flair que sous sa forme animale mais une légère effluve que l'humain ne saurait sentir lui parvenait toutefois et il sur que même si la chaise était déplacée, il la retrouverait, sous sa forme de loup en tout cas. Rassuré, le Gryffondor sans lui répondre sur sa capacité à jeter un sort de désillusion, lui le démontra en le lançant sur Darla, se rappelant pour lui-même de la sensation que l'on éprouve en se jetant soi même ce sortilège: on avait la sensation qu'un oeuf était ouvert au-dessus de sa tête e que le blanc dévalait le corps, ce n'était pas spécialement agréable.

-C'est parfait, ça tiendra... Mais pas trop longtemps, le froid pourrait avoir raison d'elle... Il ne faut pas traîner, allons-y.

L'utilisation de la première personne du pluriel signifiait qu'il acceptait la présence de la Serpentarde sans conditions, elle était forte et douée, nul doute qu'ils ne seraient pas de trop de deux pour faire le sale boulot. Le Survivant répondit toutefois à l'une des questions précédentes de sa camarade, ayant, il ne savait pas très bien pourquoi, l'envie de garder la discussion vivante et vive bien qu'il ne soit pas doué pour cela en général et garde ses justifications pour lui.

-Je reconnais que je suis trop impulsif. Sûrement une habitude prise pendant ces dernières années. Si je pense trop aux conséquences, je ne ferais rien. Et je n'aurais rien fait, gagner paraissait impossible, comment dès lors, combattre en pensant aux points négatifs? Je sais que l'allée des embrumes est un endroit dangereux, surtout pour moi et cette foutue célébrité-cracha-t-il avec un mépris palpable pour cette dernière qu'il ne pensait toujours pas mériter même avec ses ultimes exploits.- mais si l'on veut avancer, je crois que parfois, il faut forcer le passage. Dans la plupart des cas cependant, j'ai eu tort et ça m'a attiré plus d'ennuis que de réussite mais que veux-tu, je ne sais pas faire autrement.

Harry était très rusé mais il était impulsif et cela gâchait beaucoup de choses. Avec le temps, l'expérience et son don d'animagus il commençait à comprendre l'importance de bien réfléchir, de tout calculer et de patienter mais c'était un apprentissage très difficile, il lui restait beaucoup de chemin à faire. Liliana était son opposé, trop prudente, pas assez audacieuse-à ses yeux.- ils étaient un bon duo, complémentaires. Et bizarrement pour une fois, vivre l'une ses nombreuses aventures sans ses deux meilleurs amis, avec quelqu'un d'autre le remplissait d'une espèce de sensation de renouveau loin d'être déplaisante.

_________________________________
Animagus Loup non déclaré - et probablement mal peigné-

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Liliana Vanloock
Serpentard, 6 ème Année
Serpentard, 6 ème Année
avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 22/01/2010
Age : 35

MessageSujet: Re: L'acharnement du Serpent - Terminé   Jeu 11 Nov - 18:08:16

Les deux adolescents dévalèrent les tribunes au pas de course et traversèrent au même rythme le stade. L'obscurité recouvrait le ciel de son manteau indigo. Une chose était sûre, ils avaient loupé le diner pour de bon, pensa Liliana, qui se surprit pour la première fois à penser à son corps. Elle avait faim, elle le ressentait à présent qu'elle marchait d'un pas rapide en direction du château. Elle avait peur aussi, craignant de se retrouver face à une porte fermée, ou pire. Elle n'avait aucune confiance en l'enseignante, et son aspect de créature vénéneuse lui inspirait une crainte indéfinissable. Lors de ses entrevues avec sa directrice, elle n'avait d'ailleurs jamais pu soutenir très longtemps son regard. Son charisme, sa personne entière était déstabilisante. Elle n'avait qu'une crainte, se retrouver face à elle alors qu'elle osait profaner un lieu qui n'appartenait qu'à elle. Mais dorénavant, elle n'avait plus le choix. Pour couper court à son inquiétude, la grande blonde se mit à penser à la liste d'ingrédients qui composait la potion d'amnésie, ainsi que d'autres susceptibles de rentre l'effet de la mixture plus précis. Une chance qu'elle tienne son talent de sa mère qui lui avait appris très tôt les bases, dans l'espoir qu'un jour sa fille ait les compétences pour la seconder dans son métier, où sortilèges et potions avaient une place prépondérante. Les enchantements qu'elle pratiquait sur ses tenues de haute couture s'accompagnaient souvent d'élixirs capables de rendre un tissu imperméable, ultra-résistant, ou plus simplement d'ajouter des effets plus fantaisistes pour lesquels les sorciers étaient capables de dépenser des sacs de gallions entiers.
Ce fut seulement la voix d'Harry qui l'extirpa de ses calculs. Le jeune homme, après un moment de silence, reconnaissait son impulsivité tout en l'expliquant. La Serpentard lui adressa un regard compréhensif.

- Après tout, tu as peut-être raison. Personnellement, l'année précédente m'a appris à me montrer plus prudente dans mes entreprises. Il n'était pas question que je me fasse remarquer.

Elle garda le silence un instant, puis se ravisa finalement d'ajouter quoi que se soit d'autre. Parler d'elle n'était pas dans ses habitudes et, si tenté qu'elle l'avait fait un peu plus tôt, elle ne s'y sentait plus d'humeur.
De nouveau concentrée sur sa tâche future, elle énumérait une seconde fois les ingrédients et soupesait des possibilités sans prendre gare au fait qu'elle murmurait de temps à autre des mots exotiques tels que "belladone", "Achillée sternutatoire" et autres plantes aux noms complexes. Alors qu'ils atteignait le hall, Liliana s'arrêta tout à coup et attrapa Harry par le bras.

- Attends.
Elle demeura les yeux fixés devant elle, pensive.
- J'ai une meilleure solution, moins risquée. Suis-moi.

Et sans permettre au Survivant d'émettre la moindre contestation ni la moindre question, elle l'entraîna au petit trot dans les cachots, tandis que résonnait derrière les portes donnant sur la grande salle le brouhaha des élèves quittant leur table pour rejoindre leur salle commune.
Tiré par Liliana, Harry ne pouvait que suivre son pas. Seul l'écho de leurs talons résonnaient entre les murs gris et froids des cachots. Tout était calme, ils étaient seuls. Elle le lâcha finalement lorsqu'il arrivèrent devant un mur qui n'avait en apparence rien de très différent des autres. Mais Liliana, elle, le reconnaissait entre mille, c'était le passage qui menait à la salle commune des Serpentard.

- Attends-moi là, les autres trouveraient bizarre de te voir dans les parages. Tiens, le cachot d'en face est vide, va t'y cacher. Cela serait gênant qu'on te pose des questions sur les raisons pour lesquelles tu rôdes dans le domaine des Serpentard.

Elle adressa un simple signe de tête à son compère d'un soir, l'engageant par ce geste à lui faire confiance, puis s'éclipsa après avoir prononcé le mot de passe qui souleva dans un tremblement sinistre le mur enchanté. Sans tarder, la jeune fille grimpa deux par deux les marches qui menaient à son dortoir et sortit de sous son lit une épaisse malle qui contenait la tous les effets magiques qu'elle avait accumulée depuis le début de sa scolarité. Tout en fouillant à la va-vite, elle marmonnait pour elle-même. Elle en était certaine, elle avait les ingrédients qui lui permettraient de faire elle-même une potion d'amnésie précise et efficace. Ce fut au bout de quelques courtes minutes que sa certitude se révéla avérée. Elle attrapa son sac de cours, jeta un sortilège de réduction à son chaudron et enfourna le tout dans son sac, avant de filer à l'anglaise.
Quelques élèves venaient d'entrer dans la salle commune alors qu'elle descendait. Clyde, qui était présent, l'arrêta.

- Hey Liliana !
Un soupir exaspéré s'échappa des lèvres de la jeune fille. Elle se retourna sèchement en direction de l'inopportun et l'avisa du regard.
- Je ne t'ai pas vu au diner, nous aurais-tu fait faux-bond ?
- J'étais là, mais je ne suis pas restée longtemps. J'ai un mal de crâne atroce et le bruit était insupportable.
- Ah, je comprend...
- Oui, c'est moche. Excuses-moi, mais j'allais prendre une douche, on se voit demain.

Avant que l'autre n'ai eu le temps d'ajouter quoi que se soit, Liliana avait déjà filé hors de la salle commune. Une foule d'élèves descendaient les escaliers et Liliana se précipita discrètement vers le cachot où elle avait conseillé à Harry de se cacher. Elle referma la porte sur elle et, par sécurité, abaissa le verrou intérieur.
- Voilà.
Murmura-t-elle en déposant son sac aux pieds de Harry.
- Il y a tout ce qu'il nous faut là-dedans. Je me suis rappelé que j'avais les ingrédients nécessaires dans mes affaires, une chance que j'ai pris l'habitude de me constituer ma propre réserve. De plus, ce sont des ingrédients de grande qualité, il n'y a aucune crainte à avoir quant à des effets secondaires.

Elle tendit l'oreille en direction de la porte avec l'espoir que les Serpentard soient tous rentrés dans leur antre, mais au bruit qui se déversait dans le couloir, ils étaient encore nombreux à l'extérieur.
- Bon, tant pis, nous n'avons pas le temps. Après tout le couvre-feu n'a pas encore sonné, je ne vois pas en quoi il serait problématique de nous voir ensemble. Tu es prêt ? On y va.

Sans attendre de réponse, la jeune fille invita d'un geste Harry à la suivre. Elle s'avança tranquillement dans le couloir, tout près du jeune homme, un sourire satisfait sur les lèvres.
- Merci de m'avoir aidé pour le maléfice d'entrave. Maintenant que tu m'as montré comment le lancer correctement, il paraît tellement simple. Il n'y avait pourtant rien à faire, je n'arrivais pas à l'apprendre seule. Je suis définitivement plus douée pour l'attaque que la défense !
S'enthousiasma-t-elle tandis que des élèves les regardait passer, certains admiratifs devant le Survivant, d'autres simplement étonnés de le voir en compagnie d'une représentante de la Maison ennemie.
- On a encore un peu de temps devant nous avant le couvre-feu. Je t'ai promis de t'aider en potions en échange, on aura largement le temps de commencer nos devoirs en salle d'étude.
Continua-t-elle en pressant légèrement le pas pour attendre au plus vite la sortie. Par chance, les professeurs étaient encore attablés alors qu'ils atteignaient le hall et les grandes portes qui menaient au parc n'étaient pas déjà fermées à clé. Il n'y avait qu'à espérer qu'elles demeurent ouvertes encore assez longtemps pour qu'ils puissent rentrer dans le château une fois leur méfait accompli.
- Qu'est-ce que tu proposes ? On ramène Darla en catimini ou on prépare la potion sur place ?
Demanda-t-elle alors qu'elle refermait doucement l'une des portes derrière elle. Elle porta une écharpe qu'elle avait pris le soin de ramener de son dortoir à son cou et fouilla dans son sac pour en tendre une deuxième au jeune homme. Se rappelant ce qu'il lui avait dit plus tôt, elle avait gardé l'écharpe noire pour elle, et lui tendait celle de Serpentard avec un sourire amusé.

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Harry Potter
Gryffondor, 7 ème Année
Gryffondor, 7 ème Année
avatar

Messages : 167
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 29

MessageSujet: Re: L'acharnement du Serpent - Terminé   Jeu 11 Nov - 22:02:43

-Hum, je pourrais leur dire que j'ai toujours secrètement rêvé d'être à Serpentard et que je n'ai pas pu m'empêcher de venir visiter les locaux...

Le jeune sorcier se prit à sourire. Sur le coup il avait été très étonné que Liliana le traîne à travers le stade jusqu'ici, et avec une poigne assez forte pour qu'il ne puisse rien faire. Suivant la blonde par obligation dans un petit trot retenu -par réflexe il se méfiait un peu.- l'adolescent s'était crispé en arrivant près de la salle commune des Reptiles. Sans rien demander, le Survivant s'exécuta, se plaquant contre la paroi pour finir par se cacher là où son alliée lui avait dit de se rendre et attendit, secrètement bien rassuré qu'elle ait trouvé un plan alternatif. Rien ne lui disait que c'était le bon plan mais le sorcier s'aperçut qu'il lui faisait confiance, et qu'il avait envie de se reposer sur elle... C'était une coéquipière de qualité à n'en pas douter! Quand Liliana réapparut, le Survivant s'apprêta à lui demander ce qu'elle avait été foutre dans le nid à Serpents mais cette dernière avait l'air trop bien partie dans sans lancée pour se laisser arrêter. Y consentant, le jeune sorcier regarda le flux d'élèves aller et venir. Il n'était pas très doué pour mentir ou cacher ce qui n'allait pas en général, et si on ne pouvait le faire céder c'est parce qu'il était une sacré tête de mule, habitué à résister à toutes les tortures.

Liliana était d'un naturel éblouissant et le sorcier lui répondit, avec moins de conviction, moins doué pour improviser lorsqu'il s'agissait d'être subtil mais s'en sortant tout de même de façon honorable, lancé par la talentueuse blonde.

-De rien, et merci pour les potions, j'éviterai de me tuer tout seul comme ça.

Il était nul en potions, ça c'était de notoriété public. Ceux qui ne l'aimaient pas adoraient le descendre sur ça, fallait bien une matière dans lequel le célèbre sorcier échoue tout de même! Bizarrement, le brun n'avait pas senti tant d'hostilité dans le regard des condisciples de Serpentards en le voyant, il avait vu de l'étonnement, de l'admiration même pour les cas les plus flagrants, incapables de déceler ceux qui étaient plus subtils mais tout de même, dans l'ensemble... Aucune huée ni rien, étonnant!

-Des ingrédients ainsi qu'un chaudron de taille réduite sont plus faciles à transporter qu'un corps encombrants que l'on ne peut pas diminuer de taille avec un sort... De même, l'explication à fournir pour détenir des fioles est plus facile à donner que celle que l'on doit trouver pour possession de corps stupéfié.

Murmura le Survivant de façon à peine audible, seule Liliana avait pu entendre, il en était certain. Poussant les portes de l'entrée pour les entrouvrir et s'y glisser, le Survivant grogna contre le froid qui le saisit à la gorge. Darla était heureusement bien protégée, bien au chaud sous un gradin, sinon ils auraient pu s'en faire pour sa santé. Voir pour sa vie qui sait. Le jeune homme se tourna vers Liliana au moment où elle lui tendit une écharpe; un sourire goguenard se dessina sur le coin des lèvres, lui donnant un air plus rusé que jamais. Un véritable Serpentard!

-Très spirituel, vraiment.

Harry la remercia d'un signe de tête puis passa l'écharpe autour de son cou, souriant lui-même en songeant que jamais il n'aurait pensé un jour fomenter un sale coup avec une Reptile, s'entendre suffisamment avec elle pour lui parler sans tension même dans une situation difficile et blaguer... Sans parler de passer une écharpe aux couleurs de sa maison! Mais heureusement il avait changé, comprenant que la maison ne signifiait rien même si encore une fois, avoir vu les Serpentards sans haine à son égard l'avait beaucoup étonné. Harry garda cette réflexion pour lui, ce n'était ni le moment ni son apanage de faire partager ses états d'âme. Plus tard peut-être, qui sait? Avec Liliana Harry était différent, tout pouvait arriver...

-Dis-moi que tu as un chaudron dans ton sac.

Avec le sort reducto tout était possible! Il espérait que la jeune fille y avait pensé, il savait qu'elle était intelligente mais cette histoire était vraiment gênante, de quoi vous mettre les nerfs en pelote. L'estomac de Harry émit un grognement, il avait faim...Comme si c'était le moment! Il n'empêche que la forêt lui faisait de l'oeil mais pas sûr que du lapin cru fasse plaisir à Liliana, si galamment servi soit-il, dans compter que ce n'était pas le moment de tergiverser, il y avait une mémoire à effacer, à brûler au compte goutte pour ne pas l'achever entièrement. Le sorcier releva la tête vers la Serpentarde, notant soudain qu'un élément manquait dans le paysage.

-C'est moi ou... La chaise a disparu?

_________________________________
Animagus Loup non déclaré - et probablement mal peigné-

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Liliana Vanloock
Serpentard, 6 ème Année
Serpentard, 6 ème Année
avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 22/01/2010
Age : 35

MessageSujet: Re: L'acharnement du Serpent - Terminé   Ven 12 Nov - 11:25:09

- Hm, tu as raison. J'avais pensé qu'avec le sortilège de désillusion, nous pourrions la transporter discrètement, mais il est vrai que ça ne serait pas très prudent.
Commenta Liliana en nouant son écharpe. Un rire lui échappa lorsque le jeune Potter accompagna sa réflexion sur la couleur de l'écharpe d'un sourire qui aurait été digne d'elle-même.
- Cela n'avait rien de calculé, voyons. Le vert aurait simplement dépareillé avec le bleu de mon jean.
Argumenta-t-elle d'un air innocent, avant de lui adresser un sourire et de suivre son pas en direction du stade de Quidditch. Le fait d'avoir trouvé une solution moins dangereuse pour se procurer des ingrédients magiques avait allégé son humeur et sa démarche, bien que toujours aussi vive, semblait plus sereine. Dans leur situation quelque peu critique, le pire avait été évité jusque là et le temps leur manquait un peu moins. Même si ce qu'ils allaient faire outrepassait à présent la légitime défense ainsi que le règlement de l'école, l'état d'incertitude voir de panique s'était dissipé. Après tout, Steadworthy l'avait cherché, et si Harry avait peut-être eu tort de se transformer en son animagi, elle se devait bien de le soutenir comme il l'avait soutenu lors du combat. Et il fallait dire que la situation, aujourd'hui, était moins grave pour une sang-mêlée comme elle, et que cette petite aventure, quoique négative au premier abord, avait ce quelque chose d'excitant que n'avait plus vécu la jeune femme depuis que Poudlard avait cédé aux forces du Mal. Depuis le début de l'année, sa vie avait perdu le pétillant et les couleurs de l'aventure qui l'avaient pourtant accompagné depuis sa première année. Et finalement, Darla la laisserait peut-être tranquille pour un temps, après tout cela. Et si, bien sûr, la chance demeurait de son côté.

Ils atteignirent le lieu du crime dans le plus parfait des silences. Ils étaient deux ombres noires camouflés par la nuit tombante, personne ne pouvait les voir ni des portes de Poudlard, ni du haut de ses fenêtres. Ils étaient demeurés invisibles, Liliana se refusant à lancer un lumos malgré sa difficulté à voir devant elle. Mieux valait qu'elle trébuche qu'ils se fassent repérer. Elle se demandait si Harry, lui, voyait mieux qu'elle grâce à son animagi. Il ne portait plus ses affreuses lunettes rondes. C'était une question qu'elle comptait bien lui poser plus tard, avec d'autres. Elle avait retenu trop longtemps sa curiosité naturelle.
Liliana consentit à allumer l'embout de sa baguette lorsqu'il s'enfoncèrent dans le stade. Sans lumière, elle n'avait aucune chance de localiser l'endroit où elle avait déposé le corps de Darla. Alors qu'elle éclairait les rangées à leur gauche, le Survivant lui posa une question qu'elle jugea des plus stupides. Elle lui adressa un petit regard supérieur, comme s'il venait d'insulter son intelligence et sa vivacité d'esprit.

- Me prendrais-tu pour une débutante ?
Rétorqua-t-elle simplement avant de tapoter son sac du plat de la main et de s'avancer jusqu'aux tribunes. Là où elle se souvenait avoir posé le corps, la chaise taguée avait disparue. La jeune fille fronça les sourcils et s'approcha malgré tout de l'endroit où elle souvenir d'avoir laissé la brune.
- Ah, ce sont des tags mobiles. Regardes, la chaise défoncée et toujours là, et les écritures ont changé d'endroit. Encore un coup d'un petit malin.

La Serpentard s'avança prudemment dans l'allée, à la manière d'un félin. Ses yeux regardaient le sol, suivant le rayon de lumière bleutée que diffusait sa baguette. Son talon heurta bien vite une masse transparente et elle s'accrocha aussitôt au premier support qu'elle avait sous la main pour ne pas chuter en avant : l'épaule de Potter. Bien, ils avaient retrouvé le corps, mais comment annihilait-on un sortilège de désillusion ? Elle éteignit un instant son arme et tenta un "finite". Des couleurs revinrent à Darla qui n'avait pas bougé d'un pouce, à son grand soulagement.
- Bien, il est temps pour moi de préparer le chaudron. Allons nous mettre un peu plus loin, nous n'avons déjà pas beaucoup de place, ne nous encombrons pas de Darla en plus.

La grande blonde s'éloigna de quelques pas et laissa tomber son sac sur le sol, avant de s'agenouiller et d'extirper son chaudron de son sac.
- Amplificatum.
Le chaudron reprit sa taille normale et Liliana s'activa à le remplir à moitié d'eau, avant d'allumer un feu au dessous du trépied.
Elle sortit ensuite un linge de coton noir qu'elle déposa soigneusement sur une chaise à côté d'elle et installa par ordre d'insertion les ingrédients magiques dont elle disposait. Enfin, elle extirpa un couteau aiguisé et orné d'un dessin stylisé de griffon qui n'était autre que le dernier présent que lui avait fait sa défunte mère. Elle l'essuya soigneusement contre le drap et coupa rapidement mais habilement les racines de belladone pour les séparer des feuilles.

- C'est une drôle de soirée. Moi qui pensais me délasser sous une bonne douche chaude après le diner et profiter de la cuvée des gobelins qu'Elwyn a sorti de la réserve des elfes de maison.
Soupira-t-elle.
Cependant elle ne regrettait rien, cette soirée avait été bien trop passionnante. Elle eut un sourire pour elle-même, tout en écrasant du plat de la lame les racines sèches d'Achillée sternutatoire.

- Il y a une ou deux plaques de chocolat dans mon sac, si tu as faim. Personnellement, je n'ose même pas penser aux délicieux mets qu'ont dû préparer les elfes.

Le chaudron commença à libérer une légère vapeur et Liliana tendit la main au dessus de l'eau pour mesurer la température. L'eau serait prête dans quelques instants. Elle se dépêcha de doser la poudre de graines de datura qu'elle ne devait en aucun cas ajouter à trop grande dose dans le breuvage. Une pincée de trop, et Darla risquait de subir pendant des heures des épisodes hallucinatoires et des pertes de conscience.
- Ça fait longtemps que tu es animagus ?
Demanda-t-elle en injectant des feuilles d'Hysope dans l'eau bouillonnante. Ces feuilles, cueillies un jour de lune montante, avaient des effets si puissants qu'elles servaient aussi au veritaserum. À haute dose, ces plantes forçaient le sorcier qui l'ingérait à ne dire que la vérité. Paradoxalement, deux feuilles d'Hysope permettait d'ouvrir l'esprit de la victime aux suggestions et de créer de nouveaux souvenirs dans l'esprit de la personne. Associée aux graines de datura, cela creusait un trou de l'esprit qui ne leur resterait plus qu'à remplir.
Liliana mélangea délicatement jusqu'à ce que l'eau prenne une couleur mauve, le regard braqué sur l'eau et une oreille attentive à la réponse du Survivant.

- Éclaires-moi s'il-te-plaît, je n'arrive pas à voir si l'eau est en train de prendre la couleur de la fleur.

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Harry Potter
Gryffondor, 7 ème Année
Gryffondor, 7 ème Année
avatar

Messages : 167
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 29

MessageSujet: Re: L'acharnement du Serpent - Terminé   Ven 12 Nov - 11:52:59

-Et d'une pierre deux coups, le vert allait particulièrement avec mes beaux yeux c'est ça?

Le jeune sorcier ne se lassait pas de ces répliques piquantes mais gentilles qu'il échangeait avec Liliana, pour le moment, les deux élèves semblaient bien s'entendre et mieux valait que cela continue car même si l'histoire semblait se régler de façon plus facile que cela n'était prévu au départ, il restait encore bien des étapes avant de crier victoire. Bizarrement le fait que la Verte et Argent connaisse son secret le gênait un peu moins, il était bien sûr encore confus face à cette révélation involontaire-mais c'était ça ou un Avada Kedavra sur le coup.- mais il avait confiance en elle. Imperturbable en apparence, le sorcier se prit à songer à sa mère louve adoptive Alaska ainsi qu'à Miel, Malchance, Viktory et les autres demeurés dans les parc du Yellowstone, un bref soupir s'échappa de ses lèvres, ses amis à 4 pattes lui manquaient beaucoup à vrai dire et cette nuit de pleine lune était propice aux loups pour lui rendre hommage, du coup il pensait plus souvent à eux à chaque nuit semblable à celle-ci, tout comme il regrettait son épais manteau de fourrure qui l'aurait empêché de trembler comme une feuille morte présentement, son écharpe enroulée entour de son cou et appuyé contre ce dernier avec ses doigts agités de soubresauts légers indiquant son état avancé de glaçon ambulant, il faut dire que fidèle à lui-même, Harry n'avait pas beaucoup de graisse sur le dos, ça n'aidait pas vraiment à se maintenir au chaud tout ça.

Heureusement Liliana régla le problème de la chaise mais aussi son inquiétude concernant le chaudron. D'un hochement de tête soulagé le Survivant n'ayant toutefois pas comprit l'entièreté de ses explications sur ces fameux tags mobiles la suivit de près. Il capta bientôt l'odeur diffuse de Darla, c'était ténu et fragile, sans se concentrer il n'aurait jamais ressenti cela mais Liliana et lui en ce moment ne semblaient vivre que pour cela. La blonde butta soudainement, se rattrapant à son épaule; ce qui arracha un sursaut à Harry qui par réflexe, faillit bondir en arrière. Heureusement il se retint et veilla à ce que sa compagne, agile de nature visiblement, se rétablisse correctement. La peur principale étant de ne pas trouver le corps écarté par les bons soins de la Serpentarde, le Gryffondor se prit à lui rendre son petit air supérieur, juste pour s'amuser, ses yeux verts habillés d'une malicieuse lueur.

-Je ne fais pas équipe avec les débutantes de toutes manières.

Ajouta-t-il sur un ton faussement pédant avant de s'installer face au chaudron qui se mit à grandir.

-C'est une soirée Made in Potter tout à fait normale chère amie -Énonça-t-il en riant et en appuyant sur le terme "chère amie" dit en français comme pour se donner plus de charme.- Quand tout cela sera fini, je vous inviterai peut-être à déguster un repas accompagné d'un vin encore plus succulent que celui des Elfes de maison.

C'était pour rire mais après tout, pourquoi pas? Bien sûr le Survivant n'était pas un épicurien de nature, il n'y connaissait rien en vin et surtout pas en "douceur de vivre". Mais après tout, n'importe quelle victoire avait le droit à sa fête n'est-ce pas? D'accord il ne fallait pas vendre la peau du sombral avant de l'avoir vu mais pourquoi ne pas émettre un épilogue à cette histoire qui n'était point encore finie, pour y inclure un peu d'espoir? Le sorcier eut un sourire à la James Potter malgré lui. Harry avait beau s'être "disputé" avec le souvenir de feu son père qu'il voyait comme un petit pédant insupportable, il tenait de lui pour beaucoup de choses.

-Elle est dans les mêmes teintes. C'est en bonne voie.

Annonça-t-il avant d'allumer sa baguette à l'aide du sort de Lumos. Son don lui permettait de mieux voir dans la nuit, cela n'annihilait pas ses problèmes de vue mais ils avaient diminués et fardés de ses lentilles de contact il n'avait pas trop de mal à voir la nuit, même sous forme humaine, son corps ayant assimilé le secret des animaux pour renvoyer les reflets de la lumière dans la prunelle avec une plus forte intensité. Bien sûr, la nuit ne devait pas être totale, sans quoi il était aussi aveugle que Liliana.

-Depuis l'été dernier.

Répondit le sorcier sans faire comme certains qui s'étalaient, extrapolaient et répondaient à dix questions qu'on ne leur avait pas posé, tout du moins pas encore. Mais lui aussi était curieux vis à vis de Liliana, il la voyait faire... Ses gestes avaient une dextérité supérieure aux meilleurs de la classe en potions, lui même était nul dans cette matière et avait dû acheter la potion d'animagus pour éviter de se tuer, inventant mille procédés pour rentrer dans une exposition scientifique de très haute envergure pour y trouver un flacon d'excellente qualité normalement destinée à l'étude. Il avait envoyé la moitié de la fiole à un autre scientifique afin de ne pas tout gâcher, de ne pas détruire la véritable raison d'être de cette potion faite avec attention pendant des mois durant très certainement.

-Et toi, depuis quand maîtrises-tu l'art des potions aussi bien? Je ne suis pas doué pour ça mais ça se voit que tu es bien au dessus de la moyenne de ceux de septième année.

C'était un compliment, c'était indéniable mais lui cacher son admiration ainsi que sa curiosité n'aurait servi à rien. Si Harry n'aimait pas passer de la pommade sur le dos des gens pour se faire bien voir, il savait reconnaître ce qui tenait du don, ou ce qui tenait du bidouillage et Liliana avait un réel talent. La question sur les Serpentards lui revint en tête, il se saisit d'un morceau de chocolat dans le sac de la jeune fille puis en tendit un à cette dernière, faisant bien attention à éviter le chaudron pour que l'aliment ne tombe pas dedans, puis croquant dans son propre morceau.

-Dis-moi, ils n'avaient pas l'air très mécontents de me voir dans les couloirs, je crois même que certains m'auraient bien parlé... J'ai appris que l'on ne peut pas voir tout blanc ou tout noir mais tout de même, ça m'étonne, beaucoup d'entre eux sont enfants de mangemorts et surtout, suivaient cette idéologie...

A l'instant, il se demanda s'il n'avait pas fait une bêtise en abordant ce sujet délicat mais c'était trop tard de toutes manières pour retourner en arrière.

_________________________________
Animagus Loup non déclaré - et probablement mal peigné-

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Liliana Vanloock
Serpentard, 6 ème Année
Serpentard, 6 ème Année
avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 22/01/2010
Age : 35

MessageSujet: Re: L'acharnement du Serpent - Terminé   Ven 12 Nov - 13:31:22

Manifestement, Potter avait plus d'humour que ne le soupçonnait Liliana. Malgré sa concentration, les mots prononcés en français lui firent relever la tête et elle regarda le Survivant d'un air à la fois étonné et amusé. Son accent français était très mauvais, comme la plupart des anglais qui cherchaient à prononcer un ou deux mots dans cette langue sans en avoir jamais étudié sérieusement la prononciation, cependant elle ne doutait pas un instant qu'en France, aurait eu un effet boeuf, particulièrement auprès de la gente féminine. L'accent anglais avait toujours un grand succès chez les françaises, tout comme l'accent français chez les anglaises.
- Je ne serais pas contre un diner aux chandelles arrosé d'un bon vieux grand cru en compagnie de tes beaux yeux, Potter, à condition que tu ne détruise plus jamais ma langue paternelle.
S'amusa-t-elle en prenant l'accent français et en lui jetant une oeillade aguicheuse, qui malgré la sûreté et le charme qu'elle libérait, n'avait d'autre objectif que la taquinerie. La séduction, chez Liliana, prenait toujours la forme du jeu. Elle ne faisait pas partie de ces belles Serpentard qui ne savaient abuser les autres autrement que par leurs charmes. Elle était à la fois trop orgueilleuse et trop intelligente pour cela. La ruse pouvait se déplier en un panel d'astuces différentes et Liliana savait toutes les utiliser avec habileté, exception faite de son physique, dont elle n'usait jamais pour parvenir à ses fins autrement que dans un moment de séduction véritable. Elle baissa finalement les yeux sur la préparation et constata sous la baguette d'Harry que tout se passait pour le mieux. Une très fine fragrance se dégagea du chaudron lorsqu'elle ajouta les racines de belladone une part une. Elles fondaient déjà tandis que la Serpentard continuait de mélanger la mixture. La potion prenait une teinte plus sombre.

Elle écouta Harry d'une oreille tout en retirant la louche du chaudron et en sortant de son sac un chronomètre en forme de montre à gousset en or massif.

- Quand mes pouvoirs magiques se sont révélés, ma mère m'a initié à l'art des potions. Bien sûr, je n'avais pas le droit de toucher à quoi que se soit, mais j'assistais souvent à ses travaux.
Son visage s'assombrit au souvenir de sa mère. Autrefois, elle l'avait jugé trop peu présente pour elle. Cette dernière, accaparée par sa notoriété, s'était consacrée plus passionnément à ses créations qu'à sa fille. Cependant, maintenant qu'elle n'était plus là la jeune Vanloock se rappelait les instants précieux qu'elles avaient passé ensembles, et toute l'importance qu'ils avaient pour elle du fait de leur rareté.
Durant sa jeunesse et jusqu'à sa onzième année, Liliana avait cumulé les gouvernantes, qu'elle avait pris un malin plaisir à faire fuir les unes après les autres. Finalement, elle avait appris à se garder toute seule tandis que son père parcourait le monde ou passait ses nuits au cabinet où il était embauché comme chercheur, et que sa mère supervisait créations et défilés d'une main de maître.

- Elle était styliste et enchanteuse. Précisa-t-elle. Elle utilisait beaucoup de potions pour améliorer ses créations.

Sa voix demeura neutre, cependant, elle n'osa pas relever les yeux. Le souvenir de sa mère mourant à l'hôpital, qui survenait chaque fois qu'elle parlait d'elle, était encore trop douloureux. Heureusement, le jeune homme changea de sujet, offrant une porte de secours à la jeune femme. Cependant, lorsqu'il parla d'enfants de mangemort, la Serpentard eu un pincement de lèvres. Ce sujet non plus ne lui plaisait pas.
- Seule une minorité de Serpentard sont sang-pur, contrairement à ce que l'on croit. S'il y avait tant d'élèves acharnés contre les sang-mêlés, c'était parce qu'ils avaient trop peur des conséquences s'ils se montraient plus tolérants. Quant aux autres, ils avaient simplement envie d'intégrer une élite en fréquentant les sang-purs et en les soutenant. Vous imaginez toujours que nous sommes les grands méchants, mais nous ne sommes pas stupides, non plus. Nous savons quel genre de réputation nous avons et la difficulté qu'il y a à s'intégrer auprès des autres Maisons. Alors, c'est tellement plus simple de se contenter de ce que l'on a.
Murmura-t-elle sobrement, mais la tension de sa voix trahissait un sentiment plus profond. Si Liliana avait eu des ennuis avec les autres Serpentard, elle en avait également eu avec Gryffondor, dans un premier temps, qui avaient eu la bêtise de penser que sous prétexte qu'elle portait une cravate verte, elle était forcément du côté des Carrow. Heureusement pour elle, ils s'étaient très vite rendu compte de leur erreur, mais malgré tout, elle avait du mal à pardonner cela. Plus de mal encore que de passer au delà des souffrances que lui avaient fait endurer les sang-purs.
- Il faut dire aussi que les Serpentard sont très prompts à retourner leur chemise lorsqu'ils peuvent en tirer profit. Je suis prête à parier que certains ne sont même pas capables de penser par eux-mêmes. Et puis... Les pro-mangemorts font profil bas en ce moment, ils ont trop peur des conséquences de leurs actes. Certains sont déjà revenus en salle commune avec de mauvaises plaies au visage. Personne ne dit rien, comme personne ne disait rien lorsque les nés moldus arrivaient dans cet état.

Et ce n'était pas elle qui allait avoir la moindre compassion pour eux. Elle avait de son mieux, en revanche, pour soigner secrètement les Serpentard mal nés qui avaient eu le malheur de croiser la route de leurs congénères ou des Carrow, mais elle ne s'en vanta pas. Elle n'avait fait que partager le peu qu'elle avait afin que la maigre résistance ne se dissolve pas. Il n'y avait rien de très héroïque là-dedans, à son sens.
- D'ailleurs, même si certains ont des idées racistes, tu as fait quelque chose de grandiose et cela ne laisse pas indifférent, même dans nos rangs.
Ajouta-t-elle d'un ton qui transpirait le bon sens. Sa voix avait gardé l'intonation de la conversation, sans aucune marque d'admiration exagérée. Liliana avait eu l'habitude de côtoyer des gens connus pour diverses raisons. De grands sorciers, inventeurs, alchimistes ou chercheurs qui venaient diner quelques fois chez elle aux vedettes de musique qu'avait côtoyé sa mère. Elle les respectait, admettait leur talent sans pour autant se retrouver dans un état extatique en face d'eux. Sa propre mère avait un nom que beaucoup de sorcier avaient continuellement sur la langue lors des bals, galas et autres soirées mondaines. Ce qu'avait réussit Potter était plus impressionnant que d'enchanter des robes, mais elle savait cependant qu'aucune célébrité saine d'esprit n'aimait être considérée comme un extraterrestre.
- Alors comme ça, toi aussi tu as nourri le fantasme de te transformer en animal sauvage depuis que tu as vu McGonagall prendre la forme d'un chat ?
Changea-t-elle de sujet, une expression narquoise sur le visage. Elle-même en avait toujours eu l'envie, mais elle savait trop bien qu'elle n'avait pas les compétences en métamorphose pour parvenir à cette prouesse. Elle ne le regrettait pas tant que ça, elle savait avoir bien d'autres talents tout autant respectables.

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Harry Potter
Gryffondor, 7 ème Année
Gryffondor, 7 ème Année
avatar

Messages : 167
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 29

MessageSujet: Re: L'acharnement du Serpent - Terminé   Ven 12 Nov - 22:26:54

Française? Quel pourcentage de chances avait-il de tomber sur une fille parlant cette langue? Le sorcier s'en trouva un peu déstabilisé, tant par ce constat que par le clin d'oeil aguicheur de la demoiselle. Bien sûr le Gryffondor était encore maladroit, encore"innocent" pour prendre ce geste comme beaucoup de garçons l'auraient pris mais il avait fait des progrès sur ce terrain, l'âge obligeant, il ne pouvait pas rester éternellement un petit garçon de 13 ans dans le domaine. Aussi rougit-il avec violence, surtout que Liliana était vraiment belle. La nuit le cachait mais la lueur de son lumos le révélait peut-être, le Gryffondor conscient d'être aussi rouge qu'une tomate espérait que l'obscurité l'emporte et le protège du regard de la demoiselle. Heureux qu'elle accepte son invitation, le sorcier fomenta déjà la surprise dans sa tête. Avant le restaurant promis, ils pourraient bien se glisser dans les cuisines cette nuit ou au pire, il appellerait Kreattur son elfe de maison personnel.

Lorsque Liliana utilisa le passé pour parler de sa mère, le visage du Survivant s'assombrit légèrement et ses yeux d'un vert limpide se voilèrent, il n'éprouvait pas de pitié, la pitié était le sentiment de ceux qui voulaient comprendre mais n'y parvenaient pas, n'essayaient pas la plupart du temps; souhaitant se donner une image de bon samaritain. Non ce qui pouvait se lire c'était de la compassion, l'accompagnement de quelqu'un qui sait, qui connait cette souffrance que provoque la perte d'un être cher. Plus qu'à ses parents qu'il avait si peu connu, le Survivant songea à Sirius, regardant les étoiles et essayant de reconnaitre celle qui portait le nom de son parrain. Il soupira, ne reconnaissant pas la lueur cherchée et chérie, n'étant pas assez doué en astronomie pour ça. Revenant sur terre, incapable de parler pendant un bon moment cependant, le sorcier fut soulagé que Liliana trouve autre chose pour étayer la conversation. Il se sentait lâche de ne rien dire mais... Que pouvait-on vraiment répliquer dans ces cas là? Mieux valait ne pas s'attarder sur la conjugaison, passer à autre chose.


-La mode hum... Faudrait que je passe un jour, enfin si le magasin existe toujours, seulement moi et la mode... Et pour répondre à la question du fantasme, je trouvais la fourrure très saillante, et puis, c'est toujours d'actualité ça.

Le jeune homme sourit et lui fit un clin d'oeil. Liliana avait l'air très intéressé, poussant un petit soupir, plus sérieux, le Survivant ajouta quelques mots qu'il n'aurait jamais prononcé en temps normal... Ni même pensé pour son propre constat personnel.

-Je ne le conseille pas si tu n'es pas stable dans ta tête, et ce n'est pas une insulte. Je sais ce que je dis, j'en ai bavé et j'en bave encore. J'en rigole mais la cohabitation n'est pas drôle tout les jours, ce que j'ai fais est irresponsable...

Harry s'apercevait de beaucoup de choses aux côtés de Liliana, c'était étrange, soudain et résolument inquiétant. Fascinant aussi. De toutes manières même si la Serpentarde s'avérait plus équilibrée que lui, le sorcier serait bien incapable de lui révéler le processus exact, il avait perdu le bouquin de son père dans le parc du Yellowstone, alors poursuivi par un ours affamé qui avait déchiqueté sa tente! De même, il fallait trouver soi -même comment devenir animagus, pour avoir la preuve qu'on le voulait réellement. Ses propres recherches avaient été acharnées et longues, il avait pourtant failli lâcher et donc en mourir.

-Je crois que j'en ai jamais autant bacé de ma vie, c'était infernal. Je ne regrette pas car j'ai vécu une expérience unique et que cette couverture est idéale mais... Vraiment, j'ai eu bien plus peur que dans toute ma vie auparavant.

Le sorcier laissa passer un long moment de silence avant de se reprendre.

Hum... La potion doit mijoter combien de temps au fait?

Demanda-t-il autant pour changer de sujet que réellement le savoir.Quant au sujet concernant les Serpentards, un peu occulté par les révélations implicites de la jolie blonde sur sa mère, l'adolescent ne savait que dire. Il essayait d'évaluer la situation d'un oeil neuf, un regard qu'il n'avait jamais eu, comprenant qu'il n'avait jamais eu l'occasion, mais surtout jamais tenté de vraiment saisir l'enjeu des gens composant cette demeure. Comme le sorcier le pensait, il s'était fourvoyé, rempli de préjugés stupides, en effet comment cette maison pourrait-elle être remplie de sang purs orgueilleux quand cette classe ne représentait qu'un pourcentage ridicule de la société sorcière? Pour le reste, tout n'était ni tout noir, ni tout blanc; Liliana n'avait pas été vexée par ses paroles peut-être maladroites, et heureusement car le Survivant ne visait pas que les Verts et Argents, les Gryffondors aussi avait leur lot de lâches et de traitres. Cependant la situation continuait de l'intriguer, Harry comprenait que jamais il n'aurait pu imaginer une telle complexité de situation seul. En revanche il préféra tout bonnement éviter de prendre en compte la phrase de Liliana sur ce qu'il avait fait de grandiose. A ses yeux, n'importe qui aurait agit ainsi, après tout c'était Voldemort ou des centaines de milliers de personnes souffrant sous une dictature. C'était Voldemort ou lui. Il n'avait fait que défendre ses amis, des innocents et sa propre vie. Qui n'en aurait pas fait autant?

-Rien n'est aussi facile que ce qu'il y parait au final, je pense que Poudlard a pas mal contribué à sa situation désastreuse l'année dernière, les maisons, c'est le système idéal pour conditionner les élèves, leur offrir la possibilité de côtoyer uniquement ceux qui leur ressemble plus ou moins, de former des clans, des élites. Je trouve ça dangereux que des jeunes ne puissent pas se freiner entre eux... Et cette compétition entre les demeures, on se laisse vite entrainer à 11 ans. Je ne sais pas. C'est étrange mais oui, j'ai vaguement l'impression que Poudlard n'est pas étranger à sa propre perte...

Signifa-t-il sur un ton calme et prudent; après tout n'était-il pas en train de remettre en cause ce en quoi il avait cru pendant de longues années? Fervent défenseur de Gryffondor?

_________________________________
Animagus Loup non déclaré - et probablement mal peigné-

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Liliana Vanloock
Serpentard, 6 ème Année
Serpentard, 6 ème Année
avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 22/01/2010
Age : 35

MessageSujet: Re: L'acharnement du Serpent - Terminé   Mer 17 Nov - 12:26:30

Liliana adressa une expression supérieure à Harry lorsque ce dernier commenta ce qu'elle avait révélé à propos du métier de sa mère. L'endroit prisé des sorciers n'était pas un banal magasin. Il s'agissait d'une grande galerie, une sorte de showroom, où les mannequins s'animaient comme par magie sous vos yeux dans un défilé de couleurs et de soierie. Il y avait bien quelques succursales de luxe qui vendaient du Arrawn, mais la majorité de la collection composée de pièces uniques était rassemblée sous le même toit. L'intérieur avait l'aspect d'un palace et seuls les plus fortunés se permettaient d'entrer. D'ailleurs, l'accès était contrôlé lors des manifestations par des gardes qui ne laissaient pas pénétrer les lieux à quiconque n'avait pas sa carte de membre. Jane avait poussé le luxe à son paroxysme, et c'était tout ce qui avait fait son scandale et sa gloire. L'élite savait monnayer dans monde sorcier, et elle l'avait très bien compris.
- Ce n'est pas un "simple" magasin, Harry. Mais si tu veux en juger par toi-même, je veux bien t'inviter.

Elle ne savait pas, cependant, combien de temps tiendrait encore l'enseigne sans Jane. Sa seconde gérait les affaires à l'heure actuelle, malgré le fait que Liliana ait hérité de l'entreprise. Plus expérimentée, elle était à même de faire tenir les ventes, mais pas de créer une nouvelle collection qui attirerait autant que celles de la femme à l'origine de la marque. C'était, plus que les produits, le fait d'avoir une tenue conçue par la main de la fameuse sorcière qui intéressaient les clients. Aujourd'hui, elle n'était plus là pour les ravir ni les faire rêver. Il n'y avait plus qu'une personne capable de rétablir la postérité. C'était Liliana, la fille unique.
Sa mère ne lui avait jamais demandé explicitement de reprendre l'affaire, surtout pas aujourd'hui, alors qu'elle n'était pas prête. Cependant elle l'avait formé, lui avait inculqué le goût du beau vêtement, de l'élégance, avait même fait de Liliana son mannequin pour quelques affiches publicitaires alors qu'elle n'était encore qu'une enfant. Elle lui avait appris les potions qu'elle utilisait le plus souvent dans son métier, avait écrit un grimoire sur tous les enchantements qu'elle utilisait ou avait inventé. Et si Jane avait fait en sorte qu'ils ne se perdent pas, c'était pour une unique raison : léguer à sa fille son savoir pour lui assurer autant de succès qu'à elle. Liliana avait jusqu'à sa majorité pour faire son choix : démanteler Arrawn, ou prendre les rennes de l'entreprise. C'était un choix cornélien pour elle. Jamais elle n'avait exprimé l'envie de suivre les pas de sa génitrice, au contraire, mais sa mort prématurée la rapprochait indubitablement d'elle et de son métier et fermer Arrawn serait comme éteindre la dernière lumière qui faisait encore vivre sa mère sur Terre. À presque dix-sept ans, il était difficile de trouver un dilemme plus ardu à résoudre que celui-là.

- Je vais organiser une vente aux enchères des dernières créations achevées de ma mère, pour Noël. Si tu le souhaites, tu seras le bienvenu. Mais s'il te plaît, n'en parle à personne, ce projet n'a pas encore été révélé à la presse.

Elle écouta sans plus un mot les paroles de Potter, veillant d'un oeil distrait sur les minutes qui s'écoulaient sur son chronomètre. Elle devait attendre cinq minutes précisément avant d'ajouter les graines de datura puis l'achillée sternutatoire. Profitant du temps qui lui était imparti pour penser à autre chose qu'à la concoction, elle grignota quelques carrés du chocolat que lui avait tendu Harry un peu plus tôt. La douceur de la sucrerie lui fit un peu de bien, mais ne parvint pas à calmer la sensation de vide de son estomac.
- J'ai lu des livres sur les animagus, mais je n'ai jamais dit que je désirerais passer à l'acte. Je me sens très bien comme je suis, nul besoin d'ajouter une nouvelle part de moi-même à apprivoiser et gérer.
Argumenta-t-elle en attrapant un mouchoir de tissu dans son sac et pour s'essuyer les mains. Minutieuse, elle craignait d'ajouter ne serait-ce qu'une molécule d'un ingrédient indésirable qui pourrait nuire à la préparation. On ne faisait rien d'autre, on ne mangeait surtout pas lorsqu'on préparait une potion, mais Liliana préférait prendre ce risque que d'être déconcentrée par une crampe d'estomac.
Malgré la sveltesse de ses formes, Liliana appréciait les plaisirs de la table et louper un repas était un véritable drame pour son horloge biologique. La forme rebondie de ses hanches et de son ventre en témoignait. Elle ne faisait pas partie de cette classe sociale qui s'abstenait de manger ou accumulait régime sur régime pour obtenir un ventre creux anti-naturel. Elle n'était ni maigre, ni trop en forme et s'estimait assez parfaite pour ne pas se priver de quoi que se soit. Et surtout pas de chocolat malgré qu'elle projetait d'aller quémander dans les cuisines lorsqu'elle serait venue à bout de sa mission.

- À ce stade de la préparation, je dois laisser mijoter cinq minutes, mais il y a environ une heure de préparation. Tu as peut-être raison à propos des Maisons. J'ai pensé à cela assez souvent, mais je ne sais trop qu'en penser. C'est une tradition instaurée bien avant la naissance de nos grands-parents et c'est très important pour chaque élève qui a passé sa scolarité à Poudlard. Si c'est si important pour nous, cela signifie que ce n'est pas entièrement négatif. Après tout, cela nous uni aussi sous un même étendard et en temps normal, nous sommes tous solidaires avec les membres de notre Maison. Certes, la concurrence que cela engendre n'est pas toujours productive, mais il suffit de voir comme nous pouvons être unis lors d'un match de Quidditch, par exemple. Nous sommes capables d'oublier nos différences à l'intérieur de notre propre Maison pour nous rassembler. De plus, je pense que s'il n'y avait pas les Maisons, des clans se seraient tout de même formés autour d'un meneur ou d'un idéal. C'est le propre de toute société. Ici, nous devons accepter le milieu où nous atterrissons et ce n'est peut-être pas plus mal car cela nous force à tolérer les gens qui sont de notre clan et qui reste pourtant très différents dans leur individualité. Voir à les apprécier.

La jeune femme releva les yeux sur le Survivant et lui adressa un sourire aussi énigmatique pour lui que pour elle. Elle se surprenait à apprécier la conversation, chose à laquelle elle ne s'attendait pas, et qui s'était faite fort rare depuis la rentrée. Elle ne remarqua pas les restes de rougeurs sur les joues de l'adolescent qui demeurait dans l'obscurité à cause de la projection de lumière à contrejour.
- Tu me fais parler beaucoup, Potter. C'est étonnant, mais ce qui l'est plus est le fait que tu oses me parler à moi, à moins que tu penses à me faire ingurgiter de force ma propre potion. Ajouta-t-elle, l'air malicieux. Tu as de la chance, il est rare de parler à une rédactrice-en-chef sans craindre pour ses petits secrets. ...Cela me fait penser que si tu souhaite m'accompagner à la vente aux enchères de Noël, je tiens à ce que tu portes un des costumes de ma mère. Il t'irai très bien, j'en suis sûre. Et puis, tu ne pourrais pas venir emmailloté dans un pull comme celui-là.
La moquerie n'était pas même camouflée.
- Ça fait un style, mais qui ne correspondra pas à l'ambiance.

L'enchaînement de propos ne semblait n'avoir rien en commun. Cependant, la connexion c'était faite dans l'esprit de la Serpentard qui avait directement associé son travail dans la presse scolaire à la publicité que lui ferait l'arrivée de Potter dans les locaux Arrawn. Il n'y avait là rien de très généreux, bien qu'elle serait enchantée qu'Harry accepte son invitation. Elle avait besoin de publicité pour sa première démarche dans le monde de la mode et c'était, finalement, pour une bonne action. La recette des ventes ne lui reviendraient qu'en petite partie et elle comptait offrir tout le reste à une association récemment créée pour l'aide aux nés-moldus et aux sang-mêlés dont les familles ou l'habitat avaient été ravagés par la guerre. Avant qu'elle ne puisse le préciser, le chronomètre sonna et Liliana s'activa de nouveau. Elle lança trois pincées de graines de datura qui libérèrent une odeur piquante, presque poivrée au contact de l'eau. L'odeur n'était pas particulièrement agréable mais Liliana ne broncha pas, habituée aux odeurs toutes plus étranges les unes que libéraient ses dédoctions.

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Harry Potter
Gryffondor, 7 ème Année
Gryffondor, 7 ème Année
avatar

Messages : 167
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 29

MessageSujet: Re: L'acharnement du Serpent - Terminé   Mer 17 Nov - 23:14:22

-Oh... Désolé. Je ne connaissais pas. Et bien, je ne sais pas si... Si je suis assez "côté" pour aller la bas dans ce cas

Fit-il avec un petit sourire en dessinant des guillemets avec ses doigts. Harry était issu d'un milieu très modeste, il avait été élevé dans l'ombre, l'indifférence au mieux, la haine au pire. Normal qu'il ait apprit à rester modeste. Ironiquement les Dursley l'avaient sauvé en quelque sorte, sauvé de la folie qu'engendre la célébrité. Le jeune homme pensait sincèrement ses paroles; le seul gala où ce dernier s'était rendu c'était pour la réception faite en son honneur-il avait été forcé- ou les bals de noël de Poudlard. Du coup, en écoutant Liliana lui parler du costume de sa mère qu'il devrait mettre mais aussi du secret concernant ce monde si mystérieux, incompréhensible à ses yeux, le Survivant rougit de nouveau. Ah la jolie blonde pouvait aussi se vanter d'avoir le don de le faire parler ou de lui faire exprimer des sentiments lui si terre à terre, un peu brutus à ses heures même.

-Ce pull est très confortable si tu veux savoir! -Fit-il en prenant un air faussement outré de noble atteint dans sa dignité. L'adolescent tourna la tête, croisa les bras d'un air volontairement efféminé, prenant exemple sur le préfet de Serdaigle pour agir ainsi et achever son petit monologue de prince blessé.- Et puis... Il défit les années et les accrocs.

Le jeune homme eut un petit rire. Il faisait bon finalement près du chaudron, l'odeur en revanche n'était pas des plus agréable, encore moins pour lui avec son odorat un peu plus développé que la moyenne sous forme humaine. Heureusement qu'il n'était pas en loup, sinon il serait mort d'asphyxie, c'était quoi ce breuvage? Elle ne se trompait pas là? Non la jeune fille sereine avait même cueilli un carré de chocolat dans son sac, essuyant ensuite ses mains avec d'infinies précautions.

-Vraiment? Où as-tu trouvé ces livres? Je veux dire, ces informations sont très rares, enfin peut-être pas tant que ça... Ce sont plutôt les gens qui sautent le pas qui le sont... Enfin bref, fantasmant sur l'effet fourrure, je n'avais d'autre choix sans quoi je serais devenu fou de tristesse, n'est-ce pas? En fait au début j'avoue, j'aurais aimé être animagus chat pour draguer McGo sous forme animale.

Le Survivant haussa les sourcils pour lancer un regard de Don Juan à la demoiselle, un sourire charmeur se bousculant sur ses lèvres sans qu'il n'en eut réellement conscience. Comme quoi côtoyer Sirius laissait ses traces.

-Ma chère... Survivre après avoir dévoilé mes secrets est encore plus rare, je vous conseille donc de faire très attention.

Étrangement il se sentait bien avec elle, et voir un magasin de mode façon palace ne le rebutait plus tant que cela. Pour qui? Pour quoi? Il n'en savait rien. Liliana était spéciale, elle était vraiment bien comme fille. Le jeune sorcier n'avait pas encore vraiment défini pour quelles raisons il la trouvait intéressante mais c'était un fait, elle l'était.

- Tu as sans doute raison pour les maisons... J'ai pour sale habitude de voir tout trop blanc ou trop noir. Enfin c'est ce que l'on dit. Je veux bien croire... Enfin je n'en sais trop rien à vrai dire. Pour tes enchères, ne t'inquiète pas, je ne dirai rien! Je pense venir, enfin, si je ne suis pas trop... Comment dire, bas de gamme pour entrer dans ce genre d'endroits! Je te promets de me tenir bien sagement, peut-être même que j'achèterai quelque chose qui sait.

Le sorcier remarqua qu'ils avaient déjà beaucoup de projets en commun... La potion pour Darla, enfin ça c'était plus obligatoire qu'autre chose, le dîner qu'il avait déjà dans l'idée de doubler. Un maintenant avec Kreattur et l'autre dans un restaurant, puis les enchères dans le magasin de la belle blonde. C'était tout bonnement incroyable.

-Je peux appeler mon elfe de maison si tu veux, il sera capable de nous faire un repas délicieux, ici même. Ou à l'intérieur, il fait plus chaud déjà. ça n'annule pas la proposition pour le restaurant évidemment.

Ayant un sourire malicieux, le Survivant d'habitude assez impatient se surprit à ne pas râler intérieurement contre l'heure d'attente en ce qui concernait la potion. Il ne lui posa pas de question sur le thème, lui faisant entièrement confiance. Chose aussi incongrue car Harry en général, n'offrait cette dernière qu'à ses meilleurs amis ou à des personnes ayant su prouver leurs capacités et leur honnêteté. Liliana l'avait probablement déjà fait. En une soirée seulement...

_________________________________
Animagus Loup non déclaré - et probablement mal peigné-

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Liliana Vanloock
Serpentard, 6 ème Année
Serpentard, 6 ème Année
avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 22/01/2010
Age : 35

MessageSujet: Re: L'acharnement du Serpent - Terminé   Jeu 18 Nov - 12:40:30

Il ne restait à ajouter dans la potion que les feuilles d'Achillée sternutatoire et laisser la potion prendre sa couleur définitive et sa puissance. La façon dont elle devait ajouter ce dernier élément était plus complexe que les autres. Les feuilles réduites en poudre devaient être lâchées dans le mélange en un maigre filet, un peu plus d'une pincée, s'arrêter et recommencer au bout de trente seconde, jusqu'à ce que la main soit vide. Liliana se doutait que ce ne serait pas des plus agréables, l'achillée avait tendance à libérer de la vapeur lorsqu'elle touchait l'eau et se faisait dissoudre par l'ébullition. La jeune femme régla son chronomètre sur trois minutes et enclencha le compte à rebours. En attendant que les trois minutes s'écoulent, elle mélangea dans le sens des aiguilles d'une montre, puis dans le sens inverse, patiemment, inlassablement. Mélanger la dédoction, au contraire de la plupart de ses camarades, ne la dérangeait pas. Elle trouvait cela délassant et sans qu'elle n'ait le temps de s'en rendre compte, son regard s'était égarée sur les volutes de fumée qui s'extirpaient de l'eau chaude devenue bleu indigo.
Ce fut quand Harry estima ne pas être assez renommé pour mettre un pied dans la showroom Arrawn qu'elle sortit en sursaut de son apathie apparente pour adresser un regard incrédule au Survivant.

- Mais enfin Harry, qui peut-être plus célèbre que toi ? Un ami que j'ai revu au concert de Pré-au-Lard en rit, d'ailleurs. Il dit être jaloux de ta renommé car lui ne pourra jamais être reconnu par tous les futurs petits sorciers qui pourtant connaissent déjà ton nom.
Harry ne semblait avoir aucune conscience de sa célébrité et Liliana se demandait si elle devait le louer pour cela, ou le considérer comme stupide. Incrédule, elle continuait de tourner sa longue spatule de bois à l'intérieur du chaudron et fixait Harry à la recherche d'un clignement d'oeil ou de tout mouvement facial qui trahirait la plaisanterie.
- Dis moi que tu te moques de moi, tu es au courant que tu t'appelles Harry Potter, tout de même ? Murmura-t-elle avec un demi sourire, un fin sourcil blond haussé au dessus de son oeil. Si je t'invite, tout cela n'a aucune importance de toute façon, la dernière parole me revient et personne ne peut m'empêcher d'accueillir qui que se soit.

Déclama-t-elle en se surprenant à ressentir une once de fierté tandis qu'elle prononçait ces mots. Oui, bien qu'elle ne menait pas encore la barque elle avait pris une place aussi importante que sa mère sur le plan de la prise de décision. Si elle laissait une marge de manoeuvre à l'ancienne assistante de Jane, c'était seulement parce qu'elle avait décidé de ne pas se mêler de l'entreprise avant d'avoir terminé ses études. Finalement, cette dernière revenait à elle comme un boomerang et elle ne pouvait s'empêcher de réfléchir à de nouveaux projets. Elle avait même dessiné quelques patrons, le soir, dans son lit.
Elle évacua cette pensée qui lui rappelait ses tergiversations intérieures en répondant aux propos que lui avait tenu Potter, qui termina de lui faire oublier le sujet en répondant à sa pique à la manière d'un nobliau outrée et efféminé. Liliana gloussa en le regardant faire sa petite comédie.

- Le chic n'est pas la nécessité première d'un guerrier, c'est cela ? En tout cas je crois que ton pull a fait son temps, je vois un accroc, là.
Rétorqua-t-elle en se penchant sur Harry et en posant le bout de sa baguette sur son torse. Par réflexe, elle informula un sortilège de reparo qui fit disparaître aussitôt l'usure de son pull. Elle lui adressa un sourire narquois et sursauta lorsque la sonnerie du chronomètre retentit dans sa main. Aussitôt, elle s'affaira avec l'achillée sternutatoire tandis qu'Harry s'intéressait aux livres qu'elle avait lu à propos des Animagus.
- Il y a quantité de livres à propos de cela, en réalité. Des livres d'Histoire et de théorie. Mais je n'en ai jamais trouvé sur la pratique. Je n'ai pas beaucoup cherché non plus, je ne voulais pas être tentée.

Elle ricana à la blague douteuse d'Harry, avant de faire un geste de la main qui symbolisait son écoeurement. Imaginer la scène où la directrice se faisait séduire par un loup était à la fois glauque et cocasse.
La Serpentard releva le visage de sa mixture en s'essuyant de nouveau les mains afin d'enlever toute trace de poudre et attrapa sa louche au moment où le jeune homme lui adressait un regard séducteur que ses yeux d'un vert profond rendaient poignant. L'espace d'une seconde, elle demeura figée, les yeux agrandis. Puis elle détourna la tête en se raclant discrètement la gorge. Pour évincer sa gêne, elle releva l'eau qui demeurait au fond du récipient tandis que la potion commençait à libérer une odeur plus douce et virer au bleu turquoise. Les vapeurs lui donnaient chaud, elle avait hâte de pouvoir s'éloigner du chaudron pour laisser le tout mijoter paisiblement.

- Sachez Monsieur Potter que l'on ne se débarrasse pas si facilement de moi.
Murmura-t-elle à la manière d'une intrigante.
- Comme tu as pu le voir, c'est risqué de s'y essayer.

Elle avisa d'un signe de tête le corps toujours inerte de Darla dont elle venait de se souvenir sa présence. Pendant ce temps, la potion prenait par volute un aspect turquoise. Elle jeta un sort de touillage sur la préparation, qui se mit à tourner lentement tandis qu'elle posait toutes ses affaires, exception faite du chronomètre qu'elle régla sur le laps de temps où cela devait mijoter. Satisfaite, elle s'étira et se releva pour s'assoir à côté d'Harry où la chaleur était plus supportable.
- Ce serait une bonne action d'acheter une tenue lors de cette vente aux enchères. Je prévois de verser la quasi totalité des revenus engendrés par la vente à une association d'aide aux victimes de la guerre. Je crois que c'est la meilleure façon de saluer le... le départ de ma mère.

Elle n'avait pas besoin d'argent, elle, mais la jeune femme tut cette information. Dans sa catégorie sociale, on parlait affaires, on parlait projet, mais jamais n'était mis sur le tapis les revenus de chacun. C'était un manque de savoir vivre dont seuls les nouveaux riches étaient capables. Ayant toujours vécu dans l'opulence, cela ne lui était même pas venu à l'esprit.
Alors qu'elle laissait le silence s'installer, s'occupant d'abaisser la puissance des flammes sous le chaudron du bout de sa baguette, Harry la surprit en l'invitant à diner en sa compagnie. Elle tourna un regard éberlué en sa direction, non sans avoir un mouvement de recul inconscient.

- Oh... Alors tu ne riais pas tout à l'heure pour cette histoire de restaurant. Je pensais que ce n'était que du vent.
Le ton de sa voix avait changé, Liliana était bel et bien surprise. Elle avait pour habitude de taquiner et de recevoir des propositions galantes à tout va auxquelles elle répondait parfois sur le même ton, mais pas qu'on la prenne au mot. Elle savait que certains espéraient voir ces propositions aboutir, mais jamais ils n'osaient aller au delà, bien trop effrayés à la pensée des "non" catégoriques de la jeune femme. Harry était peut-être tout simplement plus naturel que la plupart de ses fréquentations.
- Eh bien...
À court de mot, Liliana marqua un temps d'arrêt.
- Si tu oses m'inviter, pourquoi pas. S'entendit-elle dire. Mais avant de penser à faire venir ton elfe, il faudrait veiller à faire disparaître Steadworthy d'ici. ...Quoi que nous avons encore trois quarts d'heure avant que la potion soit prête.

Liliana adressa un sourire empreint de défi à Harry et ses yeux pétillèrent. Elle n'osa pas imaginer les interrogations d'un enseignant ou d'un préfet s'ils étaient surpris en train de grignoter tranquillement entre un chaudron plein de potion et un corps abandonné sur le sol. Les mains croisées, elle attendit la réaction du Survivant.

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Harry Potter
Gryffondor, 7 ème Année
Gryffondor, 7 ème Année
avatar

Messages : 167
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 29

MessageSujet: Re: L'acharnement du Serpent - Terminé   Dim 21 Nov - 16:29:11

-Merci, je suis au courant... Mais c'est vrai que j'oublie souvent la renommée qui va avec. C'est préférable je pense. J'ai vécu dans l'ombre la plus totale jusqu'à mes 11 ans et je n'en dirai pas plus, là c'était trop... Mais il y a un juste milieu et j'essaye de gérer pour m'y cantonner; surtout qu'il ne s'agit pas d'une célébrité façon star de la musique ou cinéma, c'est trop glauque pour l'invoquer sans cesse je trouve.

Et d'où il lui sortait tout ça lui? Harry n'avait même pas conscience de ces pensées avant, tout était clair dans son esprit mais jamais le sorcier ne pensait pouvoir un jour l'exprimer, parce que ces réflexions, l'adolescent les oubliait, choisissant la simplicité en prétendant simplement que ce n'était pas sa ligne de conduite. Depuis quand le brun arrivait-il à faire la différence entre son passé si triste, si loin de tout et cette lumière aveuglante? Que cette comparaison lui sautait au visage comme une évidence, et pire encore, qu'il en parlait? Le jeune homme haussa les épaules puis se rassit sur l'herbe dans une position plus confortable. Il enrageait intérieurement de se sentir aussi heureux de cette conversation, de confier cela à une inconnue. Ses réflexes de petit guerrier vinrent lui rappeler d'autres situations semblables quand il avait fait confiance au faux fol-oeil... Ou encore à des sois disant amis qui l'avaient trahis. Et pourtant il ne pouvait s'empêcher d'imaginer que Liliana était comme Ron, une amie qui se faisait dans l'instant, avec qui le courant passait si bien qu'en un instant, elle pouvait devenir votre proche la plus chère. C'était dérangeant et déroutant, Harry n'avait plus l'habitude et des gens comme ça, ça se rencontrait très rarement.

Son Animagus ne l'aidait pas beaucoup sur ce terrain, il n'était pas encore assez expérimenté, le loup ressentait juste la sureté des gestes de Liliana, son assurance et le son de sa voix respirait la franchise, la spontanéité, ce n'était pas une arnaqueuse de ce côté là. Mais rien d'autre ne pouvait lui servir, Harry savait pertinemment décrypter le langage codé d'une proie ou d'un adversaire, voir d'un ami animal mais pas des humains, il ne les avait pas encore assez fréquenté depuis sa transformation et peut-être trop avant.

-Enfin, si c'est une invitation de ta part, je suppose que je ne puis que m'incliner, et les autres aussi.

Il sourit, content de trouver un autre biais pour expliquer son droit d'entrée. Il était invité par la tenancière de cette boutique si spéciale, tout du moins l'héritière. Cet endroit l'intriguait comme jamais auparavant un magasin de vêtements ne l'avait fait, et encore moins un lieu de luxe. En entendant les paroles de Liliana, son coeur fit un bond dans sa poitrine. La Serpentarde prenait courageusement la suite de sa mère et comptait également aider une association caritative, bien sûr cela aurait pu cacher un but économique comme voir ses impôts baisser mais Harry ne s'y connaissait guère et donc n'y songea nullement. Le sorcier était impressionné par ce que faisait Liliana, sa force de caractère l'enchantait et l'émerveillait, pendant un instant il se sentit gamin, inutile face à la jolie blonde puis égal à elle, sur la même longueur d'ondes. Ce bout de femme si spécial était une sorte de synonyme féminin avec ses ressemblances mais aussi ses différences, ce qui faisait son charme.

En parlant de ça, la voilà qui prônait sa propre résistance sur un ton d'intrigante. Prit au jeu, le sorcier lui rendit un regard plein de force et de malice. Ce petit duel entre eux n'était pas l'apanage de gens qui cherchent à savoir qui est le meilleur, c'était plus subtil, plus fin. C'était eux-même qu'ils cherchaient tout simplement, visitant les limites de l'autre comme on regarde les siennes, affligés et à la fois émus par les fragilités à peine avouées que son confident d'un soir laissait échapper. A la voir agiter sa baguette sous son nez, le jeune sorcier eut un petit mouvement de recul, à peine perceptible. Il loucha sur son pull et failli dire quelque chose mais Liliana, prompte répara le pauvre bout de laine.

-Eh... Guerrier? Rien que ça?! En plus tu as réparé cet accroc, tu vois, il est comme neuf maintenant. La magie répare tout.

Harry la taquinait bien sûr mais il ne pouvait s'empêcher de se sentir mal à l'aise à l'idée de se mettre en valeur physiquement. L'adolescent avait déjà essayé lors d'une ou deux soirées et on lui avait fait des compliments, surtout en ce qui concernait ses yeux. Après tout n'était-il pas le portrait craché de James Potter le charmeur avec en prime les magnifiques prunelles de sa mère? Sa cicatrice était loin d'être laide, elle ressemblait à une égratignure tout simplement et pour ne rien gâcher elle avait la forme d'un fin éclair. Cependant Harry n'avait que peu d'estime de lui, les Dursley et la guerre y avaient largement contribué. Passer de la haine à l'adulation plusieurs fois dans sa vie, c'était vraiment pas le meilleur moyen pour un enfant de se forger un caractère et une vie stables. Mais il ne voulait pas travailler dessus la plupart du temps, préférant s'occuper des autres, de ses amis ou des victimes de la guerre... Donnant comme il le pouvait mais ne sachant pas vraiment vers qui se tourner, Liliana lui tendait gracieusement la perche.

-Je suis sûr que je trouverai quelque chose, voir plusieurs.

Bon pour l'esthétique, il n'y connaissait rien mais le but était d'acheter pour aider une association non? En plus Harry pourrait toujours, d'une pierre deux coups, faire des cadeaux à ses amis. Le Survivant n'avait jamais pris grand soin de sa personne, il trouvait cela égoïste et s'il était tolérant, compréhensif avec les jolies filles qui se maquillaient ou les garçons qui se peignaient avec soin, tout cela paraissait trop décalé, inacceptable pour lui, le gosse orphelin qui vivait sur la fortune de ses parents défunts. Le sorcier était toujours prudent quant à ses économies, de peur d'user de l'argent en futilités et de ne pas faire honneur à ses parents qui avaient gagné tout ça à la sueur de leur front ainsi que des donations qu'on lui avait fait vers ses 1 ans.

-Mais si tu donnes la quasi totalité de ces gains à une ou des associations, la boite ne va pas couler? C'est une magnifique façon de saluer ta mère je trouve... Mais pense aussi à toi, un peu au moins; si tu veux garder ce magasin au moins.

Le sorcier ne savait trop que dire, il s'était aussi éloigné des vapeurs de la potion qui ne sentait pas divinement bon avouons le. Jetant un coup d'oeil sur les alentours, le jeune homme laissa passer un moment de silence, dardant son regard d'émeraude sur tout ce qui pouvait s'avérer être une menace. Certain d'être en sécurité avec Liliana et enragé contre lui-même de ne pas avoir pensé à faire le guet plus tôt, l'Animagus mit donc un certain temps avant de reprendre la parole. Surtout que le nouveau thème abordé le fit rougir jusqu'aux oreilles. Peu habitué à voir ce qui était implicite, Harry avait vraiment prit cette idée au sérieux, maintenant il se sentait bête.

-Oh... Je... Disais ça en tout bien tout honneur. Je... Enfin ça peut être juste une blague si tu préfères.

Il n'avait de James Potter que le physique, certainement pas l'assurance charmeuse que ce dernier abordait et tentait maintenant de se dépatouiller comme il le pouvait pour s'en sortir. Chose qui demeurait difficile à faire.

-Kreattur!

La vieille chose toute ridée et voûtée -mais propre! Harry avait exigé qu'il revoit son hygiène.- apparut dans un plop spécial, indiquant qu'un elfe de maison avait transplané. Eux pouvaient le faire au sein de Poudlard, c'était bien pratique. Comment des créatures aux pouvoirs si puissants avaient pu finir dans la servitude et aimer cela? Le Gryffondor avait proposé sa liberté à l'elfe qui l'aimait bien maintenant mais celui ci avait été horrifié, avait hurlé tant et si bien qu'Harry n'en avait plus jamais parlé. Cela étant dit, c'était très pratique de posséder un elfe, si Hermione savait ce que son ami pensait à ce niveau là, elle le tuerait sans doute mais bon.

-Bonsoir, ne me demande rien et ne te pose pas de question sur le pourquoi du comment de cette scène et n'en parle à personne. Je t'ai invoqué pour que tu nous prépare un petit quelque chose à manger s'il te plaît. Prend la commande de Mademoiselle avant je te prie.

Il agissait comme un serveur ayant la classe sans avoir la tenue désormais et après avoir reçu le feu vert de la dite demoiselle, il attendait désormais qu'elle passe commande. Ce n'était pas très prudent mais après tout ce qu'ils venaient de faire ce soir et ce qu'ils avaient encore à faire, ce n'était pas vraiment grave au final.

_________________________________
Animagus Loup non déclaré - et probablement mal peigné-

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Liliana Vanloock
Serpentard, 6 ème Année
Serpentard, 6 ème Année
avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 22/01/2010
Age : 35

MessageSujet: Re: L'acharnement du Serpent - Terminé   Lun 22 Nov - 14:39:34

Harry semblait avoir perdu ses moyens, et paradoxalement, Liliana s'en sentait de nouveau plus forte, rassurée. Sa capacité à mettre autrui mal à l'aise était une défense chez elle. Malgré sa petite célébrité en tant que Rédactrice-en-chef, Liliana n'avait pas beaucoup d'amis, ni beaucoup de conquêtes à son actif, à l'inverse de quelques personnalités qui profitaient de leur crédit pour prendre du bon temps auprès des autres. Son éducation l'avait isolé du reste de ses pairs. Chez elle, elle passait l'été seule, se suffisant à elle-même et trouvant réconfort en écoutant la radio ou en lisant un livre intéressant. Se montrer aimable, être au contact des gens, s'entraider, elle l'avait appris petit à petit à Poudlard, mais après toutes ces années, ce n'était pas encore une habitude. Elle s'était montré plus spontanée avec Harry et avait l'impression de lui avoir montré une part d'elle-même qu'elle dévoilait bien rarement en général. Et imaginer un diner en tête à tête avec le Survivant avait un quelque chose romantique absolument effrayant. Si elle savait manier les mots avec habileté, elle n'était pas si sûre d'elle qu'elle ne le paraissait. Elle avait la réputation d'avoir un caractère enflammé et ses passions la conduisaient aux plus terribles colères autant qu'aux plus beaux élans de coeur. Comme protéger une personne plus faible, comme préparer une potion d'amnésie pour protéger un secret ou comme ne pas céder à la facilité en temps de guerre. Mais cela ne l'engageait pas autant qu'une discussion auprès d'un chaudron bouillonnant sous le couvert des étoiles où les secrets se déliaient plus facilement que sous le froid soleil d'une journée d'automne auprès d'un groupe de camarades qui n'avaient pour la plupart pas le titre d'ami. Elle avait perdu les personnes les plus proches l'année dernière et n'avait pas cherché à renouer des liens avec quiconque, depuis qu'elle avait vu avec qu'elle facilité l'homme se détachait d'une personne qui avait des ennuis et pouvait, de ce fait, en apporter. Tout cela se mêlait de façon confuse dans son esprit, sans vraiment qu'elle ne puisse mettre le doigt sur la véritable raison pour laquelle elle préférait le jeu et le factice plutôt qu'une véritable relation d'amitié, ou plus avec tous ceux qui lui faisaient les yeux doux depuis qu'elle était devenue une belle et grande jeune femme.
De plus, elle s'était sentie gênée d'avoir rappelé sa célébrité à Harry, qui ne semblait pas être très en accord avec elle. Elle avait l'habitude des gens célèbres, et la plupart avait un certain détachement par rapport à cela. Harry semblait plus sensible à sa réputation, et pour cause. Elle était due à une histoire tragique qui, si elle s'était bien terminée, devait rester très douloureuse pour le jeune homme. Alors, voir le Survivant gêné le remettait à égalité avec elle.
Elle lui adressa un sourire sincère et, portée par un élan de sympathie, lui attrapa la main.


- Ne t'inquiètes pas Harry, je serais ravie de partager de nouveau un moment avec toi. Tu es quelqu'un d'agréable, c'est seulement que je n'ai pas l'habitude de... Comment te dire. J'ai la réputation d'avoir un mauvais caractère et cela me rend intouchable pour la plupart des gens qui me côtoient. Ils pensent que je me crois supérieure à eux mais c'est seulement que j'ai appris à me méfier des gentilles paroles et des sourires aimables. La plupart du temps, ils s'effacent à la moindre difficulté. Si tu acceptes mon invitation, je n'ai aucune raison de refuser la tienne, et puis, ça pourrait être amusant de faire caqueter un peu les gens.
La jeune fille lui lâcha finalement la main en étouffant un rire à l'idée de ce qui se dirait si jamais on apprenait que Miss Vanloock dinait avec Mr Potter après l'avoir invité dans la galerie sélecte dont elle avait hérité. À coup sûr, elle allait encore se faire des ennemies chez les demoiselles de Gryffondor qui étaient réputées cette année pour tourner autour d'Harry comme des mouches autour d'un morceau de viande abandonné sur une table.
- Oh, et pour ce qui est de l'argent de la galerie Arrawn, je n'ai aucune raison de m'inquiéter. Si les bénéfices ont largement baissés l'année dernière, tu me forces à avouer que je n'ai pas besoin de cet argent pour subvenir à mes besoins. Je préfère que les recettes de la vente aillent à des gens qui en ont vraiment besoin.
Bien sûr, la showroom coûtait très cher en entretien et en personnel, les chiffres qu'elle avait du analyser en compagnie d'un expert comptable étaient tout bonnement astronomiques, mais si elle le voulait, elle pourrait demeurer rentière tout le reste de sa vie. S'en avait presque quelque chose d'obscène. Jusqu'à la mort de sa mère, elle n'avait jamais réalisé à quel point l'argent coulait à flot dans sa famille.

À peine Potter avait prononcé le nom de son elfe qu'un "crac" caractéristique retentit près d'elle. La Serpentard sursauta lorsque le vieil elfe de maison apparu dans son champ de vision et elle se retint de maugréer. Depuis l'invasion de Poudlard, ce bruit avait tendance à réveiller le mauvais souvenir des Mangemorts disparaissant et réapparaissant dans l'enceinte du château pour semer la panique.
Harry invita Liliana à prendre commande en première et elle se laissa un temps de réflexion tout en tentant d'évacuer sa nervosité, cherchant ce qui pourrait lui faire envie. Après cette conversation, elle en avait presque oublié sa faim.

- Eh bien... Je prendrais volontiers une soupe d'agneau si tu peux me préparer cela rapidement, Kreattur. Cela me réchauffera. Oh et si tu pouvais me ramener un peu de pudding, je pense qu'il en reste de ce soir dans les cuisines de l'école.

La Serpentard tourna la tête en direction de Harry, l'air interrogateur.
- Je te conseille de prendre la même chose, c'est très bon pour de la cuisine anglaise, surtout avec quelques feuilles de menthe en plus. Sourit-elle, puis elle attendit qu'il fasse son choix.
Lorsque l'elfe s'éclipsa, elle détourna le regard en direction des remparts du château qui s'élevaient majestueusement au dessus du terrain de quidditch. Il n'y avait quasiment plus une seule lumière dans l'enceinte et la jeune femme se pris à espérer que les grandes portes ne seraient pas fermé à clef à leur retour. Tandis que le silence s'imposait, elle se laissa emporter par la vue non sans pousser un léger soupir. Dire qu'elle ne voulait pas retourner à Poudlard au début de l'année. Aujourd'hui, cela lui semblait stupide et trouillard. La magnifique forteresse et sa vue imprenable auraient finit tôt ou tard par lui manquer.

- Je me demande pourquoi on se rend compte de la beauté des choses que l'on a seulement lorsque nous avons été sur le point de les perdre. Murmura-t-elle pour elle-même. Je ne suis pas sûre de vouloir reprendre l'entreprise de ma mère.
Dans à peine un mois, elle sera majeure et Arrawn lui appartiendrait dans son intégralité. Elle devrait alors faire son choix. Elle savait qu'à la prochaine manifestation, les journalistes lui poseraient la question et attendraient une réponse ferme et définitive. Plus que son avenir, celui des employés qui vivaient grâce aux créations de sa mère dépendaient de son choix. Ce n'était cependant pas le moment d'y penser et elle se tourna vers Harry en tentant de faire bonne figure.
- Quoi qu'il arrive, je serais contente que tu portes un costume que j'ai pris le soin d'achever pendant les vacances. Je suis sûre que tu ferais fureur avec. D'ailleurs, je trouve que tu as tort de ne pas te soucier davantage de l'état de tes pulls, avec toutes ces filles qui courent après ton beau minois.
Elle lui adressa un clin d'oeil complice, avant de reprendre son sérieux.
- Au fait, je suis désolée si je t'ai froissé à propos de ta célébrité. J'avais plutôt l'habitude de rencontrer des artistes qui tournaient autour de ma mère, et des inventeurs qui eux convoitent la sympathie de mon père. Je me fiche pas mal de la renommé des gens que je rencontre et j'en oublie que des personnes comme toi sont célèbres contre leur gré.

La jeune femme s'adossa contre le pied d'une chaise et étendit les jambes devant elle. Un sourire amusé brisa le masque sérieux qu'elle s'efforçait de garder. Aussitôt, elle lança un regard malicieux au jeune homme et laissa s'écouler quelques secondes, avant d'ajouter sur un ton empreint de dérision.
- Ce doit être terrible d'être un fantasme incarné.
Liliana tentait de contenir l'éclat de rire qui menaçait de surgir dans les prochaines secondes. Elle préférait attendre la réaction du Survivant avant d'apprécier pleinement son propre humour. Elle le cherchait, comme pour mesurer les frontières de son humour et les failles de sa personnalité. C'était plus fort qu'elle, elle ne pouvait se contenter d'une simple discussion pour juger l'intérêt d'une personne. Harry ne faisait pas exception à la règle, bien qu'elle agissait avec plus de retenue. Elle n'était pas folle malgré tout, et ne voulait pas se retrouver avec un Gryffondor furieux face à elle d'autant plus qu'elle appréciait sa présence.

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Harry Potter
Gryffondor, 7 ème Année
Gryffondor, 7 ème Année
avatar

Messages : 167
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 29

MessageSujet: Re: L'acharnement du Serpent - Terminé   Dim 28 Nov - 17:38:39

-D'accord, je vais suivre tes conseils et prendre comme toi alors. Quant au caractère, je préfère ça aux greluches qui me courent après... Je dis pas qu'elles ne valent rien, je n'oserais pas les juger mais pfft... C'est fatiguant à la fin! Raison de plus pour ne pas "s'habiller" pour ces "filles", pas besoin de les exciter d'avantage. Enfin ça leur passera, elles s'apercevront sûrement tôt ou tard qu'elles ne m'aiment pas vraiment.

Enfin la plupart étaient déjà au courant de cet état de fait, Harry en était conscient mais il essayait sans doute de dire qu'elles passeraient à autre chose d'une manière plus ou moins élégantes pour ne pas les faire passer pour des folles. Le garçon n'avait pas toujours étant d'égards envers ses fans, il en avait même renvoyé de façon très violente quand ils devenaient vraiment trop entreprenants mais face à Liliana le Survivant n'avait pas envie d'avoir l'air d'un ours mal léché qui vire ce qui le gêne en mordant et en grondant. La demoiselle avait une certaine délicatesse, ce qui n'empêchait pas le cran d'ailleurs. Un duo très efficace de qualités que l'on pourrait pourtant penser contradictoire qui lui donnait envie d'avoir l'air un peu plus élégant que d'habitude, moins je m'en foutiste et moins entier, comme si au fond Harry avait conscience que c'était un défaut relativement prenant qui le caractérisait et qu'il commençait à s'améliorer face à Liliana car cette dernière le méritait bien. Inconsciemment le garçon prenait conscience qu'il n'avait jamais pris soin de lui parce que, non seulement on ne lui avait pas montré beaucoup d'affection et qu'il n'avait donc que peu de notion d'estime de soi mais aussi parce qu'il voulait disparaître... Puisque son visage ne pouvait pas être banal, ses vêtements l'étaient, puisque son nom était impossible à effacer, sa démarche devait le faire à sa place; tous ces non-efforts étaient des efforts pour ne pas se démarquer des autres, pour se rendre encore moins attrayant qu'eux encore; le tout était un mélange étrange né d'une psychologie troublée et d'un vécu non moins tourmenté mais Harry n'était pas capable d'en retirer plus de conclusions, c'était déjà beau que ce constat soit arrivé aussi loin! Néanmoins, mieux valait ne pas en parler, il n'était pas du genre à étaler ses sentiments et il avait déjà trop dérogé à ses propres règles de protection...

La blague de la Serpentarde était l'occasion de sortir de ses profondes réflexions, celle-ci avait suivi les aveux de la jeune fille concernant la boutique de sa mère, ce qui avait achevé de rendre Harry très admiratif. Il ne savait quoi dire quant à la beauté de ce monde, sachant que ce qu'elle disait était vrai et qu'il y avait goûté bien peu de fois, trop peu en réalité. La petite blague le fit redescendre sur terre et c'était mieux ainsi, un sourire éclaira ses lèvres, c'était dit avec finesse alors ça ne saurait le vexer.

-Un fantasme? Vraiment... Rien que ça?! Et bien je vois que je fais bien de ne pas mieux m'habiller, sinon elles me tueraient en me sautant dessus, tu ne crois pas? Et oui je suis un petit malin.

Les yeux posés dans ceux de sa comparse, le sorcier laissa quelques secondes s'écouler avant de se redresser et de s'étirer, il avait mal aux jambes et commençait à s'impatienter. Le Survivant aimait beaucoup cette soirée avec Liliana malgré le danger potentiel, mais il avait aussi du mal à rester en place; ses opérations de petit guerrier étaient de l'action, toujours de l'action, pas de la fine stratégie ou de la patience comme la constitution de cette potion. Même pour devenir Animagus le brun avait été d'une impatience redoutable, prenant tous les risques pour accéder plus rapidement à son désir, Harry était un petit malin oui, mais il manquait sérieusement de finesse et cela gâchait beaucoup de choses, même si il était encore en vie. Cela pourrait bien lui coûter très cher un jour ou l'autre.

-Ce qu'il est lent, à croire qu'il papotte au lieu de faire notre soupe

grogna le jeune homme pour la forme, pas de façon méchante mais assez impatiente toutefois, il avait faim et ne pouvait pas partir chasser, donc il fallait attendre Kreattur et en attendant, essayer de ne pas trop se disperser, enfin... Pas plus qu'ils ne l'avaient déjà fait, et ça faisait beaucoup à vrai dire.

-Il reste combien de temps pour la potion?

Demanda-t-il d'une voix plus limpide et sur un ton plus sérieux, regardant autour de lui pour guetter un éventuel danger. Une "mission" aussi tranquille, vraiment, ce n'était pas dans ses habitudes et cela le troublait beaucoup. Retirant son manteau malgré le froid mordant, l'adolescent jeta sa pelisse sur le corps de leur ennemie commune. Ainsi stupéfixiée elle était sujette à l'hypothermie.

-J'veux pas avoir sa mort sur la conscience, c'est glacial...

Que ne donnerait-il pas pour avoir son bon gros manteau de fourrure sur lui présentement. Se rasseyant, claquant des dents mais n'osant pas utiliser sa baguette pour se réchauffer afin de ne pas faire plus de bruit ou de lumière, le jeune homme se tourna finalement vers Liliana, posant de nouveau ses iris d'émeraude sur elle.

-Est-ce que tu sais ce que tu veux faire plus tard toi?

Le Gryffondor l'avait bien entendu dire qu'elle ne voulait pas reprendre la boutique de sa mère, ce qui au passage était très compréhensible vu l'état des choses mais... Etait-ce à cause de la guerre, du rapprochement de ce métier avec la mort de sa génitrice ou parce qu'elle avait une autre vocation?

_________________________________
Animagus Loup non déclaré - et probablement mal peigné-

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Liliana Vanloock
Serpentard, 6 ème Année
Serpentard, 6 ème Année
avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 22/01/2010
Age : 35

MessageSujet: Re: L'acharnement du Serpent - Terminé   Dim 28 Nov - 19:10:11

Le temps s'égrenait et Liliana commençait aussi à s'impatienter. Ses doigts commençaient à s'engourdir et ses mains étaient rouges du froid qui grandissait au fil des minutes. Auprès du chaudron, il faisait trop chaud, mais dès que l'on s'éloignait un peu, la tiédeur des flammes ne parvenait plus à chauffer le corps en entier. Sa veste était bien trop fine pour supporter une nuit d'automne, mais elle ne montra pas que la bise lui mordait les membres. Elle se contenta d'enfoncer ses mains dans les poches de sa veste et de se recroqueviller légèrement. Elle n'avait qu'une seule hâte, manger et en avoir finit avec la potion et avec Steadworthy. Potter semblait être dans le même état. Après avoir rit des piques de Liliana, il lui demanda pour la seconde fois combien de temps il restait avant que la potion ne soit prête. La Serpentard leva les yeux au ciel avant de jeter un oeil sur son chronomètre.
- Un peu plus de vingt minutes.

Elle l'observa se lever et jeter son manteau sur le corps de Darla avec une part d'étonnement. Vraiment, elle ne s'était pas sentie concernée une seconde par la possibilité que Steadworthy ait froid. Alors qu'il lui expliquait qu'il craignait qu'elle ne tombe en hypothermie, Liliana pensa qu'elle s'en soucierait bien peu. Au fond, elle pouvait bien mourir, le seul problème était qu'il serait dommage que son décès lui soit mis sur le dos. Après tout, c'était elle qui avait engendré cette situation, pas Liliana. La jeune femme haussa finalement les épaules en admettant sur le bout des lèvres que Harry avait raison.
En attendant, le garçon grelotait et Liliana craignait d'allumer un nouveau feu auprès d'eux, d'autant plus qu'elle ignorait comme le rendre inoffensif. Elle qui avait un don pour créer des cataclysmes dès qu'elle tentait de jouer avec le feu préférait s'abstenir. Aussi, elle préféra ignorer le claquement de dents de son compagnon plutôt que de lui proposer de se rapprocher d'elle afin de conserver un peu de chaleur. Le Survivant ne s'en plaignit aucunement, de toute façon, et lui posait déjà une nouvelle question à laquelle elle ne s'attendait pas. Réfléchissant un instant, la Serpentard finit par hausser les épaules d'un air résigné.

- Je ne sais plus vraiment. Je voulais entrer dans le journalisme, mais quand je vois comme les journaux peuvent être si facilement corrompus je doute de supporter longtemps ce milieu.

Ce fut ce moment que choisit Kreattur pour réapparaître en titubant sous le poids d'un grand plateau qui contenait deux assiettes creuses magnifiquement présentées. L'elfe semblait avoir fait un effort de tous les diables pour soigner l'esthétique du menu. Il avait même eu la subtilité d'ajouter une branche de menthe dans chaque assiette.
- Merci Kreattur, c'est très aimable de t'être donné tout ce mal.
Le félicita Liliana en attrapant son assiette chaude qu'elle cala sur ses jambes. La première cuiller lui fit un bien fou et elle se tut un moment pour se délecter du plat savamment préparé. L'agneau était tendre, fondant sous la langue et procurait une chaleur bienfaitrice dans tout son corps.
- Ton elfe est un excellent cuisinier. Hm, j'allais oublier. Qu'est-ce que tu projettes, toi, pour l'année prochaine ?
Finit-elle par demander entre deux cuillerées, puis avale le plus rapidement le reste de son assiette tout en tentant de garder un minimum d'élégance. Elle avait certes très faim, mais ce n'était pas une raison pour oublier son éducation.
À peine avait-elle posé de côté son plat que le chronomètre retentit à côté d'elle, signifiant que la potion était prête. Aussitôt, Liliana sortit sa baguette magique et coupa le feu sous le chaudron. L'eau cessa rapidement de bouillir et un mince filet de fumée violette flotta au-dessus d'eux, répandant une odeur aigre-douce. Elle s'accroupit auprès de son sac et en extirpa quatre flacons qu'elle s'appliqua à remplir sans se brûler les doigts dans la mixture.

- Voilà. Il est temps de s'occuper une dernière fois de la folle furieuse.

La Serpentard se leva, enjamba Harry et s'installa auprès de Darla. Elle lui retira la veste de Potter et la lui tendit, avant de lui ouvrir la bouche avec répugnance et de pencher le flacon en direction de sa langue. Au dernier moment, la jeune femme hésita. Elle ne devait surtout pas se tromper maintenant. Trois gouttes devraient suffire. La potion était trop puissante pour être prodiguée à plus grande dose, et elle craignait que moins ne supprime pas la transformation de Harry en loup. La main légèrement tremblante, elle laissa s'échapper une goutte, puis une deuxième et enfin, la dernière. Darla referma la bouche et un contradiction de visage lui signifia qu'elle avait bien avalé la potion. Rien ne lui indiquait cependant si elle faisait bien effet. Angoissé, elle continua malgré tout de s'occuper de son ennemie et tendit sa baguette magique au dessus de son front en entamant un léger arc de cercle.
- Tu as lancé un ligature sur Harry Potter. Cependant, j'étais derrière lui, ma baguette en main et je t'ai jeté un expelliarmus avant que tu n'ai le temps de te protéger, puis je t'ai stupéfixié. Il faut croire que nous t'avons laissé là et que le sort à cessé lui même de faire effet.

Les traits de Darla se détendirent et elle hocha faiblement la tête d'une façon si docile que s'en était troublant. Liliana se releva, un soupir aux lèvres, fit disparaître d'un evanesco puis réduisit son chaudron. Elle jeta ses affaires à la va vite dans son sac et le glissa sur son épaule avant de prêter de nouveau attention à Harry.
- Je crois qu'il est temps de nous en aller. On lui lancera un "enervatum" quand nous seront assez loin d'elle pour qu'elle ne nous voit pas.

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'acharnement du Serpent - Terminé   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'acharnement du Serpent - Terminé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Blonde contre Brune, Serpent contre Lion... [PV Alice/Terminé]
» Un petit serpent inoffensif. [Terminé]
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» Salazar le Seigneur-Serpent. (UC)
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Oxumorôs :: Poudlard :: En dehors du château :: Le Terrain de Quidditch :: Entraînement-
Sauter vers: