Oxumorôs

Après la guerre, la paix nouvelle reste précaire et menacée...
 
AccueilPortailFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Cours n°1 - Années 4 à 7

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Natalee Shevelin
Directrice de Poufsouffle, Professeur de Défense contre les Forces du Mal
avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 08/10/2010
Age : 28

MessageSujet: Cours n°1 - Années 4 à 7   Lun 11 Oct - 10:21:46

Deuxième semaine d'Octobre
Vendredi
14H - 16H


- Ah, et bon retour à Poudlard, Miss Shevelin.
Alors qu'elle marchait d'un pas sec jusqu'à la salle de cours, Natalee repensait au gloussement qu'elle avait cru lire au fond des yeux de McGonagall. Bon retour au bercail, tu parles. Cet éclat de malice chez la Directrice lui susurrait qu'elle allait en baver.
Elle était venue pour un poste tranquille, pas pour se retrouver affublée du rôle de Directrice de Poufsouffle. Il fallait croire qu'en n'importe quel domaine, on comptait sur elle pour travailler naturellement plus qu'elle ne l'avait demandé. Enfin, au moins pourrait-elle squatter de temps à autre la salle commune en ayant une raison pour se trouver là et non dans son appartement de service. C'était l'avantage.
Ah, Poudlard, la salle commune des Jaunes et Noirs qui lui avait tant manqué à sa sortie de l'école, il y avait de cela une éternité, lui semblait-il. Elle n'aurait jamais imaginé qu'un jour, elle se retrouverait de l'autre côté de la barrière, à enseigner. Serait-elle à la hauteur ? Bien sûr, elle avait toutes les compétences requises pour inculquer aux élèves de véritables bases de défense contre les forces du mal. Le plus dur serait de se conformer à l'image imposée au corps enseignant. Les points en moins, les heures de colle plutôt que de choper un élève et de lui faire faire la toupie pour lui remettre les idées en place, si jamais il se montrait un peu trop récalcitrant. Minerva avait bien insisté là-dessus, comme si elle s'adressait encore à l'adolescente impulsive et un brin violente qui avait sévit durant sa scolarité. Comme si elle allait envoyer un élève à l'infirmerie (vraiment, n'importe quoi)...! C'était seulement qu'elle considérait qu'une bonne humiliation publique était toujours plus bénéfique que des retenues. Dans le QG des Aurors, quand il y avait problème entre membres de différents grades, ça avait toujours fonctionné, pourquoi pas ici. Ah oui, parce que les élèves sont toujours plus fragiles psychologiquement et à fleur de peau qu'une section d'élite chevronnée, aussi méthodique et disciplinée (enfin, normalement) que l'armée moldue. Shevelin n'en croyait pas un traitre mot. Les enfants étaient naturellement plus résistants et plus forts que les adultes, preuve en était des comportements dont ils pouvaient faire montre face à un membre des plus de vingt ans, lorsqu'ils sentaient la faille au fond de lui. Même physiquement, d'ailleurs. Elle avait déjà vu un enfant résister à un poison tandis que ses parents avait gardé des séquelles à vie de la tentative de meurtre. Autant de faits qui rendaient la psychologie infantile inepte et grossière, seulement faite par snobisme de la part d'un gros trois quarts de la population. Le dernier quart, c'était par faiblesse.

Elle était encore dans ses réflexions lorsqu'elle arriva à la porte de sa salle de cours. Elle l'ouvrit machinalement, avant de se souvenir, face à la résistance de cette dernière, que c'était elle aujourd'hui l'enseignante et par ce fait, que c'était elle qui avait les clés. Elle fouilla un moment dans sa longue cape noire, déboutonnée à l'avant, dont les boutons de manchette scintillaient d'un éclat lunaire. Après avoir passé en revue trois trousseaux différents (mais à quoi servait le troisième, déjà ?!), elle put enfin entrer dans la caverne aux merveilles.


- C'est quoi cette disposition de merde ? On est pas en Histoire de la Magie, fuckin' shit.
La salle était particulièrement grande, de quoi accueillir une bonne centaine d'élève sans que l'on ne se sente étouffé, cependant, la disposition des tables avait un côté particulièrement scolaire et rébarbatif aux yeux de la nouvelle enseignante. Elle ne pouvait décemment pas laisser ses élèves s'installer par colonnes et rangées. D'un, cela isolait les étudiants entre eux, annihilant une partie de la convivialité et de la réactivité nécessaire à la matière, et de deux, cela puait la théorie et les longues heures de monologue stérile et assommant.
Shevelin avait une demi-heure devant elle pour remédier à cela, avant que le troupeau ne débarque. Elle s'avança jusqu'au tableau et se positionna dos à lui, pour observer d'un oeil de lynx les tables rangées devant elle de manière stricte et réglementaire. Comment procéder, pour permettre à trois années entières d'avoir vue sur le tableau, tout en demeurant les uns à côté des autres ? Il n'y avait pas trente six solutions. Sa décision prise, elle s'opéra à la restructuration de la salle de cours.

Il était quatorze heures cinq lorsque Shevelin ouvrit la porte aux étudiants. Diantre, ils étaient un sacré paquet ! La sorcière demeura figée un instant, un air quelque peu hébété sur le visage. Elle était là, dans son pantalon moulant de satin noir, un chemisier de coton blanc aux manches bouffantes, son carré auburn qui avait reprit la forme naturelle de ses cheveux sous l'effort et qui ondulait vaguement autour de son visage. Face à elle, des rires, des regards tournés, curieux, la jaugeant déjà, une véritable petite armée qu'elle n'avait plus qu'à dresser. Un grand défi, s'il en était, alors qu'elle n'arrivait déjà plus à se faire une idée de leur nombre.

- OK. Vous entrez dans la salle calmement, je vous prie, et vous installez vers les premiers rangs de préférence, afin que vous soyez tous au plus proche de l'action.
Déclama-t-elle d'une voix forte en se redressant sur ses jambes.

Elle entra en première dans la salle et se dirigea automatiquement jusqu'au tableau, où elle grimpa vivement sur l'estrade.
La salle était métamorphosée. Les tables étaient alignées en demi-cercle, tournées en direction du tableau, en plusieurs rangées. Plus les tables étaient éloignées, plus elles étaient rehaussées par des estrades afin que personne n'ai en vue l'arrière du crâne d'un camarade plutôt que le large espace qui se trouvait entre la première rangée et le tableau. Le bureau professoral se trouvait un peu en retrait sur la droite, sous un sac à main, une cape noire et une petite liasse de papiers. Le trac gagnait l'enseignante qui demeurait les yeux fixés dans le vide, les mains jointes, tandis qu'elle attendaient que tous se soient installés. Enfin, lorsqu'un semblant de calme sembla gagner la foule, Shevelin frappa dans ses mains et se les frotta machinalement, pour se donner le courage de lancer la première impulsion.


- Salut à tous et bienvenus. Avant d'entrer dans le vif du sujet, je vous ai préparé un petit speech, mais promis, ce ne sera pas long. Je me présente, je suis Natalee Shevelin et je serais votre enseignante jusqu'à la fin de cette année scolaire et voir pour les années suivantes. Certains le savent peut-être, d'autres non, alors je vais préciser pour que ce soit clair pour tout le monde : je suis avant tout une ancienne Auror et pas un professeur, aussi je ne viens pas ici pour vous cadrer et vous asséner de théorie et d'une surcharge de devoir, mais bien pour vous apprendre réellement à vous défendre dans votre vie de tous les jours, que cela soit contre les créatures que vous pourriez rencontrer durant votre vie, que contre les sorciers mal intentionnés que vous rencontrerez forcément tous un jour ou l'autre.

La Défense Contre les Forces du Mal est une matière à la fois vague et large, qui s'adapte plutôt à l'ambition de l'enseignant qu'à un strict programme scolaire. Programme scolaire, il y en a pourtant un, aussi vous avez la promesse que vous aurez les bases pour réussir vos examens de fin d'année avec moi, mais nous ne nous contenterons pas seulement d'apprendre pour apprendre.
Ce que je vais vous enseigner cette année comptera aussi bien pour votre réussite scolaire que pour votre vie future, car les sortilèges, enchantements et autres choses que nous allons voir ensemble font partie intégrante de la vie d'un sorcier. Sans un minimum de capacités défensives et offensives, la baguette d'un sorcier est utile seulement pour éplucher les patates. Or, j'espère que vous avez plus d'ambition que cela dans votre vie, sinon, ça serait vachement triste.

Au vu des évènements qui ont précédés mon arrivée, vous avez déjà tous du retard vis-à-vis de votre année scolaire, aussi ces deux premières heures que nous avons ensembles seront consacrées à cerner vos capacités en la matière. Mais après cela, il faudra se montrer à la hauteur, car nous devrons avancer le plus vite possible afin de rattraper les semaines où vous n'avez pas eu d'enseignant pour vous faire le cours.
Pour aller au plus vite, je vous ai préparé une fiche de présentation que vous devrez me remplir le plus honnêtement possible et dont l'originale est d'or et déjà affichée dans le couloir. Vous en avez tous une copie sur votre table. Elle me sera utile pour savoir à qui j'ai affaire et comment m'adapter au niveau général de la classe. Voilà.


On en était aux cinq premières minutes, et Shevelin avait déjà soif. Elle ne s'était pas imaginé que parler serait si épuisant.
- Est-ce quelqu'un à des questions à propos du déroulement de cette année, avant que nous commencions le cours ? Si personne n'en a, j'attends que vous preniez la parole pour me dire ce que vous avez apprit avec le professeur Messenger en début d'année. On lève la main et on prend directement la parole, n'attendez pas que je vous désigne. En plus, je connais pas vos prénoms.
Revenir en haut Aller en bas
Samuel Pinsker
Serpentard, 4 ème Année
Serpentard, 4 ème Année
avatar

Messages : 167
Date d'inscription : 20/01/2010
Age : 37

MessageSujet: Re: Cours n°1 - Années 4 à 7   Ven 15 Oct - 17:15:10

Le message avait été épinglé quelques jours auparavant, dans la salle commune de Serpentard : reprise des cours de défense contre les forces du mal, après quelques séances annulées pour cause de disparition du professeur. Messenger n'avait plus été vu depuis le concert de rock de Pré-au-Lard, et, pour la plus grande joie de Samuel, il n'avait pas été remplacé immédiatement ; il y avait eu quelques agréables vendredis, où l'on était en week-end dès midi... Les gens sérieux avaient protesté contre cette absence de professeur, et McGonagall avait dû activer le processus de recrutement. La nouvelle prof était arrivée quelques jours avant ; elle avait été vue à la table des enseignants (Samuel s'était attiré les foudres de son frère en affirmant qu'elle était bien roulée), et les élèves les plus au courant avaient parlé d'un livre écrit par elle. Une célébrité, donc. Ancienne Auror, ancienne membre de l'Ordre du Phénix, autant dire une figure.

Ce vendredi, même si la perspective de reprendre le rythme normal des cours le désespérait, Samuel était assez impatient de découvrir la nouvelle enseignante. Tout ce qui était nouveau l'intéressait, au moins cinq minutes, et puis... une ancienne Auror, ça changeait un peu des vieux birbes habituels.


-Tu crois qu'elle a déjà tué des gens ? avait-il demandé à son frère, au déjeuner.
-Je te suggère de lui poser la question... avait répondu le préfet d'une voix lasse avant de filer, comme d'habitude, à la bibliothèque.

Excellente idée, que Samuel souffla dès qu'il le put à une naïve jeune fille toute prête à mettre les pieds dans le plat. Ils attendaient côte à côte le début du cours, dans le couloir, mais la porte demeurait close... Peut-être que la prof était absente ? Le Serpentard venait à peine de formuler cette hypothèse que Shevelin apparut, ramenant le silence sur le rang d'élèves.
Le gamin s'installa à une table du deuxième rang, contre le mur ; il posa son sac sur la table sans sortir ses affaires, avec le vague espoir de ne pas en avoir besoin... Silencieux, il écouta l'entrée en matière du professeur, plutôt plaisante – pas de devoirs, ça méritait des applaudissements ! Mais personne ne semblait disposé à faire la claque pour manifester son enthousiasme, et Samuel jugea préférable de ne pas se faire remarquer. Il s'attaqua plutôt à la lecture de la fiche de présentation, mais le document était écrit trop petit, comportait trop de rubriques, et il abandonna après avoir répondu, de façon brouillonne, à quelques questions.

Le professeur attendait que les élèves prennent la parole pour résumer ce qui avait été vu avec Messenger – bonne question, songea Samuel qui se mit à parcourir son cahier en se demandant, sincèrement, ce qu'ils avaient fait jusque-là. Bon, malheureusement, c'était son cahier de botanique, mais ça, c'était pas grave... l'essentiel était d'avoir un cahier non ? Il feuilleta l'objet, qui contenait déjà, en plus de la botanique, un cours de potions, des documents remis en métamorphose et des exercices de sortilèges, mais sans rien trouver qui eût trait à la défense contre les forces du mal. Et, comme il s'ennuyait déjà, il se pencha vers son voisin pour demander :

-Dis, on a fait quoi avec l'autre andouille ? Je me souviens de rien...

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Neil Riley
Poufsouffle, 5 ème Année
Poufsouffle, 5 ème Année
avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 28/08/2010
Age : 29

MessageSujet: Re: Cours n°1 - Années 4 à 7   Jeu 28 Oct - 19:12:53

Bonne ou mauvaise nouvelle, les cours de Défense contre les forces du Mal reprenaient enfin à Poudlard. Le professeur Messenger n’avait malheureusement pas su tenir ses classes plus d’un mois. Neil avait appris son départ avec un certain regret. Il s’était très vite attaché à cet enseignant et à ses méthodes chaotiques. Le pauvre homme n’avait cependant pas réussi à reprendre sa vie en main grâce à cette nouvelle profession. Il espérait qu’il allait bien. Ce n’était jamais agréable de voir un homme décliner, surtout lorsqu’il ne lui restait plus que sa gentillesse pour réapprendre à vivre…

La nouvelle enseignante avait vu la guerre de très près, mais du côté des grands vainqueurs. Ancien auror et membre du phénix, elle faisait parti des héros du moment, ceux que tous les journaux s’arrachaient et qui s’empressaient d’écrire leurs Mémoires pour profiter de l’argent du succès. Neil n’avait pas beaucoup suivi ce phénomène. Il admirait les libérateurs, pas les produits dérivés qu’on voulait leur faire consommer. Natalee Shevelin avait l’air cool. Son opinion s’arrêtait là. Elle était de plus une ancienne élève de Poufsouffle ce qui prouverait aux mauvaises langues que la maison jaune et noir n’avait pas l’apanage des cas désespérés. Tous n’avaient pas la carrure d’Eddie Griggs… Ce gros bêta le poursuivait encore de ses bavardages incessants sur le chemin de la salle de cours.


- Le professeur de défense contre les forces du mal à la direction de Poufsouffle ! C’est génial ! ça va nous changer de Chourave… Pas que je ne l’aime pas hein mais quand même, je crois que la mauvaise image de notre maison est liée au fait qu’on nous associe à la Botanique. Bon ok c’est utile mais quand même, les autres ont potions, sortilèges ou métamorphose, ça a quand même plus d’allure ! Puis ce sont vraiment des branches magiques. Alors que la Botanique c’est pratique, mais c’est un peu comme soins aux créatures magiques au final, ce n’est pas vraiment de la magie. Même si c’est vrai que la connaissance des plantes ça peut te sauver la vie. Une fois mon cousin Barney a…

- Wooh ! Y’a du peuple ! Siffla Neil qui avait perdu le fil de la conversation depuis longtemps. Eddie adorait développer la même idée pendant des heures, quitte à répéter la même chose un nombre incalculable de fois. Il ne savait pas se taire.

Les élèves attendaient devant la porte de la classe. Ils formaient un groupe important et bruyant. Neil profita d’un signe de la main d’Alexia pour se mêler à un groupe de Serdaigle et laisser Griggs répéter sa théorie sur la botanique aux Poufsouffles qui voulaient bien l’écouter. Les deux compères parlèrent avec enthousiasme du dernier album d’un de leur groupe fétiche annoncé pour la fin du mois. Une information parue la veille annonçait la collaboration d’un célèbre guitariste dans la composition de plusieurs morceaux ce qui risquait de produire une véritable tuerie musicale ! Alexia sautillait à moitié sur place lorsque la prof les invita à entrer. Il perdit aussitôt la Serdaigle lunatique de vue. Elle s’était probablement jetée sur une table avec sa meilleure copine de la journée.

Neil prit une place au hasard. La question du voisin de cours le préoccupait assez peu, surtout que la disposition de la salle rapprochait tout le monde. Il déballa ses affaires et étudia le questionnaire auquel les élèves étaient censés répondre. La précision des questions ne lui fit pas la meilleure impression. Il espérait que Miss Shevelin n’était pas du genre tatillon, ce serait décevant pour une icône de la résistance. Heureusement, le discours de la jeune femme démentit très vite ses craintes. Il sentait le vécu. Elle savait de quoi elle parlait et ne venait pas seulement pour jouer sur les apparences. De plus, le cours serait sans doute plus cadré que ceux de Messenger. Neil était ravi d’apprendre qu’il bénéficierait enfin d’un enseignant compétent. A part Maugrey – qui était en fait un mangemort déguisé – on ne pouvait pas dire que les professeurs précédents lui avaient donné goût à cette matière. Pourtant, l’intitulé sonnait bien. Et apprendre à se défendre était primordial dans un monde où chaque individu pouvait maîtriser des sortilèges d’attaques et dompter des magies nuisibles. Il l’avait vu l’année dernière. Il se serait battu avec les autres s’il l’avait pu. Mais Neil n’était pas inconscient, il connaissait ses limites et essayait rarement de les dépasser s’il entrevoyait trop d’ennuis derrière.

Il n’essaya pas de répondre à la question de l’enseignante. Les bons élèves aimaient récapituler le programme de leur prédécesseur, c’était un plaisir qu’il leur laissait. Les yeux rivés sur son questionnaire, il s’efforça de le compléter de la manière la plus évasive possible. Très franchement, il ne voyait pas l’intérêt de faire une liste. Et puis son niveau n’était pas exceptionnel, il n’avait rien appris de particulier en dehors des cours. Il cita quelques sorts au hasard pour ne pas donner une trop mauvaise impression à un prof qui avait l’air sympa et releva la tête lorsque son voisin lui adressa la parole. C’était un blond de Serpentard, le frère du préfet des verts s’il se souvenait bien. Oui ça devait être ça. Il s’était déjà fait la réflexion qu’il avait l’air un peu plus fréquentable que son aîné, le genre de bon élève qui se la ramenait tout le temps pour étaler sa pseudo science en cours d’ailleurs. L’autre Pinsker ne parlait jamais, un peu comme lui. Beaucoup d’élève le disaient idiot, un genre de Goyle en plus mignon, mais à son sens, c’était juste que les cours ne le passionnaient pas. Au moins, il ne se donnait pas la peine de remplir une fiche débile s’il n’en avait pas envie. Et c’était une attitude qu’il aimait. Quand à savoir ce qu’ils avaient vu avec l’autre « andouille » …


- On a révisé les sorts de défense en pratique et sinon heu…


Il sortit les parchemins froissés qui portaient le titre du cours mais n’y trouva pas beaucoup plus d’information que dans les notes de botanique de son voisin. Quelques mots clés étaient soulignés mais la définition avait été oubliée entre temps et s’interrompait par un gribouillage indéterminé, ou par les paroles d’une chanson qu’il fredonnait à ce moment là pour faire passer le temps. Il avait même dessiné des grilles d’accords pour la basse sous la partie « Sortilèges offensif »…


- Je crois que les cours étaient très confus
, dit-il en fronçant les sourcils.

Visiblement, Neil avait trouvé encore plus inattentif que lui. Il adressa un sourire mi-désolé mi-ironique au cadet Pinsker et guetta les volontaires en priant pour ne pas être interrogé.
Revenir en haut Aller en bas
Liliana Vanloock
Serpentard, 6 ème Année
Serpentard, 6 ème Année
avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 22/01/2010
Age : 36

MessageSujet: Re: Cours n°1 - Années 4 à 7   Sam 30 Oct - 19:39:57

Cela avait été insupportable. Durant tout le repas, son regard était demeuré braqué sur elle, pesant, emplit d'une menace non dissimulée qui avait affadit chaque bouchée d'agneau au miel que dégustait Liliana. Steadworthy ne se serait jamais rien permis en public, elle le savait, mais elle comprenait aussi ce que ce regard insistant signifiait. La Serpentard n'avait pas oublié l'humiliation publique qu'avait causé Liliana et ni la défaite du Lord, ni les vacances ne lui avaient permis d'oublier ce cuisant souvenir. L'odeur nauséabonde du danger flottait dans l'air. Elle savait quand cela allait lui tomber dessus. Dès lors qu'elle se trouverait seule. Qu'est-ce que Darla avait dans la tête ? Elle l'ignorait, et cette ignorance alliée à l'intuition qu'elle allait passer à l'acte l'oppressait.
Darla, cette sixième année de Serpentard qui personnifiait le cliché de cette Maison en plus sournois, si cela était possible. Durant toutes ces années où les deux jeunes filles avaient été rassemblées sous le même étendard, Darla n'avait pu s'empêcher de vouer toute la jalousie dont son coeur asséché était capable envers Liliana. Le triomphe social de cette dernière alors qu'elle n'était qu'une sang-mêlé était un outrage insupportable, et l'année précédente un véritable triomphe pour la soit-disant sang-pur qui avait laissé éclater toute sa hargne contre Vanloock, en toute insouciance. Mais ce temps était révolu, et depuis les représailles de Liliana qui avait osé détromper tout le monde à propos des origines uniquement sorcières de Steadworthy par le biais d'un article de journal, elle n'avait pu se soulager de sa frustration par la vengeance. Ses yeux avaient parlé pour elle, se disait Liliana tout en quittant précipitamment la table des Vert et Argent, elle fomentait quelque chose.


- Dis-moi, on en est où au niveau de la formation des équipes de Quidditch ? Un capitaine a déjà été nommé ?
Demandait Liliana tandis qu'elle s'avançait dans le couloir au sortir de la grande salle, en compagnie d'un grand septième année aux épaules robustes, un certain Clyde, connu pour avoir été l'un des batteurs de Serpentard l'année précédente. En menant la conversation en compagnie d'un élève à la carrure rassurante, elle essayait en vain d'oublier le regard hypnotique de Darla.
- Je ne sais pas... Je crois que la direction tergiverse encore, mais j'espère avoir toutes mes chances pour le poste.
Répondit-il en gonflant orgueilleusement le buste, réflexe qui revenait souvent lorsque la jeune Vanloock était dans les parages. Comme à l'accoutumée, elle n'y prêta guère attention. Ce fut à peine si elle remarqua le désir de se grandir de son interlocuteur.
- Ah, bien. J'espère que tu... Que ta...
Ce n'était pas possible, Darla était encore là, entourée de ses comparses peu fréquentables. Liliana ne pu achever sa phrase tandis que les visages du petit groupe se tournaient vers elle, l'air goguenard, mauvais. L'effort pour admettre qu'elle ne faisait que se rendre en cours tout comme elle lui demanda un puissant élan de lucidité.
- Euh... Liliana ? Ça ne va pas ?
- Si. Ça va, j'ai juste... Ça n'a pas d'importance. Cela ne te dérangerais pas si nous prenions un autre chemin, je connais un raccourci pour aller jusqu'à la salle de Défense contre les Forces du Mal qui nous permettra d'éviter la cohue.
L'autre s'empressa d'accepter, le sourire aux lèvres et l'imagination en ébullition. Elle ne doutait pas que cette proposition risquait d'éveiller des idées fausses chez le jeune homme, mais pour le moment, elle n'en avait cure. L'angoisse de se trouver à nouveau face à Darla lui accaparait trop l'esprit. Malgré la force dont elle avait fait preuve, la peur était toujours là.
Ce fut seulement lorsque Clyde tenta de lui prendre la main et de l'arrêter dans un couloir vide qu'elle pris véritablement conscience du sous-entendu grossier qu'il s'était fait de sa demande. L'image de son ennemie s'évapora quand le visage du jeune homme apparut à quelques centimètres du sien, les yeux mi-clos. Liliana eu un malheureux réflexe. Une gifle monumentale claqua sèchement sur la joue du brun qui détourna la tête sous l'impact. Une marque rouge se répandit sur toute une partie de son visage.

- Oh, pardon Clyde. Réflexe.
- Nan mais, tu te fous de ma gueule ?
Un soupir exaspéré s'échappa des lèvres de la grande blonde alors qu'elle relevait un regard agacé sur le garçon. Ce n'était pas la première fois qu'elle esquivait un geste de lui. Était-il stupide, ou simplement borné ? Au moins la gifle avait toute ses chances de lui remettre les idées en place et de refroidir ses ardeurs.
- Bon écoute, tu m'énerves à la fin. Je t'ai proposé de prendre un autre chemin par esprit pratique et pour me permettre d'éviter certaines personnes. Si tu n'avais pas une imagination aussi pathétiquement fertile tu ne t'imaginerais pas monts et merveilles à chaque fois que je te dis quelque chose. Maintenant, tu es gentil mais si tu ne veux pas t'en prendre une autre, tu ferais bien de contrôler tes pulsions.

Le garçon n'eut pas le temps de rétorquer que la Serpentard s'était déjà éclispé en faisant retentir vivement le claquement de ses talons, empressée de quitter le rustre autant que les couloirs vides. La solitude dans ces moments là la rendait nerveuse. Le tique nerveux de ses lèvres en témoignait. Malgré sa paranoïa, il n'y eu pas l'ombre de la silhouette de Steadworthy, ni d'un de ses comparses et alors qu'elle s'approchait de la foule d'élèves qui entrait lentement de la salle de classe, un peu de chaleur lui revint. Elle alla s'installer au troisième rang vers la droite et déballa rapidement ses affaires sans saluer quiconque ni prononcer le moindre mot. Elle n'eu pas besoin de cela pour se faire remarquer, les regards aux alentours s'étaient soudainement tournés vers elle. Une poigne froide et sèche digne d'un Iguane lui enserra l'épaule tandis qu'une ombre pourvue d'opaques cheveux lisses lui obscurcissait la vue. Elle quitta les yeux mi-angoissés, mi-curieux des gens près d'elle pour relever le menton en direction de la personne qu'elle désirait le moins revoir au monde. Un rictus déforma ses lèvres quand ses yeux se posèrent sur Steadworthy qui elle, souriait d'une façon grossière, comme si cette mimique ne lui était pas naturelle. Une irrémédiable envie de la gifler lui traversa les bras et elle se crispa, le regard vénéneux, plus figée qu'une idole.
- J'ai un message pour toi.
Commença la brune en posant d'une manière presque délicate une enveloppe de parchemin sur le pupitre. Elle était scellée par un vulgaire morceau de scotch et rien ne renseignait sur l'auteur, mais la Serpentard savait l'avoir face à elle.
- Fous le camp. Tout de suite.
Même ceux qui avaient l'habitude de voir Liliana s'énerver aurait été impressionnés par l'accent qu'avait pris sa voix pour prononcer ces quelques mots. La haine transparaissait clairement, si clairement que même Darla recula d'un pas tout en prenant l'aspect d'un félin prêt à attaquer.
- À bientôt Vanloock.
Les regards s'évaporèrent et le cours commença, comme si rien ne s'était produit. Liliana, elle, demeurait toujours figée, la tête baissée en direction de la lettre cachetée. Elle finit par la pousser de côté et la laisser tomber mollement dans son sac, avant de s'appuyer d'un coude sur la table, la tête pleine, l'esprit loin des cours.
Ce fut seulement lorsque le nom de Messenger fut prononcé qu'elle s'extirpa des méandres obscurs de ses pensées et prêta une attention abstraite au professeur Shevelin. Celle-ci leur demandait ce qu'ils avaient apprit au cours de l'année, et la plupart des élèves se regardaient les uns les autres d'un air embarrassé, voir interrogateur. Qu'avaient-ils apprit ? C'était une bonne question. Une question qui ne l'intéressait pas pour le moment, alors que ses réflexions étaient focalisées sur la missive échouée dans son sac. Une missive qu'elle devait oublier, à moins de se décider à la lire. Mais elle ne pouvait pas faire ce plaisir à Darla.
Tout en se redressant, elle toussota et pris l'air le plus détaché qu'elle le pouvait, avant de lever sobrement la main.

- Professeur, Liliana Vanloock. Se présenta-t-elle. Compte tenu des expressions troublées qui font quasiment l'unanimité dans nos rangs, je ne dois pas être la seule à penser qu'il ne nous a rien été enseigné de concluant avec le professeur Messenger. Tout au plus, il nous a rappelé quelques bases offensives et défensives lors de duels amicaux organisés sous sa tutelle. Sans vouloir dire de mal, ses cours étaient assez confus et nous n'en avons guère eu assez pour nous targuer d'avoir apprit quoi que ce soit.

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Luna Lovegood
Serdaigle, 7 ème Année
Serdaigle, 7 ème Année
avatar

Messages : 264
Date d'inscription : 17/02/2010
Age : 29

MessageSujet: Re: Cours n°1 - Années 4 à 7   Lun 22 Nov - 14:44:03

Vendredi après-midi. En général, l'excitation des couloirs était à son comble ! Ce vendredi-là ne fessait pas exception. Et comme toujours, Luna était indifférente. Comme d'habitude ? Non pas vraiment en fait... elle était indifférente, dans son monde, mais pas pour les mêmes raisons ! Habituellement la jeune Serdaigle était complètement perdu, en décalage total avec les autres... mais là, elle semblait différente. À première vue, on ne voyait pas vraiment. Les habitants de Poudlard étaient trop habitués à son comportement étrange pour faire attention à elle. Ils ne la remarquaient même plus. Sauf que depuis quelques jours, les jeunes filles qui partage leur dortoir depuis sept ans avec elle, ont recommencées à lui porter attention... elles seules savent ce qu'il y a de différent chez Luna Lovegood. Et ce parce qu'elles l'ont vu. Luna, depuis le concert à changer. Si on n'y regarde bien, on voit deux chaussettes identiques une jupe réglementaire sans ajout « personnalisé » une absence totale de radis ou bouchons de bièraubeurre. De plus ses cheveux semblaient propres et peignés ! Luna Lovegood faisait des efforts vestimentaires ! C'est une chose totalement étrange, tellement étrange qu'en fait personne ne l'avait remarqué... sauf les filles de son dortoir... et elles hésitaient à en parler... de peur de passer pour des folles avec des hallucinations ! Si on y regardait de plus près, on verrait peut-être la cause de tout cela. Et ÇA, personnes ne l'avaient encore remarqué. Autour de sa taille menue, était accroché un pull réglementaire de Poudlard. Le seul problème, c'est qu'il était visiblement trop large pour elle, trop carré pour appartenir à une fille et surtout, les petites bandes jaunes et noirs aux extrémités et l'écusson démontrait qu'il n'appartenait certainement pas à la SERDAIGLE! Enfin bref, c'est ainsi que Luna Lovegood 2.0, ce rendis à son cours de DCFM.

Ce cours devait être celui de la présentation du nouveau prof de défense... Parce que, bien sûr l'ancien avait disparu ! Non mais, chaque année, il y avait quelque chose d'étrange avec les profs de cette matière ! La jeune fille pour sa part ne semblait pas plus enthousiasmée que ça. Comme si cette nouvelle ne la touchait pas du tout. Elle entra dans la classe en même temps que les autres, s'installa à une table, ni au fond, ni devant. Elle sortie son manuel, ses parchemins et sa plume avec une lenteur éthérée. Une fois le tout bien droit devant elle, elle jeta un regard à la nouvelle prof, la jugeant compétente, puis replongea dans ses rêveries. Rêveries peuplées d'un jeune homme châtain, aux yeux couleur d'été, abordant fièrement les couleurs de Poufsouffle. Luna Lovegood, au cours de ses derniers jours c'était progressivement transformer en adolescente. Comme si tous les changements psychologiques, que les autres auraient dû voir s'opérer sur elle au cours des sept dernières années c'était fait en l'espace de quelques jours. La tête appuyée sur la main, un sourire un peu niait au visage, Luna était loin. Et heureuse.

Elle n'entendit pas la question de la professeure, ni la réponse de la Serpentard. Pas plus que les chuchotements des élèves entre eux. Elle n'entendait rien. Ses yeux avaient beau être fixés sur l'enseignante, comme si elle écoutait attentivement le cours, elle ne voyait que des scènes entre elle et Rolf.


[HJ : ce n'est pas grand-chose, mais au moins je suis là XD et puis ça prenait bien une ado rêveuse non ? ]

_________________________________
Regardez ! là! un Ronflack !-->ici<--
Tu me crois folle Invité ? Le suis-je ?
Revenir en haut Aller en bas
Natalee Shevelin
Directrice de Poufsouffle, Professeur de Défense contre les Forces du Mal
avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 08/10/2010
Age : 28

MessageSujet: Re: Cours n°1 - Années 4 à 7   Mer 24 Nov - 13:35:46

Natalee avait la vague impression d'avoir devant elle un tas de mollusques. Certains gigotaient sans enthousiasme sur leur chaise, d'autres jouaient avec leur plume d'oie et certains, dans le fond, chuchotaient entre eux en répandant un écho sifflotant dans la salle. Apparemment, personne n'était très prompt à vouloir expliquer à leur prof ce qu'ils avaient fait avant elle. Quant aux notes qu'elle avait de la direction, elles demeuraient très vagues à ce sujet. De l'autre côté de la barrière, c'était tout de suite moins drôle et l'auror se prit à regretter l'époque où elle était tranquillement installé derrière son pupitre à suivre d'une oreille le cours et à faire des conneries dès que l'enseignant avait le dos tourné.
Heureusement, une élève à la cravate verte brisa le silence. La jeune Vanloock, comme elle s'était présentée, expliqua vivement que leur professeur avait été, en gros, un bon à rien qui n'avait pas enseigné grand chose. Bien, il n'y avait plus de doute, il ne restait plus qu'à repartir de zéro.

- Merci Miss Vanloock. C'était bien ce que je craignais. Et bien dans ce cas...

Une petite voix timide l'interrompit tandis qu'une main se levait dans les rangs. Une petite Poufsouffle à l'expression craintive lui demanda si elle avait déjà tué des gens avant de rougir jusqu'aux oreilles et écoper des rires moqueurs de ses congénères.
- Miss...?
- Cook, Madame. Répondit-elle.
- Et bien Miss Cook, j'ai tué trois personnes mais croyez-moi, cela n'a rien de cool comme vous semblez le penser tous avec vos têtes de boursoufs éberlués. Le métier d'Auror comporte de grands risques et afin de vous protéger contre les plus dangereux criminels, nous sommes parfois contraints d'arriver à la pire solution qui soit pour enrayer une menace. Dans ce métier, si on ne tire pas en premier le moment venu, c'est l'Auror qui y passe. Nous avons cependant pour éthique de ramener le criminel vivant, car nous ne sommes pas des justiciers, mais la main du Ministère. La sentence leur revient lorsque le prévenu est ramené jusqu'à leur prison. Je sais, dit comme ça, tout de suite c'est moins folichon.

Shevelin gardait un ton naturel dépourvu d'un once de réticence ou d'agressivité. Les gamins étaient curieux, c'était normal, et elle préférait répondre immédiatement à ce genre de questions avant que tout le monde ne commence à fantasmer dans son coin. L'imagination avait une fâcheuse tendance à miner la concentration.

- Bien, commençons. Un sorcier avant d'être un attaquant hors pair apprend toujours en premier lieu une seule et unique chose : la défense. Savoir user de sortilèges de défense est fondamental. Non seulement contre les créatures qui ne se laissent pas terrasser facilement, alors un sortilège défensif permet de la retarder et de fuir, mais aussi contre un autre sorcier lors d'un duel. Si vous faisiez un duel sérieux contre quelqu'un, vous finiriez dans un bel état si vous n'avez pas les connaissances nécessaires pour échapper à ses sortilèges.
Mais la défense ne consiste pas non plus à lancer des sortilèges tels que protego, finite ou autre expelliarmus. Se défendre peut aussi se résumer à une chose toute simple, puisqu'il s'agit avant tout de sauver sa peau : se camoufler. Même les Aurors doivent maîtriser cette technique et c'est ce que je vais vous apprendre à faire dans ce cours.

Entonna Shevelin d'une voix forte, un sourire enthousiaste aux lèvres. Elle marchait d'un pas leste d'un sens et de l'autre devant les premiers rangs, avant de s'arrêter finalement bien au centre de la classe, les mains jointes sur sa baguette magique.

- Pour se résorber à la vue d'autrui, il y a un sortilège connu dans le monde sorcier mais rarement maîtrisé à la perfection. Il est du même genre qu'un autre sortilège qui consiste à faire disparaître des obstacles à la différence que le sorcier qui utilise ce sort sur lui demeure là où il l'a lancé. Quelqu'un peut me donner les noms de ces deux sortilèges ? Quels autres sortilèges peuvent remplir une fonction de camouflage ?
La sorcière attendit en considérant les élèves d'un oeil perçant. C'était le moment de voir jusqu'où leurs connaissances défensives s'arrêtaient, pour mesurer l'étendu du travail qu'elle aurait avec cette classe.


[HJ : Je commence malgré le peu d'effectif, peut-être que cela motivera d'autres à venir. J'ai répertorié cinq sorts en tout, pour les réponses, à vous de jouer !]

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Samuel Pinsker
Serpentard, 4 ème Année
Serpentard, 4 ème Année
avatar

Messages : 167
Date d'inscription : 20/01/2010
Age : 37

MessageSujet: Re: Cours n°1 - Années 4 à 7   Sam 27 Nov - 9:32:27

Peine perdue, le cahier à moitié dézingué ne contenait rien de concluant, et Samuel préféra le refermer pour ne garder qu'une feuille de brouillon devant lui. Lenny lui répétait quinze fois par jour de ne pas dessiner en classe, mais ça n'empêchait pas d'écouter, non ? Et même si ça empêchait, de toute façon... Le cadet Pinsker étant abonné aux notes lamentables, ça ne changerait pas grand-chose. Cette fois, pourtant, il s'était promis de ne pas gribouiller ; avec une nouvelle prof, il fallait se tenir tranquille, faire bonne impression – à force, il pouvait répéter par coeur le sermon prononcé par son frère. Il lança donc un regard d'envie vers sa feuille, mais se retint de prendre son crayon ; la réponse murmurée de Neil Riley à sa question lui permit de s'occuper un instant, et il fit part de son vif étonnement à son camarade :

-Révisé les sorts de défense ? T'es sûr ? J'en ai aucun souvenir...

En y repensant bien, il n'était peut-être pas beaucoup allé en cours. Une fois, il s'en rappelait, il se trouvait à l'infirmerie pour soigner une terrible crise de flemme une douleur dentaire... C'était peut-être cette fois-là, en fait. Ce qui expliquerait l'absence du moindre cours de Défense contre les Forces du Mal dans ses archives. Mouais, ça devait être ça. Sans y penser, tout en écoutant distraitement la réponse de Liliana Vanloock à l'enseignante, le blondinet prit son crayon et se mit à jeter un croquis sur sa feuille. Un dragon, d'une race australienne rare, qu'il avait vu récemment dans un livre sur le sujet.

Il était occupé à fignoler la forme d'une aile lorsqu'une petite voix timide le tira de sa torpeur, et lui fit tracer un grand trait de traviole. Cette idiote de Cook venait vraiment de demander à la prof si elle avait déjà tué des gens, et elle s'était attiré une réponse circonstanciée. Samuel n'aurait pas imaginé que Shevelin donnerait autant de détails, ni même qu'elle accepterait de répondre. La prof monta d'un cran dans l'estime du cancre, qui entreprit de gommer le trait qui défigurait son dragon. Et puis, sagement, il posa son crayon pour essayer de se concentrer cinq minutes sur le cours. Bon, la tentation de le reprendre était bien forte, mais le Serpentard se jura de ne pas céder. Pas avant au moins dix minutes. Ou cinq. Ou deux.

Le professeur Shevelin demandait quels sorts permettaient de se rendre invisible, et le gamin repensa à un élève de Serpentard, qui avait passé ses ASPIC l'année précédente et avait obtenu un score à la limite de l'indécence ; onze ASPIC, dont huit avec mention Optimal. Ce type, exceptionnellement doué, avait un jour fait une petite démonstration en salle commune, et il avait jeté le sort en question sur un première année désigné volontaire pour servir de cobaye. Le mioche avait disparu, sous les ovations des assistants ; de l'avis général, il était extrêmement rare qu'un élève de septième année puisse maîtriser ce sort, et l'exploit était entré dans la légende de la maison. Samuel avait assisté à cette scène, qu'il revoyait avec précision – il se rappelait avoir pensé que se rendre invisible serait la combine parfaite pour sécher les cours – mais il ne pouvait se souvenir du nom du sort. Sans se rendre compte qu'il parlait tout haut, il fit :


-Ah oui... comment ça s'appelle déjà ?

Le regard vif du professeur s'arrêta sur lui, et il balbutia :

-Le sort du caméléon non ? Ou euh... la désillumination, ou un nom comme ça... En fait il faut donner un petit coup de baguette sur la tête, comme ça (il fit mine de lancer le sort sur Neil avec son crayon en guise de baguette) et la personne devient transparente... C'est pas ça ? acheva-t-il sur le ton vaguement désolé de celui qui vient d'énoncer une énormité.

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Harry Potter
Gryffondor, 7 ème Année
Gryffondor, 7 ème Année
avatar

Messages : 167
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 30

MessageSujet: Re: Cours n°1 - Années 4 à 7   Dim 28 Nov - 13:15:25

Harry était installé depuis le début dans les premiers rangs, il se tenait tranquille, à l'écoute des autres. Le jeune sorcier ne répondit pas à la suite de Samuel. Premièrement le garçon était trop timide pour ça, malgré tous ses exploits il peinait encore à lever la main pour répondre à un professeur, et deuxièmement parce que connaissant déjà le truc, l'ayant apprit avec l'Ordre du Phénix, l'adolescent pensait que ce n'était pas du jeu et qu'il fallait laisser les autres répondre... D'ailleurs le Serpentard n'avait pas tout faux, c'était décrit maladroitement mais décrit dans le bon sens quand même et il avait le mérite d'avoir participé, lui au moins! Pendant ce temps Harry prenait des notes, il était intérieurement très heureux de voir que Messenger avait dégagé et qu'on donnait la place à une femme compétente. Natalee Shevelin, ancienne lycane, débarrassée par miracle de sa malédiction. Elle n'avait jamais trahi l'ordre et avait travaillé avec ardeur pour la paix, autant de bons points en sa faveur... Seul petit bémol, son livre... Écrire une autobiographie c'était s'exposer volontairement au voyeurisme, elle rêvait d'être célèbre ou quoi? Ce n'était pas son chemin à lui, et il était donc en désaccord avec l'Auror, ne décryptant pas cependant, les raisons peut-être tout à fait honorables qu'elle avait eu. Mais la guerre avait forgé un caractère entier à Harry, ou tout du moins avait renforcé celui qu'il avait avant. En tant que jeune "guerrier" il avait apprit à se faire une idée des choses dans la seconde et à ne plus en changer facilement ensuite, c'était la clé de la survie. Une clé qui l'avait fait devenir très borné, plus encore qu'auparavant.

Mais cette faute tâchant l'admirable parcours de la femme n'était pas à remettre en cause, surtout pas de la part d'un "gosse" de 18 ans. Le Survivant était content que l'Auror ait prit les choses en main; s'il était parfois manichéen et, même souvent, il n'en restait pas moins modeste et bien que persuadé d'avoir raison dans son inébranlable ligne de conduite, c'était une personne qui aimait apprendre des autres pour s'améliorer. En véritable éponge, l'adolescent suivait les enseignements qui lui permettraient de survivre par la suite, il était persuadé que Shevelin avait énormément de choses à lui apprendre et il prenait ce cours très au sérieux. Ce qui le gênait c'était l'aspect scolaire de la chose; bien sûr le brun était content de revoir ses amis dans ce foyer redevenu accueillant... ça mettait de la vie un peu partout, Un poufsouffle aux cheveux blancs était assis non loin de lui alors qu'il s'était curieusement placé à côté de Liliana, lui vouant en guise de bonjour, un petit sourire franc bien que léger et éphémère. Luna était habillée normalement, c'était très étrange à voir et même un peu inquiétant pour qui la connaissait bien mais Harry n'allait pas lui en parler en plein cours, ni même lui en parler, il préférait attendre qu'on vienne à lui, estimant sinon, que les gens n'avaient pas envie d'être dérangés.

Samuel qui avait répondu l'avait ramené sur terre, non décidément cette ambiance scolaire lui déplaisait. Le tableau n'était pas si noir pourtant, l'aspect de la classe rendu convivial mais il avait tellement été habitué à se cacher, à apprendre dans l'urgence avec des Aurors confirmés, presque en cours particulier. Il s'habituait mal à cette sensation de présence en masse, mais il devait faire avec puisqu'il n'était pas capable de se jeter dans la vie active maintenant. Le sorcier était à vrai dire un peu perdu dans ce monde, retrouver sa place n'était pas si facile après une guerre. Poussant un léger soupir très discret, le garçon leva ses yeux d'émeraude sur l'estrade pour s'attarder sur Natalee, lui offrant toute sa concentration pour ne plus penser à rien d'autre qu'à apprendre.

_________________________________
Animagus Loup non déclaré - et probablement mal peigné-

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Neil Riley
Poufsouffle, 5 ème Année
Poufsouffle, 5 ème Année
avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 28/08/2010
Age : 29

MessageSujet: Re: Cours n°1 - Années 4 à 7   Sam 11 Déc - 17:17:24

Son cœur s’arrêta puis s’emballa au son de la voix douce et mélodieuse de Liliana. Cette introduction n’est-elle pas magnifique ? Neil profita que l’attention générale de la classe s’était tournée vers la jolie blonde pour l’observer d’un air rêveur. Il ne porta qu’une attention très relative au sens de ses paroles. Son intervention était forcément brillante. La jeune fille parlait bien, sa diction était parfaite, son anglais irréprochable. Il n’y avait pas une seule fausse note, pas de mot écorché, aucune tournure simplifiée à laquelle même les figures les plus importantes du Ministère osaient parfois céder. C’était beau à entendre. Neil savait qu’il accumulait à l’inverse tous les défauts de langue, les ponctuations en « heuuu », les « ouais », les négations tronquées en début de phrase, rien de très sexy en somme. Pourtant, il aurait pu prendre exemple sur Adam. Mais, même s’il aimait beaucoup son frère, il n’avait jamais eu envie de lui ressembler. Ses allures décontractées contredisaient toute la réputation que le Serdaigle s’était façonnée. D’un côté, toutes les marques de la dignité, de l’autre, le mec cool et débraillé. Oh, il ne se surprenait pas à l’envier maintenant que ses vues sur Liliana s’affirmaient. C’était son style voyez-vous, une façon d’être qui l’aidait à rester plutôt bien dans sa peau et qu’il comptait même aggraver. L’ennui venait plutôt du fait que malgré son look de futur punk à la rue – le trait étant volontairement grossi pour souligner le contraste qui va suivre – il ne s’intéressait qu’aux filles les plus distinguées. Disons le tout de suite, elles avaient mille fois plus de charme qu’une nana habillée comme un sac pour faire oriental (« ouais l’orient, sa shisha, son art psychédélique, ses éléphants bleu à trois trompes, ses vaches et ses moutons… trop la classe tavu ! » ), une autre habillée trop large pour faire… rien en fait, c’est juste qu’elle s’en fout parce qu’elle écoute du métal et que de toute façon ses potes moldus lui ont fait découvrir l’ordinateur, une autre sappée de toutes les couleurs avec des colliers énormes pour faire original – et Non, Alexia n’était Pas attirante – ou – car il faut bien stopper cette liste inepte un jour –, la fille qui a l’inverse a essayé d’être sexy en gardant un look rebelle qui passe par un tube de rouge à lèvre (Rouge !) écrasé sur les lèvres, des cernes autour des yeux (ou style panda, mais ce serait insulter l’effet désiré qui ne doit pas faire mignon ! On parle de gothiques là ! De gens qui essayent de vivre la nuit leur condition de vampire et le jour leur misérable condition humaine) et qui oublient – entre autre – qu’un corset se porte sans bourrelets, et que, non, les bas résilles roses fluo sous une jupe écossaise et accompagnés de chaussures qui affinent autant le pied que des après-ski n’est pas un appel au viol. Ceci n’est qu’un point de vue purement subjectif évidemment. Neil n’oserait pas affirmer que ces curieuses représentantes féminines privilégient les soirées bien alcoolisées pour se trouver un coup. Et la beauté naturelle alors ? Bref. Ce paragraphe s’est égaré en raison d’un trouble occasionné par la présence déroutante de Liliana. Il sera impossible de le poursuivre de manière cohérente puisque vous n’y comprenez probablement plus rien non plus, ce qui me laisse à penser qu’il est temps de passer au paragraphe suivant.

Voilà ! Et la joueuse qui écrit ces lignes n’a absolument pas craquée. J’essaye simplement de donner un peu de matière à un rp de cours qui est pas définition ennuyeux à taper puisqu’il s’agit de cours et que de plus je suis en vacances (maintenant, vous pouvez me détester). Neil en avait quelque peu oublié de suivre le cours. Il avait décroché, chose qui arrivait, hélas, très souvent. Que s’était-il passé entre temps ? Une Poufsouffle avait fait une intervention idiote qui venait de détrôner d’un coup toutes les remarques stupides d’Eddie depuis le début de la semaine. Son camarade avait peut être trouvé la femme idéale… Mais, fait étonnant, l’enseignante ne se moqua pas de la petite ingénue et répondit très précisément à la demande. Ce fut au tour de son voisin Serpentard de se redresser sur son siège pour écouter la suite avec attention. D’une manière générale, tous les bavardages chuchotés s’étaient tus. La prof venait de parler de meurtre, les adolescents trouvaient ce divertissement intéressant. Evidemment, Neil n’était pas un jeune comme les autres – sinon quel serait l’intérêt d’en faire un personnage de rp franchement ! – les histoires d’assassinas ne le passionnaient pas, d’ailleurs il préférait le death metal au black metal. Quel est le rapport me diriez-vous ? L’interprétation est laissée aux fins connaisseurs du genre. Au pire, si cette réflexion n’apporte aucune suite logique ni cohérente à la phrase vous apprécierez néanmoins son apport informatif à propos des goûts de Neil Riley, même s’il ne permettra pas de déterminer la couleur de son slip. Donc, au lieu d’écouter, le Poufsouffle songeait à la femme non-idéale en alignant successivement le profil de toutes les fans de son groupe, donc de toutes les filles qu’il pouvait potentiellement sauter. Oui, c’est triste, mais avoir des critères élevés est le meilleur moyen de garder son pucelage, pas besoin d’être enfant de chœur pour y arriver (d’ailleurs, à ce qu’on raconte, ce serait un epic fail assuré). Pendant ce temps, Samuel avait dessiné un beau dragon sur sa copie. Neil en apprécia le trait. Au moins, les gribouillages de son voisin étaient productifs. Les siens ressemblaient à ce qu’on appelait vulgairement, de l’art abstrait, ou conceptuel peut-être, pour faire plus intelligent, parce que, excusez-moi mais, trois carrés tracés à l’encre bleue sur un parchemin ont forcément une signification très profonde que les béotiens comme nous ne peuvent pas comprendre. Samuel avait cependant arrêté son chef-d’œuvre pour tenter une réponse un peu désordonnée à la question de l’enseignante à propos des sortilèges de camouflage. C’était le moment de passer à l’action ! De montrer qu’il pouvait avoir la classe en cours lui aussi, pas comme Liliana mais assez pour Lui montrer qu’il connaissait aussi son cours. Pas à la prof hein – pour quoi faire ? – à Liliana. Il éleva donc courageusement la main et compléta les propos de son voisin par une intervention des plus savantes :

- Je crois que c’est le sortilège de désillusion.


Alors ? ça vous la coupe hein ? Bon, après quelques secondes de silence tendu, Neil se trouva un peu trop léger sur le coup. Evidemment, il avait répondu sans trop réfléchir et n’avait pas préparé une formule plus développée, comme toujours dans ce genre de situation. S’appuyant donc sur les propos de son voisin – merci sammyyy ! – il poursuivit :


- ça ne rend pas vraiment transparent. En fait c’est un sortilège de caméléon, la personne prend l’aspect du décor qui l’entoure, couleur, matière et motifs. C’est un sortilège difficile à lancer parce qu’il doit s’adapter à chaque nouveau mouvement pour ne pas trahir la personne camouflée…


La réponse était très vague mais, en même temps, il n’avait pas une connaissance folle de ce type de sortilège. Un peu gêné, il se renfrogna aussitôt et traça une série de traits entrecroisés sur son cours pour passer le temps.

[Ouf, promis je ne recommence plus. ]
Revenir en haut Aller en bas
Liliana Vanloock
Serpentard, 6 ème Année
Serpentard, 6 ème Année
avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 22/01/2010
Age : 36

MessageSujet: Re: Cours n°1 - Années 4 à 7   Mar 14 Déc - 12:21:37

Liliana renvoya vaguement le sourire que lui avait offert Potter en s'asseyant à côté d'elle. Il fallait croire que passer la Défense contre les Forces du Mal à côté du Rouge et Or était devenu une habitude, mais elle n'allait pas se plaindre. Elle avait ainsi pour partenaire d'exercices pratiques le meilleur élève de cette matière et cela la motivait à se dépasser (admettons, bien sûr, qu'ils avaient été partenaire dans le cours de Messenger inachevé). Cependant, son coeur n'était pas vraiment aux études, cette lettre la stressait comme l'apparition d'une beuglante au beau milieu de la grande salle. Mais n'y pensons plus, le cours commençait et il était plus productif d'écouter leur enseignante que de penser à ce que lui réservait Darla.
Comme toujours, il y avait un boulet pour poser une question absurde. La Serpentard poussa un léger soupir. Quel intérêt y avait-il à savoir que leur professeur avait déjà tué des gens ? C'était une ancienne auror qui avait vécu la guerre, cela relevait de l'évidence. Pourtant, Shevelin ne perdit pas patience et répondit à la question de la Poufsouffle, sous l'étonnement et la fascination générale. Et quand le cours commença réellement, les élèves semblaient tout à coup plus motivés à répondre aux questions. Ça s'agitait légèrement dans les tribunes, chuchotait des réponses et demandait confirmation à son camarade de classe et, étonnamment, ce fut Samuel Pinsker qui tenta une réponse concrète en premier. La forme n'y était pas vraiment, mais il avait visé juste. Elle ne fut pas la seule à sourire à l'expression "sort du caméléon" néanmoins personne ne se moqua, n'osant certainement pas se faire remarquer d'une mauvais manière face à la charismatique Shevelin, qui jaugeait d'un oeil de lynx ses étudiants.
Une voix familière compléta la réponse du Serpentard. C'était Neil, qu'elle n'avait pas remarqué jusqu'alors. Un petit sourire incontrôlé émergea alors qu'elle se tournait vers la chevelure blonde cendrée devant elle tout en se rappelant leurs péripéties au concert et celle dans les couloirs de l'école. Avait-il lu le résultat de leur interview ? Elle se demandait ce qu'il avait pu en penser, particulièrement à propos du petit aparté qu'elle s'était permise à la conclusion de son introduction. Il faudrait qu'elle pense à lui demander si l'article l'avait satisfait.
Mais pendant qu'elle pensait, un nouveau silence indécis s'installa tandis que la professeure attendait de nouvelles tentatives de la part de ses élèves. De quoi avait-on parlé, déjà ? Ah oui, du sortilège de désillusion. C'était le plus évident. Natalee en demandait d'autres, capables de remplir une fonction de camouflage. Tandis que les autres se creusaient la cervelle, Liliana dressa la main avec sureté et pris aussitôt la parole.

- Il y a le sortilège d'oblitération. Il efface les traces de pas laissées derrière nous dans un sol meuble. Si on utilise le sortilège de désillusion à l'extérieur, il est avisé d'effacer ainsi une potentielle piste afin de ne pas se trahir.

Liliana avait souvent utilisé ce sort pour toutes sortes de petits méfaits. Elle ne l'avait jamais maîtrisé à la perfection, cependant il lui avait déjà très bien servit. La dernière fois qu'elle l'avait utilisé, c'était lors de sa fuite dans la Forêt Interdite. Malheureusement, l'imperfection avec laquelle elle savait jeter ce sortilège avait coûté la vie à son ami et amant d'un soir. La gorge soudainement serrée, elle baissa sobrement les yeux afin de cacher la douleur renaissante à un potentiel regard étranger, puis attrapa sa plume pour gribouiller quelques notes sur le morceau de parchemin posé devant elle.

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Natalee Shevelin
Directrice de Poufsouffle, Professeur de Défense contre les Forces du Mal
avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 08/10/2010
Age : 28

MessageSujet: Re: Cours n°1 - Années 4 à 7   Dim 9 Jan - 15:29:13

Les élèves étaient bien molassons. Était-ce la guerre, qui les avait rendu si tristes et mornes ? Il y avait bien une ou deux boules de papiers qui surgissaient de temps à autre dans les rangées du fond, mais la plupart étaient sages faute pour certains d'être studieux, et on pouvait presque entendre les mouches voler quand Natalee se taisait. Cela n'avait rien à voir avec une salle de classe de son époque et, pourtant, la discipline y avait été plus forte. Drôle de paradoxe. À moins que ce ne soit le QG des Aurors qu'elle avait fréquenté pendant des années qui lui donnait l'impression que chaque rassemblement qui ne se terminait pas par des cris ou des huées où tout le monde voulait donner son avis était profondément insipide ? Ou alors, c'était le fait qu'elle même avait un don pour transformer un cours en aire de jeu improvisée qui lui donnait cette impression. Il fallait dire, aussi, qu'en tant que nouvelle enseignante, elle était évaluée et jaugée. La curiosité était encore trop forte pour que l'on se désintéresse de son cours. C'était maintenant qu'il fallait les accrocher.
À peine s'était-elle faite cette réflexion qu'une voix perça le faible bourdonnement de quelques chuchotements. Ses yeux ambrés se tournèrent immédiatement vers la source de la voix qui s'interrogeait sur le nom du sort qu'elle venait de suggérer. Un fin sourire enchanté arqua ses lèvres à la réponse que formulait maladroitement l'élève. Le sortilège du caméléon. Même si le nom était faux, il ne manquait pas de logique et Shevelin trouva cette appellation très amusante. Elle acquiesça avec enthousiasme, avant qu'un autre élève, qui oublia aussi de se présenter mais qui était manifestement de sa maison donna le terme correct.

- Oui, c'est cela. Vous me l'avez très bien représenté tous les deux. Le "sortilège du caméléon", c'est pas mal ça, ce serait faux sur une copie d'examen cependant ça représente très bien l'effet du sort. Vous pouvez prendre en note ce qu'on dit vos camarades, c'est tout à fait juste. Pourrais-je avoir vos noms s'il-vous-plaît ?

Natalee se tourna en direction du tableau et agita sa baguette. Une définition du sortilège, s'écrivit en lettres blanches et crayeuses sur le noir immaculé.

Citation :
Sortilège de désillusion.

"Desillusio !"
Sortilège de camouflage utilisant la technique du caméléon afin de faire prendre au corps du sorcier les teintes et les couleurs de l'environnement sur lequel il passe, afin d'être le moins visible possible et s'adaptant au moindre mouvement du lanceur.

- L'autre c'est evanesco, c'est ça ?
Essaya une autre élève.
- Exact. La différence majeure, comme je le disais, c'est que ce sortilège fait disparaître l'objet alors que le sorcier, lui, ne disparaît pas lorsqu'il lance un desillusio. Mais même les objets ne disparaissent pas complètement. Rien ne peut être désintégré matériellement d'un coup de baguette. Les objets réapparaissent toujours quelque part, mais on ignore où. Beaucoup de chercheurs planchent sur le sujet et émettent l'hypothèse qu'un plan particulier existe où l'objet est emprisonné, et qu'il peut réapparaître sur la volonté du sorcier. Mais ceci est un autre débat, un peu trop compliqué pour figurer dans ce cours.
Une réponse en entraînait de nouvelle, et ce fut bientôt au tour de Miss Vanloock de prendre la parole et de suggérer un des sorts qu'elle attendait le plus dans la bouche de ses élèves.
- Parfait, Miss. Un sortilège de désillusion en extérieur va de pair avec un sortilège d'oblitération. C'est un sort plus simple à lancer que le desillusio, cependant, il demande de la maîtrise. Il est moins facile qu'il n'y paraît, puisqu'il faut que le sort agisse encore une fois lancé et que le sorcier reprend sa course ou sa marche. Notez sa définition également.

Citation :
Sortilège d'oblitération.

"Oblitesco !"
Sortilège de camouflage visant à effacer les traces de pas laissées derrière soi dans un sol meuble. Si on utilise le sortilège de désillusion à l'extérieur, il est avisé d'effacer ainsi une potentielle piste afin de ne pas se trahir.

- D'autres idées ?
Cette fois-ci, les élèves séchaient. La sorcière attendit un instant en scrutant les visages qui semblaient prêts à dire quelque chose, puis qui se ravisaient à la dernière seconde. Les principaux sorts données, le reste des apprentis sorciers hésitaient de peur de dire une énormité. Pourtant, au moins un des trois sortilèges qu'elle attendait était particulièrement connu et avait certainement été utilisé par au moins l'un d'entre eux. Malheureusement, on ne pouvait tout obtenir du premier coup. Natalee rasa les premiers rangs, la baguettes pointée en direction des élèves et, lorsqu'elle passa à côté d'un jeune homme qui ne cessait de chuchoter des mots doux à sa voisine exaspérée, elle lança :
- Silencio !
Un petit sourire goguenard aux lèvres, elle s'arrêta face au sixième année indigné, qui ne pouvait plus formuler un seul mot.
- Muet comme une carpe. Pour empêcher un sorcier de vous lancer un sort, si tenté qu'il ne maîtrise pas l'informulation, c'est parfait. Mais c'est aussi un sort que l'on peut se lancer à soi-même pour éviter de se trahir avec un souffle trop bruyant, un mot que l'on n'a pu retenir du genre "Aie, merde, foutue armoire" et caetera. À condition de maîtriser "finite incantatem" - elle dirigea à ce moment sa baguette sur la poitrine de l'adolescent, qui retrouva instantanément la parole - de façon informulé. Sinon, vous aurez l'air surtout con, quasiment invisible, sans trace de pas pour vous trahir et muet comme une tombe. Nous apprendrons cela en temps et en heure.

L'enseignante continua sa marche le long des pupitres des élèves pour s'arrêter finalement devant une brunette à l'air fasciné, qui possédait devant elle une liasse de feuilles encore vierges. Son intérêt se transforma en inquiétude lorsqu'elle vit Natalee pointer sa baguette sur sa table.
- Protéiforme !
Instantanément, une des feuilles se souleva dans les airs à la vue de tous et se transforma en une pie en origami qui se mit à voleter, sous l'impulsion de la baguette de Shevelin, au-dessus de la tête de tous les élèves.
- Voilà le sortilège de protéiforme. Il change la forme d'un objet de sorte de lui donner une apparence nouvelle et trompeuse. Ici, c'est d'un bas niveau. Tout le monde peut constater qu'il s'agit d'une feuille. À plus haut degré, on peut leurrer complètement autrui en lui faisant prendre des vessies pour des lanternes. Si ça ne peut pas nous camoufler nous-même, ce peut-être un sortilège idéal pour cacher quelque chose de précieux, une preuve ou tout ce que vous voulez.
Enfin, en dernier : le sortilège d'impassibilité. Bien pratique pour insonoriser une pièce en jetant ce sort sur une porte. Tout ce que vous direz de l'autre côté restera entre vous et votre interlocuteur et personne ne pourra vous entendre. Imaginez bien que, quand on se trouve à un endroit où on ne devrait pas être, c'est parfait pour farfouiller en toute liberté, sans crainte de se faire attraper. Mais avec tout cela, je vais finir par vous donner de mauvaises idées...

Un fin sourire complice agrémenta ses paroles.
- Retenez bien tous ces sortilèges, vous devrez les maîtriser pour vos examens et ils peuvent être essentiels dans bien des situations. Mais pour l'instant, nous allons nous concentrer sur la désillusion. Quatre points sont accordés à tous ceux qui ont pris la parole. Maintenant, observez-bien ce qui va suivre. Samuel, rejoins-moi je te prie.
Ordonna-t-elle d'un air chaleureux.

Elle se recula de quelques pas afin de se mettre à la vue de toutes les paires d'yeux braqués sur elle et attendit patiemment que le jeune homme la rejoigne. Enfin, elle se plaça à côté de lui et leva sa baguette au dessus de son crâne, qu'elle tapota en prononçant à haute voix :

- Desillusio.
Aussitôt, le crâne de Samuel devint transparent, suivit par son visage et tout le reste de son corps jusqu'à ses pieds.
- Exactement comme tu l'avais dit. Un petit coup sec sur le crâne et il n'y a plus personne.
Son trait d'humour la fit glousser.
- À savoir que cela fonctionne aussi sur les objets. Il faut se concentrer de toutes ses forces sur le but à atteindre et laisser la magie circuler jusqu'à la pointe de la baguette. Comme vous devez le savoir, l'intonation compte beaucoup pour réussir un sortilège et celui-là en particulier. Veux-tu essayer, jeune homme ?
Demanda-t-elle en cherchant du mieux qu'elle le put l'endroit où devait se trouver son regard.

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Ronald Weasley
Gryffondor, 7 ème Année
Gryffondor, 7 ème Année
avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 30/08/2010
Age : 29

MessageSujet: Re: Cours n°1 - Années 4 à 7   Jeu 20 Jan - 17:44:57

Les cours...tous pareil au même... des gens qui bavassent.... Un prof qui bavasse...suivit d'encore des gens qui bavassent. Ron, s'ennuyait ferme. Oui bon le cours de DCFM avait toujours été son préféré...sauf peut-être lorsque c'était Lockhart qui le donnait... Enfin bref. Il aimait le cours donc il se faisait un peu moins chier que d'habitude...nah mais...pourquoi il avait la brillante idée de continuer l'école déjà ? Ah oui...sa mère qui hurlait...Harry qui voulait y retourner... l'idée de passer une année tranquillement avant de rentrer dans la vie active... Au moins cette prof là, elle ne glandait pas ! à peine le cours commencer que c'était une débandade de questions ! Elles fusaient à la vitesse de l'éclair ! Les réponses allaient presqu'aussi vite ! Il n'arrivait même plus à suivre ! Bon, Ok. S'il ne serait pas dans ses penser il suivrait peut-être mieux non ? Et puis... Harry assis à côté de lui suivait bien lui ! Aller un petit effort... voilà, écoute la réponse de Vanlook. Bon ok... oblitération désillusion... Le cours portait sur les sortilèges de camouflage...du moins il pensait que c'était ça.... Il se souvenait, qu'Harry lui avait raconté comme l'ordre l'avait fait sortir de chez les Dursley l'été de la cinquième année....

Lorsqu'il entendit le mot Protéiforme, aussitôt les souvenirs de leur cinquième année remontèrent, Hermione est vraiment une jeune femme TROP brillante...peut-être était-ce ça qui lui avait fait le plus peur dans leur simili relation ? Ouais...surement ça. Impassibilité...ouais ça aussi ça lui rappelait des souvenirs..Le sort trouvé dans le livre du Rogue y ressemblait ! Mais en mieux ! Vraiment en mieux. Lui aussi il était trop brillant...mais ça ne l'a pas sauvé...


Soudain, une cloche sonna dans la tête de Ron...Examen ! Quoi...ou...quand...comment ! Mais qu'est-ce qu'elle dit !!!! Et merde ! Il n'avait pas écouter le cour et maintenant il ne savait pas ce qui allait être à l'examen...roh c'est bien lui ça ! Il fallait toujours que ça lui arrive... Rah. En plus Hermione n'était pas là cette année pour le remettre dans le droit chemin! Il la sentait mal l'année des ASPIC >< La prof fit venir à elle Pinsker (le junior) à l'avant... Et là, en moins de deux POUF ! Plus de Pinsker ! L'énervement de ne pas savoir tous les sortilèges nommer en classe le fit gigoter plus fortement sur son siège... et avec sa chance légendaire -plutôt sa maladresse- il accrocha de sa longue jambe la chaise de Luna qui rêvait devant lui.Il lui chuchota rapidement une excuse...


- Oups...pardons Luna.

Les oreilles rouges de gène, Ron s'efforça de se faire oublier en écoutant le cours... et qui sait...peut-être qu'il pourra répondre à une question !
Revenir en haut Aller en bas
Luna Lovegood
Serdaigle, 7 ème Année
Serdaigle, 7 ème Année
avatar

Messages : 264
Date d'inscription : 17/02/2010
Age : 29

MessageSujet: Re: Cours n°1 - Années 4 à 7   Jeu 20 Jan - 18:47:08

Rêver c'est bien... On s'y sent totalement à notre aise, à notre place. On y est bien et on ne voudrait jamais arrêter. C'était ce que Luna expérimentait dans le cours de DCFM. Elle s'imaginait plein de scénarios, plein d'histoire abracadabrante. Elle allait même jusqu'à se permettre de rêver du futur. Elle se voyait presque clairement dans une dizaine d'année, dans une savane quelconque, armée d'un filet, coiffée d'un horrible chapeau de tissus en camouflage. À ses côtés, Rolf. Lui aussi, en habit de chasse, avec un filet... Elle se voyait avec un tout petit ventre... un début de grossesse, pourquoi pas ! Un sourire totalement niais apparu sur le visage de la Luna du temps présent. Personne ne s'en rendit compte. Et au pire, si cela arrivait ça passerait encore pour sa folie ! Elle allait se plonger encore plus dans son univers totalement imaginer, pour une bonne dose de rêverie lorsque l'horreur se produit. Rêver c'est bien...mais quand on se fait sortir brusquement de son rêve c'est déstabilisant. Et très énervant ! On se sent perdu, totalement décalé. On se sent comme déçu que le rêve ne soit pas réalité. On n'a pas eu le temps de se faire à l'idée que tout cela n'était pas vrai. C'était ce que Luna expérimentait dans le cours de DCFM. Elle était super bien lorsque tout à coup, Ronald Weasley lui envoya un coup de pied dans la chaise. Le choc et le bruit la fit sursautée méchamment, manquant de lui faire un arrêt cardiaque. Rolf, l'Afrique et le début de grossesse disparurent en un claquement de doigts. La laissant tout perdue au beau milieu d'un cours qu'elle n'avait pas suivi du tout. L'autre espèce de Sunoom (merci Aed L. McRae) Lui souffla qu'il était désolé...non mais il venait de la faire atterrir brutalement de sa planète ! Elle était bien là où elle était ! Et là elle était de nouveau dans cette salle de classe froide. Pff la vie était injuste. Mais bon vu la rougeur du Weasley il allait falloir lui montrer qu'elle ne lui en voulait pas vraiment... Elle était juste déçue.

- Pas grave Ronald.

Elle ne l'avait jamais appelé Ron... et elle ne commencera surement pas aujourd'hui ! De plus c'était un peu comme une petite vengeance -oui elle en était capable elle aussi- vu qu'il détestait son nom. Elle leva les yeux vers la prof et vu qu'elle parlait en fixant le vide devant elle...était-elle folle ? Vu que les autres autour n'Avait pas l'air de trouver cela anormal elle se dit qu'elle avait sûrement manqué quelque chose d'important... bah.. Elle allait écouter maintenant si elle ne pouvait plus rêver...comme celaau moins...à défaut d'avoir l'Afrique elle aurait ses ASPICs.

[oui bon désolée pour les fautes mais Bon patron est mort -encore- et Word ne corrige pas tout! ... en plus je me sens nulle de me répondre à moi même XD]

_________________________________
Regardez ! là! un Ronflack !-->ici<--
Tu me crois folle Invité ? Le suis-je ?
Revenir en haut Aller en bas
Samuel Pinsker
Serpentard, 4 ème Année
Serpentard, 4 ème Année
avatar

Messages : 167
Date d'inscription : 20/01/2010
Age : 37

MessageSujet: Re: Cours n°1 - Années 4 à 7   Mar 25 Jan - 20:56:39

Fait rare, Samuel ne s'était pas fait rabrouer après sa peu académique réponse. D'habitude, lorsqu'il esquissait ce genre de proposition fantaisiste, le professeur l'arrêtait au beau milieu d'une phrase et passait à quelqu'un d'autre en faisant un commentaire du genre “merci mais on est entre gens sérieux là”. Shevelin ne le connaissait pas encore assez pour se comporter de la même manière que les autres enseignants ; on lui avait sans doute fait des recommandations, mais elle n'était visiblement pas du genre à les suivre... Il suffisait qu'on lui ait dit d'ignorer royalement les interventions stériles des cancres du genre Pinsker 2, pour qu'elle décide d'y accorder toute son attention. À la grande surprise de Samuel, la prof dit aux élèves de noter ce qu'il avait esquissé, et que Neil avait complété ; la chose était assez rare pour que le gamin marque un instant d'hésitation avant de donner son nom – en général, on ne le lui demandait que pour lui passer un savon...

Bien entendu, d'autres élèves firent des propositions bien plus pertinentes, avec les vrais noms des sortilèges et tout. Comment faisaient-ils pour se rappeler tout ça ? Des noms aussi tartes que “sort d'oblitération” ? Au signal du professeur, Samuel prit sa plume pour noter, mais il lui était difficile d'écrire et d'écouter en même temps, et il se retrouva bientôt, la plume en l'air, uniquement absorbé par ce qui se disait. Sortilège protéiforme... vlà autre chose... Pourquoi fallait-il que les choses aient des noms si compliqués ? Le Serpentard se rendit soudain compte qu'il était censé écrire, et il se repencha sur son parchemin ; sa plume, demeurée trop longtemps inutilisée, avait séché, de sorte que même avec toute la bonne volonté du monde, il n'aurait pu noter un traître mot... De toute façon, Neil ne refuserait certainement pas de lui passer son cours. Ou quelqu'un d'autre. Le spectacle de la classe était bien plus réjouissant... Un grand échalas de sixième année venait de se prendre un sort qui l'avait contraint au mutisme, et il arborait une mine offensée assez comique. Samuel n'eut guère le temps d'admirer la pie de papier qui venait d'arriver au-dessus de sa tête ; la prof l'appelait, et malgré son air cordial, il se leva avec une certaine inquiétude, en se demandant quel genre de tuile allait bien lui tomber dessus.

Il suivit d'un regard anxieux le mouvement de Shevelin lorsqu'elle leva sa baguette au-dessus de sa tête, et eut l'impression qu'elle venait de lui écraser des glaçons sur le sommet du crâne. Le sort du caméléon... enfin le sort de désillusion machin truc... Le gamin étendit ses mains devant lui ; rapidement, son corps devenait transparent, de la couleur de chaque meuble situé derrière lui... On put entendre la voix émerveillée du Serpentard, sortant de nulle part :


-Ouah... c'est génial ce truc...


Par curiosité, il se déplaça un peu, le plus silencieusement possible, et s'amusa fort de voir que tout le monde continuait de regarder à l'endroit où il avait disparu. Ça c'était un sort du tonnerre de Dieu !

Son sourire – invisible – le quitta en entendant Shevelin lui proposer d'essayer. Il n'y arriverait jamais, pas la peine de s'exciter. Qu'elle demande donc à quelqu'un d'autre, quelqu'un qui aurait une chance d'y parvenir ; lui n'était pas fichu de réussir des sorts basiques, alors celui-là... Sa voix s'éleva à nouveau, moins assurée cette fois, à deux mètres de l'endroit où le professeur semblait le chercher :


-Heu.... non, professeur, non merci... je préfère pas...

Penaud, il revint vers Shevelin, en espérant qu'elle ne l'oblige pas à essayer. Il détestait se ridiculiser en ratant un sort devant tout le monde.

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Harry Potter
Gryffondor, 7 ème Année
Gryffondor, 7 ème Année
avatar

Messages : 167
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 30

MessageSujet: Re: Cours n°1 - Années 4 à 7   Dim 6 Fév - 17:38:58

-Ron, arrête de gigoter, tu as un botruc qui est resté dans ton pull après le cours de Soins aux créatures magiques ou quoi?

Harry fronça un sourcil en se tournant vers son ami qui embêta visiblement Luna sans le vouloir. Le rouquin exagérait un peu quand même! Pour une fois qu'un cours de DFCM était intéressant! Le jeune sorcier ne se fâcha pas toutefois; en réalité tout en suivant les paroles de Natalee Shevelin, il regardait Samuel venir devant. Le Survivant ne doutait pas de sa possible réussite, après tout personne ne croyait en Neville et il avait pourtant tué Nagini; Harry sur le coup avait dû apprendre à ne plus juger à l'apparence, de même que lui était un petit gabarit ayant l'air assez fragile; Voldemort et bien du monde s'étaient laissés berner, du coup le jeune homme avait apprit à faire confiance au coeur des gens, celui-là qui les poussait, aidé par la volonté bien plus loin qu'on ne pouvait le croire soi-même. Malheureusement Samuel désormais invisible semblait avoir besoin d'un peu d'aide car il refusa; le Gryffondor n'intervint pas, la prof était très pédagogue-pour une fois!- elle allait sûrement trouver quelque chose pour aider le garçon à prendre confiance en lui ou bien jetterait le sortilège d'elle-même, jugeant que le moment n'était pas venu pour Samuel.

Quoiqu'il en soit, le Survivant avait écrit quelques mots sur son parchemin, signe qu'il suivait plutôt pas mal à vrai dire. Voyant Lenny du coin de l'oeil, le Survivant le salua d'un signe de tête. Bah le blondinet était sympathique après tout et puis fallait bien l'encourager, c'était quand même son frère qui passait et ces deux là avaient l'air proche... Pas étonnant donc s'il stressait, enfin Harry savait qu'il stressait pour Neville à chaque fois malgré la confiance qu'il avait en lui. On ne peut jamais s'en empêcher quand un proche en difficulté doit faire ses preuves n'est-ce pas?

Calme mais attentif et curieux, Harry se contenta de repousser une mèche de cheveux, continuant d'observer la scène, la plume posée après avoir prit des notes. Oui vraiment, il avait hâte de voir la suite, détendu pour une fois; ils avaient en effet une bonne professeur et le Survivant se sentait en confiance, c'était bien plus facile d'apprendre et d'apprécier pour la peine.

_________________________________
Animagus Loup non déclaré - et probablement mal peigné-

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Darla Steadworthy
Serpentard, 6 ème Année
Serpentard, 6 ème Année
avatar

Messages : 55
Date d'inscription : 03/02/2011
Age : 25

MessageSujet: Re: Cours n°1 - Années 4 à 7   Dim 6 Fév - 20:21:03

    Cette journée s'annonçait mal - très mal. D'abord, Darla avait un mal de tête à peine imaginable, qui était très probablement due à la claque de la vieille; ensuite, elle s'était réveillée le visage défiguré par une marque bleue peu estéthique qu'elle avait dû, à l'aide de sorts devant son miroir de poche, recorriger avant d'aller dans la Grande Salle. Son père ne l'avait pas loupé, mais au-delà de la douleur physique, une vive inquiétude s'était emparée d'elle: c'était la première fois qu'elle voyait cet homme aux nerfs d'aciers perdre son sang froid. Elle réalisait la gravité de la situation, et c'est instinctivement qu'elle chercha la tignasse blonde de Vanloock dans la salle. Ce n'était pas que sa vue lui plaisait, loin de là, mais elle devait la garder dans son champ de vision. Elle avança avec grâce jusqu'au milieu de la table, serpentant entre les dos bombés des élèves, et arriva dans son groupe. Un grand blond à l'air renforgné lui fit place, et poussa le frêle serpentard rouquin qui avait eu le malheur de se trouver là.

    « Ce sourire ne te va pas, Darla Darling ~ ♫ », lui lança-t-il par dessus son épaule.

    Darla ne leva même pas les yeux, posant à peine ses doigts sur le fin sourire qui refusait de quitter son visage, et lâcha en guise de réponse.

    « Ta braguette est encore ouverte, Emriconovitch »

    Elle savait pertinemment que ce dernier détestait être appelé par son nom complet, et elle n'eut pas besoin de se détourner pour le voir inspecter sa braguette... fermée.


    « Toujours aussi naïf... , elle fit une courte pause durant laquelle elle fit léviter la coupe de raisin jusqu'à elle, avant de reprendre, Oh! Et appelles moi encore une fois Darla Darling et c'est ta Dear mère qui finit renvoyée de ..., elle hésita une seconde, que faisait-elle déjà? Ah oui! Secrétaire de mon père au ministère. »

    Elle fit tournoyer sa baguette en l'air et la coupe se posa délicatement à côté de son assiette. Sur ce, elle ranga sa baguette et attrapa quelques grappes de raisin. Emriconovitch, qui préférait être appelé Emric, se tut et détourna sa tête blonde, sans chercher son reste. Quand le ricanement du groupe eut disparu, au profit du chahut de la grande salle, Darla repris la parole:

    « Tu as ce que je t'ai demandé, Jun'? »


    A l'autre bout du groupe, une jeune fille au regard vif acquiesca et posa sur ses genoux un gros sac en toile sombre. Elle plongea sa main ( et la baguette qu'elle tenait) dans son sac sans fond , marmonna une formule inaudible dans le chahut ambiant, et en ressortit une petite lettre. A sa vue, le sourire de Darla s'étira encore un peu plus.

    « Bien.»

    La lettre passa de sbires en sbires jusqu'à Darla, qui la fourra dans son sac en bandoulière sans ménagements. Elle observa sa crique, cachant mal sa joie. L'espoir d'une petite revanche avait presque dissipé la douleur de sa blessure au visage . Pas grand chose, vraiment! Une petite plaisanterie en attendant que les préparatifs pour la vengeance finale soient prêts. La peur qui l'habitait s'était temporairement terrée, attendant l'instant propice pour ressurgir.

    Elle inspecta ainsi les quelques membres de sa crique. Il arrivait qu'ils soient une dizaine, pendant les intercours ou les réunions dans la salle commune le soir, mais le noyau du groupe n'était constitué que de trois-quatre personnes, qui avaient vu en Darla une meneuse charismatique et qualifiée. Un rôle qu'elle n'avait eu à coeur de porter que depuis les évènements de la vieille: on ne lui laissait plus le choix désormais. Elle avala un dernier grain de raisin.

    « Il est temps d'aller en cours n'est ce pas? »


    Vanloock avait quitté la salle depuis une moment déjà, mais Darla ne s'en faisait pas trop pour ça. Elle se leva, immédiatement suivie par les sept serpentards qui avaient cours avec elle. Avant de partir, elle se retourna vers Dean, le jeune rouquin de 3ème année en charge des juniors de sa bande.

    « Dean, n'oublies pas ce que je t'ai chargé de faire. »

    Et elle quitta la grande salle. En chemin, elle croisa Vanloock en compagnie d'un pauvre type à l'air abruti et sénile. Pendant un très court instant, Darla la plaignit - c'était une vie bien pathétique qui l'attendait à côté d'un type pareil- mais cette fausse pitié laissa place à de l'amusement. Ces sentiments ne durèrent même pas une courte seconde, surpassés par la haine qui revenait automatiquement hanter Darla dès qu'il s'agissait de Vanloock. De la pitié et de l'amusement? Le coup d'hier avait dû l'assommer bien plus qu'elle ne l'avait cru. L'image de son père lui revint à l'esprit, et la gravité de la situation lui frappa le visage. Malgré tout, elle ne parvenait pas à dissiper ce sourire de son visage, ni même à quitter Vanloock des yeux. Si Vanloock la surpassait en duel, et à tout ce qui impliquait une lutte face-à-face, il ne faisait aucun doute que Darla était bien plus maligne que cet empotée. Elle était favorisée dans toutes batailles stratégiques, et savait user de cet avantage à son intérêt.

    Alors que Liliana Vanloock disparaissait au bout du couloir, Darla prit une autre direction, toujours suivie de ses proches. Elle vit de loin la foule amassée devant la porte de la salle et resta donc un peu isolé de la masse générale et grouillante d'élèves, à l'écart de cette bande d'imbéciles. Le cours tardait à commencer et Darla perdait patience. Malgré tout, elle restait droite et immobile, dressée fièrement au milieu du groupe. Tous formaient un troupeau autour d'elle, réagissant en fonction de ses actions. Si elle manifestait de l'impatience, ils en manifesteraient aussi. Or, elle devait garder l'image d'un groupe modèle - malgré les quelques imbéciles profonds qui s'étaient incrustés à son groupe.

    Enfin, la porte s'ouvrit. Pour découvrir une espèce de ... c'était une prof? Cette chose trop fine qui ne respectait pas les règles? (Il suffisait de voir comment elle portait sa cape de sorcier! Etait-elle incapable de fermer ces quelques boutons? C'était d'un vulgaire...) Mais Darla n'en fit rien paraître et se contenta de rentrer en cours, après que la foule s'y soit pressée. Ce qui la choqua,mis à part la tenue de cette soit-disant prof, fut la disposition de la salle. On aurait dit un amphithéâtre grec. Le choc, mêlé à la surprise, laissèrent bientôt place à un sentiment de vide. Elle n'était pas tellement prise au dépourvu- elle avait déjà connu de nombreux profs bien plus étranges! C'était surtout que cette nouvelle méthode l'excitait un peu... Elle constata que Liliana Vanloock était déjà arrivée, et décida de lui passer la lettre - craignant de n'avoir aucune autre occasion par la suite. Elle la rejoignit et lui empoigna l'épaule sans ménagement.

    « J'ai un message pour toi.»

    Sa voix mielleuse avait un peu calmé le chahut général et toutes deux se retrouvaient désormais au centre de l'attention. Darla ne pouvait s'empêcher de sourire, luttant aussi contre l'envie d'arracher l'épaule de Blondie. Mais elle se retint, noblesse oblige, et déposa délicatement la-dites enveloppe sur le pupitre. Comme tout être idiot et mal éduqué, Vanloock ne trouva rien de mieux que lui aboyer dessus. Son expression était tordue par une haine qu'elle ne cherchait même pas à cacher. Darla recula d'un pas, et son sourire s'agrandit encore.

    « À bientôt Vanloock. »

    Et elle s'assit deux rangées plus haut, à la place que ses sbires lui avaient gardés. Elle écouta avec attention le discours de leur nouvelle prof, sans en tirer aucune satisfaction - ni déception d'ailleurs. Elle la trouva banal - voire pathétique. Elle sortit un cahier de notes parfaitement tenu, et plus complet que le cours d'origine puisqu'elle était allé approfondir le sujet à la bibliothèque par la suite. En tout cas, elle était allé approfondir ce qu'elle avait cru comprendre être le sujet de leurs cours. Mais elle ne dit rien, préférant se murer dans un silence de pierre et remplir le formulaire par des longs pavés manuscrits. Quand elle lâcha sa plume, elle observa avec amusement le chaos au sein des élèves: nul ne savait où il en était. En fait, peu avaient leurs affaires. Cette constatation prouvait bien la décadence de Poudlard au fil des siècles.

    Darla prit appui contre sa chaise, écoutant d'une oreille distraite la prof déblatérer des évidences - ce qu'elle disait relevait du bon sens et Darla avait l'impression qu'elle la prenait pour une idiote. Mais bientôt, elle ne fit plus attention à la-dites prof, qu'elle classa inconsciemment comme une incompétente, et reporta son attention sur la tignasse blonde qui se trouvait deux rangées devant elle. Elle attendait avec impatience la suite de la journée, et voulait déjà mettre fin à ce cours trop long. Mais il ne fallait pas qu'elle se laisse distraire, un cours était un cours. Elle repris donc sa plume, et posa sa main sous son menton, attendant de voir s'il y avait quoi que ce soit d'intéressant à noter... Elle avait l'impression d'être une poufsouffle, mais un cahier mal entretenu lui vaudrait des critiques cinglantes qu'elle préférait éviter. Il lui était beaucoup plus facile de jouer la bonne élève, studieuse et ordonnée. Elle s'enfonçait ainsi dans ses songes, soupirant et regrettant que la vie ne fut pas plus simple.
Revenir en haut Aller en bas
Natalee Shevelin
Directrice de Poufsouffle, Professeur de Défense contre les Forces du Mal
avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 08/10/2010
Age : 28

MessageSujet: Re: Cours n°1 - Années 4 à 7   Lun 7 Fév - 13:05:02

La pseudo disparition de Samuel avait créé un léger remous chez les élèves. Natalee sentait qu'ils avaient hâte d'expérimenter ce sortilège pour la plupart. Il ne serait pas très compliqué de leur apprendre à maîtriser parfaitement ce sortilège et pour les plus concentrés d'entre eux, elle espérait que ce cours suffirait à leur permettre une bonne maîtrise du sort. Au moins se souvenait-elle de la difficulté de l'exercice malgré son expérience magique. Plus jeune, elle manquait sérieusement d'attention et de concentration et ne parvenait qu'à camoufler la moitié seulement de la cible visée. Ce sortilège l'avait rendue dingue. Elle savait que la fascination ou le manque d'attention allaient bientôt se transformer en exaspération, défaitisme et râlements pour les plus jeunes élèves. Comme le "génial" du jeune Pinsker s'était déjà métamorphosé en appréhension. Mais elle ne doutait pas de réussir à les guider sur la voie de la réussite.
D'un coup de baguette, Natalee fit réapparaître le Serpentard. Les modulations de sa voix suggéraient une certaine angoisse à tenter devant toute la classe un tel exercice. La peur de l'échec et surtout, des railleries. C'était normal à cet âge et Natalee le comprenait parfaitement. Elle adressa un sourire rassurant à l'élève et lui posa une main réconfortante sur l'épaule afin de dissiper sa gêne.

- Pas de soucis, nous allons essayer tous ensemble.

L'ancienne auror pointa sa baguette en direction d'une vieille armoire abandonné dans le coin de la salle, derrière le bureau et informula un sortilège. Aussitôt, la porte s'ouvrit en grinçant et un défilé de mannequins de bois sortirent en lévitant pour se poser en ligne parfaite dans l'espace libre entre le tableau et les pupitres.
- Prenez chacun un mannequin et sortez votre baguette, s'il-vous-plaît. Nous allons commencer l'exercice.
Ordonna Shevelin tout en poussant Samuel du plat de la main vers un des engins de bois. Elle attendit que tous se mettent en place avant de donner ses ordres.
- Vous allez tous essayer de lancer un désillusion sur ces mannequins. Comme je vous l'ai déjà dit, c'est un sortilège qui demande de la concentration car, lancé à la légère comme un simple "lumos", il ne vous donnera rien ou un résultat très partiel. Vous devez donc vous concentrer sur votre objectif, imaginer une transparence parfaite. Visualisez avant de lancer votre sort. Ce n'est pas votre baguette qui donne un résultat, mais votre psychisme. Votre arme ne fait que concentrer votre puissance magique sur un point précis. Aussi, soyez fermes dans la prononciation de la formule, mais il est inutile de donner un grand coup de baguette sur la cible. Si vous apprenez à lancer ce sort en tapant plutôt qu'en tapotant, vous aurez plus de chance d'assommer une cible humaine plutôt que de la camoufler. Allez, c'est parti.

La sorcière se recula, mains sur les hanches et observa ses élèves entamer doucement le processus d'apprentissage. Elle était impatiente de situer le niveau de chacun et son oeil acéré passait de visage en visage pour examiner quel genre d'émotions s'y reflétait. Leurs qualités et leurs failles n'étaient jamais plus visibles que lors d'un exercice pratique, où leur résultat était visible aux yeux de tous.

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Neil Riley
Poufsouffle, 5 ème Année
Poufsouffle, 5 ème Année
avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 28/08/2010
Age : 29

MessageSujet: Re: Cours n°1 - Années 4 à 7   Mar 8 Fév - 22:41:46

[Bon heu, désolée pour la piètre qualité, je terminerai le tp après XD]

En écoutant la réponse de Shevelin Neil avait le sentiment d’assister à un séminaire pour aspirants aurors. Il prenait des notes maladroites et tordues en s’interrogeant sur l’utilité d’un tel sujet. Maîtriser les techniques de camouflage aurait été très utile sous le règne des Carrow. Mais il lui semblait que le cours arrivait beaucoup trop tard. Il avait survécu, il n’avait plus besoin de se cacher. Ces histoires de guerre, de combat, l’ennuyaient. Tout ce qu’il voulait, c’était continuer à faire de la musique, monter un groupe cohérent et ignorer les querelles politiques. Ce n’était pas possible bien sûr. La société sorcière était devenue susceptible. Un mot de travers provoquait une tempête médiatique et les journaux multipliaient les titres à scandale. La paix n’était pas pour aujourd’hui. Si la situation se dégradait à nouveau il devait être prêt à faire face. Certains Sang Pur nourrissaient probablement leur vengeance à l’ombre des regards. Les Serpentard qui avaient reçu un avertissement au début de l’année continuaient à parader entre eux. Non, tout n’était pas résolu mais Neil n’avait pas envie d’être mêlé à ces histoires. Il ne se voyait pas jouer les détectives privés, effacer les traces, dissimuler les preuves, fuir, encore, ou attaquer en traitre. Les démonstrations de l’enseignante le tirèrent de ses réflexions maussades. Un élève venait de se faire réduire au silence sous les éclats moqueurs de ses camarades. Ce qui passait pour une simple sanction devait illustrer l’intérêt d’un sortilège fort apprécié par les professeurs. Les explications très libres de Shevelin enchantaient les élèves les moins sérieux. Une bonne partie de la classe riait joyeusement. Un autre sortilège transforma une feuille en oiseau de papier. Protéiforme disait-elle ? Neil aurait parlé de Métamorphose de manière plus générale. Quelques regards en biais s’échangeaient entre ses camarades. Plus personne ne songeait à se protéger. Cette mise en bouche affutait plutôt le gène de la connerie. Eh oui, tous avaient déjà quelques idées derrière la tête maintenant qu’ils connaissaient suffisamment d’astuces pour réaliser leurs petits délits en toute impunité

Mais la démonstration la plus impressionnante fut celle qui frappa Samuel. Le Serpentard disparut devant la classe toute entière. Le sortilège de déshillusion était vraiment étonnant. Impossible de deviner les mouvements de l’adolescent. Son corps semblait aspiré par le décor. Lorsque le blond réapparu, les élèves durent tourner la tête pour suivre à retardement l’évolution de ses pas. Sa place n’était plus la même et personne n’avait rien remarqué. Il refusa cependant de tenter l’exercice devant toute la classe. C’était compréhensible, il avait toutes les chances de se rater. Neil n’avait jamais prononcé la formule, il ne pensait pas non plus réussir du premier coup. De toute manière, le Poufsouffle ne faisait pas un excellent sorcier, il n’était pas assez appliqué, la concentration lui faisait souvent défaut. Les sorts de duel étaient ceux qu’ils maîtrisait le mieux sans atteindre cependant un niveau d’exception, le reste demeurait très aléatoire. Shevelin n’insista pas et imposa l’exercice à toute la classe. Chaud ! Les élèves se levèrent avec plus ou moins d’enthousiasme pour aller se placer à côté d’un mannequin. Neil adressa un sourire d’encouragement à Samuel qui n’avait vraiment pas l’air sûr de lui et se rapprocha l’air de rien de Liliana qu’il salua comme s’il venait de la remarquer de la manière la plus fortuite du monde. Son dernier article dans la Gazette lui avait fait une drôle d’impression. La jeune fille l’avait décrit comme un garçon au « physique attrayant » ce qui lui avait valu les remarques taquines de ses camarades. Ces derniers étaient persuadés que la rédactrice en chef lui adressait un message subliminal. Il était vrai que leurs deux dernières rencontres s’étaient relativement bien passées, mais ce n’était pas pour cette raison qu’il fallait s’enflammer. Enfin… Ils étaient trop mal assortis pour que Liliana ait de Réelles vues sur lui !

Trop intimidé pour aller déranger la belle blonde au beau milieu d’un TP il se plaça non loin d’elle avant d’être emporté par la cohue générale. Il n’était pas là pour nouer des relations de toute façon, il avait un sortilège de désillusion à réussir. Un peu rêveur, le Poufsouffle se mit en garde et prononça la formule sans réelle conviction. Il ne se passa pas grand-chose. Et puis il y avait tellement d’éléments à prendre en compte ! Des adolescents s’agitaient derrière la cible, il fallait imprimer chacun de leurs mouvements. Même s’il ne devait pas visualiser précisément les changements comme il fallait le faire pour une métamorphose, Neil avait beaucoup de mal à concevoir la disparition visuelle de son mannequin. Il ferma les yeux un instant, essaya d’inspirer profondément et de chasser toutes les pensées qui paralysaient son esprit, les dates de ses prochaines répètes, un air des Mystics Sombrals qui lui tournait en tête, la ligne d’accords qu’il lui tardait d’essayer, le visage de Liliana, l’article du journal, le regard en coin d’Amalia… aaah… Il n’arriverait jamais à se concentrer. Il secoua la tête, repoussa une mèche de cheveux qui lui chatouillait le nez et fit une seconde tentative en tapant le mannequin d’un coup un peu trop brusque. La moitié de sa tête disparue ainsi que le milieu de son buste, ce qui donnait l’impression que le pauvre corps de toile avait été transpercé par un obus. Mouais… Ce n’était pas encore ça…



Dernière édition par Neil Riley le Jeu 24 Fév - 11:28:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Liliana Vanloock
Serpentard, 6 ème Année
Serpentard, 6 ème Année
avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 22/01/2010
Age : 36

MessageSujet: Re: Cours n°1 - Années 4 à 7   Mer 16 Fév - 12:02:11

Samuel avait disparu. Enfin, en réalité, il était toujours là, mais son corps épousait désormais le moindre changement de couleur, le moindre changement de matière pour se faire le plus discret qui soit. Un caméléon n'atteindrait jamais un tel degré de perfection dans le camouflage. La remarque du Serpentard décrocha un sourire à Liliana, malgré sa contrariété. Entendre surgir du vide une voix enthousiaste était assez surprenant pour s'en amuser, même si l'on savait qu'en réalité, il y avait bien quelqu'un à qui appartenait cette voix. À voir disparaître ainsi quelqu'un, on s'attendait cependant à ne plus l'entendre parler non plus.
Leur enseignante avait l'air de bien s'amuser avec ses petites démonstrations. Le sortilège de protéiforme avait plut à un grand nombre d'élèves et prouvait que la Défense contre les Forces du Mal pouvait englober jusque la métamorphose. Liliana le nota rapidement sur son parchemin. Toutes les matières pouvaient se soutenir vers un même dessein. Encore fallait-il les maîtriser, et si Liliana adorait la métamorphose, cela ne l'empêchait pas d'éprouver toutes les difficultés du monde à garder un niveau correct en la matière. S'en était désespérant, mais elle savait la raison de ses soucis en la matière ; elle ne travaillait pas assez. Si elle voulait reprendre l'entreprise de sa mère, elle se devait pourtant de maîtriser parfaitement la transformation d'un objet en un autre car, dans l'enchantement de robes, il ne suffisait pas de connaître quelques sorts mais comprendre et assimiler la quasi totalité des matières qui étaient imposées aux élèves de Poudlard. Et l'échéance approchait. Il ne lui restait que quelques jours avant ses dix-sept années. Et ce jour là, elle devrait avoir pris sa décision. Suivre les traces de feue sa mère, ou démanteler Arrawn. Concilier le maintien de l'entreprise avec un autre métier lui semblait trop délicat pour qu'elle puisse l'envisager. Bien qu'elle n'en parlait pas, ce dilemme la rongeait. Il suffisait d'un détail pour que l'ultimatum se rappelle à elle. Mais à cette heure elle était en cours, et elle se devait d'évacuer de son esprit ce genre de préoccupation.

La Serpentard observa les mannequins de bois sortir de l'armoire miteuse et se placer en rang devant les tables des élèves. La partie pratique du cours allait commencer et Liliana s'en enthousiasmait. Chez elle, rien ne valait mieux que l'activité pour évacuer les pensées néfastes qui couraient dans son esprit. S'en devenait presque maladif quelques fois, mais elle était à cent lieues de s'imaginer à quel point elle se complaisait dans tout un tas de travaux pour oublier ses tribulations et afflictions.
À l'ordre de Shevelin, Liliana se leva et se dirigea vers l'un des mannequins en prenant garde à se trouver assez éloigner de Darla ou d'un membre de sa clique. Elle l'avait oublié celle-là, l'espace d'un instant. Voir son visage hautain descendre les tribunes lui rappela la lettre qu'elle lui avait déposé avec amertume. Quoi qu'elle prépare, elle espérait que ce ne serait pas pendant ce cour et préférait garder ses distances.
La baguette en main, elle tenta d'évacuer toutes ces pensées dans l'optique de se concentrer, comme l'exigeait l'enseignante. Mais il n'y avait rien à faire, des images parasites s'imposaient à elle. Arrawn, Steadworthy, Neil qui la saluait... Neil ! La gazette. Un sourire instantané émergea sur ses lèvres tandis que le souvenir de l'article qu'elle avait consacré au Poufsouffle lui revenait. Avait-il apprécié le résultat de leur entrevue ? Ce n'était pas le moment de se poser la question mais, tandis qu'elle tapotait nonchalamment le crâne de son mannequin en murmurant l'incantation, elle brûlait de lui poser la question. Elle était aussi curieuse de savoir comme il avait pris le compliment parfaitement subjectif qu'elle lui avait adressé. C'était purement professionnel. Liliana aimait seulement connaître les réactions des gens concernés par son travail, rien de plus. Elle lui adressa un regard curieux avant de reporter son attention sur l'homme de bois face à elle, qui demeurait entièrement visible devant ses yeux malgré ses essais. Tous les sujets qui la travaillaient l'empêchait d'y mettre du sien. Elle respira une longue gorgée d'air et ferma les yeux un instant afin de se rappeler les règles qu'avait énoncé le professeur. Ne penser plus qu'à sa réussite. Pas celle de sa future carrière professionnelle, pas celle sur Darla afin d'en être débarrassée une bonne fois pour toute, pas celle d'accrocher l'attention de Neil - c'était d'ailleurs la plus stupide idée qui lui trottait dans la tête, celle de son sort de désillusion. La jeune femme leva sa baguette au dessus de la tête de bois, et imagina sa cible disparaître doucement. Elle se força à imaginer le plus nettement possible le bureau de Shevelin, derrière, le tableau, le mur, le carrelage... C'était compliqué. Elle ne voyait qu'une image floue, les contours encore vaguement visibles du mannequin... Ah...Tant pis, elle tenta. Aussitôt, le sortilège opéra. Ou presque. Bien qu'il fut en grand partie transparent, les pieds demeuraient bien visibles et une sorte de brume emplissait l'endroit où se trouvait le mannequin, comme un mirage par temps de grand soleil. La classe paraissait floue derrière, mais pour un premier véritable essai, Liliana s'en trouvait satisfaite.

Curieuse, la jeune fille observa les résultats des autres élèves. Évidemment, Adam avait réussit son sortilège du premier coup et attendait, flegmatique, que la suite du cours se passe. Un Gryffondor avait réussi à faire exploser la tête de son mannequin dans un bruit de pétard mouillé et son camarade lui râlait après, estimant qu'il lui avait fait rater son sort en plus de lui avoir fourré une écharde dans le bras. À côté d'elle, Neil faisait parti de ceux qui avaient le mieux réussi le sortilège, bien que seule la tête ait été camouflée.

- On dirait que toi aussi tu as fait exploser la moitié de ta cible. Se moqua-t-elle gentiment, tout en lui adressant un regard rieur.
- Au fait, le résultat de l'interview te convient ? Je n'ai pas trop déformé tes propos ?
S'enquit-elle d'un air détaché, avant de rendre l'apparence originelle de sa cible alors que Shevelin l'encourageait à continuer en passant près d'eux.

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Harry Potter
Gryffondor, 7 ème Année
Gryffondor, 7 ème Année
avatar

Messages : 167
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 30

MessageSujet: Re: Cours n°1 - Années 4 à 7   Jeu 17 Fév - 14:05:37

Voyant Darla se faufiler non loin, le Survivant tourna légèrement la tête. Cette dernière se rappelait sans doute d'avoir eu affaire à lui dans le terrain de Quidditch puisque seul le moment où il se transformait en loup avait été effacé de sa mémoire. A moins que l'événement entier ne fut effacé; Harry ne savait pas trop comment tout ça fonctionnait en fin de compte... Il trouvait que la Serpentarde avait bien de l'aplomb encore, trop peut-être pour quelqu'un qui se souvient. Le sorcier un brin protecteur suivit les gestes de Darla avec attention, bien entendu, le jeune homme ne dit rien à propos de la lettre mais il s'en méfiait quand même et ne se détendit qu'en voyant l'importune s'en aller et son parfum désagréable -parce que c'était une ennemie, pas au sens propre du terme- s'éloigner de sa personne et surtout de cette chère Liliana.

L'exercice suivant lui parut assez difficile sur le coup mais Harry n'allait pas se décourager pour autant! Bien qu'il doutait souvent de ses capacités, le jeune homme faisait toujours de son mieux. Désormais que la Serpentarde était partie, que Samuel était revenu (xD) et que la professeur avait lancé le travail à fournir, l'Animagus s'intéressa uniquement à son devoir. L'enseignante était réellement bien pour le peu qu'ils avaient pu voir et le jeune homme était ravi de pouvoir avoir des cours normaux, enfin aussi normale que puisse être une classe pour sorciers. L'ancien Gryffondor qui pensait toujours pouvoir apprendre de ses aînés comme de ses cadets regarda autour de lui avant de se lancer. Dans une bataille il fallait savoir foncer à corps perdu mais là il pouvait s'appliquer, autant en profiter. Il copia sur son parchemin les paroles de Natalee afin de garder ces précieux conseils en tête pour plus tard mais aussi pour les faire rentrer dès maintenant. Harry devait apprendre la discipline pour ne l'avoir jamais vraiment connu, ce serait dur mais possible, il avait déjà mûri et tenait mieux en place. Il fallait continuer d'évoluer et un simple exercice comme celui ci prouvait que c'était le cas, en effet il n'essayait plus de se débarrasser de sa tâche rapidement mais de bien faire, de mieux faire si possible. Son but était de réussir du premier coup, ce qui n'était point possible sans concentration.

Le Survivant regarda Liliana lancer son sortilège avec discrétion puis il vit Neil percer sa cible d'un trou, comme si un obus lui était rentré dedans. Enfin percer... Faire disparaître car bien sûr, si on y mettait la main, on se faisait mal aux doigts en heurtant une matière invisible mais belle et bien présente. Le jeune homme enfin renseigné et plus à l'aise ferma les yeux un instant. Son esprit habituel le poussait à ne pas faire de simagrées et tant pis s'il ne réussissait pas d'un coup, il pourrait s'entrainer ensuite! Mais Harry savait que s'entrainer seul n'était pas l'unique solution, il fallait aussi s'appliquer en cours et gagner ne discipline.

Le Survivant se força donc au calme pour jeter son sort, il s'appliqua sur les mouvements et tapota le mannequin. Celui-ci disparu entièrement du premier coup [HJ: j'ai demandé à Natalee qui pense que Harry peut le faire.]. Tout ceci était bien mieux que s'il avait agit comme toujours! Le jeune homme avait ces capacités mais il fonçait toujours, et gâchait donc son potentiel. Là au moins c'était réussi! Voulant se diriger vers le devant pour mieux voir ce que faisaient les autres dans le calme, étonné de cet apaisement régnant en lui, l'étudiant fit quelques pas en avant... Enfin un cours tranquille et plein d'action en même temps! Madame Shevelin respectait les consignes de sécurité, donc tout se passait bien, ou presque... Le Gryffondor avait si bien décoloré son mannequin qu'il était désormais invisible, et l'Animagus pris au piège se cogna contre ce dernier, causant un grand fracas dans l'allée. Essayant de repérer la chose sans être repéré, le sorcier finit par réussi à mettre les mains sur l'objet pour le stabiliser... Ahem...

_________________________________
Animagus Loup non déclaré - et probablement mal peigné-

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Samuel Pinsker
Serpentard, 4 ème Année
Serpentard, 4 ème Année
avatar

Messages : 167
Date d'inscription : 20/01/2010
Age : 37

MessageSujet: Re: Cours n°1 - Années 4 à 7   Mer 23 Fév - 21:22:46

Samuel trouvait très amusant de voir tous les regards braqués à l'endroit exact où il s'était trouvé quelques secondes auparavant, alors qu'il pouvait se déplacer en toute discrétion. Il se faufila entre les tables, profita du fait que ses camarades regardent ailleurs pour échanger quelques trousses, avant de revenir sagement auprès du professeur Shevelin. La récréation était terminée, l'enseignante lui donna un nouveau petit coup de baguette sur le sommet du crâne, et le Serpentard réapparut, sous les yeux éblouis de ses camarades. Lorsque la prof lui demanda s'il voulait essayer lui-même le sort, il refusa maladroitement, et Shevelin eut la bonne idée de ne pas insister, ce dont Samuel lui fut très reconnaissant. Rien n'était pire que ces profs qui n'admettaient pas le refus, et forçaient la main de l'élève, à grands coups de “mais si vous allez voir, ça va aller”... Samuel savait que dans ces moments-là, ça n'allait jamais. Jeter un sort devant une classe entière était pour lui un exercice absolument terrifiant. Il ne réussissait à coup sûr que des sorts que l'on voyait en première année, voire en deuxième, et chaque nouveauté le plongeait dans un véritable désarroi ; il connaissait d'avance l'issue des travaux pratiques, la note qui lui serait attribuée – encore qu'une variation était possible selon le professeur, du 0 tout sec au 5/20 de l'enseignant charitable...

Shevelin poussa doucement Samuel vers les mannequins de bois destinés aux exercices, et le gamin s'exécuta en soupirant. Sans la pratique, ce cours aurait été tout simplement parfait. Mais là... le blondinet sentit son moral descendre en flèche. Jamais il ne parviendrait à lancer ce foutu sort. Il jeta un regard haineux à son mannequin tandis que la prof donnait ses consignes. Il décida que le mannequin s'appelait Oscar, et songea qu'il était très laid avec son visage de bois lisse ; il lui manquait des yeux, une bouche, un nez, de quoi le rendre raisonnablement humain...

Enfin, l'enseignante donna le signal de début de l'exercice pratique, et Samuel demeura immobile, démoralisé. Dans l'immédiat, il ne tira même pas sa baguette ; il se contenta de regarder les autres élèves qui, tous, s'étaient mis au travail. Certains avaient réussi du premier coup, et le blondinet éprouva une vague hostilité à leur endroit. Réussir aussi facilement était indécent, cela devrait être interdit. Samuel prit enfin sa baguette, et la pointa sur Oscar en murmurant la formule ; bien entendu, rien ne se passa, ni la deuxième, ni la troisième, ni la dixième fois. Rien, pas un tremblement, pas le moindre petit changement chez le mannequin, malgré l'effort de concentration du gamin.


-Va t'faire foutre, murmura finalement le Serpentard à l'adresse de l'innocent Oscar, en jetant sa baguette sur sa table.

C'était vraiment désespérant. Tout le monde allait réussir, une fois de plus, sauf lui. De dépit, le blondinet s'empara d'un crayon à papier et entreprit de croquer à grands traits Liliana Vanloock qui travaillait dans son champ de vision. Pour dessiner, au moins, il était meilleur que tous ces glands qui s'agitaient dans la classe.

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Darla Steadworthy
Serpentard, 6 ème Année
Serpentard, 6 ème Année
avatar

Messages : 55
Date d'inscription : 03/02/2011
Age : 25

MessageSujet: Re: Cours n°1 - Années 4 à 7   Sam 19 Mar - 19:08:09

    Darla revit Samuel apparaitre un peu décue. Une telle disparition n'aurait pas été une grande perte, enfin... tant pis. Elle attendit à sa place que quelqu'un lui amène un mannequin et voyant le reste des élèves se prendre à l'exercice, elle décida d'y accorder un peu de temps. Elle se leva donc et son regard survola les mannequins de la salle. Il en restait beaucoup de visibles, signe des nombreux échecs... Elle pointa sa baguette vers son mannequin et ferma les yeux, visualisant le résultat espéré. Quel était le sort déjà? Ah oui.

    « Dellusio. »

    Le crâne du mannequin devint transparent puis disparut, suivi par la tête, les épaules... Il disparut entièrement jusqu'à la taille. Le résultat était donc plutôt mitigé mais Darla constata que contrairement au mannequin de Liliana, les parties disparues avaient, chez Darla, complètement disparu. C'était déjà une statisfaction. Elle inspectait le mannequin avec minutie quand Emric vint l'interrompre.

    « Hey, vous avez vu? »

    Il pointait du doigt Samuel. Tout le groupe se retourna, parfaitement synchronisé, et une petite rousse ne put retenir un rire aïgu et déplaisant. Elle avait placé sa main droite devant sa bouche, et sussurait:

    « L'exercice est trop facile pour Môssieur? »

    Darla suivit leurs regards et vit Samuel à sa table. Il y avait un mannequin intact à ses côtés, et elle doutait fortement qu'il soit parvenu à le faire disparaitre. Elle n'était cependant pas la seule à le penser...

    « Trop dur plutôt! »

    « A se demander ce qu'il fait en 4ème année. »

    Le petit frère de Lenny Pinsker... Quel duo comique ils faisaient. Le petit frère écrivait frénétiquement mais elle était incapable de voir quoi, ça ne l'intéressait pas plus d'ailleurs. Elle reporta bientôt son attention sur Liliana. Qu'allait elle bien faire de la lettre?

    « Si on lui donnait une leçon? »

    Les rires cessèrent un instant.

    « Qu'est ce que tu en dis Darla? »

    Darla leva les yeux vers Emric. Ils la regardaient tous, en attente de son aval: l'idée les excitait tellement? Cela faisait un bout de temps... Darla se retourna vers son mannequin.

    « Faites comme vous voulez. »

    Elle ne comprenait pas ce qui les excitait, surtout qu'ils ne s'étaient jamais particulièrement intéressés à Pinsker. Son regard s'arrêta un instant sur l'aîné Pinsker. Ils n'avaient surement pas réalisés qu'ils ne pourraient probablement pas s'en prendre à un frère sans que l'autre s'en mêle. Enfin, peu lui importait. Aujourd'hui, il n'y avait que Vanloock qui l'intéressait...

    Ils sourirent, ravis, et se regroupèrent pour délibérer. Ils ne parlèrent cependant pas longtemps et Darla vit du coin de l'oeil Jun' acquiescer d'un air approbateur. C'était reparti. Alors qu'elle annulait son sort de désillusion, elle vit quelque chose d'étrange rouler dans la direction opposée. Pauvre Shevelin, ce cours s'annonçait mal...
Revenir en haut Aller en bas
Natalee Shevelin
Directrice de Poufsouffle, Professeur de Défense contre les Forces du Mal
avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 08/10/2010
Age : 28

MessageSujet: Re: Cours n°1 - Années 4 à 7   Mar 22 Mar - 8:54:26

Chose surprenante, les élèves s'étaient installés devant leur mannequin sans trop de chahut. Ils étaient tous, d'ailleurs, étrangement calmes, hormis quelques poignées d'excités qui lançaient des regards frénétiques partout. Maintenant qu'elle n'avait plus à parler, Natalee commençait à se détendre et à observer d'un oeil expert les apprentis sorciers entamer leur travail. Cette classe avait beau compter un grand nombre d'effectifs, elle ne semblait pas si terrible, finalement. Ils obéissaient, se tenaient tranquille et c'était plus qu'elle avait osé l'espérer.
Quant à elle, elle ne tenait pas vraiment sur place. Elle laissa tomber les bras le long de ses flancs et passa devant chaque élève, puisque c'était tout ce qui lui restait à faire pour le moment. Un quatrième année beau garçon mais totalement incompétent prononçait d'un air rigolard le sortilège tandis que des gloussements discrets s'échappaient de ses voisines, sans résultat. Elle fronça les sourcils d'un air sévère tandis que les jeunes filles étouffaient leur rire derrière leur main. Puis, à l'instant même où elle dépassait un Gryffondor, un bruit de pétard mouillé lui fit courber l'échine. Cet abruti avait réussit à faire exploser la tête de son mannequin.

- C'est un résultat comme un autre, déclara-t-elle en se retournant. Néanmoins, ce n'est pas vraiment celui que j'attendais. Reparo.

Ça promettait. Heureusement, un septième année du blason de Serdaigle relevait le niveau. Elle considéra un instant le résultat de son sortilège et fut surprise de ne trouver aucun défaut. L'insigne de préfet-en-chef était épinglé à sa tenue scolaire. Ah, les préfets étaient de mieux en mieux choisis à Poudlard, songea-t-elle en adressant un sourire au jeune homme.
- Très bien, monsieur...?
- Adam Audley, Madame.
- Tu as déjà pratiqué ce sortilège ?
- Non, je connaissais la théorie seulement.
- Superbe. Recommences.
Sans lui laisser le temps de réagir, elle annula le sortilège de désillusion et continua son inspection. Un deuxième élève était parvenu au même résultat, mais elle en fut moins étonnée. C'était Harry Potter, qui s'explosa le crâne contre son mannequin camouflé la seconde d'après. Un rire mal contenu s'échappa d'entre les lèvres de l'enseignante.
- Du talent, mais une mémoire de poisson rouge, n'est-ce pas ? Continues à pratiquer, Harry, mais sans foncer à chaque fois contre ton mannequin, tu risquerais de finir par te faire mal.
Un petit sourire goguenard traversa son visage. C'était au tour de la rédactrice-en-chef, à présent, celle qui était intervenue en cours un peu plus tôt. Le résultat était plus mitigé, mais il était tout à fait correct pour une première heure de cours. Elle hocha la tête d'un air appréciateur et lança un finite sur le sortilège, sous l'oeil interloqué de sa propriétaire.
- C'est un bon résultat, mais je suis sûr que tu peux réussir à obtenir un sortilège réussi avant la fin de l'heure. Pareil pour toi... Neil, c'est ça ? Cinq points pour Poufsouffle. Eh oui Miss Vanloock, je sais que ce n'est pas du jeu, mais avec votre avance, vous n'allez pas vous plaindre.

Une petite troupe d'élève attira son attention. Il s'était tous retournés vers les rangées de tables derrière eux et observaient quelque chose avec intérêt. Shevelin plissa les yeux et se tendit. Leur expression trahissait quelque projet peu respectable. Son instinct lui soufflait de garder son attention sur eux. Seul l'une d'eux se démarquait. Une grande brune d'apparence indifférente dont le profil lui était familier. Elle n'arrivait pas à trouver à qui la jeune fille lui faisait penser. Elle n'avait plus son instinct et son flair de lycane pour l'appuyer, autant dire qu'elle risquerait de chercher encore longtemps si sa mémoire lui faisait tellement défaut. Ça avait peu d'importance pour le moment. Elle s'approcha de quelques pas, discrète, pour mieux observer le groupe. Comme elle s'y attendait, quelque chose ne tarda pas à se produire. Un des garçons avaient sorti une main de sa poche et un objet roula sur le sol dans la direction opposée à Shevelin. Aussitôt, l'ancienne auror braqua sa baguette. L'objet s'éleva dans les airs, s'approcha de l'enseignante et fusa aussitôt en direction de l'élève qu'elle soupçonnait. L'objet se glissa sous sa cape et, avant qu'il ne puisse réagir, elle lança un protego sur sa cible. C'était une bombabouse. Lorsqu'elle exploserait, le jeune homme sera le seul touché par sa petite farce. Cette fois, Natalee s'approcha d'un pas décidé.
- Encore un geste de ce genre et je t'en fait baver pour les trois mois à venir.
Lâcha-t-elle sur un ton qui claqua dans l'air comme un coup de fouet.
- Sois heureux de pouvoir terminer ton exercice, mais si je vois encore quelque chose de suspect, ce n'est pas une bombabouse que tu auras dans le col, mais mon pied dans ton cul.

Ça avait le mérite d'être clair. Elle se désintéressa aussitôt du jeune homme pour se tourner vers ses voisins, qu'elle observa d'un oeil méfiant.
- Ah, je savais que ta tête me disait quelque chose. Steadworthy, n'est-ce pas ? Tu passeras le bonjour à ton père, il sera ravi de le recevoir de ma part.
Murmura-t-elle à l'adresse de la jeune fille, sur un ton tout à fait naturel. Suite à l'article qu'avait publié Liliana dans la Gazette de Poudlard, Natalee avait enquêté pour le compte de l'Ordre du Phénix sur le patriarche de cette famille. Elle s'en était donné à coeur joie. Natalee avait toujours détesté cet homme, et si elle n'était parvenue à établir aucune preuve, elle restait persuadée qu'il trempait dans des affaires particulièrement malhonnêtes.

- Bon travail. Comme certains, tu parviendras à réussir ce sortilège avant la fin de l'heure avec un peu d'application. Continues comme ça.
Elle n'avait cependant aucune raison de s'en prendre à une enfant. La pauvre n'avait pas choisi sa naissance et, même s'il y avait toutes les chances qu'elle soit aussi pourrie que sa famille, la jeune Steadworthy n'était pas condamnée à l'avance. Natalee savait trop bien ce que c'était que d'être issue d'une famille telle que celle de Darla.

Enfin, Shevelin s'intéressa à ce qui avait éveillé l'intérêt des autres élèves un instant plus tôt. Samuel était parti dans son coin sans faire son exercice et s'appliquait à présent à écrire. Elle s'approcha d'un pas calme, traversa les rangées et s'installa sur une table à côté de lui avant de braquer son regard sur la feuille de papier que le jeune garçon tenait sous l'une de ses mains. Il n'écrivait pas, en réalité, mais dessinait. Et fort bien, pour un adolescent. Elle apprécia quelques secondes les courbes tracées par le crayon et devina sans mal ce qu'elles représentaient. Un petit sourire rehaussa ses lèvres.

- Tu sais qu'il faut une très bonne mémoire visuelle, pour dessiner comme tu le fais. Cette capacité à visualiser son environnement est très utile pour bon nombre de sorts. Comme le désillusion, par exemple. Pourquoi n'essaies-tu pas ?

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Samuel Pinsker
Serpentard, 4 ème Année
Serpentard, 4 ème Année
avatar

Messages : 167
Date d'inscription : 20/01/2010
Age : 37

MessageSujet: Re: Cours n°1 - Années 4 à 7   Lun 28 Mar - 17:44:26

Furieux, le Samuel. Furieux, et terriblement vexé. Il sentait une espèce de rage mal contenue bouillonner en lui tandis qu'il dessinait à grands traits, la mâchoire crispée, les yeux étrangement chauds. Il détestait les séances de travaux pratiques. À chaque fois, sa nullité lui revenait en pleine face, alors que tout le monde y arrivait. Il éprouvait une véritable haine pour ses camarades, y compris Lenny, qui n'avaient besoin que d'un peu d'entraînement pour arriver à lancer leurs sorts. Lui n'y parvenait jamais – de moins en moins, avec le temps, alors qu'il aurait dû s'améliorer. Il était moins mauvais, à tout prendre, en première année, avec des sorts faciles et encore un peu de confiance en lui, qu'à présent.

Sa mine de crayon se cassa à l'instant même où il se demandait s'il n'était pas, finalement, un cracmol. Non, ce n'était pas possible ; il savait lancer certains sorts, comme celui qu'il marmonna pour réparer son crayon, mais c'était vraiment difficile. Il devait être idiot, tout simplement, comme le disaient certains Serpentard qui ne lui pardonnaient pas de plomber le sablier avec ses difficultés.

Il dessinait avec une sorte de fureur mal contenue, remâchant son humiliation, sans prendre garde à ce qui l'entourait ; il ne remarqua pas que le professeur Shevelin s'était installée sur la table voisine de la sienne, et il sursauta en l'entendant lui parler. Il s'attendait à se faire souffler dans les bronches, mais il n'y avait pas trace de colère dans la voix de l'enseignante lorsqu'elle lui demanda pourquoi il n'essayait pas de lancer le sort.


-Mais j'ai essayé, professeur, se défendit Samuel d'une petite voix. J'ai essayé, mais j'y arrive pas, ça m'énerve... tenez, regardez...

Il jeta son dessin sur la table et, reprenant sa baguette magique, positionna le mannequin face à lui. Il essaya de se concentrer, d'imaginer une transparence parfaite, mais la certitude de son échec lui faisait légèrement trembler la main. Il savait pertinemment qu'il n'y arriverait pas, il allait se couvrir de ridicule, mais on ne lui laissait pas vraiment le choix. Son geste n'était pas mauvais, assez proche de celui qu'avait exécuté le professeur ; il donna un petit coup de baguette sur la tête d'Oscar, en prononçant clairement la formule... En théorie, tout était correct. Il avait parfaitement écouté, on ne pouvait pas lui reprocher d'avoir manqué de sérieux... Sauf que cet imbécile de mannequin n'avait absolument pas disparu. Le Serpentard eut la vague impression que le sommet de son crâne s'était éclairci, mais c'était peut-être un simple reflet.

-Vous voyez, fit le gamin sur un ton hargneux. J'ai essayé au moins dix fois, ça marche pas.

Il avait presque envie de quitter la salle, mais pour le coup, Shevelin risquait de mal le prendre. Samuel se rendit compte, avec un temps de retard, que ses dernières paroles étaient plutôt agressives ; d'ordinaire, il n'était jamais insolent – Lenny avait au moins réussi à l'influencer positivement sur ce point - mais l'énervement lui faisait parfois oublier les convenances. Dans un murmure, il se reprit :

-Désolé, professeur.


Furieux contre la terre entière, il jeta sa baguette magique sur sa table, manifestant par ce geste qu'il n'entendait pas faire d'autre tentative. Après tout, ça ne ferait jamais qu'un zéro de plus, et il n'était plus à ça près.

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Neil Riley
Poufsouffle, 5 ème Année
Poufsouffle, 5 ème Année
avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 28/08/2010
Age : 29

MessageSujet: Re: Cours n°1 - Années 4 à 7   Sam 2 Avr - 0:11:07

Elle lui avait rendu son sourire. Elle avait même laissé trainer un étrange regard sur lui. C’était peut-être un signe ! Un peu rêveur, Neil contemplait la béance de son mannequin. Il savait qu’il serait incapable d’obtenir un meilleur résultat avant la fin du cours. Pas qu’il n’en fût pas capable, de ce côté, il ne désespérait pas, mais la concentration l’avait quittée. Ses pensées divaguaient, il n’avait plus envie de les rattraper. Pourquoi ? Il s’accrochait au réel depuis trop longtemps. Les cours brouillaient ses réflexions et ces dernières semblaient soudain plus importantes. Liliana avait un sourire magnifique. Il devait s’en souvenir, le figer dans sa mémoire, le répéter jusqu’à la sonnerie avant qu’il ne lui échappe. Les impressions mentales se fanaient vite mais, pour l’instant, il devait s’en contenter. Il ne voyait pas vraiment ce qu’il pouvait attendre de plus de la jolie blonde. Bien sûr, elle lui avait donné quelques signes encourageants. Depuis le concert de septembre, elle ne l’ignorait plus et n’oubliait jamais de le saluer lorsqu’ils se croisaient. Mais il y avait Potter… Ces deux là lui semblaient anormalement complices et il ne pouvait pas rivaliser avec le sorcier le plus célèbre de Grande-Bretagne. Ah, il en revenait toujours au même point, à cette situation sans issue qui ne bougerait pas tant qu’il n’oserait pas prendre les devants. Les filles qui venaient à lui n’étaient jamais les bonnes. Elles lui tournaient autour et il s’en fichait, elles n’étaient pas intéressantes, juste envahissantes. Pour trouver une personne qui avait de la conversation, il était souvent nécessaire de se montrer entreprenant… ça semblait tellement compliqué… Un peu comme pour la concentration. Ce genre de chose demandait un effort terrible, et il préférait rêvasser dans son monde en attendant une pulsion, une inspiration, un truc qui, évidemment, ne venait jamais.

Liliana avait obtenu un résultat un peu plus brillant que le sien. Le mannequin se confondait dans le décor mais demeurait légèrement visible, ce qui lui donnait une allure fantomatique assez inquiétante. Il ne comprit pas tout de suite l’allusion à sa cible. A qui parlait-elle ? A lui ? Ah… heu… Il essaya de sourire avec naturel sans y parvenir vraiment. C’était à la fois surprenant et embarrassant. Son mannequin avait une allure ridicule et, même s’il prit le parti d’en rire, il n’était vraiment pas fier de ce résultat. Pourquoi n’avait-il pas le talent d’Adam ? Pourquoi ne pouvait-il pas se démarquer par son talent en magie ? Bof… Songea-t-il la seconde suivante. C’était une idée fausse que de s’imaginer que tout réussissait aux être surdoués. Ils intimidaient ou agaçaient la plupart du temps… Et les gens normaux préféraient instaurer une complicité par le biais de leurs défauts. Wah, cette soudaine capacité d’analyse l’impressionnait. Ça méritait presque une chanson ! Il y songerait plus tard. Pour l’instant, il fallait trouver un truc pas trop con à répondre à la Serpentard… Un bellâtre de Gryffondor venait de faire exploser la tête de son mannequin. Au moins, il ne s’était pas montré aussi stupide que lui.


- Ou qu’un obus est passé au travers peut-être…
, plaisanta-t-il en retour. Et ta cible ressemble à hologramme…

La question qui suivit le déstabilisa davantage. L’interview ? Celle où elle avait écrit qu’il était beau garçon dans le chapeau ? Etait-ce bien à cela qu’elle faisait mention ? Sans doute. Mais il était bien incapable de saisir la perche qu’elle lui tendait et se contenta de bafouiller :


- Oui, très bien, je crois que tu as été assez fidèle à ce que je t’ai dit… Enfin, rien ne m’a choqué, et puis, je te fais confiance là-dessus, tes articles sont plutôt fiables pour ce que j’en lis. C’était sympa aussi de réserver autant de place à notre groupe qu’aux mystics sombrals…


Alors ? Pas trop mal non ? Mais il fut interrompu dans sa tentative de communication par le professeur Shevelin qui venait examiner leur travail. Liliana reçut ses compliments et elle distribua cinq points à Poufsouffle pour sa perfomance… Il n’était pas certain de les mériter mais il accusa la récompense d’un hochement de tête. A présent, il valait sans doute mieux ne pas déranger Liliana. La jeune fille devait poursuivre ses efforts, selon l’enseignante. Il fit semblant de se concentrer à nouveau sur le mannequin mais l’idée de lancer un sort était loin, très loin derrière ses préoccupations actuelles. Son pouls battait anormalement vite. La baguette tendue devant lui, il fixait le vide d’un air absent. Shevelin avait repris à l’ordre un groupe de Serpentard mais, contrairement à plusieurs élèves qui tendaient le cou pour voir ce qui se passait, il s’intéressa à peine à la scène, si ce n’est pour noter avec une certaine lassitude que les principaux mis en cause étaient les fauteurs de trouble habituels de la sixième année.


[Et voilà, une réponse d'autiste o/]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cours n°1 - Années 4 à 7   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cours n°1 - Années 4 à 7
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Cours n°1 de potions - 6e & 7e années [PM]
» Bases en Médicomagie [Cours de 1er année]
» Cours de potion numéro n◦1 (1er année)
» 1er cours de 3é année : L'introduction à la matière [Close]
» Planning des cours de l'année 97/98

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Oxumorôs :: Poudlard :: Deuxième étage :: Défense contre les Forces du Mal-
Sauter vers: