Oxumorôs

Après la guerre, la paix nouvelle reste précaire et menacée...
 
AccueilPortailFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 J'ai aussi mangé du dauphin, Flipper était pas si malin ! [PV la sangsue]

Aller en bas 
AuteurMessage
Solange Messenger
Professeur de Défense Contre les Forces Du Mal
Professeur de Défense Contre les Forces Du Mal
avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 24/01/2010
Age : 26

MessageSujet: J'ai aussi mangé du dauphin, Flipper était pas si malin ! [PV la sangsue]   Lun 12 Avr - 17:06:35

En fait, je suis pas venu ici seulement pour picoler, j'suis aussi venu pour acheter un truc. C'est simple : A deathly Mound, tu peux acheter n'importe quoi (de la drogue au chien dressé à faire des fellations). Là, il se trouve que c'est un article moldu, mais ça n'a rien de franchement exceptionnel, cet article là, il se vend partout où y a la merde. J'adore ce bled, en fin de compte, une fois que t'as pigé les codes à avoir là bas, ça roule comme dans du beurre. Il faut juste oublier sa morale à l'entrée en fait, et ne s'étonner de rien. C'est fou comme on peut oublier tout un enseignement, rapidement, juste par besoin. Tu pourrais de dire qu'avec ma bonne tête de touriste, je me ferais emmerder, mais en fait ceux qui font le plus tâche c'est les jeunes pseudo-gothique mi punk mi emo. Ils viennent là « pour voir », et se font pigeonner comme des bleus. J'en ai vu deux engueuler des satanistes parce qu'ils sacrifiaient un chat, au nom de la défense des animaux ou je sais plus quoi. Ouh là là... Enfin c'est bien fait, je déteste qu'on reprenne les fringues punk pour juste une histoire de style, question de principes.
Enfin ça serait mentir de dire qu'on m'a pas emmerdé du tout, y a un connard qui a essayé de toucher à ma moto un coup. J'ai pas aimé.
Bref, j'suis pas là pour raconter ma petite vie, mais pour acheter un truc. Un sniper. Hey ouais, Avada Kedavra, ça manque de classe, et le couteau ça prend vraiment trop de temps. J'ai trouvé le mode opératoire parfait : tuer à la moldu pour pas alerter les condés magiques, et nettoyer la scène de crime avec des sorts pour que les keufs normaux pédalent dans la semoule. Les pauvres, ils doivent vraiment souffrir leur mère, aucune logique dans ces meurtres à leurs yeux, ni le sexe ni l'âge ni la situation sociale ne correspondent, ils leur manquent le petit élément qui les relient tous : C'est un tas de connards. Ou de connasse, je suis pas sexiste, c'est tout pareil. Je fonde la première Internationale du meurtre, le syndicat des tarés, rejoignez moi ! On en est encore à nos balbutiements, mais bientôt, ça va chier des bulles. Y a pas de raisons que ça soit toujours les mêmes qui aient les mains pleine de sang, chacun son tour, c'est à nous de délirer, surtout qu'on a rien à perdre, maintenant. Enfin je dis « on », mais je me sens tout seul dans mon délire là. Je sens aussi que ça va pas durer, je suis sûr de ne pas être le seul à vouloir étriper de l'enculé.
Bref, j'ai acheté mon truc à un sri lankais, il se trouve que nous parlons la même langue.

Ensuite j'ai déambulé complètement fait dans la rue. Faut pas s'imaginer le stéréotype du gars marchant de guingois n'importe comment, c'est dans les dessins animés ça ! En fait j'me suis un peu trainé avant de m'assoir par terre, pour fumer une clope. Je frôlais l'esprit des passants, comme ça, histoire de rien foutre.

- MAIS, MAIS, MAIS... T'ES MORT !

Ça surprend, des fois.
Revenir en haut Aller en bas
Calisto Del Alba
Vampire
Vampire
avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 27/03/2010
Age : 31

MessageSujet: Re: J'ai aussi mangé du dauphin, Flipper était pas si malin ! [PV la sangsue]   Lun 12 Avr - 23:38:12

Il était à peine 20H00 mais c'était la belle époque, le soleil se couchait tôt, ce qui donnait plus de temps à Calisto pour déambuler dans les rues. Il aurait pu aller au Pré-Au-Lard; l'endroit plus raffiné lui convenait mieux... Seulement ces temps-ci, la justice était axée sur la recherche de criminels comme des pro Mangemorts en fuite ou autre, mieux ne valait pas trop traîner là-bas alors que le ministère, honteux de ses anciennes fautes essayait de redorer son blason en se lançant dans une frénétique chasse à l'homme. Non pas que Calisto craigne les humains, avoir peur de son repas... On n'avait jamais vu ça! Mais disons qu'il n'avait pas envie d'être dérangé, ni de griller sa couverture. En parlant de ça un homme lui paraissant fou, assis en train de fumer hurla quelque chose d'étrange. Les yeux vairons de l'Espagnol se posèrent sur le bonhomme qui disait pourtant des paroles plutôt sensées... Était-ce un hasard? Calisto s'approcha de lui d'un pas lent, sa vision nocturne excellente lui permettait de voir le visage de l'homme malgré la nuit tombante; cette dernière s'obscurcissait de plus en plus, annonciatrice d'une nouvelle "aube" pour les vampires. Inclinant doucement la tête, le jeune immortel détailla l'inconnu, il avait le teint plus mat que le sien, la quarantaine mais un certain charisme... Un objet moldu, une arme trônait à ses côtés, qui était-il? Finissant par lui adresser la parole, trop intrigué pour laisser passer l'occasion l'Hidalgo sourit, prenant toutefois soin de cacher ses canines, lesquelles ne se rétractaient pas pour une raison inconnue.

-Vraiment? Et qu'est-ce qui vous fait dire cela mon bon monsieur

Répondit le vampire d'une voix douce et séduisante, ses yeux fixant insolemment la silhouette qui se présentait devant lui. S'asseyant sans façon à son tour, Calisto posa ses doigts fins sur l'arme que portait l'inconnu... Ce dernier l'intéressait, sans pour autant qu'il ait envie d'en faire son quatre heure ou son amant-en général c'était l'un ou l'autre lorsqu'il abordait quelqu'un. Restait à savoir dans quelle catégorie mettre cet étrange personnage.- Ses cheveux mi long balayaient son visage métissé, il n'y fit pas attention, concentré sur l'homme assis à ses côtés. Se relevant, ôtant la poussière qui avait pu s'accumuler sur ses vêtements, le vampire fit le tour du type, gracieux et silencieux comme un prédateur sait l'être... Non assurément, il devait attendre encore un peu avant de pouvoir se faire une idée.

-Mais que faites-vous ici, au milieu de cette rue?

Fit-il effrontément, se saisissant du menton de l'inconnu pour le relever et y plonger son regard perçant; finissant par le lâcher, se tenant debout devant lui, immobile comme une statue... Prêt à parer à toute éventualité cependant. L'Hidalgo sentait que ses deux petites questions pouvaient déclencher un flot d'explications toutes plus étranges les unes que les autres, mais tout aussi intéressantes... Il fallait voir, le hasard pouvait le guider vers un nouvel amusement ce soir, et là, le jeune immortel avait toute la nuit pour approfondir la question. Rien ne l'étonnait dans ce village; sinon le fait que le ministère de la magie si avide de réprimer les "vilains" n'avait pas su trouver ce lieu grouillant de vermine. A sa façon, l'homme assis par terre avec une arme moldue inconnue de Calisto en était une; son instinct le sentait, celui-ci était un p'tit dur, un qui avait de la rage, de la haine en lui mais il ne savait pas pourquoi; le présumant simplement car habitué à observer pour apprendre à connaître l'être humain. Pour survivre le vampire avait très tôt du s'adapter à sa maîtresse, et cela était passé par une longue phase d'observation; du coup il savait s'y prendre pour savoir ce qui se passait dans la tête des gens... Enfin pas totalement, mais là c'était facile de deviner à son attitude et à son arme qu'il n'était pas ici pour déclarer sa flamme à une femme. Tant mieux, la haine était un sentiment très amusant à observer chez l'être humain. Elle déformait son coeur, son visage et sa vision des choses. Parfois même, l'Homme si fragile ne lui résistait pas, il lui cédait totalement et perdait les pédales... Oh oui, ce pouvait être très drôle d'attendre la réponse de ce pauvre paumé assis par terre; Calisto se félicitait d'avance de ne pas avoir eu à chercher bien loin pour trouver son divertissement du jour... Enfin de la nuit plutôt.
Revenir en haut Aller en bas
Solange Messenger
Professeur de Défense Contre les Forces Du Mal
Professeur de Défense Contre les Forces Du Mal
avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 24/01/2010
Age : 26

MessageSujet: Re: J'ai aussi mangé du dauphin, Flipper était pas si malin ! [PV la sangsue]   Mar 13 Avr - 10:18:42

Au début je me suis dit « oh, un inferi qui parle ! », mais je me suis rappelé que ça existait pas... a moins que la magie noire ait fait de très grand progrès en matière de nécromancie. 'm'étonnerait quand même.
En fait je le perçois comme un cadavre frais, quand tous les éléments mentaux sont pas parti à Disneyland où je sais pas où (j'pense que ça dépend des croyances des gens). Enfin c'est très bizarre, comme voir bouger une pierre, tu comprends clairement que c'est pas humain. J'aurais pas dû me mettre à gueuler, maintenant il me parle. Genre il sait pas qu'il est mort. « Oh bah dis donc pourquoi tu dis ça c'est rien que des calomnies ». Ouais bien sûr, dis moi que je suis fou tant que tu y es.

- J'te perçois pas. Mentalement j'veux dire. Comme un mort.

J'simplifie tu vois. Enfin bref, la question n'est pas là... Qu'est ce qui est mort et qui bouge, hein ? Y a pas trente six solutions, j'en vois qu'une seule en tous cas : Vampire. Tremblez lecteurs, je vais finir exsangue avant le matin, peut être en punition de l'avoir découvert, ou juste par faim. Ecoutez les gens, je suis ravi d'avoir partager ces moments avec vous, depuis mon arrivée à Poudlard, et si c'était à refaire je...
Hey, je peux pas me permettre de mourir tout de suite, j'ai des trucs à faire avant. En plus l'autre connard me demande ce que je fais là. En plus il me relève la tête avec sa main pleine de doigts. On a gardé les cochons ensemble du con ? Désolé hein, je me souviens plus. La mémoire tout ça... Nan mais elle a intérêt à me lâcher la tarlouze, parce que sinon ça va chier des bulles dans pas longtemps. Avant que j'ai eu le temps de insulter, il me lâche. Ça m'évitera de dire des conneries tiens.

- Ben j'fais du golf là, ça se voit pas ?

Bon, okay, c'était facile. Je balance mon mégot de cigarette d'une pichenette et j'en rallume une autre. Faut jamais se laisser abattre.

- Bon écoute bien pédale, j'suis p'tète pas un expert en nécromancie, mais j'sais qu'un vampire parle pas météo avec les mortels, ça tourne plutôt autour de la bouffe, alors t'as intérêt à tirer ton derche de là et à retourner dans ta grotte, avant que je me fasse un slip en peau de con.

De la menace neuneu, des phrases qui veulent rien dire, on est bon là. Non mais j'vais pas me laisser emmerder par le roi des pégus, qui est sans doute beaucoup plus âgé que moi avec sa tête de pucelle. Il me touche encore une fois, c'est le festival de la sauvagerie, à coté le Jugement Dernier c'est un goûter de gamines de huit ans, j'lui fous un tel coup de pied au cul que ça va lui chatouiller la glotte par derrière.
Non mais merde quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Calisto Del Alba
Vampire
Vampire
avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 27/03/2010
Age : 31

MessageSujet: Re: J'ai aussi mangé du dauphin, Flipper était pas si malin ! [PV la sangsue]   Mar 13 Avr - 16:05:59

Cet homme avait donc un pouvoir sorcier? Calisto était très jeune, il n'avait que 22 ans, et était un vampire depuis un an seulement; il n'avait pas étudié à l'école magique, ni même dans un collège normal d'ailleurs. C'était Cléophée qui lui avait enseigné ce qu'il savait, elle et sa curiosité qui l'avait poussé à fouiller dans la bibliothèque, à lire pendant des heures dans la pénombre des diverses demeures de sa maîtresse à travers l'Espagne et d'autres pays comme l'Angleterre. Cependant Calisto croyait avoir entendu parlé de ces êtres qui se transformaient en animaux ou lisaient dans les pensées; il savait aussi que les sorciers pouvaient faire de grandes choses avec leur baguette, mais que ce don était rare... Cet étranger était donc une particularité dans son genre... Amusant avec ça, surtout lorsqu'il dit faire du golf; de la répartie, pas froid aux yeux et un brin de folie... Voilà qui faisait de cet homme une proie très intéressante, mais pas vraiment docile! Bien que jeune, le vampire n'avait pas fréquenté ceux de son âge, il ne connaissait donc pas l'insulte "pédale"; néanmoins le reste suffisait à lui faire comprendre qu'il était démasqué... Si vite? Un chasseur alors?!

Non ce n'était pas possible, car l'homme avait une arme qui ne semblait pas dangereuse pour lui, de plus ce dernier ne l'aurait pas laissé partir, lui ordonnant même de disparaître, à l'occasion c'est lui qui aurait fait disparaître Calisto. Cette potentielle proie était amusante mais un peu trop belliqueuse au goût de l'Hidalgo, et puis bavarde dans son genre aussi... A son humble avis, quelque soit le don de l'inconnu-fascinant par ailleurs.- pour deviner la nature des autres aussi vite, le sorcier était un impudent, un inconscient qui ne connaissait pas l'étendu des pouvoirs de sa race. Calisto allait se faire un plaisir de remplir cette petite tête vide; soulevant l'inconnu d'une main et le plaquant contre le mur, il offrit un large sourire à ce triste sire, ne prenant pas la peine de cacher ses longues canines cette fois; elles étaient blanches comme neige, étincelantes et prêtes à servir, cependant il n'en fit rien... Quoi?! Déjà? Allons voyons, l'Espagnol n'était pas un rustre, il fallait être poli avec son potentiel dîner, et puis, attendre de voir si une meilleure proie se proposait à sa vue... On ne sautait pas sur le premier morceau misérable qui se traînait quand on avait le choix dans le cheptel humain. Pas sûr que celui-ci soit à son goût, Calisto préférait de loin les jeunes damoiseaux ou les demoiselles pures, leur sang était meilleure, plus doux, légèrement sucré... Alors que celui-ci avait l'air d'avoir vécu déjà et d'être tourmenté, de quoi faire de son sang une boisson forte et entêtante... Ce soir Calisto avait plus envie d'un peu de douceur comme on peut désirer un pâtisserie. Cependant rien ne l'empêchait de s'amuser un peu. Relâchant l'homme, l'enfant de la nuit reprit calmement la parole, ignorant les insultes proférées à son égard.


-C'est dommage, j'aurais beaucoup aimé discuter de la pluie et du beau temps avec vous.

Fit-il en jugeant que la météo interne de cet étranger devait être orageuse. Bah... Il se ferait un plaisir de le calmer; peut-être qu'une petite nuit de plaisirs conviendrait à ce cher monsieur? Pour l'instant, Calisto voulait surtout en savoir plus, intrigué et amusé à la fois.


-Que cherchez-vous ici Señor? Je peux vous aider vous savez... Je connais ce lieu comme ma poche, et je m'ennuie.


Inclinant doucement la tête, le jeune immortel ne semblait décidément pas effrayé à l'idée de terminer en slip (XD); il s'assit tranquillement sur une pierre, toisant l'homme d'un regard indéfinissable soit, doux, attiré mais voilé d'une menace palpable... Prononçant à l'avance la sentence si ce dernier décidait de l'attaquer.

-Dis-moi mon mignon-Maintenant il le tutoyait; Calisto trouvait ça plus... Familiale, et puisque l'autre se l'était permis en l'insultant, pourquoi pas.- Comment as-tu su ce que je suis? Es-tu un chasseur?

Il ne le pensait pas, mais ne maîtrisait pas non plus la connaissance du monde sorcier. Pour lui quelqu'un qui lisait ainsi dans les pensées et devinait qui vivait ou non était une personne liée aux vampires. Calisto avait une très grande culture générale, mais ce qui était terre à terre lui échappait.

Revenir en haut Aller en bas
Solange Messenger
Professeur de Défense Contre les Forces Du Mal
Professeur de Défense Contre les Forces Du Mal
avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 24/01/2010
Age : 26

MessageSujet: Re: J'ai aussi mangé du dauphin, Flipper était pas si malin ! [PV la sangsue]   Mar 13 Avr - 19:08:29

[HJ : Solange parle un peu salement, jeune enfant pré-pubère, tire toi.]

Je ne connais que deux usages que peut avoir un vampire d'un mortel : La bouffe, le sexe. Dans ce bled, on parle rarement à un inconnu parce qu'on se sent seul, c'est pas le genre de la maison. Peut être que ce gars est un glandu qui connait pas les usages du coin : On fait pas chier les gens. En plus il m'appelle « senior ». Je sens que d'ici pas longtemps, je vais me vexer, peut être que quarante ans c'est pas la prime jeunesse, mais je tombe pas en morceaux non plus, alors la tantine elle va décarrer ses miches de là où j'fais un beau feu de joie. A mon souvenir, les vampires sont pas ignifugés. Enfin pas trop. Ou alors je fuis la queue entre les jambes et je transplane, faut savoir ne pas avoir de dignité parfois. Et puis en plus il s'ennuie le pauvre lapin ! Oooooh (prendre un ton attendri), viens là, on va faire du coloriage.

- C'qui que tu traites de « senior » ? Et pis sinon j'suis pas un centre aéré moi, si tu t'emmerdes tu peux aller compter tes poils de cul que je m'en cogne tout pareil.

Mais là dessus il m'appelle « mignon ». Il met même un possessif devant. J'avoue que ça me déstabilise dans mon délire de mec bourré là, je m'y attendais pas trop. Je pensais avoir dépassé la date de fraicheur de ce coté là. Rôh, tu me ferais presque rougir tiens. Enfin, comme ça, je suis fixé : Monsieur le Vampire aime la bite. Oh, je vois pas de mal à ça, tant que c'est pas de la mienne qu'on parle. Je me relève (un peu péniblement), histoire d'avoir la latitude de prendre la tangente si besoin est. Une fois debout, je constate que le macchabée est plus grand que moi, comme tout individu mâle qui se respecte, c'est triste – enfin si je devais me vexer à chaque fois pour ça, je serais pas sorti du sable...

- Chui Legilimens, c'est pas spécialement destiné aux vampires, désolé de détruire ton délire égocentriste, c'est juste que t'as l'empreinte mental d'un mort, voilà quoi.

Ouais c'est vrai quoi, faut pas tout ramener à soi, sinon tu meurs seul et sans ami en monologuant sur ta vie pitoyable y paraît. Enfin Ducon m'avait parlé de chasseur à un moment... Sans doute qu'en tant que créature assimilée au mal, il a toujours peur de tomber sur un connard avec du soleil en bouteille et un crucifix, pas de chance je risque pas d'être ce gars là, je suis pas chrétien de près ou de loin. J'suis sûr, le crucifix, c'est moi qu'il brûle.

- Et puis c'pas les vampires que j'chasse, rien à taper des vampires.

A tous les coups, Tantine va me demander ce que je chasse. Il faut devancer la demande en mentant.

- C'est les faisans mon truc en fait.

Regard en coin du gars qui sent bien qu'il a fait un mensonge un peu pourri. Les faisans au sniper... mais tout à fait ! Et pourquoi pas les renards au Bazooka ? Ou les perdrix au lance-flammes ? Enfin il peut pas deviner ce que c'est, vu que c'est gentiment démonté dans une boîte ('fait au moins cinquante centimètres de long la bestiole), et que c'est pas écrit dessus. Enfin si, mais en petit. Connerie de boîte à la con, les vampires ça a de bons yeux il paraît.

- Ouais sinon... Tu sais que ma remarque concernant le fait de bouger ton derche de là est toujours valable ? Genre me laisser fumer ma clope tranquille et tout, ça serait pas hyper classe nan ? Parce que figure toi que la bite, c'est pas trop mon délire, alors les « mon mignon », tu peux te les coller dans l'usine à Suchard et bien te ramoner avec pour te consoler, PARCE QUE LE JOUR OU T'ARRIVES A M'TOUCHER MOI JE CHIE DU BEURREEEE !

Alors pourquoi du beurre, me demande pas, c'est l'inspiration du moment qui parle, mais faut vraiment que j'arrête d'être saoul, parce que ça va finir par me jouer des tours. Enfin si j'ai parlé de beurre ça fait peut être écho aux Suchard – y a sans doute du beurre dedans – et pour faire un truc un peu absurde, drôle quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Calisto Del Alba
Vampire
Vampire
avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 27/03/2010
Age : 31

MessageSujet: Re: J'ai aussi mangé du dauphin, Flipper était pas si malin ! [PV la sangsue]   Ven 16 Avr - 19:02:41

L'évidence était là, Calisto ne l'avait pas remarqué de prime abord, mais cet homme était saoul... Enfin, bizarrement, il tenait toujours droit et sa conversation était assez limpide quoique très agressive. Disons qu'il avait une propension naturelle à la violence, et que sa verve avait dû être augmentée par la boisson. L'odorat développé du vampire le devinait, en même temps comment l'en blâmer? Il fallait du courage pour entrer dans ce fichu village pourri jusqu'à l'os, pour un humain en tout cas, ce qui devait expliquer que l'inconnu ait mis toutes ses chances de son côté en prenant un fortifiant. Le vampire esquissa un sourire, se retenant d'éclater de rire lorsque ce dernier lui parla du terme "senior", jamais Calisto n'avait pensé à une telle confusion... Pourtant son accent laissait clairement entendre qu'il était étranger. Cependant il ne fallait pas trop en demander à un homme aveuglé par sa colère. Visiblement celle-ci n'était pas dirigée contre les vampires, toutefois Calisto ne voulait pas que les choses débordent, ses proies potentielles n'avaient pas à s'étaler comme des crêpes devant lui-c'était assez ennuyeux au final- mais pas non plus à faire leur petite révolution, l'Hidalgo aimait qu'on le respecte, et qu'on ait bu un peu n'était pas une excuse en soi... Il était chez lui dans cette ville, c'était lui qui établissait les règles-enfin en partie.- donc cet étranger avec sa drôle d'arme moldu allait devoir se calmer un peu!

Quant au terme légilimens le vampire s'en rappelait plus ou moins; ça correspondait au fait de lire dans les pensées chez les sorciers, c'était un fait intéressant mais auquel on pouvait facilement palier en y pensant... N'importe quelle personne bilingue pouvait penser dans sa langue natale pour rendre le livre de son imagination illisible. Visiblement, ayant autant de profondeur qu'un cercueil vide pour l'étranger-d'après ses propres dires- l'Hidalgo n'avait pas trop à craindre concernant ses secrets, de toutes manières il avait toujours pensé en espagnol et il doutait que l'inconnu parle cette langue. Il avait... Comment dire... L'air un peu primaire. Effectivement Calisto était du genre à juger sur l'apparence, ou dès les premières paroles, ce n'était pas une qualité mais on ne peut pas être parfait... Et la bêtise de cet homme tout comme son courage ne faisaient aucun doute pour le vampire.


-Señor veut simplement dire monsieur dans ma langue natale

Expliqua-t-il avec la patience d'un professeur pour un enfant qui met un peu plus de temps que les autres à comprendre. Calisto entendait aussi inculquer la politesse à l'étranger, tout comme le fait qu'il n'avait pas pour habitude d'obéir comme un chienchien aux ordres que ses repas lui donnaient. Lui dire de partir avec autant d'impolitesse l'incitait à rester justement; pas du tout contrariant le vampire... En attendant, Calisto étranger ne comprenait pas les expressions qui semblaient typiquement anglaises... Il avait de plus été élevé par une femme née au XIX ème siècle, du temps des philosophes, n'espérez donc pas faire passer le message en parlant d'usine à Suchard... Par contre il comprenait à peu près que l'autre le menaçait. Si jamais il le touchait... Quoi? Ses excréments deviendraient du beurre, ah mais c'était très amusant à imaginer; le vampire pouvait d'ailleurs l'y aider, en l'écrasant contre un mur façon crêpe par exemple... Cependant il n'avait pas envie de détruire l'organe le plus impoli de cet homme: sa langue, celle-ci était, à vrai dire, très amusante.

-Vous mourrez avant même d'avoir fait trois pas, ou d'avoir trouvé des "faisans".

Fit-il amusé par le courage ou plutôt la folie de l'inconnu. Celui-ci n'avait pas froid aux yeux, et Calisto lui pardonnait un peu ses menaces à cause de ce trait de caractère qui le rendait intéressant. Il sourit, passant justement sa main sur la joue de Solange, comme s'il s'agissait d'un enfant méritant un câlin après un gros chagrin... Ou d'un homme intéressé aussi, c'était à voir selon l'esprit tordu ou non que vous possédez. Il fallait voir si monsieur allait "chier" du beurre maintenant. Pour être sûr de faire passer le message question "je fais ce que je veux", le vampire retint un moment le menton de son potentiel repas-qui s'avérait plus être un amusement, car s'il buvait le sang de quelqu'un imbibé d'alcool, lui-même risquait d'être saoul. Et oui, la transmission se faisait, pareil pour la drogue, d'ailleurs certains congénères s'amusaient à droguer leurs victimes pour en ressentir les effets en les mordant.- avant de lui le lâcher. Plongeant alors ses prunelles bicolores assez hypnotiques dans leur genre, le Don Juan avec l'intention de calmer le monsieur reprit d'une voix douce et agréable.

-Êtes-vous vraiment certain de ne pas avoir besoin d'aide? Cela irait beaucoup plus vite, et la chasse aux faisans se fait généralement à deux à ce que l'on dit...

Tuer pour le plaisir n'était pas l'apanage de Calisto, mais pour "plaire" à quelq'un, ce n'était pas une chose qui allait le déranger, de plus il avait un peu soif, comme ça il ferait d'une pierre deux coups. Suivre la progression de l'inconnu l'intéressait, même l'aider, après tout pourquoi pas, un semblant de quête pourrait égayer sa triste nuit, parce que non... Compter les poils de son postérieur comme le suggérait l'étranger avec délicatesse ne l'inspirait pas vraiment. Cette fois pour appuyer ses dires, le vampire s'était aidé de son charisme naturel, lequel couplé avec un certain pouvoir vampirique marchait bien en général chez les gens... Ne leur volant pas leur libre arbitre non plus mais sachant les influencer en son sens bien souvent. Mais peut-être que l'inconnu y résisterait? Ça le rendrait follement amusant ça... Mais ce serait aussi un peu frustrant pour Calisto, avouons le, voilà pourquoi il s'appliquait.
Revenir en haut Aller en bas
Solange Messenger
Professeur de Défense Contre les Forces Du Mal
Professeur de Défense Contre les Forces Du Mal
avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 24/01/2010
Age : 26

MessageSujet: Re: J'ai aussi mangé du dauphin, Flipper était pas si malin ! [PV la sangsue]   Sam 17 Avr - 11:39:12

J'écarte la remarque concernant le « senior » et ma mort prochaine de mon esprit, c'est du pet de mouche ces trucs, là on a plus important, comme une main sur la joue – posée avec douceur cela dit. J'allais signaler à Monsieur le Senior qu'ici c'est pas un self service du tripotage et que si il voulait toucher de la bite, il se trouvait pas dans le bon établissement, mais le vampire ne m'en laissa pas le temps en relevant fermement mon menton avec ses doigts, me forçant à le regarder dans les yeux – je rappelle aux deux du fond que je fais 1,65m.
Si j'avais été sobre et pas détraqué du mental, j'aurais immédiatement compris qu'il y avait quelque chose de pourri au royaume du Danemark, alerté par mes lectures sur les vampires et leur pouvoir de séduction, mais là j'étais saoul, et mon cerveau hurlait à la campagne environnante « VIENDEZ C'EST PORTE OUVERTE CE WEEK END ! Y A MÊME UN BARBECUE ET DES JEUX POUR LES ENFANTS ! ». J'étais baisé, au sens figuré du terme et y a avait matière à avoir peur que je le devienne au propre. Rien à foutre. Il avait les yeux vairons, c'est la dernière pensée consciente et normale qui a traversé mon cerveau malade avant que je sois emporté par la vague. Une très curieuse sensation m'envahit soudain, de mollesse, d'indolence presque, avec ce message écrit au néon sur le panneau d'affiche de mon esprit : « toute résistance est inutile ». J'examinais ses yeux, l'un bleu intense, l'autre vert brillant, vraiment curieux, ça donnait une force à son regard, une force qui me laissait scotcher dessus. J'avais jamais vu d'aussi beaux yeux, j'ouvrais d'autant plus fort les miens pour mieux observer cette magnifique paire qu'il possédait. Je n'étais plus en colère, l'attouchement qui m'était auparavant insupportable devenait agréable et frais, sans être froid. Les doigts glacés du mort m'avait angoissé, ce n'était plus le cas et je ne tenais pas spécialement à ce qu'il enlève sa main. En fait, j'aurais voulu qu'il me prenne dans ses bras, ou qu'on dorme ensemble même - sans avoir de rapport sexuel évidemment, j'en était pas encore à ce stade de dés-inhibition là.
Je me sentais vraiment mou, mais pas comme quand on s'est mis trop vite debout et que la pièce tourne, non, je découvrais le sens réel du mot « alanguissement », et c'était pas désagréable, avec une impression de douce chaleur intérieure et... Comment j'avais pu gueuler après le vampire ? Il n'était pas menaçant, il ne m'avait rien fait, c'était donc une créature qui s'ennuyait, voilà tout. Pourquoi s'inquiéter ?
Et il se mit à parler.
Sa voix, c'était de la crème hydratante pour oreille, de l'anti-bruit, ça détend. Un long frisson de plaisir me remonta le long de la colonne vertébrale, il aurait pu me réciter l'annuaire que ça m'aurait rendu heureux tout pareil. Évidemment, comme je l'ai déjà dit, il n'y avait rien de sexuel là dedans, mais si j'avais été gay, c'est avec ce gars là que j'aurais voulu passer ma vie, tellement il était rassurant. La seule chose qui me retenait de coller ma tête à sa poitrine et de l'entourer de mes bras, c'était la peur de le vexer. D'ailleurs, parler aussi, ça aurait été de la profanation, mais il m'avait posé une question, il fallait que je réponde non ? Je ne voulais vraiment pas qu'il me déteste, ça aurait été la pire chose au monde. Tout en le regardant comme si il était un des trois dieux principaux de la religion indienne, je repris ma respiration (j'avais oublié de respirer tellement il est... captivant) et répondit à sa question :

- Des anciens mangemorts.... Je cherche des anciens mangemorts, ceux qui ont pas été arrêté. Tu... Tu vas rester avec moi ?

J'allumais une cigarette sans le quitter des yeux, pourvu qu'il m'aide !
Revenir en haut Aller en bas
Calisto Del Alba
Vampire
Vampire
avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 27/03/2010
Age : 31

MessageSujet: Re: J'ai aussi mangé du dauphin, Flipper était pas si malin ! [PV la sangsue]   Mar 20 Avr - 18:48:27

Visiblement son "charme" vampirique faisait des merveilles. Le jeune homme ne l'utilisait pas pour forcer quelqu'un à partager sa couche mais au moins l'influencer, appuyer ses paroles tout simplement; comme n'importe quelle personne essayait de mettre ses atouts en avant pour avoir un travail ou paraître agréable à son interlocuteur, sauf que l'effet semblait s'être multiplié sur l'inconnu; vraiment s'en était impressionnant! Calisto se rappela que ce dernier était légèrement aviné-enfin il pensait, son attitude le laissait deviner en tout cas.- et possédait le don sorcier qui permet de lire dans les pensées. Pour la première raison, ses barrières mentales devaient être effritées, pour la seconde concernant son pouvoir, l'empathie de cet homme devait être très forte et cela semblait se retourner contre lui. Le vampire avait donc un véritable pantin entre les doigts; un peu plus de personnalité aurait été souhaitable sur le coup mais bon, "chasser des anciens mangemorts" avait l'air d'être une activité plutôt amusante, donc autant rester et laisser sa chance à cet étranger. L'enfant de la nuit se releva lentement, offrant sa main à son interlocuteur toujours à terre pour lui proposer de l'aider à se redresser aussi. Intéressé par cette histoire, décidé à intervenir dans l'intrigue de ce roman qui s'écrivait en cet instant, l'Hidalgo réfléchit quelques instants avant de poser sa question suivante, parler pour rien fatiguait inutilement; autant aller droit au but! Maintenant que le vampire ne le fixait plus, peut-être que l'homme allait retrouver un peu de sa "personnalité", voir toute qui sait? Allait-il le rejeter violemment comme précédemment ou rester sous sa coupe? Le vampire était jeune, sans expérience encore, donc il ne connaissait pas trop les limites de ce pouvoir mais on ne peut pas dire qu'il soit dans les préférences de Calisto qui se promit d'apprendre à mieux doser pour ne pas obtenir des "pantins". C'était certes grisant d'avoir l'impression d'être adulé comme un Dieu mais obtenir tout cela à force de persévérance était plus intéressant que de l'avoir par le truchement d'un pouvoir. Enfin bon, après avoir réfléchi pour savoir où il voulait que tout ça le mène, l'Espagnol interrogea son comparse, ne sachant toujours pas si les "effets" de son charme s'étaient dilués, avaient disparus ou demeurait égaux.

-Je vois, tu veux te venger d'eux n'est-ce pas? Bien sûr, ce ne peux pas être autre chose...


Assis dans la poussière? Avec un lourd soupçon d'alcoolémie pesant sur lui? Non ce ne pouvait pas être un chien de la justice sorcière qui venait "appréhender" des suspects; déjà ils seraient plusieurs et auraient un uniforme... Non cet homme était venu se venger, il y en avait beaucoup par ici, des rixes dues aux règlements de compte, en tout genre! Pour la drogue, de l'argent volé ect... Mais la palme revenait aux anciens mangemorts traqués par des sang-moldus en deuil ou des malades mentaux qui s'amusaient juste à tuer pour le plaisir... Voir eux-même entre eux, car ils se reprochaient tous la mort de leur Lord.

-As-tu obtenu des informations sur l'un ou plusieurs d'entre eux ou viens-tu en aveugle? Depuis combien de temps as-tu ce projet?


Le vampire saurait ainsi quel genre de fou était cet homme qui bravait tous les dangers pour se venger probablement; à moins qu'il ne soit à la solde de quelqu'un chargé de tuer ces mangemorts pour une famille richissime qui estimait que justice n'avait pas été faite... Bref, le but était de savoir non pas pourquoi-franchement Calisto se fichait éperdument de la vie de cet étranger.- mais comment il avait préparé ça, histoire de voir s'il était capable de survivre plus longtemps que les autres qui faisaient les fiers avec leurs armes: baguettes, choses moldues ou autre qui repartaient soit la queue entre les pattes dans le meilleur des cas, soit mort au milieu de la rue sans que leur cadavre ne soit enterré avant plusieurs jours. Se rappelant d'un léger détail ennuyeux, le vampire se retourna vers son compagnon; désormais il aurait l'occasion de voir ses réactions en face, sur le ton badin de la simple conversation, il ajouta finalement:

-Je suis Calisto del Alba, et je viens d'Espagne. Et toi, comment te nommes-tu ? Et d'où viens-tu?

Pour une personne comme lui, les terres de la naissance avaient beaucoup d'importance, c'est pourquoi il trouvait intéressant de savoir d'où sortait l'homme qui avait l'air au moins aussi métissé que lui voir plus... D'où venait-il pour débarquer comme ça, presque la bouche en fleurs dans ce village? Vivait-il au pré-au-lard? Venait-il d'un pays lointain? Le vampire avait toujours été un amateur de voyages; il adorait découvrir ce genre de choses, pensant pouvoir en apprendre beaucoup sur une personne -humaine comme vampire.- avec cette information. Pour rendre les choses équitables il s'était lui-même présenté, montrant l'exemple. Il se fichait que son identité soit révélée; cet homme ne saurait le mettre en danger en le dénonçant: et d'une le vampire n'avait rien fait de répréhensible devant lui, de deux l'étranger lui-même s'apprêtait à violer les lois des hommes, de trois, en tant que vampires les règles établies par les mortels ne le concernaient plus, de quatre il pouvait toujours décider de faire de l'inconnu un repas digne de ce nom après l'avoir emmené cuver son vin dans ses cachots si ce dernier avait la langue un peu trop pendue...
Revenir en haut Aller en bas
Solange Messenger
Professeur de Défense Contre les Forces Du Mal
Professeur de Défense Contre les Forces Du Mal
avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 24/01/2010
Age : 26

MessageSujet: Re: J'ai aussi mangé du dauphin, Flipper était pas si malin ! [PV la sangsue]   Mer 21 Avr - 15:24:39

J'ai mal à la tête.
Il me regardait avec ses grands yeux là... Ça me donnait presque envie de me faire pipi dessus tellement je savais pas quoi faire, ça me foutait au bord de l'explosion interne. Mais ça a commencé à se diluer, et j'suis juste resté un peu con à le regarder, dans le pâtée comme on dit. J'ai hoché la tête de haut en bas quand il m'a demandé si c'est pas vengeance que je faisais ça, je l'aurais fait aussi si il m'avait demandé si j'aimais manger du caca, j'aurais fait n'importe quoi en fait, pourvu qu'il me l'ai demandé. Pas par dévotion non, mais parce que je flottais dans un genre de nul part cérébral. Je secouais la tête comme si je m'ébrouai, rien à faire, j'avais toujours l'impression qu'un oiseau avait fait caca dans ma tête. Un gros caca. Enfin bref, ça faisait pas avancer le smilblick.
Il me posa une autre question, ouverte cette fois, ce qui demandait donc un effort de ma part puisque je devais parler, voir même réfléchir. Attends c'est quoi mon nom déjà ? Pour commencer une base de réflexion, c'était pas mal déjà. Ensuite il fallait que je comprenne la question. Si seulement il pouvait faire encore son truc avec les yeux là... Ça m'aiderait. Maintenant qu'il s'était retiré de ma tête, je savais même plus comment on faisait pour marcher. En fait, j'avais une folle envie de m'évanouir. Je secouais la tête encore une fois, perdre connaissance devant un vampire n'était peut être pas la meilleure chose à faire. Bref, nous disions ? Ah oui, mon mode opératoire. Comment je repérais mes victimes avant de les transformer en steack haché géant.

- J'regarde dans le journal, ou alors j'demande à des gens. Enfin j'trouve au final quoi. J'vais finir par gagner des plumes.

Bien sûr j'aurais pu discourir sur les tenants et aboutissants de mes techniques de Ninja fou mental pour déterminer ma future victime, mais je m'en sentais pas la force. J'avais envie de m'assoir... Il était sorti de ma tête en ne laissant que du vide, et il me laissait même pas le temps de remplir, tac il enchaînait ! … Ou alors il n'avait pas conscience de mal s'y prendre. Putain ! En général, ce pouvoir vampirique, t'y survis pas bordel de pute ! Tu te fais mordre direct et tu meurs et tout. En tous cas mec, j'te garantie que la descente, elle est pas funky.
Je réponds donc à la question à cent mille euros, celle qu'on me pose tout le temps en six exemplaire dès que je sors dans la rue ou que je rencontre quelqu'un : « Mais... Tu viens d'où ? ». DE TON CUL ABRUTI !

- Krishnamaisjevienspasd'Indebordel.

Et là, y a un truc qui s'est envolé dans ma tête.
Genre son emprise.
J'ai élargie les yeux et pris conscience : Ce vampire était rentré dans ma tête pour me rendre docile. Attends, t'as pas bien compris, tu veux que je te la refasse ? Allez c'est parti : CE FILS DE PUTE DE VAMPIRE DE MES COUILLES M'A RAMONE LE CUL DANS LES GRANDES LARGEURS !

- T'es... T'ES RENTRE DANS MON CERVEAU TETE DE CON !

Disons que là, je suis dans un état de fureur assez phénoménale. J'ai parfaitement conscience qu'il aurait pu me faire faire n'importe quoi. Me tuer ou pire encore (selon mon point de vue, après je ne doute pas qu'il y en ait que ça ne dérange pas). Un pot de géraniums – si si, il y a des pots de géraniums à Deathly Mound – pris feu avec plaisir à coté de moi tellement j'étais colère.

- En tous cas, ça donne pas envie d'aller en Espagne ! Dans mon pays on appelle ça du viol tête de bite - faut vraiment que je l'insulte sinon je me mets à hurler. J'vais te cramer la gueule espèce de fils de pute de...

Après j'l'ai tout insulté en Tamoul, j'vais pas traduire c'pas propre.
Revenir en haut Aller en bas
Calisto Del Alba
Vampire
Vampire
avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 27/03/2010
Age : 31

MessageSujet: Re: J'ai aussi mangé du dauphin, Flipper était pas si malin ! [PV la sangsue]   Ven 25 Juin - 11:28:15

HJ: parce que certains topics sont immortels... :fou: :alix:

Après qu'il eut donné son nom, Calisto comprit que le charme avait cessé d'opérer. L'humain savait... Mais cela ne lui faisait pas peur, au contraire, il entra dans une rage folle et commença à insulter l'Hidalgo, lequel avait beau sourire d'un air égal pour ne pas perdre contenance, ne s'en sentait pas moins humilié. Or ce n'était jamais bon de toucher à la petite susceptibilité de Calisto... Plus dangereux encore, l'inquiéter, et Solange venait de faire les deux! Premièrement en l'insultant, deuxièmement en enflammant un pot de géraniums-mais qu'est-ce qu'un pot de géraniums fichait ici? Shocked ^^-. Les vampires craignaient en effet le feu, pourtant, une fois sa crainte passée, lorsque les braises orangées ayant dévoré tout ce qu'il y avait à dévorer sur la plante s'éteignirent, l'Espagnol s'approcha de l'homme qui l'insultait désormais dans une langue inconnue du vampire. Ce dernier se méfiait quand même un peu plus de ce phénomène qui devenait un peu plus qu'un simple amusement, disons un énergumène drôle mais dangereux quand même avec cette capacité à faire apparaître du feu n'importe où! Le jeune immortel essayait de ne rien montrer de son trouble, en revanche, cacher sa colère fut difficile; il en avait plus qu'assez de se faire insulter.

-Vais-je devoir laver ta bouche de vilain petit garçon au savon afin de la nettoyer?

Gronda l'Espagnol, lequel allait se mettre à parler aussi dans sa langue natale si l'autre continuait de proférer son charabia... Quoique, même dites en anglais ses insultes particulières restaient souvent incomprises par le vampire, élevé par une femme du siècle des Lumières... Mais ce qu'il comprenait ne le mettait pas forcément de bonne humeur! Qu'un repas potentiel résiste un peu, pourquoi pas... L'autre n'était plus aussi docile qu'avant, ce n'était pas plus mal, mais si il mettait trop de vigueur dans sa rébellion, ça devenait aussi ennuyeux qu'un pantin.

-Pour ton cas lourdement atteint, je crois que ce ne serait pas suffisant. C'est avec ton sang que je devrais purifier ces lèvres imbues d'elle-même!

Certes Calisto était un jeune vampire, il manquait d'expérience et était encore "faible" comparé à ceux de sa race, néanmoins comparé à un humain, si sorcier soit-il, par certains aspects il demeurait plus fort... Pas invincible mais disons, doté de pouvoirs équivalant la magie sorcière au moins, sans compter que la nuit qui commençait à bien s'obscurcir était son domaine et que ses prunelles distinguaient mieux chaque contour, chaque fois que le noir tombait du ciel... Il n'était que 21h30... Et Calisto qui avait un peu soif prenait toutefois son temps, car il avait toute la nuit devant lui!

-Voy a enseñarte las cosas de la vida... Oui je vais t'apprendre la vie, tu vas comprendre mon mignon.

Sur ce, le jeune vampire plaqua Solange au mur et se jeta sur lui dans l'espoir de le mordre. Il ne comptait pas le vider de son sang mais au moins boire un peu, histoire de lui faire peur, enfin vu l'état avancée de folie mêlée de courage de l'homme, ce n'était pas gagné... Mais au moins le faire souffrir alors! La morsure d'un Vampire pouvait être douce si il s'y prenait bien, certains humains y devenaient d'ailleurs accrocs, mais Calisto avait plus dans l'optique de déchirer la peau du coup de cette saleté de proie qui avait un peu trop tendance à se sentir importante, plus que lui toujours, chose insupportable.

Ses canines effilées et blanches comme neige dégagées de leur fourreau cherchaient désormais à égratigner le cou de l'homme, cherchant sa jugulaire tout en se méfiant de l'individu quand même. Qui sait si ce dernier ne lui réservait pas une surprise qui l'en empêcherait... Allait-il réussir à le mordre au final?
Revenir en haut Aller en bas
Solange Messenger
Professeur de Défense Contre les Forces Du Mal
Professeur de Défense Contre les Forces Du Mal
avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 24/01/2010
Age : 26

MessageSujet: Re: J'ai aussi mangé du dauphin, Flipper était pas si malin ! [PV la sangsue]   Dim 11 Juil - 12:46:01

« Rappelez-vous l'objet que nous vîmes, mon âme,
Ce beau matin d'été si doux :
Au détour d'un sentier une charogne infâme
Sur un lit semé de cailloux. »

(Baudelaire évidemment.)

Et c'est quand il m'a balancé contre le mur que j'ai ressenti une autre émotion, toute aussi forte que les autre : De la pure terreur. Un putain d'ascenseur émotionnel, la colère s'était envolée, l'alcool dans mon sang aussi, j'étais une petite boule de peur qui voulait être n'importe où sauf là où je me trouvais. C'est le contact avec son corps qui m'a le plus effrayé, le mien ne m'appartenait plus. Un malaise, un sentiment d'aliénation je dirais. Et puis... Il était mort. Son doigt sur ma joue m'avait dégoûté, sentir ses mains et son buste me donnait carrément envie de vomir. Imaginez vous : Un vampire, c'est pas en vie, physiquement parlant. C'est un gros sac de viande froide qui a pour seul mérite de ne pas être en état de décomposition avancée. Y a pas de fonctions vitales assurées, et en plus je le sens pas mentalement. C'est comme une pierre qui vous fonce dessus pendant un éboulement. Tu négocies pas avec les pierres pour qu'elles ne t'écrasent pas, elles sont aveugles, la mort la plus conne du monde. Maintenant t'imagines une pierre qui roule dans une école maternelle avec une soif de sang inextinguible.
Un cadavre humain, qui bouge, qui se colle à toi dans le but de te tuer. C'est à rendre fou à lier. J'ai essayé de le pousser, mais autant essayer de déplacer une vache morte. Je vais claquer.

La confirmation vient quand une petite langue sèche vient fouiller dans mon cou. On a utilisé pas mal d'encre pour parler de la sensualité des vampires, mais j'vois pas le sensuel là dedans, j'vais me faire manger encore vif. J'en suis à un stade où j'essaye d'éloigner chaque cellule de mon corps du vampire, mais c'est pas vraiment couronné de succès. Pas la concentration pour transplaner, je finirais en petit morceau (bien séparés, les morceaux) dans un coin de toute façon si je me lançais maintenant. C'est affreux de voir la mort arriver comme ça, surtout qu'il galère le bougre, j'arrête pas de gigoter dans la mesure de mes modestes moyens, et apparemment ça le retarde un peu. Il doit pas avoir bien l'habitude, un jeune vampire sans doute.
Ah tiens, il a trouvé.
Je ressens la totale frayeur que doit ressentir n'importe quel être vivant qui se fait percer la jugulaire par des crocs. Je suis au delà des gigotements là, de la panique, des hurlements, je fais que trembler furieusement. Surtout quand il commence à aspirer. C'est combien de litre qu'il faut qu'il nous reste pour pas mourir déjà ? Un ? Deux ? Je sais d'expérience que quand on meurt, on voit pas sa vie défiler devant ses yeux (enfin je suis pas mort mais j'y ai bien cru, disons). Ça se produit pas plus maintenant, et j'en suis pas au stade de l'engourdissement qui précède non plus. J'tremble toujours. Ce que je ressens ? Tu vois la gueule d'un ouragan de fin du monde ? Y a un peu de ça, mais tu rajoutes des tâches de sang par dessus ton image. Et puis une soudaine envie de chier. Je me suis jamais fait caca dessus de peur, mais je sens que ça va m'arriver d'ici peu si ça continue. Machine resserre sa prise, comme si j'étais un poulet mort et qu'il s'agissait de me ronger le croupion. C'est une chose de souhaiter la mort, c'en est une autre de la voir t'arriver dessus en courant ventre à terre. Où est le mec avec une faux ? On l'attend là. En plus j'ai mal, une putain de douleur, c'est quand il bouge ses crocs que c'est le pire, quand il fouraille dans la plaie.
Et puis quand il se retire.
Dans le doute, je préfère pas arrêter de trembler. Et même si je le voulais, je crois que j'y arriverai pas.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: J'ai aussi mangé du dauphin, Flipper était pas si malin ! [PV la sangsue]   

Revenir en haut Aller en bas
 
J'ai aussi mangé du dauphin, Flipper était pas si malin ! [PV la sangsue]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fliper le dauphin
» Le foctionnement de la justice Goussienne : le cas de Ronald Dauphin
» Flipper
» J'te déteste ! ... Moi aussi je t'aimerai toujours...
» . le business reste le business . aussi agréable soit-il . [Dess']

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Oxumorôs :: Autres Lieux Magiques :: Le village de Deathly Mound :: Ghetto Sorcier-
Sauter vers: