Oxumorôs

Après la guerre, la paix nouvelle reste précaire et menacée...
 
AccueilPortailFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Pau Casals

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pau Casals
Mangemort en cavale
avatar

Messages : 2
Date d'inscription : 02/04/2010

MessageSujet: Pau Casals   Mer 7 Avr - 10:24:01

Nom : Casals
Prénom : Pau
Âge : 39 ans (né en 1959)
Profession : Mangemort en rupture de ban
Origines : Catalanes (nord-est de l'Espagne)
Sang : Pur
Statut Social :Proscrit... Dommage, je suis encore jeune, pas encore trop décrépit, raisonnablement riche, mais mon pedigree est un brin chargé...

Physique du personnage* :
Quarante ans, c'est l'âge d'or pour un homme... surtout un Latin... enfin, pour moi, c'est le cas, et ne venez pas dire le contraire. Je me sens beau, avec mes cheveux bruns brillants, bien lisses, mes yeux verts, ma silhouette de sportif bien entretenu... Bon, il paraît que j'ai une sale gueule de brute mal rasée, le genre qui peut servir à elle seule de CV complet pour un criminel, mais ce n'est qu'un jugement subjectif émis par des imbéciles... Mon seul CV, c'est sur mon avant-bras gauche que je le porte ; un peu défraîchi depuis que son créateur est mort, mais on le devine toujours sur la peau mate. La langue du serpent s'arrête sur une cicatrice blanchâtre, souvenir d'un duel contre... contre je ne sais même plus qui, d'ailleurs... C'est sans importance. Quelques autres cicatrices parsèment mon corps, plus ou moins cachées par une pilosité brune abondante, mais le visage est relativement épargné - si l'on excepte une mince cicatrice au coin de l'oeil gauche (due à une chute de cheval).

Famille : (quelques précisions à donner sur son état ? Le climat général ? Le milieu social ?)
Famille espagnole de sang pur, d'une aisance correcte sans être richissime ; pas de problème à signaler.
- Père : Ferran Casals, décédé.
- Mère : Sibil Berenguer, 71 ans, vit chez sa fille cadette.
- Autre(s) : Deux soeurs aînées, un frère cadet, tous mariés et mères/ pères de famille, vivant en Espagne.

-Épouse : Dali (Dalila) Graham, 37 ans, sorcière anglaise de sang pur. Pas d'enfants.

Histoire/RP :

Ah, l'Angleterre, sa bouffe gerbante, ses flegmatiques habitants, et son climat pourri... Après quinze jours passés au pays, on se demande vraiment pourquoi on a eu la sombre idée de prendre un Portoloin pour Londres, je vous le dis. Je venais d'atterrir quelque part dans la capitale, et la première chose qui m'a accueilli a été une odeur assez indéfinissable – avec la cuisine anglaise, mieux vaut ne pas chercher à approfondir. Ces gens n'hésitent devant aucune infamie gastronomique, et je m'étonne d'ailleurs que cela ne soit pas réprimé au titre de crime contre l'humanité. À la maison, j'ai très vite imposé des mesures de salut public : usage intensif de l'huile d'olive, tomates à tous les repas en saison, et jamais, quoi qu'il advienne, jamais de viande bouillie à la menthe. L'elfe de maison de ma belle-famille a fait un stage chez moi, en Catalogne, pour apprendre à cuisiner des choses acceptables, et la vie en Angleterre a pu être envisageable, à condition d'importer d'Espagne des produits corrects.

Les Portoloins internationaux manquent parfois de précision, et le mien m'avait conduit, au lieu de l'Allée des Embrumes, en pleine relève de la garde devant Buckingham Palace. J'ai atterri au beau milieu d'un groupe de touristes japonais hilares, qui ont aussitôt tourné leurs appareils photo vers moi ; je leur ai laissé en cadeau la vieille boîte qui m'avait servi de moyen de locomotion, et j'ai transplané vers des lieux plus tranquilles et moins touristiques...

Deathly Mound, riante localité écossaise, son église, ses maisonnettes traditionnelles, ses sympathiques habitants... Ma chère et tendre m'attendait là-bas -encore que tendre ne soit pas le meilleur mot pour définir madame mon épouse ; je m'étais absenté deux semaines pour mon voyage annuel en Catalogne, et Dali avait préféré ne pas m'accompagner. Avec sa photo dans tous les journaux sorciers, assortie de la mention WANTED en lettres de sang, je la comprends ; ma propre trombine figurait d'ailleurs à côté de la sienne, et je dois dire que c'est assez émouvant de se retrouver la vedette d'un avis de recherche pleine page en compagnie de sa femme et de quelques bons copains... « Le dernier carré de fidèles », comme on nous a appelés. Nous avions tous participé à la bataille de Poudlard, en mai, à visage découvert pour la plupart ; nous avons réussi à fuir lorsque nous avons vu tomber le Seigneur des Ténèbres, et le lendemain, lorsque Sa mort a été annoncée officiellement, nous avons organisé, en Son honneur, un méchoui géant. Quatorze Moldus y sont passés avant que les Aurors n'arrivent sur les lieux... Lord Voldemort aurait été fier de nous ; car nous n'avons pas oublié de lancer la Marque des Ténèbres sur la scène, pour bien montrer que nous n'avions rien renié de notre allégeance...

Cette charmante petite séance, après la Bataille, avait quelque peu prolongé l'excitation, mais dès le lendemain, tout est retombé. Nous avons pris pleinement conscience du fiasco ; nous étions recherchés, dans l'incapacité de reprendre contact avec ma belle-famille, et pour fignoler le tout, Al était mort... Mon beau-frère préféré, le frère aîné de ma femme, celui par qui j'avais connu l'Angleterre. Aldebaran m'avait été désigné comme correspondant par un professeur de mon collège magique, en Espagne ; le cher homme s'était arrangé pour trouver à chacun un correspondant qui lui ressemble : c'est ainsi que j'ai fait la connaissance d'Al, fils aîné d'une famille de sang pur britannique, élève à Poudlard dans la noble maison Serpentard – une annexe familiale. Il est venu séjourner quelque temps en Catalogne, puis m'a invité chez lui ; contrairement à ce qui s'est passé pour la plupart des autres paires de correspondants formées par mon prof, nous sommes restés en contact, avons sympathisé, et puis j'ai épousé la soeur d'Al...

Pauvre vieil Al. Vingt-cinq ans que je le connaissais... Apprendre sa mort m'a rendu furieux, et nous nous sommes juré, ma femme et moi, de le venger. Comment, nous n'en savons encore rien ; la surveillance est encore trop étroite, il n'y a qu'à Deathly Mound qu'on ne risque pas de tomber sur un Auror tous les trois pas... Pour recruter des complices, l'endroit est idéal – nombre d'anciens compagnons de lutte vivent dans le coin – et nous sommes tranquilles pour échafauder des plans. Dès que l'occasion se présentera, on entendra à nouveau parler de meurtres... Ce ne sera plus pour le service du Seigneur des Ténèbres, mais à la mémoire d'Al qu'ils seront commis ; le monde magique ne mérite pas d'être en repos, et nous serons ses mauvais génies...



Baguette : Bois d'olivier, ventricule de dragon, 27,5 cm

Animal : Non

Autre chose à signaler ? Non

**


Questions HJ :

Age HRP : ...-neuf ans

Comment avez-vous découvert ce forum ?: Longue histoire !
Revenir en haut Aller en bas
Lenny Pinsker
Préfet de Serpentard, 5e année
Préfet de Serpentard, 5e année
avatar

Messages : 489
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 28

MessageSujet: Re: Pau Casals   Sam 10 Avr - 7:29:22

Yeah, un avatar kikolol et un prénom de télétubies :yeux: je t'aime toi ! :niark:

Plus sérieusement... Navré de ce petit contre-temps et bienvenu à notre premier mangemort en fuite ! cheers
Méfie toi de certains sauvages sanguinaires avides de meurtres vengeurs à la chaîne : p

Validé évidemment ^^

_________________________________
Cliiique sur Chantale !

Estiamsi omnes, ego non
Revenir en haut Aller en bas
http://oxumoros.forumactif.org
 
Pau Casals
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haiti : Cazal une ville , une histoire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Oxumorôs :: Archives du forum-
Sauter vers: