Oxumorôs

Après la guerre, la paix nouvelle reste précaire et menacée...
 
AccueilPortailFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Prom'nons-nous dans les bois... Même quand le le loup y est [PV]

Aller en bas 
AuteurMessage
Harry Potter
Gryffondor, 7 ème Année
Gryffondor, 7 ème Année
avatar

Messages : 167
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 30

MessageSujet: Prom'nons-nous dans les bois... Même quand le le loup y est [PV]   Sam 13 Mar - 22:43:28

Cet imbécile de professeur... Ce pervers qui pouvait lire dans la tête de ses élèves et leur envoyer des images dégoûtantes de sa copine et lui... Tout cela avait mis Harry dans un état de rage insoupçonnable; une colère légitime qui s'exprimait d'une façon qui l'était beaucoup moins. Sauvage... Ce sentiment de rage était sauvage, voilà ce qui ne collait pas avec l'ancien Gryffondor. Avant l'acquisition de son don, le Rouge et Or serait monté sur ses grands chevaux, il aurait simplement crié un bon coup mais sans réellement mordre... Et bien ce soir, juste après les cours, ce caractère imprévisible s'était mué en une rancune tenace et patiente, extrêmement calculatrice. Pour soulager ses nerfs, le Survivant n'avait rien trouvé de mieux que de se transformer, cela faisait longtemps qu'il avait quitté Alaska, Miel et les autres, qu'il n'était pas devenu Silence, le grand loup noir aux formes agiles et sveltes. Le jeune sorcier venait de trouver un bon prétexte pour se défouler un peu. Les gens, le va et vient du château, les lumières, jusqu'à la nourriture l'irritaient, il comprenait à peu près ce qu'avait du ressentir Remus Lupin. Lui n'était pas loup-garou mais presque, la partie animale était en lui, Animagus non déclaré et n'ayant donc bénéficié d'aucun soutien psychologique qui aurait pu lui permettre de garder un esprit équilibré. La seule chose qui retenait Silence muselé, empêchait la fusion parfaite entre le canidé et l'humain c'était la force de caractère habituelle de Harry...

Mais personne n'est invincible, aussi le Gryffondor ne pouvait résister plus longtemps. De toutes manières, pourquoi le faire? Le jeune sorcier avait acquis ce don, ce n'était pas pour arrêter de l'utiliser ensuite, et puis cette nuit, il pourrait bien relâcher le contrôle, retrouver sa nature sauvage car personne n'allait dans la forêt à cette heure... Et même si c'était le cas, le Survivant avait l'outrecuidance de croire qu'il saurait se retenir, après tout l'adolescent n'était pas un monstre, n'était pas maudit comme l'était un loup-garou; c'était un choix qu'il avait fait, et d'ailleurs, il s'entendait parfaitement avec son animae... Aucun problème donc. Assez fusionnel avec lui, le sorcier avait rapidement réussi à intégrer vêtements et lunettes dans sa transformation, ainsi il fut heureux de ne pas être obligé de se dénuder pour devenir animal.

Ses yeux s'agrandirent légèrement, s'étirant en amande, gardant leur teinte émeraude magnifique, tandis que ses cheveux s'allongeaient, prenant la texture du poil soyeux mais tout aussi désordonnée, dense et noire que la chevelure du jeune humain qu'il était. Deux oreilles agiles jaillirent du haut de sa tête alors qu'il se courbait sans douleur, se laissant choir sur le sol, ses membres allongés paisiblement devinrent des pattes pourvues de longues griffes blanches tandis que ses lèvres se garnissaient de canines effilées immaculées comme la neige. Prouvant la jeunesse de son propriétaire, l'arrière train souple se forma, une longue queue noire suivant le mouvement. Harry ne souffrait pas de sa transformation parce qu'il était animagus non déclaré, obtenir ce don avait été plus dangereux, plus ardu mais la récompense était là, c'était sans plus de mal qu'il devenait Silence, le loup; d'autant plus que ce dernier attendait d'être libéré depuis la rentrée.

Toutefois pas encore assez expérimenté pour galoper tout de suite comme un petit fou, Harry mit un certain temps à se lever, le museau enfoui sous les feuilles et son corps reposant sur le lit de terre. Il se redressa finalement, retrouvant après quelques minutes, l'art et la manière de mouvoir ses pattes, d'abord il s'emmêla un peu comme un louveteau qui apprend à marcher puis 3 semaines passées dans le Yellowstone à courir de cette façon lui revinrent en mémoire. Au bout de 5 minutes le Survivant était opérationnel... Mais c'était trop long pour lui... Il manquait sérieusement d'entraînement.

*Si un ennemi était présent, je serai déjà mort le temps de me remettre sur pattes*

Le Gryffondor se détendit néanmoins, se permettant un peu de repos dans sa quête d'amélioration continuelle pour s'enivrer des odeurs de la forêt, de ce qu'il pouvait y voir, et de cette sensation de sécurité alors qu'en tant qu'humain, on se sentait forcément un peu intrus en ces lieux. Reniflant quelques feuilles mortes puis soufflant dessus par jeu, il fit quelques pas sans un bruit, faisant honneur au nom qui le caractérisait le mieux sous sa forme animale, soit "Silence". Gambadant d'un air léger et d'une allure svelte, le loup finit par s'arrêter à la lisière de la forêt, prêt du chemin plus ou moins encombré mais praticable par les hommes. Son instinct de chasse se mettait en route, surtout que Harry avait répondu aux abonnés absents pour le repas du soir, flairant une flaque d'eau, puis la jugeant assez limpide, le jeune sorcier y plongea la langue, dégustant avec délice ce liquide précieux qui lui paraissait bien meilleur que celui traité qu'on offrait à Poudlard. Relevant la tête car il avait perçu un bruit le loup noir lécha ses babines pour évincer les gouttes ayant élu domicile dans son pelage. Au loin, un lièvre... Les choses sérieuses commençaient.

Longeant le chemin sans plus y faire attention, Harry rampa jusqu'à sa proie mais la manqua de justesse, trop d'impatience bouillonnant en lui, il avait bondit trop tôt. Tant pis alors... Bondissant sur ses pattes, le canidé au pelage noir semblant monté sur ressort suivi le lièvre, galopant comme un fou derrière lui; heureux de courir ainsi, au point d'en oublier un peu son repas. Mais juste un peu, revenant vite à la réalité, Harry força encore son allure, demandant à son corps souple, taillé pour la vitesse de donner encore plus d'élan à son galop... Le lièvre obliqua et le Gryffondor suivant, grisé par son instinct esquissa une embardée violente à son tour, la fougue de sa jeunesse était nettement visible, car son corps ne rechignait pas aux efforts, couplant intelligence humaine et physique animal, Harry devenait très dangereux pour la vie du pauvre lièvre. Il n'hésita pas à anticiper les faits et gestes de l'herbivore apeuré, une analyse qu'un loup n'aurait pas fait, bondissant sur le côté pour diminuer l'espace des deux trajectoires tandis qu'un simple prédateur aurait juste continué la poursuite derrière les petites pattes agaçantes du lièvre, le sorcier sauta sur le chemin de terre, s'apprêtant à refermer ses crocs sur la frêle bestiole. Ce fut chose faite... Les os craquèrent alors que le sang délicieusement chaud inondait sa gueule, l'animal n'était pas mort mais ses reins étaient brisés et il tournait sur lui-même en couinant de douleur, condamné.

Le loup aux yeux d'émeraude allait l'achever lorsqu'un bruit et une odeur, ou plutôt deux le firent reculer d'un pas, délaissant la proie qui de toutes manières n'avait plus aucun sens directionnel et ne s'enfuirait donc pas; il comprit qu'un humain venait par ici. Regardant derrière lui, le Survivant s'aperçut avec rage qu'il était acculé contre un rocher, chose qui lui rappelait nettement une scène lors de son passage au Yellowstone... Quand toute la tribu des loups s'était retrouvée acculée au terrier et que les braconniers s'apprêtaient à attaquer, ou même lorsqu'il était seul et s'était enfuit en sautant par dessus les montures. Mais bon, à Poudlard ils devaient être plus civilisés, il suffisait simplement de ne pas se montrer agressif et tout irait bien, l'impudent s'en irait, tout heureux d'avoir vu un loup et adios, hasta luego... L'autre odeur accompagnant l'homme n'était pas identifiable pour le jeune sorcier qui manquait d'expérience, mais à vrai dire ça ne lui disait rien qui vaille. Poussant négligemment le lièvre blessé derrière lui d'une patte le ramenant contre sa fourrure, le loup leva la tête, s'asseyant tranquillement au milieu du chemin, ses yeux d'émeraude se posant, à demi clos sur la route de terre aménagée, attendant que son visiteur arrive... Et reparte, comme cela se devait.

_________________________________
Animagus Loup non déclaré - et probablement mal peigné-

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Solange Messenger
Professeur de Défense Contre les Forces Du Mal
Professeur de Défense Contre les Forces Du Mal
avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 24/01/2010
Age : 26

MessageSujet: Re: Prom'nons-nous dans les bois... Même quand le le loup y est [PV]   Dim 14 Mar - 19:27:07

Je sais pas si tu as remarqué, mais j'aime bien me promener en forêt avec Croquette. C'est calme, il y a pas d'élèves. Des fois je vais relativement loin à pied, suffisamment pour être obligé de transplaner plus près de Poudlard afin de rentrer avant la nuit.
Et là, le même gag, Croquette qui se taille en courant d'un seul coup, et moi qui le poursuit en hurlant son nom. Putain y a une bestiole qui nous tombe sur le rable, on est cuit à courir comme des abrutis comme ça, sans faire gaffe, mais c'est mon chien ! Qu'est ce que j'y peux ? Enfin on court moins longtemps, il a trouvé ce qu'il cherchait. Un cadavre de lapin fraichement tué, avec un loup énorme derrière. Un bel animal, plutôt jeune, le poitrail pas encore élargi. Trois ans je dirais, la maturité sexuelle atteinte mais pas encore adulte. Un ado quoi. Tout seul en Angleterre près des humains par contre, je suis surpris. Malheureusement, je n'ai pas le temps de me poser la question plus que ça puisque mon chien a un réflexe idiot : Me protéger d'une bête de la nuit. Il pigne, se colle à mes jambes mais s'intercale entre la bête et moi en grondant. Pendant ce dixième de seconde avant l'apocalypse, je suis troublé par quelque chose qui m'empêche de réfléchir. Cet animal il est...

Croquette se jette dessus et tente de l'attraper au cou pour lui couper la jugulaire. Évidemment le loup se défend, et c'est là que je finis par réagir. J'avais deux hésitations : D'une, tuer ce magnifique animal en le faisant accidentellement exploser à cause du stress, de deux, laisser bêtement mourir Croquette, chien que j'adorais. J'ai essayé de faire peur au loup en hurlant dessus, mais ça n'a pas marché et ils continuaient à se battre sans que je n'y comprenne rien. J'ai pris un bout de bois, assez gros qui trainait par terre, et j'ai frappé le loup en espérant le dissuader, ou l'assommer. Pas assez fort, il se retourna contre moi et me mord à la clavicule, comme un authentique loup l'aurait fait. Et c'est en le regardant dans les yeux (verts) que j'ai compris ce qui clochait chez cette bête, ce petit truc que je ne comprenais pas.
Il était humain.

- Legilimens !

C'est la seule parade que j'ai trouvé, le seul sort qui ne fera pas exploser ou flamber l'animagus – car c'est sans nul doute un animagus. Putain, que ses pensées sont brouillonnes... Je me noie dans une mare d'eau croupie. Je finis par reconnaître l'empreinte mentale, c'est celle d'Harry Potter. Ah oui, le début de cours... Tu n'imagines pas le chaos dans lequel nous baignons. Un esprit, ce n'est pas que des souvenirs bêtement agglutinés à la queue leu leu, le sien est si confus... Un animagus non déclaré qui ne se maitrise pas, et qui ne le souhaite pas. Je ne comprends pas tout ce que je vois, c'est un maelström de sensations, de différentes strates de conscience et d'émotions. Il trouve culotté mon action, et je m'insurge. Je lui envoie trois choses : Tout d'abord la douleur physique que je ressens. Ça m'a échappé, je me suis mangé tout une mâchoire de loup et je lui envoie ça, je suis vraiment un enculé. La legilimencie, ça demande du temps, de la concentration et de la maitrise, et ces trois trucs là actuellement je m'assoie un peu dessus. Donc, numéro un, la douleur bête et méchante. Dans le vrai monde je hurle à m'en exploser les poumons, mais on y est pas dans le vrai monde là, il est vachement loin. Donc, je disais, en second, l'essentiel de mon message : Harry, pourquoi tu n'as pas repris forme humaine quand tu as vu un humain et un chien ? Tu n'as pas l'impression que ça dérape un peu ? Reprends forme je t'en prie... TU N'ES PAS UN LOUP ET TU NE SOUHAITES PAS L'ÊTRE. Bon là je te fais une traduction intelligible, mais en fait c'est vraiment le bordel, un putain de champ de bataille, avec les bruits et tout, les gargouillis d'agonie, toute cette fange qu'on accumule quand on a vu les gens mourir de près, dans d'atroces souffrances et tout ça, quand on a vécu des trucs un peu trop violent pour un esprit humain; il m'envoie ça, je le dégage aussi, c'est super chouette tip top cool, et c'est là qu'on en vient à mon troisième truc, subjacent, sans nul doute peut intelligible tellement ça m'a échappé malgré moi. On est là, au milieu de nos cadavres personnels en pleine décomposition, des nuées de mouche, l'apocalypse sur nos gueule, et j'ai une question : Pourquoi ? Pourquoi un guguss est apparu avec pour seule volonté de tuer le plus d'entre nous possible ? Pourquoi des gens ont adhéré ? Pourquoi moi bordel ? Pourquoi il est arrivé à le tuer trop tard, ce foutu con ? Qui je dois tuer pour avoir une vengeance satisfaisante ?
Je décroche, et retombe dans le réel. Ce contact n'aura duré qu'une seconde, mais à défaut d'être subtil, j'ai de la puissance à revendre, de la colère pure et tout ça. Beaucoup de chose en une seconde, on a touché un problème important : Harry Potter est plus timbré que moi, et il est plus dangereux aussi. J'ai jamais troué l'épaule de personne moi.
J'ai mal.
Revenir en haut Aller en bas
Harry Potter
Gryffondor, 7 ème Année
Gryffondor, 7 ème Année
avatar

Messages : 167
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 30

MessageSujet: Re: Prom'nons-nous dans les bois... Même quand le le loup y est [PV]   Lun 15 Mar - 18:39:04

Si le chien n'avait pas attaqué, Harry se serait contenté de rester en travers du chemin-n'ayant nul endroit où se cacher, acculé au pied d'un très gros rocher- attendant que l'homme choisisse prudemment de s'en aller. Ainsi donc, il s'agissait de Solange Messenger, le hasard faisait bien mal les choses. C'était la personne que le Gryffondor souhaitait le moins voir arriver dans cette forêt. Ses yeux verts lancèrent des éclairs à l'homme et à son chien au museau écrasé-c'était donc lui la seconde odeur- qui se planquait derrière ses jambes. L'oeil rieur devant telle scène ridicule l'Animagus acheva le lièvre, ayant en lui suffisamment d'humanité pour apaiser ses souffrances, ou tout simplement pas assez de patience pour continuer de l'écouter couiner de la sorte. Tout aurait pu s'arrêter là, Harry se reprenant aurait fait quelques pas pour retourner dans la forêt alors que le professeur partait avec son imbécile de chien brun, mais rien ne se passa comme il l'aurait fallu, mais il ne fallait pas s'attendre à ce que quelque chose se fasse correctement avec ce drôle de personnage. Son chien, visiblement contaminé par l'idiotie du maître changea d'attitude et l'attaqua. Allez savoir pourquoi... Peut-être pour le lièvre si son maître ne le nourrissait pas assez, ou par jeu -ce qui révèlerait un cerveau encore plus petit que ce que le Survivant pensait déjà-... Bien vite cependant le jeu fut à écarter car les dents de l'animal n'hésitèrent pas à piocher dans son cou heureusement protégé par ses longs poils soyeux... Ce qui n'était pas le cas de l'apprivoisé qui n'avait sur lui, qu'un manteau de fourrure court.

Répondant sur le même ton, son instinct chauffé à blanc, l'Animagus se dressa sur ses pattes arrières pour échapper aux dents encore acérées-malgré l'âge assez avancé du chien- du toutou de Messenger; il retomba ensuite en faisant un écart puis en plongeant à son tour sur le cou du boxer. C'était plus facile pour lui, plus jeune, plus souple de part sa nature sauvage et mieux constitué-vu qu'on n'avait pas bidouillé les gênes du loup pendant des décennies pour satisfaire le caprice des hommes.- possédant en plus une intelligence humaine; Harry finit par avoir assez vite le dessus, brisant sans égard aucun la patte arrière du chien. Ce dernier aurait même pu s'en faire pour sa vie si son maître n'était pas intervenu. En effet, les canines effilées du jeune sorcier menaçaient maintenant l'échine du boxer, alors qu'il avait ses deux pattes de devant carrément posées sur son dos dans l'objectif certain de le mettre hors de combat en lui brisant les reins... Au final, Croquette avait de la chance que le Gryffondor manque d'expérience, sinon c'est la gorge qu'il aurait saisi. Le boxer était également plus lourd, plus fort que lui, en plus l'humain ne tarda pas à lui aussi se jeter dans la bataille.

Au début, le Survivant rechigna à l'attaquer parce qu'un zeste d'humanité continuait de le maintenir dans une certaine retenue. Cependant le professeur s'introduit dans son esprit, devinant qui il était... Inutile de dire que cela le mit dans une colère folle. Encore!!! Encore en train de fouiller sa vie! De plus se faire griller sa couverture dès la première sortie ne le mettait pas de bonne humeur et avoir un bâton tâtant ses côtes encore moins. Au bout d'un moment, harassé par les images de guerre que lui envoyaient Messenger sans raison, la gueule écumante, comme pour se débarrasser d'un cauchemar qui n'a d'humain que l'apparence, le sorcier lui sauta dessus, crochant dans son épaule. Le sang d'homme n'avait pas un goût si différent que celui d'un lièvre au passage. Le liquide précieux coula dans sa gorge et sur ses lèvres, mais il lâcha bientôt, lui-même épris d'une douleur lancinante, comme s'il s'était mordu lui-même l'épaule. Encore cette saleté de légilimencie! Pourquoi après lui avoir montré des images de lui et de sa copine, le professeur lui offrait-il des souvenirs supplémentaires sur l'affreuse guerre?

Il lui commandait aussi de se retransformer, lui demandant pourquoi il ne s'était pas transformé en voyant un homme et un chien. Avec rage, n'ayant aucune idée de si le professeur pourrait recevoir sa pensée mentale en retour, il répondit pour lui-même.

*Tu étais sensé t'éloigner gentiment! Retenir ta bestiole... Et rien ne se serait su imbécile! *

La douleur physique que lui renvoyait l'homme le fit lâcher prise et retomber sur le sol en grondant, s'attaquant de nouveau au pauvre boxer qui était à terre; s'en servant comme exécutoire pour transférer sa souffrance à la fois mentale et physique, le Survivant s'agrippa à la patte avant de l'animal, la brisant sans trop de difficulté vu que le chien était quand même assez vieux et trop abimé pour vraiment se défendre. Il s'éloigna ensuite, faisant le tour du fameux duo qui n'en menait pas large. Pitoyable... Face à un simple adolescent, le maître et le chien saignaient, tous deux à terre ou presque. Le loup noir redressa fièrement la queue, semblant dire "malgré toutes vos intrusions dans mon esprit, j'ai gagné. Je vous suis inaccessible" ou quelque chose dans ce goût là. La tête et les oreilles droites, il les regardait de haut, trottinant d'un pas racé et élégant. Cet homme n'était qu'un simple accident de passage sur son territoire... Un petit charognard qui avait essayé de lui voler sa proie...

HEIN? !!! QUOI?!!!

La vue de Messenger à l'épaule abimée fit tilt lorsque ses yeux se posèrent dans ceux du professeur. Qu'avait-il fait??? Certes en décuplant sa douleur physique et mentale, le prof n'avait pas aidé, de même que c'était le chien qui avait attaqué, et le Survivant s'était simplement défendu, tout avait été très vite ensuite, grâce aux bons soins de son énervement pré-existant et de l'intrusion du prof dans sa tête ainsi que l'offrande peu aimable de ses propres souvenirs de la guerre; avec en plus un zeste des siens qu'il lui avait renvoyé en pleine face. Harry du se concentrer une bonne minute avant de se rappeler comment se transformer. Il y parvint finalement et baguette entre les mains bondit jusqu'au professeur et son chien, pointant l'objet en bois magique sur eux.


-Si vous parlez... Je sais qui l'aura fait! Et croyez-moi, d'entre nous deux, celui qui aura le plus de poids face au ministre n'est pas celui que vous pensez.

Il pourrait plaider avoir voulu se protéger d'un prochain danger ou avoir suivi les pas de son père par nostalgie. Après avoir tant souffert, accusé par deux fois à tort, le ministère lui pardonnerait largement cet incartade. C'était très facile pour le célèbre Harry Potter.. D'ailleurs, même pas besoin de se justifier sur l'acquisition d'un hypothétique don d'animagus, il suffisait de mentir... La réputation d'alcoolique notoire que s'était taillé le prof n'était plus à faire. Bien que le Gryffondor n'aime pas user de sa célébrité, il pouvait faire tomber cet homme plus bas que terre si il le souhaitait, n'était-il pas le héros de cette guerre après tout? Le monde était mal fait, vraiment... Et pour une fois, en cas de nécessité absolue, cela lui profiterait. Les choses clairement annoncées, le Survivant s'approcha du professeur et toucha sa blessure avec sa baguette.

-Episkey


Le sort formulé avait pour but de soigner l'épaule de Messenger. Harry n'avait que 17 ans, mais il avait du souvent utiliser ce sortilège pour guérir ses compagnons d'arme ou lui même, la blessure eut donc tôt fait de se refermer et après la douleur intense, le professeur devait juste ressentir un endolorissement certain. Se dirigeant ensuite vers le chien, d'une voix dure et somme toute très adulte, mature comme tout, le Gryffondor sans concession prit son temps avant de le soigner, préférant s'assurer de deux ou trois petites choses avant de le guérir à son tour... Pendant la guerre, il avait apprit à se protéger avant d'avoir pitié de l'adversaire; histoire de se mettre un peu à l'abri des représailles.-et ce n'était sûrement pas son côté loup qui allait l'inciter à la pitié... Bien au contraire, ça avait tendance à le rendre plus agressif, plus prudent aussi.-

-S'il me mord après que je l'ai soigné... Je lui déchiquète la gorge, est-ce bien clair?

Les yeux d'émeraude du Survivant étaient posés sur l'homme, attendant sa réponse avant de soigner la bête. Celle-ci souffrait et le Gryffondor n'aimait pas s'attarder ainsi pour lui administrer le remède magique, cependant il devait être assuré de ne pas se faire dévorer cru avant d'avoir eut le temps de se retransformer ou de se défendre avec sa baguette magique.

-Si vous étiez gentiment partis, je ne vous aurai rien fait, mais il a encore fallu que vous jouiez aux apprentis psys en vous introduisant dans ma tête. Ne me ressortez plus l'excuse bidon du "je n'ai pas fait exprès"... Vous avez sciemment jeté le sort. Dernière chose, si vous racontez ce que vous y avez vu, c'est vous que je dévore en entier... Compris? ... Professeur?

Sa voix était étrangement calme. Harry n'était pas surpuissante, face à Messenger il avait même cédé au début! Cependant la chance avait tourné et c'était lui qui avait désormais la balle dans son camp... Qui sait si ça n'allait pas encore changer, c'est pour ça, parce qu'il ne sous estimait pas l'enseignant que Harry prenait toutes ces précautions. Il se rappela avoir vu entre deux images, l'enfant effrayé qui dormait dans son placard et la faim qui lui rongeait le ventre. Ainsi Messenger avait sûrement du voir ça aussi... Tous ses secrets percés en une seule soirée, il y avait de quoi être inquiet et très en colère! Surtout que tout le monde pensait que le célèbre bambin avait eut une vie doré de petit prince. Le prof avait eut l'occasion de le voir en haillons, tel cendrillon version masculine; si jamais ce dernier se servait de ça, Harry ne répondait plus de rien...

_________________________________
Animagus Loup non déclaré - et probablement mal peigné-

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Solange Messenger
Professeur de Défense Contre les Forces Du Mal
Professeur de Défense Contre les Forces Du Mal
avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 24/01/2010
Age : 26

MessageSujet: Re: Prom'nons-nous dans les bois... Même quand le le loup y est [PV]   Ven 19 Mar - 15:59:56

Hein ? Quoi ? Mais quel branleur... Gna gna gna ministère truc chose.

-Mais j'en ai rien à foutre de ton don de merde !

Désolé c'est sorti tout seul. Nan mais sérieux, je pisse le sang et tout, et j'vais aller dénoncer ce merdeux au ministère, bah ouais logique. Sérieux y chierai du lait que j'en aurais rien à foutre aussi. Enfin il me soigne, trop aimable.

- Touche pas à mon clebs ducon, j'suis encore capable de m'en occuper tout seul. Me prends pas pour le dernier des glands non plus, et puis t'façon il est dressé à mordre les débiles.

Nan mais j'ai eu des cours de premiers secours, moi. bah oui, ça sert à rien la défenses contre les forces du mal si tu peux pas te soigner au moindre bobo, et puis en tant que prof, face à des gamins qui font de la magie dans un état d'excitation comparable à celui d'un bonobo sous cocaïne, c'est juste indispensable. Alors c'est bon là, du con se prend pour le roi du monde qui va tous nous sauver ! Mais merde, je suis prof moi de base, connard d'empaffé. J'ai p'tète pas tué un gros méchant, mais c'est pas une raison pour me parler comme un gosse. Encore sous le coup de la douleur, je lui cause, avec disons... beaucoup d'honnêteté. En même temps j'enlève ma veste et mon T-shirt pour ralentir la perte de sang du chien, c'est pas tout ça mais j'vais pas lancer un sort au pif comme ça pour le soigner, faut que j'étudie un peu la question. Episkey ça marche pas sur les chiens. A l'occasion, Harry peut voir le tatouage que j'ai autour du biceps droit, du barbelé. Je suis sûr qu'il s'en fout mais il peut le voir quand même.

- Ouais évidemment, c'est sur que quand je promène mon chien à deux bornes de Poudlard, je pense forcément aux têtes de bite qui n'ont rien de mieux à foutre que de se transformer en loup sur lesquels je vais tomber. Logique. Et tu sais où tu peux te les carrer tes menaces trou du cul ? J'vais pas parler de ton don, je m'en bats les couilles à vrai dire, mais à ta place, j'me poserais quand même des questions sur mon taux de maitrise du truc... et pour la legilimencie, t'aurais préféré que je te fasse exploser ?

Je réfléchis pas trop quand je parle, et puis je suis occupé avec le chien qui gémit et qui souffre. Je lui passe la main sur son crâne épais, et il lui reste un peu de force pour remuer la queue, parce qu'il est content que je le caresse. Sacrés animaux ça. Je lance un sort pour les plaies, mais les pattes... le problème, c'est que pour un si petit animal, c'est bien pété. Je ne voudrais pas le laisser handicapé. Alors ouais, évidemment, Harry arriverait peut être à le réparer tellement bien qu'il se mettrait à danser la macaréna, moi pauvre merde, je vais être prudent. Il n'est plus en danger de mort immédiate là en tous cas. Je l'emballe dans mes fringues pour le porter, on emballe toujours ses animaux dans des trucs avant de les emmener, c'est au cas où il ai la mauvaise idée de claquer de froid en route.

- En tous cas, la prochaine fois, j'te suggère de te transformer en humain, tu pardonneras à mon chien de ne pas avoir ta pétrifiante vivacité d'esprit en ce qui concerne les loups. Ou sinon tu peux t'assoir là dessus – Je lui montre mon majeur tendu – et de faire l'hélicoptère. C'est l'même tarif.

Classe, élégance, finesse, délicatesse, subtilité, politesse, calme. Voilà comment on peut résumer la scène.
Revenir en haut Aller en bas
Harry Potter
Gryffondor, 7 ème Année
Gryffondor, 7 ème Année
avatar

Messages : 167
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 30

MessageSujet: Re: Prom'nons-nous dans les bois... Même quand le le loup y est [PV]   Sam 20 Mar - 20:43:31

Comment osait-il cet homme? Le jeune sorcier ne put retenir un grondement sourd, lequel s'exprima par un son profond et mat à la fois, le genre de bruit que l'on pense exister sans avoir vraiment la preuve. Était-ce donc son imagination? Voilà ce que l'on ressentait à l'entente de ce genre de son un peu étrange mais qui demeure menaçant, comme quelque chose venu de nul part, discret mais puissant. Vraiment Harry ressentait désormais de la haine pour ce professeur qui avait pu lire dans son esprit et lui envoyer toutes ses propres souffrances. Ça l'amusait le légilimens peut-être de se servir de son don de cette manière? Et puis quand on ne savait pas se contrôler à son âge c'était grave quand même.

-Pour la legilimencie, j'aurais surtout préféré ne pas me faire "attaquer" d'emblée en cours! Qui sait, peut-être que je suis aussi dressé à mordre les débiles comme votre chien... Ca expliquerait tout, ne croyez-vous pas?


Grogna le sorcier en guise de réponse, balayant l'air d'un geste de la main furieux. Cet espèce d'abruti ne méritait pas l'appellation d'enseignant, si il s'était transformé c'était certes pour son propre plaisir; mais avec autant d'énervement en soi c'était bien de celle du professeur, ce qui expliquait donc son manque de contrôle. Il n'avait plus envie de discuter avec cet homme mais ne tenait pas non plus à accepter l'humiliation; D'accord, Harry s'était montré sous un mauvais jour, mais avouez que de se faire agresser par un chien n'aidait pas, surtout quand il s'agissait d'un boxer et qu'en plus ce dernier appartenait à l'homme qui vous hérissait déjà les poils de l'échine... Le dépeignant encore un peu plus de ce fait. Enfin bref, le Survivant n'avait pas l'intention de s'excuser, parce que s'il avait des torts et le savait, Messenger aussi. D'ailleurs ce dernier ressemblait plus à un adolescent qui répondait à la provocation qu'un professeur, il insultait plutôt que de promettre une punition en abordant un air digne et fier... Autant dire que cette réaction déroutait un peu le Gryffondor qui avait plus l'impression de faire face à un comparse bagarreur et belliqueux qu'un enseignant, et ça, ça n'aidait pas forcément à éprouver du respect. Déjà que Harry avait un caractère impulsif qui "l'obligeait" à répondre aux provocations, on ne pouvait pas compter sur lui pour inonder l'incendie avec de l'eau, mais plutôt avec de l'huile.

Le sorcier se mit à masser son épaule douloureuse, parce que vieux ou pas, cette saleté de chien lui avait bien fait mal quand même! Harry s'aperçut des dégâts quand du rouge transperça son pull, ce n'était pas trop grave car ses poils l'avaient protégés mais quand même, c'était bien plus douloureux sous forme humaine... Et impossible de se jeter soi-même Episkey, à moins d'être contorsionniste, ce qu'en plus d'être Fourchelang et Animagus, le jeune sorcier ne pouvait nullement prétendre être. En attendant, l'insulte concernant un certain hélicoptère qui devait se poser sur le majeur tendu du professeur avait relancé l'animosité oubliée pour quelques secondes du Survivant... Ça c'était vraiment dégueulasse!


-Je le savais... Vous n'êtes qu'un vieux pervers! Déjà dans la salle de cours avec votre copine là... Sympa les images et...

Il n'eut pas le temps d'en dire plus; quelque chose le fit sursauter, ainsi que Croquette par la même occasion, lequel avait finit par comprendre que même étant l'entité loup, Harry n'était pas si dangereux posa sa grosse tête sur l'épaule du Gryffondor, suffisamment petit pour être à sa hauteur, il se mit à gémir dans les bras de son maître, bavant affectueusement sur le pull du Survivant qu'il lorgnait désormais avec des yeux effrayés, visiblement le chien mordu espérait maintenant que le loup le protège... Franchement, ce chien dressé pour mordre les débiles devrait se dévorer lui-même. Légèrement touché quand même, le sorcier passa sa main sur son crâne et lui fit une gratouille. Au fond, le Survivant était tout sauf méchant et sa nature profonde l'emportait sur l'instinct bassement animal, or Croquette semblait l'avoir ressenti.

En attendant la bête avait réagi ainsi parce qu'elle avait senti un danger, Harry qui avait arrêter de parler aussi, il se déplaça, laissant la tête du boxer retomber sur le bras de son cher maître. Le Gryffondor était désormais face à son enseignant, dressant l'oreille. A force de se disputer, ils avaient seulement fait assez de bruit pour rameuter toute la population de la forêt interdite mais ne les avaient pas non plus entendu arriver... Et sans parler du sang qui avait coulé. Le sorcier eut juste le temps de voir une silhouette, instinctivement il se transforma devant Messenger, surprit de voir que sous l'urgence, il était vite opérationnel-quant il lui avait fallu 5 minutes pour se lever au tout début, peut-être parce qu'il était un peu rouillé?-

Quoiqu'il en soit, le loup noir se mit à gronder face à l'enseignant, comme s'il allait encore le mordre, il bondit ensuite, mais par-dessus sa présumée proie pour atterrir sur un amas de fourrure aussi douce que de la filasse-c'est à dire pas du tout.-C'était un immense loup-garou! La bête pouvait bien le mordre, il ne risquait pas d'en devenir un grâce à son ADN animal qui le protégeait-z'avez déjà vu un lapin mordu qui réussi à s'échapper devenir un lapin-garou vous?- par contre l'enseignant c'était bien moins sûr... Nonnn bien entendu, tout ce que craignait le Survivant c'était de mourir, dévoré par la bestiole énorme mais bon. Déjà un coup de dents le fit vaciller et pousser un gémissement de douleur; Certes Harry venait de sauver Messenger de la première morsure mais maintenant le professeur avait intérêt à montrer ses talents en défense contre les forces du mal pour leur sauver la mise à tous les trois... Le Gryffondor poussa un aboiement bref en direction de l'enseignant alors qu'il se relevait péniblement pour lui indiquer vers où le loup-garou se dirigeait maintenant! Ironie du sort... les deux belligérants avaient intérêt de faire équipe maintenant pour ne pas être dévoré.



_________________________________
Animagus Loup non déclaré - et probablement mal peigné-

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Solange Messenger
Professeur de Défense Contre les Forces Du Mal
Professeur de Défense Contre les Forces Du Mal
avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 24/01/2010
Age : 26

MessageSujet: Re: Prom'nons-nous dans les bois... Même quand le le loup y est [PV]   Dim 21 Mar - 16:02:02

Râh putain il me ressort encore le truc du début du cours. Là okay j'avoue j'avais merdé, mais ça arrive à tous les legilimens de penser à du cul au moment fatidique que je sache, ça avait pas pour volonté de corrompre ce pauvre jeune homme bien ignorant de la vie ! Je lui coupe vilement la parole pendant qu'il parle.

- C'était mon épouse d'une et puis...

Et là on se retourne, le chien qui flippe c'est pas bon signe. Harry décide que sa forme animale de merde vaut bien mieux que l'humaine, et me fait face en grondant. Je sors ma baguette, prêt à en lui coller une (quoi ? C'est le terme « épouse » qui lui a pas plu ?).

- Mais caisse tu branle espèce de conna...

Quand soudain il saute au dessus de moi. Je me retourne, et un trèèèèès gros loup nous fait face. Un putain de fucking lycanthrope de mes couilles ! Mais, mais, mais, QU'EST CE QU'IL FOUT LA CE CON ?! A tous les coups, cet abruti de merde d'Harry Potter à la con a hurlé sous forme canine, ce qui a fait rappliquer ce connard (oui c'est un homme, je confirme, les loup-garou se baladant rarement en slip). Évidemment, il ne vient pas à l'esprit de monsieur le puissant magicien de faire de la magie, et il lui saute dessus sous sa forme de loup svelte de trois ans. Ça va être une putain de boucherie. Moi je jette le chien (enfin pas trop violemment non plus, mais j'ai pas le temps de finasser non plus) et je me lève. Je suis torse nu (bah oui, j'ai collé le T-shirt sur le chien pour stopper l'hémoragie un peu), si l'autre con décide de faire de moi du boudin d'indien, je vais pas pouvoir protester violemment.
Alors je rappelle aux deux étourdis du fond que je ne peux faire que trois sorts à coup sûr : Exploser, cramer, legilimenser (c'est un verbe que je viens d'inventer, il manquait au vocabulaire). Je crois que je vais faire cramer ce connard, de toute façon si je fais autre chose j'ai de bonne chance de le rater. Va pour le cramage. Le problème, c'est que déjà de façon anodine (disons quand je foire le sort pour repasser le linge), je fais cramer pas mal de slip sans le vouloir, alors lancer exprès... j'ai un peu peur de ce que ça va donner. Déjà, la legilimencie sur Harry, là, tout à l'heure, lancé volontairement, je lui envoyé des trucs et j'en ai reçu beaucoup trop, des souvenirs d'une enfance assez traumatisante par exemple, alors cramer exprès... J'ai un peu peur.
Allez, on s'en fout.

- Inferno.

J'ai essayé de pas faire trop fort, je le jure sur la tête de ma reum, mais là non seulement le lycanthrope il s'est pris un jet de flammes, mais y a une dizaine d'arbres autour qui ont très spontanément pris feu et des feuilles avec. J'éteindrai, pas grave, faut juste le temps que je m'éloigne de ce merdier, le chien sous un bras et Harry sous l'autre.

- REPLI !

Là dessus on voit plus que mon cul et mes coudes, puisque je m'éloigne en courant avec Croquette Courage (gémissant et terrorisé) et ma veste (trèèèès important la veste en cuir, je pars pas sans). Logiquement, Harry est pas mort cramé puisque pas trop con, je l'avais pas visé, et le coté en flamme c'est pas le sien (les autres arbres, de l'auuuutre coté). En tous cas, un incendie de forêt, y a des chances que ça ralentissent Trucmuche, le temps qu'on fasse un plan de fuite au poil de fion. On va pas buter ce pauvre gars qui se transforme quand même, à tous les coups c'est un cousin à cet enculé d'Harry Potter, et si ça se trouve, y a de bonnes chance pour que le feu, il s'en foute un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Harry Potter
Gryffondor, 7 ème Année
Gryffondor, 7 ème Année
avatar

Messages : 167
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 30

MessageSujet: Re: Prom'nons-nous dans les bois... Même quand le le loup y est [PV]   Sam 3 Avr - 12:26:22

[HJ: à toi de décider si Harry a été assez fort ou non pour toucher le Loup-garou et le faire fuir ou tout du moins le blesser^^]

Le Gryffondor sentit quelque chose frémir, un souffle extrêmement puissant qui éveilla tous ses instincts. Son odorat se décupla dans la seconde, lui apportant des effluves très inquiétantes, son corps se figea automatiquement devant les flammes. C'était comme au terrier, exactement! L'adolescent se rappelait comme il avait forcé les loups à sauter à travers le feu, les obligeant à déroger à leur instinct pour bondir au-dessus des flammes puis se rouler dans la poussière pour l'éteindre. Harry était comme eux maintenant, effrayé par ce prédateur qui lui semblait tout à coup bien inconnu, comme s'il n'avait jamais été humain. Pourtant, l'animal au pelage rouge n'était pas prêt de lui, il était de l'autre côté, brûlant le loup-garou avec avidité, lequel à son contraire faisait preuve d'humanité en s'accroupissant pesamment sur le sol pour jeter de lourdes poignées de terre sur ses immenses épaules. Son côté homme savait que le feu pouvait être éteint et que la panique animale vaudrait sa mort; ainsi même sans pitié il était capable d'un certain raisonnement, ce qui le rendait encore plus dangereux que sa taille imposante.

En sentant la main de Solange sous son poitrail noir, l'adolescent sortit enfin de sa léthargie, il roula en boule sur le sol, son museau fin posé contre celui écrasé du boxer qui respirait avec toute la délicatesse que la génétique modifiée avait offert à sa race: c'est à dire aucune! Le pauvre Croquette gémissait de terreur, rappelant un instant Crockdur à Harry, une énorme bête ressemblant d'ailleurs à un boxer qui s'enfuyait devant une feuille de papier que l'on déchirait. Cette race n'était pas finie décidément! En attendant; bien que ce ne serait pas une grande perte, celle des Messenger n'allait pas tarder à s'éteindre vu que môssieur Loup-Garou n'avait pas daigné arrêter de courser son repas. Il devait sans doute penser que l'occasion était trop belle, et qu'en plus c'était meilleur grillé. Solange lui avait donné de quoi faire de belles brochettes. L'adolescent regarda la partie de la forêt qui s'enflammait. Redevenant humain pour mieux lutter contre la peur instinctive du feu que possédait le loup; il s'ébroua machinalement et pointa sa baguette sur le sous-bois... Mieux valait arrêter le mini incendie avant que la forêt interdite ne se transforme en un gigantesque brasier.


-Aguamenti!

Rejoignant le prof pour faire front également, le sorcier se sentit déjà un peu mieux sans ces flammes imposantes pour l'étouffer. Celle-ci avait fait sortir plusieurs animaux de leur cachette dont un gros serpent bien effrayant qui se dirigeait vers Croquette qui avait toujours le museau vautré dans l'herbe... Arf, un venimeux en plus! Cependant Harry ne l'avait pas vu au début, il se contenta de regarder le loup-garou fixement. Le tuer? NON! ce pauvre bougre était une victime, comme Remus Lupin, ou alors peut-être était-ce un monstre comme Fenrir Greyback? Oui mais comment savoir? Comment juger?! La meilleure chose à faire était d'essayer d'aider le prof, mais ça... Ce n'était pas gagné du tout!

-Sectusempra!

L'adolescent ne se préoccupa pas de regarder si sa cible était atteinte, s'il avait bel et bien réussi à le toucher, il valait mieux ne pas essayer de gagner à tout prix mais de le ralentir, ce serait déjà largement assez. Harry se retourna et vit l'énorme serpent prêt de Croquette; lancer un sort? Il risquerait de toucher le chien, il faudrait que Solange trouve quelque chose, car pour l'instant, le jeune sorcier n'était psychologiquement plus capable de parler fourchelang, il avait déjà haï ce sort toute sa vie, et maintenant celui ci entrait en interférence avec celui d'Animagus. Le loup détestait ce zeste de pouvoir reptilien que lui avait "offert" Voldemort; plus qu'un don il était désormais un fardeau qui le ralentissait, et l'empêchait de faire un seul geste comme maintenant. Encore plus impuissant que devant les flammes qu'il avait réussi à surmonter, le Survivant resta là, les bras ballants, perdu dans sa contemplation de la bestiole sifflante, le seule son qui parvint à sortir de ses lèvres fut...

-Professeur...

Serait-il capable d'éloigner le gros animal venimeux? Il faudrait un sort précis et lancé avec un grand savoir faire pour ne pas toucher Croquette; malheureusement le serpent paraissait furieux et effrayé par les flammes qui avaient envahi sa tanière, ce qui le rendait encore plus capricieux et imprévisible. Sa langue jaillit de ses narines, il contemplait le chien incapable de se lever qui lui coupait la route, peu enclin à changer de direction, visiblement mordre le pauvre boxer lui semblait être la meilleure des solutions de régler ce conflit. Sale bête. Le don de fourchelang de Harry était assez connu en fait, vu que les bouquins d'histoire ne se privaient pas de ne lui laisser aucune parcelle d'intimité... Ou alors Solange pourrait le lire dans sa tête, pourvu que non! Pourvu que ce dernier ne lui demande pas d'essayer... Et qu'en était-il du loup-garou? le Survivant n'en savait rien, pétrifié dans sa confrontation intérieure entre ses deux pouvoirs, comme le serait une statue de sel.

_________________________________
Animagus Loup non déclaré - et probablement mal peigné-

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Solange Messenger
Professeur de Défense Contre les Forces Du Mal
Professeur de Défense Contre les Forces Du Mal
avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 24/01/2010
Age : 26

MessageSujet: Re: Prom'nons-nous dans les bois... Même quand le le loup y est [PV]   Lun 5 Avr - 12:01:51

[HJ : Ce qui m'a paru le plus logique, c'est que Solange aille pas se péter les couilles à affronter des monstres et qu'il prenne la tangente. Après ça convient peut être pas.]

En fait, je n'aime pas utiliser la magie.
Mais là, c'est comme si le destin s'acharnait, un peu. Un genre de Dieu aurait il pété un câble et décidé de nous en foutre plein la gueule ? Peut être, en tous cas il doit vraiment se faire chier le pauvre. J'imagine la chose, le gars divin ricanant devant le truc qui lui sert d'interface avec le monde réel et envoyant successivement un loup-garou, puis un serpent énorme. « Prends toi ça bitch ! Et ça ! Hin hin hin ». Bordel, un serpent de cette taille ! En Angleterre ! Je n'aime vraiment pas le monde magique, c'est beaucoup trop dangereux. Le problème quand on est sorcier, c'est que officiellement, on a arrêté l'école à onze ans. Cassier au Mcdo ? Non merci. J'ai bien essayé de mener une vie alternative dans ma prime jeunesse, mais ça a été un peu la merde.
Bref, je crois que c'est le moment de se tirer loin.
Pas la peine d'affronter des loup-garou et des serpents, le meilleur moyen de survivre dans ma discipline, c'est de fuir. D'ailleurs, j'ai toujours rêvé d'apprendre l'art de la fuite à mes élèves. Prendre la tangente, c'est simple, facile, et ça ne fait de mal à personne. Hélas, le ministère n'approuve pas trop mon point de vue. Défense Contre les Forces du Mal, ça veut souvent dire Courir à Toutes Jambes vers une Mort Violente. Les aurors t'façon, c'est des suicidaires en puissance, juste ils ont le coté altruiste en plus.
Ouais je sais, j'ai un peu mal choisi mon orientation.
Bref, je chope le bras de Harry, je le tire sans ménagement pour attraper Croquette dans la foulée, et je transplane – on est assez loin de Poudlard là. Ouiiiii, effectivement, niveau héroïsme, on a fait mieux, mais je vous emmerde tous. Un loup-garou et un gros serpent dans la même journée, c'est trop. Définitivement. Alors les dieux qui sont au dessus de nos têtes ont intérêt à se calmer sur les effets spéciaux là, parce que j'en ai plein le cul. Les combats épiques, c'est la porte à coté, et si j'avais envie de tuer des trucs et bien... c'est pas un pauvre lycanthrope que je choisirai.

On se retrouve... près d'un bar. Il y a ma moto à coté. Oh oh oh, surprise et étonnement. J'ai transplané vers le premier endroit auquel j'ai pensé, dans l'urgence du truc. Ma moto, ça me paraissait une bonne option, puis là on est pas très loin de Poudlard, on est à Près-Au-Lard.
J'enfile ma veste en cuir, parce que c'est pas que j'aime pas être torse nu dans le froid et devant mes élèves, mais quand même. Le T-shirt est imbibé de sang, je l'enfile pas et je remonte la fermeture éclair. Effectivement, je pourrais utiliser la magie pour nettoyer mon T-shirt, mais d'une je risquerais de le faire flamber, de deux je l'ai déjà dit j'abhorre de plus en plus la magie. Je pourrais me retirer de ce monde si ça me déplaît tant que ça, mais être pro moldu au quotidien c'est dur (l'histoire du caissier du Macdo tout ça), je préfère pas tenter le diable.
Je m'allume une cigarette, et je suis sûr que l'autre abruti va me sortir que ça pue et gna gna gna et le cancer gni gni gni... Ben si il veut je peux lui enfoncer ma clope où je pense hein, pour ce que ça coûte.

- Quelle journée de merde.

Bon résumé, Mr Messenger.
Bon, qu'est ce qu'on fait maintenant ? Je rentre en moto et je largue mon « élève » (genre j'ai quelque chose à apprendre à Harry Potter) ici ? C'est gênant, j'ai fouillé deux fois dans sa tête quand même, puis il va encore me briser les noix avec son histoire d'Animagus dont j'ai rien à foutre. Enfin, rien à foutre... Ça m'intéresse un peu quand même.

- Dis, où t'as appris à te transformer en loup ? Ça a de la gueule quand même.

Sinon le chien se colle à mes jambes en tremblant, il a vu de rudes aujourd'hui. J'adore Croquette, il est vraiment trop con à avoir la trouille, mais c'est comme ça que je l'aime bien.
C'est p'tète pas surprenant ce que je vais dire, mais j'ai bien envie de prendre un verre.
Revenir en haut Aller en bas
Harry Potter
Gryffondor, 7 ème Année
Gryffondor, 7 ème Année
avatar

Messages : 167
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 30

MessageSujet: Re: Prom'nons-nous dans les bois... Même quand le le loup y est [PV]   Mar 6 Avr - 8:09:10

[HJ: Ne t'inquiète pas^^ c'est super]

Harry se sentit tiré puis partir, non... Il n'était quand même pas en train de s'évanouir?! Il faut dire que le Survivant avait l'art et la manière pour tomber dans les pommes à cause de sa cicatrice, alors ça ne l'étonnerait pas qu'il soit en train de recommencer... Le médecin lui avait bien dit d'éviter les émotions fortes, son corps pourrait entrer en surchauffe après tout ce qu'il avait vécu depuis ses 1 an... Oui mais Harry n'était pas du genre sage, on aurait dû lui dire de faire le fou pour que, contradictoire comme toujours, le garçon se décide à rester calme pour le restant de ses jours. Mais finalement, le jeune sorcier ne s'évanouit pas, il était juste loin, très loin de l'endroit boisé et surtout embrasé où Solange et lui se trouvaient un peu plus tôt. L'adolescent s'ébroua comme un loup qui venait de rencontrer l'eau glacé à son grand mécontentement. Ses yeux verts se posèrent sur le chien qui paraissait tout aussi étonné que lui; bah il avait peut-être un cerveau d'imbécile mais il pouvait être attachant au final avec sa p'tite bouille de bestiole maltraité; Harry se baissa pour flatter la tête de Croquette, se tournant vers son compagnon de fortune, autant arrêter un peu la guerre non? Le prof venait quand même de les sortir d'un bien mauvais pas... En plus, il avait sûrement comprit la leçon, autant remballer leur rancoeur au lieu de continuer à se battre comme des chiffonniers non? D'ailleurs Solange fit le premier pas, essayant de s'ouvrir à lui. Quoiqu'un peu réticent, le Survivant apprécia de savoir que ce dernier passait enfin par la case question orale au lieu d'interroger son esprit en le fouillant. Légèrement mal à l'aise le sorcier répondit toutefois, afin de prouver ses bonnes intentions... Au final, Harry n'était pas quelqu'un de méchant, juste d'un peu trop impulsif quand il se sentait acculé.


-J'ai tout apprit au parc du Yellowstone cet étét et mon père était animagus.

Le Gryffondor sourit gentiment au prof, oubliant de préciser-car c'était juste inutile.- qu'il avait eut les informations sur comment devenir Animagus et qu'il avait brûlé le carnet de James Potter après l'avoir retrouvé, peut-être un élan d'égoïsme qui sait? Ou alors juste histoire de brouiller les pistes qui pourraient mener à sa transgression de loi.

-Et vous? Où avez-vous apprit à être Legilimens?

Demanda l'adolescent visiblement fasciné par ce pouvoir, en fait il était aussi impressionné que craintif face à cet immense don qui avait le pouvoir de briser ses secrets comme on casse un brin de paille entre ses doigts. Il savait que le maître incontesté de cet art avait été Severus Rogue et du coup, ayant déjà rencontré quelqu'un comme ça, l'adolescent se demandait bien pourquoi Messenger avait des "fuites" de pouvoir de cette manière, c'était surtout ça qui l'avait énervé en fait.. Rogue avait beau être une saleté, il se contrôlait parfaitement et n'était jamais entré dans la tête de ses élèves... Ou alors sans que Harry ne le sache? A cette idée le Survivant frissonna mais il tâcha vite d'oublier ça. S'époussiétant et essayant de rassurer le boxer qui s'appelait Croquette -mais avait-il bien entendu? C'était quand même bizarre comme nom...-

-C'est étonnant, je ne savais pas que l'on pouvait transplaner dans la forêt interdite... C'est possible partout où dans un endroit spécifique uniquement connu des professeurs? Vous ne voudriez pas boire un verre? Je sais que... Que je suis hors de mon dortoir mais bon, je ne vous poserai pas de problèmes, je suis majeur, ils ne diront ni ne verrons rien.

L'adolescent sourit, caressant la tête du chien et sortant sa baguette pour le soigner. Croquette surprit de cette possibilité de se mouvoir sans douleur remua de son moignon de queue; visiblement il avait toujours peur mais était aussi heureux, drôle de bestiole.


-Je crois qu'il m'aime bien. Enfin, si ce n'est pas un piège


Fit Harry en souriant et délaissant finalement le quadrupède pour redevenir sérieux.


-Au fait, merci... Vous m'avez tiré d'une sale situation.

D'accord! Le prof avait tout fait pour l'y mettre aussi... Seul il n'aurait pas attiré le loup-garou parce que jamais il n'aurait blessé Messenger et son chien, ni fait autant de bruit, mais bon... On n'allait pas chipoter; disons que ces deux là étaient en faute et que mieux valait s'arranger pour faire la paix maintenant avant de s'entretuer par la suite non? Puis on a beau dire mais faire face à un loup-garou, un serpent géant puis aux flammes, ça rapproche forcément les individus même les plus mal lunés qui soient! D'un autre côté; le Survivant restait un adolescent, quoiqu'on en dise... Il se sentait inconsciemment mieux aux côtés de Solange qui le traitait comme un "morveux" de son âge que tous ces politiciens qui le voyaient comme un adulte, un héros et faisaient des courbettes devant lui, c'était plus naturel; plus logique dans le sens où le garçon avait enfin sa véritable place, "dominé" par un adulte et non livré à lui-même. Cette autorité ne lui déplaisait pas, il avait besoin de quelqu'un qui lui soit supérieure pour le guider et jouer son rôle de prof, son côté loup y était certainement pour quelque chose aussi, avec cette histoire de "mâle" dominant, de sécurité de groupe, ça n'était pas très développé vu qu'à côté le sorcier était quelqu'un de débrouillard mais c'était quand même là, et Solange était celui qui le traitait comme tout le monde, donc d'un côté ça ne lui faisait pas de mal; ça rétablissait un peu l'ordre des choses.

_________________________________
Animagus Loup non déclaré - et probablement mal peigné-

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Solange Messenger
Professeur de Défense Contre les Forces Du Mal
Professeur de Défense Contre les Forces Du Mal
avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 24/01/2010
Age : 26

MessageSujet: Re: Prom'nons-nous dans les bois... Même quand le le loup y est [PV]   Mar 6 Avr - 18:54:14

Sous entendus du jour : « Mon père m'a légué un testament écrit pour devenir Animagus en toute illégalité, et je te dirais pas mec ». Néanmoins, il n'y a aucune agressivité dans son ton, disons qu'il va pas me raconter toute sa vie non plus, on en est pas là. Il me retourne quand même la question, histoire de faire preuve de bonne volonté. C'est pas moi qui irait le critiquer, j'ai quand même commencé les négociations de paix j'vous rappelle ! Le problème, c'est qu'en tant que prof, je peux pas faire la gueule à un élève et lui donner des coups de pied. Puis on va pas se fâcher pour des trucs aussi idiot que des morsures ou des viols d'intimité hein ?

- J'ai appris à des cours du Ministère, à vingt trois ans quand j'ai commencé mes études supérieures... C'était ça ou l'étude de la consommation de Snarglouf en milieu rural, vu que je suis arrivé en milieu d'année, alors bon...

Puis il enchaine avec ses petites question sur les détails du transplanage dans la forêt interdite. Je hausse des épaules, vu que j'en sais rien. Ensuite il me demande si j'ai envie qu'on... boive un verre. Mais pourquoi pas, j'ai envie de dire. La collégialité prof/élèves, c'est bien. Bientôt, nous irons en boîte ensemble, la révolution est en marche. En attendant, picolons. Bien sûr, je lui laisse le sens de la mesure, le mien je l'ai laissé à la maison, quelque part entre mes principes religieux et mon bonheur.

- ... c'est moi qui te poserai des problèmes.

Je soupire en regardant ailleurs, l'air pas très sérieux. Je ne développe pas le sous-entendu. Pas besoin. Je sais que j'ai une réputation – très justifiée – de pochtron au bahut. C'est peut être à cause de la fois où j'ai repeint le mur des toilettes avec mon vomi, va savoir. Encore, ça se serait pas su si je m'étais pas endormi au milieu. Heureusement, j'avais pas fait pipi, ça m'arrive parfois de perde un peu le contrôle de ce coté là. Très gênant, allez pas le répéter à votre maman, elle pourrait être choquée.
Enfin on survole tout ça et on en revient encore une fois à une des plus belles et merveilleuses créatures de la terre, mon chien, qui regarde Harry de ses petits yeux stupides, avec de la bave partout. C'est beau comme un coucher de soleil sur la mer. La seule chose qui me retient de prendre Croquette dans mes bras en couinant « qu'il est beau le bébé chien à son papa », c'est la présence de l'adolescent. J'aurais l'air très con, quand même. Heureusement, Harry me détourne de mes envies de câlins en me remerciant et tout. On va pas trop insister là dessus hein, c'est déjà gentil de reconnaître des trucs et tout... Faut pas raviver une colère presque éteinte. En plus il me vouvoie, je voudrais pas restreindre de si beaux élans. Alors je dis rien, et on se regarde en chien de faïence pendant quelques instants.

- Bon, on va picoler ?

Ce qui est rigolo, c'est que Harry parle carrément mieux que moi. Mais c'est une remarque en passant. Je me tire dans le bar qui nous fait face, ou je pourrais presque emménager tellement j'y passe de temps quand je regarde pas de foot à Poudlard. Bon j'espère que les habitués vont pas remarquer que j'ai pas de T-shirt, parce que en plus Harry et moi on a l'air d'avoir roulé dans la terre tout les deux, ça ferait des histoires. J'péfère même pas y penser.
Je m'assoie à une table et je commande un Whisky, toujours une clope à la main.

- Hey dis... Si c'est pas indiscret... Pourquoi t'es retourné à Poudlard alors que, bon, j'suis sûr tu pouvais faire ce que tu voulais comme études supérieures et tout que personne dirait rien ? Ou vivre de tes rentes, pépère ?
Revenir en haut Aller en bas
Harry Potter
Gryffondor, 7 ème Année
Gryffondor, 7 ème Année
avatar

Messages : 167
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 30

MessageSujet: Re: Prom'nons-nous dans les bois... Même quand le le loup y est [PV]   Dim 11 Avr - 15:15:21

Harry ne savait que trop penser de cet homme qui disait être celui qui allait lui causer des problèmes. Certes l'adolescent avait entendu parler de ces rumeurs concernant sa relation avec l'alcool; et aussi de celle qui racontait avec force de détails son attitude au concert du Pré-Au-Lard mais bon... Si le Gryffondor avait pour défaut de juger un peu trop sévèrement les gens parfois-lui-même en premier à qui il ne pardonnait nulle erreur.- Le survivant avait au moins cette précieuse qualité qui consistait à ne pas se fier aux « on dit ». Comme tout le monde, le brun avait parfois eut des préjugés sur quelqu'un, toujours à cause de ces rumeurs, mais il savait s'en défaire ensuite, les remettre en cause en rencontrant la personne. Fort de cette idée, le garçon évita de relever, de toutes manières boire un verre ne signifiait pas obligatoirement prendre de l'alcool n'est-ce pas? Problème... Solange Messenger était torse nu... Harry soupira légèrement, à la fois amusé et gêné, parce que bon, se balader avec son prof à demi nu en pleine nuit c'était quand même curieux pas vrai? Avant de trouver une solution, le prof finit par mettre sa veste par dessus; voilà qui serait parfait.

-Ça va, pas trop froid?

Malicieux, le sorcier hocha la tête lorsque ce dernier proposa d'aller "picoler". Après avoir failli être grillé par leur propre feu, c'était gentiment ironique comme question. Bah comme dit précédemment, combattre un loup-garou puis un serpent géant avait tendance à vous rapprocher un peu; suffisamment pour faire une petite touche d'humour n'est-ce pas? En tout cas; La question suivante sur le chemin le mit légèrement mal à l'aise. Comment s'expliquer? Il réfléchissait, incapable de trouver une bonne réponse, il avait reprit ses études pour éviter d'être lâché dans la nature, de ne plus savoir que faire. L'autorité, il en riait bien mais au final, c'était mieux avec; plus rassurant d'avoir des barrières bien que contrariantes. C'était un peu étrange mais c'était comme ça et au final, Harry demeurait un adolescent, malgré tout ce qu'il avait accomplit. Rester vivre de ses rentes était impensable, pourtant il avait largement les moyens de finir ses jours sans jamais s'inquiéter de dettes ou autre, quelques soient les folies qu'il fasse tant il était riche... Mais ce n'était pas son genre, on lui avait apprit à être un moins que rien pendant des années, ensuite, il avait eut à peine le temps de s'habituer à son droit d'existence qu'un malade chauve à la tête de serpent l'avait déclaré hors la loi; ce qui faisait du Survivant quelqu'un qui cherchait toujours à entrer dans la norme sans y parvenir, une personne discrète, peu à même de mener un grand train de vie car habitué au strict minimum... D'abord affamé et maltraité par les Dursley qui l'ignoraient ou le haïssaient au choix, chose terrible pour la construction d'un enfant que le manque d'amour et de considération. Après le garçon avait vécu dans la plus grande des discrétions, effrayé par la célébrité puis jugé comme un monstre en seconde année, un menteur en quatrième, à moitié possédé par Voldemort en cinquième et une proie en sixième et pendant sa première septième année... Bref, il fallait bien comprendre que Harry n'était pas prêt pour la vie active ou même celle d'étudiant libre, mais ça lui même l'ignorait, incapable d'explorer la profondeur de ses sentiments, étranger à lui-même.

-Je n'en sais rien, je n'ai pas passé mes ASPICS; je suppose que ça aurait été injuste que je reçoive mon diplôme de sorcellerie finale alors que la loi déclare sorcier autonome uniquement ceux qui ont réussi cet examen. Et puis j'aime bien Poudlard. Et vous, où avez-vous fait vos études exactement? C'était quoi la langue que vous utilisiez l'autre fois en cours?

Ça c'était l'explication de surface mais bon, il ne pouvait pas faire mieux... Harry n'avait rien d'un philosophe. Il faudrait se contenter de ces bas efforts d'introspection, voilà tout.

-C'est curieux pour vos études, je pensais que la Léglimencie n'était pas enseigné publiquement, que c'était un entraînement particulier, avec un professeur mandaté par le ministère de la magie après que l'on ait fait une demande... Enfin, tout du moins, quand on reste dans la légalité.-Il fit un clin d'oeil, se référant à son propre don qui lui n'avait rien de légal bien sûr.- pas qu'on le proposait comme option à une classe entière.


Il haussa les épaules, toujours intrigué par Messenger mais pas suffisamment apprivoisé encore pour s'ouvrir vraiment. Se contentant d'une discussion sympa mais sans aller dans les détails, il n'avait pas envie de parler de profondeur d'âme ou d'autre connerie; il n'était pas poète, plutôt terre à terre et pragmatique... Inutile donc de se lancer dans une conversation à bâton rompu sur le pourquoi du comment de leur existence. Cette petite question suffirait amplement.

-Vous connaissez un endroit agréable ici? Discret si possible.


Bah on est célèbre ou on ne l'est pas! Que ce soit voulu ou non, Harry ne pouvait pas ignorer ce léger détail ennuyeux... Sa tête déjà bien connue; pas qu'il soit dans l'illégalité la plus totale-il faisait le mur ok mais était majeur, donc le Survivant ne violait qu'un règlement, pas deux..Génialement rassurant et raisonnable hein!-. mais bon il n'avait pas envie d'être embêté.

Le Gryffondor se tourna finalement vers Solange pour voir ses réactions, et peut-être avoir le droit à une autre question. Ou une remarque peut-être, allez savoir.



_________________________________
Animagus Loup non déclaré - et probablement mal peigné-

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Solange Messenger
Professeur de Défense Contre les Forces Du Mal
Professeur de Défense Contre les Forces Du Mal
avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 24/01/2010
Age : 26

MessageSujet: Re: Prom'nons-nous dans les bois... Même quand le le loup y est [PV]   Jeu 15 Avr - 17:57:49

Ouahou, Harry me parle, y a de quoi se faire pipi dans la culotte ! Surtout que y a pas longtemps, j'lui ai demandé de s'assoir sur mon majeur, histoire de s'occuper. C'est bien, on est pas entre gens rancunier, moi j'le suis pas en tous cas, déjà d'une parce que j'ai une mémoire de truite, de deux parce que je sais pas l'écrire, ce mot.
Aaaarg, il me pose des questions gênantes, cet espèce de petit con, c'est pas très gentil de m'interroger sur mes études laborieuses et mes origines, tout ça. Bon, c'est pas comme si c'était pas la cent millième fois qu'on me le demandait, mais merde quoi !

- Ben... A Poudlard et tout le toutim. Et j'parle Tamoul, mais j'suis jamais allé en Inde ni rien, sauf pour les vacances.

Et après, il continue, il m'enfonce. Le chacal vicieux ! Non sérieux ma scolarité c'est pas des trucs à savoir, surtout quand on est jeune et plein d'allant (notez que « allant », je sais pas bien ce que ça veut dire non plus, mais je trouvais le mot hyper classe). J'suis pas quelqu'un de très intelligent, plein de volonté, travailleur, j'ai donc un peu galéré. C'est d'ailleurs totalement absurde que je me retrouve là. Tu connais le proverbe : Ce qu'on sait pas faire, on l'enseigne aux autres. Ça s'applique très bien dans mon cas, jamais été foutu de rendre mes devoirs, et plus tard pour mon diplôme... Disons que j'ai bossé un peu, suffisamment pour mérité d'être un prof à la con, pas le prof titulaire à Poudlard.

- Euh bin euh... Ouais c'vrai ce que tu dis...Mais moi c'est spécial. Ça faisait parti d'un truc... euh...

Vous inquiétez pas les gars, on va s'en sortir, promis. Allons boire un verre ! Harry me le demande d'ailleurs, je lui désigne du doigt un bar X. Discret, je sais pas si il l'est, mais les gens sont encore assez polis pour ne pas se jeter sur Harry en déchirant leurs fringues – si c'est des filles, je prends en photo. Et puis bon, à près au Lard, c'est pas des gros fêtards, m'étonnerait qu'au milieu d'une nuit de pleine lune en semaine, il y ai foule.
Je me rallume une cigarette et rajuste mon cuir. Ça fait bizarre de sentir le tissus intérieur (ouais, c'est pas tout cuir non plus) contre ma peau nue, j'aimerais bien un T-shirt. Y en a sans doute un dans le side-car de ma moto, mais Croquette a sans doute dormi dessus pendant les deux jours de voyages pour traverser l'Angleterre, je sais pas si on y gagne au change. Bref, on rentre dans un bar plutôt du genre calme, décoré connement, avec des cons dedans. Croquette se colle sous la chaise juste au moment où je m'assois, parce qu'il est vraiment très courageux. Je commande discrètement du Whisky, devant Harry, un peu gêné. Bon, c'est pas comme si j'avais découvert hier que y avait comme une couille dans mon rapport avec l'alcool, mais c'est pas une raison de se vanter. En fait c'était arrivé trop bêtement : Très éprouvé par mon deuil, j'avais un peu de mal à faire les courses et tout ça, à sortir de ma chambre quoi, donc j'buvais un verre pour pas piquer une crise de panique au milieu du Monop', une habitude quoi, comme la bière en rentrant du boulot. Je l'ai pas trop vu arriver, mais disons que ça s'est bien installé et que la consommation a augmenté. Bon, en toute lucidité, je n'ai pas encore atteint les derniers degrés du mal, j'ai encore jamais passé des jours entiers saoul à plus savoir mon nom, et j'ai jamais mangé ma gerbe pour récupérer l'alcool qu'il y a dedans, ça m'a encore envoyé à l'hôpital non plus. Malgré tout, y a que ça commence à se voir un peu, par exemple j'ai perdu cinq kilos. Bah, à vomir tout le temps, fatalement...
Je regarde mon verre, ça ferait du bien comme la première cigarette juste après t'être cogné un repas de famille long et chiant. Mais j'vais attendre que Harry nous trouve un sujet de conversation palpitant pour le siffler discrètement, comme quoi on a sa petite pudeur hein. Puis j'ai pas bien l'imagination là.
Dans le doute, je siffle mon verre.
Revenir en haut Aller en bas
Harry Potter
Gryffondor, 7 ème Année
Gryffondor, 7 ème Année
avatar

Messages : 167
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 30

MessageSujet: Re: Prom'nons-nous dans les bois... Même quand le le loup y est [PV]   Mar 20 Avr - 19:20:54

La conversation était un peu difficile à maintenir, avouons-le. Il laissa le prof commander ce qui lui plaisait et prit une simple bièraubeurre. Les deux sorciers s'étaient installés dans un coin si sombre que les cheveux couleur nuit mi-long de l'adolescent qui encadraient son visage se confondaient presque avec la luminosité moindre des lieux, c'était une parfaite couverture; le Survivant tournait le dos à la plupart des clients, étant caché par Solange de l'autre côté, personne ne connaîtrait son identité. Qu'on le veuille ou non, être célèbre avait bien des désavantages... En effet pourquoi se cacher sinon?-enfin il ne s'occultait pas non plus de manière trop ostentatoire en tremblant des dents et finissant par fuir sous son tabouret, disons qu'il ne faisait rien pour être repéré, ce serait plus juste.- Dans le monde sorcier, la majorité était à 17 ans, donc le garçon pouvait user de la magie en toute liberté hors des murs de l'école, se promener où bon lui semblait aussi et boire ce qui lui faisait plaisir... Le seul règlement que l'adolescent violait c'était celui de Poudlard, mais bon, au fond l'Animagus s'en fichait un peu aussi; d'un côté il avait 18 ans et trop d'expérience dans son vécu pour s'émouvoir de la moindre incartade comme une gamine rougit en posant le pied sur la ligne interdite. Le brun était revenu à l'école parce qu'il ne savait pas quoi faire d'autre, et que ne pas être jeté dan la gueule du monde comme ça, sans points de repères le rassurait inconsciemment, mais ça ne l'empêcherait pas de trouver une autre voie si jamais Poudlard le virait pour ses désobéissances.

Il en avait assez fait question "je suis le modèle à suivre"; ayant été un gentil petit garçon bien comme il faut-malgré sa tendance à aller à l'encontre des règlements encore une fois.- se laissant manipuler allègrement par Dumbledore et servant son pays avant même l'âge d'entrer au service militaire; ce n'était pas une petite conséquence comme "tu risques d'être viré de Poudlard" qui allait l'empêcher de vivre sa vie... Tant pis pour cela, il trouverait autre chose! Célébrité rimait avec possibilité de faire un peu ce que l'on veut, ce n'était pas génial côté justice pour les autres mais tant pis hein... Non ce qui faisait qu'il ne se montrait pas ostensiblement c'était juste que même si Harry avait énormément changé, il lui restait une partie de son ancien caractère, et dans cette partie où l'on retrouvait un peu le gamin qui était arrivé à Poudlard sans rien connaître de la magie, il y avait sa grande timidité, son habitude à cultiver le secret, le mystère... Du coup c'était difficile de trouver un sujet de discussion, car malgré tout le jeune sorcier était un peu intimidé par son aîné... Celui-ci ne facilitait pas trop la chose car il n'avait pas l'air bavard... Bon autant prendre un sujet neutre; alors que l'enseignant but son verre, il prit une petite gorgée de bièraubeurre, boisson typiquement sorcière qui était très peu alcoolisée voir très peu puisque certains bars acceptaient de servir les mineurs; et que les fêtes à Poudlard se déroulaient rarement sans cette boisson.

- Il est sympa votre chien, j'ai cru entendre qu'il s'appelait ... Croquette c'est ça, marrant.
-Il était sincère, c'était sympa comme tout comme patronyme pour ce genre de grosse bébête, Harry aimait bien les animaux de toutes façons, c'était un sujet assez agréable après tout...-Vous l'avez acheté où? Il paraît que ces chiens de race peuvent être très cher, et le votre est une belle bête.

Le jeune sorcier esquissa un sourire tranquille. La conversation n'avait pas besoin d'être dramatique à chaque fois sous prétexte qu'il était l'une des images de cette guerre; pourquoi toujours vouloir parler de ça avec lui? Beaucoup de gens l'abordaient en compatissant d'emblée générale à son sort ou en disant quelque chose comme " ah je n'aurais jamais imaginé pouvoir parler aussi librement aujourd'hui, car cette guerre avait l'air interminable." et ils partaient sur une long discours incluant une leçon de morale sur les erreurs des Hommes... Ou sinon on tentait de parler politique " et que pensez-vous de ce projet de loi monsieur Potter?" après tout le Survivant n'avait que 17 ans et pour un soir de réconciliation, il n'avait pas envie de se prendre la tête... Ce sujet de discussion pouvait paraître futile, mais tant pis le brun voulait en savoir plus sur ce brave -ou pas- Croquette qu'il caressa brièvement suite à une contorsion souple pour atteindre la tête du boxer planqué sous le tabouret de son maître. Il sentit une lichette répondant à sa tendre attention par un tout aussi aimable retour... Finalement Harry ne le pensait plus idiot, ou alors un peu, mais mignon dans ce genre et il retirait toutes les mauvaises pensées à l'égard de Croquette qu'il avait précédemment eu sous sa forme animale.

Le prof allait peut-être le prendre pour un débile mental de parler de chiens mais après tout... Oh bah non, pourquoi le ferait-il? Les gens parlent parfois des animaux, pas pour ça qu'ils sont stupides! Il faut dire qu'on avait tellement habitué Harry à être adulte que des questionnements simples lui paraissaient parfois bêtes, le jeune sorcier avait eut des préoccupations tellement graves qu'il peinait parfois à se pardonner un petit dérapage sur un sujet si tranquille, sans aucune prise de tête. De toutes manières l'Animagus ne pensait pas que son prof-tout comme lui d'ailleurs.-ait envie de compliquer les choses ce soir, peut-être que ça viendrait au fur et à mesure, qu'ils évoqueraient ce qui s'était passé entre eux ou dans la forêt... Mais peu importe pour le moment autant démarrer en douceur.

-Vous avez d'autres animaux?

Demanda-t-il finalement à son aîné en prenant une autre petite gorgée de sa boisson. Solange avait l'air de beaucoup aimer Croquette; parler de ça tranquillement le mettrait peut-être à l'aise qui sait? D'un côté ça permettait au Survivant de décompresser un peu après cette rude soirée, ou après cette rude vie tout court aussi... Allez savoir; Mais un peu de simplicité pour une fois ne lui ferait pas de mal! Pitié, rien d'exceptionnel... Juste une discussion entre deux personnes parlant d'animaux ou d'autres sujets tranquilles; pas de destin incroyable ou de passé tordu ensanglanté...

_________________________________
Animagus Loup non déclaré - et probablement mal peigné-

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Prom'nons-nous dans les bois... Même quand le le loup y est [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Prom'nons-nous dans les bois... Même quand le le loup y est [PV]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [ a trasher ] Prom'nons nous dans le bois...
» [Défi] Promenons nous dans les bois
» Promenons-nous dans les bois. [Emeric]
» Promenons-nous dans les bois... [Privé]
» Promenons nous dans les bois , pendant que le loup n'y est pas ~PV Yû

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Oxumorôs :: Poudlard :: En dehors du château :: La Forêt Interdite-
Sauter vers: