Oxumorôs

Après la guerre, la paix nouvelle reste précaire et menacée...
 
AccueilPortailFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les étoiles espionnent par la fenêtre [PV: Lenny]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jack McCord
Professeur d'étude des runes
Professeur d'étude des runes
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 22/02/2010
Age : 27

MessageSujet: Les étoiles espionnent par la fenêtre [PV: Lenny]   Lun 8 Mar - 23:32:48

Jack dévisageait son reflet dans la fenêtre à côté de lui. La lumière grise et orangée du soir qui prenait peu à peu possession du monde teintait son reflet des nuances de ce ciel qui succombait à la force de la nuit. Cette image floue à travers laquelle on pouvait voir dehors restait imperturbable, appliquée à river son regard à celui de l'être à qui elle appartenait. Ses yeux, qui semblaient noirs, étaient d'une fixité impressionnante. On ne pouvait dire s'ils étaient plongés dans la contemplation ou s'ils ne regardaient rien, se contentant de rester immobiles, vides. En réalité, comme toutes les fois ou Jack McCord et son reflet s'affrontaient, les deux regards identiques luttaient contre l'envie, le besoin, de détailler cet évident souvenir de guerre qui déchirait le visage du jeune professeur. Jack et son image virtuelle jouaient à éviter de rompre un contact visuel factice, à s'empêcher de se concentrer sur cette marque qui s'imprimait jusqu'à son âme, lui rappelant tout ce qui méritait l'oubli le plus glacial.

Au bout d'un moment, le jeune professeur délaissa ce combat imaginaire et il reporta son attention sur les livres posés devant lui, tous ouverts. Il commençait à les connaître par coeur, mais il devait être incollable pour son premier cours. Ses études à Poudlard n'étaient pas loin derrière lui et il connaissait bien l'habitude des élèves de juger un professeur au premier cours et de ne faire aucun effort pour lui laisser une chance. Souvent, on félicitait, à la fin du cours, celui qui avait le mieux su mettre l'enseignant dans l'embarras. Jack ne pouvait risquer d'être facilement ridiculisé. Aussi, il repassait encore cette matière de laquelle était tapissée sa culture, ne parvenant même pas à trouver l'ennui dans ces choses qui lui étaient presque trop familières. Les runes étaient son repère, une passion sécuritaire et sans limite. Elles lui permettaient d'oublier tout le reste, de ne pas se torturer avec tout et n'importe quoi. Parce que Jack avait une franche tendance à la torture psychologique. Bien qu'il essayait de faire taire la petite voix en lui qui essayait de l'écraser, celle-ci savait toujours se trouver une cachette et en sortir au moment le plus désagréable. Elle était plus forte que lui, mais il n'abandonnait pas, s'alliant aux runes pour l'endormir un temps.

Le jeune homme avait repassé longtemps les ouvrages qu'il avait choisi, oubliant la réalité, ignorant le passage du temps. Le soleil avait fini par se coucher, épuisé d'avoir brillé avec insolence toute la journée. La nuit avait éteint le ciel, ne lui laissant que quelques milliers de petites veilleuses blanches et une lune qui ne brillait qu'à moitié.

Jack se leva et arpenta tranquillement les rangées, laissant ses yeux courir sur les livres sans jamais s'arrêter sur un en particulier. Il ne savait pas ce qu'il cherchait. À vrai dire, il ne savait même pas pourquoi il restait à la biliothèque ce soir-là. Il n'avait plus envie de lire depuis un moment. Les mots se mélangeaient sous ses yeux sans qu'il essaie de les retenir, de les remettre en ordre. Les meilleurs livres pour son cours étaient sur la petite table où il s'était installé; il ne lui servait donc à rien d'en chercher d'autres. Le jeune professeur marchait pour marcher, lentement, sans but, sous le regard de papier et d'encre des livres.

Un ouvrage défraichi que Jack n'avait jamais vu attira son attention. Sa couverture semblait avoir des centaines d'années et le titre était illisible. Le jeune professeur s'arrêta et étira son bras pour attraper l'ouvrage qui l'intéressait, mais un mouvement, sur sa droite, attira son attention. Jack suspendit donc son mouvement en tournant la tête vers l'endroit d'où provenait le mouvement.

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Lenny Pinsker
Préfet de Serpentard, 5e année
Préfet de Serpentard, 5e année
avatar

Messages : 489
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 28

MessageSujet: Re: Les étoiles espionnent par la fenêtre [PV: Lenny]   Mer 17 Mar - 0:48:54

Samuel allait mieux. Après une discussion pénible en salle commune son jeune frère avait finalement retrouvé le sourire. Un imbécile n’avait pas le droit d’entamer son moral en le jugeant de la pire façon qui fût. Que valait l’opinion d’un inconnu ? Alix Craft surgissait de nulle part, s’infiltrait sans y être invité dans la vie de son cadet et osait, injure ultime, inacceptable, mettre en doute sa santé mentale. Dans les couloirs du château, Lenny se laissait envahir par une colère rare. L’idée de ce qui avait été dit lui était insupportable. Personne n’avait le droit de traiter Samuel de cette façon. Le préfet de Serdaigle ne savait rien. Bien sûr, son frère avait ses défauts, parmi lesquels un seuil de tolérance très limité. Il n’aimait pas parler, sa nature était ainsi faite, il n’y avait pas lieu de la changer, aucune leçon à donner. Craft l’avait attaqué sur un terrain où il n’avait absolument pas sa place. Les critiques revenaient à sa famille. Si Samuel réagissait violemment, il avait provoqué cette situation, tout fait pour le porter hors de lui avant de l’achever d’une bien cruelle façon. Mais de Quoi se mêlait donc cet idiot ? Lenny n’en revenait pas. Ce début d’année était affreux. Des larmes confuses de rage et de désespoir perlaient au coin de ses yeux. Le troisième jour s’achevait et il aurait donné n’importe quoi pour pleurer sur la poitrine de sa mère. Cette impression de ne rien maîtriser alors qu’on venait de lui attribuer un titre à responsabilités l’affectait énormément. Son frère continuait à se comporter comme un handicapé social - en son for intérieur, il le reconnaissait -, il n’osait plus approcher Lorelei depuis l’incident de la Cérémonie et les relations avec son collègue de Serdaigle s’annonçaient très tendues. La nomination d’Alix Craft ne lui avait pourtant pas déplu. Il semblait assez accessible, plutôt tranquille. Pourquoi son entourage s’évertuait-il à tout détruire autour de lui ?

Il arracha son badge et le serra nerveusement dans son poing. Les préfets pouvaient circuler librement malgré le couvre-feu, c’était un bien moindre avantage. Il avait besoin de marcher, de réfléchir. Qu’allait-il faire ? Coincer Alix dans un coin et lui passer définitivement l’envie de s’en prendre à son frère ? Oui, excellente idée. Il se fichait bien de jeter un froid avec un autre préfet, celui là l’avait cherché. Mais les attaques frontales et musclées dépassaient ses compétences. Il les laissait à son frère. Des mots mordants tournaient dans sa tête. Il passait en revue toutes les personnes potentiellement blessantes, évaluait les menaces réalisables et gênantes à lui lancer en cas de résistance, et regrettait, à force de ressasser, de ne pas le croiser. Son humeur le rendait prêt à tous les affronts. D’ordinaire fuyant, il n’aurait pas hésité à se ruer sur lui ce soir, pendant que l’affaire était encore brûlante. S’il rencontra quelques élèves errants, il ne les signala même pas. Ses préoccupations étaient ailleurs. Le regard noir et vif, il scrutait l’obscurité à la recherche d’une figure préfectorale. Hélas, il ne trouva que l’inutile représentante de Poufsouffle. C’était décevant. Il était à peu près sûr de ne pas dormir de la nuit si le mal commis n’était pas réparé dans la nuit. Sa fureur se transformait en nervosité, son esprit bouillonnait et cet état devenait assez ingérable. Etait-il raisonnable de se mettre dans cet état ? Quelle question ! Quand il s’agissait de son frère, la mesure n’entrait plus en ligne de compte !

Il arrivait au quatrième étage, ses pas le menaient tout naturellement vers la bibliothèque, point stratégique lorsqu’on cherchait un bleu et bronze. La porte entrouverte laissait filtrer un rayon de lumière. Il la poussa doucement, le cœur battant. La piste semblait bonne, peu d’élèves autre que les préfets s’amuseraient à circuler dans ces lieux d’études en dehors des heures autorisées. Cependant, il y avait toujours des petits rôdeurs, quelques chapardeurs qui venaient voler des livres ou visiter la réserve interdite. Plus prudent, il avança parmi les tables. Une pile de grimoires abandonnés gisait sur la seule surface éclairée de la pièce. Tous portaient sur les runes anciennes, une matière que sa classe reprendrait le lendemain. Etait-ce les reliques d’un élève affolé par le début des cours ? Une vague de sympathie dissipa quelque peu sa colère. Mais il n’était pas conseillé de s’attendrir trop tôt. Un Serdaigle comme Alix était tout à fait capable d’adopter ce genre de comportement. Le visiteur clandestin se cachait-il en espérant le voir partir pour poursuivre ses lectures nocturnes en paix ? Quelque peu rassuré en songeant qu’il avait peu de chance de tomber sur un vandale ou un fou furieux, Lenny explora les allées en se dirigeant directement vers le rayon de langages magiques antiques. Il connaissait la bibliothèque par cœur. Là, une silhouette s’immobilisa, celle d’un jeune homme mieux bâti qu’Alix. Ce n’était pas le préfet des aigles. Le visage du Serpentard s’adoucit aussitôt. Il n’avait donc aucune raison d’être désagréable ou agressif, surtout pas face à un garçon studieux qui veillait pour une matière aussi élitiste que les runes. Mais son devoir voulait qu’il signale l’écart au règlement. Tout en s’approchant, il déclara d’une voix presque timide :


- Excuse-moi mais… le couvre-feu est passé depuis plus d’une demi-heure, et la bibliothèque est fermée à cette heure, il n’y a plus personne pour la surveiller…
- Quelque chose manquait à son effet. Son badge peut-être ? Les joues rosissant légèrement il accrocha son écusson à sa poitrine d’une main tremblante – Je suis le préfet de Serpentard…

La pénombre lui empêchait de voir distinctement le visage de son interlocuteur, et à vrai dire, il n’osait pas le fixer. Ce garçon était sans doute en dernière année d’études. Il pouvait le ridiculiser à loisir s’il avait assez de talent pour, et il se sentait étrangement déplacé tout à coup. Comme si la présence de cet étudiant ici ne le regardait pas du tout.

_________________________________
Cliiique sur Chantale !

Estiamsi omnes, ego non


Dernière édition par Lenny Pinsker le Ven 2 Juil - 9:48:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://oxumoros.forumactif.org
Jack McCord
Professeur d'étude des runes
Professeur d'étude des runes
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 22/02/2010
Age : 27

MessageSujet: Re: Les étoiles espionnent par la fenêtre [PV: Lenny]   Mar 6 Avr - 21:43:44

[Pardonne-moi pour ma lenteur, Lennychéri!!!]

Ce jour-là, plusieurs élèves avaient pris Jack pour l'un des leurs. Ils avaient été accueillants, gentils, généreux... Bien plus qu'ils ne l'auraient été s'ils avaient su qu'il était leur professeur. Des filles de presque toutes les années étaient venues l'aborder dans les couloirs pour essayer de le séduire. Bien sûr, sa cicatrice avait fait fuir certaines d'entre elles, mais d'autres recherchaient ce style de marque, un signe visible qu'un jeune homme avait participé à la guerre. La cicatrice n'avait rien d'esthétique, mais elle laissait croire à des luttes courageuses contre d'autres sorciers puissants, et cette idée avait un charme indéniable pour beaucoup de gens. Le monde ne reposait vraiment que sur les apparences.

Jack n'avait rien vu de cette mascarade toute la journée. Il n'avait pas réalisé qu'il pouvait facilement passer pour un élève, bien plus facilement, d'ailleurs, que pour un professeur. Poudlard n'avait pas connu des centaines de jeunes professeurs en dehors de Rogue et lui. Jack pensait donc que les élèves avaient été vraiment gentils avec un nouveau professeur et il en était assez surpris. Lorsqu'il étudiait encore à Poudlard, ce qui n'était pas dans un passé trop éloigné, les étudiants n'avaient pas cette habitude. Étaient-ils devenus plus gentils à cause de la guerre? Peut-être avaient-ils réalisé que la réussite de bons élèves était plus souhaitable que celle d'élèves moins sympathiques? Pour Jack, cependant, il n'y aurait aucun favoritisme. Il savait que quelques professeurs avaient cette tendance à donner plus volontairement des points aux étudiants qu'ils aimaient bien, mais il ne voulait pas être comme eux. Quelque fois, d'ailleurs, il en avait souffert, se faisant bousculer par certains étudiants qui croyaient qu'il ne méritait pas ses bonnes notes, qu'il ne réussissait que parce que quelques professeurs l'appréciaient.

Jack s'était tourné vers le nouvel arrivant et il avait délaissé le vieux livre, remettant à plus tard sa lecture. Le professeur de runes savait qu'il était le seul à être très jeune et à enseigner. Celui qui s'approchait était donc un étudiant, logiquement. Jack le scruta, mais la pénombre l'empêchait de le voir parfaitement. Il déduisit qu'il devait être environ en sixième année, à une année près.


- Excuse-moi mais… le couvre-feu est passé depuis plus d’une demi-heure, et la bibliothèque est fermée à cette heure, il n’y a plus personne pour la surveiller…

-Euh... je sais.


Jack le dévisagea un instant, incertain de ce que l'autre attendait de lui. Il était évident que, à cette heure, la bibliothèque était fermée. Puisqu'il était professeur, il pouvait contourner ce genre de règlement, mais que faisait cet élève à cet endroit? Avec ce ton timide et cet air peu assuré, il devait être conscient qu'il ne pouvait pas s'y trouver sans s'attirer de punition. Jack ne savait pas trop quoi faire. D'un côté, il savait qu'il avait pour tâche de sanctionner l'étudiant mais, d'un autre, il n'avait pas envie de se coller le rôle du prof intolérant, et ce, le premier soir. De plus, le garçon devant lui lui attirait déjà une certaine sympathie.

-C'est pas grave...

Jack savait que, si un autre professeur apprenait qu'il avait laissé un élève s'en tirer après avoir dérogé au règlement il y goûterait probablement. Il sentait déjà qu'on ne lui accordait que peu de crédibilité parce qu'il était jeune. Ce genre de comportement trop permissif suffirait à le faire passer pour un incompétent. Cependant, il n'arrivait pas à se résoudre à sévir aussi rapidement.

C'est à ce moment qu'il vit le garçon épingler presque maladroitement quelque chose à son vêtement.


– Je suis le préfet de Serpentard…

Il était sauvé: les préfets avaient le droit de circuler après le couvre-feu. Jack n'avait donc pas à jouer au prof-pas-cool, ce qu'il aurait détesté.

-Lenny Pinsker.

Jack eut un petit sourire, fier de savoir son nom. Par souci du détail (Jack aurait MANGÉ des détails, s'il avait pu, tellement il s'y accrochait), le professeur d'étude des runes avait appris les noms de tous ceux qui travaillaient à Poudlard, y compris les préfets.

-Jack McCord, ravi de te rencontrer.

Il ne spécifiait pas son titre, car il croyait que le préfet le savait. Pourtant, puisqu'il était un nouveau professeur prenant la place de celui qui, à l'origine, devait donner le cours cette année-là, aucun élève ne pouvait faire le lien entre lui et l'enseignement des runes. Comme le préfet ne semblait pas trop à l'aise d'être devant lui, Jack lui fit son plus beau sourire en lui tendant la main.

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Lenny Pinsker
Préfet de Serpentard, 5e année
Préfet de Serpentard, 5e année
avatar

Messages : 489
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 28

MessageSujet: Re: Les étoiles espionnent par la fenêtre [PV: Lenny]   Ven 2 Juil - 13:28:52

[Au final je suis pire que toi, mais je reviens ^^]

Les élèves pris sur le fait avaient tendance à paniquer, négocier ou fanfaronner. Dans le Poudlard express, les préfets-en-chef avaient longuement mis en garde les nouvelles recrues. Prendre des sanctions n’était pas toujours faciles, tous avaient un baratin bien préparé qui justifiait leur écart. Il fallait suivre son idée première sans se laisser influencer ou intimider par les menaces des cancres. Lenny affrontait mentalement la rebuffade de son camarade. Quelque fussent ses raisons, il devait l’éloigner du lieu interdit. L’année venait de commencer, les enseignants le surveillaient de près et il n’avait pas droit à l’erreur. Un comportement trop laxiste lui ferait perdre son badge, Lorelei se moquerait de lui, Alix deviendrait son supérieur, et les espoirs de sa mère s’effondreraient. Il serait la risée de tout le château. La réponse laconique du fautif n’était guère encourageante. Il savait, ne s’émouvait pas, le fixait avec l’indifférence de celui qui se rit ses lois. Le Serpentard eut l’impression de s’affaisser sur place, comme si la poitrine lui tombait à la hauteur de ses cuisses. Il était minuscule, impuissant. Ce garçon n’accordait aucune valeur à ses propos, il connaissait le règlement et assumait la fraude. Qu’allait-il faire ? Le supplier à genoux de s’en aller ? Si tu as un peu de cœur, écoute moi… Mais le monde préférait le jeu du chacun pour soi, son attitude n’attendrirait pas, elle serait risible. Alors que Lenny s’apprêtait à prononcer un « oui mais… » à la suite incertaine, l’étudiant le faucha au sol en assurant que ce n’était pas grave. Ce n’était pas à lui d’en décider ! Rusard ne partagerait jamais cet avis, un professeur l’accuserait d’utiliser ses pouvoirs pour discuter hors du dortoir aux heures non-autorisées… Sa crédibilité l’abandonnait. Il lui restait l’argument d’autorité, ce badge que le désespoir lui avait fait renier.

Le jeune homme était vraiment étrange. L’éclat argenté de son insigne ne fit pas plus d’effet et, au lieu de se renfrogner, ou de s’excuser, il prononça son prénom, fier semblait-il d’invoquer sa mémoire. Lenny haussa un sourcil d’incompréhension. McGonagall l’avait présenté à la cérémonie, qu’un élève anonyme le connût n’avait rien d’étonnant, cependant, il l’avait repris à l’ordre, il attendait une autre réaction de sa part. L’absence d’émotion le vexait presque. Ils n’étaient pas ici pour se serrer la main. D’où sortait ce Jack McCord ? Il était à peu près sûr d’entendre le nom de son aîné pour la première fois. Etait-ce un élève discret, de ceux qui s’installaient au fond de la classe et ne parlaient jamais ? Possible. Il ne semblait pas tout à fait en phase avec la réalité, quelques neurones reposaient encore sous son oreiller, songea le Serpentard troublé. Un sourire crispé apparut sur ses lèvres. Il accepta la main. Cette situation était trop insolite pour être contrariée.


- Enchanté Jack
, souffla-t-il d’une voix douce. Excuse moi mais, il ne me semble pas avoir déjà entendu ton prénom, de quelle maison es-tu ?

Serpentard était à exclure. Lenny ne connaissait pas tous les élèves de Poudlard mais les anciens verts et argents s’étaient imprimés dans sa mémoire au fil des ans. Le seul Jack de ses souvenirs était un Poufsouffle complètement allumé qui parlait peu et avait l’allure d’un échappé d’asile. Il allait finir par croire au destin des prénoms… Mais son camarade ne souffrait pas d’un mal similaire. Il avait un il ne savait quoi de tranquille et rêveur qui dissipait peu à peu ses craintes. Le préfet était prêt à parier sur un Serdaigle, ce côté déconnecté du monde était un bon indice. Quelque chose lui disait qu’il ne devait pas redouter une nature indisciplinée. Jack n’était sans doute qu’un solitaire ravi de trouver une âme éveillée au milieu de ses tribulations nocturnes. La meilleure solution serait donc de l’apprivoiser pour le reconduire naturellement à la salle commune. Il n’avait pas envie de le brusquer. Et, s’il oubliait sa fonction un instant, il brûlerait de se laisser tenter par une conversation improvisée qui révélait une nouvelle personnalité. Ce marginal semblait intéressant, peu d’individus lui laissaient cette impression en si peu de temps.


- J’ai vu des livres de runes sur une table en entrant… Tu faisais des recherches ?


La curiosité, plus forte, ne put retenir une dernière question. Quel fou de travail pouvait s’inquiéter d’études des runes trois jours après la rentrée, alors que le premier cours ne serait donné que le lendemain ? Contourner le couvre feu pour se cultiver était admirable. Finalement, il trouvait ce règlement mal fait.


_________________________________
Cliiique sur Chantale !

Estiamsi omnes, ego non


Dernière édition par Lenny Pinsker le Ven 10 Sep - 20:41:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://oxumoros.forumactif.org
Jack McCord
Professeur d'étude des runes
Professeur d'étude des runes
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 22/02/2010
Age : 27

MessageSujet: Re: Les étoiles espionnent par la fenêtre [PV: Lenny]   Jeu 2 Sep - 17:50:47

[À ce rythme-là, ça va nous prendre dix ans terminer ce RP. Razz]

En voyant un sourire crispé déformer les traits de Lenny, Jack se demanda ce qui clochait. Puisqu'il était préfet, le garçon n'avait pas à craindre de réprimande ou n'importe quoi du genre. Le professeur avait été courtois, voire même gentil, avec lui. Qu'est-ce qui pouvait provoquer ce malaise chez l'élève? Jack soupçonna sa cicatrice, pendant un instant. Celle-ci avait le don de déstabiliser les gens, principalement les inconnus. Avec le temps, si on côtoyait souvent le jeune professeur, on finissait presque par s'habituer à son visage fissuré. Cependant, il restait toujours une fascination un peu morbide au fond du regard des gens, quelque chose qui empêchait la cicatrice de se faire oublier. Jack faisait semblant de ne rien remarquer car, après tout, la plupart des personnes n'était pas consciente de cette lueur glauque au fond de leurs pupilles.

Jack chassa rapidement l'idée que Lenny puisse être perturbé par sa cicatrice en réalisant que la pénombre de la bibliothèque dissimulait certainement une bonne partie de son visage. De l'angle que le préfet le voyait, Jack devait avoir l'air très normal, comme n'importe quel jeune homme plutôt joli n'étant pas à moitié défiguré.


- Enchanté Jack. Excuse moi mais, il ne me semble pas avoir déjà entendu ton prénom, de quelle maison es-tu ?

Voilà qui expliquait tout. Le sourire de Jack s'effaça pendant une demi-seconde avant de revenir, comme s'il ne s'était rien passé. Ainsi, Lenny Pinsker le prenait pour un étudiant. Il ne pouvait pas le blâmer. Trois ans plus tôt, il était encore sur les bancs de Poudlard, à étudier, et on ne pouvait pas dire qu'il faisait particulièrement vieux pour son âge. S'il n'avait pas déjà été si angoissé par son poste de professeur, il aurait peut-être même envisagé de se glisser dans certaines fêtes de la rentrée, avec les plus vieux élèves, histoire de se détendre un peu. Mais il ne pouvait pas se permettre ce genre de folies, pas avec la direction et tous les autres professeurs qui guettaient ses moindres petites erreurs. Plus tard, il serait trop vieux pour même y penser... Tant pis; il aurait toujours les runes.

-En fait je...

Le professeur marqua une petite pause dans sa phrase. Et s'il s'amusait un peu? Il ne mentirait pas, naturellement, mais rien ne l'obligeait à reprendre l'élève s'il était dans l'erreur. Il se contenterait de simplement répondre à sa question. Extrêmement simplement, d'ailleurs.

-Serdaigle.

Même après avoir fini d'étudier, le coeur de chaque sorcier restait accroché à la maison qui l'avait vu s'épanouir. Jack avait été à Serdaigle et il le resterait toujours, au fond de lui, même s'il n'était plus un élève de Poudlard. Alors, dire à Lenny qu'il s'agissait de sa maison n'était pas vraiment un mensonge...Non?

-J’ai vu des livres de runes sur une table en entrant… Tu faisais des recherches ?

Il suffisait de dire le mot « runes » pour que les yeux de Jack se mettent à briller. Il dut faire un grand effort pour retenir son enthousiasme. Il ne pouvait tout de même pas assommer cet inconnu de sa passion lors de leur première rencontre. De toute manière, s'il se souvenait bien de la classe qu'il devait avoir le lendemain, il sursaturerait le cerveau du préfet de matière sur le sujet dans un avenir plutôt rapproché.

-Je relisais des trucs pour me rafraichir la mémoire... Ça peut paraître étonnant, mais les runes me passionnent réellement.

Jack se dit que, dans le cas où l'élève l'aurait trouvé intéressant, c'était probablement terminé. Les runes ennuyaient presque tout le monde. Elles étaient compliquées, anciennes, étranges... Une personne qui avouait les aimer commettait presque un suicide social. De toute manière, Jack n'avait rien à faire d'être populaire ou non. Si une personne ne voulait pas lui parler à cause de son intérêt pour les runes, elle n'en valait pas la peine. Le professeur n'était pas très clément envers les personnes qui jugeaient sur la première impression sans chercher les détails. Il aimait les gens curieux, ceux qui s'intéressaient à autre chose que ce qui plaisait à tout le monde. La vie était tellement passionnante, les sujets d'étude si diversifiés... Il aurait voulu que plus de gens comprennent à quel point s'intéresser aux choses anciennes pouvait éclaircir le présent, comment des sujets poussiéreux, comme les runes, pouvaient donner du sens à un nombre incalculable de choses. Peut-être était-il trop passionné, au fond, mais il préférait croire qu'il saisissait seulement une vérité qui échappait à beaucoup de gens.

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Lenny Pinsker
Préfet de Serpentard, 5e année
Préfet de Serpentard, 5e année
avatar

Messages : 489
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 28

MessageSujet: Re: Les étoiles espionnent par la fenêtre [PV: Lenny]   Dim 12 Sep - 11:31:52

[Certes, mais maintenant ce ne sera plus ma faute Razz]

L’approche amicale était souvent la meilleure. L’étudiant qu’il venait de surprendre en pleine effraction semblait sur le point de lui fournir quelques explications. Lenny pensait deviner ses motivations. Quelques élèves s’inquiétaient la semaine de la reprise. Ils craignaient d’avoir perdus leurs réflexes scolaires et laissé s’éparpiller leurs connaissances sur les grains de la plage. Les enseignants les plus sadiques aimaient les mettre à l’épreuve. Rogue estimait par exemple que les deux mois de vacances permettait largement d’apprendre les nouveaux livres au programme. Ce n’était qu’un prétexte pour inaugurer les bulletins des Gryffondor avec un superbe T, mais, lorsqu’un professeur inconnu s’annonçait, tout le monde restait sur ses gardes. Les fantômes d’Ombrage et de Carrow s’étiraient dans les couloirs les plus sombres de Poudlard. Rien ne leur garantissait que les méthodes du professeur de runes fussent adaptées à celles de son prédécesseur. Cet homme avait peut-être des objectifs plus élevés. Et s’il cherchait à évaluer le niveau de chacun avec un test à l’entrée Lenny n’avait aucune envie d’être rangé du côté des élèves moyens à cause de sa négligence… Il s’était contenté de lire le manuel des cinquièmes années en diagonale. Son cœur n’était pas à l’étude cet été. Les événements traversés étaient trop graves pour songer à la rentrée. Il était, comme beaucoup de sorciers, fatigué, vidé, soulagé et amorphe. Qu’étaient ces fadaises intellectuelles lorsque chaque jour de congé lui rappelait que des choses bien plus précieuses étaient préservées ? Ses parents, son frère et ses grands-parents ne souffraient plus, ses cousins à moitié moldus avaient survécu, l’Histoire les avait sauvés. Mais, à présent, son honneur était peut-être en jeu. Lenny s’inquiétait de la réponse de son interlocuteur. S’il était mieux renseigné que lui au sujet du nouvel enseignant, il ne veillait pas pour sélectionner les ouvrages runiques de la bibliothèque sans raison…

Hélas, l’information attendue avec crispation devint le simple nom de sa maison, Serdaigle. Lenny le regarda comme s’il venait parler une autre langue. Pourquoi s’était-il ravisé au dernier moment ? Ce genre de cachoteries ne lui plaisait pas du tout. Au final, ce garçon avait peut-être commis une faute beaucoup plus grave, dissimulée sous ses airs polis et érudits. Un Serdaigle était, à l’instar du Serpentard, capable d’enfouir les plus grands mystères. Il se méfiait de leur nature réservée, et de ces sourires aimables qui n’engageaient aucune sincérité. Sceptique, il poursuivit l’interrogatoire sur le registre de la prudence. Son devoir de préfet s’oubliait derrière l’envie de comprendre les motivations de cet intrigant garçon. Quelles études menait-il donc ? Une lueur un peu folle anima soudain le regard de Jack, comme s’il n’aurait pas pu lui poser une question plus appropriée. Sa réponse confirma ses premières pensées. Le jeune homme révisait ses runes. Il se disait passionné. La vérité se révélait dans toute sa simplicité, et les circonvolutions de sa réflexion semblaient inutiles. Lenny hésita un instant. Il ne savait plus très bien où se situer. Engager la conversation devenait très tentant mais le concierge risquait de ne pas apprécier ce relâchement. Que lui dirait-il ? Que le « vandale » venait juste d’être découvert et qu’il ignorait encore tout de ses intentions ? Il se tirerait d’affaire, mais pousserait son interlocuteur au devant des ennuis. Cependant, Jack n’était-il pas lui-même conscient du danger ? Ce n’était pas sa faute si cet élève avait choisi de défier l’autorité pour approfondir ses recherches runiques…


- J’aime beaucoup aussi
, murmura-t-il. Tous les anciens langages me fascinent, je connais l’hébreu et l’araméen, un peu le latin, mais l’écriture runique a les vertus magique en plus… Elle porte le souvenir de nos anciens rites sorciers, quand sortilèges et potions n’en étaient encore qu’au stade d’expérimentation. Je trouve dommage les élèves ne se préoccupent plus de ses fonctions.

Rencontrer des élèves passionnés par cette matière était un événement en soi. La plupart de ses camarades n’avaient pris l’étude des runes que pour le bon plaisir de leurs parents qui les obligeaient souvent à prendre arithmancie en deuxième option. Ils apprenaient sans envie, récitaient leurs cours, obtenaient des résultats excellents mais se fichaient de leurs acquis. Ils travaillaient pour réussir. L’obsession de l’Optimal leur faisait oublier le contenu de leurs feuillets. Tout était réduit à l’état de données à emmagasiner au maximum pour décrocher un sans faute. Malgré sa réputation d’intello, Lenny avait cette race d’individus en horreur. Il les fréquentait toujours avec ennui, et jugeait que la solitude était souvent plus enrichissante que leur compagnie. Toutes ces discussions qui ne tournaient qu’autour des cours le menaient très vite à ses livres. Il avait étudié le latin seul et insistait pour poursuivre les cours d’araméens pendant les vacances, la présence d’un tuteur n’étant jamais de trop.


- Je peux regarder ?


Il se dirigea d’un pas léger vers la table aux ouvrages et se pencha en avant pour examiner les titres à la lueur d’une chandelle. La poussière des vieilles pages se mêlait à l’odeur du feu et du suif en fusion. Il n’avait jamais ouvert ces grimoires. Certains semblaient entièrement rédigés en runes, leur contenu était d’un niveau ASPIC très avancé.


- ça m’a l’air très complexe… De quoi s’agit-il ?


Ses yeux couraient d’une ligne à l’autre mais la forme de ces runes était si ancienne qu’il devait se contenter de quelques bribes de phrases. Traduire un simple paragraphe lui demanderait probablement des heures. Atteindrait-il ce niveau en septième année ? L’idée le décourageait d’avance.


_________________________________
Cliiique sur Chantale !

Estiamsi omnes, ego non
Revenir en haut Aller en bas
http://oxumoros.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les étoiles espionnent par la fenêtre [PV: Lenny]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les étoiles espionnent par la fenêtre [PV: Lenny]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Evasion (par la fenêtre ouverte)
» SOS pour le fleurissement de mes fenêtres !
» Le papillon des étoiles
» Nouvelle fenêtre de saisie de message annulée.
» Ce soir, deux nouvelles étoiles brilleront dans le ciel. [Mort de Sanka' & Echos]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Oxumorôs :: Poudlard :: Deuxième étage :: Bibliothèque-
Sauter vers: