Oxumorôs

Après la guerre, la paix nouvelle reste précaire et menacée...
 
AccueilPortailFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le grand concert de rock !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le grand concert de rock !   Mar 30 Mar - 16:22:46

[HJ: Alek a postéééééééé! (L)]
[Je tiens d'ailleurs à m'excuser d'avoir tardé à répondre... Je suis pas trop RP, là, tout de suite... Lol]

Au yeux de beaucoup de gens, Lenny et moi étions de bons copains. Il n'y avait pas à dire: je ne le lâchais pas, surtout depuis que Siobhan me boudait. En réalité, je me doutais bien que les deux frères blonds auxquels je venais de me coller comme un parasite d'une espèce fort jolie ne m'aimaient pas particulièrement. Seulement...je n'avais personne d'autre. Je savais que Lenny ne me repousserait pas ou, du moins, pas ouvertement. Je pouvais me moquer de lui à ma guise; il ne ferait que résister sagement...comme à tout ce qui l'entourait. Ce garçon était du type récalcitrant, je l'avais bien remarqué. Il résistait au plaisir, à l'humour, aux filles, à la fête, à la mode (avec ce qu'il portait pour un concert de rock...), à la popularité, à...tout, au fond. Lenny Pinsker ne se laissait jamais aller. Sur rien. C'était fascinant.

Pourtant, Samuel arrivait bien, lui, à ne pas être le coincé de service. Parfois, il semblait ne pas savoir y aller d'une juste mesure. J'avais entendu parler d'une certain altercation avec Alix Craft, le genre de garçon doux et aimable qu'on veut tous comme ami. Pour qu'Alix s'emporte (puisque, selon ce qu'on m'avait dit, cela avait été le cas), il avait fallu que Sammy chéri en fasse beaucoup. Après l'histoire de la sauce dans mon décolleté, je n'avais pas de peine à croire que le blondinet ait pu provoquer une autre personne. Toutefois, contrairement à certains, je ne blâmais pas Samuel. Quelques fois, la seule solution restait une action spontannée et purement désagréable.


-Salut, Lorelei... ça te va bien, tout ça.

-Merci!


Plus que le compliment, c'était le sourire qui me rendait heureuse. J'avais presque l'impression que ce cher Sammy n'était pas trop malheureux de me voir. Ça faisait du bien. Je commençais à en avoir ma claque de toujours me sentir comme celle qu'on a envie de voir partir alors qu'elle vient à peine d'arriver.

-Hé, bonne idée ça, le karaoké... Tu vas nous chanter quoi, Lenny ?

Je jubilais: j'avais un allié. Je n'avais pas regretté, jusque là, de ne pas avoir dénoncé Samuel le jour de la rentrée et je décidai que ma décision avait été plus que bonne. Ce garçon me plaisait. Je ne l'aimais pas comme on se pâme devant un beau joueur de Quidditch, je l'appréciais vraiment. Je devinais de plus en plus qu'au fond, pour un Serpentard, c'était un type bien.

Lenny était follement mignon quand il prenait cet air courroucé que personne ne savait afficher aussi bien que lui. Une évidente envie de m'éventrer sur la place publique rayonnait sombrement dans ses yeux et je devais faire de grands efforts pour me retenir d'éclater de rire.


-Mais rien du tout ! C’est une plaisanterie n’est-ce pas ? D’où vient cette histoire de karaoke ? Je n’en ai pas entendu parler et je refuse de participer de toute manière. C’est hors de question, et puis j’ignore tout des succès populaires, je ne pourrais absolument Rien faire !

Lenny s'était levé et une fée ou je ne sais quoi vint bondir non loin de notre petit groupe. Il s'agissait d'un mec, finalement, mais il était en...tutu. C'était étrange. Très étrange. Je me surpris même à trouver ça cool. Le féérique jeune homme ne me porta cependant pas attention, préférant agripper le derrière de...Lenny? Mes yeux s'arrondirent d'eux-mêmes alors que l'inconnu repartait, laissant le blond presque brûlé par l'éclat rougeoyant de son visage.

- Parce que tu as une idée toi de ce que tu pourrais chanter ?

Hey! On ne m'ignorait pas! Lenny venait de mettre ses fesses à l'abris, sur un siège, et son attention s'était reportée sur son frère. Il était évident qu'il essayait de se défiler, de nous faire croire qu'il ne venait pas de se passer ce qui s'était passé. Il ne m'aurait pas sur ce coup.

-Moi, j'ai une idée. Tu pourrais chanter I Kissed A Girl, de Katy Perry...mais tu modifies pour I Kissed A Boy, histoire de souligner à quel point les mecs ne peuvent s'empêcher de te tripoter en public.

M'arriverait-il une seule fois d'être gentille avec Lenny?
Revenir en haut Aller en bas
Alix Craft
Préfet de Serdaigle, 5 ème année
Préfet de Serdaigle, 5 ème année
avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 19/01/2010

MessageSujet: Re: Le grand concert de rock !   Mar 30 Mar - 21:19:06

La première chose que fit Alix, ce fut de se maudire pour avoir répondu présent à l'appel de Jack... La seconde attaque mentale allait pour Kain qui venait là comme un cheveu sur la soupe avec une agressivité insoupçonné, parlant d'une claque, la troisième enfin pour cette créature bizarre qui avait griffé le rouge et or. Pendant toute l'action, le jeune mannequin intimidé avait sursauté et s'était un peu éloigné, faisant face à la scène toutefois; peu lui importait un peu de sang sur le bras du Gryffondor, après tout il avait connu bien pire, il n'empêche que cela surprenait! Alix crut tout comprendre lorsqu'il comprit que les garçons et la créature parlaient de drogue. Ainsi, Kain avait parlé d'une claque, mais c'était peut-être un code pour le shit... Et le gobelin aussi en voulait sa part! C'était sans doute un code de la part du Rouge et Or, ce genre de phrases incompréhensibles de la part de quelqu'un venant de l'extérieur n'était pas étonnant aux yeux du Serdaigle qui commençait malgré lui à connaître la drogue. En effet, en tant que mannequin, il en avait vu pas mal depuis cet été. Ayant grimpé les échelons bien plus vite qu'il ne l'aurait du, propulsé dans les hautes sphères de ce milieu de strass et paillettes sans pitié; l'adolescent avait pu voir les échanges qui se faisaient sous couverture. Il n'était pas sûr d'apprécier cette idée de voir encore une fois, la drogue croiser son chemin mais décida de ne pas juger, cela ne lui apporterait que des ennuis et ce n'était pas son combat! Il avait eut bien assez à faire l'année dernière, maintenant tant pis... Grand bien leur fasse, qu'ils se bousillent la santé, ça ne le dérangeait plus vraiment. Alix s'était considérablement endurci depuis l'année passée, il était devenu blasé par certains moments et en cet instant c'était le cas...

Le métisse avait pensé pouvoir passer un après-midi serein, où rien ne serait ambigu et bien c'était raté! Adieu douce insouciance, innocence; le garçon ne voyait vraiment pas ce qu'il avait à faire ici! S'éloignant tranquillement, après avoir répondu d'un signe de la tête à Jack, l'adolescent avait jugé plus prudent de ne pas se mêler de leurs affaires. Il contempla les alentours, surpris de noter la douce ironie de la situation... En effet, Lenny même de loin paraissait très embarrassé. Le frère du taré était-il lui aussi loin de sa place habituelle en ces lieux? Le Serdaigle supportait la foule, après tout n'était-il pas mannequin? Seulement ça allait quand il était protégé par la hauteur d'une scène... Des défilés, il avait du en faire qu'un ou deux; étonné de ne ressentir aucun stress. En fait ça l'amusait plus qu'autre chose sans le passionner non plus. Alors certes pour celui qui se préparait et était l'événement de l'année, connu dans le monde entier c'était différent, le Métamorphomage se sentait très oppressé quand bien même la représentation aurait lieu en fin d'année; mais bon... Le fait de savoir cette foule loin de lui le rassurait, même si pour cela, il était plus exposé aux regards. Le voilà en cet instant, au contraire, fondu dans la masse et surtout complètement happé par la foule. Qu'il ne soit pas le centre d'intérêt ne le dérangeait pas, après tout le modèle possédait bien des défauts mais pas celui du narcissisme... Mais être planté bêtement au milieu de tous ces jeunes plus excités les uns que les autres, possédant en plus des produits illicites n'était pas sa tasse de thé! Raah, ne voyait-on pas qu'il avait besoin d'un peu de douceur dans ce monde de brutes? Alix était la délicatesse même et voilà qu'on le forçait à se mêler à tout ça, à se laisser bousculer de toutes parts, perdu dans son coin alors que ses yeux miraient au loin Luna et un Poufsouffle. Même la jeune fille avait plus de facilités que lui pour les relations sociales, c'était dire... Au fond le Serdaigle l'aimait bien d'ailleurs, il se demandait comment elle parvenait plus ou moins à se faire accepter malgré sa différence.

L'adolescent finit par s'adosser au mur, regardant de loin l'échange qui se faisait entre le gobelin, Kain et Jack. Il poussa un soupir et demanda un chocolat chaud-sans sucre bien sûr-à un serveur qui passait par là, lequel ne revint jamais par ailleurs. Mal fait ce service tiens! Au lieu de s'embêter à en organiser un pour ce fichu concert; ils auraient du ne rien faire, parce que là c'était vraiment nul. Alix rougit intérieurement en pensant qu'il devenait comme ses collègues mannequins, si exigeants et capricieux... Oh par Merlin, faites que lui même ne devienne pas aussi superficiel! Enfin bon, là c'était surtout l'énervement et la nervosité qui le rendaient si critique. Légèrement rassuré, le Métamorphomage poussa un soupir, laissant le mur le retenir totalement, sans craindre de s'effondrer semblait-il, l'adolescent passa une main dans ses cheveux d'un air élégant et un peu lassé de grande princesse. Ses yeux se fermèrent à moitié, il entendait bien le deal se faire, plus si loin de Jack et ses étranges compagnons; c'était comme une musique de fond, pas très agréable certes mais tant pis, écouter passivement ce qui se passait lui faisait perdre un peu de ce temps ennuyeux passé ici. De toutes manières le Rock ce n'était pas son truc! Franchement, même si le Poufsouffle avait été adorable dans sa manière de l'éloigner, le garçon se dit qu'il s'était fait trop d'illusions et que le jaune et noir était juste trop gentil pour lui avouer-peut-être même s'avouer à soi-même- qu'Alix le dérangeait.

Alek fit son apparition, embrassant Siobhan à pleine bouche, chose qui arracha une petite grimace au Serdaigle. Pour parfaire son humeur de chien, il ne manquait plus que ça tiens... Un couple s'aimant à perdre haleine devant son visage, super... Surtout quand le garçon était celui sur qui le mannequin avait eut un petit faible pendant longtemps tellement il était mignon. Ah oui, aujourd'hui c'était vraiment son jour de chance tiens... Pfft, bientôt, il allait se mettre à pleuvoir, ne manquait plus que ça à sa collection du énième désastre en relations humaines qui se profilait. Dire que même ce débile de Samuel était entouré d'un petit groupe. Pourquoi ceux qui poussent dans la boue paraissent-ils plus blancs, propres aux yeux des autres que celui qui n'a rien fait de mal? Arf. Fichue société. Sorciers, moldus... les êtres humains étaient tous aussi incompréhensibles les uns que les autres. Loreleï semblait papoter avec entrain, tout comme l'idiot du village de la maison des Serpentards-ce cher Samuel.- Tous avaient l'air heureux d'être là-enfin Lenny pas trop mais bon- et cela énervait un peu le Serdaigle qui se demandait comment cet abruti de vert et argent avait plus de chance que lui pour se faire des ami(e)s. En tout cas, Alix ne savait pas quelle tête il tirait maintenant mais gageait que ce n'était pas un air très joyeux, peut-être lassé, irrité, ou tout simplement indifférent. Oui c'était cela indifférent, plongé dans son monde et ses pensées... Notamment ses chers cours qu'il manquait à cause de ce stupide concert! Oui penser aux études ainsi qu'à la tête de Pénombre dégoûtée de le voir souiller le prétendu honneur de la famille en faisant du mannequinat ou même rien qu'en se présentant habillé de façon si délicate ici-en étant simplement présent à ce concert en fait- lui remontait le moral. Désormais, juste à côté du gobelin car ayant un peu marché pendant ses réflexions-pour se retrouver ironie du sort là où il était avant- le sorcier jusque là si discret poussa malencontreusement ce dernier. L'air ailleurs, absent de celui qui cherche à échapper à une prison, il se contenta d'un...

-Désolé.

Avant de reprendre son suivi de l'échange sans la moindre émotion, il ne jugeait pas, se fichant royalement de ce qui se passait sous ses yeux d'or; attendant simplement d'être sollicité.
Revenir en haut Aller en bas
Samuel Pinsker
Serpentard, 4 ème Année
Serpentard, 4 ème Année
avatar

Messages : 167
Date d'inscription : 20/01/2010
Age : 36

MessageSujet: Re: Le grand concert de rock !   Ven 2 Avr - 17:41:33

La soirée s'annonçait... du tonnerre. Sans la présence vaguement déprimante de son frère aîné, Samuel aurait volontiers sauté sur place, ou entonné une chanson idiote avec ce groupe de braillards installés devant la scène, et dont on entendait quelques fausses notes portées par le vent. Il était question, dans ce refrain osé, d'une jeune sorcière initiée à la hussarde aux joies de la braguette magique... autant dire que Lenny étranglerait sur place son cadet s'il osait prononcer ne serait-ce que les deux premiers mots du refrain de cette champêtre ritournelle. De toute façon, Samuel ne connaissait pas les paroles dégoûtantes de cette chanson. Oh que non. Pour qui le prenez-vous ? Un jeune homme de bonne famille, d'excellente éducation, frère de préfet de surcroît, ne peut pas connaître des refrains de troisième mi-temps. Enfin, pas exactement la même version.

Et puis, il y avait Lorelei. Le sourire de la préfète semblait sincère, à des lieues de ce que le blondinet aurait attendu. Depuis le soir de la rentrée, il avait soigneusement évité de croiser le chemin de la jeune fille, craignant que se réalise la terrible prophétie de Lenny : « elle va te changer en vieille limace cancéreuse ». Le frère indigne avait ajouté, d'un air entendu, « et elle n'aura pas tort », avant de tourner les talons, laissant le coupable méditer au châtiment qui le guettait ; par prudence, Samuel avait préféré ne pas tenter la chance. Et si Lorelei avait vraiment annoncé à Lenny quel sort attendait son petit frère unique et préféré ? Avec les filles, une seule chose était sûre, c'est qu'on n'était jamais sûr de rien. Bref, tout ça pour dire que Sam craignait de se prendre une paire de baffes, voire deux avec les arriérés de paiement, et que le sourire cordial de la demoiselle le laissa quelques instants perplexe. Et puis, l'ambiance festive aidant, il cessa de se tracasser pour un problème qui n'en était pas un, et préféra se concentrer sur des choses plus immédiates. Premièrement, se rincer l'oeil autant que possible – les filles semblaient s'être habillées spécialement pour permettre aux garçons de ne pas perdre une miette du spectacle. Deuxièmement, charrier gentiment Lenny, sans trop insister vu que le grand commençait à avoir sa tête des mauvais jours. Un mot de trop, et il faisait demi-tour pour aller s'enfermer dans son dortoir avec un gros bouquin prodigieusement ennuyeux – et il serait impardonnable d'en venir à de telles extrémités, et de se priver ainsi de la prestation des Botrucs Vulgaires.

À la seule mention d'un karaoké, Lenny manqua de s'étouffer d'indignation, et se lança dans un discours véhément avant de prendre son frère à témoin. Le sale mioche balaya d'un signe de tête hautain la question de savoir quoi chanter :


-Bien sûr que je saurais... Tiens, pourquoi pas « Montre-moi ta Manticore » ?

Lenny l'avait surpris quelques jours avant à apprendre les paroles de cette chanson grivoise à des première année fascinés, et il avait bien failli le mettre en retenue pour la peine ; Samuel n'avait dû son salut qu'à la promesse solennelle d'oublier jusqu'à l'existence de cette chanson (et aussi à la mine de chien battu qu'il avait opposée aux menaces préfectorales).

-J'vais chercher à boire, annonça le gamin sans laisser à son frère le temps de réagir.

Immédiatement, il se fraya un chemin dans la foule jusqu'à la buvette tenue par le club de sortilèges, laissant les deux préfets en pleine discussion ; chemin faisant, il put admirer les tenues les plus exubérantes, arborées tant par les mâles que par les femelles, et même par des êtres de sexe indéterminé ; un courant d'air lui porta l'odeur étrange des cigarettes d'un petit groupe d'élèves rigolards vautrés à même la chaussée, entre deux étalages. Au stand du club, il échangea quelques mots avec une fille de Serpentard de l'âge de Lenny, puis repartit avec précaution, les trois gobelets de Bièraubeurre calés de façon précaire entre ses mains.


-Allez, à la santé des Serpentard, lança-t-il lorsqu'il rejoignit ses deux aînés, en leur donnant un gobelet à chacun.

Il ignorait totalement quel genre de vilenie Lorelei avait pu dire à son cher frère et, pour sa part, avait déjà presque oublié cette histoire de karaoké ; sans transition, il annonça :


-Y a une drôle d'odeur là-bas... je sais pas ce qu'ils fument, mais ça pue drôlement. Et je crois qu'il y a des Verts dans le tas, ajouta-t-il d'un air dégagé. J'espère que Hawthorne est pas dans le coin, sinon on les retrouvera dans des bocaux.

Hein, quoi, j'ai loupé un épisode ? Une pique mesquine lancée par la préfète au préfet ? Vous êtes sûrs ?

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Luna Lovegood
Serdaigle, 7 ème Année
Serdaigle, 7 ème Année
avatar

Messages : 264
Date d'inscription : 17/02/2010
Age : 28

MessageSujet: Re: Le grand concert de rock !   Dim 4 Avr - 0:36:03

Le temps passait, tranquillement sans trop se presser. Les minutes s'égrainèrent doucement dans l'espace. Le souffle du vent, encore chaud malgré l'automne, caressait les deux jeunes gens de son toucher doux et rassurant. Cela aurait pu paraitre étrange que deux inconnus reste là, coucher l'un près de l'autre en silence, mais quiconque connaissant les deux phénomènes humains, ne se poserait aucune question... ils étaient juste dans leurs états normal. Soudain, Rolf brisa l'immobilité de l'image en tendant une main vers Luna. Il fit glisser une de ses nombreuses mèches rebelles derrière son oreille. Un étrange frisson la parcouru lorsque la main du jeune allemand lui toucha l'oreille. Elle ne savait pas quel était ce frisson ni même pourquoi il lui traversait la colonne vertébrale comme un véritable torrent électrique. Du moins... c'est ce qu'elle ressentait. Rien ne paru sauf peut-être un léger tremblement. Le jeune homme prit la parole détournant par la même ses questionnements.

- Rassure-toi Luna, nous sommes tous un peu fous à notre manière. Je ne crois pas que tu sois plus folle que ceux qui te narguent. J'ai quelques cours avec toi depuis notre rentrée en première année et je sais que tu es une jeune femme brillante, tu connais une foule de choses sur une foule de sujets. Tu es sensible, c'est pour moi une évidence et je suis certain que bien des gens auraient à gagner à te fréquenter.

Ce que Rolf lui dit, lui fit vraiment chaud au coeur. Pour une fois dans sa vie quelqu'un pensait RÉELLEMENT qu'elle n'était pas folle. Même Neville, Ginny et le trio la croyait à moitié folle... et ils étaient ces amis ! En fait, même elle, parfois, le croyait... C'était vraiment un baume sur son coeur que cette affirmation. L'espace d'une seconde elle eue envie de serrer Rolf contre elle. Mais elle se ravisa, il venait de dire qu'elle n'était pas folle... il ne fallait pas lui donner une raison de se rétracter ! Elle se contenta donc de souffler à mi-voix, un murmure sincère et profond juste assez puissant pour que son vis-à-vis l'entende :

-merci

Elle leva les yeux qu'elle n'avait même pas remarqué avoir baissé sur le doux visage du Poufsouffle. Il avait les joues roses et le regard un peu flou, comme s'il pensait à des dizaines de choses à la fois. Puis il détourna le regard vers le niffleur, que Luna avait complètement oubliée, endormi et heureux sur sa cannette. Vraiment mignon ! À l'image même de son possesseur. Luna détaillant discrètement Rolf. Elle ne c'était jamais intéressée de près ou de loin aux garçons. Trop dans son monde, trop distraite et trop solitaire. Mais maintenant elle avait quant même 17 ans et sans qu'elle ne s'en aperçoive, son horloge biologique c'était mise en branle. Cela ne voulait pas dire que du jour au lendemain elle allait se transformer en une Parvati Patil ou une Lavande Brown, mais elle allait commencer à regarder ce qu'il l'entoure. Et justement, autour d'elle à ce moment-là se trouvait jeune homme. Pour la première fois de sa vie, décidément c'était la journée des premières, elle reluqua un homme. Sans être vulgaire et prétentieuse, mais subtilement sans que cela paraisse comme si elle ne faisait que continuer de le regarder. Elle le trouvait beau. Pas d'une beauté de top modèle comme Alix, un garçon de sa maison, mais un peu plus naturel. Il dégageait une aura de calme, un peu rêveuse. Il était rassurant et doux. Elle se sentait bien à ses côtés. Parlant de côtés, Rolf se recoucha près d'elle le regard ancré dans le sien. Étrange comme leur regard avait l'air de se chercher en permanence. La voix douce du jeune Scamander résonna dans le silence :


- Luna, sache que moi je te crois. C'est peut-être un peu téméraire de ma part mais sache que si tu éprouve le besoin de parler et d'être écouté, tu n'as pas à aller jusque dans les bois, ce serait pour moi un plaisir.

Alors qu'elle entendait ses mots, une nouvelle chose vibra en elle. L'espoir. L'espoir d'avoir enfin un vrai ami. D'avoir quelqu'un pour elle. Qui la crois, qui n'a pas peur d'elle et qui veuille bien l'écouter. C'est la voix vibrante d'émotion qu'elle répondit à Rolf :

- Je serais honorée de faire de même. Parce que, quelques fois, les bois sont loin. Tu peux me considérer comme une amie et je serais plus qu'heureuse de faire pareil, mon ami.

Un doux sourire ornait ses lèvres et ses yeux ne reflétaient que le bonheur d'être présente à cet instant. Elle était heureuse et elle espérait que cela continue. Enfin Luna Lovegood pouvait gouter une petite parcelle de bonheur, avec la sensation d'être vraiment à sa place, ici couché sur une couverture à l'ombre d'un chêne centenaire avec une créature magique endormie sur une canette dans une position comique et Rolf Scamander couché à ces côtés.

_________________________________
Regardez ! là! un Ronflack !-->ici<--
Tu me crois folle Invité ? Le suis-je ?
Revenir en haut Aller en bas
Sdez Tugakx
Gobelin
avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 05/03/2010
Age : 27

MessageSujet: Re: Le grand concert de rock !   Mer 14 Avr - 0:25:10

Tu les vois les oreilles recourbées vers l’arrière ? C’est un signe de tension, l’expression la plus sûre de la colère. A la prochaine intervention déplacée de demeuré brailleur, je mords, pigé ? Mais le blond aux allures de starlettes sous-développées du lycée s’est calmé. Le sang, c’est assez flippant pour un jeune premier. Ce gosse déboulait déjà plein de hargne, sûr de sa victoire sur la créature clownesque en tutu, et il se retrouvait à nouveau sur les lignes du fond. Après son cul, il pouvait à loisir s’occuper de son bras joliment entaillé. Je sentais une vague odeur sur mes ongles. Le temps que tout se remette en ordre, j’ai tout nettoyé d’un coup de langue. Ça me donnait des envies de chair fraîche tout à coup. J’ai encore jamais goûté de gamins à peine pubère, juste un bébé une fois, il traînait dans l’herbe devant un petit cottage, c’était trop tentant. Promis, j’essayerai de me faire la dent sur un adolescent la prochaine fois. J’aurais bien dit sur le blond si s’attaquer à un sorcier n’était pas carrément trop risqué. L’année dernière, pour un peu qu’il ait un parent moldu ça l’aurait fait. On m’aurait même remercié. Maintenant, on ouvrirait une enquête, ferait une chasse à l’homme, puis au gobelin, et, on s’emporterait à propos d’une trêve rompue, d’un non respect du traitement de paix imposé entre les espèces et tout le bordel. Bref, ça valait pas le coup de déclencher une pagaille monstre pour un con. En plus, c’était vraiment trop facile, donc, pas très drôle. Ils se sont lattés entre eux ces crétins d’humains, leur gouvernement est mal en point, tout le monde se méfie de tout le monde… Et on se retrouve dans la situation où le plus minable des semeurs de discorde a le pouvoir de relancer une guerre interne la bouche en cœur. La fête.

La tension est retombée très vite. Opération d’intimidation bestiale réussie, les oreilles retrouvaient leur angle initial. Puis, la réplique cassante de mon revendeur m’avait presque arraché un sourire satisfait – presque hein, je tiens quand même à mon image de gobelin rétif – ça faisait plaisir d’être appuyé. Il me devenait assez sympathique ce type. Je sentais bien qu’il essayait de finir la négociation dans le plus grand respect possible. J’avais pas droit au jeune en manque de sociabilité qui te plante au beau milieu d’une affaire pour saluer le mignon qui essaye de se taper l’incruste en mode « rien à fiche si t’es occupé, youhou regarde je suis là ! ». C’était quand même dingue ça ! Au milieu d’une concentration de gamins, il fallait qu’ils se ruent tous sur le peut-être seul humain à qui j’adresserai la parole de la soirée. Un nouveau à la seconde ! J’avais hâte d’en finir. C’était conclusion rapide ou décapitation sans préludes pour le troisième neuneu qui aurait la brillante idée de me couper la parole. Ouais, j’avais bien besoin de quelques taffes pour éviter de me retrouver ennemi public numéro un avant la fin des concerts. Le gars me faisait une bonne offre d’ailleurs, il tranchait large. Peut-être qu’il avait pas très envie de faire traîner les choses lui non plus, ou que j’intimide assez pour qu’il casse ses prix direct. Sans doute un peu des deux. Les sorciers avisés savent bien qu’on ne marchande pas avec un gobelin sans y laisser des plumes. Les finances, ça nous connait. On a tendance à rouler les acheteurs comme les vendeurs. J’ai rapidement fait le calcul. J’avais plafonné haut. Pas la peine de dépenser un gallion entier dans une drogue douce. Sans rien dire, j’ai rangé la pièce dans ma poche. C’est alors que la troisième énergumène me bouscula…

Ah non… Pas troisième, excusez moi. Le mec aux allures de gonzesses venait de faire un aller-retour en mode désœuvré pour revenir un peu trop droit sur nous. Je détestais le contact des humains. Encore moins celui des gêneurs de première catégorie. Mais cette fois, j’ai réussi à me contenir un minimum. Il avait juste l’air complètement paumé, le choc restait léger. Du coup, je me suis contenté d’un regard mauvais et d’oreilles piquée vers le bas. Allez on respire, on paye et on se barre. Je pourrais toujours raconté que j’ai survécu au milieu d’ado sorcier hystériques dans une de ces soirées où chacun fait l’étalage de ses exploits. Ce sera la gloire. Ma voix sifflait quand j’ai ouvert la bouche pour régler les dernières modalités.


- Ok. Nous dirons donc, pour sept mornilles.

Les pièces d’argents sont apparues quand j’ai ouvert ma main devant lui. C’était un tour de passe-passe facile quand on avait une bourse sur soi et la magie directement dans les veines. J’ai attendu qu’il me passe ma conso pour lui donner la monnaie puis je suis allé me poser dans un coin sur le côté de la scène. Des techniciens s’activaient autour des instruments. Le premier groupe n’allait plus tarder, sans doute le groupe phare du moment à Poudlard, composé de gosses en mal de célébrités. Je voyais déjà quelques minettes appuyées sur l’estrade. Dix pauvres fans à tout casser dans leur cercle d’amis, et quelques âmes perdues qui aiment aduler les stars locales en espérant retenir un petit peu de leur attention. Pff. Mais concluons sur une image plus classe, celle d’un gobelin en train de s’allumer tranquille un joint avant d’avoir l’ouïe brisée.
Revenir en haut Aller en bas
Minerva McGonagall
Directrice de Poudlard
avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 02/03/2010
Age : 92

MessageSujet: Re: Le grand concert de rock !   Jeu 15 Avr - 16:22:52

Ah l’impétueuse jeunesse ! Assise à la tribune des enseignants Minerva MgGnagall suivait, sourcils froncés, l’agitation de ses étudiants. Elle avait craint des débuts plus mouvementés. Heureusement, les élèves montraient qu’ils savaient se tenir. Ils criaient, sautillaient, attendaient sans doute le début des concerts pour laisser exploser leur enthousiasme. A quoi faudrait-il s’attendre alors ? La suggestion de Dumbledore la laissait toujours assez sceptique. Sa génération n’avait pas connu les dérivés du rock’n’roll, et la violence de la musique s’était aggravée depuis les gentils crooneurs des années 50, le blues et autres style marginaux de l’époque… Maintenant, ils braillaient tous, arrivaient à moitié nus sur scène, se mutilaient en direct ou crachaient sur un public déchainé au point de se bousculer sauvagement en hurlant… Tous ces codes lui échappaient. Et, à part Messenger, curieux phénomène rescapé de la guerre, aucun enseignant ne se sentait capable de gérer un tel événement. Un regard vers le professeur de défense contre les forces du mal remis cependant en question les raisons de cette candidature… Il dormait à moitié sur un table, entouré d’adolescents déchainés. La prestation laissait vraiment à désirer.

Et qu’en serait-il de celle de ce premier groupe ? Formé à Poudlard les Nimbus étaient les moins expérimentés de Poudlard. Ils avaient déjà demandés de salles les années passées pour organiser des concerts très privés à l’école. Deux musiciens n’avaient d’ailleurs pas encore quitté les salles de cours. Le bassiste, Neil Riley, était un cinquième année discret de Poufsouffle, et la guitariste, une jolie blonde surexcitée de sixième année, curieusement placée à Serdaigle. Venaient ensuite deux garçons de dix-huit ans, un chanteur qui comptait plus sur son physique avantageux que sur sa voix, un peu trop faible, et un batteur blond dégingandé qui ne parlait jamais. Ce charmant quatuor s’apprêtait à mener son premier grand concert.

Leur entrée ne provoqua pas l’émoi. Les élèves les plus proches avancèrent doucement en constatant qu’un événement se préparait. Vêtus des jeans larges et des bijoux métalliques basiques, les garçons s’installèrent derrière leurs instruments. La jeune fille avait quand à elle un goût plus marqué pour l’originalité… Ou ce qui s’en approchait. Des vêtements de toutes les couleurs s’entassaient sans logique sur un petit corps qui ne devait pas excéder les 1m60 et des bouts de bois et de laine pendaient à ses couettes. La guitare en main, elle sautillait déjà. Le chanteur, qui avait tout misé sur une couche de gel qui maintenait ses cheveux devant les yeux, salua le public dans son micro. Le groupe d’amis agglutiné au bord de la scène scandait joyeusement son prénom, Robin ! Robiiiiiiiin ! Enfin, les premières notes retentirent.

C’était, somme toute, un genre de rock garage sans grande prétention. Le son n’était pas très bon, la voix un peu trop dominée par la musique ne permettait pas de comprendre grand-chose des paroles murmurées ou criées, mais l’énergie et le rythme n’en étaient pas moins là. Et les adolescents qui ne tenaient déjà plus en place bondissaient dès la deuxième musique. Les fans de la première heure s’appliquaient même à répéter quelques paroles apprises par cœur.


[Et voilà, premier groupe enfin lancé ! Je vous laisse gérer la suite des actions avec ces quelques informations données en repère !]
Revenir en haut Aller en bas
Rolf Scamander
Poufsouffle, 7 ème Année
Poufsouffle, 7 ème Année
avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 20/03/2010
Age : 29

MessageSujet: Re: Le grand concert de rock !   Jeu 22 Avr - 17:26:26

Après quelques minutes de silence sous l'arbre centenaire, la brise apporta les premiers sons d'euphorie de la foule ainsi que quelques notes de musique plutôt maladroites mais rythmées. Rolf regarda en direction du bruit, jaugeant les premières notes de la "mélodie". En soi, pas trop mal mais il s'agissait là d'amateurs de toute évidence.

- Tiens, ça commence je crois.

Le jeune Poufsouffle fut confronté à un dilemme à ce instant précis. Bien qu'il eu hâte au concert, un peu de calme lui plaisait bien et la compagnie de la Serdaigle n'était pas du tout déplaisante. Il laissa passer la première chanson, soupesant les pours et les contres. Allongé dans l'herbe fraiche, Rolf Scamander se tourna pour regarder Luna et lui souri.

- Souhaite-tu que nous nous rapprochions du concert Luna? En toute honnêteté pour ma part ça m'est quelque peu égal.

Au moins saura-t-il ce que son amie souhaite. Un petit son de canette froissée averti le jeune Scamander du réveil de la bombe miniature du nom de Galion, le pauvre. Il semblait apeuré par le bruit sonore de la guitare,il trembla et se cacha derrière Luna. Rolf, sans vraiment réfléchir aux interprétations possibles, se pencha doucement par-dessus la jeune blonde, assez lentement pour ne pas effrayer le niffleur d'avantage.
Revenir en haut Aller en bas
Jack Field
Poufsouffle, 6 ème Année
Poufsouffle, 6 ème Année
avatar

Messages : 56
Date d'inscription : 25/02/2010
Age : 25

MessageSujet: Re: Le grand concert de rock !   Dim 25 Avr - 19:47:04

Le gobelin me donna les thunes et se cassa sans dire ni au revoir ni merci – enfin après il a peut être parlé de dos, j'en sais rien.
Et là commença un des moments les plus angoissants de mon existence : Le concert. Regardez MTV sans le son un jour, vous comprendrez un peu ce que je ressens. Les membres du groupe se mirent à gesticuler stupidement, les gens à sauter devant, et moi à me baigner dans un grand lac d'incompréhension liquide, à m'y noyer presque. Venir à ce truc était une mauvaise idée, j'étais comme un rat dans une patate au beurre : Absurde. Pendant quelques instants, je regardai le chanteur s'enivrer du son de sa propre voix et gesticuler en rythme sur ce que je suppose être l'accompagnement, sans accorder d'attention au reste, c'est au bout d'une petite absence mentale que je me suis rappelé l'existence d'Alix, qui pouvait bien me gueuler dessus que je ne le saurais pas. Je me suis dirigé vers lui, enfin, pour lui consacrer le temps qu'il mérite.

Salut.

Le blond imbécile n'était pas à portée de vue, on était enfin tranquille – mais pour quoi foutre, je te le demande. C'est là que je me suis rappelé que les concerts ça fait du bruit et que non seulement il ne m'avait sans doute pas entendu le saluer (j'suis pas bien doué pour les décibels), mais que en plus on allait pas pouvoir « discuter » (le terme est un peu exagéré quand on a bien du mal à demander l'heure) ! Angoisse et terreur, je touchais d'épaule d'Alix pour lui annoncer ma présence et mon attention complète et totale. J'arrive pas à du tout à me projeter ce que ça peut être « trop de bruit », pour moi c'est comme pas pouvoir voir plusieurs trucs en même temps, c'est complètement con. Je jetai des regards angoissés à Alix et à la scène, alternant entre le désir de partir en courant, de me suicider, ou tout simplement de me mettre à pleurer à chaudes larmes. J'avais peur que le jeune homme m'envoie chier parce que je l'avais envoyé bouler tout à l'heure tout simplement parce que je ne peux pas assurer une conversation à trois, et je me sentais très seul parce que apparemment il y avait un truc super qui résonnait autour de moi et qui faisait kiffer tout le monde, et que ça me passait allègrement au dessus de la tête. Le leimotiv de ma vie.
Pour tout résumer avec une phrase simple : Je suis dans la merde.
Là actuellement je suis désappointé, et il n'y a personne que je puisse frapper pour résoudre mon mal être. Je pourrais éventuellement monter sur la scène et coller une avoine au chanteur mais bon... enfin c'est une idée à creuser, disons que si je passe un certain cap de panique et de solitude, j'y repenserai. En fait là j'ai envie de mener à bien l'Experience, celle que je mène parfois dans ce genre de situation : Me rapprocher d'une source de bruit et voir si j'entends. Généralement ça consiste à me rapprocher des enceintes dans un concert, mais une fois j'ai transplané près d'une piste de décollage d'avion, et caché dans l'herbe je suis resté à coté tout le long de la manœuvre du bidule. Étonnement, je n'ai rien entendu. J'aimerais bien qu'un avion passe le mur du son tout près de moi, pour voir.
Maintenant que j'ai un but, je reprends un peu mes moyens. Je sors mon calepin et un stylo de la poche arrière de mon treillis – sous le tutu donc – et j'écris à l'attention d'Alix :

« Je les enceintes voir. Expérience. Vite revenir. Pardon. »

Faut qu'on soit clair sur un point : Si je lis beaucoup, écrire c'est pas mon fort, pour la bête raison que les mots écrits, c'est composé de lettres qui représentent les sons, et que je suis obligé d'apprendre les mots un à un par cœur, vu que l'alphabet c'est vraiment du concept flou dans ma tête. En plus de ça, j'écris et je parle depuis pas si longtemps que ça, et la syntaxe en langage des signes, c'est pas du tout pareil, le verbe il est en fin de phrase en syntaxe sourde, dans la panique j'ai pas fait gaffe. Pardon.
Pour en revenir à ce que je disais sur le papier, se coller aux enceintes, ça fait mal aux entendants. 'peux pas dire point de vue personnel. Je cours vers les baffles et y colle mon oreille droite en me contorsionnant par dessus les équipements électroniques – sous le regard stupéfait des deux pégus à coté – avant de revenir vers Alix. C'était la minutes intéressante de la journée, merci d'avoir joué avec nous, et à la semaine prochaine !
Bref.
Je décide d'écrire un roman à Alix, pour lui expliquer un peu pourquoi je regarde la scène et les gens avec l'air de quelqu'un qui va se faire tuer dans les deux minutes, et accessoirement pour m'informer de sa petite santé et tout ça. Pour être vraiment franc, communiquer je suis pas très bon sport là., j'arrive pas à faire de vraie conversation, faudrait qu'Alix ait conscience de ce fait là, ça m'aiderait.

« Je suis paumé. Tu m'entends si je parle ? Je suis vraiment désolé tout à l'heure de t'avoir envoyé chier de pas t'avoir accordé d'attention. J'arrive pas à parler avec plusieurs personne en même temps. J'aime bien ta tunique. » Je fais beaucoup de pause en écrivant, tellement je sais pas quoi dire ni comment le dire. Alors finalement j'ai rien dit.
Finalement j'ai tendu mon papier à Alix, j'ai attendu qu'il lise tout et j'me suis fourré la tête sur son épaule, parce que j'ai bien envie de le connaître mais je sais pas bien comment faire.
Revenir en haut Aller en bas
Alix Craft
Préfet de Serdaigle, 5 ème année
Préfet de Serdaigle, 5 ème année
avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 19/01/2010

MessageSujet: Re: Le grand concert de rock !   Dim 25 Avr - 20:24:49

Alix ne comprit pas vraiment ce qu'il se passait, il se retrouva avec un bout de papier entre les doigts qui parlait d'expérience et d'enceintes. le jeune sorcier en oublia d'être fâché sur le coup, demeurant interdit et raisonnablement inquiet quant à la santé mentale du garçon en tutu. Ses yeux dorés se posèrent sur lui jusqu'à ce qu'il disparaisse de sa vue faire on ne sait quoi en rapport avec les enceintes, les expériences et les tutus ainsi que le "pardon" qui semblait demander à Alix de l'excuser. Oui mais pourquoi? Pour la façon dont Jack l'avait traité ou pour partir à cause d'une femme enceinte? QUOI il avait mis une femme enceinte? C'était à devenir fou et cette musique qui lui cassait les oreilles! Le groupe qui passait était composé d'amateurs, ceux-ci jouaient plutôt bien et le chanteur était assez mignon dans son genre mais le moral du Serdaigle était totalement brisé par l'énigmatique comportement de celui qui l'avait invité. D'un côté le Bleu et Bronze se disait que Jack ne lui appartenait pas, mais de l'autre c'était lui qui avait proposé cette sortie donc bon... L'éclat de son regard se fit plus vif, jalousant légèrement-et même un peu plus- cet imbécile de Samuel qui semblait s'amuser comme un petit fou ainsi que les autres; était-il vraiment le seul à s'ennuyer de cette façon? Alix se sentait décalé en rapport à ceux qui venaient lui sautiller jusque sur les pieds, le bousculant de toutes parts et forçant le fragile mannequin à se mettre à l'abri, dos contre le mur. Celui-ci semblait bientôt prêt à se briser, encore affaibli par les tortures de l'année dernière... Et celle-ci, aussi, cette insupportable solitude!

Le Poufsouffle semblât avoir entendu son message d'âme car il réapparu comme par magie-c'était le cas de le dire- à ses côtés. Eux seuls ne dansaient pas, bien que tout s'agite autour d'eux, le monde semblait quand même s'être arrêté de tourner. Alix attrapa la feuille de papier pour lire et secoua négativement la tête, non il n'entendait absolument rien dans tout ce bruit; d'autant plus que Jack n'avait pas un timbre de voix très fort et ne savait sûrement pas crier puisqu'autour de lui le silence devait régner en maître! Un instant les deux garçons s'observèrent puis le Jaune et Noir plongea la tête la première contre l'épaule de son cadet. Étonné et rougissant à la fois car il venait de lire la fin qui disait "j'aime bien ta tunique" le métisse sentit sa petite contrariété fondre comme neige au soleil, tandis que la culpabilité naissait comme nouveau glacier dans l'océan de son coeur qui chavirait. Il s'en voulait énormément d'avoir pensé que Jack le délaissait alors que ce dernier ne pouvait juste pas assurer une conversation à trois! Mais quel idiot!!!

Alix ne savait pas comment réagir à une telle marque d'affection après l'oubli, il ne comprenait pas combien un sourd pouvait souffrir de solitude dans un tel endroit... Normal jamais le Serdaigle ne l'avait vécu. Pourtant au bout un moment, ses mains se refermèrent délicatement sur la taille de son aîné, hésitant sur la marche à suivre. Il lui semblait être seul tout à coup, seul avec Jack, donc pas tout à fait isolé mais quand même... Quelque chose clochait, ce monde qui allait trop vite pour eux... Qui sautillait partout, ces paroles qui lui faisaient mal à la tête! Sans trop savoir pourquoi ni comment, le sorcier lâcha les hanches de son comparse à tutu puis lui prit le bras vers un endroit où il y avait nettement moins de monde mais aussi où la musique était bien moins forte! Les deux garçons traversèrent ainsi la place bondée de part en part, Alix fendant courageusement la foule pour deux semblait volontairement s'éloigner; de là il avait une vue imprenable sur tout le monde... Lenny, Samuel, Le prof, Luna et son poufsouffle, la vélane et même son amie -qui ne s'était pas approché de sa personne bizarrement- avec son mignon petit copain sur qui le Serdaigle avait louché par le passé.

Maintenant Alix n'entendait presque plus rien à part un son plus aigu qui venait parfois percuter ses oreilles; pourtant ils n'étaient pas si loin que ça non plus... Vu que c'était un groupe d'amateurs sans doute que la sonorisation n'était pas excellente, même avec la magie... Bon et bien tant mieux alors! Le jeune sorcier regarda tous ceux qui s'étaient attroupés pour tenter de voir le chanteur et ses compères ainsi que d'avoir une chance d'entendre la voix assez bonne mais visiblement pas suffisamment forte du groupe, lequel portait d'ailleurs un nom étrange au goût du Serdaigle. Empoignant le bras de son camarade il fit un tour sur lui-même puis se ramena d'un pas gracieux vers lui; inculquant un certain rythme de danse à ce dernier. Bien que n'ayant pas fait de cours, Alix s'aidait de son apprentissage de modèle pour avoir un certain maintien, il s'appliquait, ne souhaitant pas faire honte à son cavalier. D'ici Jack pouvait deviner vu la distance qu'il n'entendait plus la musique... Mais qu'importe le jeune sorcier s'en fichait, au contraire il était heureux d'être à égalité avec Jack maintenant, surtout que...


-On peut se parler maintenant. On danse?!

Imaginant comme il le pouvait une mélodie qui lui plaisait, Alix fit un autre tour sur lui-même, improvisant quelques pas et invitant le garçon en tutu à faire de même. Si on les regardait comme des fous tant pis, lui s'en fichait car le Poufsouffle avait été le seul à part Calypso à lui démontrer de l'intérêt, à prendre la peine de le regarder. Pas qu'il soit narcissique mais bon, personne n'avait eut d'affection pour lui, pas même sa famille ou sa soeur, des fois c'était très dur.
Revenir en haut Aller en bas
Jack Field
Poufsouffle, 6 ème Année
Poufsouffle, 6 ème Année
avatar

Messages : 56
Date d'inscription : 25/02/2010
Age : 25

MessageSujet: Re: Le grand concert de rock !   Lun 26 Avr - 19:34:48

Il m'éloigna de la foule, et je le laissais docilement faire. Il y avait trop de bruit pour qu'il écoute ma voix ici. On se retrouva relativement éloigné, et je fut surpris que le son porte aussi peu loin. C'est mal branlé quand même ce truc là, le bruit.
Et puis d'un coup il s'est mis à faire quelque chose de super bizarre ! Il a prit ma main, et a tourné sur lui même ! Non mais j'veux dire, les trucs bizarres normalement c'est moi qui les fait, alors j'suis surpris quoi. Bon, on peut pas dire que ça soit moche hein, c'était plutôt gracieux comme mouvement, mais je m'y attendais pas... Ça doit symboliser un truc je pense. Et puis il m'a expliqué – vu que je suis trop con pour comprendre – c'était de la danse. Si j'avais pu, j'aurais bien poussé une exclamation de surprise, mais comme je sais pas faire j'ai préféré fermé ma gueule. Ouais j'ai déjà dansé, mais le pogo, c'est simple et accessible. Sinon j'ai déjà vu des ballerines à la télé, mais le coup de tournicoter sur soi même je connaissais pas. Ça a l'air sympa cela dit, mais ça m'empêche pas de regarder Alix comme si il m'avait montré une créature inconnue et terrifiante, avec plein de pattes et des tentacules autour de la gueule.

- Je connais pas ça moi.

Notez que c'est pas spécialement spécifique à la surdité cette méconnaissance de la danse, je connais un sourd qui danse, mais lui il entend un peu les basses apparemment. J'suis pas aidé, alors je continue de regarder Alix façon carpe stupéfaite – ça a des gros yeux les carpes. Pas question de rester sur un échec à cause d'une bête ignorance, je décide de faire une des seules danse que je connais : Le slow. Bon c'est moins remuant, mais tu m'excuseras de pas arriver à me caler sur un rythme, j'manque d'habitude, faudrait que je m'entraine, avec un métronome qui bouge par exemple, ou même des doigts. J'ai peur que si je me mette à tournicoter aussi, il me trouve vachement con.
Je lui prends les bras – oui ça fait un peu marionnette, maintenant que tu le dis – et les pose sur mes épaules, avant de caler mes mains sur ses hanches et de... bah je sais pas quoi faire moi après.

- Au secours.

Non mais sérieux, c'est un coup à se tuer. Mes mains se crispent vainement sur ses hanches tandis que je cherche désespérément ce qu'il faut faire après. Bon, déjà, on peut m'accuser de détournement de mineur, ça serait un bon début, ou alors on accuse Alix de gérontophilie (plus logique, il fait rien que de me tripoter). Non mais je vous jure que je fais des efforts, mais là on est dans quelque chose qui me dépasse à un niveau cosmique. Oui bon, je suis censé bouger les hanches, mais... je comprends pas. Il doit se passer quelque chose de super si je remue lentement en tournant sur moi même ? Bon je vous le re-dit : Au secours. Ça me rappelle quand ma grand mère m'avait appris mon nom pour la première fois, elle avait écrit J.A.C.K sur un bout de papier en essayant de désespérément de m'expliquer par gestes que ces gribouillis là, ça me désignait moi. Ça m'a tellement marqué que je m'en souviens encore, pourtant ça remonte à loin. Ouais je sais c'est triste dit comme ça, mais je vous jure que je le vis pas mal en temps normal, j'ai un peu l'habitude faut dire. Passons à la parlote.

- T'es quand même méga gentil de te cogner un sourd, ça va te jouer des tours un jour d'être gentil comme ça.

Puis je regarde une petite brindille par terre, puis la bouche d'Alix – non c'est pas sexuel c'est pour voir si il cause. Ensuite, j'approche la mienne de la sienne – oui là ça devient plus connoté – et je la fait rentrer en contact en priant tous les dieux que je connais et que je connais pas qu'il ouvre lui aussi la bouche et que nos langues entres en contact et que ça devienne bien.
GENRE VOUS VOUS Y ATTENDIEZ PAS VU COMME C'EST PARTI DEPUIS LE DEBUT !
... Non mais sérieux, priez aussi pour que je me pète pas un gros vent.
Revenir en haut Aller en bas
Alix Craft
Préfet de Serdaigle, 5 ème année
Préfet de Serdaigle, 5 ème année
avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 19/01/2010

MessageSujet: Re: Le grand concert de rock !   Lun 26 Avr - 21:00:40

-Et alors, tu crois que moi je connais? Ça s'invente!

Il rit devant l'air déconfit qu'abordait le jeune homme au tutu... Ce n'était pas méchant mais vu sa tête et la tenue, c'était impossible de se retenir. Finalement Jack se lança aussi dans la valse, tant mieux car Alix commençait à se sentir un peu bête. Il se dit même qu'il allait se prendre une gifle dans la figure-ou plutôt un poing car c'est plus viril et que Jack l'était.- pour avoir osé faire cela! Sur le coup, spontané, entraîné par l'originalité de son interlocuteur Alix avait voulu se risquer à faire quelque chose d'un peu extravagant lui aussi, juste par plaisir mais comme souvent, son élan avait semblé être coupé, mais il ne fut pas réprimé, au contraire! Son aîné posa ses mains sur ses hanches après avoir prit celles du Serdaigle pour les poser sur ses épaules. Un peu gêné, le jeune sorcier se laissa faire malgré lui, ce rythme plus doux, plus rapproché lui laissait plus de temps-trop même- pour regarder le Poufsouffle qui était si gentil avec lui, si prévenant, répondant à ses maladresses avec tolérances et semblant touché par ses attentions, lesquelles avaient plutôt le chic pour énerver les gens d'habitude. Alix sourit lorsque son interlocuteur dit "au secours", c'était un peu ce que lui aussi pensait, ignorant tout à fait l'art et la manière de danser un slow... Réussissant juste à éviter la catastrophe, soit marcher sur les pieds de son cavalier.

Que les gens les regardent, que ses mains se crispent à lui en causer des douleurs et que le rouge parvienne à colorer ses joues mates, peu importe... Alix était heureux malgré la confusion qui régnait en lui, ainsi que la douleur intense du au bonheur de se sentir enfin accepté par quelqu'un... Qui plus est un beau jeune homme. Dommage que ce dernier si viril aime sûrement les filles avec la chance qu'il avait. Attendez... C'était quoi cette chose qui s'était posée sur ses lèvres? Comme un papillon hésitant qui avait peur d'être happé par une fleur carnivore; un baiser volé, pas très sage puisque cela se faisait après la deuxième rencontre. Quoi? La chance du mannequin continuait? Après avoir trouvé quelqu'un qui l'acceptait aussi bien que Calypso, il se trouvait que ce beau garçon tout droit sorti des contes de fées l'embrasse... Wah... Euh comment réagir?

Le métamorphomage avait déjà embrassé un garçon une fois, un Gryffondor de deux ans son aîné mais c'était juste pour provoquer sa soeur... Ou le destin tout simplement, goûter. Là il y avait plus, il y avait de l'affection, du plaisir. Timidement le jeune sorcier passa ses doigts fins derrière la nuque du Jaune et Noir et exerça une pression douce mais un peu plus ferme sur son épaule, passant d'ailleurs son bras derrière son cou... Il entrouvrit les lèvres et ferma les yeux, savourant cette douceur dont on l'avait privé depuis son plus jeune âge. Son corps frêle habitué aux tortures frissonnait. Que cette scène soit clichée, digne des mauvais romans à l'eau de rose il s'en fichait, c'était tellement agréable. Lorsqu'il rouvrit ses yeux, son don visiblement d'accord avec lui avait coloré ses yeux d'habitude dorés, ceux-ci étaient désormais d'un bleu intense et limpide contrastant harmonieusement avec sa peau mate. Ayant senti la vague de chaleur caractéristique de son changement d'ADN passer au niveau de ses yeux, le jeune mannequin sourit puis les pointa du doigt.

-Quelle couleur ont-ils pris cette fois?


Il espérait que ce n'était pas rose... la honte sinon! Reprenant la phrase précédent de son nouvel ami, le jeune sorcier se décolla de lui mais tenant toujours ses mains-quoique la droite était moins ferme, glissant à cause de ses difficultés sur les phalanges de son aîné.- il répondit simplement.


-Elle m'a déjà joué des tours, mais ça valait le coup... Pour trouver quelqu'un comme toi, ça valait le coup.


Dégageant une mèche de ses cheveux mi long qui s'échappait de sa queue de cheval nouée en catogan Alix décida toutefois que ça devenait un peu trop mièvre... Ils devaient avoir l'air de deux extraterrestres maintenant, surtout Jack avec son tutu, mais qu'importe, Alix se fichait de tout ça, sa différence lui avait déjà causé des problèmes. Aujourd'hui quelqu'un l'appréciait comme il l'était alors tant pis... Oui vraiment! Ils étaient deux maintenant.


-Que veux-tu faire maintenant? Dis... Tu m'apprendras à parler avec les doigts?

Alix le regarda, il savait parfaitement attendrir les photographes avec un tel sourire et ne se priva pas d'en user avec Jack; histoire de lui faire dire oui mais aussi parce qu'il était très heureux aujourd'hui! Mais du coup là, fallait-il retourner au concert? Le Serdaigle ne savait pas trop à vrai dire; peut-être qu'un professeur allait les gronder s'ils étaient là? Hum... La buvette était peut-être un peu plus tranquille?


-Tu veux boire quelque chose?

Malgré son excitation, le préfet des Bleus et Bronzes essayait de ne pas aller plus vite que la musique, sachant que sa spontanéité lui causait parfois de gros ennuis; non mieux valait laisser les choses se faire et ne plus se poser de questions pour une fois; juste profiter de l'instant. Ses lèvres se posèrent rapidement sur celles de Jack histoire de s'assurer encore une fois que tout ceci était vrai, il se concentra ensuite, ferma les yeux et les rouvrit, de nouveaux dorés, ces derniers indiquaient que le Métamorphomage se calmait, il faisait beaucoup d'efforts pour car ne s'était pas attendu à un tel événement. Pour un ado de son âge c'était une étape importante; celle-ci au moins avait été franchi avec un joli succès, c'était bien la première fois vu tous les ratés qu'avaient connu sa vie.

-Il y a trop de monde ici, je n'aime pas la foule, j'ai toujours peur d'être happé comme une petite brindille, elle me fait peur. Et toi? Tu t'y retrouves dans tout ça?

Osait-on bousculer quelqu'un de fort comme Jack? Alix en doutait, il ne parlait pas du bruit là mais du touché, de cette sensation de contact qu'il détestait avec les autres... Pas qu'il soit précieux-enfin si un peu quand même mais juste ce qu'il faut ^^- mais bon c'était surtout son vécu, son histoire qui le rendait méfiant vis-à-vis du monde... Mais le Poufsouffle était différent, c'était un sourd involontaire qui dialoguait avec un muet forcé, qu'on avait toujours obligé à étouffer sa personnalité et taire ses pensées, désirs... Il ne sut qu'ajouter de plus, attendant simplement une réaction de Jack; peut-être que ce dernier arriverait à faire bouger les choses ou bien allait lui dire ce que tout cela signifiait. Alix était-il sensé être son petit ami maintenant? Sans expérience, le métisse l'ignorait mais il espérait que ça signifiait quelque chose pour le septième année, et que ce n'était pas juste sur un coup de tête, ce serait une grande déception pour le Serdaigle romantique. Calypso qui l'était tout autant serait folle de jalousie si il lui racontait comment ce beau jeune homme l'avait embrassé loin de la foule, dans le silence le plus total après leur deuxième rencontre... Dont la première avait d'ailleurs été des plus belles au milieu des étoiles et des ombres chinoises dont Alix s'était servi pour communiquer avant de s'endormir contre Jack dehors, oui décidément, c'était une magnifique rencontre, sans ratages, même celui du Poufsouffle qui avait voulu le porter jusqu'à son lit mais était tombé à terre, égratignant sa "princesse" du même coup. Tout ça avait son charme et Alix espérait bien que ça continue même s'il ne serait pas contre un peu d'action après ce doux slow.
Revenir en haut Aller en bas
Jack Field
Poufsouffle, 6 ème Année
Poufsouffle, 6 ème Année
avatar

Messages : 56
Date d'inscription : 25/02/2010
Age : 25

MessageSujet: Re: Le grand concert de rock !   Jeu 29 Avr - 14:31:47

[HJ : Désolé pour hier mon ordi est une vraie épave. :/]

Bon, toi, tu pourrais dire que c'est trop niais cette scène où Alix et moi, on s'embrasse sous un arbre après que je lui ai dit qu'il était gentil, tu pourrais même rajouter que ça manque de cul et que notre affaire là, ça va se vautrer dans la merde d'ici deux semaines. J'te répondrai que toi, tu fais partie de cette catégorie de connards cyniques dont l'activité la plus palpitante de la journée a été de critiquer mentalement les gens dans le métro pour le raconter ensuite dans ton journal intime et que ton avis, tu peux te le coller là où le soleil ne brille jamais. Effectivement, ça serait très bête de parler de chose comme amour ou confiance réciproque à ce stade du jeu, mais disons que je verrais plus tard, j'suis plus dans optique de tenter l'affaire là. Je fais partie de ces gens qui pensent que parler trop longtemps à une conquête éventuelle amène inévitablement celle ci à devenir ton meilleur pote, et que trop connaître quelqu'un d'entrée de jeu conduit forcément à la frigidité et à la répulsion.
Mais c'est pas très romantique dit comme ça.
Donc bon bref, on s'embrasse pendant un moment, et je comprends tout à fait qu'un tas de poètes et d'écrivains se soient casser la nénette à décrire cette sensation là : C'est chouette. Je ne bouge pas mes mains de ses hanches, parce que je suis concentré sur autre chose, mais elles resserrent un peu leur prise. J'avais un peu mal à la nuque à la fin, parce qu'Alix est plus petit que moi, mais sinon rien à signaler, c'est un premier baiser digne des Sims.

- Bleu.

Oui, je l'avais noté sa couleur d'yeux précédente, je note tout ce qui a trait au physique - pas par maniaquerie, mais parce qu'un sourd fonctionne comme ça. Pourquoi il a les yeux bleus ? Ils étaient plus originaux avant ! J'sens qu'il y a de la magie là dessous, mais j'en utilise tellement peu que ça m'échappe. C'est comme la parole, ça nécessiterait une longue question tortueuse, avec une subordonnée relative concernant ma méconnaissance du Pays des Merveilles qu'est le monde de la magie, où je ne serait même pas surpris de croiser un chat souriant de façon malsaine.
Laissons tomber, question suivante je vous pris.

- Je peux pas t'apprendre ça comme ça. Il faut - je reprends ma respiration n'importe comment parce que c'est long, je suis donc un cake - des cours. Beaucoup. Mais je peux te donner un nom. Et c'est pas avec les doigts. Mais les bras et le visage aussi.

Long, trop long, je vais finir par m'étouffer. Franchement, quand je parle, c'est pas sexy. J'ai demandé à ma mamie quel effet ça faisait de m'entendre parler, elle m'a répondu avec franchise que j'avais une voix aussi sexy qu'un GPS (bon, elle l'a pas formulé exactement comme ça, mais tu vois l'idée). En fait, le problème, c'est que c'est pas... vivant, humain. Ça se voit pas à l'écrit mais c'est pas très bien prononcé non plus, je suppose. J'en sais rien en fait, et c'est là le problème.
Je sors le calepin, finir à l'écrit ce que j'ai à dire.

- « Avec les doigts c'est juste l'alphabet, pour épeler les prénoms, mais je t'ai vu parler en langage des signes au début ! Tu en connais un peu ou c'était les deux seules phrases que tu connaissais ? Sinon apprendre toute la langue... C'est beaucoup d'heures. »

Je suppose que sa volonté d'apprendre est due à l'ignorance du boulot que ça représente, mais c'est gentil quand même. Il est tout jeune et tout plein d'énergie, sans manger de Nutella en plus. D'ailleurs je lui ai trouvé un nom en langage des signes, en passant, j'lui dirais si il demande (c'est jamais des noms super poétiques hein, cherche pas).

- « Nan, pas spécialement soif. »

J'ai pas tilté le sous-entendu sur « est ce qu'on se rapproche de la buvette ou pas ? », je suis pas si subtil. J'allume par contre une cigarette, les instants de bonheur ça donne envie d'une clope. Il m'a fait un autre bisou aussi, c'est chou, j'aime bien.
Et là Alix me parle de ses angoisses sur la foule. Aaaah, c'est ça ! Je le rapproche de moi, le calepin dans la main droite, obligé de parler vu la position. Il a sans doute peur que je me casse en courant après lui avoir vilement volé sa virginité buccale, sans doute ?

- Non. Ça me dérange pas. Je suis un peu violent aussi il faut dire, alors je me laisse pas happer. Hors de question.

J'arrive pas à m'expliquer, ça m'énerve ! C'est prodigieux comme ça m'énerve !

- Enfin on peut aller à la buvette, rester là ou se casser. Le prof il s'en fout il est beurré comme un Petit Lu. Petite pause de reconcentration. Comment tu changes la couleur de tes yeux ?
Revenir en haut Aller en bas
Alix Craft
Préfet de Serdaigle, 5 ème année
Préfet de Serdaigle, 5 ème année
avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 19/01/2010

MessageSujet: Re: Le grand concert de rock !   Jeu 29 Avr - 19:23:57

Bleu, ça allait, en général c'était bon signe cette couleur. En effet, on voyait rarement un bleu moche. Il y avait le vert caca d'oie, le rouge fadasse; mais bon plus foncé ou plus clair, en général la teinte des cieux n'était jamais laide, pas même lorsque ceux-ci se fardaient d'un gris tristounet, ce qui de toutes manières étonnerait Alix qui se sentait si heureux en cet instant. Le jeune mannequin ne manqua pas le regard avide de Jack qui se posa sur lui lorsqu'il remit tout en ordre, redonnant à ses prunelles leur couleur originelle si original. Un sourire taquin fleura ses lèvres comme si le garçon voulait garder le secret quelques instants encore. Un moment de calme passa, c'était bien comme ça, tant pis s'ils ne parlaient pas, ce n'était pas nécessaire pour se sentir en bonne compagnie. Alix était heureux finalement que le poufsouffle n'ait pas évoqué ce baiser, on éloignait un peu la mièvrerie là et ainsi, bien que l'impatience soit présente en lui, l'adolescent était sûr de voir les choses se faire naturellement, comme cela devait se passer. Autant dire que si ça se terminait ainsi, le préfet en serait très malheureux mais bon, pour l'instant, inutile de se ronger les ongles; il suffisait de penser au moment présent, luxe rare que le mannequin n'avait pas pu utiliser l'année dernière ou même dans sa vie entière pour profiter de l'insouciance que l'on est sensé avoir à cet âge.

-J'ai des petites connaissances

Quand on est gosse, on apprend tout et n'importe quoi à une vitesse incroyable. Alix avait retenu quelques signes que son cousin sourd lui avait enseigné en quelques repas de réception. Peut-être à cause du besoin vital de communiquer? Toujours est-il que le jeune sorcier avait apprit tout cela à une rapidité assez effarante. De même, il était surpris de se rappeler petit à petit de certains gestes; sans doute parce que ces moments avaient comptés parmi les plus heureux de sa vie qu'il n'avait pas oublié. Cependant le Serdaigle ne se souvenait pas de tout non plus, n'exagérons pas, il ne savait d'ailleurs pas que cela fonctionnait avec les bras et le visage, que les mimiques entraient en jeu. Cependant le défi en valait la chandelle et quelque soit la réponse de Jack, le garçon se promit d'apprendre le langage des signes à ses heures perdues, avec un prof ce serait mieux mais même sans il trouverait bien un ouvrage pour pratiquer. Après tout il adorait étudier et faire une surprise du genre à son nouvel ami lui plairait grandement.

-Mais je n'ai pas mal oublié c'est vrai. Enfin, comme tu veux, je comprends que cela puisse aussi être harassant pour toi.

Oui, toujours répéter les mêmes gestes avec une lenteur exaspérante alors que ceci était si naturelle pour lui. Cependant le Poufsouffle avait bien réussi à parler, lui il voulait parvenir à esquisser les signes même les plus élémentaires pour connaître le langage des signes. C'était décidé, le bleu et bronze était de toutes manières beaucoup trop tentés pour annuler ce projet; ne lui restait plus qu'à se trouver des plages horaires parmi tout son planning de révisions-qui avait déjà commencé depuis les premiers cours- et il s'y mettrait. Pour le résultat, on verra bien, et aussi pour le temps que ça prendrait. Voilà.


-Vraiment? Oh oui, je me souviens que mon cousin m'avait dit cela aussi-fit-il en se penchant légèrement pour lire ce que Jack avait fini par écrire sur son calepin.- mais je ne sais plus quel nom il m'avait donné. Toi tu me donnerais quoi?

Il sourit, amusé à l'idée d'imaginer un surnom pour sa personne. Alix était assez curieux de savoir ce qui le qualifiait le plus, qui était représentatif de sa personnalité. Oh ça ne devait pas être bien méchant puisque le jaune et noir avait l'air de l'apprécier. Décidé à rester ici, pour montrer sa réponse en silence à Jack; l'adolescent s'assit sur un banc qui se trouvait justement être sous cet arbre où ils avaient échangé leur baiser... Finalement le mannequin n'avait pas très soif et ne se sentait pas tellement de fendre la foule pour aller chercher un verre de chocolat chaud-sans sucre bien sûr- alors tant mieux si Jack se fichait de retourner au concert ou pas. Alix était bien ici avec lui, tant pis pour la musique
.

Le métisse sourit aux paroles de son nouvel ami en se rappelant, comment il avait effectivement chassé Kain du regard, et aussi la volonté qui émanait du corps du Septième année. Déjà son statut de "grand" en tant qu'élève de dernière année à Poudlard devait le protéger un peu de cet inconvénient d'être transparent dans la foule au point de se faire écrabouiller sans jamais avoir le droit à un pardon mais il se dégageait aussi un certain charisme de sa personne... Enfin, c'était plus visible avec son costume noir avec cravate lors de leur première rencontre qu'avec un tutu sur les hanches mais bon. Quand même, quand on voyait avec quelle véhémence il avait fait marcher ses affaires en vitesse tout à l'heure avec le gobelin, on comprenait rapidement qu'il ne valait mieux pas embêter Jack, et ça c'était sans compter le souvenir qu'avait Alix du Poufsouffle ensanglanté dans l'herbe qui n'avait fait que dire que ce n'était pas raisonnable d'aller à la bibliothèque couvert de sang, comme si ça ne lui faisait rien d'avoir mal, qu'il savait pertinemment comment se moquer de la souffrance en personne. C'était un grand gaillard viril ça. Un homme, un vrai .

-C'est quoi un petit lu?


Forcément, quand on est sorcier sang pur, on ne connait pas les marques de biscuits moldus. Du coup le Serdaigle trouvait ça un peu étrange comme expression; il ne savait même pas qu'un petit lu était un gâteau, imaginant que c'était une personne des histoires moldus qui était toujours soûl, comme on disait parfois le père Hector ect, et bien là c'était l'histoire du petit lu, un bonhomme trapu toujours soûl comme tout... Arf comme quoi, deux mondes les séparaient.

-Je ne connais pas trop les choses moldues
-finit-il par dire tout gêné avant de répondre à la question de Jack, à la fois confus et fier de ce que son don pouvait lui permettre.- Je suis métamorphomage, c'est pour ça. Je m'en suis servi l'année dernière- le sorcier repensa avec une petite bouffée de contentement à tous les actes de résistance menés avec Calypso, aidés de son don qui le transformait en "Alice", une adolescente métissée aux très long cheveux châtains que personne ne connaissait, évidemment puisqu'elle n'existait dans aucun registre. - le jour de la rentrée, mes cheveux et mes yeux ont viré au rose quand je suis allé sur le tabouret pour mettre le choixpeau tellement j'étais intimidé. Ça fonctionne avec les émotions, même quand on sait plus ou moins contrôler.

Alix se concentra ensuite, il essaya de se rappeler des bases du langage des signes, et ne put que vaguement demander à Jack pourquoi il portait ce tutu, sans savoir dire ce dernier mot bien sûr qui était bien trop spécifique pour lui. Un sourire malicieux bordant ses lèvres le métisse désigna le bout de tissu:

"Pourquoi avoir tu ça sur toi?"

Il essaya d'y mettre du sien pour faire fonctionner son visage avec mais c'était dur de tout superposer, non franchement, malgré ses vagues souvenirs le préfet n'était pas trop au point sur ça, pourtant il s'entêta.


"Tu vivre et grandir dans les deux mondes toi?"

Alix parlait évidemment du monde moldu et sorcier.
Revenir en haut Aller en bas
Jack Field
Poufsouffle, 6 ème Année
Poufsouffle, 6 ème Année
avatar

Messages : 56
Date d'inscription : 25/02/2010
Age : 25

MessageSujet: Re: Le grand concert de rock !   Lun 3 Mai - 17:26:47

Il me demande le nom, je lui signe, mais il risque d'être déçu : Ça se base pas du tout sur la personnalité ou des trucs comme ça, mais sur le physique. Je mets mes mains face l'une à l'autre à hauteur d'yeux comme si j'allais prendre un poteau électrique, et je fais deux belles lignes parallèles avec mes mains ouvertes paume face à paume. C'est parce qu'il est maigre, c'est censé donner une représentation exagéré de sa silhouette. Effectivement, ça casse pas trois pattes à un canard, mais on fait comme on peut figurez vous.
S'en suit une autre question, et c'est là que je comprends qu'Alix est un sorcier vraiment sorcier avec des parents sorciers, et même son chien il est sorcier. Pas comme si c'était important cela dit.

- C'est un gâteau au beurre. Ça fait un jeu de mot.

Toujours obligé de leur apprendre à ces jeunes. D'ailleurs faudrait que je lui demande son âge, en passant, comme ça, histoire de savoir si je reste dans le légal ou pas. Enfin il est pas en dessous de seize ans, on peut pas être mignon comme ça, avoir autant conscience de sa propre image et mettre les vêtements en conséquence quand on a quatorze ans, et je me trompe rarement sur ce genre de truc.
Et donc je continuais tranquillement à m'extasier sur le corps fin et souple d'Alix – par opposé au miens qui est plutôt sec et nerveux – quand soudain il m'expliqua (très mal) ce qu'était un métamorphomage. Oui je sais, le ressort dramatique, il est pas flagrant, le mot « soudain » est pas très justifié dans le contexte, sauf quand on est moi et qu'on visualise pas bien ce que c'est, un métamorphomage. Disons que c'est le bordel inversé des Petit Lu : Je ne suis pas pétrit de culture sorcière, la magie ne m'est généralement pas accessible, alors des trucs pointus comme ça, tu penses bien que ça m'est allègrement passé au dessus de la tête. J'ai pris un air d'élève éclairé par l'illumination divine, et c'est passé comme dans du beurre – je voulais pas avoir l'air con quand même. J'ai eu la tentation de lui raconter ma propre répartition, mais j'ai peur de l'emmerde – j'ai pas la causette facile quand même – alors je renonce. J'ai quand même capter que son pouvoir, c'est de changer des trucs de son corps, ça ouvre quand même des perspectives intéressantes sur certains aspects, mais je préfère pas m'attarder là dessus.
Et après m'avoir affirmer de toute son âme – bon quand même pas – qu'il parlait pas le langage des signes, il me sort une phrase presque compréhensible. Pourquoi j'ai mis un tutu...

- Sans raison spéciale.

Oui je sais, c'est vachement profond quand je cause on s'y perdrait presque. Le tutu, il avait pas de fonction esthétique particulière, et si j'avais pas embrassé Alix y a pas trente seconde, je lui aurais monté un char sur une religion inventée, ou une association en faveur des trasnexuelles sourds dont le principal signe de reconnaissance est le tutu.

- Le monde sorcier ne m'est pas très. Je réfléchis au terme propice, mais sans point de suspension. Je sais pas les prononcer à l'oral, faire trainer légèrement sa voix en fin de phrase et tout. Trop compliqué. Accessible. Du coup je connais mieux le monde moldu oui.

C'est toujours délicat de parler de ces choses là, tu hésites entre larmoyer et passer sous silence. Pas évident. Enfin ma vie ne tourne pas que autour de mes oreilles merde ! Du coup je prends Alix dans mes bras (comme je suis gentil !) et je fourra ma tête dans son cou, du coup je vois plus ses lèvres. Je lui dit quelque chose de pas fort à l'oreille, paraît que c'est sexy (ça t'étonnera qu'à moitié si je te dis que j'en sais rien). Pour vous dire la vérité, je suis pas très expérimenté sur les choses du couple et tout ça, ce qui explique que j'y aille pas par quatre chemins :

- Il faut se cacher sinon ? Les copines pas bien funky sur le sujet du gay en milieu scolaire par exemple ?

Puis je me remets bien face à lui (bah oui, sinon je sais pas ce qu'il bave moi). L'idée de m'afficher avec Alix à Poudlard – le lieu le moins excentrique du monde -, ça me donne des frissons d'excitation dans le dos rien que d'y penser, mais c'est du détail ça. Effectivement, ce point de vue sur la chose manque de romantisme, mais tu m'excuseras de pas encore parler d'amour fou, ça viendra peut être. Si je finis mes haricots verts, peut être que j'aurais le droit au dessert. C'est vrai que je l'ai embrassé là, entre la poire et le fromage (ça parle pas mal bouffe ici quand même), et qu'on s'est pas spécialement attardé sur la question mais... Il est quand même vachement jeune. On a que trois ans de différence, mais c'est trois ans qui comptent. Regarde moi, je suis même pas puceau, lui oui, sans doute, et j'pense que sa priorité principale actuelle c'est pas de perdre sa fleur. Enfin moi à son âge j'étais obnubilé par le truc, mais c'est spécial (pas tellement de part d'un garçon, si on y pense).

- Qui était le blond ?

Oui, je fatigue sur la causette.
Revenir en haut Aller en bas
Alix Craft
Préfet de Serdaigle, 5 ème année
Préfet de Serdaigle, 5 ème année
avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 19/01/2010

MessageSujet: Re: Le grand concert de rock !   Ven 14 Mai - 18:33:00

-Oh

Fit Alix, histoire de ne pas avoir l'air trop bête, prenant un air inspiré alors qu'il n'avait pas vraiment compris le jeu de mots. Sur le coup c'est vrai; le jeune sorcier n'avait pas pensé à l'évidence... Il faut dire que son cerveau était un peu anesthésié par tout ce qui se passait. Ses yeux dorés regardaient la foule qui pouvait aussi les apercevoir, si tenté que ces deux garçons près d'un banc soient plus intéressant que la musique, ce qui n'était certainement pas le cas. Toutefois, Alix savait que certains avaient pu voir leur échange, sans compter qu'on se doutait un peu de la tournure des choses en le voyant lui, mannequin très efféminé et Jack affublé d'un tutu; les préjugés avaient la vie dure! Et pour une fois impliquaient une vérité qui enchantait et terrifiait le Serdaigle, les deux à la fois. Inconsciemment le métisse se rappelait du sort que lui avait réservé sa soeur en le découvrant avec quelqu'un du même sexe que lui, sans compter les Carrow qui avaient tant dénigré ce "petit problème d'hormones", ceux-ci avaient beau être des monstres, parfois Alix ne pouvait s'empêcher de penser qu'ils n'avaient pas tout à fait tort, la nature avait crée l'Homme pour qu'il aille avec la femme, non? Au fond le sorcier ne savait pas vraiment; Jack était quelqu'un de bien et était pourtant attiré par la gent masculine, et cela ne faisait pas de lui un dégénéré; c'était donc dans ces deux sens, ce lourd dilemme que l'esprit du préfet voguait. Sa main attrapa celle du Poufsouffle comme s'il avait besoin de réconfort pour faire face à son douloureux passé. Ses tendances homosexuelles avaient en grande partie engendrés ses problèmes, pas tous certes, son esprit rebelle et trop noble pour les membres de sa famille avaient leur part de culpabilité mais ses manières efféminés peut-être encore plus; Alix se rappelait que tout avait empiré vers ses 12 ans alors qu'il ne savait pas ce que tout cela signifiait mais que son comportement n'avait déjà rien de viril.

-Je ne sais pas-fit-il légèrement confus, d'un côté le Bleu et Bronze était tellement heureux de s'être trouvé quelqu'un qu'il voulait le crier sous tous les toits et de l'autre bien que sa réputation soit déjà solide à ce sujet, une peur inconsciente vrillait son âme, peut-être même un peu de honte aussi.- J'ai envie d'essayer.

Il voudrait faire comprendre à Jack que s'il avait honte ce n'était pas à cause de lui, que le jaune et noir était une personne fantastique qui lui offrait beaucoup de bonheur sur un plateau d'argent. A son regard le Serdaigle voyait bien que son nouveau et premier véritable petit ami avait envie de s'afficher avec lui; c'était flatteur d'un côté, cela signifiait que son aîné était fier de l'avoir à ses côtés. Tout ceci n'était qu'un début de relation certes, mais c'était déjà énorme pour Alix qui n'avait jamais dépassé le stade du léger baiser provocateur avec un Gryffondor plus vieux que lui pendant les vacances. Cette fois il y avait de l'attirance mutuelle, alors franchement le préfet voulait faire des efforts! Cependant Jack devait comprendre le pourquoi du comment de son hésitation afin de ne pas se sentir rejeté, en soupirant, le métisse leva à demi ses yeux vers son compagnon, lui expliquant un pan de sa vie dont même Calypso sa seule amie n'était pas au courant.


-Ma soeur m'a battu en me voyant avec un garçon une fois... Et ma famille n'avait de cesse de me reprocher mes manières. Pourtant je ne fais pas exprès et si j'essaye de me retenir, c'est pire encore. Je veux vraiment essayer, je suis content d'être avec toi! Mais je ne sais pas trop comment faire.

Comment faire pour aimer, pour donner de l'affection, en recevoir sans penser que chaque fois que quelqu'un s'approchait de sa personne, non ce n'était pas pour le frapper... Alix avait été rejeté par ceux de l'école qui sentaient son aura malheureuse, les gens qui souffrent font souvent fuir les autres, ou pire, leur donne la malsaine envie de les achever. Cependant le Serdaigle était encore debout, oui mais dans quel état? Il était l'un de ces nombreux gosses déchiré entre sa famille et ses propres idéaux qui allaient à l'encontre de ceux de ses parents, il ne fallait pas croire que le Bleu et Bronze était un martyre, ce genre de situation était fréquent au final, surtout dans les familles nobles comme la sienne, la différence étant qu'Alix ne pouvait pas cacher ses soucis, épouser une fille bien comme il faut, se marier, lui faire des gosses ou appuyer les idées pro sang-pur de ses proches; c'était trop difficile, alors en nageant à contre courant il se faisait plus remarquer et souffrait encore plus que ceux qui obéissaient, épousant la douleur pour tout une vie. Lui dans son combat semblait enfin voir le bout du tunnel, 15 ans de torture mentale et même physique pour en arriver à ça! Ce à quoi tout ado normal avait le droit, la liberté.

-Oh et puis je me fiche de ma soeur, tant pis! Ce qui compte à mes yeux, c'est ce que tu souhaites toi.

Soyons fous avait-il envie de clamer tout à coup, faisant fi de ses interrogations, prit par un tourbillon de rébellion délicieuse qui montait en son être. Oui, il verrait bien, pour une fois le Serdaigle ne pourrait pas étudier toutes les conséquences possibles de ses actes à l'avance mais tant pis...

-Le blond? Un imbécile de fanfaron; au début j'ai un peu craqué sur lui

Il rougit tellement que son teint mate ne put évincer la douce touche de rosée qui se posa délicatement sur ses joues

-Mais il est débile, persuadé que toutes les filles veulent de lui au point de vérifier ce qu'il boit pour être sûr qu'aucun filtre d'amour n'y soit glissé. Il se prend pour Apollon. Mais toi tu es bien plus beau. Et intelligent.

Souriant, le Serdaigle posa sa main sur le banc, attendant sans doute que Jack protège cette dernière de la sienne, l'enveloppe des prémisses d'une douceur jusque là inconnue, l'amitié et l'amour trouvés en si peu de temps; c'était vraiment la lumière du soleil qui se libérait enfin de l'emprise des démons du passé pour Alix qui voyait enfin la chance tourner en sa faveur.

-Qu'est-ce qu'on fait, Veux-tu retourner là-bas?

Demanda-t-il finalement, apaisé quoique légèrement inquiet en son fort intérieur. Il se laisserait finalement guider par l'avenir proche et lointain, on verrait bien ce que ça donnerait. De toutes manières rien ne pouvait être pire que les 15 premières années de sa vie...
Revenir en haut Aller en bas
Luna Lovegood
Serdaigle, 7 ème Année
Serdaigle, 7 ème Année
avatar

Messages : 264
Date d'inscription : 17/02/2010
Age : 28

MessageSujet: Re: Le grand concert de rock !   Mer 16 Juin - 14:56:07

Absorbée dans la contemplation du ciel et du doux déplacement des rares nuages, Luna était bien. Elle se sentait détendue et à sa place. Étrangement, l'à peine perceptible chaleur qui se dégageait de son camarade la rassurait. Habituellement être aussi près d'un autre être humain l'aurait stressée. Mais là, elle se sentait en sécurité. La voix du Poufsouffle lui fi quitter ses pensées.

- Tiens, ça commence je crois.

Effectivement la "musique" emplissait l'air. Luna hésitait entre rester ici, protégée du regard des autres, accompagner de son nouvel ami et d'aller plus proche du bruit... tout compte fait, elle préférait rester là!

- Ça m'en a tout l'air.

Répondit-elle distraitement. Elle tourna la tête pour se retrouver pratiquement nez-à-nez avec son interlocuteur. Qui lui souria. Encore une fois, l'esprit pourtant analytique de Luna décrocha. Vraiment les yeux de ce garçon étaient étranges et hypnotique. Elle entendit à moitié ce qu'il lui disait, mais en compris le sens... Et surtout elle voyait l'envie de se rapprocher du concert briller dans ses yeux.

- Souhaites-tu que nous nous rapprochions du concert Luna? En toute honnêteté pour ma part ça m'est quelque peu égal.

Mais avant qu'elle ne puisse répondre, un craquement de canette se fit entendre. La pauvre bestiole était effrayé. Lentement elle sentit la chaleur quitter son côté pour embarquer sur elle. Rolf se penchait par-dessus elle ! Il ne voulait visiblement pas traumatiser plus son niffleur, par conséquent il restait longtemps sur elle.

Pour la première fois de sa vie, Luna réagit comme ce qu'elle était : une adolescente ! Elle rougit, embarrassée par les différentes sensations que lui procurait le corps dangereusement proche de Rolf. Elle avait beau avoir 17 ans, jamais elle ne s'était intéressée aux futilités de l'adolescence. Mais, là, aujourd'hui alors que la douce chaleur ne venais plus en tout et pour tout de dessus elle, mais en partie de son ventre, elle découvrit les joies des premiers frissons hormonaux. Si Rolf n'avait pas effrayé Gallion dans sa démarche, il avait par contre fait tout le contraire auprès de la pauvre Serdaigle ! Rouge, nerveuse et frissonnante, elle attendit que le jeune homme responsable de son embarras, descende de dessus elle pour se lever et s'exclamer en ramassant ses effets :

- Allons voir le concert de plus près !

Très bonne idée... elle pourrait réfléchir en paix à ses nouvelles sensations et puis, Rolf pourrait voir le bruit de plus proche tout en restant avec elle... oui bonne idée.

_________________________________
Regardez ! là! un Ronflack !-->ici<--
Tu me crois folle Invité ? Le suis-je ?
Revenir en haut Aller en bas
Lenny Pinsker
Préfet de Serpentard, 5e année
Préfet de Serpentard, 5e année
avatar

Messages : 489
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 28

MessageSujet: Re: Le grand concert de rock !   Dim 20 Juin - 22:30:37

Ne plus y penser. Il ne s’était rien passé, il n’était pas concerné, la main égarée n’existait pas, le karaoke appartenait aux fabulations de Loreleï, il n’était pas ici, il rêvait une scène idiote, improbable. C’était un songe confus, où il n’y avait rien à comprendre. Des images, des voix éclataient sans aucune logique. Il était le protagoniste de trop, balloté d’un événement à l’autre, soumis aux caprices de l’inconscient. Le professeur venait de s’exclamer que sa bouteille contenait de la drogue dure. Il devenait fou, le monde semblait accordé sur la gamme majeure de la vésanie pure. Que faisait-il ici ? Il n’avait pas pu venir ici. Samuel l’avait forcé. Il fallait renoncer, se lever, partir. Mais l’angoisse, la peur et le malaise le clouaient au banc. Cette virée était un désastre. Qu’avait-il cru, il ne savait plus. Pourtant, son frère n’avait pas le pouvoir de l’attirer là où il ne le souhaitait pas. L’idiot de l’histoire, le grand responsable, c’était lui. Il avait essayé d’approcher le monde de l’adolescent moyen, du jeune en pleine possession de ses tendes années qui sait s’amuser. La débauche alentour appelait les comportements les plus exécrables. Au milieu d’une peuplade de rustres, ivres, camés, idiots, il ne voyait pas quels plaisirs, quelles vérités il pourrait trouver. Dans l’idéal, il effleurerait le bonheur des imbéciles heureux, ces individus capables de fêter sans complexes parce qu’ils n’avaient absolument aucune notion de ce qu’était la dignité, parce que les rires se substituaient au vide de leurs conversations. Les égarements comblaient la vanité extrême de cet univers trop populaire. Il était rouge de honte. Il s’ennuyait. Il voulait partir. La provocation de Samuel lui était passée au dessus. A moitié hébété, il entendit son cadet annoncer une deuxième tournée avant de se précipiter vers la buvette. Pourquoi l’abandonnait-il maintenant ? Avait-il vu et était-il assez gêné pour le fuir lui aussi ? Loreleï gardait sur lui un regard mauvais qui l’inquiétait beaucoup. Elle allait faire une remarque, l’occasion était trop belle. Depuis quelques jours, le mettre mal à l’aise était devenu sa distraction favorite. On ne la voyait plus avec Shiobban, trop occupée avec un garçon trop mignon pour elle sans doute, et rien ne lui faisait plus plaisir que passer sa journée à le taquiner. Si c’était tout ce qui donnait un sens à sa misérable existence, la jeune fille était bien à plaindre.

Il tenait la réflexion qu’il lui fallait. La toisant de son mépris, il encaissa l’attaque sans broncher, ni perdre la pigmentation avancée de ses joues cependant. Il ne voyait pas vraiment à quelle chanson sa collègue faisait référence mais il était aisé de saisir l’objet de l’humiliation. Sa poitrine se comprima un peu plus lorsqu’elle lui assena cruellement que des garçons le tripotaient en public, et s’il la foudroyait du regard, on le sentait tout à fait désemparé. Il ignorait qui du garçon à tutu ou de la demi-vélane était le premier sur sa liste d’exécutions. Son embarras n’aurait pu être plus fort. Il ne savait pas avant de parler par quelle pirouette renverrait Loreleï à sa place. Le sous-entendu était lourd. Il voyait très bien où elle voulait en venir, ce n’était pas la première fois qu’elle l’attaquait sur ce sujet même si elle n’avait encore jamais osé pousser la provocation si loin. Or, elle n’obtiendrait rien. Il lui rendit la réplique froidement, hargneux, malgré sa position de faiblesse.


- Ma pauvre Lorelei… Ne crois-tu pas qu’il serait bon de ne pas transposer ses fantasmes sur les autres ? Certes, un olibrius m’a bousculé dans sa hâte mais tout le monde n’a pas des mains aussi baladeuses que le petit ami de Siobban. Et je ne connais pas ta chanson douteuse, tu pourras nous l’interpréter si tu veux.

Parfois, il se demandait si la jeune fille lui avait pardonné son indifférence. Toutes ses tentatives de séduction étaient vouées à l’échec lorsqu’il s’agissait de lui. Il l’ignorait avec une superbe consternante, comme il se fichait, en outre, de toutes les filles qui l’approchaient. Elles ne l’intéressaient pas, c’était évident, son corps lui envoyait d’autres messages, difficiles à assimiler, secondaires pour l’instant. Lenny s’était montré déplacé, peut-être même plus méchant, en mentionnant l’amie perdue de la préfète, mais il ne pardonnait pas sa plaisanterie, elle l’amenait sur un terrain qui l’effrayait, parce qu’il devrait l’explorer seul.
A côté d’eux, un bruit assourdissant lui informa que Messenger s’était lamentablement effondré, et Samuel revint au milieu d’une ambiance explosive. Il prit le verre qu’il lui offrait et le leva d’un geste vague. Ce signe d’union alors que la tension était à son comble était étrangement ironique. Guettant la réaction de sa comparse, Lenny n’avait pas très envie de boire. Il trempa ses lèvres dans la choppe et la posa aussitôt en concentrant toute son attention sur les propos salvateurs de son frère. Ainsi des Serpentard fumaient des produits illicites. Il haussa les épaules, profondément blasé. Pouvait-il s’opposer à cette fureur ? C’était un complot de grande ampleur. Personne ne le laisserait faire son travail, même les enseignants rendaient les armes, et Hawtorne brillait pas son absence. Il l’imaginait très bien enfermée dans un cachot, occupée à composer une potion sans une seule pensée pour eux. Les déboires de ses étudiants étaient bien les derniers de ses soucis.


- Je serais étonné de voir le professeur Hawthorne à Pré-au-Lard aujourd’hui, elle me semble trop sauvage pour la foule et, surtout, j’ai l’impression qu’elle se moque de la tenue des élèves de sa maison en dehors de Poudlard… Regarde qui a été envoyé par la direction…
- Il fit un signe de tête vers le professeur de défense contre les forces du mal. – Ne l’as-tu pas entendu tout à l’heure ? Il a mélangé de la drogue dure à sa boisson, si tu veux mon avis, la soirée n’est pas partie pour bien se terminer, et si tout cela dégénère, promet moi de rentrer avant que la situation ne devienne vraiment critique.

L’humeur très largement entamée par son discours Lenny reprit son verre pour une longue gorgée et posa son attention sur la scène où les Nimbus, groupe star de Poudlard crachait ses premières notes. Les fans de la première heure s’étaient rapprochés mais ce n’était pas encore l’hystérie devant la scène. Le public s’accordait encore de longs bavardages autour des bancs et de la buvette en profitant de la musique d’une oreille distraite. Le préfet essaya de se concentrer sur les quatre musiciens mais une drôle de scène se jouait non loin. Alix venait de passer devant lui, main dans la main avec l’énergumène en tutu. Tout en alternant les regards mornes et distrait du concert aux deux garçons, il nota leur manège, la danse fort peu adaptée à la musique, puis le baiser qui lui fit définitivement renoncer à son étude déplacée. Ces choses là avaient le don de le gêner, mais, cette fois, avec deux garçons, il lui semblait en plus que son cœur l’avait lâché. Quelle indécence ! Se força-t-il à penser, et pourtant, il ne savait pas vraiment ce que cette image lui évoquait. Elle le troublait, et accentuait toute la rancœur qu’il réservait à l’égard d’Alix, et à cet obsédé de Poufsouffle en tutu. Il espérait entendre Samuel ou Lorelei les railler mais se garda de tous commentaires. De toute manière, les adolescents flirtaient beaucoup à côté d’eux, même Luna s’y mettait. Le temps avançait, et, loin de la scène, il ne restait plus que les couples et les amants en devenir.


- Vous connaissez les élèves des Nimbus ? Leurs paroles sont un peu idiotes…


Pour ce qu’il en saisissait, le chanteur venait d’entamer un complet qui commençait par « C’est la guerre, y’a plus rien à faire, renonce à tes chimères, on est des fous, on reviendra debout, ce soir j’ai la rage, c’est même pas du courage, et si je brûle votr’ maison, ce sera la faute aux collabos ! ». Bref, n’importe quoi. Mais les paroles étaient assez brutales pour déclencher les pogos, et Lenny cherchait du regard un lieu où il était possible de suivre l’action tranquille sans subir les amourettes et les sauvages. Il se demanda une fois de plus ce qu’il attendait pour rentrer…

_________________________________
Cliiique sur Chantale !

Estiamsi omnes, ego non
Revenir en haut Aller en bas
http://oxumoros.forumactif.org
Solange Messenger
Professeur de Défense Contre les Forces Du Mal
Professeur de Défense Contre les Forces Du Mal
avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 24/01/2010
Age : 25

MessageSujet: Re: Le grand concert de rock !   Ven 9 Juil - 17:22:05

Je suis le Mâle, le vrai, celui mort depuis trois semaines et qu'on a laissé en plein soleil.

J'sais pas, j'suis par terre, recroquevillé sous la table depuis tout à l'heure. La fille est partie, tant mieux, devant une élève ça fait désordre quand même. Bon y en a qui note quand même que j'ai roulé sous la table, je suppose que je m'en fous, et puis y a trop de bruits pour que j'entende une éventuelle remarque, surtout dans ma tête. Là c'est la putain de fanfare, j'ai l'impression de bouger à l'intérieur de mon corps un truc de fou.
Oooooh ! Super ! Vomi time ! J'me roule sur le coté pour pas m'étouffer bêtement (quelle idée de finir la bouteille aussi). Ça fait un putain de bien, genre les belettes qui faisaient la fête dans mon estomac ont déménagé chez un autre.

- PUTAIN J'AI VOMI ÇA FAIT DU BIEN !

Ouais, ça méritait d'être noté à haute voix, et fort.


C'est fou quand même, Alix quand il parle on a envie de le prendre dans les bras, ou alors je suis trop gentil. Le comble, c'est quand il te rajoute un truc mignon derrière, du style « je ne souhaite que ton bonheur », ou quelque chose d'approchant. Dans ces cas là, il faut mieux ne pas répondre et prendre une tête de petit chat attendri. Bon, j'ai pas une tête de chat – j'suis pas métamorphomage moi -, mais tu vois l'intention.
Aaaaaah, la blondinette, c'était en fait un chaud lapin éconduit. Ah ah ah, la petite tantine, elle visitera pas son trou de b... Hum. Pardon. Enfin un pucelage prolongé de plus quoi – et je devrais faire preuve d'un certain respect mental à Alix quand même, à son âge, on a pas d'anus.
Awwww, encore un truc mignon ! J'te jure, j'vais les imprimer et les mettre dans une boîte un jour, ça serait cool à se rappeler plus tard quand je serais vieux et moche. Enfin être plus beau et plus intelligent qu'un mec qui vérifie tout le temps que les filles mettent pas de philtre d'amour dans son coca, c'est pas vraiment un compliment... mais jouons les modestes quand même, on sait jamais que ça redore encore plus mon image.

- J'ai fait mon lourd aussi en disant que j'avais frappé des mecs et que ça faisait même pas mal.

Toujours ton neutre et monocorde, ne l'oubliez jamais (parce que j'en ai marre de le repréciser chaque fois).
Là dessus il pose sa petite mimine sur le coté, ostensiblement (je vous l'ai dit, j'ai un sens de l'observation qui pète tout et surtout le cul à ta mère). Hum, ça sent l'espoir ça, ou je m'appelle plus comment je m'appelle. Évidemment, comme je suis un sale crétin, je pose ma main dessus et il a l'air content du coup. Ça doit être le genre de mec que t'as besoin de rassurer tout le temps, je sais pas, mais c'est pas grave j'ai plein de temps à donner.

- Ouais on peut rester là ou alors.

On y va et j'te pète ton p'tit cul parce que t'es diablement bandant avec ton corps tout mince et tout masculin en même temps.

- C'est qui le blond là bas. * Il jette des petits coups d'œil vers nous. On dirait une gerbille dans les phares d'une voiture c'est stressant.

Tu connais pas la série La Sentinelle ? Bah là c'est pareil sauf que j'ai compensé l'absence d'oreille par les yeux. Le bordel intégral quoi. Et faut vraiment que j'ai des pensées plus catholiques.

- Ou alors on va les voir pour lui demander des nouvelles de sa famille gerbille. Mais précise leur que je suis sourd parce que sinon ils vont mettre leurs petites pattes devant leurs bouches et couiner tous en même temps ça va me gaver.

Putain je pionce.

* Jack parle ici de Lenny.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le grand concert de rock !   Dim 11 Juil - 23:14:27

Ce soir, je m'amuserais. Aux dépends des autres, peut-être, mais je m'amuserais fermement. Je l'avais décidé dès le moment où j'avais entendu parler du concert, mais je me le confirmais mentalement à chaque seconde qui passait alors que Lenny essayait de contenir toute la rage que je m'efforçais de faire naître en lui. Certains le trouvaient ennuyant et il était vrai qu'il lui arrivait d'être aussi intéressant que... le prof de runes, tiens. Celui-là, peut-être qu'il ne s'en rendait pas compte, mais il devenait presque agressant avec ses cours plus longs les uns que les autres. Sérieusement, qui avait envie de tout connaître sur un vieux truc démodé du genre des runes? Lenny. Et c'était pourquoi tant de gens le trouvaient ennuyant. Je ne savais pas si on le lui avait mentionné, mais ça disait beaucoup de trucs du genre dans son dos et, croyez-moi, j'étais au courant de tout ce qui se parlait sur le compte de tout le monde. J'avais tout de même eu la délicatesse de lui dire moi-même, à plusieurs reprises, qu'il était d'un ennui effarant, voire assommant. J'espérais qu'il m'en était reconnaissant.

- Ma pauvre Lorelei… Ne crois-tu pas qu’il serait bon de ne pas transposer ses fantasmes sur les autres ? Certes, un olibrius m’a bousculé dans sa hâte mais tout le monde n’a pas des mains aussi baladeuses que le petit ami de Siobban. Et je ne connais pas ta chanson douteuse, tu pourras nous l’interpréter si tu veux.

Wow. Là, il venait de me sortir un truc très étonnant, venant de lui. Je ne pensais pas l'avoir atteint au point qu'il me retourne le commentaire de cette façon. J'étais sur le point de lui sortir une réplique encore plus odieuse, un sourire mauvais plaqué au visage, quand mon regard s'écorcha sur cette sal... de Siobhan et sur son pauvre pantin. Ils étaient vraiment pathétiques, dégoûtants, sans-gênes... Je les aurais brûlés vifs et j'aurais fait pire à Lenny d'avoir attiré mon attention sur ce couple aussi répugnant que magnifique. Il fallait dire qu'ils allaient bien ensemble. Trop. Ils me donnaient envie de vomir et la seule chose qui me retenait de me mettre à hurler toute l'horreur qu'ils m'inspiraient était la petite victoire que je m'étais permise durant l'été. Désormais, Siobhan n'avait plus le parfait petit copain et, même si nous n'étions qu'Alek et moi à le savoir, j'en sentais mon coeur battre plus agréablement. Tout ce qui était beau et vrai, entre eux, je l'avais joyeusement détruit. J'étais le plus joli des monstres.

Sammy chéri revint alors que j'étais dans un état de quasi-transe, à fixer d'un air mauvais les deux êtres reliés par la bouches, un peu plus loin. Je me saisis d'un des verres en écoutant à moitié ce qu'il disait et même ce que Lennychou pouvait bien lui répondre. Je ne pouvais arrêter de regarder les deux affreux et j'avais envie de leur faire mal, très mal, de commencer à gâcher ainsi ma soirée...jusqu'à ce que j'aie une idée.


-Je reviens. Lennychou, puisque tu sembles tant t'intéresser au copain de Siobhan et à ses mains baladeuses, je vais aller voir ce qu'il pense de toi.

Sans plus de commentaires, histoire de laisser paniquer Lenny un peu plus, je me dirigeai vers les deux autres en laissant s'imprimer sur mon visage le plus magnifiques des sourires hypocrites. Siobhan Greene verrait bien que, question soirée horrible, j'étais une meilleure organisatrice qu'elle.

-Bonsoir, vous deux. Heureuse de vous voir ici.

Je m'étais approchée juste un peu trop, juste assez pour être envahissante. Je m'adorais.

-J'ai entendu dire que Laura te cherchait... Alors, je t'emprunte ton copain, le temps que tu la trouves.

Puis, je mis mon verre dans les mains de Siobhan et la caressai d'un regard mauvais et mielleux à la fois, un peu comme ma voix l'avait été. Je me tournai ensuite vers Alek en faisant comme si mon ancienne amie était déjà partie et, tout en battant des cils d'une manière que je sentais exagérée mais qui plaisait toujours aux garçons, je lui attrapai un bras. Peut-être en plantant mes ongles un peu trop fort dans son bras, mais je m'en balançais.

-Je vais te présenter des amis à moi. Tu vas les a-do-rer!

Je tirai le joli copain de mon EX meilleure amie vers ces chers Pinsker avec un enthousiasme que je ne peinais pas du tout à laisser s'exprimer. Je recommençais enfin à vraiment m'amuser. Je trouvai le moyen de nous procurer à boire au passage et, une fois près de mes blondinets adorés, j'avais déjà pris la décision de ne pas laisser partir Alek et, surtout, de ne plus voir Siobhan, même si elle se plantait directement devant moi.

-Nynychou, Sammy de mon coeur, je vous présente Alek.

Je savais que mes yeux devaient briller et j'espérais presque que mes deux copains blonds devinent à quel point il me faisait plaisir de gâcher la soirée de l'autre dingue qui s'était déjà prise pour mon amie. Pour ce qui était d'Alek, je savais qu'il était trop gentil et trop timide pour partir alors que je tenais son bras. Dieu que je m'amusais.
Revenir en haut Aller en bas
Rolf Scamander
Poufsouffle, 7 ème Année
Poufsouffle, 7 ème Année
avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 20/03/2010
Age : 29

MessageSujet: Re: Le grand concert de rock !   Mer 21 Juil - 12:10:21

Rolf soupira légèrement. En vérité il n'avait aucune envie d'aller au concert. Plus il se rapprochait, plus le son ne lui plaisait pas. Étrange en fait, car normalement il est ouvert aux groupes moins connus, en réalité c'étaient même ses groupes préférés, mais quelque chose l'irritait dans le fait de se retrouver entouré des autres élèves de Poudlard à ce moment précis.

Un petit tremblement sur son épaule lui rappela la présence du petit Galion, son niffleur. La pauvre petite bête semblait terrorisée. Rolf s'arrêta quelques instants et prit la boule de poils frissonnants dans ses mains et la consoler.


- Ça va pas Galion? Il envoya un coup d'oeil à Luna. Je crois que je vais te laisser aller en avant, je vais trouver un coin où laisser...

Il fut interrompu dans sa phrase par la charge d'une petite créature. Rolf fut projeté au sol par l'assaut de deux autres créatures, non pas par force mais plutôt parce qu'il fut prit de cours. En se relevant, Rolf aperçu les quatre niffleurs jouer dans l'herbe.

Le jeune poufsouffle souri à cette vue mais décida tout de même d'aller chercher Galion. Facile de le reconnaitre grâce à une petite touffe de poils roussis sur le côté droit du postérieur. Hélas, les niffleurs sont des créatures facilement effrayées. Le bruit d'une brindille qui se fracassa sous le pied de Rolf Scamander provoqua chez eux une réaction foudroyante, les boules de poils coururent en direction de la forêt, où d'autres compagnons de jeu les attendaient.

Bien qu'il ne s'agisse que d'un animal de compagnie, Rolf fut frappé par la peur. Oubliant complètement le concert, Rolf plongea à la poursuite des niffleurs, coursant au milieu des arbres, décidé de ne pas perdre un autre animal.
Revenir en haut Aller en bas
Luna Lovegood
Serdaigle, 7 ème Année
Serdaigle, 7 ème Année
avatar

Messages : 264
Date d'inscription : 17/02/2010
Age : 28

MessageSujet: Re: Le grand concert de rock !   Mer 21 Juil - 13:14:16

Nerveuse au possible, Luna écoutait les battements effrénés de son coeur lorsqu'elle entendit le léger soupir de Rolf. Sérieusement, que lui arrivait-elle ? Pourquoi ses mains étaient-elles moites ? Pourquoi avait-elle des frissons le long de la colonne vertébrale ? Pourquoi tremblait-elle ? Et surtout, pourquoi le soupir, visiblement pas ravi, de Rolf lui arrachait-elle un pincement cardiaque ? Luna Lovegood, Serdaigle de son état, était perdue. Depuis longtemps déjà, sa vie ce résumait à : Dodo, Ronflack, Manger, étude, Manger, Ronflack, étude, Manger, Ronflack, Dodo. Où pourrait-elle caser tremblement et débordement cardiaque dans cet horaire chargé ? Enfin bref, elle ne comprenait pas et ça la rendait nerveuse. Pourquoi Rolf soupirait ? Était-ce parce qu'il n'avait aucune envie de rester avec elle et était trop poli pour le faire savoir ? Était-ce parce qu'il préférait rester ici seul, ou était-ce parce qu'il préférait rester seul ici avec elle ? Roooh ! Depuis quand Luna s'inquiétait-elle de ce que les autres pensaient ? Non mais !

La jeune Serdaigle secoua la tête. Cherchant a faire revenir la vrai Luna. Celle qui ne s'occupe de rien. Mettre ses habits, n'était pas une bonne idée ! Elle le savait pourtant ! Ses radis la protégeait de Joncheruines et la voilà sans ! Sa tête était attaquée, voilà la raison de toutes ses questions ! Elle croisa un instant le regard de Rolf pendant que ce dernier parlait à la petite bête effrayer. Les Joncheruines se remirent à faire la fête, car les yeux bleus du jeune Pouffsouffle lui firent un effet étrange... elle devint comme molle ! Vraiment c'était une journée de fou !

Alors qu'elle reprenait un peu ses esprits et qu'elle s'apprêtait à aller trouver une place pour eux tous plus prêt du concert, le grand blond fut projeté à terre. Une attaque en règle par de petites boules de poils toutes mignonnes. Galion avait trouvé des amis. Une petite bande joyeuse et énergique. Mais Rolf fit une erreur monumentale à ce que vit Luna. Une brindille qui casse et voilà ! Une débandade en règle. Elle vit son nouvel ami blêmir et frémir de peur. Galion courrait vers la forêt interdite. Il plongea à leur suite. Un instant, Luna ce demanda quoi faire. Une milliseconde seulement. Elle s'élança à leur suite dans la sombre forêt.


la suite des aventures de Rolf et Luna est ->ici<-

_________________________________
Regardez ! là! un Ronflack !-->ici<--
Tu me crois folle Invité ? Le suis-je ?
Revenir en haut Aller en bas
Alek Turner
Serdaigle, 6 ème Année
Serdaigle, 6 ème Année
avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 03/02/2010
Age : 27

MessageSujet: Re: Le grand concert de rock !   Mer 28 Juil - 3:44:50

Alek était en couple avec Siobhan depuis un petit bout de temps déjà et il aimait bien comparer sa compagnie à un tour de manège. En effet, il y avait quelque chose dans la présence de son amoureuse qui faisait en sorte que personne ne pouvait s’ennuyer. Elle était une boule d’énergie et avait une personnalité tellement flamboyante. Elle était le genre de personne des plus intéressantes, toujours une anecdote à raconter ou toujours partante pour une nouvelle idée d’activité, même la plus saugrenue. Siobhan était également le genre de personne qui vous nourrissait, vous revigorait, de par sa simple présence. Son énergie et tout le positif s’en dégageant était des plus bénéfiques pour quiconque la côtoyait. Évidemment, elle avait aussi son côté un peu plus sombre, mais très peu de gens le connaissaient. Alek lui-même ne l’avait vue que très rarement dans un moment de faiblesse…

Alek était dans les bras de Siobhan depuis un petit bout de temps déjà et il ne pouvait comparer ce moment avec rien d’autre. À chaque fois qu’ils s’embrassaient, Alek avait l’impression d’être transporté ailleurs. C’était, pour lui, tellement magique. La sensation qu’il ressentait lors de ces moments était indescriptible, mais c’était tellement merveilleux. Rien ne valait la chaleur dans tout son corps, ni les légers vertiges dont il était victime et encore moins la douceur des lèvres de son amoureuse. Il y avait quelque chose dans les baisers de Siobhan qui agissait sur lui comme un ensorcellement. Une fois que leurs lèvres s’étaient touchées une première fois, il ne pouvait que difficilement les laisser trop éloignées. Les amoureux ne s’embrassaient jamais qu’une seule fois. C’était généralement une succession de plusieurs baisers, d’intensité croissante, ou alors c’en était un long, très long. Une chose était sûre, si ce n’était qu d’Alek, lui et Siobhan ne ferait que ça de leurs journées…


-Bonsoir, vous deux. Heureuse de vous voir ici.

Apparemment, quelqu’un n’était pas du même avis. Alek délaissa légèrement les lèvres de son amoureuse pour se concentrer sur la nouvelle venue, car, oui, c’était bien une femme. Et pas n’importe laquelle même. Alek n’aurait pas eu besoin de la regarder pour la reconnaître, mais c’était plus poli de répondre aux gens en les regardant et pas seulement entre deux baisers. *Elle est magnifique… comme toujours…* Alek regardait Lorelei et n’avait qu’une envie : l’embrasser à son tour et vu la proximité qu’elle avait prise pour intercepter ce couple très occupé, il était facile de croire qu’elle ne voulait qu’y participer. Cependant, il n’eut pas le temps de répondre ou de faire quoi que ce soit, Lorelei avait été la plus rapide sur ce coup et, sans trop savoir pourquoi ni comment, il se ramassait désormais au bras de Lorelei, l’expression la plus juste aurait été aux ongles de Lorelei, tellement elle les avait plantés fort dans son bras, mais bon… C’était tout de même elle qui le traînait vers un autre petit groupe de gens qu’il ne connaissait pas.

-Je vais te présenter des amis à moi. Tu vas les a-do-rer!

Alek ne comprenait pas trop pourquoi, mais il avait des doutes sur ce qu’elle venait de dire. Non pas que les gens vers qui elle l’amenaient ne soient des gens étranges, en apparence, ils étaient normaux, seulement, Alek les avaient reconnus. C’était les Pinsker, des Serpentards, dont un préfet. Pas vraiment le genre de personne avec qui il avait l’habitude de traîner. Normalement, il était plutôt du genre à côtoyer des livres à la bibliothèque, mais bon… il n’avait plus tellement le choix, de toute façon. En chemin, il regardait de temps en temps sa nouvelle cavalière imposée. Lorelei était vraiment une belle femme, et pas seulement à cause de ses origines vélanes. Il y avait quelque chose d’autre. Alek ne savait pas trop pourquoi, mais il sentait que cette fille pourrait lui demander de faire n’importe quoi et il le ferait… c’était dangereux, oui, mais Lorelei avait sur lui cet effet de liquéfaction du cerveau… Il devenait un peu moins intelligent en sa présence, pour la seule et unique raison qu’il passait généralement plus de temps à la regarder et à la trouver belle et à avoir envie de l’embrasser ou alors à se souvenir de ces moments particuliers qu’ils avaient partagés…

-Nynychou, Sammy de mon coeur, je vous présente Alek.

Étant donné ses habitudes d’ermite, Alek n’avait pas vraiment l’habitude dans les relations avec les autres êtres humains. Il lui fallait habituellement plusieurs rencontres et discussions profondes avant de s’ouvrir à quelqu’un, mais ce soir cela devrait être différent. Il ne savait pas trop quoi faire ou comment agir et espérait que cela ne paraisse pas trop. Il était très mal à l’aise. Le comportement de Lorelei le dérangeait, car il la trouvait un peu trop intense ce soir. Il ne comprenait pas bien ses motivations à tellement vouloir le présenter à ses amis et cela le mettait dans une situation très inconfortable. Il décida de jouer la carte de l’humour, car il avait lu quelque part que c’était généralement une carte gagnante.

-Salut! J’imagine que *Nynychou* et *Sammy* ne sont pas vos vrais noms, je me trompe?

C'était mauvais! Surement très mauvais! Il avait déjà honte et il n'avait dit qu'une seule phrase... Alek prit une première gorgée de sa boisson et se retint de la caler. La soirée s'annoncait longue. Il espèrait que Siobhan ne serait pas trop longue avec Laura...
Revenir en haut Aller en bas
Samuel Pinsker
Serpentard, 4 ème Année
Serpentard, 4 ème Année
avatar

Messages : 167
Date d'inscription : 20/01/2010
Age : 36

MessageSujet: Re: Le grand concert de rock !   Mer 28 Juil - 20:33:30

Bon... Avec quelques secondes de retard, Samuel s'apercevait qu'il arrivait comme un cheveu sur la soupe avec ses chopes de Bièraubeurre. Apparemment, ni Lenny, ni Lorelei n'avaient envie de boire, et encore moins de trinquer... Durant les quelques instants de son absence, les deux préfets avaient encore dû se chamailler, suivant leur bonne habitude. Ils ne savaient donc faire que ça ? Le blondinet ne comprenait pas cette guéguerre perpétuelle ; cela ne ressemblait pas à Lenny d'entretenir de petites escarmouches de ce genre. D'habitude, son aîné savait calmer les opposants, en quelques mots bien sentis, puis il se retranchait dans un silence digne et un peu embarrassant, ponctué de regards hautement méprisants. Mais avec Lorelei, sa technique habituelle tombait à l'eau... elle revenait sans cesse l'aiguillonner, avec assez d'adresse pour qu'il fonce tête baissée. Le grand avait-il trouvé un adversaire à sa taille ? Les adolescents ordinaires ne faisaient pas le poids face à sa rhétorique glacée ; bientôt, ils déclaraient forfait, laissaient Lenny à ses répliques impitoyables, et fuyaient vers de plus faciles victoires. Lorelei, quant à elle, semblait se plaire à ces discussions stériles ; elle trouvait toujours comment relancer son adversaire, et Samuel ne pouvait s'empêcher d'être un peu déçu. Lenny l'avait habitué à mieux.

Redevenu silencieux, le gamin sirotait sa Bièraubeurre, à petites gorgées, observant le spectacle avec délectation. D'un hochement de tête, il consentit à rentrer plus tôt, comme le lui demandait son frère, si les choses tournaient mal ; de temps à autre, il tournait la tête vers la scène où les idiots de Nimbus se prenaient pour des rockstars. Encore un peu, et Robin, le chanteur bellâtre, sauterait dans la foule clairsemée. Vu l'affluence devant la scène, il était à peu près certain de se casser quelques dents en tombant... Le Serpentard sourit furtivement. Qu'on embarque le nommé Robin à l'infirmerie, où il pourrait aussi faire réparer ses pauvres cordes vocales, et qu'on laisse la place à des groupes dignes de ce nom, comme les Botrucs Vulgaires.

Encore une fois, la contemplation de toute cette agitation l'avait un peu coupé du monde. La question désabusée de Lenny sur la qualité des paroles eut la vertu de le ramener à l'instant présent, mais il n'eut pas le loisir de répondre ; brusquement, Lorelei s'était détachée de leur petit groupe, et elle revenait, ramenant par le bras un garçon que le blondinet ne connaissait guère. Alek quelque chose. La peste présenta les frères Pinsker en usant de surnoms ridicules, mais Samuel se contenta de froncer les sourcils, sans faire la moindre remarque. Il se savait incapable, devant trois autres personnes (même en présence de son frère) de lancer une réplique bien calibrée, le genre qui calme recta les railleurs. Au contraire ; il se ridiculiserait s'il s'avisait de vouloir ramener Lorelei à plus de dignité.

Bon, en entendant la blague du nouveau venu, le Serpentard regretta de s'être tu ; il était largement capable d'en faire autant, finalement. La mine maussade, il répondit à mi-voix :


-Salut. Samuel, enchanté.

Enfin, enchanté, façon de parler. Le sale gamin se fichait du type qu'on lui présentait, comme de sa première retenue, mais il avait des usages, et il lui arrivait d'être courtois, ne serait-ce que pour faire plaisir à sa mère Lenny. Ce vernis de politesse ne lui donnait pas, cependant, la capacité de se conduire avec tact ; il n'avait guère de notion de ce qui se disait ou pas, et très innocemment, il remarqua :

-T'as pas l'air super content d'être là, Alex... Alek... Tu sais, t'es pas obligé de rester, hein...

Souriant gentiment, il termina sa Bièraubeurre en deux gorgées, et lança le gobelet vide par-dessus son épaule, sans trop s'inquiéter de toucher quelqu'un.

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Mary G. Summerby
Poufsouffle, 3 ème Année
Poufsouffle, 3 ème Année
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 15/08/2010
Age : 28

MessageSujet: Re: Le grand concert de rock !   Sam 21 Aoû - 17:23:08

« - Regarde, Adrian ! Ca a déjà commencé ! On a loupé le début !
- On s'en fiche, du début, Mary. C'est toujours les groupes les plus nuls en premier. »

La petite Poufsouffle était déçue. Elle avait attendu ce concert avec tant d'impatience ! Son frère avait fait le déplacement depuis Londres pour le voir avec elle et elle avait dû l'attendre aux Trois-Balais pendant ce qui avait semblé être une éternité. Bon, elle en avait profité pour boire une bonne Bièraubeurre que son aîné aurait normalement réprouvé, mais c'était une maigre consolation – surtout qu'elle l'avait déjà finie lorsqu'il avait enfin daigné apparaître et que la serveuse avait déjà repris la bouteille, lui enlevant ainsi le prétexte d'une discussion animée sur les méfaits de l'alcool, même chaud, sucré et épicé, sur le système digestif d'une enfant de quatorze ans.

Enfin, au moins, ce coup-ci, c'était pour de bons, ils y étaient. Son frère partit très rapidement saluer d'anciennes connaissances et la jeune fille se retrouva seule, un peu en retrait. Quel lâcheur ! Elle aurait du s'en douter. Comme si elle ne remarquait pas qu'il s'était très naturellement dirigé vers un groupe entrain de fumer ! Des gens peu fréquentables, c'est ce qu'aurait dit sa mère. Heureusement, sa petite-Mary-chérie n'allait pas le dénoncer, n'est-ce pas ? Pff... La jeune fille racla le sol de ses bottines en cuir. Bien sûr, elle s'était encore fait toute une histoire pour rien – le concert était plutôt nul, si c'était censé être ça toute la soirée, et son frère était déjà parti, et les autres élèves étaient tous occupés à boire, à fumer ou à parler entre eux...

La blondinette repéra bien quelques visages connus, mais elle n'osa pas les aborder. Tout le monde s'était déjà regroupé, par affinité, par intérêt, et puis, bref, on ne pouvait pas dire que sa popularité était au beau fixe depuis son retour de France – déjà parce que ceux de son âge qui étaient restés à Poudlard en avaient bien bavé, mais qu'ils étaient tous passés en quatrième année, ensuite parce que le sentiment des gens à son égard semblait osciller entre « sale lâche qui a fuit Vous-Savez-Qui » et « pauvre petite enfant de moldus ». Bien que Mary considérait qu'elle n'avait eu aucun pouvoir décisionnel ni dans l'un ni dans l'autre de ces aspects, le reste du monde semblait décréter que c'était l'inverse. Elle avait vu cette soirée comme un moyen d'oublier un peu cette situation et avait revêtu une de ses plus belles tenues pour l'occasion.
Bon, « une des plus belles », n’exagérons rien. C'était une de ses robes-tuniques vietnamienne, bleu pâle, sans motif. La sobriété et l'élégance étaient deux valeurs que la Poufsouffle soutenait... Et elle était visiblement la seule, vu la foule bigarrée qu'elle observait. Elle fit quelques pas pour s'en rapprocher, grimaçant alors que sur scène, le chanteur partait dans des aigus bien trop, hé bien, aigus, pour sa faiblesse vocale. Ouh là là, il avait beau être mignon, qu'est-ce qu'il chantait faux !

Mary allait pour détourner ses yeux de la scène et partir à la recherche de son grand dadais de frère, lorsqu'un projectile l'atteignit pile entre les deux yeux. La fillette poussa un cri et précipita ses mains à son front. Elle pouvait sentir sous ses doigts un hématome en puissance, avec une petite écorchure. Furieuse, la Poufsouffle foudroya du regard la foule qui l'entourait. Bien sûr, avec tout ce vacarme, personne ne l'avait entendu... Aouch, c'était vraiment douloureux... Qu'est-ce qui avait bien pu la frapper ? Son pieds heurta une canette de Bièraubeurre. Super. Elle servait de poubelle ambulante, maintenant.
La blonde décida de rester calme et de chercher quelqu'un qui, au milieu de cette orgie autorisée, aurait la bonté de lui lancer un sort de soin. Un enseignant, Adrian ? Quelqu'un ! N'importe qui !
Revenir en haut Aller en bas
Adam Audley
Préfet en chef, 7e année
Préfet en chef, 7e année
avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 03/03/2010
Age : 27

MessageSujet: Re: Le grand concert de rock !   Jeu 26 Aoû - 10:09:16

- Allez Adam, sois pas chien. Tu viendras, n'est-ce pas ?
Des yeux suppliants, brillants d'un espoir factice le regardaient, à peine trahit par le dessin discret d'un sourire malicieux. Adam poussa un soupir, avant d'échapper d'un levée de menton au regard de son frère.
- Tu sais, Neil, je n'en peux déjà plus de ce concert. Aider à l'organisation m'a épuisé, et je dois dire que cela m'a retiré tout plaisir à l'idée d'y aller. Je serai soulagé une fois que je serai enfin dans mon dortoir.
Il avait passé une journée harassante, certes, mais le Préfet en chef n'en pensait rien, en réalité. Sa réserve, exacerbée par sa dualité intérieure, le faisait freiner des quatre fers. Il savait dans quels genres d'états il pouvait se mettre lorsque le coeur était à la fête, et l'image qu'il incarnait à Poudlard avait de fortes chances d'en prendre un sérieux coup. Néanmoins, il éprouvait l'envie de se montrer au concert. La musique, l'alcool (bien que léger), la foule éveillaient en lui des sensations qu'il préférait voir demeurer secrètes aux élèves de Poudlard. Ses émois intérieurs le concernait lui seul, et, à la limite, quelques inconnus devenus amants ou amis le temps d'un soir. Mais c'était trop tentant, la curiosité le tirait en avant, plus forte que sa raison. Il en avait besoin. Après la rentrée, après la fatigue physique et mentale, son corps demandait à se lâcher.
- Bien, oui, j'irais. Mais tu as intérêt à donner tout ce que tu as sur scène.
Un clin d'oeil accompagna la déclaration d'Adam, qui se contenta d'un sourire très sage face au remerciement de son cadet. L'instinct sauvage rugissait de joie, quant à lui.

Puis ce fut la déception. À peine avait-il posé le premier pas dans la foule qu'une armada de filles pomponnées vinrent l'acclamer de leurs voix hystériques et criardes comme si la vue du Préfet dans un tel lieu relevait du miracle. Il sentit les accolades, observa sans vraiment les voir les sourires, les dents blanches toutes sorties qui semblaient vouloir le happer et ne plus s'en défaire. Le jeune homme ouvert à la fête fut étouffé par le Serdaigle studieux au sourire automatique. À quoi s'était-il attendu ? À être libre de ses faits et gestes ? Nous sommes à Poudlard, nous sommes une communauté, s'épiant les uns les autres à longueur de journée. Impossible de s'amuser réellement dans de telles conditions.

- Ton frère joue trop bien de la guitare ! S'exclama une brunette aux yeux de chien un peu fou.
- Wow, ton slim te va trop bien ! Mais tu t'es maquillé ? Osa une autre en rougissant.
- Hey, on va à la buvette ? 'Faut se dépêcher avant que le prof la vide complètement !
- C'est une basse...
Murmura pour toute réponse Adam, déjà exaspéré par le trou noir culturel qui se trouvait entre les deux oreilles de l'adolescente. Puis il se laissa emporter, sans regard pour personne. Seul Messenger, s'écriant qu'il avait vomit et que c'était chouette éveilla son attention. Cet homme était pire que ce qu'il se l'imaginait. Au moins assumait-il parfaitement son caractère déluré, et c'était ce détail seul qui le rendait intéressant, ou dirons-nous plutôt amusant, aux yeux d'Audley. Les quatre jeunes filles qui l'entouraient ne semblaient pas de cet avis, compte tenu de leur grimace désapprobatrice. C'était sûr qu'elles étaient, elles, des modèles de sainteté. Des demoiselles aux airs candides qui n'hésitaient pas à se voler les unes les autres les petits amis, à se crêper le chignon et à médire lorsque les oreilles concernées n'entendaient pas les propos tenus. Adam était aussi au courant de leur manigances pour faire entrer de l'alcool au château, ainsi que de leurs petites escapades nocturnes dans le dortoir des garçons. Mis à part cela, elles pouvaient se permettre leurs hochements de tête dépréciateurs. Il fallait bien paraître conforme aux bonnes moeurs et, après tout, Audley agissait bien de la même façon. Il se targuait cependant de faire preuve de moins d'hypocrisie vis-à-vis de lui-même. Vis-à-vis des autres, il l'avouait, c'était une autre histoire.
- Pff, ce soir, il aura plié bagage. McGonagall n'acceptera jamais son comportement.
- Hm...
- C'est quand même fou ! Je vous parie un gallion qu'il repartira de Poudlard avec la marque de semelle de McGo collée à l'arrière-train.
- Elisa, je te parie cinq gallions que cet homme trouvera le moyen de rester à son poste.
Sous les regards étonnés, le jeune homme se dirigea jusqu'à la buvette et commanda une bièraubeurre, profitant de son petit effet pour s'éloigner du groupe de pies médisantes. C'était une petite victoire. Il ne leur fallut qu'une demi minute pour le rejoindre et l'asséner de questions à propos de la raison qui le poussait à croire une telle absurdité. Parler sans réfléchir était prohibé pour les gens dotés d'intelligence. Elles qui pataugeaient dans le marais infecte de leur cerveau ramollit se l'imaginaient doté de la science infuse, voir d'un don de prémonition avancée. Or, il n'en était rien, et Adam doutait lui-même de ses propos. Cependant, il pensait l'enseignant assez culotté pour tenir son rôle bon gré mal gré. Il se contenta de lisser le col dur de sa chemise écrue pour toute réponse aux apostrophes des quatre boulets qu'il se trainait au pied, puis se tourna vers la scène en les ignorant royalement.

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le grand concert de rock !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le grand concert de rock !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Jimmy Jaccobs Vs The Rock
» Méréwyïn Alaryïn [Grand prêtre d'Arcamenel] {réservé Ambre}
» Tralïn- guerrier nomade grand tueur d'orque
» Un sous-commissariat à Grand'Ravine
» BLINK-182[Groupe de Musique Punk Rock]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Oxumorôs :: Autres Lieux Magiques :: Le Village du Pré Au Lard-
Sauter vers: