Oxumorôs

Après la guerre, la paix nouvelle reste précaire et menacée...
 
AccueilPortailFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Adam Audley [Serdaigle]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Adam Audley
Préfet en chef, 7e année
Préfet en chef, 7e année
avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 03/03/2010
Age : 27

MessageSujet: Adam Audley [Serdaigle]   Mer 3 Mar - 13:34:45

Nom : Audley
Prénom : Adam
Âge : 17 ans - 23 mai 1981
Origines : Anglaise. Banlieue Londonienne.
Sang : Sorcier commun, ni vraiment mêlé, ni vraiment pur. Logique en soit. Mais qui peut le vérifier ?




Physique du personnage : Lorsque vous glisserez un regard curieux en direction d'Adam Audley, ça n'est d'abord pas son physique plutôt attrayant que vous remarquerez en premier. Non, si l'occasion pour vous se présente de l'observer, vous serez d'abord effleuré par l'essence puissante qui se libère de lui, ce charisme inné qui ne l'a jamais quitté. C'est certainement cela, d'ailleurs, qui le rend plus beau au regard. Si son physique n'est pas disgracieux, il ne représente cependant en aucun cas les carcans de beauté actuels. Certes, ses cheveux ondulant faiblement, qui tombent, mi-longs et épars autour de son visage pâle lui confèrent un charme certain, associés à ses iris d'onyx pure. Son nez droit, un peu grand, semble avoir été taillé à l'aide de la longueur d'une règle, surplombant des lèvres fines et tombantes. Mais il n'a certainement pas cette carrure rassurante que recherche le sexe opposé et si on lui retirait sa baguette magique, nul doute qu'il n'aurait pas autant de pouvoir sur autrui qu'il n'en a aujourd'hui. S'il est de haute stature, dépassant le mètre quatre-vingt, il n'en est pas pour autant musclé et fort d'épaules ainsi que de torse. Au contraire, il arbore une silhouette fine, qu'il se félicite d'avoir. Peu de graisse se cache derrière sa peau lactée, lui permettant d'arborer fièrement le dessin de ses muscles secs sur son abdomen. Malgré cet aspect relativement féminin, sa masculinité, affirmée par sa démarche élégante mais virile, n'en est en aucun cas bafouée.
Qui aurait l'occasion d'observer son dos pourvus de quelques grains de beauté sombres pourrait, s'il est observateur, discerner de fins stigmates diaphanes entre ses omoplates. Cicatrices anciennes, que le temps n'a pas eu la force d'effacer complètement.
Adam porte de temps à autre de fines lunettes rectangulaires à la monture métallique, que l'on retrouve la plupart du temps sur l'arête de son nez lors des cours, ou de ses rares déambulations dans les couloirs. En effet, s'il a une faiblesse, c'est bien sa vue, puisqu'elle est atteinte de myopie.



Caractère/Psychologie du personnage : Audley est sans conteste un adolescent que peu de gens, si ça n'est personne, peuvent se targuer de connaître profondément. Taciturne, mystérieux et réservé, il ne s'épanche rarement sur ses sentiments, et garde une conversation la plupart du temps limitée vis-à-vis de son entourage le moins proche. Dire qu'il n'est pas friand de dialogues animés serait aussi mentir, mais cela n'arrive que très ponctuellement, lorsque le sujet s'y prête et le passionne assez pour se faire. Derrière un aspect calme et raisonnable, c'est un jeune homme torturé par un passé que son esprit d'enfant traumatisé a effacé mais dont il garde inconsciemment les stigmates. Un brin manipulateur, souvent menteur pour, se dit-il, son propre bien, il fait souvent peu de cas des sentiments d'autrui, bien qu'il laisse croire l'inverse à celui qui le sollicite.
Aimable, il a le sourire facile. Cependant, quelqu'un de fin psychologue se rendra compte que ça n'est là qu'apparence. L'enfant souffreteux se cache derrière une belle parure.
Adam reste au fond un passionné. Ses émotions le submergent plus facilement que le ne laisse paraître, et son envie dévorante de triomphe le pousse jusqu'au plus extrême des perfectionnismes. Il se révèle être un élève talentueux en toutes matières, même en celles qui l'intéressent le moins. Celles qui demandent du savoir pur sont les plus simples pour lui, car il est un véritable gouffre à connaissances. Ses lectures nombreuses, sa mémoire auditive et visuelle l'y aident grandement. Il est une de ces rares personnes qui peuvent se vanter de retenir un cours sans devoir perdre des heures à éplucher ses notes. Mais assoiffé d'études comme il l'est, il ne s'en contente pas, et creuse jusqu'au fond des sujets qu'il se doit de maîtriser.




Famille :
- Père : Décédé à Azkaban
- Mère : Enfermée à Azkaban
- Famille adoptive : les Riley, qui ont un fils âgé de deux ans de moins qu'Adam, Neil.
Jean et Richard, deux prénoms classiques, pour un couple qui l'est tout autant. Moldu qui plus est ! Mais ô combien de bon coeur et d'amour dans ces êtres à l'aspect si banal. Jean, quarante ans, est institutrice en école primaire tandis que Richard quarante-deux quant à lui, est éducateur dans un orphelinat. Orphelinat où a été découvert Adam qui, malgré ses ascendances sorcières – après tout, il n'y avait aucun pouvoir magique chez ce petit pour le moment, avait été placé en compagnie de son maigre héritage. Un livre manuscrit, notamment, que personne hormis lui n'a jamais réussir à ouvrir.
Quel coup du hasard a put rassembler deux enfants sorciers au sein d'une famille sans aucun pouvoir magique ? Le hasard diront certain, ou, peut-être, l'instinct d'un père qui avait sentit quelque chose qui unissait Neil et Adam, comme une aura étrange. Et ces petits riens, inexplicables, mais qui très tôt, s'étaient déclenchés chez tous deux.



Histoire/RP :

« Te souviens-tu de ce qu'il s'est passé chez toi, mon petit ? »
La phrase était assimilée par les tympans de l'enfant, qui ne parvenait pourtant pas à mesurer l'ampleur de la question. À la place de la réponse qu'il aurait dut fournir à cet adulte qui l'observait d'un air étrangement attentionné et compatissant, se trouvait le néant le plus absolu. Le trou noir total. Ses yeux noirs, insondables, observaient cet adulte dont l'attitude, du haut de ses trois ans, l'intriguait en même temps que l'inquiétait.
- Non, Monsieur.

Ce Monsieur l'observa un long moment, semblant l'examiner du regard, chercher à sonder l'onyx impénétrable de cet enfant certainement traumatisé. Avait-il réellement oublié ? Ou cherchait-il seulement à se protéger de l'horreur de ses souvenirs ?
- Es-tu sûr que tu ne te souviens pas ? Tu peux me dire la vérité, tu sais. Tu n'as pas à t'en vouloir de me la dire, c'est terminé maintenant.
- Non ! S'écria l'enfant, en proie à un sentiment familier et ô combien puissant. Il n'apposait pas de mot à cette sensation là, mais elle prenait possession de lui à un tel point que lui, si sage, ne puisse contrôler cette émotion débordante.
- Non, je vous ai dit non ! ...Monsieur.

La politesse exacerbée malgré la colère apparente du garçon surprit l'éducateur qui se tenait face à lui. Un faible mouvement de recul au niveau du buste le trahit face aux yeux sombres, examinateurs. Adam se calma légèrement, lâchant un faible soupir aigu, qui résonna sur les parois lisse du bureau faiblement meublé.
- Je ne mens pas, vous savez.
Cet adulte l'agaçait. Il ne comprenait pas. Où pouvait-il bien être ? Allait-il enfin venir au fait, plutôt que de lui poser tant de questions auxquelles il n'avait pas de réponse ?
- Tu sais que tes parents... ont été arrêté, n'est-ce pas.
Interloqué, le garçon releva les yeux, qu'il avait laissé s'égarer sur ses mains fragiles. Ses parents ? Le terme lui était vaguement familier, il crut entrapercevoir un visage, mais ce fut à nouveau cette épaisse brume qui submergea son esprit. Non, il ne se souvenait pas de ce que signifiait ce mot, bien qu'un profond sentiment d'amertume, encore une chose familière et pourtant incompréhensible, prenait possession de lui.
- Mes parents ?... Je vous dit que je ne sais pas de quoi vous parlez. Je ne comprend pas.

Cette fois, le sorcier était totalement interdit. Qu'est-ce que ces deux monstres avaient bien put faire à leur fils ? L'avaient-il envoûté pour qu'il ne puisse donner, naïveté d'enfant oblige, des informations cruciales sur eux ? Ou avait-il été à ce point choqué par l'arrestation musclée du couple Audley ainsi que par son passé que tout ce qu'il avait vécu s'était effacé derrière une amnésie bienfaitrice ? Il ne savait que penser. Une chose était certaine, l'éloigner du monde des sorciers pour un temps était la solution qu'il privilégierait. Après de longues heures d'entretien, usante pour le garçon fluet aux cheveux d'ébène, il lui apparaissait clairement que vivre dans un orphelinat sorcier, souvent mal fréquenté, risquerait de perturber davantage cet esprit fragile.
Il avait donc été placé, faute de famille de confiance, faute de possibilité de le placer en maison d'accueil sorcière, dans un orphelinat plutôt correct de la banlieue londonienne. Et le petit garçon avait vécu là, trois ans. Avant que les phénomènes ne se déclenche enfin chez lui, et chez un autre petit garçon, à laquelle sa vie était déjà liée par un coup du destin et sans qu'il ne le sache encore.

Ce petit garçon, quoi que déjà grand pour son âge, était d'un caractère taciturne et solitaire. Enfermé dans sa coquille, il ne parlait qu'en cas d'extrême urgence, ou d'obligation. Mais dans ces moments là, sa correction était exemplaire. Les adultes l'adoraient bien que cela ne fut jamais réciproque, et les autres enfants, loin de le repousser comme on le faisait avec « ceux qui étaient différents » trouvaient en lui une sorte de modèle envoûtant. Quel charme libérait-il pour se faire des amis sans prononcer une parole anodine à la manière d'un enfant de son âge ? Ses yeux, peut-être, qui trahissaient une sûreté surprenante pour un orphelin, presque désillusionnée, déjà. Comme s'il savait déjà au fond de lui ce qu'un homme apprend avec l'âge : la vie n'est qu'une série d'enchaînements sans liens les uns aux autres, souvent faite de douleurs. Et son sourire, toujours retenu, accentué par ces mots qui, lorsqu'ils s'offrait à l'ouïe d'autrui, avait toujours quelque chose de sage et de raisonné, pourtant piquant. Il avait un don pour se faire suivre par les autres garçons, un autre pour les inciter à le respecter et à suivre ses ordres. Et à faire par eux-même les bêtises qu'il désirait faire, mais dont il s'abstenait de crainte des conséquences pour lui. Oui, ce petit garçon avait peur. Il était même terrorisé à l'idée de la hiérarchie. Alors, pour vaincre ce démon, il faisait la sienne propre, comme un oiseau faisant son nid, tout en se faisant des amis grâce à des nouveaux interdits toujours découverts par lui, toujours dépassés pour lui, et aussi parce que le but d'un enfant n'était autre que toujours mesurer la frontière à ne pas dépasser. C'était cela, qui donnait du piquant, dans l'enfance. Et même après.

L'enfant a grandit. En ce mois de Septembre 1998, il rentrait pour sa dernière année au château Poudlard, l'école de sorcellerie la plus respectée au monde. Et celle qui avait subit le plus d'outrages en un si court laps de temps.
Grand, mince, ses cheveux noirs vaguement ondulés tombant avec grâce sur son visage anguleux, il libérait une élégance qu'une aura de sûreté et de tranquillité accentuait, en même temps que son maintient particulier. Il se tenait toujours parfaitement droit, son menton pointu toujours légèrement baissé en direction de sa gorge pâle comme s'il jaugeait la terre qu'il foulait. En réalité, cette tenue était parfaitement calculée. Il avait conscience que s'il relevait le front vers les cieux, son raffinement naturel serait irrémédiablement vulgarisé par une impression d'orgueil démesuré. Et rien ne le trahirait plus, car de l'orgueil, il en avait bien plus que son sourire doux ne le faisait soupçonner.
De l'orgueil, un insatiable désir de savoir, un perfectionnisme maladif qui le poussait à se dépasser chaque fois qu'il entreprenait quelque chose, et surtout, de dépasser le commun des mortels. Adam se sentait être un jeune homme à part, relié au monde des hommes par une étrange coïncidence, auquel il se trouvait résolut à mentir pour protéger l'univers que son esprit avait forgé pour lui, rien que pour lui. Seule la guerre avait sut briser cette bulle que rien n'avait semblé jusqu'alors effleurer.
L'adolescent s'était proposé au monde comme un modèle de courage et d'honneur à suivre. Assumant ses parents d'adoption, son jeune frère Neil, il s'était soudain sentit l'âme d'un chevalier servant combattant miséricordieusement le Mal au profit des démunis. Sa puissance magique et son charisme lui avait évité le plus gros des ennuis, mais l'enfant amnésique qui se blottissait au fond de lui n'en était pas ressortit indemne. Constater les méfaits d'un Mage Noir qui surpassait au centuple sa propre puissance l'avait rendu presque fou. L'idée qu'un jour, cela se reproduise et qu'il n'en soit pas l'instigateur le terrorisait. Il n'acceptait pas ses propres faiblesses. Il voulait être le plus puissant. Le plus fort. Le meilleur en tout, pour ne jamais être dominé par quelque tiers que se soit. Cette hargne contre le Mage le plus puissant que la Terre n'ait jamais porté l'avait mené aux larmes et même jusqu'au bord du suicide. Sa névrose avait prit le pas sur sa raison.

Marchant tranquillement sur le quai neuf trois quart auprès de son frère, il semblait pourtant plus sein d'esprit que jamais, si bien qu'une personne mal avisée aurait imaginé que toutes ses douleurs- si tenté qu'elle en ait eu connaissance – étaient derrières lui. Mais il n'en était rien. Sa colère grondante ne s'était plus apaisée, aussi incontrôlable que lorsqu'il avait trois ans, dans le bureau de cet éducateur qui l'avait envoyé dans un autre monde que celui qui aurait dut être le sien depuis le début. S'il souriait, c'était à l'idée de retourner dans un Poudlard métamorphosé par la défaite de celui qui s'était voulut comme tout puissant.
Sa main fine pourvue de longs doigts se posa sur l'épaule de Neil, auquel il adressa ce sourire qu'il arborait déjà depuis quelques minutes.

- C'est ici que l'on se quitte. On se retrouve demain soir, après nos cours respectifs ? Salues tes amis pour moi.

Toujours sobre, à des années lumières des épanchements émotionnels jugés comme vulgaires, le jeune homme laissa là son puîné avant de rejoindre un wagon où déjà se mêlait une foule hétéroclite d'apprentis sorciers de tout âge, ainsi que leur parents.
L'année qui s'était écoulée avait rapproché les deux frères alors que leur relation s'était, au cours des ans passés à Poudlard, déséquilibrée jusqu'à mettre en péril leur bonne entente. Adam, si protecteur et si proche vis-à-vis de son frère, s'était éloigné de lui lorsque ce dernier avait suivit ses pas jusque l'école de Sorcellerie. Alors qu'il avait créée son monde, loin de l'intimité quasi inexistante de la famille, Neil avait pénétré un territoire qui lui avait été jusqu'alors réservé. Bien qu'il avait promit de se faire une joie de le recevoir, il n'avait put éprouver ce bonheur qu'a tout frère, rongé par ce regard témoin de ses agissements, alors qu'il était à quelques centaines de kilomètres de la demeure familiale. La plus parfaite des intimités n'existait pas. Laisser pour autant Neil souffrir de l'acharnement de ses pairs lui avait pourtant été impossible, malgré un fond de rancoeur qu'il ne s'avouait pas. Le garçon aux cheveux de cendre était le seul envers qui Adam n'avait pas honte d'assumer la tendresse qu'il manifestait, et de ce fait, veiller sur lui avait été aussi naturel que lorsqu'il l'avait abandonné, des années auparavant. Audley avait été jusqu'à transplaner en compagnie de son frère, épargnant à leur famille la fatigue d'un long trajet, afin de passer encore quelques instants de partage, seul à seul avec lui. Ils n'avaient guère beaucoup conversé, mais leur présence commune leur suffisait. En ce qui concernait Adam, du moins.
Mais il savait aussi que leur chemin se séparait là, que tous deux voguerait à nouveau vers la propre vie qu'ils s'étaient créée, entourés de relations bien différentes. Neil retrouverait les rares amis sur lesquels il pouvait compter, tandis que lui irait, au fil du voyage, réaffirmer sa présence auprès de son propre cercle. Restait à savoir si l'imprévisible et insondable Audley préserverait la relation privilégiée qu'il avait entretenu avec le jeune Poufsouffle de deux ans son cadet, qui l'avait sauvé d'une dépression et de dérives certaines.


Baguette : 29,3 centimètres, bois de frêne, crin de chimère.

Animal : Aucun

Autre chose à signaler ?

Résultats aux BUSE :
DCFM : O
Métamorphose : EE
Potions : EE
Sortilèges et enchantements : O
Astronomie : EE
Botanique : EE
Arithmancie : A
Etude des runes : EE


Questions HJ :

Age HRP :
20 ans.

Comment avez-vous découvert ce forum ? Surpriise ! (à prononcer à l'anglaise)
Revenir en haut Aller en bas
Lenny Pinsker
Préfet de Serpentard, 5e année
Préfet de Serpentard, 5e année
avatar

Messages : 489
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 28

MessageSujet: Re: Adam Audley [Serdaigle]   Mer 3 Mar - 17:06:14

Oh mais quel charmant jeune homme :yeux:

Je me pensais pas le retrouver un jour, mais on dirait qu'il a su rester... égal à lui même hum...

Sois le bienvenu à Serdaigle ! Sur le panthéon des élèves : p

_________________________________
Cliiique sur Chantale !

Estiamsi omnes, ego non
Revenir en haut Aller en bas
http://oxumoros.forumactif.org
 
Adam Audley [Serdaigle]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MATCH #1 SERDAIGLE vs POUFSOUFFLE
» MATCH #3 - POUFSOUFFLE vs SERDAIGLE
» Shawn Adam Maxime Séregon [Vagabond]
» Les préfets de Serdaigle
» MATCH #5 SERDAIGLE VS SERPENTARD

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Oxumorôs :: Avant le Jeu... :: Le Grand Grimoire :: Sous le Choixpeau :: Parchemins Validés-
Sauter vers: