Oxumorôs

Après la guerre, la paix nouvelle reste précaire et menacée...
 
AccueilPortailFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Gazette de Poudlard n°1, Septembre 98

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pénombre Craft
Héritière légitime des Craft
Héritière légitime des Craft
avatar

Messages : 123
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 32

MessageSujet: Gazette de Poudlard n°1, Septembre 98   Mar 2 Mar - 11:50:46


_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Luna Lovegood
Serdaigle, 7 ème Année
Serdaigle, 7 ème Année
avatar

Messages : 264
Date d'inscription : 17/02/2010
Age : 28

MessageSujet: Re: Gazette de Poudlard n°1, Septembre 98   Mar 9 Mar - 0:39:02

Colin Crivey
1981-1998


Amis Poudlardiens, veuillez écouter ce petit discours funèbre en guise de dernier hommage et adieu à notre cher Colin Crivey.

L’horizon se couvre de nos cœurs, l’obscurité l’emporte et le rideau tombe, depuis que Colin, Gryffondor audacieux nous a quitté de la manière la plus stupide qui soit. Il n’avait pas encore 17 ans et la vie tout entière devant ses yeux. Il a préféré revendiquer ses origines dans la bataille sanglante qui lui coûta la vie plutôt que de rester à l’abri avec les autres de son âge et son frère bien aimé.

Alors même que nos paupières trop lourdes de chagrin se ferment, le jour se fait en nous. Et jamais nous n'oublierons ce fils de laitier moldu. Ce jeune garçon fringant et joyeux. Bout-en train exubérant à ses heures et fan incontesté de Harry Potter. Il fut un très bon élève, un ami sincère et un photographe talentueux. Lui, qui fut la première victime du basilic, a su nous ravir avec ses ragots et ses photos chocs. Les flashs intenses et souvent inappropriés de son appareil photo moldu modifié nous manquera c'est certain. Lui, qui aurait pu faire un journaliste de renom, fut malheureusement arraché à la vie avant l'heure.

Le déchirement qu’éprouvent nos cœurs en ce jour est terrible, mais il nous faudra continuer notre chemin sans lui. Avec tous ses actes marqués en notre esprit : son sourire éclatant de gentillesse et de sincérité, sa joie de vivre inébranlable, même lorsque les Carrow devinrent les pires cauchemars de chacun d'entre nous, son courage incomparable, qui le mena malheureusement directement à la mort. Il combattit avec hargne et force. Il mit à terre de nombreux ennemis avant de succomber lui-même sous l'assaut des forces adverses.

Un enfant, voilà ce qu'il était. Un enfant avec une force d'homme, une capacité d'adaptation fulgurante et une puissance étonnante. Le malheur de sa mort nous touche tous, mais plus encore le frère qu'il laisse dans le deuil : son adoré Dennis. Le jeune frère pour qui il aurait fait n'importe quoi, qui même a donné sa vie pour qu'il puisse vivre et grandir dans un monde plus tolérant envers les gens d'ascendance moldue, comme eux deux.

J'en ai fini. Je remercie la famille de Colin de l'avoir mis au monde. Grâce à elle j'ai pu connaître ce jeune homme attachant et enthousiaste. J'ai eu la chance ultime d'être en cours avec lui et, bien qu'il ne croyait pas au Nargols, ni aux Ronflack il était un être qui méritait d'être connu. Il n'aurait jamais dû mourir si tôt et encore moins dans une guerre aussi stupide que celle que nous venons de traverser. Paix à ton âme Colin Crivey, puisses-tu trouver le repos auprès de Merlin et des quatre fondateurs.


Luna Lovegood, gazette de Poudlard, sept. '98

_________________________________
Regardez ! là! un Ronflack !-->ici<--
Tu me crois folle Invité ? Le suis-je ?


Dernière édition par Luna Lovegood le Ven 18 Juin - 11:20:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Adam Audley
Préfet en chef, 7e année
Préfet en chef, 7e année
avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 03/03/2010
Age : 27

MessageSujet: Re: Gazette de Poudlard n°1, Septembre 98   Mar 9 Mar - 17:59:21

Portrait de Cassie Butcher, 1981-1997.



Souvent, la Maison de Rowena Serdaigle fut associée à la neutralité, la sagesse et même, oserons-nous dire, à l'élitisme. Les membres couverts de ce blason font certainement parti des plus discrets, voir des plus réservés. Les yeux rivés sur leurs manuels scolaire, c'est ainsi que la plupart des autres Maisons imaginent mes compatriotes ornés de l'Aigle. Cassie Butcher en est la probante contestation.
Elève modèle durant la majorité de sa scolarité, elle préservait une passion pour nombres de matières souvent abhorrés du commun des élèves. Etudes des runes, Arithmancie, Histoire de la Magie étaient ses chevaux de bataille. Mais derrière cet esprit à l'apparence cartésien se cachait une réelle passionnée, aimant la vie et ses plaisirs par-dessus tout autre chose. Ses yeux d'un vert profond que bon nombre d'élèves de mon année ont eu le plaisir de côtoyer resplendissaient de cette vie, et de l'épanouissement moral et intellectuel que lui conférait la vie parmi-nous, à Poudlard, alors qu'elle était issue de parents dépourvus de pouvoirs magiques.

Cassie était fille unique et faisait sans conteste la fierté de ses parents. Elle avait pour elle la simplicité, la gentillesse et l'attention propres aux âmes bonnes et pour cela également, la fierté de ses amis de toutes Maisons et de toutes origines confondues. Il fallut le drame de la guerre pour que cet univers de joies simples et de quiétude se brise. Pour elle, à jamais. Fière de sa différence, Cassie n'eut jamais le mauvais goût d'éprouver de la honte vis-à-vis de ceux qui l'ont mise au monde. Ce fut ce courage qui la tua, la sinistre journée du 23 Mars 1997, à Pré-au-Lard. Suite à diverses actions contre la répression des nés-moldus et sang-mêlés, notamment le défilé d'élèves dans les couloirs du château auquel elle a participé en guise de protestation – et commandité, rappelons-le, par Liliana Vanloock – ainsi que sa manifestation, non dénuée d'humour, qu'elle a fomenté dans les rues de Pré-au-Lard, scandant discours de paix et chansons sorcières et moldues, elle s'était mise à dos nombre d'élèves dont nous ne citerons, par décence, pas les noms.

Cassie semblerait avoir été victime d'une rixe le jour précédemment cité, et, affligée d'un trop grand nombre de blessures, n'a put être sauvée à temps. Ce fut un commerçant qui trouva son corps, et ce fut dans ses bras, alors qu'il s'apprêtait à la transférer à Sainte Mangouste, qu'elle expulsa son dernier souffle.
L'école pleurera longtemps cette élève à qui aurait dût être promit un brillant avenir ainsi qu'une vie fidèle à sa personnalité : simple et heureuse. À l'heure où j'écris, mes pensées se tournent vers ses amis, ses compagnons de dortoir et de classe, sa famille, et dernièrement au monde magique, qui, j'en suis certain, a perdu avec Cassie Butcher une sorcière qui aurait grandement participé à la reconstruction de notre monde. Son sourire auréolé de tâches de rousseurs propres à ses origines écossaises, nous manqueront à tous.

Les coupables ne sont aujourd'hui toujours pas identifiés. Les coups portés avaient été principalement physiques et non magiques, attestant de la brutalité odieuse dont ont fait preuve ses agresseurs. Nous ne pouvons pas non plus affirmer ou infirmer qu'il s'agisse d'élèves ou d'un groupuscule extérieur à Poudlard, mais les autorités veillent à ce que les coupables soient retrouvés et jugés, dans l'espoir d'apaiser enfin sa famille. Justice doit être faite, et justice sera faite, il en va de l'honneur de la mémoire de cette jeune fille, décédée pour avoir eu la force de se battre pour cette même justice. Que ses actions et son trépas prématuré, injuste, nous rappellent à tous quelles valeurs nous devons soutenir pour le bien de la communauté sorcière et moldue.

Adam Audley, Gazette de Poudlard, Sept. '98
Revenir en haut Aller en bas
Lenny Pinsker
Préfet de Serpentard, 5e année
Préfet de Serpentard, 5e année
avatar

Messages : 489
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 28

MessageSujet: Re: Gazette de Poudlard n°1, Septembre 98   Mer 16 Juin - 17:48:02

Enid Altyre
Serpentard
1981-1998



Toutes les pertes subies au cours des événements de mai sont cruelles et irréparables, mais il en est qui semblent plus tragiques encore. Pour Enid Altyre, cette journée de printemps devait être une journée inoubliable, une fête grandiose : tout était prêt pour fêter dignement le dix-septième anniversaire de cette pétulante jeune fille... Au cours de la nuit, ses plus proches amis avaient accroché ballons et guirlandes dans la salle commune de Serpentard pour lui faire la surprise ; la fête était prévue pour le soir, après le dîner, et tous les élèves de Serpentard étaient conviés à partager ce bon moment... Le destin en a décidé autrement.

Lorsque les professeurs ont annoncé que l'école était assiégée, Enid n'a pas hésité un instant à rester pour combattre. Rien de plus noble, pensait-elle, pour fêter sa majorité que de lutter contre l'oppression. Dans la mêlée, Enid a porté haut les couleurs de Serpentard, comme elle l'avait, du reste, toujours fait ; pour cette descendante d'une longue lignée de Verts et Argent, il était naturel de porter le blason au serpent, et de l'honorer au quotidien par un comportement exemplaire. Dès sa troisième année, elle avait eu à coeur de défendre sa maison sur le terrain de Quidditch : personne, à Serpentard, n'oubliera ce match durant lequel la poursuiveuse Altyre avait marqué à elle seule seize buts. Elle avait abandonné le Quidditch en septième année, pour se consacrer pleinement à la préparation de ses ASPIC, ainsi qu'à l'animation du club de sortilèges auquel elle appartenait.

« Enid appartenait à une famille de sang pur, elle aurait très bien pu considérer que ce combat ne la concernait pas », rappelle l'une de ses amies. « Mais elle ne s'est jamais abritée derrière son statut du sang ». Son courage mérite d'autant plus d'être salué qu'elle aurait pu estimer que son sang la plaçait au-dessus du commun des sorciers ; comme plusieurs de ses camarades dans le même cas, de Serpentard et des autres maisons, elle a tenu à combattre pour défendre son école et, au-delà, pour défendre une vision tolérante du monde magique. À elle, comme à toutes les victimes de cette bataille, va notre reconnaissance.

Article non signé écrit par la Maison de Serpentard

_________________________________
Cliiique sur Chantale !

Estiamsi omnes, ego non
Revenir en haut Aller en bas
http://oxumoros.forumactif.org
Lenny Pinsker
Préfet de Serpentard, 5e année
Préfet de Serpentard, 5e année
avatar

Messages : 489
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 28

MessageSujet: Re: Gazette de Poudlard n°1, Septembre 98   Jeu 17 Juin - 22:33:01

Hicham Zahraoui - Poufsouffle
1981 - 1998



C’était un prénom sur lequel je n’ai pas tout de suite su poser de visage, celui d’un garçon comme on en rencontre tant dans la maison de la bonne Elga. Hicham n’était pas démonstratif. Ses histoires revenaient peu au cœur des rumeurs, sa scolarité méritait une fin paisible, couronnée d’ASPICS. La lutte pour la libération de Poudlard en a décidé autrement. Je me souviens encore d’un sourire, de quelques éclats de rire, du visage lumineux d’un adolescent qui aimait vivre. De mauvaises langues prétendront peut-être qu’il est de bon ton d’encenser les victimes du sort, mais rien n’a jamais terni le parcours de cet élève exemplaire, fidèle en amitié et sérieux en classe.

Des passions étranges le piquaient parfois. Ses camarades n’oublient pas ses tocs artistiques, ses idées brillantes ou loufoques qui éclataient d’un coup, au coin d’un couloir et qu’il fallait réaliser dans l’instant. L’avenir ne dira pas si ses œuvres étaient destinées aux plus grandes galeries sorcières. L’aube d’un talent s’est évanouie à la fin du mois de mai. Hicham venait de fêter ses dix-huit ans et achevait quelques créations révolutionnaires, le point final de l’imagerie provocante, ostensiblement affichée dans le château tout au long de l’année. Tant de provocations assumées qui ravivaient la flamme de l'espoir en chacun d'entre nous.

Mais peindre n’était pas assez. Utopiste, épris de justice, le jeune homme savait depuis le début que rien ne s’obtient sans bataille. Il était prêt pour la guerre, disait-il à qui voulait l’entendre. La catégorie des lâches n’était pas faite pour lui. Ses parents avaient trouvé refuge en Libye, leur pays natal. Hicham a préféré profiter de leur sécurité pour ne rien céder aux Carrow. Les membres de sa maison constituaient sa deuxième famille. Comment ignorer les souffrances de ceux qui partagent votre quotidien depuis sept ans ? C’était absolument inenvisageable. Les amitiés les plus précieuses se sont formées en ces murs, dans l’indifférence la plus totale des considérations de sang.

Hélas, les droitures admirables ne sont pas toujours les mieux récompensées. Resté pour combattre les mangemorts, le Poufsouffle s’est éteint à jamais derrière les murailles de la forteresse. Sa mort ressemblait à un sacrifice, témoignent les survivants. « C’était un excellent duelliste, je savais qu’il pouvait s’en sortir, mais je savais aussi qu’il ne ferait rien pour revenir », murmure Mandy Chapman, celle qui fût deux ans sa petite amie. Nul doute qu’il en sauva plus d’un avant de rendre l’âme, le regard dur comme l’onyx, et l’esprit trop déchiré pour rêver à ce nouveau monde que nous construisons aujourd’hui en partie grâce à lui.

Lenny Pinsker

_________________________________
Cliiique sur Chantale !

Estiamsi omnes, ego non
Revenir en haut Aller en bas
http://oxumoros.forumactif.org
Lenny Pinsker
Préfet de Serpentard, 5e année
Préfet de Serpentard, 5e année
avatar

Messages : 489
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 28

MessageSujet: Re: Gazette de Poudlard n°1, Septembre 98   Dim 4 Juil - 13:14:54

Le traître des Résistants de Poudlard

Honorons-nous les bonnes personnes ? Les remerciements adressés aux résistants de Poudlard font ces derniers jours l’objet de grandes polémiques. Les traumatismes de la guerre se dissipent et les témoignages inédits des victimes se font entendre, des voix s’élèvent et toutes ne sont malheureusement pas favorables aux élèves décorés. Notre directrice a promis de décerner des trophées aux noms les plus représentatifs de la lutte contre le régime Carrow. Côté morts, personne ne reviendra sur les titres de gloire, une gravure d’or placardée à l’entrée du château nous rappelle chaque jour le sacrifice de ces héros. Mais qu’en est-il vraiment des survivants ? Les voix les plus amères n’hésitent pas à affirmer que certains n’auraient jamais tenu l’année sans s’autoriser un double-jeu habilement dissimulé. Des doutes pèsent sur quelques noms. Des amies de Cassie Butcher soulignent par exemple la débandade totale des contestataires lorsque, prise à parti au milieu d’une manifestation révolutionnaire, la jeune fille s’est retrouvée battue à mort. Les circonstances de ce meurtre restent en effet obscures. Comment des sorciers ont-ils pu assassiner la Serdaigle à force de coups sans se faire arrêter ? Plusieurs élèves présents se seraient fait stupéfixier avant de pouvoir agir, quand aux assaillants, ils étaient masqués et manifestement protégés par la famille Carrow. Tout semblait prémédité. Il ne s’agirait pas d’une rixe qui aurait pu dégénérer.

Or, comment, une organisation parfaite au point de laisser aux meurtriers le bénéfice de l’anonymat a-t-elle pu se mettre en place aussi vite ? La manifestation était secrète. Tout avait été fait pour qu’aucune information ne filtre avant le Jour de la sortie à Pré-au-Lard. Les principaux acteurs des mouvements résistants avaient répondus présents. Nous nous souviendrons notamment de Liliana Vanloock qui fut l’un des cerveaux de l’événement. L’idée était de réunir tous les étudiants prêts à se battre pour leurs droits. Que dire de l’absence d’Alix Craft à cet instant crucial ? Le nouveau préfet des Serdaigle pouvait dire qu’il ne partageait pas la vision des deux jeunes filles et préférait œuvrer seul avec Calypso Teasdale dans l’espoir de tirer un plus grand mérite de son combat individuel, les soupçons n’en seront pas pour autant dissipés. Serait-il le traître de l’histoire ? Pour Sandy Weather, le verdict est sans appel : « Il s’était disputé avec Cassie la semaine précédente. Je n’ai pas tout entendu mais à la fin, il lui avait annoncé qu’elle se ferait tuer si elle refusait de l’écouter. Il savait quelque chose, c’était évident. Pourtant, il n’était pas là à Pré-au-Lard. » Un élève tristement célèbre pour ses services rendus au Carrow ne fait pas de mystères sur les coïncidences atténuantes qui alourdissent le cas du bleu et bronze, « Il sortait d’une nouvelle semaine de retenue alors qu’il s’était tenu tranquille tout le mois, et pour une action complètement inutile. Au début, j’avais trouvé cette réaction désespérée, mais en fait, la rumeur de la manifestation secrète a circulé dans nos rangs peu après. Craft était sur la sellette, même sa demi-sœur faisait peu cas de son sort. Il avait besoin de se racheter. »

Il parait qu’on ne renie pas indéfiniment ses origines. Elevé dans une famille de partisans, Alix Craft ne fut probablement rien de plus qu’un adolescent en crise, protégé depuis le début par son nom et habitué à la peur ainsi qu’à la soumission. Ce pour quoi il a été formé est revenu au fil des tortures (qui n’ont peut-être pas été si terribles qu’il le prétend, n’oublions pas que d’autres élèves ne sont toujours pas reparus au château à cause de graves problèmes psychologiques). Un autre élément, plus sommaire, appuie la liste des accusations. Un né moldu de deuxième année se serait retrouvé en retenue à la suite d’une expédition nocturne avec le Serdaigle. Cet enfant de Gryffondor, exposé au danger de façon terriblement irresponsable, fut le plus jeune torturé de l’année et l’un des meilleurs arguments pour calmer l’indiscipline des petits. Comment se fait-il qu’il se soit retrouvé abandonné par son aîné et fournisse une proie de choix à Amycus Carrow ? Mystère encore une fois… Le garçon, envoyé à Saint Mangouste a été négligé plusieurs semaines à cause de ses origines. Atteint d’un sort qui l’a durablement diminué, mentalement choqué, il n’a plus quitté la maison de ses parents et suit un traitement psychiatrique sévère. Sa famille ne veut plus entendre parler de notre beau monde sorcier et vient d’entamer des démarches pour que la mémoire de leur fils soit modifiée en dédommagement. S’il a survécu, nous ne le reverrons jamais parmi nous.

Une question persiste, Alix Craft ne devrait-il pas rendre sa médaille tant que ces histoires n’ont pas été mises au clair ? Les proches des deux élèves touchés – mais il semblerait qu’ils ne soient pas les seuls – sont fermement opposés à la décision hâtive de la direction. Nous espérons que les mois à venir mettront en lumière ce qui pourrait être une usurpation de gloire.

Bien à vous chers lecteurs,
Lenny Pinsker.

_________________________________
Cliiique sur Chantale !

Estiamsi omnes, ego non


Dernière édition par Lenny Pinsker le Lun 18 Avr - 19:44:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://oxumoros.forumactif.org
Lenny Pinsker
Préfet de Serpentard, 5e année
Préfet de Serpentard, 5e année
avatar

Messages : 489
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 28

MessageSujet: Re: Gazette de Poudlard n°1, Septembre 98   Ven 6 Aoû - 21:43:07

Retour sur les actions de la Résistance de Poudlard

Parler d’une guerre qui vient de se terminer n’est jamais facile pour ceux qui l’ont vécu. Luna Lovegood (Serdaigle de 7e année) et Neil Riley* (Poufsouffle de 5e année) ont participé à la résistance chacun de leur côté, avec les moyens dont ils disposaient. La première suivait de près l’équipe du survivant, le second, plus discret, s’est illustré par des concerts clandestins au sein du groupe Les Nimbus.


Même si tout Poudlard fête aujourd’hui sa libération les mouvements de résistance ne concernent qu’une minorité d’élèves. Qu’est-ce qui vous a motivé à vous opposer au régime des Carrow quand tous vos camarades craignaient pour leur vie ?

Luna : Haussement des épaules. – Neville et Ginny le faisaient, pourquoi pas moi aussi ? Et puis, je faisais partie de l’A.D. et il fallait absolument les empêcher d’utiliser les Héliopathes ! C’était très important.
Neil : Je ne pouvais pas supporter de voir mes camarades souffrir en restant les bras croisés. Je faisais parti des premières cibles, je suis né-moldu, et je trouvais important de réveiller les consciences en défendant la liberté d’expression… Avec la musique surtout.

Vous êtes vous sentis suivis dans vos démarches ?

Luna : Air totalement surprise- Je ne crois pas que quelqu’un me suivait ! Je l’aurais vu si on m’espionnait ! Et puis ils auraient eu plus d’information en suivant Neville.
Neil : Plus ou moins. Les membres du groupe ont tous suivi et nous avons organisé des concerts clandestins. Au début, beaucoup d’élèves étaient enthousiastes mais le public s’est fait de plus en plus rare. Et toutes les lois anti-rebelles ont fini par empêcher les rassemblements…

Y a-t-il quelque chose que vous regrettez, un acte manqué, l’impression de ne pas en avoir fait assez ?

Luna : Froncement des sourcils. Les yeux beaucoup plus durs.- Je regrette d’avoir été enfermé pendant huit mois. Je n’ai pu rien faire a ce moment là ! Retour de l’air incohérent de Loony – Mais c’était une jolie bataille. Tous ont fait ce qu’ils avait à faire.
Neil : Oui. Je sais bien que je suis resté accroché à ma basse sans me battre plus que nécessaire. J’ai protégé quelques élèves, mais j’ai participé à cette guerre sans la vivre vraiment. Ceci dit… Les coups d’éclats trop remarqués, c’est pas mon truc.

La réalité dépasse tout ce qu’on peut concevoir. Beaucoup d’élèves au début très contestataires ont finalement retourné leur veste. Pourtant, vous avez tenu bon. La tentation de tout abandonner n’est-elle jamais venue ? Se découvre-t-on plus fort qu’on ne le pense ?

Luna : Air vague – Abandonner n’est pas bien. Il faut toujours terminer ce que l’on a commencé. Plus fort ? Je ne crois pas être capable de lever plus de poids qu’avant.
Neil : J’ai toujours eu de l’admiration pour ceux qui vont au bout de leurs idées et assument ce qu’ils sont. Un peu comme ces groupes qui montent sur scène sans savoir ce qui les attend. Parfois il n’y a que des insultes, des hués, des canettes qui volent sur la scène, des cons qui se jettent sur eux, et pourtant, les mecs ne s’arrêtent jamais de jouer.

Excusez-vous la trahison de vos camarades qui ont parfois fait rater des actions et entraînés des élèves en torture ?
Luna : Air conspirateur – Vous savez, ils ne faisaient pas exprès. Ce sont les Joncheruines qui les obligeaient à faire ces actions là ! D’ailleurs vous en avez autour de vous.
Neil : C’est décevant et ça ne s’excuse pas vraiment. Mais les circonstances peuvent aider à comprendre. J’ai préféré contester autrement qu’en me battant. D’autres ne se sentaient la force de rien. Il faut composer avec chaque tempérament. Si je suis plus fort, je dois aider les autres et non les mépriser.

Le cas d’Alix Craft fait débat, que pensez-vous de cette affaire ?

Luna : Alix est un très gentil garçon. Pourquoi fait-il débat ? Il est métamorphomage vous savez ? D’ailleurs, ça empêche les Joncheruines et les Nargoles d’agir.
Neil : Je ne connais pas bien Alix et ce n’est pas à moi de le juger. Je pense qu’en attendant les preuves, mes camarades devraient s’abstenir aussi…

Lors de la bataille de Poudlard, seuls les septièmes années ont été autorisées à rester, regrettez vous de ne pas avoir pu participer ?

Luna : Mais j’ai participée. Avec Ginny nous nous somme battue contre Bellatrix Lestranges. Jusqu’à ce que Mme Wealsey vienne reprendre notre combat. On a donc été plus loin. Il y a eu quelque mangemort sur notre route, mais les Nargoles cette fois étaient de notre côté. Ils ont beaucoup aidés.
Neil : Je ne sais pas… Si j’avais été en septième année je n’aurais pas hésité. Mais en quatrième année je n’étais pas de taille à lutter contre des mangemorts, pas plus que je ne le suis maintenant.

S’il est une leçon à tirer de ces douloureux événements, qu’en direz-vous ?

Luna : Toujours faire attention. Si on ne regarde pas bien ou on vas, on vas avoir des problème… les Joncheruines peuvent créer de véritable cataclysme.
Neil : On dit qu’il faut tirer des leçons de l’Histoire oui… Les libertés ne sont jamais acquises, tout peu basculer d’un coup.

Comment imaginez-vous l’avenir pour Poudlard ?
Luna : Et bien… des cours de reconnaissance des créatures pourraient être très importants. Les Joncheruines on faillit faire gagner la guerre aux mangemorts. Et Personne ne les a vus venir !
Neil : J’espère que l’école va retrouver son calme. Et que nous pourrons avancer vers une société sorcière plus tolérante, autant côté né-moldus que sorciers dits « purs ».

[*Neil Riley est un pnj que j'ai choisi d'interpréter faute d'ex "résistants" en jeu afin d'avoir deux points de vue différents dans l'interview]

_________________________________
Cliiique sur Chantale !

Estiamsi omnes, ego non


Dernière édition par Lenny Pinsker le Jeu 26 Aoû - 20:26:48, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://oxumoros.forumactif.org
Liliana Vanloock
Serpentard, 6 ème Année
Serpentard, 6 ème Année
avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 22/01/2010
Age : 34

MessageSujet: Re: Gazette de Poudlard n°1, Septembre 98   Jeu 26 Aoû - 13:41:48

NOUVELLES DU MONDE EXTÉRIEUR
La chasse à l'homme est encore loin d'avoir pris fin.


Nous le savons tous, à l'heure actuelle, des partisans du Mage Noir courent encore les contrées d'Angleterre et d'Europe, fugitifs. Certains ont su garder leur couverture malgré l'inéluctabilité de leur sort. En effet, comme il y a dix-huit ans, les Mangemorts arrêtés cherchent à négocier leur vie au prix des noms de leurs anciens complices. Mais aujourd'hui, quelque chose a changé. La loi ne négocie plus. Les terroristes incarcérés n'ont servit durant ces derniers mois qu'à soulever les masques sans pour autant échapper au Baiser du Détraqueur. À tout prix, le monde sorcier veut recouvrer sa sécurité afin que la communauté puisse enfin et à nouveau trouver l'apaisement.
Après correspondance avec la Gazette du Sorcier et le Ministère, la gazette de Poudlard a put obtenir des informations concernant les dernières avancées en matière de chasse au Mangemort. En effet, le gouvernement a trouvé important que les élèves de Poudlard soient aussi bien informés que leurs aînés, compte tenu des évènements sinistres qui se sont déroulés dans le château tout au long de l'année précédente, ainsi que de l'admirable résistance d'une poignée d'élèves, qui font la fierté du monde sorcier. Il est bien normal qu'après ce que l'on a pu vivre, nous soyons considérés d'égal à égal concernant la diffusion des informations. Nous sommes tous concernés.

C'est ainsi que l'équipe de rédaction de la Gazette de l'école a apprit hier matin par hibou spécial le nom d'un nouveau suspect arrêté la veille. Accusé par le Mangemort Marcus Quinn, ce sorcier est un homme que le ministère a longtemps côtoyé, et qui n'est pas étranger non plus à cette école. En effet, il a été professeur le temps d'un stage d'Histoire de la Grèce en 1991, puis est revenu en tant que conférencier l'année suivante dans le but d'instruire les élèves volontaires sur les différentes formes de Magies dans le monde. Brillant orateur, fin psychologue qui a un temps travaillé dans les bureaux mêmes du Ministère de la Magie, cet homme de grande renommée a disparu quelques temps après la chute du Lord. Il a été un temps soupçonné d'avoir participé à la guerre et d'avoir été blessé. Mais dans quel camp ? Personne n'a sut l'affirmer jusqu'à aujourd'hui.
Sa lignée remonterait, selon lui, aux premiers rois irlandais, et serait entièrement composée de sorciers, originaires du clan O'Araly. Mais Valère Araley, puisqu'il s'agit bien de lui, n'a jamais montré en quelque situation que ce soit ses intentions, qu'elles soient ou non belliqueuses. Avant cette accusation et malgré la culpabilité prouvée de sa défunte soeur Sterenn (mystérieusement assassinée deux semaines après la bataille de Poudlard, ndlr), le doute planait sur ses affiliations, et sa disparition induisait le ministère à la présomption de culpabilité. Telle est d'ailleurs, la politique actuelle.
Mais grâce aux aveux de Quinn, la Justice tient entre ses mains la réponse à cette grande question. Valère Araley est coupable d'avoir intégré le groupe terroriste Mangemort. Néanmoins il y a plus grave. D'après les confessions recensées par le Mangenmagot, Valère Araley aurait fuit juste après la mort du Lord, plus ou moins grièvement blessé, avec la ferme intention de ne pas se laisser prendre. Il aurait alors, par peur des délations, tout simplement changé d'identité et assassiné ses potentiels délateurs. La police a ainsi retrouvé le corps de cinq mangemorts. La chance a été du côté des aurors, lorsqu'ils ont capturé Marcus Quinn avant le criminel irlandais.
Mais de grandes questions se posaient. Où est-il ? Sous quel nom ? Est-ce que c'est Valère Araley, qui a tué sa soeur ? Sa folie présumée prête à penser que oui, bien que ce soit une chose particulièrement atroce à imaginer pour le commun des mortels.

Le Magenmagot est fier d'apporter des réponses aux questions précédentes. Valère Araley, rappelons-le, est à demi-grec. C'est dans cette contrée qu'il a été retrouvé par les autorités locales, sous le nom Aetíôn Nikomedes, le nom de jeune fille de sa mère. Pas très habile.
L'interpelé a été rapatrié à Londres par transplanage quelques heures après son arrestation, et s'apprête aujourd'hui à répondre aux questions des forces de l'Ordre.


Valère Araley, Avril 97.

Liliana Vanloock, Gazette de Poudlard Sept. 98


Note à effacer avant publication :
On est sensé publier l'info en même temps que la Gazette du Sorcier, mais si vous commencez l'impression à 5H, on sera les premiers. Dépêchez-vous, c'est un ordre !
Revenir en haut Aller en bas
Liliana Vanloock
Serpentard, 6 ème Année
Serpentard, 6 ème Année
avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 22/01/2010
Age : 34

MessageSujet: Re: Gazette de Poudlard n°1, Septembre 98   Lun 30 Aoû - 12:24:03

CONCERT À PRÉ-AU-LARD


Passons à des sujets plus festifs. Cette année, notre nouvelle directrice Minerva McGonagall a décidé de fêter la rentrée scolaire d'une façon toute particulière. Ainsi, la gazette a le plaisir de vous annoncer qu'un concert de Rock est en cours d'organisation pour vendredi prochain. À cet effet, une partie des cours seront annulés afin de permettre aux élèves de se rendre sur place avant le début des festivités.

"L'année précédente a été particulièrement éprouvante, aussi bien pour les élèves que pour le château lui-même. Je souhaite entamer mon mandat de directrice en partant sur des bases nouvelles, et ce concert saura à la fois alléger les esprits, qu'aider l'association d'aide aux victimes de la guerre, l'AAVG, qui vient d'être ouverte et qui a besoin de nos dons. Les gains obtenus à la buvette seront directement reversés à cette dernière, et quelques groupes célèbres ont bien voulu jouer gratuitement pour soutenir aussi bien le Poudlard que l'association."
Nous dit la directrice, non sans ajouter qu'il n'est pas non plus question d'une année de frivolités pour autant.
"Nous ne devons pas oublier, mais nous devons vivre malgré ce passé douloureux. Ce concert est aussi un hommage aux victimes, aussi, je me dois de rappeler que tout débordement de la part des élèves sera sévèrement réprimandé. Poudlard a besoin, plus que jamais, du soutien de ses occupants pour réaffirmer sa réputation auprès du monde sorcier."

Il n'est pourtant pas question de venir en tenue guindée, comme lors du célèbre tournoi des trois sorciers de 1994. Oubliez les sobres tenues scolaires et laissez travailler votre imagination, car l'heure ne sera pas à la commémoration au sens le plus strict du terme, mais au rock'n'roll !
Tous les élèves seront conviés à la fête et sur la large scène dressée au beau milieu du village sorcier, battra le rythme endiablé de groupes tels que les Gobelins déchaînés, les Botrucs vulgaires ou encore les Mystics Sombrals.
En première partie jouera pour sa première grande scène un groupe assez connu au sein de Poudlard, pour ses concerts clandestins de protestation contre le régime Carrow : Les Nimbus, dont les membres sont exclusivement composés d'élèves de Poudlard ou tout juste sortis de leur études. Ce quatuor décalé a été sollicité directement par Minerva McGonagall, et nous leur souhaitons bonne chance pour conquérir le coeur de leur pairs face à d'autres groupes familiers aux grands concerts.


Gazette de Poudlard, sept. 98

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Gazette de Poudlard n°1, Septembre 98   

Revenir en haut Aller en bas
 
Gazette de Poudlard n°1, Septembre 98
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Gazette du Sorcier - Septembre 97
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» attentats du 11 septembre 2001 à New York : la Mossad Connexion
» Faut-il fêter le 30 septembre ?
» 11 SEPTEMBRE AUGUSTO PINOCHET OU RAROUL CEDRAS ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Oxumorôs :: Poudlard :: Le Grand Hall :: La Gazette de Poudlard-
Sauter vers: